Version classiqueVersion mobile

Les anophèles

 | 
Pierre Carnevale
, 
Vincent Robert

Conclusion

Texte intégral

RÉFLEXION SUR QUELQUES ÉLÉMENTS DE L’HISTOIRE DU PALUDISME

1De par ses principales manifestations cliniques particulières, avec des fièvres périodiques « intermittentes », « rémittentes », « quotidiennes », « tierces », « quartes », etc., la maladie palustre est connue et décrite au moins depuis Hippocrate, soit 4 siècles avant J.-C. (Jones, 1909, 1923). Ce père de la médecine peut aussi être considéré comme le premier « écologiste médical » avec son Traité des airs, des eaux et des lieux où il remarque qu’« en présence de rivières qui drainent l’eau stagnante et l’eau de pluie, les populations sont en bonne santé. Mais sans rivière, et avec une eau de boisson marécageuse, stagnante et putride, la population présente de gros ventres et des splénomégalies ». Hippocrate avait donc bien noté que les gens habitant près des marécages avaient de grosses rates et souffraient de ces fièvres régulières, signes et symptômes que n’avaient pas les gens habitant loin de ces zones pestilentielles. On peut relever que la détermination de la splénomégalie dans la population pour estimer la prévalence du paludisme dans une région a été initiée par Dempster en Inde en 1848.

2Pour Hippocrate (De l’art médical), ces fièvres avaient deux origines : la bile (cause immédiate intrinsèque) et la consommation d’eau des marécages (cause extrinsèque et « à distance »). La « mal’aria » était entendue dans le sens de « miasme », fièvre miasmatique, fièvre des marécages, considérée d’origine « tellurique » et acquise en respirant cet air impur (« effluvium of miasm »), voire en buvant de cette eau infectée (Scott, 1939). On savait soigner ces fièvres sans en connaître l’étiologie.

3Pour Varron (un siècle avant J.-C.) également, il y avait une relation directe entre la survenue des fièvres et la proximité des marais qui devaient produire des animaux trop petits pour être vus et qui entraient par la bouche et les narines et causaient la maladie.

4Pour Columelle (contemporain de Néron, une cinquantaine d’années après J.-C.), les marécages produisent des vapeurs nocives et hébergent des animaux piqueurs qui volent au-dessus des gens en essaims importants et qui donnent des maladies dont les causes ne sont pas connues même par les médecins (Hoops, 1934 ; Scott, 1939).

5Cette idée de transmission de la maladie par des insectes piqueurs, développée par les Romains n’a malheureusement pas retenu l’attention des chercheurs pendant plusieurs siècles.

6Lancisi (1717), dans son ouvrage De noxiis paludum effluviis eorumque remediis, reprend le concept de Columelle d’une association entre les marécages et les fièvres et il recommande le drainage de ces marais pour la prévention des fièvres ; cette action prophylactique est toujours recommandée dans ce qu’il est convenu d’appeler désormais en langage international « source reduction ». Lancisi considère que les insectes des marécages sont nuisibles à la santé, mais les fièvres seraient dues à une sorte de poison de nature gazeuse produite par le marais.

7L’ambiguïté entre la nature tellurique ou « paludique » (= liée aux marécages) de la maladie se poursuit au cours du XIXe siècle qui voit l’avènement du microscope et le début de l’ère pastorienne entraînant la fin du concept de « génération spontanée » et l’avènement de l’origine « microbienne » des maladies.

8Laveran met en évidence la nature parasitaire des fièvres palustres en remarquant une exflagellation lors d’un examen d’une goutte de sang, à l’état frais, d’un soldat hospitalisé à Constantine (6 novembre 1880) (Laveran, 1880 ; Sergent et al. 1929). Cette observation est largement confirmée peu après aux États-Unis (Councilman & Abbott, 1885 ; Mac Callum, 1897) et en Italie (Golgi, 1929). Laveran (1884) soulève la question d’une possible dissémination du parasite par les moustiques.

9À cette époque, le rôle des moustiques dans la transmission de la fièvre jaune (Finlay, 1881) et de la « malaria » reçoit une attention toute particulière (Nott, 1848) avec l’analyse épidémiologique de Metcalfe (1862) qui relève :

  • la saison du paludisme coïncide avec celle des moustiques (automne) ;
  • les zones à paludisme sont propices au développement des moustiques ;
  • les mesures de protection contre les moustiques sont préventives contre la malaria ;
  • les hommes soumis à un risque élevé de paludisme sont spécialement exposés aux moustiques la nuit ;
  • la présence de paludisme est associée aux modifications de l’environnement, notamment aux trous dans le sol avec de l’eau stagnante où peuvent se développer les moustiques.

10Cent cinquante ans plus tard ces observations sont toujours d’actualité !

11Beauperthuy (1854) et King (1883) pensent que les moustiques, par leurs piqûres, transmettent un « poison » prélevé dans les marécages, tandis que Finlay (1881) pense que les moustiques transmettent la « matière morbide » d’une personne malade à un sujet sain.

12Mais, avant 1900, la littérature sur les moustiques était très pauvre ; on peut, tout au plus, relever 4 dates importantes :

  • 1665 avec Robert Hooke et 1669 avec Jan Swammerdam qui présentent la première étude sur les moustiques ;
  • 1738 avec de Réaumur et ses Mémoires pour servir à l’histoire des Insectes (tome IV) qui présente l’étude classique de l’anatomie et la biologie de Culex pipiens ;
  • 1754 avec la première description d’une larve d’Anopheles à Paris par Joblot ;
  • 1818 avec la création du genre Anopheles par Meigen.

13La fin du XIXe siècle voit en fait la naissance de l’entomologie médicale et l’accélération de la mise en évidence du rôle des moustiques dans la transmission de maladies humaines.

14En 1877, Manson (1883) montre que les stades larvaires de « Filaria bancrofti » se développent chez les moustiques, leur rôle vecteur est ensuite démontré par Low puis James. En 1894, Manson suggère que, lorsque les parasites du paludisme sont ingérés par un moustique, ils se développent dans l’insecte, par contre, il pense que ces parasites sont libérés dans l’eau ou l’air à la mort du moustique et sont alors inhalés ou ingérés par l’homme qui se contamine ainsi. Il incite alors son jeune collègue Ross, un médecin militaire en poste en Inde, à travailler sur cette implication des moustiques dans la malaria. Ross entreprend alors des infections expérimentales : des sujets porteurs de parasites en forme de « croissants » sont soumis à des piqûres de Culex et Aedes. Les gamétocytes commencent aussitôt une maturation dans les estomacs des moustiques, mais leur développement est alors bloqué. Et ses tentatives pour infecter les gens en buvant de l’eau où ces moustiques sont décédés sont toutes vaines. Mais en août 1897, à Secunderabad (Inde), il observe, et identifie, des oocystes sur l’estomac de deux « dapple-wing mosquitoes » (moustiques à ailes tachetées, donc anophèles) s’étant gorgés sur un sujet humain porteur de gamétocytes quelques jours auparavant (Ross, 1897). La première partie sur le rôle des anophèles dans la transmission du parasite du paludisme est ainsi découverte grâce aux observations de Ross qui travailla ensuite sur les plasmodies aviaires (Plasmodium danilewskyi transmis par Culex fatigans) avec l’observation des sporozoïtes dans les oocystes, leur invasion des glandes salivaires et l’infection expérimentale de 21 des 28 oiseaux sains piqués par des moustiques s’étant préalablement gorgés sur des oiseaux infectés (Ross, 1898). Peu après, en 1901-1902 en Sierra Leone, Ross démontre l’évolution des plasmodies chez An. gambiae (à l’époque An. costalis) et An. funestus. Il mène également des opérations contre les moustiques et devient un fervent avocat de la lutte antivectorielle comme méthode de prévention qu’il expose dans son livre Prevention of malaria (Ross, 1911).

15À la même période, vers la fin 1898, Bastianelli, Bignami et Grassi rapportent la présence des stades de développement des plasmodies sur l’estomac de deux An. claviger gorgés sur un sujet porteur de gamétocytes (à l’époque « croissants »). Bignami (1898a, 1998b) rapporte la réussite d’une infection d’un sujet humain à Rome en le faisant piquer par des anophèles capturés dans la région. Et le cycle complet de P. falciparum chez An. claviger est décrit par Grassi, Bignami et Bastianelli (1899) suivi peu après par celui de P. vivax chez la même espèce anophélienne par Bastianelli et Bignami (1899a, 1899b). Tous ces travaux des chercheurs italiens sont synthétisés dans la monographie de Grassi (1900) qui constitue en quelque sorte la fondation de la parasitologie et de l’entomologie du paludisme.

16La mise en évidence du rôle des anophèles dans la transmission du paludisme a attiré l’attention des chercheurs et gens de santé publique sur la possibilité de lutter contre le paludisme par l’élimination des anophèles, plus particulièrement par la lutte antilarvaire qui apparaissait la plus facilement réalisable ; l’ancienne technique de drainage (Celli, 1901) trouvait là sa base scientifique et était mise en œuvre à grande échelle par Watson (1935) dès 1901 dans le cadre d’un vaste programme de lutte contre le paludisme transmis par An. umbrosus et An. maculatus en Malaisie. Cette lutte a aussi été initiée à Singapour dans les années 1911 et la transmission du paludisme a cessé en 1914.

17Stephens et Christophers (1906) montrent que les différentes espèces d’anophèles n’ont pas la même importance dans la transmission du paludisme et qu’il est donc préférable de concentrer ses efforts dans la lutte contre ces espèces et non contre tous les moustiques (comme préconisé par Ross).

18La prise en considération de la détermination des espèces d’anophèles pour identifier les principaux vecteurs et limiter les opérations de lutte contre ces espèces a été dénommée « species sanitation ». Ce concept a été développé par la suite (Swellengrebel, 1924) et il constitue toujours le principe même de la lutte antivectorielle dans la lutte contre le paludisme dans tous les programmes, depuis ceux de l’époque de l’éradication jusqu’au récent Roll Back Malaria qui préconise, notamment, une utilisation à grande échelle des moustiquaires imprégnées, en plus des autres méthodes (diagnostic et traitement précoces, etc.) afin de réduire de 50 % le poids (burden en anglais) du paludisme d’ici 2010 et d’encore 50 % d’ici 2015.

19En analysant 48 études de 18 pays africains, Rowe et al. (2006) concluent qu’en 2000, il y avait une centaine de millions d’enfants africains vivant en zones impaludées et 803 620 [IC 95 = 705 821 – 901 418] seraient décédés du paludisme et que, pour toute l’Afrique sud-saharienne, le paludisme serait responsable de 18 % (15,8-20,2 %) des décès des enfants. Actuellement, le paludisme sévit dans 109 pays et, à part l’Antartique et l’Australie, tous les continents sont touchés.

20La lutte contre le paludisme est donc d’une absolue nécessité.

21Mais pour être efficace, elle doit être basée sur une connaissance aussi précise que possible des conditions épidémiologiques et socio-économiques des zones considérées avec leur grande variabilité dans le temps et l’espace. Cette variabilité commence par celle des vecteurs, qu’il faut reconnaître et connaître afin d’élaborer des stratégies de lutte adaptées, seuls gages d’une certaine efficacité en considérant que la protection contre les piqûres d’anophèles est la première méthode de prévention contre les inoculations des parasites.

22La plus récente orientation stratégique de l’OMS (2008) est l’élimination du paludisme, définie comme l’interruption locale de la transmission par moustique dans une aire géographique donnée, c’est-à-dire une incidence nulle des cas autochtones même si des cas importés continuent à survenir.

LUTTE ANTI-ANOPHÉLIENNE ET INTERACTIONS HOMME/VECTEUR/PARASITE

23La lutte antipaludique est classiquement basée sur l’emploi de médicaments et d’insecticides (Phillips, 2001 ; Shiff, 2002) et cette double approche a été efficace dans certaines conditions éco-épidémiologiques et socio-économiques comme en Europe ou aux États-Unis, en Australie, dans la majorité des îles de la zone Caraïbes, etc. En Asie du Sud-Est, la situation a favorablement évolué de façon générale mais tel n’est pas encore le cas dans la plupart des pays de l’Afrique sud-saharienne où, pour Yamey (2004), la situation aurait même empiré.

24On peut alors se poser la question d’une variante stratégique dans la lutte, avec pour objectif non pas la destruction totale de l’un ou l’autre, ou les deux acteurs, du binôme vecteurs/Plasmodium, mais plutôt le maintien d’un équilibre dans le système relationnel dynamique homme/vecteur/parasite (Tosta, 2007) aboutissant à une grande stabilité du paludisme.

25Ce point de vue « écologique » est assez provocateur, mais est intellectuellement stimulant. Il dépasse l’évidente manifestation d’un déséquilibre avec près de deux millions de décès par paludisme dénombrés annuellement, et prend en compte le dénominateur, à savoir l’ensemble de la population humaine impaludée qui ne meurt pas toute de paludisme, et qui, dans le meilleur des cas, se porte même bien, hors période d’accès.

26Le paludisme est, en effet, le résultat d’interactions entre trois systèmes dynamiques et très complexes : les sujets humains « H », les plasmodies « P » et les vecteurs anophéliens « V ». Cela implique des stratégies de survie, des complexités biologiques, des mécanismes de régulation différents. Chacun de ces trois systèmes présente des caractéristiques particulières notamment :

  • des vies dans divers environnements, naturels ou induits (immunité, insecticides, médicaments, etc.) auxquels les trois « acteurs » hôtes, vecteurs, parasites, vont devoir s’adapter ; le Plasmodium par exemple passe d’un vertébré (où il se multiplie) à un arthropode (où il se reproduit sexuellement et se multiplie) ;
  • des temps d’évolution différents, qui se chiffrent en années pour les sujets humains, en semaines pour les vecteurs, en jours pour les plasmodies ;
  • des possibilités d’adaptation différentes : les plasmodies et les anophèles ont des durées de vie beaucoup plus courtes que les sujets humains, donc durant une génération humaine, ils peuvent avoir un grand nombre de générations leur permettant de développer des processus dynamiques d’adaptation et d’évolution.

27Les relations de dépendance entre les trois acteurs H-V-P sont très différentes :

  • les sujets humains peuvent parfaitement vivre sans Plasmodium et sans anophèles mais ils arrivent à vivre avec des plasmodies (Alves et al., 2002 ; Andrade et al., 1995 ; Coura et al., 2006) ; en outre ils peuvent modifier leurs environnements les rendant plus ou moins propices aux anophèles et à la transmission ;
  • les anophèles peuvent parfaitement vivre sans Plasmodium, mais peuvent aussi vivre avec (Dimopoulos, 2003) et, en l’absence de sujets humains, peuvent prendre leur repas de sang sur animaux puis poursuivre leur cycle biologique mais ils sont très dépendants de leurs environnements (naturels et anthropiques) auxquels ils doivent s’adapter ;
  • les plasmodies sont strictement dépendantes des sujets humains et des anophèles « compétents » dans lesquels elles vivent. Pour leur survie, elles ont développé des processus « coadaptatifs » pour résister et accomplir leurs cycles complets dans ces deux hôtes, intermédiaire (H) et définitif (V).

28Outre ces relations de dépendance plus ou moins étroites, chacun des trois acteurs a été soumis à des phénomènes de sélection naturelle, d’adaptation et de régulation de leurs populations. Les plasmodies (Su et al., 2003 ; Escalante et al., 2005) et les anophèles (Feyereisen, 2006) sont apparus bien longtemps avant les hominiens et ont donc développé un processus d’évolution pendant une très longue période (Horwitz & Wilcox, 2005) ayant permis une forme de co-adaptation de l’un avec l’autre. On peut aussi reconnaître des stratégies de co-adaptation dans les relations des binômes hôte/anophèles, hôte/Plasmodium et anophèles/Plasmodium et pan-adaptatives à l’interface des relations réciproques hôte/vecteur/Plasmodium représentant « la confluence des phénomènes de co-adaptation quand l’équilibre est atteint » et qu’il conviendrait de maintenir (Tosta, 2007).

29Une telle approche, générale et intégrée, doit donc être adaptée et basée sur une connaissance précise de chacun des 3 composants H-V-P en prenant en considération les influences des différents environnements sur leur biologie et la dynamique de leurs relations.

30L’intervention peut donc s’envisager de façon coordonnée et équilibrée aux trois niveaux des relations hôte/vecteur, vecteur/parasite et hôte/parasite.

31C’est un des intérêts de l’approche « écologique » de la lutte qui peut être envisagée par l’entomologie médicale.

L’ENTOMOLOGIE MÉDICALE, SCIENCE MULTIDISCIPLINAIRE

32L’entomologie médicale, du paludisme dans le cas présent, est, par définition, une discipline pluridisciplinaire incluant des sciences biologiques (zoologie, entomologie, écologie, parasitologie…) et des sciences humaines (sociologie, démographie, anthropologie…), sans oublier des sciences de l’environnement (climatologie, météorologie, spatialisation…).

33L’entomologie médicale du paludisme a pour objet initial l’étude de la biologie d’insectes (Anopheles), vecteurs biologiques de protozoaires (Plasmodium), parasites potentiellement mortels de vertébrés. On est donc bien dans le domaine de la zoologie et de la médecine. Un des buts de ces études est d’évaluer l’intensité et le rythme de la transmission du paludisme ou les risques, dans une zone ou à une période donnée, puis d’élaborer des stratégies de lutte et des outils pour les évaluer, on est alors dans le domaine de l’épidémiologie générale et clinique.

34L’anophèle passe une partie de sa vie dans l’eau et la vie de l’adulte est aérienne et terrestre, donc son étude relève de l’écologie. La femelle présente trois comportements majeurs qui concernent l’entomologie médicale : la recherche du sang, la recherche du lieu de repos, la recherche du lieu de ponte. Comment cette femelle trouve et choisit son hôte, comment elle trouve et choisit son lieu de ponte relèvent des domaines de l’éthologie et la physiologie. Comment la femelle reconnaît une substance chimique qui l’attire, la repousse, ou l’assomme relèvent de la physiologie. Comment l’anophèle résiste aux insecticides relève de la biochimie, de la génétique, etc.

35Le Plasmodium vit dans des environnements extrêmement variés : un insecte (à sang froid) et un vertébré (à sang chaud), avec un stade intracellulaire (hépatocyte, érythrocytes) ou extracellulaire (plasma, hémolymphe), avec un stade asexué (trophozoïte) et un stade sexué (gamétocytes) qui se poursuit chez l’anophèle, hôte définitif du Plasmodium. Dans ces environnements, chez l’anophèle et le sujet humain, le Plasmodium doit échapper à de nombreuses réactions immunes. Ces études relèvent alors de l’immunologie. Chez le sujet humain le Plasmodium peut être toléré ou causer une maladie très grave. Ces études relèvent du domaine médical mais sont aussi génétiques, immunologiques, etc.

36Les relations anophèles/Plasmodium font l’objet de très nombreuses études ces dernières années bénéficiant des outils modernes de la génomique et de la post-génomique. Le but ultime serait d’obtenir des anophèles non vecteurs qui remplaceraient les vecteurs actuels. Ce qui relève alors d’études de génétique des populations.

37Il faut toutefois remarquer que, sur les 484 espèces anophéliennes actuellement reconnues, seule une soixantaine sont des vectrices et une trentaine sont de bonnes vectrices. Donc moins de 10 % des espèces d’anophèles peuvent assurer le développement sporogonique des plasmodies. Et encore leur compétence et leur capacité vectorielle sont très différentes. De façon générale, leur infectivité est faible (< 1 %) ; seuls des « supervecteurs » comme An. gambiae, An. arabiensis, An. funestus, An. dirus ont des indices d’infectivité de l’ordre de 5 %. On peut, et on doit, alors s’étonner qu’avec si peu d’espèces anophéliennes vectrices et si peu d’infections chez les vecteurs, le paludisme soit toujours la principale maladie parasitaire dans le monde, le nombre de malades se comptant par centaines de millions.

38La lutte contre le Plasmodium, chez l’homme et le vecteur, et la lutte contre le vecteur, pour réduire ses contacts avec l’homme et l’inoculation des plasmodies, s’imposent pour l’amélioration de la santé des populations humaines. L’entomologie médicale fait donc partie de la santé publique.

39L’homme vit dans des environnements très variés dans lesquels il intervient souvent de façon favorable aux anophèles et au paludisme ! Les modifications climatiques, naturelles ou, d’une certaine façon, induites par les comportements humains, ont aussi un impact sur les anophèles et le paludisme :

  • la sécheresse => moins d’anophèles => moins de transmission mais aussi moins d’immunité et des risques de poussées épidémiques lors de retour des pluies ou des modifications hydro-agricoles ;
  • l’élévation des températures (global warming) => accélération du développement sporogonique => risques d’apparition ou augmentation de la transmission dans certaines zones.

40On voit alors que l’entomologie médicale prend aussi en compte les phénomènes climatiques et leurs tendances à long terme.

41Les aménagements hydro-agricoles peuvent aussi avoir des influences complètement différentes selon les régions et les vecteurs de la zone. Par exemple :

  • la riziculture favorise An. funestus à Madagascar et le riz devient « source de vie et de mort » ;
  • la riziculture favorise An. gambiae en Afrique de l’Ouest et modifie le rythme de la transmission (qui est lié aux phases de la riziculture et non plus seulement à la saison des pluies) mais, dans les zones d’endémie, son retentissement clinique peut ne pas être aussi lourd de conséquence et, moyennant certaines mesures préventives (moustiquaires, centres de santé, etc.), la riziculture peut, et doit, être développée ;
  • la riziculture nécessite une activité humaine importante et en Afrique de l’Est des populations non immunes viennent travailler dans ces zones à risque avec des poussées épidémiques qui nécessitent la mise en œuvre d’actions importantes de lutte antivectorielle associées à une amélioration de la prise en charge ;
  • la riziculture en Asie du Sud-Est est favorable à Culex tritaenyorhynchus, vecteur de l’encéphalite japonaise B mais pas aux anophèles locaux vecteurs de paludisme comme An. minimus s.l. ou An. dirus s.l.

42En Afrique, le biotope forêt n’est pas favorable au développement des vecteurs majeurs mais la déforestation favorise An. gambiae et la transmission augmente. Par contre, en Asie du Sud-est, la zone forestière est favorable à An. dirus et la déforestation est alors propice à la réduction de cet important vecteur.

43On voit donc que les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets et il faut éviter toute simplification dans l’entomologie et l’épidémiologie du paludisme.

44La connaissance de la biologie du vecteur est un élément crucial dans la compréhension d’une situation épidémiologique et la prévision des risques d’aggravation (le biotope devient favorable à un meilleur vecteur) ou d’amélioration (le biotope devient défavorable aux anophèles comme souvent en zones urbaines où la pollution des gîtes les rend propices aux Culex et non aux Anopheles). Mais la pollution ne saurait être considérée comme un outil de lutte !

45L’avis des entomologistes médicaux devrait donc être demandé et suivi par les décideurs économiques et politiques, surtout avant de modifier de façon drastique les environnements sans suffisamment considérer les possibles conséquences médicales.

46Toutes ces informations, prises en compte par l’entomologie médicale, permettent alors d’évaluer, ou prévoir, les risques de transmission dans une région ou à une période donnée, puis d’élaborer des programmes de lutte antivectorielle en considérant que :

  • la lutte antivectorielle est actuellement la première méthode de prévention collective ;
  • la lutte antivectorielle est une action entomologique qui s’évalue en terme médical !

47En effet, son objectif épidémiologique est de participer à la réduction de l’incidence du paludisme et de la mortalité qui lui est attribuable.

48Par ailleurs, il est intéressant de constater que malgré tous les progrès techniques récents :

  • la lutte contre le Plasmodium est basée sur la quinine (provenant d’un arbre) et l’artémisine (provenant d’une plante) et ses dérivés, l’un et l’autre connues depuis des siècles ;
  • la lutte contre les anophèles est basée sur le « pyrèthre » (du moins ses dérivés chimiques), substance qui provient du chrysanthème.

49La nature a donc mis à notre disposition des outils qui, bien utilisés, peuvent permettre, d’ores et déjà, de réduire de façon significative le poids du paludisme en santé publique. La réduction de 50 % de la morbidité palustre et de 20 % de la mortalité infanto-juvénile générale obtenue récemment avec des moustiquaires imprégnées d’insecticides pyréthrinoïdes (et l’amélioration technique récente avec les moustiquaires dites à longue durée d’efficacité) démontre les possibilités de lutte avec les moyens actuels, et les espoirs d’une meilleure efficacité avec l’acquisition des connaissances et l’amélioration des techniques.

50Mais il faut respecter les environnements et les équilibres écologiques pour permettre aux hommes et anophèles de vivre côte à côte, en visant un « anophélisme sans paludisme », déjà atteint dans certains pays, pourquoi pas dans les autres, dans un proche futur ?

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search