Version classiqueVersion mobile

Les anophèles

 | 
Pierre Carnevale
, 
Vincent Robert

Introduction

Texte intégral

1Depuis les travaux de Ross (1897) en Inde et de Grassi et ses collaborateurs (1899a, 1899b) en Italie on sait que le parasite du paludisme (découvert par Laveran en 1880 en Algérie) n’est pas véhiculé par le mauvais air « mal’aria » mais transmis d’homme à homme par l’intermédiaire d’un vecteur biologique, un moustique du genre Anopheles (étymologiquement, du grec « a » privatif et « Opheles » utile, autrement dit insecte dénué d’utilité).

2L’entomologie est un des volets de l’étude du (des) paludisme(s) et la lutte antivectorielle fait partie de la lutte antipaludique dont elle représente une des premières méthodes de prévention (Ross, 1911 ; OMS, 1994). Mais pour être efficace cette lutte antivectorielle doit être basée, notamment, sur une identification spécifique, voire sub-spécifique, des vecteurs et une connaissance approfondie de leur biologie dans les zones considérées.

3Il existe 484 « espèces » d’anophèles (Harbach, 2004), mais seulement une soixantaine assurent, avec plus ou moins d’efficacité, la transmission des plasmodies humaines. Les anophèles ont également une importance en santé humaine par la transmission de la filaire de Bancroft, Wuchereria bancrofti et d’arbovirus (O’Nyong Nyong, Tataguine, Nyando, Trubanaman, etc.).

4Les anophèles ont une répartition quasiment mondiale à l’exception des zones polaires (nord du Canada, Alaska, nord de la Sibérie, Groenland, Islande, Antarctique), des îles du Pacifique central (à l’est du Vanuatu comme les îles de la Polynésie française) ou occidental (Nouvelle-Calédonie), de quelques îles isolées de l’Atlantique (Sainte-Hélène, Açores, Madères, etc.) et de l’océan Indien (Seychelles, Rodrigues, Kerguelen), ainsi que des Falkland, du sud du Chili et de l’Argentine, etc. Certaines espèces ont une aire de distribution limitée à des milieux particuliers (espèces cavernicoles troglobies ou troglophiles comme Anopheles hamoni ou An. caroni), d’autres ont une répartition plus large comme les espèces du complexe Gambiae trouvées de la frange sahélienne sud-saharienne à l’Afrique australe en passant par la forêt d’Afrique centrale. La colonisation d’un biotope est essentiellement liée à l’écologie larvaire qui peut être plus ou moins stricte, et inféodée à certains environnements, ou ubiquiste et adaptée à une large gamme de milieux.

Encadré 1. Le taxon Anopheles, questions d’orthographe

Encadré 1. Le taxon Anopheles, questions d’orthographe

5Le cycle biologique des anophèles comprend deux phases (fig. 1) :

  • une phase aquatique pour les stades préimaginaux ou immatures, œuf, larves (avec 4 stades larvaires entrecoupés chacun d’une mue) et nymphe ; les stades larvaires concernent une période de croissance avec une augmentation notable de taille qui peut être de l’ordre de 10 fois, du stade I au stade IV ; ce phénomène d’accroissement ne se retrouvera plus dans la phase ultérieure ;

  • une phase aérienne pour le stade adulte ou imaginal, avec des mâles et des femelles. C’est la période de reproduction et de dispersion. Le mâle se nourrit exclusivement de jus sucrés, tandis que la femelle s’alimente non seulement de jus sucrés (qui procurent l’énergie nécessaire pour le vol) mais aussi de sang humain et (ou) animal qui permet le développement des ovaires. Chez les anophèles, seule la femelle est hématophage, et c’est au cours d’un repas de sang qu’elle peut ingérer et (ou) transmettre le parasite.

Figure 1. Le cycle biologique des anophèles
Ce cycle est fondamentalement similaire pour tous les moustiques, mais avec des variations éthologiques selon les espèces et les conditions écologiques.

Encadré 2
Principales étapes de l’entomologie médicale sur les anophèles
L’étude des vecteurs et la lutte antivectorielle impliquent 5 étapes de base :
■ reconnaître les Culicidae (= moustiques) des autres diptères qui paraissent présenter certaines similitudes morphologiques (Tipulidae, Chironomidae…), mais ne piquent pas ;
■ reconnaître les anophèles des autres moustiques ;
■ identifier les différentes espèces (et sous-espèces) d’anophèles et les vecteurs ;
■ étudier la biologie, larvaire et imaginale, les comportements trophiques, les variations saisonnières de densité, de longévité et d’infectivité, évaluer la capacité vectorielle, etc. ;
■ en déduire les moyens et les stratégies de lutte appropriés, en particulier par l’analyse de la sensibilité des populations aux insecticides et le suivi de son évolution lors de campagnes de lutte avec l’emploi d’insecticides.

Photo 1. Émergence imaginale d’un Toxorhynchites, passage de la vie aquatique à la vie adulte d’un moustique
© S. Doggett

Table des illustrations

Titre Encadré 1. Le taxon Anopheles, questions d’orthographe
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 1. Le cycle biologique des anophèlesCe cycle est fondamentalement similaire pour tous les moustiques, mais avec des variations éthologiques selon les espèces et les conditions écologiques.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Photo 1. Émergence imaginale d’un Toxorhynchites, passage de la vie aquatique à la vie adulte d’un moustique© S. Doggett
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10386/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search