Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres privées, terres communes

 | 
Jean-Pierre Jacob

Lexique

Texte intégral

1[bari tõnõ] – « courage/bénéfice », le bénéfice du courage, de l’effort (s’oppose à [libe konǝ]).

2[bi] – brousse.

3[bihien] – « brousse ancienne », vieille friche.

4[] – le quartier, le village.

5[bu] – marigot naturel.

6[beñimu] – « l’aigreur du corps », la fatigue liée au travail.

7[biru] – bière de mil mêlée de miel, offerte lors de la confection de l’autel de la terre et lors de l’intronisation du [inu].

8[cigui] – nasse utilisée par les femmes pour la pêche d’étiage en marigot.

9[cincao] – litt. « arrêt solitaire », champ individuel.

10[cunu] – interdits spécifiques aux membres d’un groupe de descendance se réclamant d’une même porte des ancêtres.

11[die] – clairière, terre stérile.

12[eri] – noblesse, désigne les fondateurs et chefs de terre d’une communauté.

13[fiebe ma] – litt. « ceux qui se cachent » (péjoratif). Dans une communauté, sont appelés [fiebe ma] les habitants ressortissants d’un autre village qu’ils ont dû fuir suite à une guerre, une épidémie...

14[folobiri] – litt. « Peuls noirs », razzieurs d’esclaves pendant la seconde partie du XVIIIe siècle. R. Kuba en fait des Jula de Kong (2003) ou des Jula installés dans l’Ouest burkinabè (communication personnelle, 11/2/05). Sougué Karfo pense qu’il s’agit de Sénufo Jimini venant du nord de la Côte d’Ivoire, ayant entretenu des contacts avec Kong (Boromo, 18/2/05).

15[forba], [fweba] – « chose commune », patrimoine foncier possédé par une lignée (dérivé du jula).

16[forba pen] – partage à parts égales.

17[gwãda] – filet à deux mains utilisé par les hommes pour la pêche en marigot.

18[hahe] – litt. « la femme qui suit ». La plupart du temps, sœur utérine cadette d’une première femme, mariée au même mari (mais ce peut être aussi l’une de ses nièces patrilinéaire ou matrilinéaire).

19[homi ñamba] – premier champ commun (dans l’ordre chronologique) cultivé par un groupe de descendance.

20[inu] – désigne plus particulièrement le chef de terre intronisé et, par extension, tout chef de terre.

21[jawu] – la cour, le groupe de descendance.

22[jã jerbao] – « maison/aîné », le chef d’un groupe de descendance.

23[ji febe] – « manger/petit », la frugalité.

24[ji pem] – « manger/gros », la gourmandise.

25[kãtogo] – champ permanent de village ; du verbe [kãg], « délimiter », « surveiller de près », « traquer » et de [tugi], verbe évoquant la répétition d’une action comme lors du tannage d’une peau.

26[kien] – litt. « l’aile », c’est-à-dire la part rituelle que le sacrifiant se voit remettre après le sacrifice du poulet qu’il a offert.

27[kien kãtogo] – litt. « le champ permanent de l’aile », le champ obtenu à l’issue du premier partage d’une terre collective.

28[lãda] – lois, normes respectées par un groupe se rattachant à un même autel de terre [jula].

29[lao] – mobilisation inter-villageoise pour la chasse ou pour l’auto-défense sous l’autorité d’un culte puissant.

30[libe kãtogo] – le [kãtogo] patrimonial.

31[libe konǝ] – du verbe [libi], « choisir ». Les prérogatives (« choses ») qui découlent de l’ordre social tel qu’il s’est constitué. Part à laquelle un individu a droit du fait du statut de ses ascendants.

32[libe pen] – partage sacrificiel à parts inégales, distribuées en accord avec les règles de préséance.

33[lombo] – culte de chasse.

34[luodumǝ] – levée de deuil, grandes funérailles.

35[maõ] – autel sacrificiel personnel.

36[meke yo] – « guerre des Marka », guerre coloniale de 1915-1916.

37[muõ] – marque d’appropriation (marigot, terre...).

38[muyele] – petit mil écrasé et mélangé à du sel et du beurre de karité, destiné à calmer la faim. Il permet « d’ouvrir » la bouche de la terre dans les rites consacrés à l’autel de la terre.

39[nãbiri] – frères utérins.

40[ñamba] – grand champ, champ commun.

41[nyimbi] – esprit ou culte de la brousse.

42[pe] – houe.

43[peh luo] – piquet enduit de substances urticantes destiné à faire déguerpir les mauvais génies de la brousse ou à protéger une cour d’habitation. Il est également utilisé pour prévenir le vol de terre.

44[sab] – petite battue de chasse d’initiative privée.

45[sere] – témoin (jula).

46[sigi jomo] – culte de masque.

47[sinama hime] – « âme de la terre », esprit de la terre.

48[sinbom] – « trou de la terre », autel de terre.

49[singuin] – préparation de petit mil cru écrasé et mélangé à du miel, offert en libation à la terre par le chef de terre lors de son intronisation. Le [singuin] permet d’ouvrir les « oreilles et les yeux » de la terre dans les rites à l’autel de la terre.

50[sin kwe baguru] – « terre/poulet/hacher (maudire) », rite de malédiction destiné à sanctionner le coupable (d’un crime, d’un vol de terre).

51[sin kwe maguru] – « terre/poulet/tester », rite divinatoire destiné à identifier le coupable d’un crime, d’un vol de terre, l’origine d’un problème.

52[sin ñubo] – chef génie de la terre, génie noble.

53[sinte kãtogo] – litt. « le champ du milieu », c’est-à-dire le champ collectif de village, au milieu duquel tout le monde travaille.

54[si tuere] – « déposer/problèmes », mise en garde d’un bien (terre, personne).

55[soru] – barrage de pêche.

56[sugoo] – la confiscation ; du verbe [sugui], « couvrir », « réserver », « protéger »... Le [sugoo] se manifeste dans les pratiques matrimoniales – le noble impose son statut à la femme esclave, la castée impose son statut à son mari noble – ou dans le pouvoir rituel que détient le chef de terre. C’est au nom du [sugoo] qu’il reçoit les animaux sans propriétaire, les épis de mil tombés à terre (voir chapitre 7), qu’il interdit l’inhumation des individus qui sont en faute vis-à-vis de la terre ou des femmes stériles, leurs familles devant s’acquitter d’une amende avant qu’il n’autorise leur enterrement. Pour d’autres exemples à propos des Phuo, voir R. Kuba (2004). Il existe également un [sugoo] inter-villageois (voir chapitre 2)

57[tuntun vogo] – « devins du luth ». Prêtres spécialisés dans l’intercession auprès des génies de la brousse les plus dangereux. Ils sont actuellement présents dans deux villages winye – Nanou et Virou.

58[venu] – culte dont la découverte est un signe d’une élection à la noblesse. À Kwena par exemple, ce culte fonctionne comme un véritable autel de terre pour le lignage Aka (voir chapitre 2). Il est composé de deux pôles, un pôle « aigre » (femelle) et un pôle « doux » (mâle), ce en quoi il fait écho à la symbolique de l’autel de terre winye (voir chapitre 8). Il existe des cultes de [venu] dans d’autres villages (à Siby, Balao, Souho, Wibõ, Siembõ...). Lorsque [venu] est installé dans un village, il a la réputation d’agir pour arrêter les tentatives de fuite de femmes mariées (en complément de l’autel des ancêtres, voir introduction). Les devins possèdent également un culte personnel à [venu].

59[yombo] – marigot artificiel.

60[yoru] – « jachère », domaine foncier cultivé par un groupe de descendance.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540