Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Glossaire

Texte intégral

Adénopathie

1La présence des trypanosomes dans le système lymphatique entraîne chez celui-ci, une grande activité cellulaire qui se traduit, en particulier, par une inflammation des ganglions (adénite) qui augmentent de volume. Dans le cas de T. b. gambiense, ce sont les ganglions cervicaux et sus-claviculaires qui sont les plus concernés, alors que dans le cas de T. b. rhodesiense, ce sont les ganglions épitrochléens (du coude). La présence de ces adénites, indolores ou douloureuses, constitue un excellent signe clinique pour la recherche des suspects de THA mais ne peut en aucun cas permettre de poser le diagnostic de la maladie du sommeil si le trypanosome n’a pas été mis en évidence par ponction ganglionnaire et lecture microscopique. En effet, la présence de ganglions cervicaux et sus-claviculaires s’observe assez fréquemment du fait d’autres pathologies comme la gale ou des problèmes bucco-dentaires (voir aussi ganglions).

Allogène

2Se dit de personnes ou de populations arrivées récemment dans un pays ou une région. Par opposition on parle d’indigène (ou autochtone). Un allogène peut aussi bien être issu d’un autre pays que d’une autre région d’un même pays.

Aménorrhée

3C’est une absence de menstruation. L’arrêt des règles dans la THA est dû à une atteinte de l’axe diencéphalo-hypophysaire qui se trouve dans le cerveau. C’est lui qui régule la sécrétion des hormones, et en particulier des œstrogènes, de la testostérone et des hormones luthéiniques dont la présence dans le sang commande le cycle ovarien.

Amyotrophie neurogène

4Diminution des muscles, en poids ou en volume, d’origine neurologique.

Anthropisé

5Se dit d’un milieu qui a subi l’installation de l’homme et les transformations qu’il a provoquées du fait de ses activités.

Anthropophile

6On utilise ce terme pour désigner des glossines qui vivent dans l’environnement immédiat de l’homme (lisières de villages, campements, points d’eau) mais surtout pour distinguer les espèces qui se nourrissent sur l’homme. A priori l’homme est, pour la tsé-tsé, un hôte moins apprécié que les animaux (comme le porc) mais certaines espèces comme Glossina palpalis peuvent adapter leur régime alimentaire et, faute de mieux, se nourrir sur lui. Il s’agit d’opportunisme alimentaire.

Anthropozoonose

7Maladie vectorielle touchant l’homme et l’animal, par opposition à une zoonose qui ne touche que l’animal et une anthroponose qui ne touche que l’homme.

Anticorps

8Ce sont des protéines plasmatiques particulières que l’on appelle globulines ou immunoglobulines. Elles se trouvent dans le sérum et sont engendrées par l’organisme à la suite de l’introduction dans celui-ci d’un antigène (corps étranger à l’organisme, tel qu’une bactérie, un parasite, ou une molécule chimique). Elles participent au mécanisme de l’immunité. Les anticorps sont produits par les cellules du tissu lymphoïde (lymphocytes, plasmocytes, etc.) que l’on retrouve entre autres dans les ganglions. Les trypanosomes sont, pour l’organisme dans lequel ils se trouvent, des antigènes. La partie la plus antigénique du trypanosome est constituée par ses protéines de surface. L’organisme va réagir en produisant des anticorps qui vont concourir à la destruction des trypanosomes.

Apathie

9État, caractère d’une personne qui ne réagit pas, qui paraît sans volonté, sans énergie. Dans la THA, le malade éprouve de la fatigue au moindre effort, il se traîne et sa figure prend un aspect triste et apathique.

Apyrexie

10Absence de fièvre.

Aréfléxie

11Absence de réflexe.

Asymptomatique

12Qui ne présente aucun symptôme de la maladie, qui n’a aucun signe clinique. Cette situation se retrouve dans la période d’incubation de la maladie du sommeil.

Athétosique

13Mouvements involontaires, lents et ondulatoires, prédominants aux extrémités. Ils s’observent dans les affections touchant le thalamus ou l’hypothalamus. C’est le cas de l’encéphalite.

Autochtone

14L’autochtone est originaire, par voie ancestrale, de la région où il vit au moment présent.

Barrière

15C’est la partie d’un gîte aménagée ou traitée de façon à rendre impossible son franchissement par les glossines ou leur maintien. Une barrière peut être chimique (pulvérisations d’insecticide), mécanique (déboisement) ou constituée d’une série de SAT (systèmes attractifs toxiques comme les pièges ou les écrans). Les barrières naturelles sont les zones désertiques, les vastes étendues d’eau, les montagnes suffisamment élevées.

Barrière méningée

16Barrière protectrice constituée de trois membranes (méninges) entourant le cerveau et la moelle épinière. La présence de trypanosomes dans l’organisme entraîne des modifications de la barrière méningée, surtout de type vasculaire avec une pie-mère (membrane la plus interne) inflammatoire et épaissie en certains points.

Bois sacré

17Cette formation végétale, en zone de savane, est naturelle, résiduelle ou non, généralement dense : dans certaines régions d’Afrique, les bois sacrés sont réservés à des cérémonies rituelles. Compte tenu des superstitions dont ils font l’objet, ils sont maintenus en l’état, abritant ainsi des populations de glossines totalement isolées des gîtes de type classique et totalement inféodées à l’homme.

Bradycardie

18Ralentissement de la fréquence cardiaque à moins de 60 pulsations par minute.

Cachexie

19État d’affaiblissement, d’amaigrissement extrême, du corps constituant la phase terminale de certaines maladies ou infections chroniques. La faiblesse extrême des malades entraîne la cachexie. Leur appétit n’est pas diminué mais ils n’ont plus la force de l’exprimer et se retrouvent dans un état de maigreur extrême. De plus, du fait de leur impossibilité à se mouvoir, ils vont avoir des ulcérations cutanées aux points de pression (escarres) qui se surinfectent, ce qui augmente la dégradation de leur état général.

Campement

20Le terme de campement peut avoir plusieurs significations selon les pays. En matière d’épidémiologie de la THA, le mot campement désigne un habitat permanent ou semi-permanent installé sur le lieu des cultures (par exemple, dans une plantation) ou à proximité.

21Il est constitué de petites maisons rustiques et peut abriter une à cinq familles. Au-delà nous parlons, dans ce manuel, de hameau. Ce type d’habitat regroupe plus de cinq familles et peut fréquemment être assimilé à un village. Étant souvent installés par des allogènes, ils ne sont ni cartographiés ni recensés.

Cellules de Purkinje

22Cellules constitutives de la couche moyenne de l’écorce grise du cervelet. Leurs cylindraxes (ou « axones ») sont la seule voie efférente de l’écorce. Le cervelet contrôle les mouvements automatiques. La destruction ou la raréfaction des cellules de Purkinje a donc des conséquences directes sur ces mouvements.

Cérébelleux

23Se rapporte au cervelet. Le syndrome cérébelleux est un ensemble de troubles causés par des lésions du cervelet qui contrôle les mouvements automatiques. On observe une incoordination des mouvements, des troubles de la parole, de l’équilibre, un nystagmus, etc.

Cérébéllo-vestibulaire

24Se rapporte au cervelet et aux noyaux vestibulaires du cervelet. Les noyaux vestibulaires sont situés dans la partie la plus archaïque du cervelet (archéocérébellum). Ils sont en relation directe avec la portion vestibulaire du nerf acoustique et donc avec les canaux semi-circulaires de l’oreille interne qui jouent un grand rôle dans le maintien de l’équilibre. Le syndrome cérébello-vestibulaire (cf. cérébelleux) est particulièrement marqué par les troubles de l’équilibre.

Chimioprophylaxie

25Prise médicamenteuse pour prévenir l’apparition ou la propagation de la THA (et de toute autre maladie).

Choréiforme

26Qui ressemble à la chorée, maladie nerveuse caractérisée par des mouvements involontaires et irréguliers, tantôt lents, tantôt rapides, accompagnés d’hypotonie musculaire et de troubles de la coordination.

Crises comitiales

27Synonyme de crises d’épilepsie. Ce terme vient du nom « comices » qui désignait une assemblée populaire sous la Rome antique parce qu’on interrompait les comices lorsqu’un participant faisait une crise d’épilepsie.

Défenses immunologiques

28Type de défense de l’organisme faisant intervenir le système immunitaire et plus particulièrement la réaction antigène-anticorps. L’antigène est un corps étranger à l’organisme, tel qu’une bactérie, un parasite ou une molécule chimique. Les anticorps sont des protéines plasmatiques particulières que l’on appelle globulines ou immunoglobulines qui se trouvent dans le sérum (voir taux de séroprévalence) et qui sont engendrées par l’organisme à la suite de l’introduction dans celui-ci d’un antigène. Les anticorps concourent au mécanisme de l’immunité. Les trypanosomes sont, pour l’organisme, des antigènes. Il va donc y avoir production d’anticorps dirigés contre les trypanosomes pour essayer de les détruire.

29L’organisme peut également répondre à une agression extérieure par la production de cellules spécialisées réagissant spécifiquement avec l’antigène qui a provoqué leur production. C’est en particulier le cas dans la réaction immunitaire de greffe ou la réaction d’hypersensibilité retardée.

Dégénérescence spongieuse ou vasculaire des cellules étoilées

30Les cellules étoilées font partie de la couche moléculaire de l’écorce grise du cervelet. L’écorce du cervelet est constituée de trois couches : la couche moléculaire à l’extérieur, la couche des cellules de Purkinje au milieu et la couche des grains en dessous.

Densité des populations

31En matière d’entomologie, on parle de densité de populations pour quantifier le nombre d’insectes (par exemple, de glossines) pouvant être capturés à un moment donné dans un lieu donné et pendant un certain temps. Ce n’est pas un chiffre réel mais une évaluation car il est impossible de dire combien exactement il y a de tsé-tsé par kilomètre carré. Le terme exact est donc « densité apparente ». Aujourd’hui, on peut évaluer la densité apparente par piège et par jour (DAP) qui est égale au nombre de glossines capturées divisé par le nombre de pièges utilisés, lui-même multiplié par le nombre de jours de capture.

32Exemple : en utilisant 100 pièges, 4 jours de suite, on a capturé 1 200 Glossina palpalis palpalis. La DAP sera égale à : 1 200/100 x4 = 3 glossines par piège et par jour. Cette donnée est utilisée dans les études entomologiques pour suivre l’évolution quantitative des populations dans les différents gîtes, pour évaluer les variations saisonnières ou géographiques en comparant les gîtes entre eux et l’impact d’une campagne de lutte antivectorielle.

Diencéphalo-hypophysaire (axe)

33Le diencéphale situé entre les hémisphères cérébraux, autour du 3e ventricule, comprend le thalamus, l’épithalamus et l’hypothalamus. Ce dernier représente le centre principal de la vie végétative et est relié à l’hypohyse, glande endocrine logée sous la face inférieure du cerveau, par la tige pituitaire (cordon de substance nerveuse). Les différents constituants du diencéphale et de l’hypophyse interagissent entre eux. C’est ce qu’on appelle l’axe diencéphalo-hypophysaire. L’ensemble agit sur toutes les fonctions de la vie végétative, c’est-à-dire les fonctions vitales de base mais aussi sur la vie génitale et en particulier, la reproduction.

Dysarthrie

34Difficulté d’élocution due à des troubles moteurs de la phonation (langue, lèvres...) lors d’atteintes bulbaires ou cérébelleuses.

Dysglobulinémie

35Groupe de maladies caractérisées par la présence dans le sérum d’une immunoglobuline produite par un clone unique de cellules lymphoïdes.

Efficiente

36Se dit de quelque chose ou de quelqu’un dont l’action aboutit à de bons résultats (efficace). Ainsi, pour qu’une équipe mobile aboutisse à de bons résultats (soit efficiente), il ne faut pas qu’elle disperse ses efforts en intervenant n’importe où, ou n’importe comment. On comprend alors l’intérêt des Soins de santé primaires qui vont entre autres permettre à l’équipe mobile de focaliser son intervention.

Éluat

37C’est le produit de la remise en solution d’un liquide imprégnant une surface solide. Dans le cas présent il s’agit du sang séché fixé sur du papier Whatman (languette) qui est remis en solution dans du tampon PBS (voir ce mot).

Encéphalite

38L’invasion par les trypanosomes des vaisseaux de l’encéphale (ensemble des centres nerveux constitué du cerveau, du cervelet et du tronc cérébral contenus dans la boîte crânienne) entraîne une infiltration de leurs parois. Le sang circule alors difficilement et les centres nerveux sont mal nourris. Il s’ensuit une inflammation de l’encéphale qui peut être due à la production de toxines par les trypanosomes, ou aux trypanosomes eux-mêmes. Les encéphalites laissent souvent des séquelles mentales.

Encéphalite mésenchymateuse périvasculaire et démyélinisante

39C’est une forme particulière d’encéphalite avec atteinte des tissus entourant les vaisseaux et perte, par endroits, de la gaine des nerfs (myéline).

Encéphalopathie arsenicale

40Le Mélarsoprol contient des dérivés de l’arsenic qui sont toxiques pour l’encéphale et qui peuvent entraîner des troubles graves, voire mortels.

Endémique

41Une maladie est dite endémique si elle est propre à une région particulière et y demeure de façon presque permanente. C’est le cas de la maladie du sommeil en Afrique intertropicale. On peut classer les zones endémiques selon leur degré d’endémicité : faible, moyen ou fort.

42On dira alors que la région est hypoendémique, mésoendémique ou hyperendémique.

Érythèmes maculeux surélevés

43Une macule est une tache cutanée plane. L’érythème est une rougeur congestive de la peau disparaissant à la pression. L’érythème maculeux surélevé est donc une tache rouge et surélevée.

Exhaustif

44À propos d’une prospection, le terme exhaustif sous-entend « qui touche l’ensemble de la population » ou du moins sa grande majorité.

Exoérythrocytaire

45Ce terme, qui veut dire « en dehors des érythrocytes » (globules rouges), est appliqué aux trypanosomes car ceux-ci, contrairement au plasmodium (agent du paludisme), ne pénètrent pas les globules rouges.

Extrapyramidal

46Le système pyramidal est l’axe nerveux allant du cortex cérébral à la moelle épinière. Le système extrapyramidal est l’ensemble des structures nerveuses qui assurent le contrôle de la motricité autre que pyramidal. Le syndrome extrapyramidal est l’ensemble des manifestations dues à une lésion du système extrapyramidal (tremblement, hypertonie, etc.).

Faune non cible

47La faune non cible est composée, dans une région donnée, de tous les animaux vivants qui ne font pas l’objet d’une campagne de lutte, qui n’en sont pas la cible. Ces animaux peuvent être aussi bien les mammifères (toujours atteints par la déforestation) que les reptiles ou les oiseaux (touchés par les insecticides) ou encore les poissons. Mais dans la faune non cible on inclut aussi tous les arthropodes c’est-à-dire les insectes et les crustacés, terrestres ou aquatiques. Ces derniers sont particulièrement sensibles aux pulvérisations d’insecticides sur la végétation ou aux écoulements de pesticides dans les cours d’eau. En pratiquant des pulvérisations, aériennes ou terrestres, sur la végétation, on peut détruire tous les insectes pollinisateurs comme les abeilles. Les ruisseaux et rivières peuvent être contaminés par ces techniques ou bien par écoulement des eaux de pluie qui lessivent la végétation et entraînent les produits. Dans ce cas-là, on peut empoisonner directement certains organismes vivants (poissons, crevettes, etc.) ou rompre la chaîne alimentaire et détruire indirectement un certain nombre d’espèces. La lutte contre les insectes d’intérêt agricole est particulièrement polluante dans ce sens. Les organisations internationales sont particulièrement pointilleuses sur la préservation de la faune non cible : cela a entraîné l’amélioration des techniques de lutte dites chimiques, basées sur les pulvérisations d’insecticide, et a favorisé le renouveau du piégeage. Un piège est en général spécifique d’une espèce et ne provoque aucun désordre dans l’environnement.

Ganglions

48Petits renflements situés sur le trajet des vaisseaux lymphatiques. Ils servent en quelque sorte de filtres aux infections car ils possèdent des cellules lymphoïdes, qui participent à la réaction immunitaire, et des cellules dites réticulo-histiocytaires qui jouent un rôle majeur dans la phagocytose (c’est l’absorption, puis la digestion par certaines cellules de l’organisme, d’éléments à détruire) des particules antigéniques. L’augmentation d’activité de ces cellules, liée, en particulier, à la présence de trypanosomes, va entraîner une augmentation de volume des ganglions (voir adénopathie).

Giemsa

49La solution mère de Giemsa est très sensible à la lumière. Elle doit être contenue dans une bouteille de verre brun hermétiquement fermée. Il faut éviter de l’agiter en la maintenant dans un endroit où l’on ne risque pas de la déplacer trop souvent (armoire fermée). On prélève avec une pipette la quantité nécessaire à la dilution souhaitée (5 à 10 %) que l’on versera dans une burette graduée. Il ne faut pas reverser la solution mère excédentaire dans son flacon d’origine. On complète la dilution en versant dans la burette graduée le volume nécessaire d’eau. Celle-ci doit être limpide, avec un pH compris entre 7,0 et 7,2. Si ce n’est pas le cas, il faudra la neutraliser.

Glossine riveraine

50Une glossine riveraine est une glossine, généralement du groupe palpalis, qui vit à proximité des cours d’eau à l’intérieur des galeries forestières ou forêts galeries dans les zones de savane. Ces mêmes espèces peuvent se trouver aussi en zone de forêt, largement disséminées dans tous les biotopes suffisamment humides.

Hématophage

51Un insecte hématophage est un insecte qui vit de sang (mammifères, oiseaux ou reptiles). Les glossines sont des insectes strictement hématophages, le mâle comme la femelle se nourrissant uniquement de sang contrairement aux moustiques ou aux tabanidés chez qui les mâles se nourrissent de jus sucrés.

Hépatosplénomégalie

52Augmentation du foie et de la rate. Ces deux organes font partie du système de défense immunitaire de l’organisme, un peu au même titre que les ganglions (voir ce mot). C’est pourquoi, ils peuvent être modérément augmentés de volume dans la THA.

Histioplasmocytaires (infiltrats)

53L’histiocyte est une cellule du tissu réticulo-endothélial (voir système réticulo-endothélial) issue du monocyte à très grand pouvoir phagocytaire et capable d’évoluer en d’autres formes cellulaires. Le plasmocyte est une cellule ressemblant au lymphocyte que l’on trouve surtout dans les inflammations chroniques. La présence de ces deux types de cellules traduit ici une réaction inflammatoire d’origine allergique.

Hôte

54Pour le trypanosome, l’hôte est l’homme ou l’animal qui l’abrite. Pour l’insecte, un hôte est un animal vertébré terrestre qui peut fournir du sang permettant la survie de l’espèce. Chaque espèce de glossines a ses hôtes préférés, ce qui détermine, en partie, son aire de répartition. Certaines glossines peuvent choisir leurs hôtes en fonction de la disponibilité de ces derniers. Des tsé-tsé comme Glossina palpalis sont dites opportunistes car elles se nourrissent sur l’hôte qu’elle trouve.

Hyperesthésie

55Désigne une augmentation de la sensibilité superficielle (le moindre effleurement d’un objet se ressent fortement) ou profonde (la pression sur un objet, comme le fait de tenir un objet, entraîne une vive douleur). L’hypoesthésie est une diminution de la sensibilité.

Hyperplasie

56Prolifération anormale de cellules.

Hyperplasie folliculaire

57Il s’agit ici d’une prolifération anormale des cellules des follicules ganglionnaires qui sont des amas de lymphocytes et de lymphoblastes situés dans la région corticale des ganglions lymphatiques.

Hypopharynx

58C’est un stylet très fin, inséré dans le canal alimentaire de la glossine, réuni au canal salivaire impair et servant à l’injection de la salive pendant la piqûre.

Incidence

59Voir prévalence.

Infectante

60Se dit d’une glossine porteuse de trypanosomes qui peut être à l’origine d’une contamination.

61Par extension, on parle de piqûre infectante si celle-ci introduit des trypanosomes dans l’organisme de la personne piquée.

Infection intercurrente

62C’est une infection qui survient au cours d’une maladie sans qu’il y ait de relations directes entre les deux. On peut, par exemple, faire un paludisme alors qu’on a une trypanosomiase. Le paludisme n’est pas directement lié à la trypanosomiase. C’est une autre infection qui survient au cours de la trypanosomiase. Il faut distinguer « infection intercurrente » et « complication ». La complication d’une maladie lui est directement liée. Si l’on a un paludisme et que l’on fait un coma neuropalustre, c’est une complication.

Jabot

63Chez la glossine, le jabot est une poche extensible à l’intérieur de l’abdomen, qui stocke le sang prélevé au cours du repas avant que celui-ci ne repasse dans l’intestin, à l’intérieur de la membrane péritrophique, pour y être digéré. La durée du stockage détermine la possibilité pour un trypanosome sanguin de survivre ultérieurement dans l’intestin.

Kinétoplaste

64Le kinétoplaste est une masse, colorée en rouge par le Giemsa (cf. p. 18), située à l’extrémité postérieure du trypanosome et d’où part le flagelle. Il joue un rôle dans la production d’énergie du trypanosome.

Leucocytorrhée

65Dans la THA il s’agit d’une présence anormale de leucocytes dans les selles

Leucoplasmocytaire périvasculaire (infiltration)

66Présence de leucocytes et de plasmocytes autour des vaisseaux (voir histioplasmocytaires).

Liquide céphalo-rachidien (LCR)

67Liquide clair qui baigne l’ensemble du système nerveux central. On peut le prélever en faisant une ponction, au bas du dos, dans la colonne vertébrale. C’est ce que l’on appelle la ponction lombaire. Dans la seconde phase de la maladie, les trypanosomes se trouvent, entre autres, dans le liquide céphalo-rachidien. On pourra les mettre en évidence par la ponction lombaire suivie d’une observation de ce liquide au microscope.

Lymphatico-sanguine

68Nom donné à la première phase de la maladie du sommeil car le trypanosome se retrouve dans le sang et le système lymphatique.

Lymphatique

69Le système lymphatique est un appareil circulatoire, au même titre que les vaisseaux sanguins, dans lequel coule la lymphe qui est un liquide riche en protéines et en lymphocytes. Ces derniers sont des cellules produites, en particulier, par les ganglions lymphatiques, et qui participent aux défenses immunitaires de l’organisme.

Lymphoplasmocytaire péricapillaire (infiltration)

70Présence de lymphocytes et de plasmocytes autour des capillaires (voir histioplasmocytaires).

Malléolaire (œdème)

71Les malléoles sont les deux bosses que l’on trouve à la cheville. L’externe correspond à l’extrémité inférieure du péroné et l’interne à l’extrémité inférieure du tibia. L’œdème malléolaire est donc l’œdème de la cheville.

Membrane péritrophique

72La membrane péritrophique de la glossine est un tube chitinisé (constitué de chitine, élément essentiel du corps des insectes) extensible, semi-perméable, contenu à l’intérieur de l’intestin. Elle est sécrétée en permanence par le proventricule, et sert à contenir le sang durant sa digestion.

Méso-diencéphalique (région)

73Partie médiane du diencéphale (voir diencéphalo-hypophysaire).

Métacyclique

74La forme métacyclique du trypanosome correspond au deuxième stade de sa transformation chez la glossine. Le trypanosome ayant rejoint les glandes salivaires de la glossine, se raccourcit et son kinétoplaste migre à l’arrière du noyau. À l’étape suivante, le kinétoplaste se replace en avant du noyau et le trypanosome reconstitue son manteau antigénique de surface. Il est alors à nouveau capable d’infecter un hôte mammifère (forme métacyclique infestante) chez lequel il recouvrira sa forme trypomastigote.

Morbidité

75Ce terme caractérise ce qui est pathologique, malade. Réduire la morbidité liée à une affection (comme la maladie du sommeil) revient à diminuer le rapport entre le nombre des malades et celui de la population dans laquelle vivent ces malades. Moins il y aura de malades dans une population donnée, plus la morbidité sera faible.

Myoclonique (mouvement)

76Contractions musculaires brèves et rapides se reproduisant à des intervalles variables.

Nébulisation

77Ou encore brumisation. C’est un mode d’épandage d’insecticide, non rémanent, au sol, réalisé avec des appareils type Swingfog ou TIFA (Todd Insecticide Fog Applicator) produisant un brouillard à partir du produit en solution huileuse et d’un courant d’air chaud. Ce mode de traitement malgré quelques succès ne s’est pas généralisé du fait des complications dues aux conditions atmosphériques et aux risques d’inhalation d’un brouillard hautement toxique.

Névroglie fibreuse (éléments de)

78Fibrose du tissu de soutien du système nerveux qui est formé par des cellules « névrogliques » ou « gliales ».

Nycthéméral (rythme)

79Succession du jour et de la nuit (ou de la nuit et du jour) sur une durée de 24 h. Dans la THA, il peut y avoir une inversion du rythme nycthéméral (ou nyctéméral), ce qui, schématiquement, revient à dire que le malade dort le jour et reste éveillé la nuit.

Nymphose

80Chez certains insectes, comme la glossine (ou le papillon), c’est la période entre le stade larvaire et le stade adulte où s’accomplissent des transformations radicales. On parle aussi de métamorphose. Chez la glossine, la larve, une fois déposée au sol par la femelle, se transforme en pupe. Son enveloppe extérieure durcit et noircit formant un cocon assez résistant à l’intérieur duquel la larve va peu à peu se transformer en mouche adulte. Cette période de nymphose dure de 25 à 60 jours selon la température.

Pancardite infiltrative

81Inflammation globale du cœur (péricarde, myocarde et endocarde) avec infiltrat des tissus.

Pandémie

82Se dit d’une endémie très étendue, touchant plusieurs pays, voire plusieurs continents. Les pandémies de trypanosomiase à Trypanosoma gambiense se sont étendues à tous les pays de l’Afrique centrale et de l’Ouest et ont touché des centaines de milliers de personnes.

Parasite

83Le nom de parasite s’applique à un être vivant qui vit aux dépens de son hôte chez qui il puise tout ce qui lui est nécessaire pour vivre et se multiplier sans lui apporter quelque chose d’utile en échange. Les trypanosomes sont des parasites.

Parasitémie

84Désigne la présence de parasites dans le sang de l’hôte.

Pathogène

85Se dit d’un organisme qui peut provoquer une maladie. Trypanosoma b. gambiense est pathogène pour l’homme et provoque la THA.

Pathognomonique

86Symptôme ou signe caractéristique d’une maladie et suffisant à lui seul pour en faire le diagnostic.

Polarisation cérébrale

87C’est l’un des qualificatifs de la seconde phase de la maladie du sommeil (phase de polarisation cérébrale). Il indique bien qu’en seconde phase les trypanosomes provoquent des troubles neurologiques d’origine cérébrale.

Polémique

88Vive discussion entre personnes aux positions différentes. Dans le cas présent, les divergences portent sur la classification des trypanosomes. Pour les uns, le groupe brucei se subdivise en T. brucei brucei, T. b. gambiense et T. b. rhodesiense sur la base de constatations cliniques et géographiques. Pour les autres qui se réfèrent aux résultats obtenus par des techniques modernes comme la biologie moléculaire, ce groupe est extrêmement complexe et se subdivise en de nombreux sous-groupes.

Polynévritique (signe)

89Signe d’une polynévrite, c’est-à-dire d’une atteinte dégénérative de plusieurs nerfs périphériques qui se caractérise par des troubles sensitifs et un déficit moteur bilatéral et symétrique.

Pré-imaginale

90Le terme de période pré-imaginale est employé pour désigner la vie de la glossine entre son dépôt par la femelle (larviposition) et sa sortie du puparium. En fonction des conditions climatiques cette période varie de 25 à 60 jours. Elle est toujours plus brève de quelques jours chez le mâle. Durant cette période, si le développement est rapide à cause de hautes températures, la glossine « naîtra » avec des réserves faibles et ses chances de survie seront limitées si elle ne trouve pas immédiatement un hôte pour se nourrir. De même, si le développement est long à cause de basses températures, la glossine aura épuisé ses réserves de graisses et devra immédiatement se nourrir pour survivre. La durée idéale de cette période se situe aux alentours de 35 jours (ce qui est couramment observé en forêt).

Prévalence

91C’est le rapport (%) entre le nombre de malades connus et l’effectif de la population concernée d’où proviennent ces malades, sans distinction entre anciens et nouveaux malades. Dans une région où vivent 10 000 personnes et où il y a 100 trypanosomés, la prévalence de la maladie du sommeil sera de 100/10 000 = 1 %. Ne pas confondre prévalence avec incidence. L’incidence est le rapport entre le nombre de nouveaux malades diagnostiqués durant une période donnée (6 mois, 1 an, etc.) et l’effectif de la population d’où proviennent ces malades. On ne tient donc pas compte des anciens malades.

Proboscis

92Le proboscis est l’ensemble des pièces buccales de la glossine, horizontales au repos, très nettement visibles à l’œil nu (voir fig. 10, p. 55).

Procyclique

93La forme procyclique du trypanosome correspond au premier stade de sa transformation chez la glossine : dans le tube digestif de l’insecte, il s’allonge et perd son manteau antigénique de surface (couche de glycoprotéines variable de surface située sur la partie externe de la membrane cellulaire du trypanosome et responsable de la variation antigénique).

Protidogramme

94Répartition, après fractionnement par électrophorèse, des différentes fractions des protéines du sérum que l’on traduit généralement par une courbe.

Proventricule

95C’est un organe musculaire faisant office de sphincter. Il est situé entre le jabot, l’œsophage (qui rejoint les pièces buccales) et l’intestin moyen (voir fig. 8, p. 52). Il sécrète en continu la membrane péritrophique.

PSG

96C’est un tampon qui contient du phosphate de sodium, du sel et du glucose. Sa composition est la suivante :

  • NaH2PO4.2H2O : 8,45 g ;
  • NaH2PO4.lH2O : 0,34 g ;
  • NaCl : 2,13 g ;
  • glucose : 15,00 g ;
  • eau distillée pour faire 1 litre ;
  • pH à 20 °C : 7,95 à 8,05 ;
  • force ionique : 0,18 ;
  • stérilisation sur filtre Sartorius 0,22 µm après passage par un filtre épais.

Pulvérisation aérienne

97C’est une technique relativement récente. L’insecticide (surtout la dieldrine et l’endosulfan) est épandu par des pulvérisateurs spéciaux montés sur avion ou hélicoptère volant entre 1 et 3 m de la cime des arbres. La pulvérisation est totale avec de grands risques pour la faune non cible, particulièrement la faune aquatique. Le coût de l’opération n’est pas forcément plus élevé que celui des pulvérisations au sol et le travail est très rapide. Mais ce genre de pulvérisations exige un matériel adapté et du personnel qualifié. Les opérations sont aussi tributaires des conditions climatiques : les inversions thermiques en empêchant le dépôt de l’insecticide limitent le traitement à quelques heures par jour, le matin et le soir. Les consommations d’insecticides en matière active par hectare sont évaluées à : 800-1 000 g de dieldrine, 10-100 g d’endosulfan et 12,5 à 30 g de deltaméthrine, mais peuvent varier en fonction de la densité de la végétation, de la saison et du type d’appareil utilisé.

Pulvérisation terrestre

98L’insecticide est épandu à l’aide d’appareils portés à dos d’homme (pulvérisateurs à pression préalable ou à moteur) ou, dans certaines savanes, à l’aide de pulvérisateurs plus puissants montés sur camions. Cette technique permet de pratiquer des pulvérisations, discriminatives ou sélectives, en réduisant le risque de pollution. Elle nécessite cependant une main-d'œuvre nombreuse et un appui logistique très lourd. On considère que pour un appareil il faut disposer de trois hommes : un porteur, un débroussailleur, un approvisionneur sans compter les chefs d’équipe et les chauffeurs. Le travail est généralement long, mais au Nigeria des milliers de kilomètres carrés ont pu ainsi être libérés pour l’élevage. Les consommations en matière active par hectare, plus élevées qu’en pulvérisation aérienne, sont estimées à : 3 000-9 000 g de DDT, 2 000-6 000 de dieldrine et 12 à 60 g de deltaméthrine, mais peuvent varier en fonction de la densité de la végétation, de la saison et du type d’appareil utilisé.

Pyréthrinoïde de synthèse

99Les pyréthrinoïdes de synthèse sont apparus relativement récemment sur le marché. De nouvelles formulations et même de nouveaux composés sont sans cesse créés : perméthrine, cyperméthrine, alphacyperméthrine, cyfluthrine et surtout, le plus employé, la deltaméthrine. C’est l’un des insecticides les plus toxiques, même à très faible dose, pour les tsétsé. Moins rémanent, car dégradé par la lumière, et plus cher que les organochlorés (comme le DDT), il possède de grandes qualités : biodégradabilité et faible toxicité pour les mammifères. Le désagrément le plus marquant des pyréthrinoïdes est l’effet irritant : solubles dans les graisses, ils traversent rapidement les parois cellulaires par contact, inhalation ou ingestion. Cet effet est de courte durée et ne représente pas un risque important (la sensation de brûlure peut être calmée par friction avec un demi-citron). Les pyréthrinoïdes possèdent la particularité de provoquer un effet knockdown sur les insectes. Une glossine recevant ou prenant une dose non mortelle tombe et reste plus ou moins immobilisée pendant plusieurs heures ; la plupart d’entre elles sont dévorées par les fourmis dans les six heures.

Rémanence

100Si on pulvérise de l’insecticide, le dépôt de produit doit être efficace : 1°) durant le temps que mettront à se développer, à l’intérieur du puparium, les larves déposées juste avant la pulvérisation (cette période peut durer jusqu’à deux mois) ; 2°) suffisamment longtemps pour freiner la réinvasion de la zone par des glossines venues de l’extérieur et pour réduire le nombre de traitements. Les insectes sont visés au niveau de leurs lieux de repos, diurne ou nocturne. L’insecticide est déposé sous forme de grosses gouttelettes sur tout ou partie de la végétation. Ce genre de traitement est utilisé pour créer des barrières chimiques destinées à isoler une région. Inversement, dans le cas de pulvérisations non rémanentes, l’insecticide utilisé à petite dose, est nébulisé pour tuer les adultes présents dans le gîte sans effet rémanent supérieur à quelques jours, voire quelques heures. Économique en insecticide et en main-d'œuvre, moins polluant qu’une pulvérisation rémanente, ce traitement exige un matériel spécialisé et plusieurs passages successifs espacés de deux à trois semaines pour atteindre les jeunes imagos issus de leur puparium entre deux traitements avant qu’ils n’aient pu mûrir une éventuelle infection trypanosomienne.

Rénitente (tuméfaction)

101Masse élastique résistant à la pression du doigt.

Réponse humorale

102Réponse de l’organisme à une agression due à la présence d’antigènes. L’organisme produit des cellules immuno-compétentes (lymphocytes, en particulier) et des anticorps qui vont attaquer les antigènes en utilisant la circulation sanguine et lymphatique. On parle alors d’anticorps circulants. On peut les mettre en évidence dans le sérum par des tests immunologiques (comme le GATT dans le cas de la THA). Cette immunité humorale est opposée à l’immunité tissulaire qui est une réponse localisée ou élective pour un organe ou pour un système tissulaire de l’organisme. Le chancre d’inoculation est la traduction clinique d’une défense tissulaire à la pénétration des trypanosomes.

Réponse immunologique

103C’est la réponse, par voie tissulaire ou humorale, de l’organisme à une agression due à la présence d’antigènes. Elle met en jeu la production de tout ou partie des éléments intervenant dans la défense immunitaire.

Réticulo-endothéliose

104Atteinte du système réticulo-endothélial.

Sanguicole

105Se dit de tout organisme, de tout parasite, qui vit dans le sang.

Selvatique

106Le cycle selvatique passe par des animaux sauvages (le mot selvatique vient du mot latin selva qui veut dire « forêt ») comme les antilopes. On l’oppose au cycle domestique qui, dans le cas de la trypanosomiase, se passe au village et fait intervenir le porc.

Sensibilité/spécificité

107La sensibilité se définit comme la capacité à mettre en évidence un problème dans une population donnée. Lors d’un dépistage immunologique de la maladie du sommeil, le test à utiliser devra être choisi en fonction de sa sensibilité. Plus il est sensible, plus on aura l’assurance qu’il englobe, dans les positifs, le plus grand nombre de malades. Une grande sensibilité implique a priori un manque de spécificité, c’est-à-dire que, parmi les positifs, il y aura des malades, mais aussi des non-malades (faux positifs). Il faudra donc pratiquer sur l’ensemble des positifs (que l’on appelle les suspects immunologiques) un examen parasitologique permettant de déterminer qui est un vrai malade et qui est un faux positif. La spécificité se définit comme la capacité à éviter les faux positifs. Un test est d’autant plus spécifique que les positifs qu’il met en évidence sont de vrais malades (vrais positifs).

108Le risque d’un test trop spécifique est de manquer de sensibilité, c’est-à-dire qu’il va laisser passer des malades (faux négatifs). La sensibilité se calcule comme le rapport des vrais positifs sur la somme des vrais positifs + les faux négatifs.

109On comprendra que, pour le dépistage de la THA, il faut un test très sensible, afin d’inclure tous les malades parmi les suspects, mais également suffisamment spécifique pour qu’il n’y ait pas trop de faux positifs et donc pas trop d’examens parasitologiques à faire. Le test diagnostic, lui, doit être très spécifique puisqu’il doit permettre d’affirmer que la personne est malade. Mais il doit être également suffisamment sensible pour éviter de rendre un résultat négatif alors que la personne est malade. L’examen spécifique par excellence est celui qui visualise le trypanosome. C’est le cas des techniques parasitologiques, particulièrement celles qui concentrent les parasites dans l’échantillon examiné. La spécificité se calcule comme le rapport des vrais négatifs sur la somme des faux positifs + les vrais négatifs.

Symbionte

110Un symbionte est un organisme vivant dans un autre organisme en association à bénéfices réciproques (contrairement au parasite). Le tube digestif de la glossine se caractérise par la présence, dans la partie médiane de l’intestin moyen, du mycétome, amas de cellules géantes contenant des symbiontes bactéroïdes ou RLO’s (Rickettsia-Like Organisms). Transmis de l’adulte à la larve par les glandes nourricières de la femelle, ces symbiontes ont un rôle mal connu, peut-être la sécrétion de vitamines, mais capital pour la survie de l’insecte puisque l’absorption d’antibiotiques provoque sa mort. On sait seulement, depuis peu, qu’ils peuvent favoriser ou inhiber l’installation du trypanosome chez la glossine.

Système réticulo-endothélial

111Ensemble de cellules diverses, toutes capables de phagocytose, dont les histiocytes, les macrophages, les cellules réticulaires (cellules des organes hématopoïétiques, précurseurs des cellules sanguines et des cellules conjonctives libres), les cellules endothéliales (en particulier, du système lymphatique), et les cellules gliales (du système nerveux central). On en trouve dans le sang, les ganglions lymphatiques, la moelle osseuse, la rate, le foie, les alvéoles pulmonaires, le système nerveux central, etc. Elles jouent, entre autres, un rôle dans la défense immunitaire (fabrication d’anticorps et élimination de corps étrangers) et la production de nouvelles cellules (surtout phagocytaires).

Tabanidés

112Les tabanidés sont communément appelés taons. Hématophages comme la glossine, ils sont souvent confondus avec elle par les populations.

Tachycardie

113Accélération du rythme cardiaque à plus de 100 pulsations par minute.

Tampon PBS

114Tampon (Buffer en anglais, d’où le « Β » dans le sigle) composé de phosphate (Na2HPO4 et NaH2PO4) et de sel (NaCl). Ce tampon est un des plus couramment utilisés en biologie. Il sert de base à la composition du PSG (PBS + Glucose) utilisé dans les minicolonnes échangeuses d’anions qui servent au diagnostic de la THA.

Taux de séroprévalence

115On désigne sous ce terme le rapport (pourcentage) des personnes positives à un test immunologique pratiqué sur le sérum (partie « liquide » du sang, en opposition à la partie « figurée » constituée des différentes cellules du sang et des plaquettes) en fonction de la population dans laquelle elles vivent. Si le test immunologique est réalisé pour la THA et que dans un village de 1 000 habitants on trouve 100 d’entre eux positifs au test, on dira que le taux de séroprévalence dans ce village est de 10 % (100/1 000). Le taux de séroprévalence donne une indication de la proportion des malades dans le village. Le nombre exact de malades ne pourra être déterminé que par les examens parasitologiques qui seuls, peuvent mettre en évidence la présence du trypanosome chez un individu.

Taxonomie

116La classification des trypanosomes en genres, sous-genres et espèces s’appelle la taxonomie (ou taxinomie). Le tableau de Hoare est un tableau taxonomique (tabl. I, p. 47).

Teigne

117Maladie due à un champignon microscopique touchant le système pileux en général et plus particulièrement les cheveux. Elle se traduit par la présence de plaques sans cheveux. Ces plaques ont souvent un aspect blanchâtre et peuvent être surinfectées. L’une des conséquences des teignes est la présence d’adénopathies (voir ce mot) en rapport avec la mise en action des défenses immunitaires du malade. Il faut pouvoir distinguer ces adénopathies dues aux teignes de celles dues à la maladie du sommeil.

Ténérale

118Une glossine ténérale, mâle ou femelle, est une glossine jeune qui ne s’est pas encore nourrie de sang. On la reconnaît à son aspect assez clair par rapport aux individus plus âgés et surtout à la mollesse de ses téguments (de l’enveloppe de son corps). Une technique consistant à appuyer la tête d’une épingle sur le thorax permet de distinguer grosso modo les glossines ténérales : le tégument s’enfonce et ne revient pas à sa place. En réalité, cette technique est peu précise car il faut quelques jours à la glossine pour que ses téguments se rigidifient et pour consolider ses muscles thoraciques qui commandent le vol. La seule façon d’être certain de l’état ténéral de la glossine est de pratiquer la dissection. Si la tsé-tsé ne s’est pas nourrie, il subsiste dans l’intestin un sac d’origine larvaire, brunâtre et en général bien visible. Ce sac sera poussé et évacué vers l’anus par la membrane péritrophique remplie du sang du premier repas. L’intérêt des glossines ténérales est double. Ce sont les seules glossines à pouvoir s’infecter lors de leur premier repas si elles piquent un individu porteur de trypanosomes de l’espèce Trypanosoma brucei ; leur densité est donc utilisée (entre autres facteurs) pour déterminer les zones à risque de transmission. Elle sert également à évaluer le résultat d’une campagne de lutte : si la technique employée a été efficace, les captures faites dans les jours qui suivent donnent une majorité de ténérales, nouvellement sorties de leur puparium, et donc pas encore touchées par la méthode de lutte.

Test sérologique

119Test immunologique réalisé sur le sérum ou le plasma (partie liquide du sang, voir taux de séroprévalence) d’une personne afin de mettre en évidence la présence d’anticorps ou d’antigènes en rapport avec une pathologie déterminée. Dans le cas de la maladie du sommeil, le test le plus couramment utilisé est le CATT. Ce test sert à rechercher la présence d’anticorps chez la personne testée. Si le test est positif, cette personne sera considérée comme suspecte d’avoir la maladie du sommeil, mais pas comme malade. Pour cela, il faudra mettre en évidence le trypanosome, ce que le CATT ne peut pas faire. On pratiquera donc, sur tous les suspects, des examens parasitologiques pour rechercher les trypanosomes au microscope.

Transmission mécanique

120Les trypanosomes sont transmis par la glossine après avoir effectué un cycle de maturation, d’abord dans le tube digestif de la mouche, puis dans ses glandes salivaires. C’est ce qu’on appelle la transmission cyclique. Mais les trypanosomes peuvent aussi être transmis mécaniquement – sans cycle de maturation – avec ou sans intervention d’une glossine. La transmission peut s’effectuer, par exemple, à l’occasion d’une transfusion sanguine si le sang du donneur contient des trypanosomes. Elle peut également être due à un insecte hématophage qui pique un malade puis aussitôt après un homme sain. Les trypanosomes restant dans, ou sur, ses pièces buccales pourront être inoculés à l’homme sain si le délai entre les deux repas est assez court pour que le parasite soit encore actif. C’est une des causes des transmissions de la mère à l’enfant. La mère, malade, piquée par un insecte (par exemple, une glossine), va le chasser ; celui-ci peut alors piquer l’enfant qu’elle porte au dos et lui transmettre mécaniquement des trypanosomes.

Trypanocide

121Se dit d’un produit qui tue les trypanosomes. Ce peut être un médicament, de l’alcool... Un médicament trypanocide ne doit pas être confondu avec un médicament trypanostatique qui empêche la multiplication des trypanosomes sans les détruire.

ULV

122La technique ULV (Ultra Low Volume) consiste à nébuliser l’insecticide (surtout l’endosulfan) par un atomiseur monté sur avion ou hélicoptère volant entre 10 et 15 m au-dessus de la cime des arbres et perpendiculairement au vent dominant. Les gouttelettes émises (20 à 40 microns) forment un brouillard qui, sous l’effet de la vitesse de l’appareil, et plus particulièrement sous celui des pales de l’hélicoptère, englobe toute la végétation. Les avantages et les inconvénients de cette technique sont les mêmes que ceux des pulvérisations rémanentes aériennes, mais la consommation en insecticide est moins importante bien qu’il faille plusieurs passages successifs. Il faut entre 6 et 20 g de matière active d’endosulfan par hectare contre 1 000 g en pulvérisation normale.

Vecteur

123Un vecteur peut être tout organisme vivant, généralement un arthropode (une tique ou un insecte comme le moustique), susceptible de véhiculer d’un hôte à l’autre des agents pathogènes (virus, bactéries, protozoaires) par piqûre, sécrétion ou déjection. La glossine est le vecteur de la trypanosomiase humaine africaine, comme l’anophèle est vecteur du paludisme et l’Aedes, vecteur de la fièvre jaune, autant de maladies qui font partie des maladies dites transmissibles.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search