Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Partie I. La maladie du sommeil, généralités

Historique

Texte intégral

LE PARASITE

1La maladie du sommeil est vraisemblablement aussi vieille que l’humanité, mais on la signale pour la première fois en 1374, à l’occasion de la mort du sultan du Mali survenue après une longue maladie se terminant dans un état de sommeil continu. Les marchands d’esclaves comprennent déjà les conséquences de cette maladie : tous les esclaves présentant de gros ganglions à la base du cou sont écartés. Il faut attendre encore 350 ans (1724) pour que la première description de la maladie soit faite. Mais c’est en 1901 que le parasite responsable de la maladie est identifié. Cette année-là, Forde voit des « vermicules mobiles » dans le sang d’un capitaine de bateau faisant du trafic fluvial depuis six ans en Gambie. Dutton, en 1902, examine le sang du patient et identifie un trypanosome qu’il décrit sous le nom de Trypanosoma gambiense. Dans les dix ans qui suivent, les découvertes vont s’enchaîner.

  • 8 Les mots apparaissant en gras renvoient au glossaire (p. 13).

2En 1903, en Gambie, la présence des trypanosomes dans le sang humain est confirmée : tout le monde pense alors que ce parasite est très peu pathogène et qu’il n’a aucun rapport avec la maladie du sommeil. La même année on découvre, en Ouganda, des trypanosomes dans le liquide céphalo-rachidien (LCR) de malades sommeilleux. Pour les chercheurs de l’époque, c’est lui le responsable de la maladie du sommeil. Ils en concluent alors qu’il existe en fait deux trypanosomes distincts : un dans le sang, peu pathogène, et un autre dans le LCR et le système nerveux central qui est le vrai responsable de la maladie du sommeil. D’autres chercheurs constatent que les trypanosomes sanguicoles8 ne sont présents que dans les zones où sévit la maladie du sommeil : comme ils sont en tout point identiques à ceux du système nerveux, ils en concluent que le trypanosome se trouvant dans le sang constitue le premier stade de la maladie du sommeil.

3Sachant que cette maladie évolue en deux périodes et que le trypanosome en est l’agent pathogène, il reste alors à découvrir comment il se transmet. C’est chose faite en 1903. Bruce, suspectant les glossines d’être les vecteurs de la maladie, en fournit la preuve expérimentale en transmettant des trypanosomes à des animaux par l’intermédiaire de glossines sauvages nourries sur des sommeilleux.

4En 1908, en Afrique de l’Est, on rapporte des cas de maladie du sommeil remarquables par leur sévérité et leur courte durée d’évolution vers la mort. En 1912, il est démontré que le trypanosome responsable de cette forme aiguë diffère de T. gambiense. Du fait de son origine géographique, l’agent pathogène de cette nouvelle forme de maladie du sommeil est appelé T. rhodesiense.

LE VECTEUR

5Les méfaits de la glossine semblent connus depuis l’Antiquité puisque des textes anciens mentionnent la piqûre d’insectes entraînant la mort du bétail dans les contrées reculées de la haute Égypte. L’historique de la tsé-tsé et des trypanosomoses a été écrit en 1929 par Hegh.

6La première mention « scientifique » de la glossine remonte à la fin du XVIIIe siècle. L’explorateur J. Bruce, lors de ses voyages en Nubie et en Abbyssinie, rapporte l’existence d’une mouche piqueuse, la Tsaltsalya en éthiopien (fig. 1). Toutefois, la description qu’il en fait et ses croquis font plutôt penser à un insecte de la sous-famille Pangoninae (Austen, 1903).

Figure 1. Tsaltsalya

7Entre 1792 et 1796, en Sierra Leone, le naturaliste A. Afzelius récolte des insectes parmi lesquels Wiedemann, en 1830, fera la première description du genre Glossina et de l’espèce Glossina longipalpis (en fait G. palpalis d’après Austen, 1903).

8En 1816, le long du fleuve Congo, J. Cranch, lui aussi naturaliste, capture une mouche qui ne sera décrite que quatorze ans plus tard par Robineau-Desvoidy sous le nom de Nemorhina palpalis (l’actuelle G. palpalis).

9À la même époque, le rôle de la glossine dans la transmission d’éventuelles maladies est alors toujours ignoré. Un entomologiste, J. Macquart prétend même que, du fait de la ténuité de ses pièces buccales, cette espèce ne peut se nourrir que de jus sucré.

10Entre 1836 et 1838, dans le Transvaal, Trigardt, son escorte et son troupeau, sont agressés par des mouches hématophages au niveau des gués qu’ils traversent. Une partie du bétail meurt au bout de deux semaines. Après avoir traversé des régions où les indigènes sont incapables de maintenir le moindre bétail, il ne lui reste plus un seul animal. Il est certain que des tabanidés ne peuvent provoquer de tels dégâts en si peu de temps. Des observations similaires sont faites dans la même région par d’autres explorateurs.

11En 1846, au Transvaal et au Bechouanaland, R. Cummings cite, pour la première fois, le mot « tsé-tsé » qui pourrait être d’origine Matabélé ou Zoulou. La même année, un échantillon de tsé-tsé provenant du fleuve Limpopo est expédié à Londres par C. Oswell et L Vardon : cet exemplaire servira à Westwood pour décrire Glossina morsitans en 1850.

12En 1852, Arnaud décrit une mouche provenant d’Afrique du Sud dont les piqûres tuent les animaux. Austen doute encore de cette identification et affirme qu’il s’agit toujours d’un tabanidé (Pangonia sp.)

13En 1857, D. Livingstone est le premier à faire des observations « bio-écologiques et éthologiques » sur cette espèce. Il commence à suspecter la tsé-tsé de transporter un « poison » dont le germe est inoculé lors de la piqûre. Mais le rôle vecteur de certains insectes ne sera admis et prouvé que vingt ans plus tard. En 1895, Bruce est le premier à mettre en évidence la relation entre le trypanosome (connu, lui, depuis la moitié du XVIIIe siècle), la trypanosomose animale (la Nagana) et la tsé-tsé.

14Ce n’est que dix ans plus tard que les mêmes découvertes seront faites sur la trypanosomose humaine. En 1913, Roubaud et Bouet précisent l’évolution cyclique de chaque type de trypanosome à l’intérieur de la glossine.

LES GRANDES FLAMBÉES ÉPIDÉMIQUES

15Sur le plan épidémiologique, la THA reste longtemps discrète et limitée à quelques villages ; elle peut aussi s’étendre brutalement, touchant parfois plusieurs pays en même temps. C’est ce que l’on appelle une « pandémie ». Historiquement on connaît trois pandémies. Nous sommes actuellement entrés dans la troisième.

16La première connue débute en 1885 au confluent des fleuves Oubangui et Zaïre, s’étendant jusqu’au lac Victoria. Elle fait près de cinq cent mille morts dans le bassin du Congo et l’on considère que c’est l’une des causes principales du sous-peuplement de cette région.

17La deuxième commence en Afrique centrale et s’étend, dès 1920, à l’Afrique occidentale. C’est lors de cette pandémie que Jamot met en place ses fameuses « équipes mobiles », d’abord en Oubangui-Chari (République centrafricaine) puis au Cameroun. Durant cette période, sont créés les « Secteurs de prophylaxie de la maladie du sommeil ». Les mêmes dispositions sont appliquées en Afrique de l’Ouest entre 1931 et 1935. Dans les années 1950, grâce aux efforts des équipes de lutte, la deuxième pandémie est maîtrisée. Dans la majorité des pays touchés, la prévalence de la maladie reste inférieure à 0,1 %.

18La troisième se développe dans les années 1970 dans les anciens foyers de THA à la suite, en particulier, de la désorganisation des services administratifs après les indépendances et le relâchement des efforts des équipes médicales en place. Elle est sûrement accentuée par les modifications de l’environnement (climat et végétation) liées à l’intervention de l’homme sur son milieu (déforestation) qui favorisent l’installation des populations de glossines. Si, dans certains pays, la situation est relativement contrôlée, dans d’autres l’endémie prend aujourd’hui des proportions catastrophiques comme aux pires moments des pandémies précédentes.

LE TRAITEMENT

19En 1803, Winterbottom fit une description de la maladie. Il la nomma « Lethargus » et nota la présence de glandes développées sur le cou. En fait, il décrivit un symptôme fort bien connu des marchands d’esclaves qui refusaient d’acheter les sujets porteurs de ganglions.

20Jusqu’en 1900, le traitement repose sur cette constatation et se pratique de deux manières : chirurgicale et médicale.

Traitement « chirurgical »

21Dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest tels que le Sénégal, le Soudan, et la haute Côte d’Ivoire, des guérisseurs extirpaient les ganglions du cou. Cette ablation grossière (évidemment dans des conditions d’hygiène déplorables) consistait à extraire les ganglions, au niveau du triangle de Winterbottom, par une fente dans le cou ou dans la joue, voire sur la nuque. Les Sérère, les Diola de Basse-Casamance, les Bambara, et les Dioula connaissaient bien cette intervention.

Traitement « médical »

22La plupart des groupes ethniques africains ne pratiquaient pas l’ablation des ganglions. Même ceux qui connaissaient cette technique, avant d’y arriver, avaient recours à un traitement « médical » par voie externe ou interne : préparations végétales prises en boisson, bain, massage, instillation.

23Les Agni (du sud de la Côte d’Ivoire), en particulier, employaient un certain nombre de recettes qui, d’après eux, faisaient fondre les ganglions. La durée du traitement varie de 7 à 10 jours. Le manuscrit « Les missions du pharmacien colonel Lafitte à propos de la pharmacopée indigène en A.O.F. » rapporte quelques « recettes » :

  • une décoction d’un mélange de racines (egonigne, sician, kpaglan) peut être employée en fumigations ou bien le mélange des écorces est broyé et utilisé en massages ;
  • aux écorces des trois espèces précédentes, on ajoute des graines de sindian. Celles-ci sont écrasées et la pâte obtenue est utilisée en massages ;
  • on peut appliquer une pâte faite de racines de dodo après avoir pratiqué des incisions et des ventouses.

24Le traitement est pratiqué jusqu’à la disparition des ganglions.

25Les guérisseurs dioula de la région de Ferkessédougou (Côte d’Ivoire) commençaient par frotter les ganglions avec les feuilles vésicantes de Ficus exasperata (appelé encore figuier papier de verre), puis ils faisaient disparaître les ganglions grâce à l’action caustique du latex d’Euphorbia unispina.

26Dans la région de Kong (Côte d’Ivoire), le traitement consistait en l’absorption de boissons et en bains de vapeur utilisant la décoction des racines et des feuilles des plantes suivantes :

  • Afzelia africana, ou « lingué » ;
  • Tamarindus indica ;
  • Ficus capensis.

27Les Guéré utilisaient un mélange de feuilles de Cola caricifolia et de Nicotiana rustica. Le mode de préparation était le suivant : faire sécher les feuilles de Cola à l’ombre dans la case, piler ensuite avec le tabac à priser et introduire dans les narines à longueur de journée. Il est aussi recommandé d’ajouter des feuilles de Cola au riz destiné à l’alimentation. Le traitement dure un mois.

28Les Krou, à la frontière libérienne, pratiquaient des instillations oculaires du suc des feuilles d’une Tubiacée, Virecta procumbens.

29Les tribus de la région frontalière du Ghana utilisaient un décocté aqueux de racines et de feuilles d’une Zingibéracée appelée Aframomum melegueta ou poivre maniguette. Le décocté était employé en boissons et en instillations nasales.

30Chez les Bambara, on utilisait aussi les graines d’Aframomum melegueta mélangées avec du sel de Taoudenni ou sel noir. On frottait l’intérieur de la bouche à la hauteur des ganglions qui devaient disparaître au bout de quelques jours.

31Les Tagouana de la région de Katiola (Côte d’Ivoire) utilisaient un décocté aqueux de Cleiostopholis patens employé en boissons, frictions et lavements. Ils employaient aussi l’écorce de racines de Glyphaea lateriflora additionnée de sel et de maniguette.

32Les Diola de Basse-Casamance, avant le traitement « chirurgical », tentaient d’abord l’action d’un purgatif drastique et par voie externe des applications in situ d’un emplâtre constitué à parties égales de racines, rameaux et feuilles de Ritchiea fragrans accompagné de massage avec une pâte d’écorces de Trichilia prieuriana.

33Tous les traitements pratiqués par les guérisseurs de l’Afrique occidentale utilisaient des plantes douées d’activités drastiques et vésicantes. Cette thérapeutique apportait un soulagement momentané qui effaçait provisoirement les manifestations extérieures de la maladie. La guérison n’était certainement pas garantie.

La chimiothérapie

34Peu de parasitoses ont motivé, autant que la trypanosomose, un aussi grand nombre de recherches dans tous les domaines de la chimie thérapeutique. Plusieurs scientifiques réputés, au premier rang desquels figurent Laveran, Koch, Fourneau, ont été associés à ces recherches (annexe 1, p. 273).

35La première substance utilisée contre des trypanosomes l’a été en 1867 par Livingstone, sur son cheval, alors qu’il était au bord du lac Tanganyika et qu’il devait traverser une zone infestée de glossines. Il s’agissait de la solution de Fowler, de l’arséniate de potassium à 1 %.

36En 1893, Lingard utilise de l’arsenic acide sur des chevaux atteints par la surra (due à Trypanosoma evansi, du même sous-genre que Trypanosoma brucei).

37En 1896, Bruce utilise le même produit sur du bétail ayant la Nagana. Cette même année, Bruce découvre que la Nagana et la maladie du sommeil sont dues à une espèce de trypanosomes (connue depuis sous le nom de Trypanosoma brucei) et qu’elles sont transmises par la glossine.

38En 1902, Dutton identifie et nomme le trypanosome responsable de la maladie humaine (Trypanosoma brucei gambiense). La même année, à l’Institut Pasteur de Paris, Laveran et Mesnil proposent, comme traitement, l’injection en sous-cutanée d’une solution à 0,4 % d’arséniate de sodium. Depuis, et malgré des progrès considérables, les arsenicaux ont toujours joué un grand rôle dans le traitement.

39À partir de 1905, l’utilisation de l’Atoxyl® (sodium-p-amino-phényl arsonate), connu depuis 1863, représente un grand tournant dans le traitement de la THA.

40D’autres molécules sont testées entre 1916 et 1920 avec pour principal résultat la découverte du pouvoir trypanocide de la suramine (Moranyl®). En 1918, le glyphénarsine (Tryparsamide®) est mis au point. C’est un dérivé de l’Atoxyl®, plus actif que celui-ci en deuxième période mais inefficace sur T. b. rhodesiense. Il présente, malheureusement une toxicité pour le nerf optique ; en 1930, au Cameroun, du fait d’un surdosage, il va entraîner la cécité de près de 700 personnes.

41La recherche est alors relancée pour trouver un traitement alternatif : ce sera le mélarsoprol ou Mel Β (Arsobal®). En 1940, Friedheim propose le mélarsan (disodium p-melaminyl-phenyl arsonate), extrêmement toxique ; puis, en 1944, il décrit une forme trivalente appelée mélarsénoxide dont l’efficacité sur l’homme est démontrée en 1948. L’adjonction de BAL (British Anti Lewisite), dès 1949, abaisse sa toxicité d’un facteur proche de 100 alors que son efficacité n’est diminuée que de 2,5.

42Parmi les médicaments mis au point, il faut faire une place spéciale à la pentamidine (Lomidine®), car elle a servi pendant des années à protéger massivement les populations exposées. Toutes les personnes, malades ou non, vivant dans un foyer de la maladie du sommeil, recevaient une injection de Lomidine®. On l’appelle alors la « lomidinisation » que certains anciens considèrent, à tort, comme une vaccination.

43C’est une chimioprophylaxie. Elle est utilisée pour la première fois à Nola (RCA) en 1946 et mise en place dès 1947 au Congo, en 1950 au Gabon (Mayombe) ; elle ne sera pas utilisée au Cameroun avant 1952. Actuellement on ne fait plus de « lomidinisation ».

44Depuis quelques années, on utilise un médicament, l’alpha-difluoro-méthyl-ornithine (DFMO), conçu pour le traitement de certains cancers.

LA LUTTE ANTIVECTORIELLE

45Peu d’insectes d’intérêt médical ou vétérinaire ont fait l’objet d’études aussi poussées que les glossines. Leur taille et leur comportement ont facilité ces recherches. Toutefois, la lutte contre ce vecteur mettra longtemps à voir le jour et ne sera jamais faite à grande échelle comme les prospections médicales.

46Au tout début du XXe siècle, Maldonado, colon portugais de l’île de Principe, tente avec succès l’élimination des glossines par un procédé original : faire porter par ses manœuvres des dossards noirs enduits de glu. Appliquée de façon empirique, cette technique est basée sur l’attractivité, pour la tsé-tsé, des couleurs sombres et des odeurs.

47Les recherches montrent très tôt que la vie de la glossine dépend de deux éléments essentiels : les animaux qui lui apportent le sang dont elle se nourrit et la végétation qui lui procure l’ombre et l’humidité nécessaire.

48Lors de la première pandémie en Afrique de l’Est, il est proposé d’abattre tout le gibier sur lequel se nourrissent les glossines. Entre 1923 et 1950, en Rhodésie et en Ouganda, cette technique est largement appliquée et se révèle inutile. Il est alors envisagé, au lieu de tuer les animaux, de les éloigner en installant des clôtures, ce qui n’est pas plus efficace. La chasse et l’isolement ne touchent en fait que les gros mammifères ; or la glossine se nourrit aussi sur des petits animaux et peut survivre là où subsistent les petites antilopes, les phacochères, les reptiles et les oiseaux.

49Roubaud, en 1909, propose les éclaircissements forestiers : l’élagage d’une partie de la végétation suffit pour détruire une population de tsé-tsé en modifiant la température et l’humidité. L’idée est reprise plus tard par Nash et plusieurs techniques sont mises au point en se basant sur ce principe :

  • éclaircissement sélectif ne concernant qu’une partie du gîte ;
  • éclaircissement discriminatif ne touchant que certaines espèces de plantes ;
  • éclaircissement total ou « clearing ».

50La technique la plus utilisée durant la colonisation est la prophylaxie agronomique dont l’objectif est de remplacer la végétation bordant les cours d’eau par des cultures. Son application est d’autant plus aisée à l’époque que la main-d'œuvre est gratuite.

51Les feux de brousse sont même utilisés en zone de savane pour détruire les fourrés et buissons où se réfugient les glossines vectrices de trypanosomes d’animaux. Cette pratique est, elle aussi, abandonnée : un feu précoce ne détruit pas les gîtes ; avec un feu tardif, la végétation est remplacée par une végétation buissonnante, donc plus favorable aux tsé-tsé.

52Les pièges sont très tôt utilisés pour la surveillance des densités des populations, ils servent aussi pour la lutte avec des résultats variables. Le premier modèle, conçu par Harris (1930) a un succès retentissant au Zululand.

53En 1931, Harris place 487 pièges qui capturent 7 millions de glossines ; en 1937, il place 8 928 pièges qui n’en capturent plus que 57 000 ! La densité des glossines a été réduite de 99,96 % !

54Vient ensuite toute une série de pièges, mais bien peu servent effectivement à la lutte et cette technique est abandonnée après la Seconde Guerre mondiale avec l’avènement du DDT.

55Rupp, en 1952 dans l’ex-Congo belge, tente pourtant de lutter avec de simples tissus noirs, imprégnés de DDT et tendus en travers des cours d’eau. Son succès relatif (car l’insecticide n’est pas le mieux adapté à la technique) ne donne pourtant pas une deuxième chance au piégeage.

56À partir des années 1950, la lutte chimique est l’objet de nombreuses recherches, tant sur les insecticides que sur l’appareillage et les techniques. On passe de la nébulisation aux pulvérisations terrestres, puis aux pulvérisations aériennes. Les pulvérisations classiques, dites rémanentes, sont ensuite remplacées par des techniques moins offensives pour le milieu comme les ULV (Ultra Low Volume).

57Les premiers insecticides utilisés, les organochlorés (comme le DDT), sont remplacés par les organophosphorés puis finalement par les pyréthrinoïdes de synthèse. Ces techniques ne sont utilisées, avec un certain succès d’ailleurs, que dans la lutte contre les trypanosomoses du bétail, au Nigeria et surtout dans toute l’Afrique orientale.

58Cette méthode de lutte finit quand même par être très critiquée par les protecteurs de l’environnement à cause de ses effets néfastes sur la faune non cible.

59En 1978, pour tenter de lutter contre les glossines d’intérêt médical, la lutte par piégeage est remise à jour d’abord grâce au piège biconique puis avec toute une série de modèles issus de différents pays. Cependant, même si le matériel et les protocoles sont prêts et déjà éprouvés, on attend toujours des réalisations à grande échelle.

Notes

8 Les mots apparaissant en gras renvoient au glossaire (p. 13).

Table des illustrations

Légende Figure 1. Tsaltsalya
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search