Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres privées, terres communes

 | 
Jean-Pierre Jacob

Partie 1. Les Winye, leurs structures et les dynamiques foncières

Introduction de la première partie

Texte intégral

1Après une brève description de la société winye, cette première partie propose l’étude de deux conflits fonciers. Bien que datant de plus d’une vingtaine d’années, ces conflits ont marqué l’histoire locale de l’accès aux ressources. À cette occasion, des institutions, des valeurs et des règles foncières seront évoquées, avant d’être explicitées au fil de l’ouvrage. Ces conflits ont mis aux prises des communautés autochtones pour la possession de terres aux limites de deux finages. Ils sont typiques de l’échelle d’émergence des contestations foncières en pays winye, les tensions intra-villageoises autour des questions d’accès aux ressources débouchant rarement sur des conflits ouverts.

2Les histoires du peuplement de deux villages (Solobuly et Wibõ) illustrent, quant à elles, deux contextes de peuplement qui ont contribué à différencier les modes d’organisation socio-foncière. À Solobuly, comme au centre et au nord du pays winye, les immigrants, futurs fondateurs de la communauté, sont arrivés peu nombreux et assez récemment dans des espaces déjà en partie investis. Dans ce contexte de relative pression sur la terre, les groupes ont fondé deux domaines fonciers communs, l’un au village et l’autre en brousse. La communauté et les structures foncières paraissent être données dès le départ : village formé par l’association de plusieurs lignages revendiquant une même ancienneté, chef de terre choisi au sein des lignées co-fondatrices, absence d’accueil d’étrangers sauf quelques exceptions.

3À Wibõ, de la même façon qu’au sud du pays winye, les fondateurs sont arrivés plus anciennement et plus nombreux sur des terres pratiquement vides. Ils ont pu constituer une série de domaines communs et instituer, à l’intérieur de ces domaines, des fonds de possession privée. Ici, le chef de terre est issu d’un seul – à la rigueur de deux – lignage fondateur. Dans une organisation villageoise qui est perçue comme un processus toujours en cours, l’accueil d’étrangers reste un objectif constant. La structuration foncière entre terres communes et privées, comme l’étendue de l’espace possédé, rendent cet accueil relativement aisé, du moins dans un premier temps.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 359k

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540