Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres privées, terres communes

 | 
Jean-Pierre Jacob

Partie 3. Droits sur la terre, organisation politique et temporalité

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

1L’appropriation symbolique de l’espace et la distribution des droits sur les ressources permettent d’intégrer l’un et la pluralité, de créer un dispositif d’action collective ou de construction d’un corps politique par lequel « le multiple [devient] un et l’un se [fait] obéir de la multitude » (Latour, 2006 : 235). Il est en ce sens comparable dans ses finalités au gouvernement représentatif ou à la démocratie tels que les analysent les politologues (Manin, 1995 : 118-119 ; Schnapper et Bachelier, 2000 : 28-29). Peut-on admettre pour autant, en abordant les questions de changement, que comme le corps politique dans les formes de représentation modernes, le corps social constitué par les règles coutumières serait à la fois « total et virtuel » (Latour, 2006 : 235), toujours en danger de se dissoudre complètement ou de rejoindre des formes alternatives d’association proposées par l’État par exemple ? Autrement dit, les formules classiques du « pluralisme institutionnel » et du « forum shopping » de l’anthropologie politique africaniste s’appliquent-elles aisément aux questions foncières (Lund, 2006) ? Notre réponse est double.

2L’une met au centre de l’analyse le système coutumier en synchronie et renvoie à des exigences de description empirique serrée. Nous admettons que les pressions pour le changement ont des impacts différentiels sur les structures et n’ont pas forcément des effets linéaires, à condition de bien connaître ces structures. Nous militons donc fortement en faveur d’un compte rendu précis des lieux pour lesquels des agents seraient véritablement à la recherche d’une offre afin de régler leurs problèmes, offre grâce à laquelle les institutions externes obtiendraient leur validation.

3L’autre réponse met au centre de l’analyse le système coutumier dans la diachronie. Le changement doit alors être abordé de deux manières. D’une part, comme mouvement d’articulation du local au global. Le corps social étant produit sur une base temporelle déterminée par une fatalité biologique – les générations meurent et se remplacent –, la question est de savoir dans quelle mesure les nouvelles générations qui arrivent au pouvoir peuvent mettre à profit ces discontinuités temporelles pour jouer un rôle de véritables médiateurs aptes à transformer, traduire, modifier le sens des normes dont ils ont hérité. D’autre part, comme articulation du global au local : quelle est l’histoire spécifique des politiques globales dans la société observée ? L’englobement social est aussi, rappelons-le, une occasion d’auto-production.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 402k

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540