Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les crevettes côtières de Madagascar

 | 
Alain Caverivière
, 
Christian Chaboud
, 
Théophile Rafalimanana

Partie 3. Gestion

Partie 3. Gestion

Texte intégral

1Cette dernière partie introduit la dimension économique dans l’analyse et l’évaluation des pêcheries crevettières malgaches. Elle traite aussi des politiques publiques censées orienter et réguler l’activité de pêche. Les deux premières contributions (Chaboud) présentent la méthodologie et les principaux résultats du modèle de simulation bioéconomique construit durant la seconde phase du Programme national de recherche crevettière. Cet outil permet de mettre en avant la dimension économique (création et répartition de richesses) de l’activité de pêche et de l’aménagement, à la différence des modèles d’inspiration biologique jusque-là utilisés. Ce modèle représente la dynamique des composantes biologique et économique de la pêcherie, en interaction sous l’influence de facteurs exogènes (prix des crevettes, coûts des intrants) et de décisions de gestion de diverses natures (dates d’ouverture ou de fermeture, maillage, nombre de licences, redevances, etc.). Ce modèle est aussi un simulateur de scénarios censé aider à la prise de décision pour une gestion durable de la pêcherie crevettière malgache. Le deuxième chapitre présente la version pluriannuelle du modèle qui permet de simuler la dynamique de la pêcherie sur une durée de 10 ans. Cette extension du modèle bioéconomique permet de mieux représenter les conséquences pluriannuelles de certaines décisions et les irréversibilités qu’elles peuvent induire. Le dernier chapitre conclut logiquement cette partie sur l’évolution du système d’aménagement et les enjeux récents de la gestion. Initialement basé sur des diagnostics biologiques, le système d’aménagement a progressivement évolué en raison de la nécessité d’un meilleur contrôle de l’effort de pêche, d’une plus grande contribution de la pêcherie à l’économie nationale, d’un moindre coût écologique de l’exploitation crevettière. On verra cependant qu’en dépit de ces efforts la question d’une régulation générale plus efficace des capacités de pêche reste actuelle. Enfin, un contrôle plus effectif de l’effort de pêche traditionnelle, tant pour le nombre d’engins que pour leurs caractéristiques (maillage) reste indispensable.

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540