Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Partie I. La maladie du sommeil, généralités

Statistiques et répartition

Texte intégral

STATISTIQUES

1Selon les estimations de l’OMS :

  • la maladie sévit dans 36 pays d’Afrique au sud du Sahara ;
  • 55 millions de personnes sont exposées à la maladie ;
  • 3,5 millions (soit 6,4 %) seulement font l’objet d’une surveillance ;
  • près de 400 000 personnes sont infectées dont plus de 250 000 en république démocratique du Congo et plus de 100 000 en Angola, alors que seulement 30 000 cas sont déclarés officiellement chaque année pour l’ensemble des pays touchés ;
  • 100 personnes meurent chaque jour de la THA.

2Ces chiffres sont approximatifs, non basés sur les résultats de campagnes de dépistage systématiques et de grande envergure, mais sur des estimations. Cependant, il est certain que dans plusieurs pays, la situation est revenue à un niveau aussi dramatique que celui du début du XXe siècle.

3Parmi les États concernés, il faut distinguer l’Angola, la République démocratique du Congo (ex-Zaïre), l’Ouganda et le Soudan qui sont en situation d’hyperendémie ; le Tchad, le Congo, la République centrafricaine, la Guinée, la Côte d’Ivoire, la Tanzanie, le Malawi, le Mozambique et le Cameroun qui sont en situation de mésoendémie et quatorze autres pays qui sont encore considérés à risque (fig. 2).

RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE

4L’aire de répartition de la THA est directement liée à celle de son vecteur, la glossine. Elle se situe, en Afrique intertropicale, entre les latitudes 15° Ν et 29° S ; les foyers de THA ne recouvrent pas l’ensemble de la zone de répartition des glossines (fig. 3 et 4) : leurs limites dépendent de l’existence de conditions épidémiologiques favorables à l’apparition ou au maintien de la maladie (glossines locales anthropophiles, présence chez l’homme ou l’animal d’une souche de trypanosome pathogène, etc.). Ainsi, en savane, du fait du comportement des glossines anthropophiles, la maladie se superpose avec le réseau de galeries forestières alors que sa répartition est beaucoup plus diffuse en forêt.

Figure 2. Carte des pays à risque classés par ordre d’importance de la prévalence

5La répartition de la maladie du sommeil est en évolution permanente. La sécheresse qui frappe depuis des décennies les zones sahéliennes et soudaniennes a peu à peu entraîné la dégradation des gîtes à glossines, parfois leur disparition complète : la végétation a été soit coupée par les bergers pour nourrir le bétail, soit détruite par des incendies. La limite nord des tsé-tsé vectrices a donc reculé et par la même occasion celle de la maladie. Dans le même temps, poussés par les problèmes économiques engendrés par cette sécheresse, les populations du Nord se sont massivement déplacées vers les régions forestières. Cette migration avait déjà commencé, notamment en Afrique de l’Ouest, du temps de la colonisation ; l’installation de tout nouveau migrant a été facilitée par l’implantation déjà ancienne de son propre groupe ethnique dans les régions concernées. De vastes superficies, alors indemnes de vecteurs, ont été colonisées pour la mise en place des cultures de rente comme le café et le cacao. De nouveaux espaces ont été ainsi ouverts aux espèces de glossines vectrices de l’endémie sommeilleuse : la maladie y a pris des allures d’épidémie. Plusieurs de ces régions de colonisation récente avaient d’ailleurs été touchées par la THA au milieu du XXe siècle. Le trypanosome circulait toujours à bas bruit parmi les autochtones, mais pouvait aussi avoir été hébergé par le réservoir animal sauvage.

Figure 3. Carte des principaux foyers de THA et la répartition de T. b. gambiense et de T. b. rhodesiense

Figure 4. Carte des zones colonisées par les tsé-tsé

Table des illustrations

Légende Figure 2. Carte des pays à risque classés par ordre d’importance de la prévalence
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Figure 3. Carte des principaux foyers de THA et la répartition de T. b. gambiense et de T. b. rhodesiense
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Figure 4. Carte des zones colonisées par les tsé-tsé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search