Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Préface

Jean-Philippe Chippaux

Texte intégral

  • 1 Dont il existe beaucoup d’autres dénominations, ce qui traduit sa fréquence et la marque qu’elle a (...)

1La maladie du sommeil, ou trypanosomose humaine africaine1 (THA), a profondément marqué la démographie et l’économie des États africains. Cette affection demeure l’une de celles qui, jusqu’à l’émergence du sida, ont le plus profondément touché le développement du continent. La lutte contre la trypanosomose a pesé sur l’organisation administrative et même politique des colonies africaines entre 1920 et 1960, date des indépendances ; elle a créé des habitudes, jusqu’au vocabulaire, spécifiques et particulières qui feraient sourire si elles n’étaient associées aux pires heures de l’Afrique.

2L’action sanitaire coloniale ne peut se dissocier de la lutte contre cette endémie majeure. Le service de santé colonial, essentiellement composé de médecins militaires, l’Institut Pasteur et ses filiales africaines, l’Orstom – aujourd’hui IRD – ont été intimement mêlés à ce passé héroïque que l’on a peine à imaginer après l’oubli contraint de la décolonisation.

3La maladie est connue depuis l’invasion arabe de l’Afrique au sud du Sahara. Ne dit-on pas que l’avancée de l’islam a été stoppée par la mouche tsé-tsé, vecteur des trypanosomes humains et animaux, ces derniers ayant éliminé les chevaux arabes ? Selon Ibn Khaldoum, historien tunisien de la fin du XIVe siècle, Mari Djata, le dernier grand sultan de l’empire du Mali, succomba à la maladie du sommeil à Tombouctou en 1374. C’est la première mention historique certaine de cette endémie. L’affection est systématiquement recherchée par les négriers chez les esclaves originaires du golfe de Guinée avant qu’ils ne soient embarqués pour les Amériques. John Atkins, chirurgien de la marine britannique, donne une description clinique en 1734 (Hoeppli, 1969). L’identification du parasite d’abord puis de son vecteur, moins de trois ans plus tard, datent du début du XXe siècle.

4Méningo-encéphalite parasitaire rapidement mortelle une fois qu’elle est déclarée, la maladie du sommeil est caractérisée autant par sa clinique que par les flambées épidémiques qui frappaient les populations rurales. Le « sommeilleux » présente des troubles majeurs du rythme nycthéméral que l’on a longtemps considérés comme une simple inversion du sommeil : assoupi le jour, il est insomniaque la nuit. Après une brève période de coma, le patient meurt, décharné et déshydraté.

  • 2 On peut toutefois observer que l’expansion actuelle est favorisée par les nombreux conflits civils (...)

5La médecine coloniale, ignorante des écrits historiques arabes, a d’abord enseigné que la maladie du sommeil était une endémie côtière. La pénétration des colonnes de pacification devait permettre de rappeler qu’elle sévissait également – et même surtout – dans la profondeur des terres, en forêt comme en savane, jusqu’aux confins du Sahel en suivant les vallées. Ainsi, les régions les plus fertiles, donc les plus peuplées, étaient décimées par la trypanosomose africaine. Il est vraisemblable que le brassage de population entraîné à la fin du siècle dernier par les conquêtes coloniales et la mise en valeur des territoires a favorisé la dissémination du parasite et son expansion au sein de populations nouvelles et non immunes. Cet argument, hautement vraisemblable, est difficile à étayer avec le recul, d’autant plus que l’augmentation des cas correspondait non seulement à l’effort de « construction » colonial, mais surtout à la mise en place du recensement démographique et sanitaire2. En outre, on sait aujourd’hui que la trypanosomose est endémique et qu’elle explose périodiquement sous forme d’épidémies meurtrières. Quelles qu’en soient les raisons, les puissances coloniales – françaises, britanniques et belges surtout – ont rapidement pris la mesure du désastre. L’exploitation politique qui en sera faite par la suite n’en réduit pas la portée ni les conséquences.

  • 3 Ce laboratoire a été créé par Thiroux à l’occasion de la construction d’un « village de ségrégation (...)

6Au début du XXe siècle, face à une situation devenue catastrophique, on organisa le diagnostic. En cette période trouble d’institutionnalisation du système colonial, la médecine tropicale se fonda autour de la maladie du sommeil. Certes, le paludisme, qui sévissait en Europe encore à l’époque et, dans une moindre mesure, la fièvre jaune dont certaines épidémies frappaient les ports des pays tempérés, constituaient également des pôles d’intérêt, mais le développement de la recherche et de la médecine coloniale s’est essentiellement focalisé sur le trypanosome et son épidémiologie. Les sociétés savantes, les revues spécialisées se consacrèrent à ce nouveau fléau qui semblait pouvoir ruiner tous les efforts de colonisation de l’Afrique subsaharienne. Des missions scientifiques ont été organisées en Afrique équatoriale (1906 : mission Roubaud, Martin et Lebœuf) puis occidentale (1908 : mission Bouffard et Gouzien ; 1909-1912 : mission Bouët et Roubaud) (Mathis, 1946), pour ne citer que les missions françaises qui eurent bien évidemment leur équivalent chez les Belges au Congo et les Britanniques en Afrique orientale. L’objectif était, chaque fois, de faire un bilan chiffré de la situation et d’étudier la transmission pour trouver une parade efficace. C’est l’époque de la création des Instituts Pasteur les plus prestigieux : Brazzaville (1909), Sor3, près de Saint-Louis (1908, déplacé à Dakar en 1924), puis Kindia (1923) dont la vocation était la recherche sur la maladie du sommeil et la lutte contre celle-ci (Dedet, 2000).

  • 4 Lapeyssonnie (op. cit. : 127) mentionne 526 cécités définitives.

7Un médecin militaire, Eugène Jamot, structura et formalisa cette lutte au lendemain de la Première Guerre mondiale qu’il avait passée au Cameroun à combattre – avant la maladie du sommeil - l’ennemi allemand qui occupait alors ce territoire (Lapeyssonnie, 1987). Au-delà de la création d’un véritable corps de santé, il instaura une nouvelle stratégie sanitaire, d’ailleurs très critiquée par l’autorité coloniale plus encline à maintenir un système de soins curatifs individuel plus conventionnel. Les craintes de l’administration se vérifièrent : rapidement, les équipes mobiles devinrent un État dans l’État. On comprend ainsi que cette administration, voyant son pouvoir lui échapper, s’opposera insidieusement à Jamot et finira par l’évincer dans des circonstances aussi injustes que navrantes. L’affaire de Bafia (Wang Sonné, 1999), où l’un de ses collaborateurs provoqua un accident oculaire grave chez 695 patients, dont 596 restèrent aveugles4, à cause d’un surdosage médicamenteux, sonna le glas de sa carrière. Malgré une ultime mission en Afrique occidentale de l’Ouest qui lui permettra de dépister plus de 70 000 trypanosomés en trois ans, l’administration aura finalement raison de sa ténacité. Mais d’autres, comme Muraz, convaincus par la justesse et l’efficacité de la méthode, prirent le relais et poursuivirent son action.

  • 5 Ce service, alimenté par des médecins militaires, portera plusieurs noms : Service autonome de lutt (...)
  • 6 Une pratique, aujourd’hui critiquée, consistait à inscrire sur la poitrine du patient, avec de la c (...)

8Les équipes de l’hygiène mobile5, ou équipes Jamot, étaient composées chacune d’un médecin, d’infirmiers, de microscopistes, chargés de sillonner le territoire pour diagnostiquer tous les cas de sommeilleux. La population était convoquée par l’intermédiaire des chefs traditionnels chargés d’organiser le rassemblement au jour et au lieu dits. Un refus ou une réticence pouvait être sanctionné et entraîner l’intervention musclée des gardes de cercle. Placés en rang, hommes, femmes et enfants étaient systématiquement examinés et subissaient, éventuellement, une ponction ganglionnaire ou lombaire à la recherche du mortel parasite. Le diagnostic était immédiat : les malades en phase précoce étaient traités sur place6, les patients atteints plus sévèrement étaient adressés à l’hypnoserie, centre d’hospitalisation spécialisé dans la cure de la maladie du sommeil. Ce vocable, aujourd’hui disparu, était forgé sur le modèle des léproseries...

9La catastrophe démographique est avérée. Au début du siècle, les morts se comptaient chaque année par centaines de milliers, encore ne percevait-on probablement que la partie émergée de l’iceberg. L’administration ne pouvait donc laisser se poursuivre cette saignée. Mais, comme le montre Dozon (1985), les Pastoriens, au premier rang desquels Jamot, soulignaient la responsabilité de l’entreprise coloniale qui crée les voies de communication, déplace les populations, conduisant à leur rassemblement, brassage et promiscuité. De plus, pour ces importuns, non seulement la colonisation favorisait l’émergence et la diffusion du parasite, mais son administration montrait son impuissance à organiser son dépistage et son contrôle : son œuvre civilisatrice se trouvait ainsi compromise par sa propre faute.

10L’action des médecins militaires et des Pastoriens, auxquels s’ajouteront les Orstomiens après la Seconde Guerre mondiale, a tenu ses promesses.

11En 1960, au moment des indépendances, la plupart des foyers de trypanosomose sont stérilisés et l’on ne dénombre plus que quelques cas dans toute l’Afrique subsaharienne. Cette victoire n’est malheureusement pas un triomphe car, déjà, se profile la lourde condamnation qui motivera en grande partie l’arrêt de ce combat : la méthode employée est coercitive et, déjà contestée à l’époque coloniale, devient inacceptable après les indépendances. Avec la « décolonisation », il convenait de changer de stratégie... Cela, ajouté à une situation socio-économique catastrophique, aux conflits civils et militaires diffus et au naufrage du système de santé africain, explique la recrudescence de la maladie du sommeil qui atteint aujourd’hui son niveau de 1925, celui qui, justement, avait légitimé la mise en œuvre de la stratégie Jamot.

12Dès 1947, moins de cinq ans après sa création, l’Orstom s’est associé aux Services d’hygiène mobile et de prophylaxie ainsi qu’au service de Santé des Armées pour faire l’inventaire des glossines présentes dans les principaux foyers de transmission de la maladie du sommeil. Au début des années soixante, une équipe d’entomologistes de l’Orstom basée au centre Muraz à Bobo Dioulasso entreprit des recherches sur la biologie de Glossina. palpalis, l’un des principaux vecteurs, pour préciser les paramètres de la transmission : dynamique de population, longévité, taux d’infection, âge épidémiologiquement dangereux... Les parasitologistes de l’Orstom ont contribué à développer les techniques de dépistage, précisé la distribution de la maladie et étudié la génétique des trypanosomes. Ces recherches ont ensuite été étendues au Cameroun, au Congo, à la Centrafrique et à la Côte d’Ivoire.

13Face à la recrudescence de la maladie du sommeil, les chercheurs de l’Orstom ont ouvert des pistes nouvelles pour des stratégies de contrôle efficaces, adaptées à l’économie des États africains et acceptables par les populations rurales. Fondée sur les études entomologiques menées au cours des trente années précédentes, l’invention des pièges « Challier-Laveissière » en 1973 a permis d’envisager la lutte antivectorielle. Les mouches, attirées par la couleur bleue et la forme des pièges, y sont détruites par un puissant insecticide. Outre l’amélioration technique des pièges, les équipes de l’Orstom se sont attachées à favoriser leur utilisation par les populations rurales et l’intégration de la lutte antivectorielle dans le cadre de la santé communautaire.

  • 7 L’Organisation de coordination pour la lutte contre les endémies en Afrique centrale a été créée en (...)

14C’est dans cet esprit que l’Oceac7, il y a quelques années, avait publié un manuel pratique de lutte contre la maladie du sommeil. Cet ouvrage en cinq fascicules rédigés par Laveissière et Penchenier était imprégné des leçons de l’histoire. Les auteurs y perpétuaient le paradigme qui a conduit au succès. Il est notable, en effet, que depuis le début de l’épopée de la lutte contre la maladie du sommeil, toutes les vénérables institutions qui y ont pris part se sont davantage singularisées par l’organisation du contrôle de l’endémie et la recherche opérationnelle que par des recherches fondamentales. Ces dernières, pour indispensables qu’elles soient, ne peuvent se suffire à elles-mêmes et doivent être relayées par leur application sur le terrain dans des conditions propres à les rendre efficientes. Ce véritable mode d’emploi de la lutte contre la maladie du sommeil à l’usage des acteurs de terrain a rapidement été épuisé et il est apparu naturel aux éditions de l’IRD de le rééditer dans la collection « Didactiques » où il trouve naturellement sa place. Actualisé, il vient merveilleusement compléter un autre petit guide, paru en 2003 dans la même collection, « Lutte contre la maladie du sommeil et soins de santé primaires » qui relatait une expérience de terrain, véritable prélude au livre que nous publions aujourd’hui. L’un et l’autre servent parfaitement le propos de Lapeyssonnie : « l’heure n’est pas aux commémorations. Il faut repartir au combat ».

15Dakar, juillet 2004

Notes

1 Dont il existe beaucoup d’autres dénominations, ce qui traduit sa fréquence et la marque qu’elle a laissée : maladie de Gorée, maladie de Nianing, hypnosie, léthargie des nègres, narcotisme des Noirs, Névalane (wolof), Dadane (sereer) et quantité d’autres noms locaux.

2 On peut toutefois observer que l’expansion actuelle est favorisée par les nombreux conflits civils et militaires qui embrasent le continent africain.

3 Ce laboratoire a été créé par Thiroux à l’occasion de la construction d’un « village de ségrégation de la maladie du sommeil », destiné à héberger les malades en vue de leur traitement. Ce type de village-hôpital allait se développer et donner les « hypnoseries ».

4 Lapeyssonnie (op. cit. : 127) mentionne 526 cécités définitives.

5 Ce service, alimenté par des médecins militaires, portera plusieurs noms : Service autonome de lutte contre la maladie du sommeil en Afrique équatoriale française, Service spécial de lutte contre la maladie du sommeil en Afrique occidentale française, puis Service général d’hygiène mobile et de prophylaxie et, enfin, Service commun de lutte contre les grandes endémies, resté dans la mémoire des populations sous le terme de Grandes Endémies, voire encore parfois de « trypano ».

6 Une pratique, aujourd’hui critiquée, consistait à inscrire sur la poitrine du patient, avec de la craie ou de la cendre délayée dans de l’eau, un grand Τ (pour trypanosomé) accompagné de la dose prescrite.

7 L’Organisation de coordination pour la lutte contre les endémies en Afrique centrale a été créée en 1963, comme l’OCCGE (Organisation de coopération et de coordination pour la lutte contre les grandes endémies) trois ans plus tôt pour l’Afrique occidentale, dans le but de reprendre les missions fondamentales des équipes Jamot en les élargissant aux autres endémies tropicales sévissant en Afrique centrale.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search