Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books IRD Éditions Didactiques Les anophèles 9. Prospective en fonction de l’é...

Les anophèles

 | 
Pierre Carnevale
, 
Vincent Robert

9. Prospective en fonction de l’évolution du climat

Texte intégral

POTENTIEL PALUDOGÈNE

1Le potentiel paludogène d’une région est défini par la combinaison de deux paramètres :

  • la réceptivité, facteur entomologique représenté en fait par la capacité vectorielle des populations d’anophèles de la zone considérée ;

  • la vulnérabilité, facteur parasitologique représentant le risque d’introduction du Plasmodium dans la zone considérée.

2À ces paramètres, on peut ajouter l’infectivité (ou compétence vectorielle) qui est la capacité qu’a un moustique individuel, à développer et transmettre une espèce et souche donnée de Plasmodium.

3L’examen des cartes de distribution du paludisme dans le monde au XXe siècle et au début du XXIe siècle fait clairement apparaître :

  • une élimination de la maladie dans la plupart des pays des zones tempérées ;

  • le maintien de l’endémicité, avec une certaine tendance générale à l’aggravation et même des poussées épidémiques dans certains pays de la zone intertropicale.

4Les questions sont alors multiples :

  • quels sont les principaux facteurs à l’origine de cette élimination d’un côté et d’un maintien de l’autre ?

  • quels peuvent être les risques de reprise d’une transmission locale du paludisme dans les zones actuellement indemnes ?

  • quels peuvent être les risques d’extension des zones où la transmission continue de s’effectuer vers des zones de latitude ou d’altitude plus élevées, actuellement indemnes ?

  • quelles peuvent être les actions prioritaires à mettre en œuvre dans ces zones pour prévenir et réduire ces risques.

5Au début du XXe siècle, le paludisme sévissait dans toute l’Europe (Gratz, 2004), s’étendant du sud (Italie, Espagne, France) aux zones septentrionales (Angleterre centrale, sud de la Suède et de la Norvège, Finlande centrale et en Russie septentrionale jusqu’au 64e degré). Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le paludisme était endémique dans toute l’Europe méridionale notamment dans la péninsule des Balkans, l’Italie, la Grèce, le Portugal, etc. et des épidémies ont aussi été notées en Scandinavie : en Finlande (Bonsdorff, 1991), Norvège (Fossmark & Bergstrom, 1994) et sud de la Suède.

6Des mesures de lutte antivectorielle, associées à des aménagements de l’environnement (drainages), l’élévation des niveaux de vie, des changements de modes de vie (agriculture et élevage ; en particulier, la séparation entre l’habitat humain et les lieux de stabulation), l’amélioration des traitements et des systèmes de santé, etc. ont permis l’élimination du paludisme autochtone du continent.

7Par exemple, les grandes modifications de l’environnement en Hollande ont entraîné une quasi-disparition du vecteur, An. atroparvus, dont les larves se développent en eaux saumâtres et qui était le vecteur majeur (Takken et al., 2002) de sorte qu’on peut considérer comme hautement improbable le retour du paludisme dans la région (Takken et al., 1999).

8En Roumanie, An. atroparvus et An. sacharovi ont disparu de la zone impaludée de la plaine du Danube du fait des grands changements écologiques, aménagements hydrauliques, changements des pratiques culturales, etc. (Bilbie et al., 1978) mais ces deux espèces restent abondantes autour de Bucarest.

9Le dernier cas de paludisme autochtone a été rapporté de Macédonie en 1974 et l’OMS a déclaré l’Europe comme indemne de paludisme en 1975.

10Des cas autochtones sporadiques sont observés régulièrement en Europe (Grèce, Italie, Espagne, France, Allemagne) (Baldari et al. 1998 ; Krüger et al., 2001 ; Cuadros et al., 2002 ; Kampen et al., 2003 ; Armengaud et al., 2006 ; Doudier et al., 2007 ; Takken et al., 2007 ; Alten et al., 2007).

11Mais si la transmission du paludisme est actuellement arrêtée, les anophèles vecteurs restent toujours présents, notamment les espèces du complexe An. maculipennis avec pour vecteurs majeurs An. atroparvus, An. maculipennis, An. messeae, An. sacharovi et An. labranchiae.

12« An. sacharovi était le principal vecteur de la Méditerranée orientale et du Proche-Orient avant les traitements insecticides » (Mouchet et al., 2004) ; cette espèce est présente en Arménie et Azerbaïdjan où ont été notées des poussées récentes de paludisme et sa présence en Corse est toujours source d’inquiétude.

13An. maculipennis était un vecteur majeur dans toute l’Europe, d’Espagne en Russie, présent aussi en Macédoine, Serbie, Arménie, Azerbaïdjan, ainsi qu’en zone d’altitude d’Irak, Iran, etc.

14An. labranchiae est le vecteur majeur en Afrique du Nord et assurait la transmission en Italie et en Corse (Boyd, 1949) et sa présence est toujours confirmée.

15An. atroparvus était le vecteur majeur en Europe de l’Ouest, surtout en zones côtières car les larves se développent bien dans les eaux salées.

16La zone européenne est actuellement en situation « d’anophélisme sans paludisme » (Jetten & Takken, 1994), mais toujours réceptive.

17On est certain que ces espèces anophéliennes peuvent toujours assurer la transmission de P. vivax. Quant à P. falciparum, la situation est moins claire. Les infections expérimentales ont montré une incompatibilité actuelle entre les souches d’Afrique sud-saharienne de P. falciparum et les anophèles d’Europe (Molineaux, 1988). Toutefois des cycles complets ont pu être obtenus avec des spécimens d’An. maculipennis s.l. de la région parisienne (Roubaud, 1918), An. sacharovi (Daskova & Rasnicyn, 1982), An. plumbeus (Eling et al., 2003) et récemment avec An. atroparvus, An. melanoon et An. superpictus (Fontenille, obs. pers.).

Tableau XXVII. Réceptivité des anophèles d’Europe aux souches plasmodiales importées, d’après MOLINEAUX, 1988

Tableau XXVII. Réceptivité des anophèles d’Europe aux souches plasmodiales importées, d’après MOLINEAUX, 1988

18En Italie, les densités d’An. labranchiae sont toujours élevées dans plusieurs régions et d’autres espèces vectrices sont aussi présentes comme An. maculipennis, An. atroparvus et An. superpictus (Romi et al., 1994, 1997 ; Zamburlini & Cargnus, 1999). Ces espèces ne permettent pas le développement sporogonique des souches africaines de P. falciparum, par contre la situation peut être différente avec P. vivax. Un cas autochtone à P. vivax a été rapporté de Calabre en 1955 (Coluzzi, 2000), un foyer à P. vivax a été observé en Sicile en 1956 (Sabatinelli & Majori, 1998). Pendant plus de 40 ans, plus aucun cas de paludisme autochtone n’y avait été observé, mais en 1997 un cas a été diagnostiqué chez une personne n’ayant jamais voyagé en zone impaludée et vivant en zone rurale avec la mise en évidence de la présence d’An. labranchiae dans les environs. Une analyse détaillée a permis de retrouver une enfant de 7 ans ayant eu une poussée fébrile quelques jours après son arrivée en Italie en provenance d’Inde et ayant des parasites de P. vivax 3 mois après ; ces plasmodies ont aussi été retrouvées chez d’autres membres de sa famille. Ce cas a été considéré comme le premier cas de paludisme « introduit » en Italie de ces deux dernières décennies (Baldari et al., 1998). Cette possibilité de réintroduction du paludisme a été récemment évoquée (Romi et al., 2001).

19En Espagne, un cas à P. ovale a été récemment diagnostiqué chez une dame n’ayant jamais voyagé à l’étranger (Cuadros et al., 2002). Il pourrait s’agir d’un cas de « paludisme des aéroports » vu la présence d’aéroports internationaux proches de son domicile (à 4 et 18 km) ou d’une transmission locale assurée par An. labranchiae ou An. atroparvus s’étant infecté sur un sujet migrant porteur de cet hématozoaire.

20La « région européenne » est aussi particulièrement vulnérable avec les mouvements de populations permettant l’arrivée de porteurs de plasmodies et des possibilités de transmissions localisées, voire certaines « reprises » de transmission, ne sont pas à exclure entièrement.

21Du fait de problèmes sociaux, afflux de réfugiés, désorganisation des services de santé, arrêt des opérations de lutte antivectorielle, modifications de l’environnement devenant propices aux anophèles, etc., le paludisme peut « resurgir » dans des zones d’où il avait été éliminé comme cela a pu être noté dans certains États d’Europe centrale ainsi que le montrent les statistiques des cas de paludisme autochtone, pour la grande majorité à P. vivax, pour la décennie 1990-1999 :

Arménie

1 588

Azerbaïdjan

34 226

Bulgarie

18

Géorgie

52

Grèce

1

Italie

2

Kazakhstan

8

Kyrgyzstan

6

Moldavie

2

Tadjikistan

89 205

Turquie

406 527

Turkménistan

152

22Soit un total de 531 687 cas de paludismes autochtones pour cette décennie qui a vu l’aggravation de la situation en Azerbaïdjan, au Tadjikistan ainsi qu’en Turquie avec des poussées épidémiques dans la zone sud-est.

23En Russie, environ 763 cas de paludisme ont été enregistrés en 2000 avec 47 cas de paludisme autochtone (Sokolova & Snow, 2002) et des cas à P. vivax transmis localement dans la région de Moscou (Makhnev, 2002). L’incidence des cas de paludisme autochtone dans la région moscovite est passée de 112 en 1997 à 214 en 2001, nécessitant la relance d’opérations de lutte antivectorielle.

24La vulnérabilité paludologique de l’Europe est donc potentiellement importante.

25De nombreux modèles ont été élaborés pour envisager l’apparition et l’extension du paludisme en Europe en fonction de l’évolution « prévue » du climat (Martens et al., 1995a, 1995b, 1997 ; Martens, 1999), les cas de paludisme autochtone s’ajoutant alors à celui des cas de paludismes introduits (Danis et al., 1996).

INFLUENCES DES MODIFICATIONS CLIMATIQUES

La température

26La question du « réchauffement » de la planète et de son impact sur l’expansion du paludisme est d’actualité (Loevinsohn, 1994 ; Jetten et al., 1996 ; Lindsay & Birley, 1996 ; Lindsay et al., 2000 ; Reiter, 1998 ; Martens et al., 1999 ; Mouchet & Manguin, 1999 ; Pascual et al., 2006, Patz & Olson, 2006 ; Thomson et al., 2006).

27Selon l’OMS, plus de 6 % des cas de paludisme dans certaines régions du monde durant les 25 dernières années sont le résultat de changements climatiques.

28De façon générale, les températures ont augmenté ces dernières décennies sur toute la surface terrestre, surtout dans les zones tempérées et polaires.

29Selon de récentes observations « le XXe siècle a connu le plus grand réchauffement jamais enregistré depuis au moins un millénaire. Les causes ne sont pas tant à rechercher dans la nature que dans la concentration dans l’atmosphère de CO2 et d’autres gaz qui piègent la chaleur. Et l’on s’attend à ce que les gaz à effet de serre et la température continuent d’augmenter » (National Geographic, octobre 2004).

30On admet qu’au XXe siècle la température moyenne n’aurait augmenté que de 0,6 °C, et de 1 °C en France. Selon le dernier rapport du secrétariat de la Convention-Cadre des Nations unies sur les changements climatiques au cours du XXe siècle, présenté à l’Atelier régional africain sur la question de l’adaptation (Accra, 21-23 septembre 2006), l’Afrique s’est réchauffée de 0,7 °C, les années 1995 et 1998 étaient les plus chaudes. Pour Campbell-Lendrum et al. (2006), la température a augmenté de 0,8 °C le siècle dernier et de 0,6 °C pendant les 30 dernières années.

31Selon le 3e Rapport de synthèse du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) « de toute évidence, le climat de la terre a évolué à l’échelle régionale et mondiale depuis l’époque préindustrielle et certains aspects de cette évolution sont imputables aux activités humaines. Les émissions de gaz à effet de serre et d’aérosols continuent de modifier l’atmosphère d’une manière qui influera probablement sur le climat ».

32Selon le modèle Arpège de Météo France, avec une hypothèse de doublement de la concentration en CO2 à la fin du XXIe siècle, la température s’élèverait globalement de 2 à 3°, voire de 4° l’été.

33Au niveau de la température atmosphérique, les évolutions montrent une augmentation clairement accentuée ces dernières années, corrélée avec celle de la teneur en CO2.

34Les dernières analyses et les modèles développés avec les données disponibles depuis 1860 révèlent bien l’augmentation accentuée des températures au cours des récentes décennies et l’influence des comportements humains.

35Les conclusions des experts sont que « la température moyenne mondiale à la surface de la Terre devrait augmenter de 1,4 à 5,8° pour la période entre 1990 et 2100, soit 2 à 10 fois plus que la valeur type du réchauffement observé au cours du XXe siècle et le rythme du réchauffement prévu sera très probablement sans précédent, au moins au cours des dix derniers millénaires, si l’on se réfère aux données paléoclimatologiques. Pour les périodes entre 1990 et 2025, et 1990 et 2050, les augmentations prévues sont de 0,4 à 1,1° et 0,8 à 2,6° respectivement ».

36Au cours des 20 dernières années, les températures moyennes ont été supérieures à celles enregistrées précédemment (fig. 96) (Kuhn et al., 2005).

37Dans les zones d’endémie à paludisme stable, les changements climatiques ne devraient guère avoir d’effet sur l’expression de la maladie, par contre, en zones de paludisme instable (régions montagneuses d’Afrique de l’Est ou Amérique latine) voire en zone sans paludisme autochtone actuellement, on peut craindre une augmentation (ou une réapparition) de l’incidence du paludisme.

38En termes entomologiques, on peut envisager l’impact de cette augmentation de température à deux niveaux :

  • Accélération du développement sporogonique n en application des formules classiques, mais avec des valeurs limites inférieures (16 à 18 °C) et supérieures (33 °C) en considérant :

    • qu’une augmentation de température au niveau des valeurs limites inférieures pourrait alors permettre une transmission dans les zones actuellement indemnes ;

    • qu’une augmentation d’un degré de la température se traduit par un raccourcissement d’une demi-journée à un jour du cycle sporogonique donc une possibilité supplémentaire de transmission. Il est facile de calculer la réduction des durées du développement sporogonique en fonction des augmentations de température et donc les possibilités accrues de transmission. C’est cette information qui est souvent prise en considération pour envisager une « probabilité » d’extension du paludisme avec le réchauffement climatique actuel (Rogers & Randolph, 2000).

  • Accélération du cycle biologique des vecteurs au niveau de la durée du développement préimaginal et au niveau du cycle gonotrophique donc du rythme possible des contacts hôte/vecteur et, par là même, du passage des plasmodies de l’hôte au vecteur ou de l’anophèle à l’homme (= inoculation du parasite) (Afrane et al., 2005, 2006).

Figure 96. Les changements de la température de l’air au cours des 150 dernières années (Source WHO, 2004 : Using climate to predict infectious disease epidemics)
Visualiser l’évolution des températures au cours des dernières décennies du XXe siècle sur le site : http://maps.grida.no/​go/​graphic/​ temperature_trends_1976_2000

39En sens inverse, l’augmentation de température est préjudiciable à la survie des anophèles (p), notamment à partir de 36 °C.

40On peut alors calculer (fig. 97) l’évolution de la population anophélienne dépassant l’âge épidémiologiquement dangereux (pn) et pouvant, potentiellement, transmettre les plasmodies avec une situation favorable à la transmission jusqu’aux environs de 30 °C, mais défavorable au-delà, selon certains modèles récemment développés (Craig et al., 1999).

Figure 97. Influences de la température sur les paramètres entomologiques de la transmission
Visualiser les anomalies thermiques enregistrées depuis 1850 sur le site : http://maps.grida.no/​go/​graphic/​ comparison_between_modeled_ temperature_rise_and_observations_ of_temperature_since_1860

La pluviométrie

41Selon le GIEC, « au cours du XXe siècle, les précipitations ont très probablement augmenté de 5 à 10 % sur la plupart des moyennes et hautes latitudes des continents de l’hémisphère Nord, mais, à l’opposé, il est probable que les pluies ont diminué de 3 % en moyenne sur une grande partie des zones terrestres subtropicales » (fig. 98).

Figure 98. Évolution de la pluviométrie au cours du XXe siècle

42Pendant la deuxième moitié du XXe siècle, la fréquence des fortes précipitations aux moyennes et hautes latitudes de l’hémisphère Nord a probablement augmenté de 2 à 4 %. Des augmentations à long terme relativement faibles ont été observées dans les zones terrestres touchées par des sécheresses ou des inondations importantes mais, dans un grand nombre de régions, une variabilité climatique interdécennale et multidécennale caractérise les changements sans qu’aucune tendance importante ne soit évidente pour le XXe siècle.

43Le déficit en pluies de l’Afrique de l’Ouest et de la zone sahélienne est clair sur cette carte, mais on relève aussi une augmentation des pluies en Afrique de l’Est vraisemblablement due au phénomène d’El Niño et, de façon générale, dans les zones tempérées.

44En associant les augmentations des pluies (donc de l’humidité relative) et de la température, on obtient des conditions plus favorables au développement des anophèles.

RÉFLEXIONS

45La multiplicité des facteurs, abiotiques et biotiques, qui interviennent dans la transmission du Plasmodium est telle que la plus grande prudence s’impose lorsqu’on veut en incriminer un plutôt qu’un autre, notamment en termes de perspectives.

46Un certain nombre d’éléments sont avérés, d’autres relèvent encore d’hypothèses de travail.

47Les points avérés sont d’ores et déjà la démographie, l’urbanisation, les changements environnementaux et climatiques.

48La démographie : l’accroissement des populations humaines concerne surtout les pays dits « en voie de développement », notamment de la région sud-saharienne. Lorsqu’on connaît les conditions écologiques et socio-économiques actuelles et les difficultés de la mise en œuvre des programmes de lutte contre le paludisme (notamment avec les résistances de P. falciparum aux médicaments habituels et des vecteurs aux insecticides), on peut craindre de devoir anticiper, automatiquement, une augmentation du nombre de personnes touchées par le paludisme.

49L’urbanisation : c’est un processus en cours et en augmentation. Si la ville est, en Afrique sud-saharienne, écologiquement peu propice aux vecteurs majeurs, elle n’est pas « exempte » de paludisme qui peut même y revêtir un important caractère pathologique touchant les adultes, catégorie de populations généralement peu ou pas touchée en zone rurale et avoir ainsi un impact économique particulier. La zone périurbaine cumule les risques de pathologies infectieuses rurales et les problèmes urbains bien connus, aussi une attention toute spéciale devrait y être portée. Dans d’autres régions, comme en Inde et au Moyen-Orient, l’urbanisation peut être propice à la transmission du paludisme par l’adaptation, déjà établie, des vecteurs à un habitat urbain (An. stephensi, An. sacharovi).

50Les changements environnementaux, dont la déforestation qui est indéniable, revêtent actuellement des proportions graves influant sur le climat des zones concernées, voire le climat général. En Afrique sud-saharienne, la déforestation est propice aux vecteurs majeurs héliophiles, notamment An. gambiae, et donc à l’extension de la transmission du paludisme. Par contre, la déforestation peut être favorable à la réduction du paludisme transmis par An. dirus, anophèle forestier, en Asie du Sud-Est, toutefois cette diminution du paludisme doit être tempérée car An. minimus s.l. peut prendre le relais de la transmission dans ces zones déboisées. En Turquie, la « mise en valeur » par l’irrigation et l’insuffisance d’accès aux soins des populations pauvres et rurales se sont conjuguées pour entraîner la création de foyers palustres.

51Les changements climatiques et l’augmentation de certains composants de l’atmosphère s’accélèrent. De façon générale, on admet une augmentation de 0,6 à 1 °C pour ces dernières années, mais surtout le maintien de cette augmentation pour les prochaines décennies si des mesures drastiques ne sont pas prises au niveau des comportements humains.

52En termes paludologiques, l’augmentation de la température se traduit par un triple effet :

  • accélération du développement sporogonique du Plasmodium ;

  • accélération des cycles biologiques du vecteur (au niveau de la phase préimaginale et du cycle gonotrophique) ;

  • possibilités de transmission dans des zones (altitude ou latitude) où les conditions de température ne la permettaient pas.

53De nombreux modèles et scénarios ont ainsi pu être élaborés :

  • la paupérisation de certaines populations des pays les moins avancés avec les phénomènes climatiques catastrophiques (sécheresses, inondations, etc.) s’ajoutant aux problèmes sécuritaires (guerres civiles) et autres aggravant les situations sanitaires et rendant difficiles les interventions ;

  • les mouvements de populations : les conditions socio-économiques des pays les moins avancés font que des mouvements de populations légaux et illégaux, Sud/Nord et Sud/Sud, ne peuvent qu’aller en s’amplifiant avec les possibilités d’arrivées de porteurs asymptomatiques de plasmodies et l’augmentation de la vulnérabilité des zones d’immigration ;

  • les mouvements de vecteurs avec les augmentations des échanges commerciaux et notamment des trafics aériens avec des risques accrus de transmission locale (« paludisme des aéroports ») ; l’exemple d’Aedes albopictus, espèce qui a réussi à s’implanter sur plusieurs continents, souligne cette possibilité et mérite réflexion ;

  • le maintien de populations anophéliennes (An. atroparvus, An. messeae, An. labranchiae, etc.) dans les zones dites désormais indemnes de paludisme et les risques de reprise de transmission autochtone, assortie d’une éventuelle modification de la distribution des espèces (par exemple, on s’attend à trouver un jour An. Labranchiae sur le littoral du continent et pas seulement en Corse). Actuellement ces espèces sont réfractaires au déroulement de la sporogonie des P. falciparum « tropicaux » mais des cas de développement complet de P. vivax ont été obtenus expérimentalement et des cas vraisemblables de paludisme transmis localement ont été répertoriés. La non-adaptation actuelle du couple anophèles arctiques/Plasmodium tropicaux va-t-elle perdurer ou évoluer ? Nul ne peut le prédire avec certitude. On peut émettre des hypothèses et modéliser, mais la question reste entière.

Encadré 39
Modifications de l’environnement et conséquences sur les maladies à transmission vectorielle
Modifications de l’environnement
Changement du climat
Démographie humaine : déplacement des populations
Agriculture : modification des pratiques, aménagements avec irrigation, riziculture, maraîchage
Déforestation
Urbanisation
Modifications du système vecteur-parasite
Distribution et (ou) densité des vecteurs, espèces envahissantes
Longévité du vecteur
Durée du cycle du développement du vecteur
Durée et succès de l’incubation extrinsèque
Modifications de l’expression des maladies
Transmission, intensité totale et (ou) distribution temporelle
Aires de répartition endémique et (ou) épidémique, transfert d’hôte
Incidence, prévalence, immunité, gravité

54De nombreux modèles tendent à prévoir l’évolution du paludisme avec celle des conditions climatiques. De façon générale, les tendances sont plutôt d’ordre « catastrophiste » avec une extension et une expansion du paludisme dans les zones actuellement indemnes avec son cortège de problèmes pathologiques. On peut toutefois penser que dans les pays des zones tempérées les systèmes de santé, et notamment les systèmes de veille sanitaire, devraient pouvoir juguler la « maladie » avant qu’elle ne devienne un problème de santé publique, tandis que les organismes de lutte antivectorielle (comme les ententes interdépartementales pour la démoustication EID) sont parfaitement opérationnels pour limiter les populations d’anophèles. Par contre, la situation des pays des zones tropicales est plus préoccupante, notamment dans les régions actuellement sans paludisme (altitude par exemple) où la transmission pourrait se déclencher et survenir sur des populations non prémunies (Tanser et al., 2003 ; Zhou et al., 2004, 2005 ; Hay et al., 2005), ou bien la transmission pourrait encore s’accélérer augmentant d’autant les risques de poussées épidémiques. Ainsi, l’entomologie pourrait bien fournir des indicateurs prédictifs particulièrement pertinents (Lindblade et al., 2000) en complément des indicateurs classiques (Thomson & Connor, 2001 ; OMS, 2004b).

55Enfin, l’épidémiologie du paludisme est régulée de façon éminemment multifactorielle, incluant le fait que cette maladie est d’abord une maladie de la pauvreté. Il en résulte que le changement climatique global, même s’il se concrétise selon les prévisions actuelles les plus pessimistes, ne saurait bouleverser, à lui seul, les principales caractéristiques de la transmission des plasmodies et de l’expression de la maladie palustre.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search