Version classiqueVersion mobile

Les anophèles

 | 
Pierre Carnevale
, 
Vincent Robert

8. Les méthodes de la lutte antivectorielle

Texte intégral

1Les méthodes de lutte antivectorielle peuvent être classées de différentes façons selon :

  • les techniques :

    • méthodes biologiques (poissons larvivores, essais de champignons, etc.),

    • méthodes physiques (surtout changements de l’environnement mais aussi moustiquaires, grillage de fenêtres, etc.),

    • méthodes chimiques (avec les larvicides, les aspersions intradomiciliaires pariétales, les moustiquaires imprégnées et les pulvérisations spatiales, qui peuvent être faites à l’intérieur ou à l’extérieur des maisons, à plus ou moins grande échelle selon les besoins) ;

  • les effets ou buts recherchés : limitation du contact hôte/vecteur ou action sur la densité ou action sur la longévité.

2Cette classification selon les effets est intéressante d’un point de vue épidémiologique et on peut considérer schématiquement 3 principales options :

  • la limitation du contact hôte/vecteur avec 4 méthodes principales :

    • les moustiquaires et les moustiquaires imprégnées,

    • les protections au niveau des maisons : grillages de fenêtres, rideaux imprégnés et autres fermetures des points d’entrée, ventilateurs, etc.,

    • l’utilisation de répulsifs (en application cutanée et vêtements imprégnés),

    • l’utilisation des serpentins, plaquettes, etc. ;

  • la réduction de la densité avec 4 méthodes principales :

    • les modifications de l’environnement pour réduire/éliminer les gîtes larvaires favorables,

    • la lutte antilarvaire avec des larvicides chimiques ou des biopesticides (Bt),

    • la lutte biologique contre les stades préimaginaux,

    • les pulvérisations intradomiciliaires (pariétales) et extradomiciliaires (spatiales) ;

  • la réduction de la longévité avec 3 méthodes principales :

    • l’emploi généralisé des moustiquaires imprégnées d’insecticide,

    • les aspersions intradomiciliaires (house spraying ou inside residual spraying) avec des insecticides rémanents,

    • les pulvérisations spatiales.

3Cette division est donnée à titre didactique car les aspersions intradomiciliaires interviennent sur la longévité mais aussi sur la densité des anophèles, c’est aussi le cas avec les moustiquaires imprégnées lorsqu’elles sont utilisées par une grande partie de la communauté (effet masse).

4Les méthodes de lutte antivectorielle sont choisies en fonction de l’effet désiré (tabl. XV).

Tableau XV. Impact sur les vecteurs des méthodes de lutte

Tableau XV. Impact sur les vecteurs des méthodes de lutte

LA LIMITATION DU CONTACT HÔTE/VECTEUR

Les moustiquaires simples

5L’usage des moustiquaires est connu depuis toujours, on en retrouve leur emploi chez Cléopâtre (avec des fils d’or) et dans les récits de Marco Polo en Chine. Dans son livre Prevention of malaria, Ross (1911) préconisait l’emploi régulier des moustiquaires de lit. La promotion de l’emploi des moustiquaires est passée par certaines stimulations typiquement « gauloises » (Photo 22). Actuellement, elles sont utilisées de façon routinière dans de nombreux contextes (Photo 23).

6L’OMS a proposé des normes pour les moustiquaires (OMS, WHO/CDS/RBM/2001.28) et il peut être utile de s’y reporter. Ces normes sont indiquées en termes :

  • de composition : de préférence, polyester multifilament, 36 à 48 filaments selon le denier) ; mais la tendance est à fabriquer des moustiquaires en polyéthylène, plus résistantes à l’usage ;

  • de taille des mailles = nombre de trous par inch carré : on admet une maille de 156, soit 25 trous/cm2 ;

  • de deniers : le denier est une mesure standard représentant le poids, en gramme, de 9 000 m de fil, (on considère qu’il faut un denier > 75 pour avoir une bonne résistance de la moustiquaire), on utilise aussi comme unité le décitex = poids en gramme de 10 km de fil ;

  • de ténacité = mesure de la résistance du fil à la traction : le denier et la ténacité dépendent du fil lui-même ;

  • de poids : estimé en g/m2, 100 deniers = 40 g/m2 ; 75 deniers = 30 g/m2 ;

  • d’inflammabilité, les moustiquaires doivent répondre aux normes ISO CFR 1610-CS191-53 ou ISO 6941 : 1984 Textiles : le polyester relève de la classe 1 avec un temps de propagation de la flamme > 7 secondes ;

  • de résistance à l’éclatement : 100 deniers = 405 Kpa ; 75 deniers = 220 Kpa ;

  • de résistance au déchirement : le produit doit répondre aux normes ISO 4672-2 ; la résistance à l’éclatement et au déchirement dépend du tissage du tulle, de nœuds entre les fils de trame et les fils de chaîne, etc.

Photo 22. La promotion de l’emploi des moustiquaires dans les armées françaises (Source : Carte postale d’Albert Guillaume, commandée par le Service de santé des armées en 12917)

7La moustiquaire simple ne protège pas entièrement contre les piqûres de moustiques : si elle a le moindre trou, si elle est mal bordée, si une partie du corps entre en contact avec le tulle, le moustique pourra piquer. De plus, elle n’empêche pas les moustiques d’entrer dans les maisons.

8Des études entomologiques en cases pièges ont montré que dans une maison sans moustiquaire le taux de gorgement des anophèles était de 80 % : il était de 60 % lorsque le sujet était « protégé » par une moustiquaire faiblement trouée et de 20 % avec une moustiquaire en parfait état (Darriet et al., 2000, 2002).

Photo 23. Exemple d’une moustiquaire de lit
© IRD/V. Robert

9Des études épidémiologiques en Gambie ont montré que le taux d’incidence des accès palustres dans les villages pourvus de moustiquaires simples n’était pas significativement différent de celui observé dans les villages sans moustiquaires, étant entendu que ces moustiquaires sont dans leur état « normal » sur le terrain, c’est-à-dire souvent en partie déchirées ou mal utilisées (Snow et al., 1988). Dans une autre étude en Gambie, Clarke et al. (2001) ont noté dans 48 villages une réduction de 51 % de la prévalence à P. falciparum chez les enfants dormant sous moustiquaire non traitée et en bon état par rapport aux enfants sans moustiquaire ; l’avantage est particulièrement net chez les enfants logeant dans les maisons les plus pauvres. Au Kenya, également chez les enfants dormant sous moustiquaire non traitée et en bon état, une protection a aussi été observée à la fois contre l’infection et contre les accès palustres (Mwangi et al., 2003).

10L’efficacité des moustiquaires a été grandement améliorée par leur imprégnation avec un insecticide pyréthrinoïde ainsi que l’ont clairement démontré tous les travaux (Lengeler, 2000, 2004) réalisés depuis les expériences initiales de Darriet et al. (1984) à la station expérimentale de Soumousso (Burkina Faso) avec des moustiquaires imprégnées de perméthrine à la dose de 80 mg de matière active par mètre carré (m.a./m2).

11Les moustiquaires imprégnées sont traitées dans le cadre des méthodes visant à augmenter la mortalité des anophèles vecteurs (cf. p. 271).

Les grillages de portes et de fenêtres

12Il s’agit d’une mesure purement « physique » pour empêcher les moustiques d’entrer dans les maisons. S’il y a le moindre trou, déchirure ou autre dans le grillage, les moustiques peuvent entrer.

13Néanmoins, on se rappelle l’expérience qui s’est déroulée de juin à octobre 1900 où deux Anglais et un Italien ont vécu dans la zone « impaludée » d’Ostie (Italie) respirant le « mauvais air » (mal’aria), mais une heure avant le coucher du soleil, ils entraient dans une maison parfaitement mosquito proof d’où ils ne sortaient que le lendemain, une heure après le lever du soleil. Ainsi protégé des piqûres d’anophèles, aucun n’a eu à déplorer d’accès palustres. Par ailleurs, des anophèles de la région ont été infectés à Rome sur des porteurs de parasites. Ces mêmes anophèles ont été transportées à Londres où ils ont piqué le fils et le technicien du professeur Patrick Manson ; tous deux ont été infectés, manifesté des symptômes du paludisme et guéri par le célèbre médecin. Cette expérience, double, confirme le rôle des anophèles dans la transmission du paludisme. Elle peut avoir deux conclusions complémentaires :

  • il est possible de vivre en zones impaludées sans être infecté en prenant des mesures de précautions simples contre les piqûres de moustiques ;

  • il est possible de vivre en zones non impaludées et d’être infecté, et malade, du fait d’anophèles ayant voyagé depuis une zone palustre, et c’est le cas des paludismes d’aéroport dont le diagnostic pose souvent problème car il n’est pas recherché chez des personnes n’ayant pas voyagé « sous les tropiques ».

14En 1933, Christophers et Missiroli dans leur rapport Housing and malaria à la ligue Nations Health Organization concluent que « that screening (mosquito-proofing) has been the single most generally applicable effective malaria control measure available » et que « screening must be one sheet anchor in preventing malarial fever in farm houses ».

15Mais pour être efficaces, les grillages de fenêtres doivent répondre à certaines normes (notamment des trous de 1,40 sur 1,45 mm tout au plus) et doivent en fait couvrir toutes les ouvertures, ce qui est difficilement réalisable de façon permanente et parfaite !

16Les études récentes au Burkina Faso ont clairement démontré que la mise en place de rideaux (et autres systèmes) imprégnés de perméthrine permet de réduire considérablement le taux d’entrée dans les maisons (Habluetzel et al., 1999). Appliqué à très grande échelle, ce système a permis de réduire la morbidité palustre et la mortalité infanto-juvénile générale de façon drastique.

Les répulsifs cutanés

17Il existe une très abondante littérature sur les répulsifs (Combemale et al., 1992 ; Carnevale & Mouchet, 1997 ; Carnevale, 1998 ; Baudon & Martet, 1997 ; Izri et al., 2001 ; Debboun et al., 2007) à laquelle on pourra se reporter pour des informations spécifiques sur les différents produits, leur mode d’emploi, leur efficacité (et leur durée d’efficacité selon les produits, les conditions d’utilisation etc.) et les précautions. Une synthèse a été faite récemment sous l’égide de l’OMS (Barnard, 2000). Il faut savoir qu’il ne s’agit là que de protections personnelles.

18De façon générale, on peut considérer deux grandes familles de répulsifs selon leurs origines.

Les produits d’origine naturelle

19Ce sont des huiles essentielles extraites de plantes telles que l’huile de citronnelle, huile de Java et huile de Ceylan.

20L’efficacité de l’huile de citronnelle est connue depuis fort longtemps. La citronnelle se retrouve à raison de 0,05 à 15 % dans de nombreuses présentations, associée à d’autres produits « naturels » commercialisés. La durée d’action est faible (1/2 heure) et nécessite alors de fréquentes applications.

21Le neem (le margousier Azidirachta indica) est souvent cité, et utilisé sous différentes formes notamment d’huile extraite de la graine. En Inde, elle est utilisée à raison de 2 % mêlée à de l’huile de noix de coco contre les piqûres d’anophèles. Elle est aussi utilisée dans des petites lampes à pétrole dont la combustion conférerait une certaine protection dans les maisons contre les piqûres d’anophèles en Inde (Sharma et al., 1993).

22Le qwenling, extrait de l’huile d’Eucalyptus maculata citriodon (Schreck & Leonhard, 1991), est actuellement commercialisé (Mosigard® avec une formulation à 40 % de citriodol) et, en Bolivie (Moore et al., 2002), des essais du produit à 30 % ont montré une excellente efficacité contre les piqûres d’An. darlingi (qui pique tôt dans la soirée) avec une protection de 96,9 % pendant 4 heures (pour 84,8 % obtenus avec le DEET classique).

Les produits d’origine synthétique

23De façon générale, les produits suivants sont disponibles.

24Le DMP (diméthylphtalate) à la concentration optimale de 40 %, efficace pendant 1 h 30 mais peu résistant à la chaleur tropicale ; ce produit n’est plus recommandé.

25L’EHD (éthylhexanédiol) dont la durée de protection est de l’ordre de 2 heures, la concentration optimale est de 30 à 50 %. En imprégnation de vêtements, le produit est efficace 8 jours. Il existe une présentation commerciale à 30 % pour les enfants, mais le principe actif n’est plus recommandé.

26Ces deux produits ont été largement utilisés en mélange 6-2-2 (6 parts de DMP + 2 parts d’EHD + 2 parts d’indalone), très populaire aux États-Unis jusqu’à l’avènement du DEET. L’indalone n’est, lui aussi, plus recommandé.

27Le DEET (diéthyltoluamide), découvert en 1946 et breveté en 1957, est le produit le plus populaire et le plus utilisé avec quelque 200 millions d’applications par an. Quelque 140 formulations différentes (liquides, lotions, sprays) contienant du DEET ont été enregistrées à l’US Environmental Protection Agency. Son utilisation est recommandée à des dosages de 30 à 50 % chez les adultes et il est présenté sous diverses formes (lotions, sticks, roller, sprays, etc.) à de nombreuses concentrations, voire en association. Sauf situation particulière, le DEET n’est pas recommandé sur les enfants de moins de 30 mois et les femmes enceintes. Il a été signalé des effets toxiques (dermiques, mais aussi encéphalopathies). De nombreuses études ont été menées aux États-Unis à partir de 71 centres antipoisons (données de 1985 à 1989) ; il en ressort que les risques sont faibles en cas d’utilisation normale du produit, mais l’ingestion est dangereuse. On recommande aux femmes enceintes, selon le principe de précautions, de ne pas l’utiliser.

28La protection est de l’ordre de 6 à 8 heures. Mais de nouvelles formulations sont élaborées et testées pour augmenter la durée d’efficacité du DEET (> 10-12 heures).

29Une autre utilisation du DEET, facile et à moindre risque, consiste à le mettre sur les vêtements où il confère une protection pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours.

30Le DEET a récemment été utilisé avec succès en badigeonnage des pieds et des chevilles pour protéger des piqûres d’An. arabiensis et réduire l’incidence du paludisme en Afrique du Sud, près de la frontière avec le Mozambique (Durrheim & Govere, 2002).

31En condition expérimentale au Bénin, des moustiquaires imprégnées de DEET et de propoxur ont montré une réelle efficacité (effet kd et létal) contre des souches d’An. gambiae résistantes aux pyréthrinoïdes (kdr) (Pennetier et al., 2005) ouvrant la voie à de nouvelles perspectives de lutte contre les vecteurs résistants.

32Des moustiquaires imprégnées de DEET (sans insecticide) ont étonnament permis d’obtenir un taux de mortalité élevé (autour de 70 %) sur des populations d’An. gambiae résistantes aux pyréthrinoïdes et de > 50 % sur Culex quinquefasciatus moustiques particulièrement résistants aux insecticides (N’Guessan et al., 2006). À cela s’ajoute un effet dissuasif (réduction du taux d’entrée dans les maisons) et de réduction du taux de piqûres, ce qui confère à ces moustiquaires ainsi traitées une importante protection personnelle aux utilisateurs même dans des situations entomologiques délicates.

33Une nouvelle formulation de DEET sous forme de microcapsules augmente la rémanence des moustiquaires ainsi traitées, qui peut atteindre 6 mois en condition de laboratoire (N’Guessan et al., 2008).

34L’IR 3535 [3-(N-acetyl-N-butyl) aminopropionic acid ethyl ester] commercialisé sous le nom de Prébutix® ou 5/5® a fait l’objet de tests par des centres agréés par l’OMS dont les résultats ont été analysés (4e groupe de travail WHOPES, décembre 2000). Ce produit est considéré comme efficace et inoffensif pour l’homme. Néanmoins, on tend à ne pas recommander l’usage de ce produit chez les enfants de moins de 30 mois et les femmes enceintes sauf situation particulière (épidémie d’arbovirus par exemple ; tabl. XVI).

35Les résultats sont très différents selon les espèces culicidiennes, les laboratoires, les méthodes etc., mais dans l’ensemble le produit confère une protection comparable à celle du DEET, de l’ordre de 6 heures et plus. On le trouve commercialisé avec plusieurs concentrations ou associé à d’autres répulsifs (3535 + DEET ou 3535 + EHD).

36L’IR 3535 a été testé avec succès en imprégnation de moustiquaires de lit pour protéger les gens contre les piqûres d’An. gambiae résistants aux insecticides pyréthrinoïdes (N’Guessan et al., 2006).

37Le KBR 3023 [1-piperidinecarboxylic acid 2-(2-hydroxyethyl)-1-methylpropylester] ou icaridine est commercialisé par Bayer sous le nom d’Autan®.

38Le groupe d’experts de l’OMS estime que pour une application de 0,3 mg de matière active par cm2 de peau, telle que recommandée par le fabriquant, la protection est supérieure à 95 % pendant 6 à 7 heures. À doses comparables, KBR 3023 confère une protection plus longue que le DEET contre An. gambiae. Ce produit est inoffensif pour l’homme, mais en application du principe de sécurité, il est recommandé de ne l’utiliser que pour des périodes inférieures à 1 mois et d’éviter, sauf situation exceptionnelle, les applications sur les enfants de moins de 30 mois et les femmes enceintes.

39Le tableau XVI récapitule les répulsifs cutanés bénéficiant d’un avis favorable du groupe d’experts de l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé). Le cas des nouveau-nés et des jeunes enfants a été traité par le groupe de pédiatrie tropicale et la Société française de pédiatrie (Sorge et al., 2007). Ainsi, les enfants avant l’âge de la marche ou endormis doivent être protégés sous moustiquaires et l’application de répulsif n’est pas recommandée. Les enfants de 6-12 mois peuvent recevoir du Citriodiol 20 à 30 % ou du DEET 10 à 30 % une fois par jour. Les enfants de 12-30 mois peuvent recevoir du Citriodiol 20 à 30 % ou DEET 10 à 30 % ou IR 3535 à 20 % une fois par jour.

Tableau XVI. Répulsifs cutanés préconisés pas l’Afssaps dans le cadre d’épidémies de dengue et de chikungunya, d’après BEH n° 23/24, 2 juin 2009

Tableau XVI. Répulsifs cutanés préconisés pas l’Afssaps dans le cadre d’épidémies de dengue et de chikungunya, d’après BEH n° 23/24, 2 juin 2009

a : sauf si antécédents de convulsions ;
b : sauf si antécédents de convulsions, éviter les contacts du DEET avec les plastiques, vernis, verres de montre, lunettes, le DEET diminue d’environ 1/3 l’efficacité des crèmes solaires ;
c : limiter l’utilisation consécutive à 1 mois.

Les vêtements et autre matériaux imprégnés

40Des études intensives aux États-Unis (Schreck et al., 1978) ont démontré l’efficacité et la durabilité de la perméthrine (à toute une gamme de concentration) en imprégnation de tissus (coton ou polyester ou mélange) contre les moustiques (mais aussi les puces, poux, tiques etc. ; Schreck et al., 1980, 1982, 1986 ; Sholdt et al., 1989). La concentration nécessaire est de 1,25 à 2,5 g de m.a./m2 de tissus. Ainsi traité, le vêtement résiste à quelque 33 lavages, à l’eau froide. Mais le lavage à l’eau chaude détruit l’imprégnation, le repassage avec un fer très chaud aussi. Les tests ont montré une rémanence de l’ordre de 6 semaines en utilisation normale avec une bonne résistance au port et à l’ensoleillement.

41Il existe plusieurs présentations commerciales de la perméthrine en imprégnation des vêtements. Le vêtement peut être imprégné par trempage, par aspersion (avec une bombe) ou de façon industrielle comme pour les uniformes de l’armée française en opération outre-mer (Deparis et al., 2004), qui confèrent une protection partielle contre les piqûres, insuffisante pour protéger complètement du paludisme.

42En Thaïlande, des tissus imprégnés de perméthrine se sont montrés efficaces contre les piqûres d’An. dirus pendant 90 jours (Eamsila et al., 1994) et des uniformes ainsi traités ont conféré une protection de 84 % contre ce vecteur en laboratoire, mais sur le terrain l’incidence du paludisme est restée comparable pendant les 6 mois d’un essai chez des militaires.

43Au Kenya, dans les camps de réfugiés somaliens, le port de vêtements imprégnés à la perméthrine, ajouté au traitement des draps et couvertures, a permis de réduire de 70 % le risque d’infection palustre et la densité de vecteurs dans les habitations (Kimani et al., 2006).

44De nombreuses surfaces peuvent être imprégnées avec de la perméthrine (vêtements, tentes, couvertures, rideaux, grillages fenêtres, tchadors, bâches, etc.).

45Des études ont aussi porté sur des matériaux imprégnés d’étofenprox, un pseudo-pyréthrinoïde, présenté dans le commerce sous le nom de Biovectrol® « spray anti-insectes pour vêtements et moustiquaires ».

46Des hamacs imprégnés de perméthrine ont montré un effet répulsif réduisant de 35 % à 60 % l’entrée des moustiques dans les maisons (Hougard et al., 2007).

47Les pyréthrinoïdes autres que la perméthrine et l’étofenprox ne sont pas recommandés en imprégnation de vêtement en raison de leur moindre irritabilité vis-à-vis des moustiques et de leur toxicité vis-à-vis des personnes.

48Schreck et Kline (1989) ont montré que l’association treillis (imprégné de perméthrine à 0,125 mg m.a./m2) + répulsif peau (DEET à 75 % ou 3M à 35 % ou Biotek à 44 % à durée d’action prolongée) pouvait conférer une protection de 99,9 % contre les piqûres d’Aedes taeniorhynchus. Une excellente protection a ainsi été conférée contre les piqûres de mouches tsé-tsé en Zambie (Scholdt et al., 1985). Le système est aussi efficace contre les poux de corps (et peut être retenu pour protéger les gens travaillant dans les camps de réfugiés où les poux prolifèrent souvent, en lien avec le manque d’hygiène de ces zones).

49On retiendra que l’association entre le port de vêtements imprégnés et l’application de répulsif sur la peau permet une excellente protection et doit être recommandé en zone en forte agressivité culicidienne.

Les serpentins fumigènes

50Les serpentins fumigènes sont largement utilisés aussi bien le soir à l’extérieur que la nuit à l’intérieur des maisons (Desfontaine et al., 1989, 1990 ; Liu et al., 2003). Ils ont fait l’objet de nombreux essais montrant une certaine efficacité (Birley et al., 1987 ; Manga et al., 1995b) ou une efficacité certaine (Coene et al., 1989). Ils sont composés :

  • d’un support composé de substances végétales à combustion lente de type sciure de bois ou poudre d’écorce de noix de coco auquel sont ajoutés un colorant et un antifongique plus une substance odorante et un agent liant (amidon) ;

  • d’un insecticide généralement de la famille des pyréthinoïdes et du groupe des alléthrines : esbiol, esbiothrine, bioalléthrine ou alléthrine forte.

51Peu d’insecticides sont suffisamment volatiles et présentent un éventail d’effets sublétaux et létaux pour être utilisés dans les serpentins (et les plaquettes). Les organochlorés, organophosphorés et carbamates ne conviennent pas et seuls les pyréthrinoïdes sont utilisables à cet égard.

52La bioalléthrine est 1,18 fois plus active que l’alléthrine forte. L’esbiothrine est 2,12 fois plus active que l’alléthrine forte. L’esbiol est 2,35 fois plus active que l’alléthrine forte.

53Des tests faits en laboratoire avec des Aedes aegypti ont montré que pour obtenir un KT50 (= temps nécessaire pour tuer 50 % des moustiques exposés) de 9 min, il faut un serpentin avec :

  • soit 0,21 % du poids du serpentin/poids d’alléthrine forte pure ;

  • soit 0,18 % du poids du serpentin/poids de bioalléthrine pure ;

  • soit 0,10 % du poids du serpentin/poids d’esbiothrine pure ;

  • soit 0,09 % du poids du serpentin/poids d’esbiol pure.

54Les principales caractéristiques pour les serpentins sont présentés sur le tableau XVII. On voit qu’il y a une relation directe entre la concentration en insecticide et le KT50 (plus la concentration est élevée, plus le temps pour tuer 50 % des moustiques est réduit).

55Lorsque le serpentin se consume, la combustion libère l’insecticide à un taux constant pendant 6 à 8 heures. Toutefois, la présence de vent active la vitesse de combustion.

Tableau XVII. Composition et efficacité des serpentins fumigènes

Tableau XVII. Composition et efficacité des serpentins fumigènes

*en considérant qu’un serpentin brûle à raison de 1,7 à 2 g à l’heure et pèse 12 g.

56La présence d’un serpentin dispensant sa fumée dans une maison peut avoir un effet dissuasif (limitant l’entrée des moustiques dans les maisons et augmentant l’exophilie naturelle), ou excito-répulsif (à courte distance de l’hôte source potentielle de repas sanguin), limitant le taux de piqûres (en interférant avec le comportement de recherche de l’hôte ou inhibant le comportement de piqûres) ou assommant les moustiques.

57Ce sont des effets sublétaux de la fumée insecticide qui rendent la zone « protégée » et relativement indemnes de moustiques. Lorsque la concentration en insecticide est suffisante, il peut y avoir un effet létal.

58Dans de nombreuses zones tropicales, les informations disponibles sur les boîtes de serpentins commercialisés présentent trop rarement des indications de compositions précisant la nature de l’insecticide et son dosage. Il faut donc se référer aux documents officiels comme ceux publiés par l’OMS.

59L’analyse bibliographique faite par Lawrance et Croft (2004) confirme l’efficacité des serpentins contre les nuisances culicidiennes, mais les preuves manquent quant à leur réelle efficacité pour la prévention du paludisme.

Les plaquettes chauffées

60Les bonnes plaquettes doivent avoir un taux constant de relargage de l’insecticide avec une quantité suffisante de matière active pendant la période nécessaire qui doit couvrir quelque 8 à 10 heures.

61Quatre facteurs interviennent dans la vaporisation de l’insecticide et donc dans l’impact biologique des plaquettes :

  • la concentration en insecticide ;

  • la température du support entre 120 et 160 °C ; en fait la température optimale est de l’ordre de 135 °C ;

  • la forme de l’appareil pour bien laisser diffuser l’insecticide vaporisé par la chaleur ;

  • le type de plaquette : épaisseur, composition, la taille de base est de 34-36 x 21-23 x 2,6-3,0 mm.

62La plaquette comprend un insecticide de la série des alléthrines, un produit stabilisateur (souvent un pipéronyl butoxyde qui agit non pas comme synergiste mais pour réduire le taux d’évaporation de l’insecticide, d’autres produits ayant une faible volatilité sont aussi utilisés), un solvant, un colorant (indiquant le niveau d’utilisation de la plaquette), un parfum (qui s’évapore rapidement et objective ainsi l’activité du système).

63La composition de base d’une plaquette, en matière active pure, est de 45,0 mg d’alléthrine forte, ou 38,1 mg de bioalléthrine, ou de 21,2 mg d’esbiothrine, ou encore de 19,1 mg d’esbiol.

64Les tests en laboratoire avec Ae. aegypti montrent que pour obtenir un KT50 de 12 min, il faut 20 mg d’alléthrine forte ou 10 mg d’esbiothrine.

65Pour augmenter la durée de diffusion de l’insecticide, il existe des modèles où la plaquette est remplacée par un flacon avec une quantité suffisante pour un usage d’un mois.

66Au Cameroun, les plaquettes insecticides contenant de l’alléthrine et de l’esbiothrine, placées dans les maisons ont permis de réduire de 90 % le nombre de piqûres d’An. gambiae et An. moucheti (Manga et al., 1995b).

67On notera que le concept de ces plaquettes se différencie complètement de celui de la plaquette Vapona® qui n’est plus maintenant commercialisée et qui s’utilisait sans chauffage.

68Très récemment, un autre pyréthrinoïde, la métofluthrine, a donné contre les piqûres de moustiques des résultats très prometteurs en imprégnation de résine (sans chauffage ni combustion).

LA LIMITATION DE LA DENSITÉ

69La limitation de la densité peut être obtenue en agissant sur les larves (actions sur les gîtes larvaires) et les adultes.

70La limitation de la densité par actions contre les larves peut être obtenue par :

  • des modifications de l’environnement réduisant les gîtes propices au développement des anophèles ;

  • la lutte biologique surtout avec des poissons larvivores pour réduire la productivité des gîtes larvaires ;

  • la lutte antilarvaire classique avec des larvicides chimiques ou des biolarvicides (Bacillus thuringiensis) ou des régulateurs de croissance (ecdysoïdes, juvénoïdes) là aussi pour limiter la productivité des gîtes larvaires.

71La limitation de la densité par des actions contre les adultes peut être obtenue par :

  • des pulvérisations spatiales (à l’extérieur et à l’intérieur des maisons) visant à réduire rapidement et fortement la densité de moustiques et, de ce fait, contrôler des épidémies ;

  • des aspersions d’insecticides sur les murs dans les maisons et autres lieux où les anophèles se reposent ;

  • la pose de moustiquaires imprégnées d’insecticides au-dessus des lits ;

  • la pose de tissus imprégnés aux ouvertures des maisons ;

  • la pose de bâches imprégnées directement sur les murs des maisons pour remplacer les aspersions intradomiciliaires.

72Ces dernières méthodes adulticides (aspersions intradomiciliaires, moustiquaires imprégnées, rideaux imprégnés, bâches imprégnées) peuvent avoir un double effet : réduire la densité et surtout la longévité par l’effet létal (par définition) de l’insecticide (p. 272 et suivantes).

La lutte mécanique contre les larves et les modifications de l’environnement

73Une réflexion vient d’être menée par l’OMS (Pruss-Ustun & Corvalan, 2007) sur les possibilités de réduire le poids de certaines maladies (infections respiratoires aiguës, diarrhées, paludisme) par l’amélioration de l’environnement qui interviendrait pour 42 % dans les risques de paludisme.

74Il s’agit, entre autres, de changer l’environnement de telle sorte qu’il ne soit plus propice pour les larves de moustiques.

75L’aménagement de l’environnement pour le contrôle des vecteurs est classé en trois modes :

  • les modifications de l’environnement : il s’agit des transformations physiques permanentes (ou à visée longue durée) du sol, de l’eau, de la végétation afin de prévenir, éliminer ou réduire les habitats des vecteurs sans causer d’effets adverses à la qualité de l’environnement humain. Ces actions comprennent : drainage, remplissage, remise à niveaux, transformation des zones à risque ; ces mesures se veulent permanentes, mais elles exigent un contrôle régulier pour vérifier leur bon fonctionnement ;

  • les manipulations de l’environnement : il s’agit de mesures produisant des conditions temporaires défavorables au développement préimaginal des moustiques ;

  • les modifications des habitats et des comportements humains comme la construction des habitations à distance des eaux servant de gîtes à moustiques, l’ensemble des mesures d’hygiène et de gestion des déchets, pour éviter le contact hôte/vecteur.

76L’assèchement des marais pour réduire la pullulation des moustiques est l’un des procédés de lutte des plus classiques. Il y a mention de telles actions menées en 550 av. J.-C., de citation d’Hippocrate, 400 ans av. J.-C. Il en va de même quant à l’assèchement des marais pontins en Italie (dans les années 1930) et des marais de Versailles pour la construction du palais ou de la Tennessee Valley Authority aux États-Unis (1920) avec l’application systématique de mesures d’aménagements de l’environnement pour la prévention et la lutte contre le paludisme.

77La rectification de la salinité par l’ouverture de canaux ou la construction de digues sont souvent conseillées par les « protecteurs de l’environnement » ne voulant pas voir des épandages d’insecticides dans les biotopes. Mais si ces conseils ne sont pas solidement étayés de connaissances entomologiques, la résultante des modifications de l’environnement peut avoir des effets inverses, particulièrement dans le cas d’aménagements agricoles, dont la riziculture, qui crée, en Afrique sud-saharienne, des grands gîtes propices au développement des vecteurs, An. gambiae en Afrique continentale, mais aussi An. funestus à Madagascar et en Afrique de l’Est, à l’origine de sévères et mortelles épidémies dont il est possible de prévoir la période de survenue puisqu’elle correspond à certaines phases de la riziculture, propres au développement des larves.

78Cela est aussi valable pour la construction de lacs collinaires dans le Maghreb pour permettre au bétail de s’abreuver : ces lacs constituent des gîtes larvaires propices à An. labranchiae.

Photo 24. Élimination des gîtes par des actions communautaires à Lobito, Angola
© P. Besnard

Photo 25. Élimination des gîtes par des actions à grande échelle à Lobito, Angola
© P. Besnard

79L’irrigation alternée proposée dans les rizières peut être intéressante « sur le papier » en entraînant la disparition des larves d’anophèles lorsque les diguettes sont ouvertes et que l’eau s’écoule. Mais si quelques flaques d’eau restent dans les casiers (non parfaitement nivelés), elles constituent de remarquables gîtes à An. gambiae.

80Cependant les travaux d’aménagements de l’environnement ont effectivement contribué à protéger les travailleurs (avec les autres mesures de prophylaxie) lors de la fin de la construction du canal de Panama.

81L’OMS a produit un document WHO Manual on Environmental Management for Mosquito Control (WHO, 1982) et a développé une structure spéciale dite PEEM (Panel of Experts on Environmental Management for Vector Control) qui, entre autres, publie des « guidelines » de type :

  • Guidelines for the incorporation of health safeguards into irrigation projects through intersectorial cooperation

  • Guidelines for forecasting the vector-borne disease implications of water resources development

  • Guidelines for cost-effectiveness analysis of vector control.

82Ces guidelines doivent permettre aux aménageurs de prendre en considération le volet santé publique inéluctablement lié à toute modification de l’environnement.

83Ces modifications sont à envisager à deux niveaux :

  • à grande échelle, pour les grands travaux de type barrages, routes, champs d’agriculture, passage de pipelines à travers la forêt, déforestation, etc. ;

  • à petite échelle, résultant des activités humaines qui créent des gîtes propices au développement des moustiques : anophèles (trous d’emprunt de terre pour faire les « briques » pour construire les maisons) mais aussi Aedes (tous les gîtes péridomestiques abandonnés autour de maisons) ou Culex proliférant dans les eaux usagées stagnantes près des habitations.

84En fait, tout cela relève de l’hygiène générale du milieu et d’actions plurisectorielles qui doivent y être menées avec régularité et rigueur ainsi que d’éducation sanitaire grand public pour avoir une réelle participation de tous. Souvent un vœu pieux !

La lutte biologique contre les larves

85Les poissons larvivores ont été employés dès que le rôle des moustiques dans la transmission du paludisme a été mis en évidence (avec l’utilisation du vert de Paris comme larvicide) et ils continuent d’être utilisés dans certaines situations écologiques ou épidémiologiques. Ce sont d’ailleurs les seuls agents biologiques réellement utilisés en termes opérationnels, les autres (virus, champignons, nématodes, prédateurs, etc.) ont fait l’objet d’une abondante littérature et d’essais aussi nombreux que limités dans le temps et l’espace et dont les résultats ne permettent pas de les envisager, pour l’instant, dans l’arsenal classique de programmes nationaux de lutte antipaludique. La littérature sur les poissons larvivores est, elle aussi, abondante (Fletcher et al., 1992, 1993 ; Prasad et al., 1993 ; Sharma, 1994 ; Kumar et al., 1998 ; Ghosh et al., 2005 ; Walton, 2007).

86Les poissons larvivores Gambusia affinis ont été largement utilisés en Inde, notamment en zone rizicole, contre An. culicifacies s.l., An. annularis, An. subpictus, An. nigerrimus, An. barbirostris et An. aconitus procurant une réduction de 88 % de la population larvaire (Prasad et al., 1993). À raison de 5 poissons/m3, G. affinis a aussi permis une réduction significative des larves et des nymphes d’anophèles des rizières pendant 42 jours (Das & Prasad, 1991).

87Toujours en Inde, à Hyderabad, Gambusia affinis a été employé avec succès contre An. stephensi se développant dans les puits (Sitaraman et al., 1975).

88À Bétul (Inde), une lutte antilarvaire par poisson larvivore a été associée à 2 campagnes d’aspersions intradomiciliaires (pyréthrinoïdes) entraînant une importante réduction de la densité d’An. culicifacies s.l. et du paludisme à P. falciparum (Singh et al., 2006).

89Mais G. affinis présente l’inconveniant d’être omnivore, dévorant aussi les œufs des autres poissons et le zooplancton.

90Un autre poisson larvivore, Poecilia reticulata ou Guppy, a aussi été intensivement utilisé, présentant l’avantage de supporter des eaux polluées plus chargées en matière organique, mais il est aussi un vorace prédateur pour la faune non cible.

91Dans la zone de Karnataka (Inde), P. reticulata a été introduit avec succès dans les puits et les rivières servant de gîtes larvaires à An. culicifacies A et B. Et, de 1998 (année suivant l’introduction des poissons) à 2003, aucun cas de paludisme n’a été détecté dans les 3 villages ainsi traités (Ghosh et al., 2005).

92À la Grande Comore, P. reticulata a été introduit dans 59 bassins d’ablutions et 61 citernes servant de gîtes larvaires à An. gambiae (Sabatinelli et al., 1991). Le pourcentage de gîtes larvaires positifs a alors chuté de 41 % à 6 % en un an et le taux d’agressivité a diminué de 6,3 à 1,2 piqûres par homme et par nuit.

93Dans les rizières d’Indonésie, P. reticulata consomme et détruit les prédateurs des larves d’anophèles (Walton, 2007).

94Oreochromis spilurus spilurus a été systématiquement utilisé contre An. arabiensis se développant dans les citernes (destinées à conserver de l’eau) en Somalie (Mohamed, 2003) avec pour conséquences (Alio & Isaq, 1982) une réduction de 87 % du taux de piqûres dans les zones traitées et une réduction de la prévalence plasmodiale.

95Aphanius dispar est un poisson larvivore local utilisé de façon régulière (avec le téméphos comme larvicide chimique dans d’autres gîtes) par le programme national de lutte contre le paludisme à Djibouti avec des résultats très intéressants (Louis & Albert, 1988).

96Les exemples de Djibouti et de Somalie sont les seuls où l’emploi des poissons larvivores s’est effectivement traduit par un impact sur l’incidence du paludisme. Mais :

  • l’écologie du poisson doit être adaptée à l’écologie des larves visées ;

  • les poissons larvivores ne résistent pas à la dessiccation et il faut réensemencer régulièrement les gîtes ;

  • une certaine efficacité, en termes de réduction de productivité des gîtes, ne peut être atteinte que si tous les gîtes sont traités c’est-à-dire dénombrés, cartographiés et régulièrement traités : si des gîtes échappent au traitement, leur productivité sera généralement assez forte pour permettre le maintien de la transmission.

97On ne peut donc envisager l’emploi des poissons larvivores que dans des gîtes connus, avec peu d’apports extérieurs en moustiques.

Les larvicides chimiques

98Sept points, souvent de simple bon sens, sont à retenir :

  • les larvicides, comme tout ce qui concerne la lutte antilarvaire, ne sont efficaces que si les gîtes larvaires sont accessibles, exhaustivement dénombrés, positionnés (l’étape de la cartographie est essentielle) et en fait relativement limités en taille et en nombre ;

  • l’efficacité opérationnelle et un bon rapport coût/efficacité ne peuvent être obtenus qu’en ciblant les gîtes avec les anophèles vecteurs : il est inutile d’aller traiter les gîtes à anophèles non vecteurs ou les gîtes à Aedes ou Culex sauf en cas de nécessités entomologiques ou sociologiques ou épidémiologiques ;

  • les larvicides devraient être considérés comme une mesure complémentaire de l’aménagement de l’environnement visant justement à limiter les gîtes à traiter ;

  • les larvicides exercent une forte pression de sélection vis-à-vis des insecticides : d’une part les larves ne peuvent s’échapper comme peuvent le faire les adultes et d’autre part les deux sexes sont touchés ;

  • l’efficacité de larvicides dépend du milieu : il faut augmenter la concentration dans les eaux polluées ;

  • la rémanence des larvicides n’est généralement pas très grande et les eaux peuvent être remuées, de sorte que le rythme des traitements doit être étudié dans chaque type de gîtes ; les opérations d’épandage doivent être régulièrement renouvelées à des fréquences variables entre 1 et 10 semaines ;

  • les larvicides ne doivent pas contaminer les eaux de boissons des gens, des animaux et, de façon générale, ne doivent pas toucher la faune non cible. Dans le cas de traitements d’eaux de boissons, il ne faut utiliser que certains produits (exemples : téméphos, Bacillus thuringiensis H14).

99Les indications de la lutte antilarvaire (quelle que soit la méthode, chimique ou biologique) sont donc relativement limitées. Elle peut s’envisager lorsque les gîtes sont permanents, ou subpermanents, bien répertoriés, accessibles à tout moment, ou s’il s’agit d’un site à forte densité de population exposée justifiant ces opérations. De telles situations peuvent survenir dans le cas de populations déplacées ou en zones urbaines ou dans le cas de projets d’aménagements (agricoles) ou encore dans des zones bien circonscrites (îles, oasis, etc.). Elles s’inscrivent souvent aussi dans une action générale de lutte contre les moustiques considérés comme une nuisance, c’est le cas en zone urbaine avec Culex quinquefasciatus mais le traitement des gîtes à Culex n’est pas le même que celui des gîtes à anophèles. Dans le cas d’An. gambiae qui peut se développer dans des gîtes très variés allant de la rizière à l’empreinte de pas, une telle lutte devient extrêmement difficile.

100D’un point de vue opérationnel et pragmatique, la lutte chimique antilarvaire peut être faite :

  • en empêchant les larves (et les nymphes) de respirer, en répandant des films à la surface des gîtes (monolayers), mais si le film n’est pas parfait (en cas de vent) les larves peuvent parfaitement vivre dans les zones découvertes ;

  • en tuant les larves avec des produits chimiques (larvicides) ou des biopesticides que les larves ingèrent et qui les tuent par empoisonnement (Bacillus thuringiensis H14) ;

  • en empêchant le bon déroulement des mues préimaginales grâce à des produits qui inhibent la sclérification de la chitine.

101On note qu’un récent courant de pensée tente de réhabiliter la lutte antilarvaire en santé publique (Killeen et al., 2002 ; Walker & Lynch, 2007).

102L’OMS met périodiquement à jour la liste des produits recommandés pour la lutte antilarvaire (tabl. XVIII).

103Historiquement, les huiles (incluant l’huile de vidange et le kérosène) ont été parmi les premiers produits utilisés (avec le vert de Paris) contre les larves et sont toujours utilisées sur des eaux non propices à la consommation ou à l’irrigation : il est donné des instructions de type 190 litres de diesel/ha (réduit à 18-50 litres avec certaines huiles végétales). Les films monocouches se rompent facilement sous l’action du vent ou de mouvements de l’eau et ne peuvent être envisagés que sur des gîtes de surfaces réduites ou protégés du vent.

Tableau XVIII. Les larvicides chimiques, d’après WHO/CDS/NTD/WHOPES/GCDPP/2006.1

Tableau XVIII. Les larvicides chimiques, d’après WHO/CDS/NTD/WHOPES/GCDPP/2006.1

Encadré 32
Mémento d’utilisation d’insecticide chimique antilarvaire
■ Il ne faut pas utiliser le même produit comme larvicide (qui exerce une forte pression de sélection) et adulticide ;
■ l’emploi des larvicides exige une évaluation régulière du niveau de sensibilité des insectes cibles au produit et apparentés voire aux autres produits avec lesquels une résistance croisée est possible ;
■ les larvicides ont un impact sur l’environnement notamment les poissons et donc leur emploi doit être fait avec circonspection ; par contre les régulateurs de croissance et les biopesticides sont spécifiques des arthropodes et sans grand danger pour l’environnement, mais leur utilité dans la lutte contre le paludisme est limitée ;
■ la lutte antilarvaire a sa justification dans la lutte contre le paludisme en zone de paludisme instable ; par contre, dans le cas d’un paludisme stable, il faut atteindre des efficacités de 99 % et plus pour que la réduction de la transmission ait une traduction sur l’incidence plasmodiale ;
■ la lutte antilarvaire implique une connaissance complète et réactualisée des gîtes, tout gîte régulièrement non traité va devenir productif ;
■ la planification des opérations doit être très rigoureuse et tenir compte des résultats des traitements (monitorage), de l’évolution de la sensibilité du vecteur au produit, des données épidémiologiques (période de transmission) et de la rémanence des produits et de la bioécologie larvaire du vecteur, etc. ;
■ dans de nombreuses situations, la lutte antilarvaire ne prend sa valeur que comme mesure complémentaire des autres opérations d’aménagements de l’environnement ;
■ très souvent les gîtes à anophèles sont créés par les sujets humains (man made malaria) et les opérations larvicides seront peu efficaces si elles ne s’accompagnent pas de campagnes d’éducation sanitaire et d’informations sociales ;
■ l’emploi de larvicides exige des équipes bien formées et de grandes précautions, il ne peut être laissé aux communautés sans encadrement strict.

104En pratique, les larvicides chimiques couramment employés sont des organophosphorés (OP). Dans la lutte contre les larves d’anophèles, c’est très généralement le téméphos (Abate®) qui est utilisé ; ce produit, très faiblement toxique pour les mammifères et la faune non cible, peut être versé dans les eaux qui seront employées par la population humaine (boisson, irrigation) et dans les eaux où il y a des poissons. La prochaine interdiction du téméphos va hélas priver l’arsenal de la lutte d’un produit particulièrement efficace et soulève de nombreuses questions.

105Le fenthion (Baytex®) est un très bon larvicide mais sa toxicité est plus élevée, il est recommandé contre les Culex urbains.

106Le chlorpyrifos (Dursban®) de toxicité moyenne a un très large spectre d’activités, c’est le produit de choix pour la lutte contre les larves de Culex quinquefasciatus dans les eaux polluées.

107Le DDT est proscrit en larvicide, les pyréthrinoïdes sont d’emploi délicat vu leur impact sur la faune non cible (poissons) mais ils peuvent être utilisés dans certains gîtes où ces problèmes ne se posent pas.

108Pour les eaux de consommation humaine, il est possible d’utiliser :

  • le téméphos ou le méthoprène à des doses < 1 mg de m.a./l (= 1 ppm) ;

  • le pyriproxyfen à < 0,01 mg m.a./l ;

  • le Bacillus thruringiensis (Bt) en prenant de grandes précautions selon les formulations.

Les biolarvicides

109La bactérie Bacillus thuringiensis sérotype H14 lorsqu’elle sporule produit une endotoxine mortelle pour les larves de Culicidae, Simuliidae et Chironomidae. Elle est active par ingestion, mais sans danger pour les autres diptères et la faune non cible dont les sujets humains. Le produit est commercialisé depuis de nombreuses années (exemple : Teknar®) et la concentration en ingrédient actif est donnée en unités internationales. Puisque la toxine se trouve dans la fraction cristalline, les bactéries sporulées peuvent être utilisées vivantes ou mortes, indifféremment.

110Les enzymes digestives de la larve dégradent le cristal de la spore libérant la molécule active et la larve meurt en quelques heures, même si elle est résistante aux insecticides classiques. D’ailleurs, le Bt H14 est souvent utilisé en rotation avec un ou plusieurs autres insecticides lorsqu’il y a résistance.

111L’application se fait généralement aux doses de 0,5 à 3 kg/ha qui induisent une très forte mortalité immédiate des larves de moustiques. Le problème opérationnel majeur du Bt H14 tient à sa faible flottabilité (quelques heures) et comme les larves d’anophèles mangent en surface (surface feeders), si le produit est au fond du gîte, il n’est plus actif et le revers est la faible rémanence. Pour pallier cet inconvénient, le produit est aussi formulé sous forme de briquettes ou de granules à relargage lent. Le produit est très efficace et sans danger pour l’environnement, mais il nécessite un traitement régulier des gîtes et pose donc des problèmes opérationnels.

112L’emploi de B. thuringiensis dans la lutte contre les anophèles a fait l’objet d’une abondante littérature (Ohba et al., 1995 ; Kumar et al., 1995, 1998 ; Saitoh et al., 1998 ; Pal & Tendon, 2001 ; Sharma et al., 2003 ; Shililu et al., 2003 ; Fillinger et al., 2003 ; Gunasekaran et al., 2004 ; Osborn et al., 2007).

113Une autre bactérie, Bacillus sphaericus, est très efficace, toxique pour les seuls Culicidae, avec des spores qui peuvent rester en vie plusieurs mois sur la boue des gîtes et se recycler. Plusieurs souches ont été testées, en particulier les souches 2 362, 1 594 et 2 297, avec des qualités plus ou moins semblables. La lutte contre les anophèles a peu utilisé cette bactérie car les larves sont peu sensibles et les concentrations en insecticide doivent être très élevées. Par contre, B. sphaericus est largement utilisé contre les Culex dans les eaux usagées et polluées. Cette efficacité a été démontrée dans des essais à grande échelle réalisés au Cameroun (Barbazan et al., 1998 ; Barbazan et al., 1998). L’emploi de cette bactérie dans la lutte contre les anophèles a fait l’objet d’une abondante littérature (Nicolas et al., 1987 ; Karch et al., 1992 ; Sharma et al., 1998 ; Mittal et al., 1998 ; Skovmand & Sanogo, 1999 ; Dennett & Meisch, 2000 ; Mittal, 2003 ; Opota et al., 2008).

Les régulateurs de croissance

114Deux catégories de produits sont utilisables dans la lutte contre les larves d’anophèles :

  • les juvénoïdes : par exemple, le méthoprène (commercialisé sous le nom d’Altosid®), analogue de l’hormone juvénile, inhibe la nymphose. Le produit n’est pas toxique par lui-même, mais la mort survient avant la nymphose ou bien en cours de stade nymphal ou bien encore, dans les cas plus rares, c’est l’adulte qui meurt au moment de l’émergence. Ce produit a une durée de vie assez courte et son application pose alors des problèmes opérationnels, en particulier pour vérifier son efficacité sur le terrain puisque la mort des moustiques est lente à se manifester ;

  • les ecdysoïdes : par exemple, le diflubenzuron (Dimilin®) inhibe la sclérification de la chitine de la larve après une mue larvaire ou nymphale et entraîne alors la mort ; il peut être appliqué à tous les stades larvaires. Les difficultés opérationnelles sont similaires à celles des juvénoïdes, pour les mêmes raisons.

LA LIMITATION DE LA LONGÉVITÉ

115La réduction de la longévité des vecteurs est l’action principale à mener pour avoir une réduction significative de la transmission (Encadré 33) :

116La réduction de la longévité d’anophèles adules peut être obtenue surtout :

  • par l’emploi généralisé des moustiquaires imprégnées (Photo 26), ou pré-imprégnées ;

  • par la généralisation des aspersions intradomiciliaires d’insecticides à effet rémanent ;

  • par des pulvérisations spatiales à plus ou moins grande échelle et qui peuvent se faire à l’intérieur mais surtout à l’extérieur des maisons.

Moustiquaires imprégnées ou préimprégnées

117Il existe une abondante littérature sur les moustiquaires imprégnées qui font désormais partie de l’arsenal des programmes nationaux de lutte contre le paludisme en Afrique sud-saharienne, Asie du Sud-est ou Amérique du Sud.

Encadré 33
Influence de la réduction de la densité et de la longévité sur la capacité vectorielle CV (Garett-Jones) et le taux de reproduction z (Macdonald)
Seules changent les valeurs de ma et p dans le calcul de la capacité vectorielle et du taux de propagation du Plasmodium, mais tous les autres paramètres (b, r, x, n) restent les mêmes.
Pour les calculs, on admet b = 1 (c’est-à-dire que toutes les piqûres infectées sont infectantes) et r = 1/80 (c’est-à-dire que les porteurs de gamétocytes sont infectants 80 jours selon les modèles classiques).

Remarques
■ en réduisant de 2 fois le taux de piqûres ma, on réduit de 2 fois la capacité vectorielle et le taux de propagation ; c’est directement proportionnel dans les formules ;
■ en réduisant le taux quotidien de survie p de 0,9 à 0,8 et avec ma = 100 piqûres par homme par jour, la capacité vectorielle est réduite de 7 fois et surtout le taux de propagation qui était > à 1 (donc paludisme en expansion) est devenu < 1 (paludisme en régression) ;
■ en réduisant de 2 fois le taux de piqûres ma (= 50) et en réduisant de 12,5 % le taux quotidien de survie p (= 0,8), la capacité vectorielle et le taux de propagation sont chacun réduits de 14 fois (= 10,9 et = 0,135, respectivement).

118En Chine et au Vietnam, plusieurs millions de moustiquaires imprégnées sont utilisés avec des résultats tout à fait remarquables en termes de contrôle du paludisme. En Afrique sud-saharienne, de grands programmes distribuant plusieurs millions de moustiquaires, à l’occasion de campagnes de vaccination ou de traitement dans les centres de santé, se sont déroulés au début des années 2000 au Togo, Niger, Madagascar, etc.

119Placées à l’intérieur des maisons, les moustiquaires imprégnées peuvent avoir 4 effets principaux :

  • effet dissuasif qui entraîne un processus d’évitement à grande distance de la part des anophèles réduisant le taux d’entrée dans les maisons disposant de moustiquaires imprégnées ;

  • effet excito-répulsif qui entraîne aussi un processus d’évitement, mais à courte distance, et qui augmente le comportement d’exophilie et le taux de sortie des moustiques ;

  • effet kd sur les moustiques venant en contact avec la moustiquaire traitée, qui sont assommés par l’effet du produit ; cet effet peut être réversible ou au contraire, mener à la mort ;

  • effet létal sur les moustiques restés en contact avec la moustiquaire traitée, qui sont tués, soit rapidement, soit dans les 24 heures.

Photo 26. Imprégnation d’une moustiquaire par une solution de deltaméthrine et séchage à Karangasso (Burkina Faso)
© IRD/V. Robert

120Ces effets sont plus ou moins accentués selon les produits, les formulations et les concentrations (Miller et al., 1995 ; Jawara et al., 1998 ; Hougard et al., 2003b). Actuellement, 7 produits sont utilisables pour les imprégnations simples (tabl. XIX).

121Le choix des produits dépend de leur disponibilité, des coûts, des effets recherchés, de la sensibilité des vecteurs (et autres moustiques) aux produits considérés, etc. En effet, des cas de résistance aux pyréthrinoïdes ont été notés chez An. gambiae dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest et chez An. funestus en Afrique du Sud avec des conséquences dramatiques.

122En outre, dans une même zone, une population d’An. gambiae peut être sensible à certains pyréthrinoïdes et résistante à d’autres, comme cela a été noté dans la région de M’bé (Côte d’Ivoire) où An. gambiae est résistant à l’alphacyperméthrine et sensible aux autres produits (Koffi et al., 1999). Une diminution de la sensibilité (permethrin tolerance) a aussi été notée chez An. gambiae au Kenya avec la mise en œuvre des programmes de moustiquaires imprégnées de perméthrine dans les villages de la région de Kisumu (Vulule et al., 1994, 1999 ; Stump et al., 2004). Cette résistance relève de différents mécanismes, mais sa présence soulève des problèmes opérationnels importants.

Tableau XIX. Recommandations de l’OMS pour l’imprégnation des moustiquaires

Insecticide

Formulation

Dose recommandée (mg m.a./m2)

Nom commercial

Alphacyperméthrine

SC 10 %

20-40

Fendona®

Cyfluthrine

EW 5 %

50

Solfac®

Deltaméthrine

SC 1 % ou WT 25 %

15-25

K-Othrine®

Etofenprox

EW 10 %

200

Vectron®

Lambda-cyhalothrine

CS 2,5 %

10-15

Icon®

Perméthrine

EC 10 %

200-500

Peripel®

Bifenthrine

ME 0,3 %

25

Talstar®

SC = suspension concentrée ;
EW= émulsion huileuse ou emulsion oil in water ;
WT = « water dispersible tablet », tablette dispersible ;
CS = suspension de capsule ou capsule suspension (micro-encapsulé) ;
EC = concentré émulsionnable ou emulsifiable concentrate ;
ME = micro-émulsions.

123Les moustiquaires imprégnées peuvent avoir un double impact :

  • elles confèrent une protection personnelle et familiale ;

  • elles peuvent avoir un effet masse si le taux de couverture est de l’ordre de 80 % (et plus) dans la communauté.

124De façon générale, la perméthrine a surtout un effet dissuasif et permet une bonne protection personnelle ou familiale mais n’a pas d’effet masse. Un important effet kd est obtenu avec des produits comme la deltaméthrine ou la lambda-cyhalothrine (Kamolratanakul et al., 2001) ou l’alphacyperméthrine (Maxwell et al., 2003), entraînant alors une réduction de :

  • la densité et la longévité des populations anophéliennes ;

  • la transmission (de l’ordre de 70 % et plus) ;

  • l’incidence des fièvres palustres (de l’ordre de 50 % et plus) ;

  • la mortalité générale infanto-juvénile de l’ordre de 17 % comme l’ont démontré les études à grande échelle réalisées en Gambie (D’Alessandro et al., 1995b), au Ghana (Binka et al., 1996, 2002) et au Kenya (Nevill et al., 1996).

125Au Burkina Faso :

  • dans un village de savane, l’introduction de moustiquaires imprégnées (de deltaméthrine) a entraîné une réduction de 90 % de la transmission et de 59 % de la morbidité palustre (Carnevale et al., 1988) ;

  • dans un village de la zone rizicole, l’imprégnation par aspersions avec de la deltaméthrine des moustiquaires de tous les villageois a permis une réduction de 94 % de la transmission (Robert & Carnevale, 1991) et de 63 % de la morbidité palustre (Carnevale et al., 1988) ;

  • dans la zone de Ouagadougou, les rideaux imprégnés ont conféré une protection contre l’incidence du paludisme à P. falciparum, la mortalité infanto-juvénile et l’anémie sévère, sans altérer l’acquisition de l’immunité (Habluetzel et al., 1999 ; Bolad et al., 2004 ; Diallo et al., 2004, 2007 ; Müller et al., 2006) ;

  • les enfants de 6 à 35 mois qui ont bénéficié d’une protection contre les vecteurs par rideaux imprégnés ont acquis une immunité fonctionnelle plus rapidement que les enfants qui en ont été dépourvus (Diallo et al., 2007).

Photo 27. Traitement des moustiquaires des habitants d’un village en vallée du Kou, Burkina Faso
© P. Carnevale

Tableau XX. Impact des moustiquaires imprégnées sur la morbidité palustre des enfants en Afrique sud-saharienne, d’après LENGELER et al., 1997

Pays

Transmission

Réduction de la morbidité

Auteurs

Gambie

1-10 (S)

- 45 %

Snow et al., 1987

Gambie

1-10 (S)

- 63 %

Snow et al., 1988

Kenya

300 (P)

- 30 %

Sexton et al., 1990

Kenya

300 (P)

- 40 %

Beach et al., 1993

Gambie

1-10 (S)

- 45 %

Alonso et al., 1993

Guinée-Bissau

20-50 (S)

- 29 %

jaenson et al., 1994

Sierra Leone

20-20 (S)

- 49 %

Marbiach, 1995

Tanzanie

300 (P)

- 55 %

Premji et al., 1995

Madagascar

< 10 (S)

- 20 %

Rabarison et al., 1995

Kenya

10-30 (S)

- 44 %*

Nevill et al., 1996

S = saisonnière,
P = permanente,
* réduction du paludisme grave.

126En Côte d’Ivoire :

  • en zone de savane septentrionale, l’introduction de moustiquaires imprégnées de lambda-cyhalothrine a permis de réduire la transmission, mais surtout de réduire de 50 % le taux d’incidence des fièvres palustres chez les enfants < 5 ans bien que le vecteur majeur, An. gambiae, présente une fréquence allélique élevée en kdr (Henry et al., 2005) ;

  • en zone de forêt dégradée à l’ouest, l’introduction de moustiquaires préimprégnées de deltaméthrine Permanet® a également permis de réduire la transmission mais aussi de réduire de 50 % le taux d’incidence des fièvres palustres chez les enfants < 5 ans bien que le gène kdr soit déjà présent dans la population d’An. gambiae.

127Des études à grande échelle ont également permis de démontrer l’impact des moustiquaires imprégnées dans la réduction de la mortalité infanto-juvénile générale en Afrique sud-saharienne (tabl. XXI).

128Les moustiquaires imprégnées sont utilisées à très grande échelle au Vietnam (de l’ordre de plusieurs millions) avec un système régulier et bien au point de réimprégnation qui assure la continuité de la lutte antivectorielle. En effet, l’un des problèmes opérationnels majeurs réside dans le besoin de réimprégnation des moustiquaires tous les 6-8 mois (durée habituelle de rémanence du produit) ou après le lavage (en règle générale, après 2 à 3 lavages, il ne reste plus suffisamment de produit sur le tulle).

Tableau XXI. Impact des moustiquaires imprégnées dans la réduction de la mortalité infanto-juvénile générale en Afrique sud-saharienne, d’après LENGELER et al., 1997

Tableau XXI. Impact des moustiquaires imprégnées dans la réduction de la mortalité infanto-juvénile générale en Afrique sud-saharienne, d’après LENGELER et al., 1997

S = saisonnière, * rideaux imprégnés

129Pour résoudre ce problème opérationnel, deux approches techniques ont été développées :

  • la mise au point de « kits » d’imprégnations individuelles des moustiquaires ; le produit se présente alors sous forme solide avec un comprimé [le K-Otab® à base de deltaméthrine (Alten et al., 2003 ; Sharma et al., 2006) amélioré sous forme de K-Otab 1-2-3 (Yates et al., 2005) pour permettre une plus longue durée de tenue de l’insecticide sur la fibre moustiquaire] ou de liquide dans un petit sachet comme l’Iconet® à base de lambda-cyhalothrine ou dans un petit flacon comme le Solfac® à base de cyfluthrine. Ces kits facilitent la réimprégnation des moustiquaires à l’échelon communautaire, et comblent ainsi une des grandes faiblesses de nombreux programmes où le taux de réimprégnation ne dépasse pas les 5 %, ce qui ne permet pas aux moustiquaires imprégnées d’avoir l’effet masse attendu ;

  • la mise au point de moustiquaires industriellement imprégnées (Guillet et al., 2001 ; WHO, 2003b) ayant une longue durée d’efficacité (plusieurs années) et résistantes à 20 lavages (Killian et al., 2008). Les industriels en partenariat avec l’OMS ont développé ces moustiquaires à longue durée d’action (long lasting impregnated net ou LLIN) (tabl. XXII). Certaines d’entre elles sont distribuées par millions sous l’impulsion d’organismes internationaux (OMS, Unicef, Fonds mondial, de nombreuses ONG) et nationaux (Programmes nationaux de lutte contre le paludisme), (WHO 2005, Malaria report).

Tableau XXII. Liste des 7 moustiquaires imprégnées d’insecticide, à longue rémanence, recommandées par l’OMS (depuis janvier 2009)

Nom commercial

Type de produit

Statut de la recommandation par l’OMS

Duranet®

Alpha-cyperméthrine incorporée dans du polyéthylène

Provisoire

Interceptor®

Alpha-cyperméthrine fixée sur du polyester

Provisoire

Netprotect®

Deltaméthrine incorporée dans du polyéthylène

Provisoire

Olyset®

Perméthrine incorporée dans du polyéthylène

Complet

PermaNet® 2.0

Deltaméthrine fixée sur du polyester

Complet

PermaNet® 2.5

Deltaméthrine fixée sur du polyester et avec une bordure renforcée

Provisoire

PermaNet® 3.0

Combinaison de deltaméthrine fixée sur du polyester et avec une bordure renforcée (panneaux latéraux) et de deltaméthrine avec synergisant incorporé dans du polyéthylène (toit)

Provisoire

Source : http://www.who.int/​whopes/​Long_lasting_insecticidal_nets_Jan09.pdf

Aspersions intradomiciliaires pariétales

130C’est la méthode classique utilisée lors de la campagne mondiale qui envisageait l’éradication où les aspersions intradomiciliaires avec un insecticide rémanent devaient interrompre la transmission lors de la phase d’attaque et il devait en découler, naturellement, une diminution puis une disparition du paludisme au cours de la phase de consolidation (fig. 92).

131Cette méthode n’a pas permis l’éradication mondiale du paludisme mais a été efficace pour contrôler les épidémies de paludisme à Madagascar (avec 5 années de traitement des maisons au DDT), au Burundi, etc.

Photo 28. Agent de la LAV, à Mayotte, effectuant une aspersion intradomiciliaire pariétale
© IRD/V. Robert

Figure 92. Les différentes phases d’une campagne d’éradication du paludisme (Source : OMS)

132En Amérique du Sud, une analyse (Roberts et al., 1997) dans 21 pays a montré que l’arrêt des campagnes d’aspersions intradomiciliaires « inside residual spraying ISR » (réalisées de 1959 à 1978) s’est traduit par une augmentation des indices parasitaires annuels classiques (APIs) (fig. 93).

133Les aspersions intradomiciliaires avaient réussi à contrôler le paludisme dans de nombreux pays d’Afrique australe : Swaziland, Botswana, Afrique du Sud, Zimbabwe, Mozambique (Mabaso et al., 2004).

Figure 93. Évolution des indices parasitologiques suite aux réductions des aspersions intradomiciliaires en Amérique du Sud, d’après ROBERTS et al., 1997

Figure 94. L’épidémie de paludisme au KwaZulu-Natal, Afrique du Sud, d’après HARGREAVES et al., 2000

134En Afrique du Sud, le DDT avait été remplacé en 1996 par un pyréthrinoïde pour des raisons environnementales sous l’influence d’écologistes. Mais, suite aux poussées de paludisme enregistrées dans certaines zones (KwaZulu-Natal) dues, entre autres, à la résistance d’An. funestus aux pyréthrinoïdes, et vraisemblablement venant d’un pays voisin (Hargreaves et al., 2000), il a fallu revenir au DDT (en mars 2000) pour obtenir une maîtrise du vecteur et juguler l’épidémie (fig. 94).

135À Madagascar, les aspersions intradomiciliaires ont été particulièrement efficaces dans la lutte contre la grande épidémie qui a sévi sur les hautes terres centrales (fig. 95) avec une mortalité de l’ordre de 10 000 à 25 000 personnes pour la période 1986-1988. Les aspersions intradomiciliaires ont été relancées dès les années 1988 au niveau local puis généralisées à partir de 1993 dans toutes les localités situées entre 1 000 et 1 500 m d’altitude avec un impact spectaculaire (Mouchet et al., 2004).

Figure 95. Évolution des cas de paludisme au Centre de santé de Analarao, province de Antananarivo sur les hautes terres malgaches, d’après MOUCHET et al., 2004

Encadré 34
Mémento pour le traitement des murs des maisons
Le traitement des murs exige :
■ une connaissance approfondie de la biologie des anophèles visés et leurs éventuelles modifications de comportement sous l’effet du produit répandu sur les murs dans les maisons ;
■ un produit non toxique pour la faune non cible et pour les habitants bien sûr, mais aussi les aliments que l’on trouve généralement dans les maisons ;
■ des produits ayant une rémanence d’au moins deux à trois mois pour éviter des traitements trop fréquents dans les zones (coûts, gêne des populations) ;
■ la technicité pour mettre exactement sur les murs la quantité voulue de produits ;
■ une organisation éprouvée pour réaliser chaque campagne avec une connaissance approfondie du terrain ;
■ des moyens humains et matériels importants (notamment en équipements avec tout le matériel de rechange) ;
■ l’assurance d’un financement continu pendant toute la durée de la campagne et des suivantes nécessaires pour traiter le problème puisque tout arrêt risque d’avoir de grandes conséquences épidémiologiques ;
■ une couverture aussi exhaustive que possible de toutes les maisons et de tout l’intérieur des maisons, parfois il faut aussi traiter les étables et autres lieux de repos des anophèles ;
■ une grande connaissance des populations humaines et de leurs comportements (un lavage des murs après leur traitement entraîne le lessivage du produit) ;
■ une certaine psychologie des équipes de traitements envers les populations locales (autrement les maisons leur seront fermées lors du prochain passage).

136Au Tadjikistan, le paludisme avait été contrôlé dans les années 1960 mais du fait de problèmes sociaux et d’arrivée massive de réfugiés, une épidémie a éclaté dans les années 1996 et surtout 1997. Le traitement de 65 000 maisons en 1998 et 45 000 en 1999 a protégé 300 000 personnes.

137A contrario, l’absence de DDT au Vietnam a fait suspendre le traitement des maisons et il s’en est suivi une poussée de paludisme dans les années 1990-91. Actuellement, le paludisme est de nouveau maîtrisé grâce à un ensemble de mesures, dont les moustiquaires imprégnées et régulièrement réimprégnées.

138Les pulvérisations intradomiciliaires sont recommandées dans les cas suivants :

  • poussées épidémiques (ou en prévention des épidémies lorsqu’il est possible de les prévoir),

  • lors de déplacements de populations,

  • pour étêter des pics saisonniers de transmission,

  • dans les cas de pharmaco-résistance des plasmodies, etc.

139Les aspersions sont particulièrement efficaces contre les anophèles endophages, endophiles, anthropophiles, par contre, elles ne sont que peu efficaces contre les anophèles exophages et (ou) exophiles. Elles peuvent aussi sélectionner une fraction exophage-exophile d’une population anophélienne qui survivra à l’extérieur durant la période de rémanence du produit. Les comportements naturels et induits des vecteurs cibles doivent être bien connus pour sélectionner une méthode et évaluer la campagne de lutte.

140Les questions de base et les points à considérer pour l’emploi des insecticides sont récapitulés sur le tableau XXIII.

141Au niveau des insecticides et des équipements, l’OMS a préparé les documents de base auxquels il convient de se référer :

142Pesticides and their application for the control of vectors and pests of public health importance, WHO/CDS/NTD/WHOPES/GCDPP/2006.1.

143Malaria vector control : insecticides for indoor residual spraying de Najera et Zaim, WHO/CDS/WHOPES/2001.3.

144Equipment for vector control, WHO 1990.

145Matériel de lutte contre les vecteurs, 3e édition, 1990.

146Les insecticides doivent répondre à des spécifications très précises (Specifications for pesticides used in public health, WHO/CTD/WHOPES/97.1).

147Les instructions opérationnelles sont également décrites dans un document OMS de base : Operational manual on the application of insecticides for control of the mosquito vectors of malaria and other diseases, WHO/CTD/VBC/96.1000 qui décrit notamment les équipements.

Tableau XXIII. Du bon usage des insecticides

Question

Points à considérer

Quels produits appliquer ?

La sécurité, l’efficacité, l’acceptabilité, la disponibilité des produits, le rapport coût/efficacité, le comportement et la sensibilité des vecteurs aux insecticides disponibles.

Où les appliquer ?

Le taux de couverture nécessaire, les besoins, les sites à traiter (murs, plafonds, étables).

Quand les appliquer ?

Le temps nécessaire pour la réalisation de la campagne, la rémanence du produit, la dynamique de la transmission, les conditions météorologiques, l’accessibilité des lieux à traiter.

Comment les appliquer ?

Le personnel nécessaire et sa technicité, les équipements (incluant les pièces de rechange)

Tableau XXIV. Insecticides recommandés pour les aspersions intradomiciliaires pariétales, d’après WHO/CDS/NTD/WHOPES/GCDPP/2006.1

Tableau XXIV. Insecticides recommandés pour les aspersions intradomiciliaires pariétales, d’après WHO/CDS/NTD/WHOPES/GCDPP/2006.1

Encadré 35
Principales formulations des insecticides adulticides
ULV = volume ultra-faible (Ultra Low Volume)
KN = produit pour nébulisation à froid (cold fogging concentrate) HN = produit pour nébulisation à chaud (hot fogging concentrate) LA = laque (laquer)
EC = concentré émulsionnable (Emulsifiable Concentrate) EW = émulsion huile dans l’eau (Emulsion oil in water) DP = poudre pour poudrage (Dustable Powder)
WP = poudre mouillable (Wettable Powder)
SC = suspension concentrée (Suspension Concentrate) CS = suspension de microcapsule (Capsule suspension) AR = générateur d’aérosol (Aerosol Dispenser)
LEC = évaporateur liquide (Liquid Evaporator Dispenser)
FU = fumigène (Smoke generator)

148Les emballages et transport, stockage, etc. doivent aussi répondre à des normes très précises de l’OMS.

149Les principaux insecticides utilisés en aspersions intradomiciliaires appartiennent aux quatre catégories habituelles :

  • organochlorés (OC) : le HCH (lindane) et la dieldrine ne sont plus recommandés (résistance pour le premier et toxicité pour le second), le DDT ;

  • organophosphorés (OP) : malathion, fénitrothion, pirimiphos-méthyl ;

  • carbamates (C) : propoxur, bendiocarbe ;

  • pyréthrinoïdes (Pyr) : alphacyperméthrine, cyfluthrine, deltaméthrine, bifenthrine, lambda-cyhalothrine, étofenprox (qui est un pseudopyréthrinoïde).

150La nature du substrat aspergé a une très grande importance dans la rémanence. Les produits tiennent mieux sur des surfaces de type bois ou paille. Au contraire, les surfaces de type boue séchée ou ciment absorbent les produits et les piègent à l’intérieur dans des compartiments inaccessibles aux insectes. Les surfaces alcalines affectent l’efficacité des OP, C et Pyr. Sous les toits en aluminium chauffé par le soleil tropical, le produit peut être rapidement inactivé et les particules d’insecticide risquent de tomber au sol.

151Les produits commerciaux comprennent une certaine quantité de matière active (insecticide) formulée dans des produits « inertes » liquides ou solides ; le choix de l’utilisateur dépend du mode d’utilisation souhaité.

152Chaque produit doit être répandu selon un dosage particulier ; il a une rémanence moyenne plus ou moins longue (tabl. XXIV).

153Le DDT est un organochloré qui peut rester efficace plus d’un an sur le bois et la paille mais 3 à 4 mois seulement sur la boue séchée de certains murs. Il fait partie des « POPs » (Persistent Organic Polluants) dont l’emploi est proscrit en agriculture, mais son usage reste toléré uniquement en santé humaine avec une utilisation correcte en épandage intradomiciliaire. Il est placé en classe II (moderately hazardous), toxique pour les poissons, oiseaux, abeilles, etc. La sélection des insectes résistants au DDT provient surtout d’une utilisation intensive du produit en usage agricole. Il y a une possibilité de résistance croisée avec les pyréthrinoïdes en cas de présence du gène kdr.

154Le malathion est un OP qui a été très largement utilisé en remplacement du DDT dans la lutte antipaludique depuis les années 1960 en formulation 50 % WP (poudre mouillable, PM) pour les aspersions intradomiciliaires (et en ULV 95 pour les pulvérisations spatiales). Il est rapidement dégradé sur des surfaces alcalines et sa rémanence ne dépasse alors pas quelques semaines. Le malathion est un inhibiteur de l’acétylcholinestérase. Utilisé normalement, ce produit n’est guère toxique mais par altération (stockage à température élevée, mauvaise formulation) il peut donner un isomère, l’isomalathion, très toxique, à l’origine d’accidents mortels au Pakistan chez les agents pulvérisateurs. En cas d’intoxication, l’antidote est l’atropine, les responsables d’équipes doivent être formés aux premiers gestes en cas d’intoxication mais le sujet malade doit être référé rapidement en structures médicales.

155Le fénitrothion (Sumithion®) est un OP qui a été intensément utilisé dans la lutte antipaludique depuis les années 1970, c’est le plus toxique (pour les agents pulvérisateurs) des produits acceptés pour les aspersions intradomiciliaires, son utilisation nécessite l’emploi de vêtements protecteurs et un dosage régulier de la cholinestérase (le fénitrothion est un inhibiteur de l’acétylcholinestérase, comme les autres OP).

156Le pirimiphos-méthyl (Actellic®) est un OP souvent employé sous forme de PM (poudre mouillable) à 25 % ou CE (concentré émulsionnable) à 25 % ou 50 % dans les programmes de lutte antipaludique. C’est un inhibiteur de la cholinestérase, il est placé en classe II, modérément dangeureux, toxique pour les poissons et les oiseaux.

157Le bendiocarb (exemple : Ficam®) est un carbamate, inhibiteur de la cholinestérase, placé en classe II, toxique pour les poissons et les oiseaux, très toxique pour les abeilles. La rémanence est de 2 à 6 mois, prolongée sur des surfaces comme le bois et la paille mais raccourcie sur les surfaces alcalines. Il a un effet choc rapide. En cas d’intoxication, les symptômes sont généralement temporaires.

158Le propoxur (Baygon®), un autre carbamate, a été largement utilisé pour les aspersions intradomiciliaires depuis les années 1970, formulé en PM à 50 %, à la dose de 1 à 2 g/m2 avec une rémanence de l’ordre de 3 à 6 mois. Chez l’homme, le produit est rapidement métabolisé et ne s’accumule pas dans les tissus. Il est placé en classe II. Il a un effet choc rapide. Retiré par Bayer de la commercialisation, il ne fait plus partie des insecticides disponibles.

159L’alphacyperméthrine (Fendona®) est un pyréthrinoïde qui a un important effet kd, mais aussi un important effet excito-répulsif chez les anophèles. En formulations PM 5 % et SC 10 % aux doses de 25 à 30 mg m.a./m2, il a une rémanence de 4 à 6 mois.

160La cyfluthrine (Solfac®) est un pyréthrinoïde stable à pH < 7 mais hydrolysé sur les surfaces alcalines, il existe une possibilité de bioaccumulation modérée. Il a un important effet kd et létal avec une excito-répulsivité faible. Il est employé en PM 10 %, à raison de 25 à 50 mg m.a./m2 avec une rémanence de 3 à 6 mois. Chez l’insecte, il agit sur le système nerveux périphérique et central et sur certains sites (GABA) du cerveau. Il est placé en classe II. Il est très toxique pour les abeilles et les autres arthropodes, pour les poissons et les invertébrés aquatiques mais faiblement toxique pour les oiseaux.

161La deltaméthrine (K-Othrine®) est un pyréthrinoïde synthétique du groupe alphacyano. Largement utilisé en lutte antipaludique depuis les années 1970, en pulvérisation domiciliaire, mais aussi en imprégnation des moustiquaires et rideaux. Il a un important effet excito-répulsif. On l’utilise aux doses de 10 à 25 mg m.a./m2 avec une rémanence de 3 à 6 mois selon les supports. Il est placé dans la classe II, peu toxique pour les oiseaux, mais très toxique pour les poissons et les abeilles. C’est un toxique du système nerveux, les agents pulvérisateurs de deltaméthrine doivent avoir des vêtements protecteurs lavés tous les jours et avoir des masques, le produit peut être inhalé.

Encadré 36
Le pulvérisateur
L’appareil de base est le pulvérisateur à pression préalable de type « Hudson X sprayer » avec les normes suivantes :
■ équipé d’une buse à jet plat n° 8002 ;
■ délivrant un débit de 0,757 l/min (2 gallons/min) ;
■ la pression est de 276 kPa (172 à 380) observée sur un manomètre ;
■ la lance étant tendue à un angle de 80° par rapport à la surface aspergée ; l’extrémité de la buse est à 45 cm de la surface aspergée ;
■ la surface couverte avec un jet est de 75 cm avec un chevauchement de 5 cm par rapport au jet précédent ;
■ la couverture est de 40 ml de solution/m2 de surface aspergée ;
■ la couverture est de 19 m2 de surface aspergée par minute soit 25 m2 par litre de solution ;
■ le volume des gouttelettes est de l’ordre de 330 à 460 µm selon la pression.

162La lambda-cyhalothrine (Icon®) est un pyréthrinoïde du groupe alphacyano comme l’alphacyperméthrine et la deltaméthrine. Il est utilisé pour l’aspersion intradomiciliaire en PM à la dose de 20 à 30 mg m.a./m2 avec une rémanence de 3 à 6 mois. Il affecte le canal sodium des nerfs des insectes augmentant la perméabilité de la membrane au sodium pendant l’excitation. Les agents doivent porter des vêtements et masques pour bien se protéger le visage (phénomènes de paresthésie en cas d’intoxication).

163L’étofenprox « Vectron® » est un pseudopyréthrinoïde (liaison éther et non-liaison ester entre l’acide et l’alcool), c’est le moins toxique pour les mammifères des produits recommandés par l’OMS pour les traitements des maisons. Il est placé dans la classe UH, sans danger en usage normal (unlikely to present acute hazard in normal use). Il est utilisé en PM à 20 %, aux doses de 100 à 300 mg/m2, avec une rémanence de 3 à 6 mois.

164Les pyréthrinoïdes sont irritants pour la peau, des phénomènes de paresthésies peuvent survenir indiquant une exposition au produit. La zone contaminée doit être lavée à grande eau et le sujet doit rester au repos, il n’y a pas d’antidote spécifique, le traitement est symptomatique.

165Au niveau des techniques et des équipements, les aspersions intradomiciliaires doivent se faire avec rigueur, un matériel particulier qui exige un entretien parfait et constant ainsi qu’un lavage à grande eau après usage car la poudre a tendance à s’accumuler au niveau des filtres et le débit est alors fortement altéré (Encadré 37). Dans tous les cas, des instructions sont très précises et nécessitent la formation d’un personnel qualifié. Il est donc difficilement envisageable de préconiser les aspersions intradomiciliaires correctes dans un système totalement décentralisé, les communautés étant peu au ait des techniques et conditions de stockage et d’utilisation des insecticides. La pulvérisation intradomiciliaire (house spraying) entre donc souvent dans un programme dit « vertical ».

166Un technicien traite environ 8 à 10 maisons par jour selon leur accessibilité et la surface à traiter.

167Il existe de nombreux modèles d’appareils à pression préalable et il faut bien les calibrer (débit/min) avant de les employer sur le terrain.

168Les campagnes d’aspersions intradomiciliaires demandent organisation, reconnaissance géographique, plan des zones à traiter, cheminement des équipes, sites pour recharger les pulvérisateurs (eau + insecticide), « prépackaging » des insecticides, sites pour le lavage des agents et des vêtements, sites pour le stockage des insecticides, matériels de rechange, prise en charge des éventuelles intoxications nécessitant un recours médical, etc.

Pulvérisations spatiales

169Les pulvérisations spatiales peuvent être effectuées à l’extérieur des maisons (ce qui est le plus souvent le cas), mais aussi de l’extérieur vers l’intérieur des maisons (certaines « maisons » ne peuvent être traitées par aspersions intradomiciliaires car il n’y a pas de murs en tant que tel comme dans des « abris » de fortune de populations déplacées).

170Les pulvérisations spatiales entraînent une très rapide réduction de la densité de « moustiques » et elles doivent être réalisées de façon rapprochée, avec une périodicité inférieure à la durée du développement sporogonique (en pratique toutes les semaines).

171Si la couverture est importante, il peut y avoir une réduction de la densité et de la longévité des populations anophéliennes donc une réduction, voire un arrêt de la transmission.

172Les aspersions spatiales sont généralement utilisées pour l’arrêt des épidémies de dengue ou fièvre jaune et leur emploi peut sembler limité contre les anophèles dont l’activité est essentiellement nocturne. Néanmoins, elles ont une valeur à la fois entomologique (réduisant les populations de moustiques et autres nuisances) et psychologique au niveau des populations qui constatent l’implication des autorités dans la lutte contre les vecteurs et les maladies transmises.

173Les aspersions spatiales sont également indiquées dans le cas d’anophèles exophiles comme An. dirus en Thaïlande et An. nuneztovari au Venezuela.

174Leur réalisation exige une grande technicité car des produits insecticides sont répandus « dans la nature », en l’occurrence au milieu des populations humaines qui peuvent ne as apprécier les odeurs (l’insecticide peut être dissous dans du gasoil ou du kérosène, ais actuellement il existe des formulations de perméthrine ou deltaméthrine dans ’eau qui permettent d’éviter l’inconvénient de l’odeur). Le produit peut aussi entraîner n phénomène de sortie des nuisances (notamment des cafards, mouches, etc.) xcitées par l’insecticide (phénomène dit de débuscage) et les populations voient alors les insectes et se plaignent !

Photo 29. Pulvérisation spatiale au nébulisateur à dos
© IRD/ V. Robert

175Les aspersions spatiales ont un coût élevé, elles demandent souvent de gros moyens, humains et mécaniques et ne sont généralement envisagées que comme des « opérations coup de poing » dans des zones ou périodes limitées, elles sont recommandées en phase d’épidémie, en addition des autres mesures, ou pour limiter les nuisances dans certaines zones urbaines. Elles peuvent être recommandées dans les camps de réfugiés participant ainsi à l’amélioration de l’hygiène générale de ces sites.

176Elles doivent être réalisées tôt le matin ou tard le soir pour que le produit reste au sol et ne se dilue pas au loin ou en hauteur par le biais d’ascendances (vent < 10 km/h).

177Les produits employés doivent avoir un fort effet kd, car les aspersions spatiales n’ont généralement guère de rémanence. On utilise souvent des mélanges (deltaméthrine esbiothrine avec un effet choc spectaculaire + piperonyl butoxyde comme synergisant) pour avoir la plus grande (et plus rapide) efficacité et atteindre une gamme étendue d’insectes.

178Il existe de nombreuses méthodes pour réaliser ces opérations : thermonébulisation avec des « swing fog » portés à l’épaule (thermal fogger shoulder carrier) ou sur véhicule (vehicle mounted thermal fogger) et nébulisation à froid avec des brumisateurs à dos (knapsack mist blower) ou sur véhicule, voire à partir d’avions.

179Toutes ces méthodes exigent technicité et connaissance des conditions écologiques, météorologiques et sociologiques.

180Les avantages et inconvénients des thermonébulisations et des brumisations ont été analysés par Najera et Zaim (WHO/CDS/WHOPES/2002.5).

181Sur véhicule les aspersions sont dirigées vers le haut avec les ULV et vers le bas avec le thermofogger. Mais elles doivent être dirigées vers les maisons ou vers les lieux de repos connus des insectes cibles (Photo 30).

182De préférence, la taille des gouttelettes doit être de 10 à 20 µm : si elles sont trop grosses, elles tombent trop vite au sol et, si elles sont trop petites, elles s’évaporent trop vite.

183Ces actions sont souvent menées en zones urbaines (ou en voie d’être urbanisées) dans le cadre de la lutte contre les nuisances, surtout contre les Culex quinquefasciatus qui prolifèrent dans les eaux usagées stagnantes, dans les caniveaux non drainés, les toilettes et toute autre situation comparable.

184Les insecticides recommandés par l’OMS, pour les aspersions spatiales sont portés au tableau XXV.

185Les organochlorés ne doivent pas être utilisés pour les aspersions spatiales.

186Les produits sont souvent formulés avec un additif particulier pour réduire l’évaporation.

187Les formulations habituellement utilisées pour les aspersions spatiales sont :

  • le concentré émulsionnable (CE ou EC), sous forme liquide, formulation homogène, à diluer dans l’eau avant application ;

  • l’émulsion huile dans eau (EW) : formulation hétérogène comprenant une solution d’insecticide, à disperser sous forme de fines gouttelettes dans de l’eau ;

  • le volume ultra-faible (ULV) liquide, homogène, prêt à l’emploi avec les équipements spécialisés ;

  • le concentré pour thermonébulisation (HN), préparé spécialement pour ce mode d’emploi et répandu après dilution.

188Le même principe insecticide peut être présenté sous plusieurs formulations pour différents emplois.

189Par exemple, la deltaméthrine est commercialisée sous :

  • K-Othrine ulv 15/15 avec 15 g/l de deltaméthrine et 15 g/l d’esbiothrine + solvant pétrolier à utiliser avec les nébulisateurs portés à dos d’homme ou sur véhicule ; mode d’emploi : « diluer 1 litre de K-Othrine ulv 15/15 dans 14 l de solvant (gasoil ou kérosène) et appliquer 1/2 litre de solution par hectare » ;

  • K-Othrine tf 2,5 ebt pour thermonébulisation, avec 2,5 g/l de deltaméthrine et 11 g/l d’esbiothrine + pipéronyl butoxyde 50 g/l ; mode d’emploi : « diluer 1 litre de K-Othrine tf 2,5 dans 39 litres de solvant (gasoil ou kérosène) et appliquer 5 litres de solution/hectare » ;

  • K-Othrine ulv 10 avec 10 g/l de deltaméthrine, utilisée en traitement spatial ULV ou thermofogging ; mode d’emploi : « diluer 1 litre de K-Othrine ulv 10 dans 9 litres de kérosène ou gasoil et appliquer 1/2 litre de solution par hectare » ;

  • K-Othrine ec 25 utilisée en larvicide « pour détruire les larves de moustiques dans les eaux non poissonneuses ». La dose préconisée est de 200 à 400 cc de K-Othrine ec 25 pour 1 000 m3 d’eau ;

  • K-Othrine pm 25 (25 g de m.a./kg) pour les aspersions intradomiciliaires : « diluer 1 kg de K-Othrine pm 25 (ou 1 litre de flow 25) dans 100 litres d’eau et avec 1 litre de cette bouillie traiter au pulvérisateur mécanique 17 à 33 m2 de surface contre les mouches, moustiques, cafards, puces punaises… » ;

  • K-Othrine flow 25 (25 g de m.a./l de produit commercial) utilisé de la même façon en aspersions de surfaces mais utilisé aussi pour le traitement des moustiquaires.

Tableau XXV. Les insecticides à utiliser pour les brumisations ou thermonébulisations spatiales,(d’après WHO/CDS/NTD/WHOPES/GCDPP/2006.1)

Tableau XXV. Les insecticides à utiliser pour les brumisations ou thermonébulisations spatiales,(d’après WHO/CDS/NTD/WHOPES/GCDPP/2006.1)

190Les produits ULV n’ont pas de rémanence et n’agissent que pendant le court instant où les gouttelettes sont en suspension dans l’air et entrent en contact avec l’insecte. Les pyréthrinoïdes ont le grand avantage d’avoir un fort effet kd éliminant rapidement les moustiques de la zone traitée. Les OP ont un fort pouvoir létal mais n’ont pas le même effet kd que les pyréthrinoïdes.

191L’épandage d’insecticide dans la nature doit éviter d’atteindre la faune non cible notamment les poissons et les oiseaux, mais aussi, par principe de précautions, les aliments.

192Le choix des produits, des équipements, des rythmes de passage, des lieux, etc., requièrent une technicité certaine et des ressources humaines et matérielles importantes qui limitent souvent leur emploi à des situations particulières.

193Au final, les méthodes et moyens de lutte anti-anophéliens sont diversifiés et d’utilisation parfois délicate. Il en va de même de la lutte intégrée, largement promue par l’OMS, qui combine à la fois les possibilités de lutte, et peut-être aussi les difficultés ! (Encadré 38).

Encadré 37
Le DDT : les pro et les anti

« We have discovered many preventatives against tropical diseases and often against insects of all kinds, from lice to mosquitoes. […] The excellent DDT powder, which has been fully experimented with and found to yield astonishing results, will henceforth be used on a great scale by the British forces in Burma, and the American and Australian forces in the Pacific and India and in all theatres. »
Discours du Premier ministre, Winston Churchill, à la Chambre des communes le 28 septembre 1944
Le DDT a une histoire qui va de l’écologie à la santé publique, en passant par les finances et la politique !
En mai 2001, 91 pays ont signé la Convention de Stockholm (entrée en vigueur le 17 mai 2004) interdisant désormais l’emploi des « polluants organiques persistants, POP » : aldrine, chlordane, DDT, dieldrine, endrine, heptachlore, hexachlorobenzène, mirex, biphényles polychlorés, dibenzo-p-dioxines polychlorés, dibenzofuranes polychlorés et toxaphène.
Entre juin 1998 et décembre 2000, il y a eu 5 réunions du Comité intergouvernemental de négociations afin de trouver un accord pour un texte final. Le sort du DDT a changé de façon radicale au cours de ces négociations car, initialement, il était envisagé qu’il soit totalement proscrit, pour tout usage. Les délégués des Nations en développement ont dû faire face à de nombreuses difficultés pour faire entendre leur point de vue à savoir que le DDT pouvait encore être utile en santé publique. Il est intéressant de relever les représentations à ces réunions, par exemple à celle tenue en Afrique du Sud : 100 représentants des pays du G7, surtout des spécialistes de l’environnement, 75 représentants des ONG « environnementalistes » qui faisaient campagne contre le DDT, et seulement 19 représentants pour toute l’Afrique sud-saharienne (sans compter 16 représentants de l’Afrique du Sud, pays hôte). C’est dire la difficulté rencontrée par les personnes essayant de faire comprendre aux « environnementalistes » du Nord la réalité « médicale » du Sud confronté au double problème de maladies à vecteurs, comme le paludisme, et des contraintes économiques importantes.
Le texte final a placé certains POP dans l’annexe 1 « produits interdits » mais le DDT figure dans l’annexe 2 qui autorise sa fabrication et son emploi en santé publique, en aspersions intradomiciliaires, contre les vecteurs de Plasmodium à condition de respecter les recommandations de l’OMS et d’informer le Comité de cet emploi.
Cette autorisation, sans limitation de temps, est assortie d’une recommandation sur les recherches visant à une utilisation d’autres produits et l’élimination progressive du DDT. D’une certaine façon, cet élément complémentaire tend à décourager les donneurs à financer le DDT alors que ce produit est toujours remarquablement efficace (cf. l’épidémie du KwaZulu-Natal suite à l’arrêt du DDT et son contrôle avec la reprise du produit) et pas cher, puisque le traitement d’une maison était de l’ordre de 1,44 $ US pour une rémanence d’environ 6 mois. Suite à la baisse spectaculaire d’utilisation du DDT, les industriels se sont détournés de la production de cet insecticide dont le coût a été considérablement renchéri, pour atteindre le niveau du moins cher des pyréthrinoïdes !
Selon Mouchet (1994), le traitement des murs revenait à 0,9 à 1,2 centsUS/m2 avec le DDT (rémanence 6 mois) et 1,8 à 2 cents avec la deltaméthrine ou la lambda-cyhalothrine (3 mois). Pour l’OMS, le remplacement du DDT par le malathion ou le propoxur augmenterait le coût de la lutte par 3,4 à 8,5 fois.
En Inde, vu le budget disponible, le DDT permettrait une couverture de 65 % de la population cible et de 21 % avec le malathion, soit plus de 70 millions de personnes qui ne seraient alors plus protégées.
Le DDT allie des inconvénients et des avantages qui méritent une réflexion sereine mais font l’objet de débats passionnés relevant de plusieurs logiques.
Le DDT est incontestablement un polluant organique persistant. Il a une grande longévité, le produit, et ses métabolites, persistent dans l’environnement, 50 % pouvant rester dans le sol encore 10 à 15 ans après son épandage (cependant sa dégradation est plus rapide en zone tropicale).
Le DDT se disperse facilement à grande distance de par ses propriétés chimiques (très peu soluble dans l’eau, grande stabilité, faible volatilité) et ses métabolites ont été retrouvés en Arctique.
Le DDT est stocké dans les organismes et il s’accumule dans la chaîne trophique, du végétal à l’herbivore et au carnivore avec une augmentation de la concentration. Il a un impact bien connu sur les oiseaux avec une fragilisation de la coquille, argument utilisé par Rachel Carlson (1962) dans son fameux livre Le printemps silencieux qui a été particulièrement efficace auprès du grand public contre le DDT.
Le DDT et ses métabolites sont effectivement retrouvés chez les sujets humains (Longnecker et al., 2001 ; Shen et al., 2008), notamment dans le lait (Bouwman et al., 1990, 1992, 2006) avec de grandes questions sur l’impact sur la santé des bébés. L’interdiction du DDT a bien été suivie d’une réduction significative de sa concentration dans le lait des femmes aux États-Unis, Suède, Allemagne, etc.
Le DDT a été interdit en Suède en 1970, en France, Allemagne, États-Unis en 1972, en Australie, Argentine, Canada, Suisse, Chili en 1982… alors que le paludisme n’est un problème majeur de santé publique dans aucun de ces pays.
En réalité, l’interdiction du DDT a surtout été prise pour des raisons écologiques plus que pour des raisons de santé publique.
Les États-Unis ont interdit le DDT sur leur territoire national, en incitant les autres pays à en faire autant (via d’insistantes pressions économiques) tout en continuant, pendant un certain temps, à en fabriquer et sans considérer que certains de ces pays sont confrontés à un fléau qui n’existe plus aux États-Unis : le paludisme ! Ainsi, l’USAID (Agence américaine de développement) a évoqué des lois américaines pour réduire, voire arrêter, son soutien financier aux programmes de pays en développement se proposant d’utiliser le DDT car le produit n’est désormais plus enregistré dans leur Agence pour la protection de l’environnement. Leur logique est qu’il n’est pas correct de soutenir des programmes utilisant un produit non accepté aux États-Unis. C’est éthiquement correct mais discutable, et discuté, en termes de santé des populations confrontées au paludisme et qui peuvent se trouver privées d’une méthode de lutte ayant fait la preuve de son efficacité !
La décision d’interdire le DDT en 1972 aux USA est venue du directeur de l’Agence de protection de l’environnement (nouvellement créée), William Ruckelhaus, qui prit la bonne décision pour les États-Unis où des milliers de tonnes étaient utilisées par les agriculteurs, notamment dans les champs de coton.
L’utilisation du DDT en agriculture et en santé publique n’est toutefois pas comparable ; il a ainsi été estimé que :
– la quantité de DDT employée en 1993 pour les aspersions intradomiciliaires pour toute l’Amérique latine ne représentait que 6 % de celle employée en 1968 par les États-Unis seulement ;
– la quantité de DDT nécessaire pour traiter toutes les maisons du Guyana représente celle répandue sur un champ de coton de 4 km2 en un seul cycle de traitement.
Selon Rosenberg (What the World Needs Now is DDT, The New York Times Magazine, 4 novembre 2004), Ruckelhaus lui-même aurait reconnu « it’s not up to us to balance risk and benefits for other people. There’s arrogance in the idea that everybody’s going to do what we do. We’re not making the decision for the rest of the World, are we ? ». Pour le magazine Fusion (novembre 1980) « the EPA and environmentalists must be held accountable for their crime. There was not a single human death from DDT usage, there have been untold thousands of deaths and millions of disease-stricken persons as a result of the DDT banning » ! La charge est sévère, mais peut se justifier.
Pour
Morris et Bate (1999), « only when people are healthy and well fed can they afford the luxury of environmentalism ».
Un des arguments mis en exergue aussi pour interdire l’emploi du DDT serait sa toxicité, aiguë et chronique. Une abondante littérature, pas toujours scientifique d’ailleurs, est disponible sur ces thèmes. Des documents officiels, on retiendra :
– DDT and its derivatives (Environmental Health Criteria 9) de 1977 qui traite de l’influence du DDT sur l’homme et l’animal ;
– DDT and its derivatives environmental aspects (Environmental Health Criteria 83) de 1987 qui traite de l’influence du DDT sur l’environnement.
Le DDT et ses métabolites, dont le DDE surtout, sont bien retrouvés dans le sang et le lait, mais leur influence sur la prématurité ou l’alimentation lactée maternelle est encore sujet à discussions. Pour Gladen et al. (2004), « no association between prenatal exposure to any of the DDT compounds and any outcome measure were seen ».
Il a été attribué au DDT des risques cancérigènes. Pour le cancer du sein « 
The data so far produced provide reassurance rather than anxiety » (Key & Reeves, 1994). Pour la Ligue contre le cancer « aucun rôle carcinogène n’a été démontré à ce jour ». Pour l’Agence internationale pour la recherche sur le cancer (IARC), le DDT est classé dans la catégorie 2B (regroupant les substances pour lesquelles le risque n’est pas exclu, mais est le plus faible). Il y a, certes, des preuves de risques suffisantes chez l’animal mais pas de preuves convaincantes chez l’humain.
Il a été attribué au DDT une influence hormonale réduisant les possibilités reproductrices des hommes, avec l’impact médiatique que l’on devine. Pour Dalvie et al. (2004), « the results therefore do not suggest an over anti androgenic or oestrogenic effect on long-term DDT exposure on hormonal level but correlations exist in a manner that is not understood ».
Un argument à l’encontre de l’impact du DDT sur la fertilité des hommes peut être trouvé en Inde, où le produit a été utilisé pendant plusieurs décennies à grande échelle avec une réduction de 99,8 % du paludisme entre 1940 et 1960 et on ne peut raisonnablement considérer qu’il y a eu une réduction de la population de l’Inde !
L’Afrique du Sud a une longue histoire d’utilisation du DDT en aspersions intradomiciliaires et, à ce jour, il n’a pas été rapporté d’impact négatif particulier ni chez les « aspergeurs » ni chez les habitants. Par contre, le paludisme est ainsi bien contrôlé !
Il n’a pas été relevé d’impact particulier chez les ouvriers des usines qui fabriquaient (et celles qui fabriquent actuellement) le DDT (Bouwman et al., 1991a).
Pour Bouwman, « the safety of DDT used in malaria control for subjects aged 3 and older was confirmed by the levels of DDT in serum when compared with other studies, which showed lack of any negative effects associated with these levels in adults, and an apparently normal liver function in the exposed and control groups ».
Le DDT a été remarquablement efficace dans la plupart des pays où il a été employé dans la lutte contre le paludisme, les meilleurs exemples sont à relever au Sri Lanka ou en Inde où une décennie d’aspersions intradomiciliaires avait réduit de plus de 90 % le paludisme maladie. Madagascar et le KwaZulu-Natal sont deux exemples récents de la réussite du DDT. Mais le DDT ne devait pas, et ne doit toujours pas être considéré comme « the magic bullet ». De nombreux facteurs interviennent et une stratégie antipaludique qui serait basée sur une seule méthode, voire un seul insecticide, n’est pas réaliste. L’erreur fondamentale a aussi été de vouloir faire appliquer une politique de contrôle à partir d’éléments extérieurs sans suffisamment prendre en compte les variabilités et les conditions locales.
Quoi qu’il en soit, le DDT est désormais interdit pour toute utilisation autre que les aspersions intradomiciliaires contre les vecteurs endophiles de paludisme à la dose de 2 mg m.a./m2 et cette méthode, bien employée, ne peut être à l’origine d’une importante pollution de l’environnement.
Le DDT a posé des problèmes techniques avec la résistance de certaines espèces d’anophèles, résistance métabolique (intervention de l’enzyme DDT-ase) et génétique (gène kdr conférant une résistance croisée avec les insecticides pyréthrinoïdes). C’est un des arguments qui a été avancé également pour proscrire son emploi.
Par ailleurs, le produit peut avoir un intéressant effet excito-répulsif augmentant l’exophilie des vecteurs qui sortent plus rapidement de la maison traitée ou qui ne rentrent pas dans ces maisons (Roberts et al., 2000), ce qui limite d’autant le contact hôte/vecteur et les risques de transmission.
Des plans sont actuellement en cours pour remplacer progressivement ce produit afin d’associer l’amélioration de la santé humaine, notamment la lutte contre le paludisme, avec la protection de l’environnement. L’OMS a développé un Action Plan for the Reduction of Reliance on DDT in Disease Vector Control (WHO/SDE/WSH/01.5 de 2001) et 4 organisations (dont l’OMS et la FAO) ont produit un document en vue de Reducing and Eliminating the Use of Persistent Organic Pesticides.
Pour la Fondation internationale sur le paludisme, l’essentiel est de mettre au point, et d’implanter, des solutions de remplacement avant qu’une interdiction du DDT ne soit décrétée, sinon c’est jouer avec des vies humaines.
Officiellement, pour l’OMS, en se référant au 20e Comité d’experts du paludisme tenu en 1998 (qui renvoie au Groupe OMS d’études sur la lutte contre les vecteurs de 1995 qui renvoie lui-même au groupe de travail tenu en mai 1993, organisé par l’un d’entre nous), le DDT peut actuellement être utilisé pour lutter contre les vecteurs de paludisme.
Le DDT peut donc être employé dans la lutte antivectorielle pourvu que toutes les conditions suivantes soient requises :
a) il /ne doit être utilisé que pour les pulvérisations à l’intérieur des habitations,
b) il doit être efficace contre les vecteurs locaux,
c) il doit être fabriqué conformément aux normes publiées par l’OMS,
d) les mesures de sécurité nécessaires doivent être prises lors de son utilisation et de son élimination.
La réunion au Bureau régional de l’OMS à Brazzaville les 20-22 juin 2006 a émis une déclaration finale sur l’utilisation du DDT et a confirmé que ce produit devrait continuer d’être utilisé, dans un avenir prévisible, pour les aspersions intradomiciliaires en suivant les recommandations techniques de l’OMS dans le cadre de la lutte contre le paludisme.

Encadré 38
Lutte intégrée contre les vecteurs (LIV ou « 
Integral Vector Management ») (extrait de WHO, 2003a, 2007a)
« La LIV est définie comme un processus de procédures de prise de décision reposant sur des bases factuelles visant à planifier, mettre en œuvre, suivre et évaluer des combinaisons ciblées, d’un bon rapport coût/efficacité et durables, de mesures de LAV (lutte antivectorielle) réglementaires et opérationnelles. La LIV a un impact mesurable sur les risques de transmission parce qu’elle adhère au principe de la subsidiarité, de la collaboration intersectorielle et de partenariat.
« Le concept de LIV s’appuie sur la LAV sélective, qui a été définie par le Comité d’experts de l’OMS sur le paludisme comme l’usage ciblé de différentes méthodes de LAV, isolément ou en combinaison pour prévenir ou réduire avec un bon rapport coût/efficacité le contact homme/vecteur, tout en tenant compte des questions de durabilité (Adler et al., 1998).
« La LIV possède les attributs suivants : respect de l’environnement, intersectorialité, sélectivité, ciblage, bon rapport coût/efficacité et pérennité. La LIV implique l’utilisation d’une gamme d’interventions comprenant l’hygiène du milieu et l’usage sans danger et judicieux d’insecticides.
« La LIV étant en soi une composante de la lutte intégrée contre la maladie comprend différentes interventions qui peuvent être considérées en combinaison ou isolément en fonction de la commodité et de la faisabilité de leur mise en œuvre (Rozendaal, 1997). Le tableau XXVI résume les différentes méthodes de LAV contenues dans la LIV.
« La valeur ajoutée escomptée de chacune des méthodes doit guider la combinaison des différentes méthodes de LAV. Certains modèles et simulations suggèrent que la façon la plus efficace d’intégrer différentes méthodes de lutte est de combiner des méthodes qui ont le même effet (ex. : combiner des traitements qui abaissent la densité de la population de vecteurs ; ou combiner des traitements qui abaissent la prévalence des organismes pathogènes chez les vecteurs). Combiner des techniques qui ont des effets différents (ex. : une technique qui abaisse la population de vecteurs avec une technique qui abaisse la prévalence des organismes pathogènes chez les vecteurs) sera moins efficace que combiner deux techniques qui abaissent la densité de la population de vecteurs ou la prévalence des organismes pathogènes, le coût étant le même (Ginsberg, 2001).
« Bien que cette hypothèse mérite encore d’être confirmée dans des conditions opérationnelles, le processus dépendra des facteurs épidémiologiques liés aux modèles de transmission et à l’expression de la maladie, à l’environnement de multiplication des vecteurs ciblés, aux outils de lutte disponibles, aux ressources financières et humaines et aux structures et services de mise en œuvre des plans de LIV.
Principes de la LIV
« La mise en œuvre de la LIV est guidée par les principes suivants :
■ la LIV est un élément essentiel de la lutte contre les maladies à transmission vectorielle dans la région africaine de l’OMS ;
■ les interventions de LIV ne sont pas des programmes individuels, mais des composantes des programmes intégrés de lutte contre la maladie, conformément à la réforme du secteur national de la santé ;
■ les interventions de LIV sont entreprises pour prévenir, réduire ou interrompre la transmission de la maladie ;
■ les interventions de LIV sont basées sur une bonne connaissance des situations écologiques et épidémiologiques, une analyse du rapport coût/efficacité et une intégration judicieuse des options disponibles ;
■ la LIV doit être durable, respectueuse de l’environnement, économiquement réalisable et socialement acceptable.
Tableau XXVI. Lutte antivectorielle et lutte intégrée contre les vecteurs

Objectifs de la LIV
« L’objectif général de la LIV est la réduction de la mortalité et de la morbidité dues aux maladies à transmission vectorielle, à travers la prévention, la réduction ou l’interruption de la transmission des germes pathogènes.
« Les objectifs spécifiques de la LIV sont les suivants :
■ réduire au minimum et autant que possible les sites de multiplication des vecteurs ;
■ réduire l’abondance et la longévité des vecteurs ;
■ réduire le contact homme/vecteur.
« L’élaboration et la mise en œuvre d’interventions de LIV devront être basées sur une bonne connaissance de l’écologie locale des vecteurs et de la dynamique de transmission de la maladie, du cadre social ainsi que du rapport coût/efficacité et de la faisabilité des interventions.
« Dans ce contexte, les évaluations épidémiologiques, écologiques et entomologiques, la conception des interventions, la planification, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation constitueront les éléments essentiels du plan d’action sanitaire du district.

Photo 30. Pulvérisation spatiale à partir d’un véhicule
© P. Carnevale

Table des illustrations

Titre Tableau XV. Impact sur les vecteurs des méthodes de lutte
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Photo 22. La promotion de l’emploi des moustiquaires dans les armées françaises (Source : Carte postale d’Albert Guillaume, commandée par le Service de santé des armées en 12917)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Photo 23. Exemple d’une moustiquaire de lit© IRD/V. Robert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau XVI. Répulsifs cutanés préconisés pas l’Afssaps dans le cadre d’épidémies de dengue et de chikungunya, d’après BEH n° 23/24, 2 juin 2009
Légende a : sauf si antécédents de convulsions ;b : sauf si antécédents de convulsions, éviter les contacts du DEET avec les plastiques, vernis, verres de montre, lunettes, le DEET diminue d’environ 1/3 l’efficacité des crèmes solaires ;c : limiter l’utilisation consécutive à 1 mois.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau XVII. Composition et efficacité des serpentins fumigènes
Légende *en considérant qu’un serpentin brûle à raison de 1,7 à 2 g à l’heure et pèse 12 g.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Photo 24. Élimination des gîtes par des actions communautaires à Lobito, Angola© P. Besnard
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Photo 25. Élimination des gîtes par des actions à grande échelle à Lobito, Angola© P. Besnard
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau XVIII. Les larvicides chimiques, d’après WHO/CDS/NTD/WHOPES/GCDPP/2006.1
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Photo 26. Imprégnation d’une moustiquaire par une solution de deltaméthrine et séchage à Karangasso (Burkina Faso)© IRD/V. Robert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Photo 27. Traitement des moustiquaires des habitants d’un village en vallée du Kou, Burkina Faso© P. Carnevale
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau XXI. Impact des moustiquaires imprégnées dans la réduction de la mortalité infanto-juvénile générale en Afrique sud-saharienne, d’après LENGELER et al., 1997
Légende S = saisonnière, * rideaux imprégnés
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Photo 28. Agent de la LAV, à Mayotte, effectuant une aspersion intradomiciliaire pariétale© IRD/V. Robert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 92. Les différentes phases d’une campagne d’éradication du paludisme (Source : OMS)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 93. Évolution des indices parasitologiques suite aux réductions des aspersions intradomiciliaires en Amérique du Sud, d’après ROBERTS et al., 1997
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 94. L’épidémie de paludisme au KwaZulu-Natal, Afrique du Sud, d’après HARGREAVES et al., 2000
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 95. Évolution des cas de paludisme au Centre de santé de Analarao, province de Antananarivo sur les hautes terres malgaches, d’après MOUCHET et al., 2004
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau XXIV. Insecticides recommandés pour les aspersions intradomiciliaires pariétales, d’après WHO/CDS/NTD/WHOPES/GCDPP/2006.1
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Photo 29. Pulvérisation spatiale au nébulisateur à dos© IRD/ V. Robert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau XXV. Les insecticides à utiliser pour les brumisations ou thermonébulisations spatiales,(d’après WHO/CDS/NTD/WHOPES/GCDPP/2006.1)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Photo 30. Pulvérisation spatiale à partir d’un véhicule© P. Carnevale
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10394/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search