Version classiqueVersion mobile

Les anophèles

 | 
Pierre Carnevale
, 
Vincent Robert

Postface

Professeur Pierre Ambroise-Thomas

Texte intégral

1Écrire un ouvrage destiné à des spécialistes est facile : il suffit d’être compétent.

2S’adresser à un public plus large est beaucoup plus ambitieux et aussi bien plus difficile.

3Il faut en effet être capable de rendre facilement accessibles des notions souvent complexes, parfois peu attrayantes, et d’en dégager l’essentiel sans rien sacrifier de l’exactitude scientifique.

4C’est cette gageure que Pierre Carnevale, Vincent Robert et leurs collègues ont tentée et superbement réussie avec leur ouvrage sur les anophèles. Cependant, conscients de la difficulté de leur entreprise et trop modestes pour être assurés de son succès, ils ont demandé à deux de leurs amis d’» encadrer » leur ouvrage : le professeur Jean Roux avec une préface et l’auteur de ces quelques lignes avec une postface. Cette précaution était bien inutile. Elle me donne néanmoins le plaisir de souligner la qualité très exceptionnelle du livre qui nous est offert.

5Présenter et rendre intelligibles la morphologie et la biologie des anophèles, la situer dans un contexte plus large – celui de la transmission du paludisme – décrire les principes et les modalités de la lutte antivectorielle, voilà ce qu’apporte cet ouvrage qui sera tout aussi utile aux spécialistes qui y trouveront les précisions souhaitées, qu’aux non-spécialistes, et en particulier aux paludologues, qui pourront ainsi comprendre des aspects essentiels de l’épidémiologie du paludisme et de sa prévention.

6Pour les parasitologues de ma génération, les entomologistes avaient bien mauvaise réputation. On voyait en eux des passionnés de descriptions aussi minutieuses qu’apparemment inutiles et surtout des spécialistes des « petites bêtes », une étiquette qui collait d’ailleurs à tous les parasitologues et dont ils ont eu bien du mal à se défaire.

7Pierre Carnevale et Vincent Robert montrent combien cette réputation était injustifiée et combien l’entomologie peut être intéressante quand elle est intelligemment présentée et par des auteurs aussi passionnés que compétents.

8Au-delà de cette action à proprement parler didactique, j’ai plaisir à rappeler le rôle majeur de ces deux collègues dans la lutte antipalustre à laquelle ils ont consacré leurs carrières au sein de l’Institut de recherche pour le développement.

9C’est en particulier à Pierre Carnevale que l’on doit cette formidable avancée qu’a été l’emploi des moustiquaires imprégnées d’insecticides. Ce moyen de protection antivectorielle a été d’abord contesté ou moqué. Il a très largement fait la preuve de son efficacité, puisque, dans certaines zones d’endémies, on a récemment montré qu’il permettait une diminution considérable de la mortalité infantile.

10Les recherches en paludologie font intervenir les techniques les plus récentes et les moyens les plus compliqués. On attend des solutions – éventuellement même des solutions miracles – de la génétique, de la biologie moléculaire, de la protéomique, de l’immunologie, auxquelles sont consacrés des moyens considérables. Or, c’est à une technique très simple, ancienne, mais intelligemment et considérablement améliorée que l’on doit l’avancée la plus indiscutable.

11Quelle superbe revanche pour l’entomologie !

Auteur

Président de l’Académie nationale de médecine
Président de la Société de pathologie exotique

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search