Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les crevettes côtières de Madagascar

 | 
Alain Caverivière
, 
Christian Chaboud
, 
Théophile Rafalimanana

Partie 2. Exploitation

Partie 2. Exploitation

Texte intégral

1Cette partie décrit l’exploitation des ressources de crevettes ainsi que l’impact qu’elle exerce sur la dynamique de ces ressources et sur les espèces accessoires qui font l’objet de captures significatives par les unités de pêche crevettière.

2La première contribution (H. Razafindrakoto) traite des composantes industrielle et artisanale de l’exploitation. On y met en évidence la rapidité avec laquelle on est passé d’une pêcherie en développement à une pêcherie mature confrontée à la baisse des rendements et des résultats économiques et donc aussi à la nécessité d’une réduction et d’une meilleure régulation de l’effort et de la capacité de pêche. Une des caractéristiques de la pêcherie malgache est l’importance et la vitalité de sa composante traditionnelle. Les deux contributions suivantes y sont consacrées. Rodellec du Porzic et Caverivière présentent de façon détaillée la panoplie des engins de pêche puis analysent la sélectivité des principaux d’entre eux. Cette question est particulièrement sensible en raison du schéma d’exploitation séquentiel observé dans les principales régions de pêche : le volume et la structure par taille des captures de la pêche traditionnelle conditionnent en partie celles des segments industriel et artisan. Rakotodratsimba, Chaboud et Rasoanandrasana font ensuite le point sur les enquêtes de pêche traditionnelle réalisées depuis 2003. Ils en présentent la méthodologie et les principaux résultats, notamment pour la côte nord-ouest où l’activité traditionnelle est la plus importante. Les deux contributions suivantes (Caverivière et Razafindrakoto) étudient l’impact de l’exploitation halieutique sur les populations de F. Indicus> et M. monoceros par analyse virtuelle des populations. Cette méthode permet, à partir de l’analyse des captures par taille, de reconstituer l’évolution des biomasses et des recrutements par zones d’exploitation. L’application du modèle de Thompson et Bell conduit ensuite à un diagnostic de pleine exploitation si les captures sont exprimées en volume et de surexploitation quand elles le sont en valeur. Ce diagnostic de surexploitation s’avère beaucoup plus affirmé si l’on intègre l’impact des engins non sélectifs de la pêche traditionnelle, notamment pour les zones d’exploitation A et B. La dernière contribution traite de la délicate question des captures accessoires des pêches industrielle et artisanale (Randriarilala, Rafalimanana et Caverivière). Si le taux de capture accessoire observé s’avère globalement inférieur à ceux rencontrés dans la majorité des pêcheries crevettières tropicales, on note cependant un taux de rejet encore important qui s’explique par les difficultés de valorisation des prises accessoires sur le marché national.

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540