Version classiqueVersion mobile

Migrants de l’arachide

 | 
Mamady Sidibé

Conclusion générale. L’État, les paysans et l’avenir de la culture arachidière

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1970, la production arachidière a subi une baisse notoire. D’après les statistiques officielles, elle a chuté de 105 000 tonnes pendant la décennie 1980-1990, par rapport à la décennie 1970-1980. Cette baisse serait de 200 000 tonnes selon les réévaluations des chiffres officiels apportées par Freud et al. (1997). Étant donné que l’augmentation de la production a toujours reposé sur l’accroissement des superficies mises en culture, la conversion de la forêt de Pata en un nouveau territoire de l’arachide pouvait laisser espérer une relance. Il n’en est rien. Avec les 20 000 ha environ mis en valeur, on obtient une production de moins de 22 000 tonnes, en prenant en compte le rendement moyen obtenu par les migrants. Production certes importante, mais qui représente peu face à la diminution globale enregistrée ces dernières années. Pata apparaît comme un épiphénomène, mais les enseignements à tirer de la migration et de la réappropriation spatiale n’en sont que plus nombreux.

« Il n’y a pas de livre écrit une fois pour toutes et nous le savons tous (…) » F. Braudel (1985).

Certitudes et incertitudes en forêt de Pata

2La détermination que les migrants wolof ont manifestée dans la colonisation de la forêt de Pata et les nombreux défrichements opérés témoignent de leur volonté de renouveler les espaces de production. En réduisant considérablement les superficies pâturées, en contribuant de manière décisive à la disparition des mares traditionnellement utilisées par les autochtones peul et sur lesquelles comptaient les migrants toucouleur, ils se sont clairement positionnés pour l’agriculture et l’arachide : « Nous sommes venus ici [Pata] pour cultiver l’arachide, pas pour autre chose », aiment à rappeler certains migrants. D’autres, tels des talibé très attachés aux pas de leur Serigne, déclarent : « Ceux qui sont ici [Pata] sont des disciples de l’arachide. »

3La forêt classée de Pata constitue donc un enjeu de taille pour les migrants ; l’ambition d’accumuler le maximum de terres a relégué au second plan les relations ethniques ou confrériques, occasionnant ainsi des conflits dont la multiplication pose non seulement le problème de la cohésion des villages mais aussi celui de leur viabilité. En effet, la fréquence des conflits, leur latence ont davantage révélé l’incapacité des migrants à leur apporter des solutions consensuelles et définitives ; les quelques « démarches conciliantes » effectuées ça et là par des chefs de village procèdent plus d’une mise en scène que d’une véritable volonté de résoudre la question des défrichements abusifs. La diversité des situations observées montre que la viabilité des villages de colonisation dépend, en partie, des conditions de leur création et de la personnalité des différents fondateurs. Elle est liée également aux ambitions des uns et des autres, à la conscience qu’ils ont de leur rôle dans la gestion de l’espace. À Pata, les déterminations politiques n’ont pas été assez puissantes pour « canaliser » tous les intérêts particuliers, fonder l’unité des santhie et la cohésion des migrants. Ces remarques signifieraient-elles le caractère inéluctable de l’instabilité des migrants ? En tous les cas, la manière dont cette absence de cohésion et d’unité déteint sur la conduite des défrichements renvoie à un problème grave : la recherche d’un plus grand capital foncier et d’une promotion socio-économique élimine toute forme d’adhésion à un pouvoir politique.

4Malgré ces problèmes – inhérents à des zones de colonisation spontanée – les activités agricoles sont effectuées normalement. Comme au Saloum, les paysages de la forêt sont dominés par la graine oléagineuse. Les discours tenus par les migrants sur sa perpétuation montrent qu’il s’agit d’une réalité enracinée dans leur passé et qui contribue à structurer leur présent : « Laisser tomber l’arachide ? bissimlahi diam ! (sacrilège !) », a affirmé un paysan cinquantenaire qui réside à Médina Mandakh. Les enfants sont mis dans le secret des prières à dire avant une nouvelle campagne arachidière. La reproduction de ce savoir suivant les générations est bien le symbole d’une identité arachidière héritée et soigneusement entretenue. L’inscription des Saloum-Saloum – « groupe social territorialisé » – dans la migration ne signifie donc pas la faiblesse de leur identité territoriale. Au contraire, elle traduit la mise en avant d’une même identité, créatrice d’un autre territoire ou, plus précisément, du même territoire, ailleurs. En présentant l’acteur endogène [acteur qui manifeste un fort ancrage territorial] comme un « acteur théorique car il est toujours amené par une raison ou une autre à quitter ne serait-ce que temporairement ce territoire qui représente tant pour lui », Guy Di Méo (1991 : 266) souligne bien cet aspect.

5Si les « territoires de l’arachide » ont connu une telle expansion, si la culture de l’arachide a eu un tel succès au Sénégal, c’est parce que les paysans saloumsaloum se la sont appropriée ; elle cristallise leur identité. Pour eux, elle n’est pas seulement une culture commerciale, ni même une culture d’appoint, elle est aussi un puissant médiateur des rapports sociaux. C’est ce rôle qui fait de la graine oléagineuse un élément déterminant dans la construction sociale du territoire et qui fait également que les paysans lui vouent un grand attachement.

6La colonisation de la forêt de Pata, une des dernières réserves foncières du Sénégal, montre leur engagement dans cette culture, mais c’est aussi un processus qui engage à une réflexion quant au devenir de l’arachide et des arachidiers. Leur attachement suffira-t-il à la perpétuation de la culture ? Quel avenir attend une économie arachidière qui n’a atteint les records que par l’extensivité ? Comment peut-elle faire face à l’obstacle spatial ?

7Les arguments précédents ne vont pas dans le sens des discours développés ces dernières années et axés sur la désaffection des paysans envers l’arachide – laissant ainsi penser à un effritement de leur attachement envers cette culture – et la nécessité de lui trouver une alternative. Or, en décidant de se désengager du bassin de l’arachide, l’État a aussi choisi de livrer les paysans à eux-mêmes. Le lien fondamental qui l’unissait à ces derniers (à travers la distribution des semences, du matériel agricole, d’engrais, etc.) a été rompu à cette occasion, les termes de la collaboration ont été unilatéralement redéfinis. Les conséquences d’un tel choix n’ont pas tardé : les paysans se sont sentis plus libres de vendre leur arachide ailleurs. Dans la forêt de Pata comme au Saloum, certains n’hésitent pas à vendre une partie de leur production sur les marchés ruraux hebdomadaires sénégalais ou gambiens, ou à des commerçants venus de Touba.

8Si la thèse de la « désaffection » doit être retenue, elle mérite d’être précisée ; il s’agit d’une désaffection envers le marché officiel. Sinon, on peut difficilement démontrer l’intérêt qu’ont les paysans à boycotter une production dont l’importance ne fait à leurs yeux l’ombre d’aucun doute. Car ils produisent, avant tout, pour eux-mêmes et pas pour l’État. Ils vendent une importante partie de leur production pour avoir des revenus, leur objectif n’est pas de chercher fondamentalement à approvisionner le marché officiel.

Certitudes et incertitudes de l’État

9Quels que soient les discours tenus, les données macro-économiques considérées ou les recommandations formulées (perte de vitesse, panne de l’arachide, etc.), la manière dont les paysans se pensent, l’intensité avec laquelle ils pensent leur rapport à un produit, à une culture, ne sont pas sans importance. Ce sont là des processus inscrits dans le temps et dans l’espace ; résultats d’une longue maturation, ils fondent aussi, ne serait-ce qu’en partie, l’identité de ceux qui en ont été les acteurs. À côté des données conjoncturelles, structurelles ou encore des décisions de politiques sectorielles (qui gardent également, soulignons-le, leur importance), ils ont une réelle force explicative.

10Il n’est pas dans notre intention de remettre en cause la qualité des études menées sur la filière arachidière jusqu’ici, mais simplement de souligner que la plupart d’entre elles ont sous-estimé l’attachement des paysans à la graine oléagineuse. Autrement, on s’expliquerait mal la conclusion qu’elles ont préconisée : tourner la page de l’arachide. Si des conclusions méritent d’être tirées après chaque étude de la filière arachidière, doivent-elles nécessairement être celle-là ? À qui profite-t-elle réellement ? L’État pourra-t-il se passer de l’arachide tant que les paysans qui sont le noyau dur du « système arachidier » y resteront attachés ? Rien n’est moins sûr. En revanche, si l’État veut continuer à poursuivre l’histoire arachidière avec les paysans, il devra revoir les bases de son intervention.

11Les années passent, de nouvelles décisions sont prises dans la politique sectorielle, les errements persistent ; les institutions changent, les objectifs restent invariablement les mêmes sans qu’ils soient jamais atteints. Comment améliorer durablement la productivité, si une véritable politique de gestion des terres n’est pas menée de manière plus volontariste ?

12Cette question renvoie à celle, plus large, de la réhabilitation des vieilles régions arachidières comme le Cayor, le Baol, le nord du Saloum. Avec l’exemple de Pata (même si on y ajoute celui de Mbégué), il ne fait plus de doute que même la redéfinition des espaces sylvo-pastoraux ne suffira pas à donner à la production sénégalaise son importance d’antan. Les termes du problème sont connus de l’État depuis longtemps : l’augmentation de la production a toujours reposé sur l’accroissement des superficies cultivées. Aujourd’hui, la diminution de celles-ci ne lui laisse d’autre alternative que de travailler – avec les paysans – à la revitalisation des anciennes régions. Toute réflexion sur l’avenir de la culture arachidière doit intégrer cet aspect essentiel. Épandre quelques kilogrammes de phosphate ici ou là – dans beaucoup de villages du Saloum, les paysans avaient reçu un kilogramme par hectare en 1998-1999 – alors qu’il en faudrait 400 par hectare ne fait que rendre plus épineuse une question à laquelle il faudra, un jour ou l’autre, apporter une réponse satisfaisante. « Si l’agriculture est tirée essentiellement par l’arachide (…) » – comme le reconnaît le président Abdoulaye Wade (dans Les Échos du 24 mai 2000) quelques mois seulement après son arrivée au pouvoir –, si les paysans manifestent toujours un grand attachement à cette culture et si, parallèlement, les conditions de la production ne cessent de se dégrader, que faut-il faire pour inverser la tendance, pour autant qu’on veuille réellement l’inverser ?

Les paysans-migrants face aux incertitudes

13Les paysans saloum-saloum s’inscrivent de plus en plus dans de nouvelles logiques productives et utilisent un espace élargi. Ils anticipent à peine une situation dont les signes visibles se précisent d’année en année : l’obstacle spatial est là, les nombreuses volte-face de la politique sectorielle de l’État laissent peu de certitude quant à sa volonté de participer de manière décisive à la relance de la production. Pour consolider les bases de leur nouvelle infrastructure géo-économique, autrement dit leurs espaces de vie, de production, de consommation et d’échanges, ils font appel à leurs propres capacités d’initiatives. C’est ainsi que l’espace migratoire né de leur déplacement dans la forêt de Pata est en permanence investi de pratiques et de sens. La mobilité dont ils font preuve est d’autant plus importante qu’ils sont devenus des acteurs transitionnels. Cette expression empruntée à Guy DI MÉO (1991 : 266) rend compte de la transition que les migrants opèrent progressivement, entre le Saloum et la forêt de Pata, entre mode de production essentiellement basé sur l’extensif et adaptation à un environnement nouveau marqué par la rareté, entre arachide et diversification des activités, entre ville et campagne.

14Plus les conditions de la production sont difficiles, plus ils développent des stratégies, pas directement liées à l’arachide mais qui traduisent, toutes, une volonté d’en perpétuer la culture. Malgré le commerce, l’élevage ou le transport, les migrants sont d’abord et avant tout des arachidiers, la culture de la graine oléagineuse constitue la « rampe de lancement » de ces autres activités économiques. Il y a un seul changement noté, mais il est de taille : désormais, ils doivent marcher plus pour faire marcher. Dans cette perspective, les proverbes, les exemples sont de plus en plus mobilisés, ré-interprétés et remis au goût du jour ; ils gardent toute leur puissance et leur efficacité, constituant ainsi la base idéologique sur laquelle reposent les pratiques des paysans-migrants. Les marabouts tiennent toujours à la culture arachidière. Entre 1980 et 2000, près de 90 000 ha ont été colonisés (forêts de Pata et de Mbégué), pour l’essentiel, par des marabouts et leurs disciples, pour les besoins de la culture arachidière dans une large mesure. Le fait qu’ils se soient tournés parallèlement vers la ville et vers d’autres activités traduit un souci de diversification de leurs sources de revenus.

15À travers leur capacité d’initiative et leur mobilité, les paysans-migrants nous appellent sur un autre terrain, celui des espaces ouverts, sans cesse re-créés, sur des espaces où les dynamiques productives sont multipliées, diversifiées, mais aussi « mixées ». Trop souvent, des lignes de partage ont été introduites entre des groupes ethniques, notamment dans leurs pratiques et leurs modes de production. La tendance générale dans la forêt de Pata est de plus en plus à l’uniformisation du rapport à l’espace et à la pratique de la culture arachidière ; les frontières ethniques sont aussi incertaines que les espaces d’expression des migrants, d’où la nécessité de redire combien les analyses fondées sur des oppositions figées s’avèrent réductrices.

16L’ethnie, l’identité, le territoire, les pratiques agraires doivent plus que jamais être pensés en termes de dynamisme ; ce sont des entités, des désignations, des espaces ou des techniques progressivement construits qui reposent sur des équilibres fragiles. Il ne suffit pas de répertorier les différents groupes sociaux en présence dans le cadre d’une migration de colonisation, d’en exposer les spécificités, les modes de fonctionnement et d’investissement territorial pour saisir les dynamiques à l’œuvre. Il est nécessaire de rendre compte des évolutions et d’analyser les mécanismes qui se combinent. Cela suppose de repérer comment les migrants se positionnent, d’examiner de quelle manière ils structurent leur nouvel espace et de fournir des éléments explicatifs. C’est aussi montrer qu’ils ont une claire conscience de leurs objectifs et qu’ils adoptent, à la lumière de leur passé et de leur présent, des pratiques ajustables résolument tendues vers l’avenir.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search