Version classiqueVersion mobile

Les anophèles

 | 
Pierre Carnevale
, 
Vincent Robert

1. Position systématique

Texte intégral

1Les vecteurs des plasmodies de mammifères, y compris les plasmodies humaines appartiennent tous au genre Anopheles qui occupe une position taxonomique bien précise (Encadré 3).

Encadré 3. Position taxonomique des anophèles (d’après Knight et Stone, 1977)

2La famille des Culicidae, synonyme du terme courant de « moustiques », comprend plus de 3 300 espèces regroupées en 37 genres. Elle est divisée en 2 sous-familles :

  • Culicinae qui comprend tous les genres de moustiques (34) autres que ceux de la sous-famille Anophelinae, avec les genres Culex, Aedes, Mansonia, Haemagogus, Sabethes, Psorophora, Toxorhynchites, etc. ; ce sont des moustiques vulnérants (à l’exception des Toxorhynchites) et, pour certains, vecteurs de maladies humaines (fièvre jaune, dengue, Chikungunya, filarioses, etc.) et animales (Plasmodium d’oiseaux et de reptiles, fièvre de la vallée du Rift, West Nile, filarioses, etc.). On notera que les classifications récentes placent le genre Toxorhynchites dans une tribu à part au sein des Culicinae (Harbach & Kitching, 1998) ; ce sont de gros moustiques non vulnérants dont la trompe ne permet pas de piquer ; les larves sont carnivores et ont été utilisées en lutte biologique sans donner de résultats durables (voir photos ci-après).

  • Anophelinae qui comprend les vecteurs de toutes les espèces de Plasmodium parasitant les sujets humains.

Photo 2. Toxorhynchites femelle
© S. Doggett

Photo 3. Toxorhynchites mâle
© S. Doggett

Photo 4. Culex pipiens
© IRD/N. Rahola

Photo 5. Aedes albopictus
© CDC/J. Gathany

Photo 6. Aedes aegypti
© IRD/N. Rahola

Photo 7. Anopheles amictus
© R. C. Russell

Encadré 4
Création du genre
Anopheles par J. W. Meigen en 1818
Johann Wilhem Meigen publie en 1818 à Aachen (Aix-la-Chapelle) un ouvrage fondateur sur la systématique et la classification des Diptères, Systematische Beschreibung der bekannten Europäischen zweiflügeligen Insekten (Description systématique des insectes à deux ailes d’Europe).
Le genre Anopheles y est créé, comprenant deux espèces An. bifurcatus Linn. et An. maculipennis Hoffingg. précédemment décrites sous le genre Culex. La première de ces espèces n’était à l’époque pas connue comme hématophage et, comme le souligne Roubaud (1918), étymologiquement, le terme Anopheles signifie : qui est sans utilité, qui n’est bon à rien ; cela est à mettre en liaison avec le fait que, dans les climats tempérés, les anophèles autochtones ne prennent qu’exceptionnellement leurs repas de sang sur l’homme.

Reproduction de la page de titre originale du livre de J.W. Meigen, 1818

Reproduction de la page de titre originale du livre de J.W. Meigen, 1818

© IRD/V. Robert

Carton à insecte de la collection Meigen, au laboratoire d’Entomologie du Muséum national d’histoire naturelle à Paris

Carton à insecte de la collection Meigen, au laboratoire d’Entomologie du Muséum national d’histoire naturelle à Paris

© IRD/V. Robert

Reproduction de la planche originale de J.W. Meigen, 1818

Reproduction de la planche originale de J.W. Meigen, 1818

© IRD/V. Robert

3Le catalogue des moustiques du monde de Knight et Stone (1997) reconnaît trois genres dans la sous-famille des Anophelinae :

  • le genre Chagasia Cruz, 1906, avec 4 espèces, toutes en région néotropicale, du Mexique à l’Argentine ; ce sont des moustiques forestiers, zoophages et non vecteurs d’agents du paludisme ;

  • le genre Bironella Theobald, 1905, avec 2 sous-genres : Bironella Theobald, 1905 avec 5 espèces et Brugella Edwards, 1930, avec 2 espèces. Ces espèces sont présentes en région australienne et ne sont pas vectrices d’agents du paludisme ;

  • le genre Anopheles Meigen, 1818. Reinert (2001) recommande d’utiliser An. comme abréviation du nom de genre, et nous nous y conformerons ici. Anopheles regroupe 6 sous-genres revus par Harbach (2004) :

    • le sous-genre Anopheles Meigen, 1818, avec 189 espèces cosmopolites dont les vecteurs An. atroparvus, An. labranchiae, An. maculipennis, An. sacharovi, An. messeae, An. freeborni, An. hermsi, An. quadrimaculatus, An. pseudopunctipennis, An. vestitipennis, An. sinensis, An. barbirostris, etc. ;

    • le sous-genre Cellia Theobald, 1902, avec 239 espèces de l’Ancien Monde dont les vecteurs An. balabacensis, An. culicifacies s.l., An. funestus, An. gambiae s.l., An. nili, An. moucheti, An. pharoensis, An. sergentii, An. stephensi, An. maculatus s.l., An. farauti, An. dirus s.l., An. subpictus, An. superpictus, An. sundaicus s.l., An. minimus s.l., An. amictus, etc. ;

    • le sous-genre Nyssorhynchus Blanchard, 1902, avec 33 espèces néotropicales, dont les vecteurs An. albimanus, An. albitarsis, An. aquasalis, An. darlingi, An. nuneztovari, etc. ;

    • le sous-genre Kerteszia Theobald, 1905, avec 12 espèces néotropicales dont An. bellator, vecteur d’agents de paludisme et inféodé aux broméliacées aux stades préimaginaux ;

    • le sous-genre Lophopodomyia Autunes, 1937, avec 6 espèces néotropicales ;

    • le sous-genre Stethomyia Theobald, 1902, avec 5 espèces néotropicales.

4Le genre Anopheles comprend 484 espèces selon Harbach (2004), mais le nombre est variable selon les auteurs avec les récents travaux de morphotaxonomie, de cytotaxonomie ou de taxonomie moléculaire. De nouvelles espèces au sein des complexes d’espèces jumelles (cf. chapitre 4) peuvent être identifées ou des synonymies reconnues. Une soixantaine d’espèces environ sont des vecteurs, dont une trentaine sont de bons vecteurs ; leur distribution et leur efficience varient selon les régions géographiques. En Afrique sud-saharienne, on considère qu’il existe quelque 150 espèces d’anophèles, dont une douzaine sont d’excellents vecteurs et certains parmi les meilleurs vecteurs mondiaux, comme An. gambiae, An. arabiensis, An. funestus, An. nili, An. moucheti.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search