Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres privées, terres communes

 | 
Jean-Pierre Jacob

Partie 2. Les droits dans quelques contextes spécifiques

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1Deux exemples de gestion des ressources naturelles s’inscrivent dans des contextes particuliers. L’étude des droits fonciers sur la terre à Boromo (en milieu péri-urbain) fait écho aux organisations foncières villageoises analysées en première partie. Il s’agit de décrire les pratiques foncières autochtones et les justifications qui les sous-tendent dans un contexte marqué à la fois par une pression foncière accrue et par une histoire politique particulière qui a entraîné une éclipse durable du pouvoir winye et une ouverture du finage villageois à une pluralité de groupes ethniques différents. Dans ce contexte, les Winye survalorisent la notion de terre comme patrimoine commun, à la fois dans une perspective de défense des frontières de champs contre les voisins non winye et de restauration d’un pouvoir perdu. Cette tendance ne va pas pour l’instant jusqu’à une véritable ethnicisation de la question foncière.

2La terre étant une ressource majeure dont tout le monde est tributaire, elle est l’instrument de la gouvernance par excellence. Par opposition, les ressources halieutiques (ou cynégétiques) ne représentent que des activités ponctuelles, dont la portée pour l’organisation sociale est de faible ampleur et, d’ailleurs, s’amenuise avec la baisse des eaux en plaine inondable. Cependant, l’étude des droits de pêche présente un double intérêt :

  • elle corrobore pour un autre domaine de production les justifications déjà identifiées pour les droits sur la terre (présence ou non de la notion de travail et de risque), confirme l’importance principielle de la distinction entre bien commun et bien privé et montre que les systèmes d’activités coutumiers se sont préoccupés d’aménager l’accès à des ressources pour assurer à la fois la subsistance et l’acquisition de numéraire ;
  • elle souligne que ce sont les institutions collectives, politico-religieuses, qui déterminent le contenu des droits. Ainsi, dans le cadre de certaines pratiques halieutiques, l’existence ou non de maîtres des eaux s’avère déterminante. La présence d’une noblesse liée à l’eau, équivalente de la noblesse de terre, a entraîné la création d’un domaine éminent, non susceptible d’être cédé à titre définitif. Au contraire, l’absence de cette noblesse dans certains villages s’accompagne de cessions à titre privé de sites de pêche. D’un contexte à l’autre, c’est donc à la fois le faisceau de droits de l’exploitant sur le produit et ses prérogatives sur le moyen de produire qui se trouvent concernés.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 437k

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540