Version classiqueVersion mobile

Migrants de l’arachide

 | 
Mamady Sidibé

Partie 2. Du Saloum à Pata : causes de la migration, enjeux de la colonisation agricole

La migration des Saloum-Saloum à Pata : les facteurs explicatifs

Texte intégral

1Le budget national, la balance commerciale, l’industrie de transformation, le transport et le commerce sont autant de secteurs de l’économie sénégalaise dont le bon fonctionnement et l’équilibre ont été sous-tendus par la graine oléagineuse. Cet intérêt économique, indiscutable pour l’État national – l’arachide et ses dérivés ont représenté des parts importantes dans le total des exportations du pays dans les années 1960 et 1970 –, devient moins évident pour beaucoup de paysans, obligés de se réajuster en permanence pour suppléer à l’absence des moyens de production ou à la mauvaise répartition des pluies. Ces réajustements font écho à l’attachement qu’ils ont progressivement porté à l’arachide. Le souci du gain d’argent à court terme généralement associé aux systèmes extensifs paraît être un aspect survalorisé d’une stratégie globale – historiquement ancrée – dans laquelle la mobilité est de la première importance.

2Depuis plus d’un siècle maintenant, c’est dans la capacité à renouveler les espaces que les paysans ont pu perpétuer l’histoire de l’arachide. Si la migration est une réponse constamment apportée aux problèmes posés, ceux-ci, en revanche, évoluent sans cesse.

Détérioration des conditions de la production arachidière au Sénégal

3Malgré l’importance de l’arachide pour l’économie sénégalaise, sa culture reposait paradoxalement sur des bases fragiles : son intensification, nous l’avons vu, n’a jamais pu être véritablement réalisée ; l’augmentation de la production a toujours été tributaire des superficies mises en valeur. Dès lors, tout blocage spatial consacrait non seulement les limites du mode d’expansion de la culture arachidière fondé sur la consommation continue d’espace, mais débouchait aussi sur une diminution de la production ; en s’accentuant au fil des années, la conjugaison de ces deux facteurs cachait mal une crise inéluctable qui a fini par éclater au grand jour à la fin des années 1970. Le Sénégal a été obligé de faire appel aux institutions monétaires de Bretton Woods ; c’est ainsi que des accords signés avec la Banque mondiale en 1979 et avec le Fonds monétaire international en 1980 ont abouti à la mise en place d’un programme d’ajustement structurel. L’application de ce programme a entraîné la dissolution de l’Oncad et la suppression du Programme agricole. Avec ce programme, d’importants efforts avaient été faits pour permettre aux paysans de travailler dans de bonnes conditions ; les semences d’arachides étaient distribuées aux unités familiales d’imposition, les quantités distribuées dépassaient régulièrement les 100 000 tonnes ; le matériel agricole était fourni à crédit avec des facilités de paiement, le taux moyen de subvention de l’engrais a été de 61 % entre 1966 et 1984 (Gaye, 1998 : 44) ; en conséquence, près de 75 000 tonnes d’engrais chimique étaient utilisées par an. Après la suppression du programme, le matériel agricole a de plus en plus fait défaut, alors qu’il s’avère essentiel dans un pays sahélien où il faut semer souvent à la première pluie pour ne pas accuser de retard par rapport au cycle de l’arachide et à la durée de l’hivernage. Parlant des conséquences d’une telle mesure, Bonnefond et Couty (1988 : 326) écrivaient à juste titre : « Tous les efforts qui avaient été accomplis en matière de politique semencière, d’équipements des paysans ont pratiquement été perdus. »

4En outre, avec le désengagement de l’État élaboré en 1984 et mis en œuvre en 1985, les paysans ne bénéficient plus de subventions pour les intrants (engrais, pesticides, fongicides...) ou le matériel agricole ; désormais ils doivent compter sur eux-mêmes ou s’adresser directement au marché. En fait, avec ce désengagement, l’État a apporté de moins en moins son soutien aux arachidiers – car ce sont ces derniers qui faisaient le plus appel aux subventions et aux crédits – ; il leur préconise de se prendre en charge, de devenir des entrepreneurs et de collaborer avec les nouvelles structures mises en place comme la CNCAS et les OPS. Ce retrait, pour le moins brutal, loin d’arranger la situation, a placé le monde paysan devant un nouveau défi, que l’État lui-même n’a pas su relever, celui de prendre une large part dans le fonctionnement de la filière arachidière.

Les problèmes au Saloum, cœur du bassin de l’arachide

5Au Saloum, la situation a été rendue plus difficile encore par les conditions pluviométriques, qui se sont considérablement dégradées entre 1983 et 1984. La sécheresse de 1983 y a été durement ressentie. À la station de Kaolack, le total pluviométrique était de 304 mm seulement, soit une diminution de 43 % par rapport à la moyenne enregistrée lors des huit années précédentes, 532 mm. Compte tenu des exigences hydriques de l’arachide (entre 400 et 1 000 mm), les pluies étaient devenues insuffisantes pour permettre une bonne récolte. Parallèlement à cette faiblesse des précipitations, l’hivernage s’est arrêté brutalement au mois de septembre, c’est-à-dire à une période cruciale où les arachides arrivent généralement à maturité. La période de soudure a été d’autant plus dure pour des milliers de paysans que la disette s’était installée dans beaucoup de villages, créant ainsi un sentiment de désarroi généralisé. En 1984, les répercussions négatives de cette sécheresse se sont prolongées et les semences d’arachides ont fait défaut. Ces problèmes ont plongé des milliers de paysans saloum-saloum dans le doute et les ont déterminés à prendre le chemin du Fouladou ; ici, non seulement la pluviométrie permettait de mener une bonne campagne agricole – les précipitations étaient respectivement de 723 et 840 mm en 1983 et 1984 –, mais aussi les terres étaient neuves et aptes à la culture arachidière.

6Ce dernier aspect est important à relever car l’explication de la migration se trouve aussi dans la saturation foncière observée au Saloum. L’expansion arachidière amorcée au début du XXe siècle s’est en effet poursuivie bien après l’indépendance. L’enquête démographique nationale (EDN) de 1960, la première du genre au Sénégal, a révélé que 12 % de la population résidente du Sine-Saloum est née dans les vieilles régions arachidières. Lake et Touré (1985 : 34-37) ont montré que le Saloum a contribué pour 47 % à l’extension des superficies arachidières entre 1954 et 1979 : sur une extension totale de 32 576 ha, 15 232 ha se trouvent au Saloum. Sa contribution a encore augmenté davantage quelques années après l’étude, puisque les 45 000 ha qui ont été attribués en 1991 au khalife général des mourides (la forêt classée de Mbégué) se trouvent au Saloum. Cette extension des superficies s’est traduite par une permanence des mouvements migratoires en direction du Saloum ; hormis la région de Dakar, le Sine-Saloum a enregistré, avec 3 %, le taux d’accroissement annuel le plus élevé du Sénégal entre 1904 et 1988.

7Les effets conjugués des mouvements de populations, observés depuis un siècle maintenant, ont conduit à une double saturation de l’espace. La première forme est liée à la pression démographique : l’extension des superficies devient quasi impossible. Actuellement, 86 % des terres sont sous le régime du ndogal (prêt d’une parcelle pour une durée déterminée). Les prémices de cette forme de saturation remontent à la fin des années 1950. L’enquête agricole de 1960 a montré que 82 % des terres étaient cultivées sous le régime du faire-valoir multiple, c’est-à-dire que les paysans empruntaient d’autres champs pour les mettre en valeur, en plus des leurs.

8Dans le même temps, les jachères ont pratiquement disparu alors que les apports en amendements – pour maintenir la fertilité des sols – ont été faibles, voire nuls. La recherche agronomique recommande 150 kg d’engrais par hectare quel que soit le domaine agro-écologique. Au Sénégal, même avant la suppression du Programme agricole, les apports en engrais étaient de 30 kg/ha en moyenne (Freud et al., 1997 : 81). Avec cette exploitation des terres sans apports suffisants d’amendements naît une deuxième forme de saturation liée à la baisse de la fertilité.

9Aujourd’hui, il est bien loin ce Saloum, espace ouvert du début du siècle qui avait vu affluer des milliers de migrants. Le Saloum est devenu un espace fini dans les années 1980.

D’après un document de la Sodeva adressé au ministre du Développement rural (1983 : 14), le rapport entre surface cultivée et surface cultivable était de 75 % en 1982 au Sine-Saloum. Les possibilités d’extension des cultures étaient tout de même meilleures que dans les premières régions arachidières, Thiès, Diourbel et Louga, où le rapport était de 98 %, 89 % et 78 % respectivement. Le même document mentionnait que si le rythme de 2 % (taux annuel moyen d’accroissement des superficies cultivées entre 1976 et 1982) était maintenu, la totalité des terres cultivables du bassin serait occupée dans les années 1990.

Contribution inégale des communauté s rurales à la migration

10Le caractère fini de l’espace ne se ressent pas avec la même vigueur dans tous les villages, ni même à l’échelle plus vaste des communautés rurales (chaque communauté rurale est composée de plusieurs villages et hameaux). Existe-t-il un rapport entre le degré de saturation foncière des communautés rurales et leur contribution relative à la migration ?

Densité démographique et migration

11Sur les 46 communautés rurales que compte le Saloum, 30 ont fourni des migrants. Seuls le nord-est et nord-ouest de la région ne sont pas concernés par le processus migratoire. Le nord-ouest est une zone presque exclusivement peuplée de Serer. Rappelons que la région naturelle du Sine-Saloum regroupait jusqu’en juillet 1984 les actuelles régions de Kaolack et de Fatick. Le découpage administratif a fait en sorte que le nord-ouest fasse partie de la région de Kaolack. Étant donné que les Serer ont une moins grande propension à se déplacer du fait d’une « sacralisation » des terroirs, cette partie est restée en marge du mouvement migratoire.

12Quant au nord-est, il correspond à l’est du département de Kaffrine qui intègre une partie des Terres neuves, délimitées dans les années 1970 par l’État. Du fait de sa colonisation relativement tardive par rapport aux autres parties du Saloum, la saturation de l’espace y est moins prononcée. L’importance de sa contribution à la production arachidière au niveau régional montre bien son dynamisme agricole. En 1999-2000, la production du département de Kaffrine a été de 136 201 tonnes, soit 46 % de la production totale de la région de Kaolack. À l’échelle du pays, c’est le département qui fournit, depuis 1960 au moins, la plus grande part de production arachidière.

13Parmi les 30 communautés rurales impliquées dans le processus migratoire, celles qui sont situées au sud sont les plus concernées. Certes, il serait tentant d’invoquer ici la proximité de la frontière (et des deux bacs qui assurent la traversée) et de faire référence au principe de Ravenstein (au XIXe siècle déjà, il avait montré que la proximité pouvait être un critère déterminant une population à migrer vers une région plus que vers une autre) pour expliquer l’importance des groupes qui sont partis de ces communautés rurales du Saloum méridional. Toutefois, une telle explication paraît peu pertinente, car des communautés rurales de Prokhane, Keur Maba Diakhou ou Sali Escale (pour ne citer que celles-là) la contredisent. En effet, elles sont frontalières de la Gambie, mais leur contribution est faible. Plus que la proximité de la zone d’arrivée, c’est la saturation foncière plus ou moins accentuée ici ou là qui pourrait expliquer la contribution différentielle des communautés rurales à la migration. Pourtant, hormis Ngayène, les communautés rurales qui ont le plus participé à la migration ont des densités moins fortes que d’autres où l’émigration a été faible (fig. 8 et 9).

14De même, les communautés rurales de Thissé Kayemor et de Keur Madiabel regroupent de fortes densités, mais contribuent très faiblement à la migration. Cela montre qu’on ne peut pas véritablement établir de rapport entre la densité des communautés rurales et leur contribution relative à la migration. À l’exception de quelques communautés rurales, les croisements ne sont pas opératoires, d’où la nécessité de chercher d’autres explications. Qu’en est-il de la saturation foncière à l’échelle (plus fine) des villages ?

Fig. 8 – Les densités de population dans les communautés rurales du Saloum en 1988

Fig. 9 – L’origine géographique des migrants de la forêt de Pata

Saturation foncière et migration

« Au Saloum je ne pouvais trouver des champs qu’à plusieurs kilomètres de mon village et ce n’était pas gratuit ; il fallait donner des 5 000 F CFA », explique un chef de santhie (regroupement de colons dans un nouvel espace) de la forêt de Pata (mars 1999).
Lorsque nous lui demandons si l’hectare est loué à ce prix, il répond :
« Ceux qui l’ont à ce prix peuvent se frotter les mains. Et le problème avec des champs éloignés, c’est qu’il est difficile d’y avoir tout le temps un œil ; les voleurs, les troupeaux te font perdre beaucoup de choses. On ne peut pas vivre tout le temps dans l’incertitude, voilà pourquoi nous sommes partis de là-bas. »

15Même la location d’un champ ne constitue pas une garantie pour mener à bien la campagne agricole, compte tenu des risques inhérents à la distance et à l’impossibilité d’assurer un contrôle régulier. Un paysan de Dankou (communauté rurale de Mabo) ne perd pas de vue une des causes du problème en affirmant :

« Dix familles, parmi les dix-sept qui sont parties en 1986, ne constituaient que trois familles il y a vingt ans de cela, c’est dire si la population a augmenté » (février 1999).

16Cet accroissement des entités familiales et la nécessité de diviser et de (re) diviser les terres laissées par les parents ou les grands-parents souligne combien l’espace disponible par actif agricole s’est réduit. « En 1975, nous rapporte un responsable de la Novasen-Kaolack basé à Mabo, il était impossible d’apercevoir Keur Babou Dia ou Keur Ibra, villages situés respectivement à 1,5 et 1,7 km. Maintenant, ils semblent être à quelques encablures, tellement les espaces se sont “rétrécis”. Pour beaucoup de paysans, la seule obtention d’un (nouveau) champ est devenue difficile et la pratique du gnitatou bagane impossible. »

17La forte contribution de la CR de Nganda au flux total (plus de 13 %) s’explique par les départs massifs enregistrés dans des villages comme Nganda, Dankou, Diamagadio, où la difficulté à trouver des champs a poussé des familles entières à prendre le chemin du Fouladou. Ici, une des rares possibilités qui s’offrait aux paysans, c’était la location de champs et encore fallait-il en trouver. Car les paysans détenteurs de vastes superficies rechignent de plus en plus à les louer trois années consécutivement à la même personne, de peur de tomber sous le coup de la loi sur le Domaine national. Celle-ci stipule que toute personne qui met en valeur un champ trois années de suite en devient le propriétaire légitime. Pour trouver un champ, certains paysans sont donc amenés à parcourir parfois plusieurs kilomètres. La location se fait moyennant le prix de la « kola » (terme employé par les paysans pour désigner le montant de la transaction, notre interlocuteur ne manquant pas de nous rappeler que la terre n’a pas de prix) devant un témoin. Avec la rareté de la terre, le prix de la « kola » varie entre 10 000 et 25 000 F CFA. Non seulement la multiplication des « locations » reflète la saturation foncière, mais elle révèle également un autre phénomène important, l’inégale répartition des terres. Il s’agit là d’un problème de fond qu’on ne peut pas éluder pour expliquer la contribution différentielle des communautés rurales ou des villages.

La loi sur le Domaine national
En votant la loi n ° 64-4 6 du 17 juin 1964 relative au Domaine national, le gouvernement a introduit un changement majeur dans le mode de gestion des terres au Sénégal. Dans son article premier, cette loi stipule : « constituent de plein droit le Domaine national toutes les terres non classées dans le domaine public, non immatriculées et dont la propriété n’a pas été transcrite à la conservation des hypothèques à la date d’entrée en vigueur de la présente loi. Ne font pas non plus partie de plein droit du Domaine national les terres qui, à cette même date, font l’objet d’une procédure d’immatriculation au nom d’une personne autre que l’État. »
Avec cette loi, près de 97 % des terres entrent dans le Domaine national. Depuis 1987, le Domaine national est composé de trois zones (les zones pionnières qui constituaient la quatrième composante ont été reversées dans les zones de terroirs) : les zones des terroirs (terres régulièrement exploitées pour l’habitat rural, la culture ou l’élevage), les zones classées (zones à vocation forestière ou zones de protection ayant fait l’objet d’un classement), les zones urbaines (terres du Domaine national situées sur le territoire des communes et des groupements d’urbanisme).
C’est le décret n ° 64-573 du 30 juillet 1964 qui fixe les conditions d’application de la loi. D’importantes prérogatives sont accordées au Conseil rural qui est l’organe représentatif des intérêts des habitants pour tout ce qui concerne l’utilisation du sol. Il s’occupe des droits d’usage dans le périmètre du terroir (à l’exception des droits d’exploitation des mines et carrières, des droits de chasse et de pêche, des droits de commercialisation de la végétation arborée). L’affectation des terres de culture ou de défrichement – qui est fonction de la capacité du demandeur à assurer correctement la mise en valeur et donne un droit d’usage – à un membre de la communauté rurale lui est confiée. Le Conseil peut aussi prononcer la désaffectation des terres pour insuffisance de mise en valeur ou à la demande de l’intéressé.
Toutefois, on note toujours une survivance des modes traditionnels de gestion des terres dans les zones de terroirs et la tâche du Conseil est loin d’être facile. Du fait que le terroir comprend à la fois les terres de cultures, de jachères, de pâturages, de parcours et de boisements (et parfois même des terres en friches) utilisées par un ou plusieurs villages, les litiges ne manquent pas et, dans beaucoup de cas, la référence à la loi ne suffit pas à les régler.

18La réduction des espaces est aussi traduite par les changements intervenus dans le recrutement des travailleurs saisonniers. De l’avis général des paysans interrogés, depuis le milieu des années 1980 il y a plus de mbindane que de sourga, contrairement à ce qu’on avait l’habitude de voir. Cette inversion s’explique. En effet un ndiatigué (chef de carré qui engage un ou plusieurs saisonniers) qui signe un contrat avec un sourga est tenu de lui donner un ou deux hectares à cultiver (ce qui suppose que le ndiatigué dispose de quelques hectares au moins), des semences, de lui prêter du matériel et des animaux de traction. En contre partie, le sourga lui doit des journées de travail qui sont modulables (trois matinées et deux après-midi ou quatre matinées, etc.).

19Le mbindane, en revanche, ne bénéficie pas de champ de la part de son employeur. Ils sont liés par un contrat de travail exclusif du premier en faveur du second, pendant toute la campagne. La durée du contrat est en général de 8 mois (juin-janvier) pour une rémunération qui varie entre 75 000 et 115 000 F CFA, selon l’âge et la capacité du mbindane.

20Du fait de la difficulté à satisfaire leurs propres besoins en terre, les paysans (ceux qui le peuvent encore) préfèrent engager des mbindane plutôt que des sourga. Nous en avons eu confirmation, sur une année, dans les villages qui ont fait l’objet de notre enquête au Saloum : on comptait pendant la campagne agricole 1998-1999 en moyenne 4 mbindane pour 1 sourga.

Création des santhie, les regroupements de colons

21D’après le décret 73-703 du 25 juillet 1973, la création d’un village se fait suivant une procédure bien précise. C’est d’abord la Communauté rurale qui étudie le dossier établi par les intéressés, en accord avec le Centre d’expansion rurale polyvalent (Cerp). S’il est recevable, le dossier suit la voie hiérarchique ; lorsque tous les avis sont favorables (ceux du sous-préfet, du préfet, du gouverneur et du ministre de l’Intérieur), c’est le président de la République en personne qui doit signer le décret de création. À Pata, cette procédure n’a jamais été suivie (à l’exception de Médina Mandakh, première entité créée et située à la lisière de la forêt). Aussi, plutôt que de parler de village, nous appellerons les différentes entités créées par les migrants des santhie. Ce terme désigne – dans le cadre d’une colonisation agricole – une nouvelle implantation humaine, un regroupement de colons dans un espace défini et ceux qui s’implantent (les colons ou les migrants) sont appelés santhiane.

22La chronique de la création des santhie dans la forêt de Pata montre l’étalement du phénomène dans le temps (1978-1998) et dans l’espace (fig. 10). L’espace de la forêt s’ouvre à partir de Médina Mandakh. Après ce santhie inaugural, plusieurs autres ont vu le jour selon un modèle de colonisation de proche en proche. Dès leur arrivée, les nouveaux migrants qui veulent créer un santhie séjournent d’abord dans un santhie situé à côté et commencent à construire leurs concessions, à aménager l’espace. Une fois que les concessions sont terminées, ils s’installent mais gardent des relations avec le santhie hôte pour s’approvisionner en eau en attendant d’avoir un puits. Ce système de colonisation fait que la distance entre les santhie est faible et varie entre 0,5 et 3 km. Cette disposition est symbolique de toute la stratégie spatiale des migrants, celle de rester groupés dans un milieu encore mal maîtrisé. Ainsi, tout de suite après la construction des concessions, les défrichements ont pour but d’ouvrir l’espace et de le rendre plus visible.

23L’ensemble du processus se déroule sur vingt ans, mais la création des santhie porte sur treize ans. Un tel enchaînement peut s’interpréter comme un « effet d’agrégation » : chaque nouveau santhie en appelle un autre. Pendant deux périodes, 1983-1989 et 1994-1998, un ou plusieurs santhie ont été créés chaque année. Ces périodes de « création » sont précédées de périodes « creuses » (1979-1982 et 1990-1993). Cependant, ces périodes « creuses » correspondent à l’arrivée de beaucoup de migrants. Cette contradiction apparente s’explique par le fait que la création d’un nouveau santhie est motivée par la recherche de plus d’espace ; tant qu’il y a de la place dans un santhie, les migrants préfèrent s’y installer plutôt que de chercher à en créer un nouveau. Quand le santhie est déjà créé, le puits creusé, les pistes ouvertes et les terres disponibles, le migrant qui arrive du Saloum y trouve des conditions favorables pour s’installer.

24Pendant les huit premières années de colonisation agricole, les santhie ont été tous créés dans la moitié nord de la forêt. Ce n’est qu’en 1988 et 1989, années qui ont enregistré les records de créations, que ce schéma est modifié. On assiste alors à la création de santhie aussi bien au sud qu’à l’est. En 1989 déjà, une bonne partie de la forêt était aux mains des colons.

25En 1994, le centre de la forêt accueille deux nouveaux santhie qui précisent ainsi l’implantation des colons dans cette partie de la forêt. À partir de 1995, le sud-est, jusqu’ici épargné, enregistre la création de deux santhie. Un an après, la colonisation agricole s’affirme dans cette zone et s’élargit au nord-est. Ensuite, deux santhie parachèvent la colonisation du centre-est. En 1998, des santhie sont encore créés dans les dernières portions de forêt du nord-est et du sud-ouest.

Fig. 10 – Création des santhie dans la forêt (1978-1998)

Conclusion : la migration, résultat d’une série de facteurs

26Même si elle s’inscrit dans le processus général de circulation migratoire observée au Sénégal depuis plus d’un siècle maintenant, la migration des Saloum-Saloum n’est pas indépendante des évènements qui se sont déroulés ces vingt dernières années : programme d’ajustement structurel, sécheresses aiguës, nouvelle politique agricole, baisse de la fertilité des terres du « bassin de l’arachide », dévaluation du franc CFA, etc. Ces évènements, qui relèvent de domaines variés (économie, climat, politique sectorielle de l’État), montrent que la migration est toujours le résultat d’une série de facteurs agrégés les uns aux autres. Il s’agit d’un processus dont la compréhension nécessite un double croisement des échelles historique et géographique : c’est-à-dire, de prendre en compte les données inscrites dans le temps long et considérer l’histoire immédiate ; cadrer la recherche à l’espace de référence mais aussi à l’espace, plus vaste, dans lequel il s’insère. Autrement dit, pour saisir ce qui se passe dans l’espace englobé, il est essentiel de partir de l’espace englobant et de conduire l’analyse dans une temporalité suffisamment large pour dépasser la seule immédiateté des faits.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search