Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants de l’arachide

 | 
Mamady Sidibé

Partie 1. Les paysans du Saloum et l’arachide : la permanence d’une histoire

Les paysans saloum-saloum et les systèmes de production extensifs

Texte intégral

1Beaucoup de recherches menées au Sénégal sur la thématique des civilisations agraires présentent les paysans wolof comme des « pseudo-paysans » rattrapés par leur passé de commerçants et dont la seule préoccupation est l’exploitation à outrance des ressources naturelles. Leur capacité à s’affirmer en tant que paysans responsables a été mise en doute, leur propension à défricher, sans cesse réaffirmée. Ils ont été enfermés dans cette inaptitude à mettre en œuvre des systèmes savants, qui, selon nombre de techniciens, passaient nécessairement par l’intensification. La comparaison avec les Serer, présentés comme des paysans achevés, attachés à leurs terroirs et soucieux d’en maintenir la fertilité à travers des systèmes de mise en valeur performants, était devenue quasi systématique. Au Sénégal, à de rares exceptions près, quel chercheur, dans le cadre de ses travaux, quel étudiant, à l’occasion de ses cours de géographie rurale, n’a pas été séduit par le système serer et laissé perplexe par le système wolof ? Aujourd’hui, les contextes d’application de ces systèmes ont évolué. Alors que les paysans serer sont en train de renoncer de plus en plus, dans leurs propres terroirs, aux pratiques agraires qui les ont longtemps identifiés, leurs homologues wolof sont restés dans des systèmes extensifs, consommateurs d’espace.

« … il [faut] se garder de croire que certaines techniques agricoles intensives observées en pays tropical [puissent] avoir de l'avenir. Leur faible productivité les condamne » (Gourou, 1966 : 148).

Dans le vieux pays wolof, au Cayor en particulier, les paysans avaient essayé de trouver un équilibre entre la nécessité de continuer les cultures vivrières pour la cellule familiale et celle de cultiver l’arachide pour répondre à leurs besoins et à ceux de l’administration coloniale (Charlery de la Masselière, 1979). D’emblée nous introduisons une distinction indispensable entre ce vieux pays et les fronts ouverts par les mourides. Les paysans qui ont quitté le Cayor à la fin du XIXe pour fuir le régime féodal et répondre à l’appel de Cheikh Ahmadou Bamba (fondateur de la confrérie mouride) étaient essentiellement des Wolof. Aussi, l’interprétation de leurs traditions agraires a-t-elle pu être basée sur les pratiques que ces Wolof-mourides donnaient désormais à voir dans les espaces colonisés et non sur celles qu’ils avaient dans les vieux terroirs. Par ailleurs, beaucoup de chercheurs ont été séduits par l’objet de recherche mouridisme/culture de l’arachide et ont quelque peu oublié de faire référence au paysan wolof traditionnel.

« … il ne faut pas raisonner dans un cadre historique trop strict, puisque certains rapports avec la nature sont perceptibles seulement sur de longues périodes, que de toute façon la culture change et que la nature a une histoire impliquée par celle de l’homme » (Benoît, 1978 : 24).

2Les jugements dont les Wolof font l’objet sont à mettre en rapport avec leur rôle prépondérant dans l’expansion arachidière. Il paraît impossible aujourd’hui d’en faire état sans évoquer le problème environnemental – dégradation des ressources en forêts et en sols – qui lui est subséquent. Toutefois, il faut voir là le résultat inévitable d’un problème situé en amont dont les termes n’ont pas été posés jusqu’ici. Pourquoi les paysans wolof restent-ils attachés à des systèmes de production basés sur la consommation continue d’espace, alors qu’ils n’ignorent rien des conséquences de leurs pratiques ? À défaut d’apporter une réponse satisfaisante à cette question, le discours a été déplacé et focalisé sur le caractère destructeur des systèmes qu’ils utilisent. Un tel discours ne permet pas d’avancer dans la compréhension de la question ; pas davantage, les arguments traditionnellement défendus (pratiques agraires peu rationnelles des paysans wolof, attaches territoriales faibles, recherche du gain économique à tout prix) n’apportent des éléments de clarification. Ces arguments ressemblent plus à des « présupposés scientifiques » qu’à de véritables explications. La question reste toujours posée et l’interprétation, à faire.

3Ici, nous aborderons la consommation d’espace comme la résultante d’une tension entre deux logiques. D’une part, celle de l’État colonial d’abord, de l’État national ensuite, visant à accroître la production arachidière sans jamais avoir réussi à mettre en place les conditions de l’intensification. D’autre part, celle des paysans wolof, qui ont manifesté leur préférence pour les systèmes extensifs. Le champ d’étude de ces problèmes ne se limitera pas au seul Saloum ; en effet, même si cette région constitue depuis des décennies maintenant le cœur du bassin de l’arachide, les différents programmes agricoles mis en œuvre tout comme l’expansion de la culture d’arachide ont concerné l’essentiel du Sénégal ; replacer l’analyse à cette échelle devient donc indispensable si l’on veut apporter des réponses satisfaisantes aux questions posées.

Pré supposé s scientifiques d’un côté, stratégies d’ajustement de l’autre

4Les présupposés développés au fil des années sur les paysans wolof ne sont pas indépendants des idées véhiculées par certains administrateurs ou chercheurs. La différenciation entre les Wolof et les Serer transparaissait déjà dans certains choix opérés par les autorités coloniales et sénégalaises. Par exemple, les deux programmes de colonisation officielle, Boulel Terres neuves en 1946 et Terres neuves du Sénégal oriental à partir de 1972, ont concerné les Serer. Officiellement, on avait invoqué une politique de redistribution de la population du pays serer surpeuplé vers les zones relativement vides d’hommes. Toutefois, il faut ajouter à cette raison le choix des Serer pour leur inclination à utiliser des espaces délimités et l’attention particulière qu’ils apportent aux espaces de leur survie. En revanche, leurs voisins wolof ont été considérés comme plus enclins à se lancer dans des colonisations spontanées.

5À l’inverse des Serer qui sont des paysans nés, les Wolof sont présentés comme pratiquant mal une agriculture qui ne fait pas partie de leur passé, plutôt axé sur le commerce et la recherche du profit (Fouquet, 1958 : 31). Or, avec la seule force de leurs bras, les paysans wolof ont activement participé à la fourniture d’arachides pour la métropole et à bas prix. En effet, les investissements de l’administration coloniale étaient centrés sur l’aval de la production. Quant à l’amont, il a été laissé entièrement à la charge du paysan ; c’était l’une des caractéristiques essentielles de l’économie de traite (CoqueryVidrovitch, 1978).

6En toile de fond des problématiques qui expliquent le comportement des paysans wolof pointe, dans de nombreux travaux, l’image de défricheurs obstinés, réfractaires aux changements techniques, dépourvus de « conscience environnementale ». En réalité, le problème environnemental qui se pose aujourd’hui avec acuité dans les territoires de l’arachide n’est pas étranger au développement de la culture, à la volonté des firmes, des maisons de commerce et de l’État de faire toujours plus de profits. En conséquence, la production a été de plus en plus encouragée sans le moindre souci pour le maintien de l’équilibre des sols (Delavignette, cité par Péhaut, 1974 : 697).

7Michaux (1947) cité par CÔ – Trung Diallo (1998 : 63) a également souligné cette dégradation des sols liée à l’option résolument productiviste qui avait été choisie par l’administration coloniale. Pélissier (1952) voyait bien le danger de cette option : « (...) les sols furent exploités sans ménagement, les surfaces ensemencées étendues au maximum, les jachères raccourcies sans qu’aucune compensation fût apportée à la terre ».

8Pour sa part, M. Sall (1992 : 343) parle de la crise environnementale qui sévit au Saloum méridional comme d’un fait résultant des défrichements et des tentatives d’intensification opérés dans des espaces caractérisés par une fragilité originelle ; en effet, les milieux exploités sont des paléoformes qui peuvent être facilement déstabilisées, surtout lorsque la morphogenèse est déclenchée. En l’occurrence, le système de dessouchage préconisé par la Sodeva dans les années 1970, dans le cadre du projet de développement rural du Sine Saloum, les a fragilisés davantage, occasionnant des processus d’érosion éoliens et hydriques.

9Dans la dégradation des ressources, « l’alarmisme ambiant » est, à bien des égards, provoqué, construit et entretenu. Si l’on compare la situation du Cayor, il y a un demi-siècle, à celle du Saloum aujourd’hui, ce qui était valable pour le Cayor dans les années 1900 l’est actuellement pour le Saloum. Les départs de milliers de paysans du Cayor pour le Saloum avaient été interprétés comme le résultat d’une dégradation des sols et de la baisse des rendements dans cette région. En réalité, la décision de se déplacer procédait, entre autres, d’une stratégie visant à bénéficier de la rente foncière du Saloum plutôt que d’une volonté de déserter la région du Cayor, dont les sols seraient devenus subitement infertiles. Contrairement à ce qui a pu être écrit, cette ancienne région arachidière pouvait encore soutenir certains niveaux de production, elle n’était pas devenue incultivable.

10En pays wolof, Paul Pélissier (1966) avait constaté une différence minime de rendement entre les anciennes zones arachidières (le Cayor en l’occurrence) et les nouvelles zones de production, alors que les conditions climatiques étaient différentes. Évoquant la persistance de l’activité agricole au Cayor, il s’était posé la question suivante : « Que font encore les cultivateurs dans une région si mal douée et surtout si vulnérable aux avatars climatiques d’un milieu largement sahélien ? » Il a cherché la réponse en comparant les résultats enregistrés dans les zones mieux douées et dans les zones à risque climatique. Il en est arrivé à la conclusion que les niveaux de vie entre les deux zones ne présentaient pas de différences sensibles : « Sinon, on ne s’expliquerait pas, même en tenant compte des liens juridiques et affectifs qui lient les cultivateurs à la terre de leurs ancêtres, le maintien d’une vie agricole dans la partie la plus sèche du pays. » (Pélissier, 1952 : 152-153).

11En 1979, Charlery de la Masselière a également montré dans son travail sur le Cayor central et septentrional l’exagération du discours tenu sur le caractère désolant des paysages agraires cayoriens et leur inaptitude à soutenir certains niveaux de production.

12Il convient donc de relativiser certaines conclusions qui ont parfois été tirées à propos de la paysannerie wolof ou du rôle qu’elle aurait joué dans la dégradation des ressources.

De l’extension des superficies à la généralisation des systèmes extensifs

13En 1860, seule la côte sénégalaise était concernée par l’arachide. Mais les ambitions de la France de faire du Sénégal le principal fournisseur d’arachide ne pouvaient se concrétiser sans un accroissement des superficies. Toutefois, les coûts de transport élevés constituaient une entrave certaine au développement de l’arachide dans les régions éloignées des centres de commercialisation. Les seuls animaux de bât utilisés alors, ânes, mules, chameaux, ne pouvaient pas assurer le transport d’une importante production agricole. Pour le paysan, il n’était pas question de produire des quantités impossibles à transporter avec les moyens de l’époque. Vers 1880, le sud du pays, à travers Séfa (en Moyenne-Casamance) et l’extrême-est, avec Bakel, ont été également touchés. Ainsi, c’est surtout l’arrivée du rail et la détermination des marabouts qui vont, en partie, permettre une rapide extension des superficies arachidières : plus d’un siècle et demi d’histoire de l’arachide permet de mettre en lumière la dimension spatiale de cette culture.

Les chemins de fer au service de l’expansion arachidière

14En 1885, l’achèvement du chemin de fer Dakar/Saint-Louis a confirmé le Cayor dans sa vocation arachidière et facilité l’évacuation de la production vers les ports.

15Tout au long de l’axe ferroviaire, des escales et des maisons de commerce ont été construites. Le gouverneur Faidherbe (Gouverneur de Saint-Louis) et l’administrateur Noirot (Commandant de cercle du Sine-Saloum de 1890 à 1896) ne perdent pas de vue tout l’intérêt que représente la construction de cette première ligne (fig. 4). Progressivement, la culture s’est étendue au reste des régions du Cayor et du Walo. Faidherbe déclare que « ce sera le chemin de fer de l’arachide » (Garnier, cité par Péhaut, 1974 : 357). Pour sa part, Jean-Baptiste Ernest Noirot affirme que « vis-à-vis de la production indigène, créer un chemin de fer, c’est créer une nouvelle côte » (Pasquier, cité par Péhaut, 1974 : 413).

16Jusque dans les années 1900, le Cayor est resté le centre de gravité de la production arachidière. Il fournissait 74 % de la production (soit 31 000 tonnes en moyenne). Puis la culture est sortie progressivement des sols sablonneux du Cayor pour s’étendre vers ceux du Baol et du Saloum.

Fig. 4 – Développement des voies ferroviaires au Sénégal

17Mesurant toute l’importance du chemin de fer, l’administration coloniale lance une deuxième ligne Thiès-Kayes qui participe à tracer les contours des territoires de l’arachide. Chaque nouveau tronçon mis en place consacrait ainsi la création de nouveaux villages sur un rayon de plusieurs kilomètres. Avec ces « côtes intérieures », selon l’expression de l’administrateur Noirot, les paysans peuvent produire d’importantes quantités sans trop se soucier des coûts du transport, désormais réduits.

Par rapport au rail, la route est venue bien plus tard. Mais le réseau routier a complété le réseau ferroviaire. C’est en 1924 que Dakar fut reliée à Rufisque par une route empierrée. Les axes Dakar/Saint-Louis et Dakar/Kaolack étaient déjà les plus pratiqués ; l’articulation des réseaux ferroviaire et routier constituait un élément important pour l’intégration des zones de production (Van Chi-Bonnardel, 1971).

18De part et d’autre du rail, les paysans augmentent considérablement les superficies cultivées. Entre 1918 et 1919, la production a suivi l’accroissement des superficies, passant de 300 000 tonnes pour 375 000 ha (en 1918) à 325 000 tonnes pour 425 000 ha (en 1919).

19Mais les contrecoups de la Première Guerre mondiale se font très vite sentir ; la pénurie d’oléagineux s’installe. Compte tenu de l’importance des huiles dans la mise en place d’une industrie moderne, l’administration coloniale affiche sa volonté de relancer la production. Son projet va rencontrer une période faste, entre 1920 et 1930, pendant laquelle les cours mondiaux sont élevés. D’un autre côté, la montée du crédit entraîne des investissements substantiels. Face à la demande sans cesse croissante, les surfaces arachidières montent en flèche. Elles passent à près de 700 000 ha en 1930.

20Dans ce processus d’accroissement, les marabouts (mourides) se sont particulièrement distingués.

Le rôle des marabouts

21Une confrérie est un regroupement de musulmans qui partagent une même tarikha (voie), autrement dit une ligne de conduite donnée par le fondateur et reposant sur une réappropriation des préceptes édictés dans le Coran. Le Sénégal compte cinq principales confréries religieuses : les tidianes, les mourides, les khadres, les layènes, les niassènes. Chaque confrérie possède son propre wird (ensemble d’invocations) et est dirigée par un khalife général (guide suprême), responsable de tous les adeptes ; celui-ci est secondé par des cheikh (adeptes distingués qui représentent le khalife dans leur localité).

22Les confréries sont les cadres dans lesquels les musulmans sénégalais – dans une large part – pratiquent la religion.

23La relation marabout-talibé, un des traits caractéristiques de la confrérie mouride (Copans, 1988 : 173), se traduit par une obéissance quasi absolue du second envers le premier. Aussi, pour manifester leur dévouement aux marabouts, les talibé n’ont pas hésité à faire de la culture arachidière un sacerdoce. Ils ont ainsi repoussé année après année, grâce à leur mode d’organisation et à leur détermination, les limites du domaine arachidier de plus en plus vers l’est. En 1908, Bambey et Diourbel sont intégrés au réseau ferroviaire. Quatre ans plus tard le fondateur du mouridisme, Ahmadou Bamba, s’installe dans la zone. On assiste alors à une forte affluence de mourides dans la région. Suivant l’exemple de leur guide spirituel, les disciples multiplient les défrichements et se lancent dans la colonisation de nouvelles terres. Grâce à l’encadrement des cheikh, on note chez eux une remarquable technique de colonisation agricole fondée sur la rapidité et sur une avancée par groupe qui permet, tout de suite après le défrichement, de construire des cases, de creuser des puits et de créer un daara (groupement de concessions) dans des délais courts. Avec ces défrichements tous azimuts, les disciples mourides font du Baol le centre de gravité de la production arachidière à la fin des années 1910.

24Mais le rôle des marabouts dans l’expansion arachidière ne faisait que commencer ; en effet, celui-ci va se poursuivre encore de manière plus déterminante à partir des années 1930. Loin de freiner l’élan des fidèles mourides, la disparition de Ahmadou Bamba en 1927 renforce leur ardeur dans les défrichements. En 1931, l’arrivée du rail à Mbacké facilite leur progression dans les zones forestières. Avec le début de la Seconde Guerre mondiale, les superficies cultivées reculent de 26 %, la production chute de 25 %. Pour la relancer, l’administration coloniale sollicite l’aide des cheikh mourides (Pélissier, 1966 : 307). L’intervention de ces derniers était d’autant plus attendue qu’ils bénéficiaient d’un crédit important auprès des fidèles. En plus de leur influence sur les pratiques des talibé, ils ont construit une puissante idéologie dont l’un des fondements est le travail. En permettant la conquête de nouvelles terres, celle-ci a été d’une remarquable efficacité. Si les cheikh ont été déterminants dans l’adhésion de milliers de paysans, c’est parce qu’au-delà de l’arachide (c’est-à-dire de l’économique tout court), ils se sont positionnés comme les relais du pouvoir colonial vers les talibé et comme les porte-voix de ces derniers vis-à-vis de l’administration coloniale. Avec cette position centrale, les marabouts mourides (et tidianes – dans une moindre mesure certes, mais ils ont aussi participé à la colonisation des Terres neuves) sont ainsi devenus des maillons essentiels dans le développement de l’arachide. Mais leur rôle n’a pas été seulement économique, il a été aussi politique et religieux. En effet, la graine oléagineuse a été un moyen d’embrigadement et de contrôle social des paysans : on est dans un système où les faits et gestes du marabout ont toujours valeur d’exemple pour les talibé. Les marabouts n’ignoraient pas cet état de fait qu’ils ont même contribué à entretenir à travers des discours soigneusement construits et axés sur les devoirs du talibé envers son guide religieux. Dès lors, en s’investissant pleinement dans la culture arachidière, les marabouts voulaient aussi servir d’exemples à leurs talibé.

25Avec la mise en place des voies ferroviaires et l’implication des marabouts dans le processus d’expansion, les territoires de l’arachide n’ont jamais été stables ; grâce à des processus de colonisation agricole et de circulation migratoire (fig. 5), ils se sont étendus de la côte vers l’intérieur (fig. 6).

Fig. 5 – La circulation migratoire dans les territoires de l’arachide

Fig. 6 – Extension des territoires de l’arachide (1860 – 2000)

Production arachidière : les trois temps d’un cycle

26L’étude de la relation superficie/production est l’une des clés pour analyser l’évolution générale de la production arachidière au Sénégal. La figure 7 représente les moyennes mobiles des superficies et de la production calculées sur cinq ans.

Fig. 7 – Évolution des superficies et de la production arachidières au Sénégal (1945-2000)

27Il y a trois grandes périodes. La première est marquée par une croissance concomitante des superficies et de la production : les deux courbes ont la même allure. Compte tenu de l’ampleur du retard accusé dans le développement de la production (du fait de la Seconde Guerre mondiale), l’administration coloniale a mis en œuvre une stratégie de relance au milieu des années 1940 s’appuyant sur l’extension des superficies et la mise à disposition d’une main-d’œuvre abondante. À cet effet, des travailleurs saisonniers sont recrutés dans les pays limitrophes (David, 1980). Des études concernant la fertilisation des terres sont menées conjointement au Centre national de la recherche agronomique (CNRA – Bambey), par les chercheurs de l’Institut de recherche en agronomie tropicale (Irat) et au sein de l’Institut de recherche sur les huiles et les oléagineux (Irho). Des opérations ambitieuses sont conduites pour améliorer la production arachidière ; elles concernent la sélection des semences, le choix d’engrais performants, la lutte phytosanitaire, l’amélioration des itinéraires techniques (notamment pour le démarrage de la culture attelée et la détermination des incidences de l’engrais). En un an, deux projets de relance de la production sont mis en place à Boulel (Saloum) en 1947 et à Séfa (Moyenne-Casamance) en 1948. Le Sénégal devient en 1947 le premier producteur d’arachide de l’Afrique-Occidentale française (A-OF) avec 660 000 tonnes (Pélissier, 1966). L’administration coloniale a également encouragé vivement les opérations mises en œuvre pour la mécanisation ; la traction asine est expérimentée, des houes et des semoirs sont utilisés. Leur introduction a permis une augmentation des rendements, qui sont passés de 300-400 à 520-918 kg/ha durant cette période d’après guerre (Étasse, cité par Péhaut, 1974 : 694). Les efforts menés dans la recherche et pour l’amélioration de la qualité des semences sont indéniables et ils ont participé à l’augmentation de la production. Toutefois, les prix de vente des outils sont encore hors de portée des paysans ; leur utilisation est limitée à de faibles superficies. Les recherches ont du mal à sortir des stations, elles restent encore largement au stade expérimental. Pour expliquer le gros écart noté entre l’évolution des superficies et de la production (+ 10 % et + 60 % pour la production respectivement en 1950 et 1960, contre + 5 % et + 35 % pour les superficies), il faut aussi tenir compte de deux autres facteurs déterminants. D’une part, la colonisation de nouvelles terres – notamment au Saloum – et l’exploitation de leur fertilité naturelle. D’autre part, la situation pluviométrique satisfaisante durant ces années (Toupet, 1995).

28Avec une économie portée par la rente arachidière, l’État du Sénégal – soutenu par la coopération française – a décidé de consolider l’option productiviste après son indépendance en 1960. Il va mettre en place le Programme agricole pour permettre aux paysans de disposer de matériels et d’intrants ; c’est ainsi que des semoirs, des houes, des souleveuses et des paires de bœufs sont distribués. Dans la même mouvance, la consommation d’engrais a augmenté grâce à l’octroi de crédits subventionnés. Parallèlement à ces actions, la conquête des Terres neuves s’est poursuivie ; entre 1961 et 1965, les superficies et la production augmentent respectivement de 60 % et 90 %.

29La période I a été donc marquée par une progression constante des superficies et de la production arachidière. On ne peut pas faire le même constat pour la période II ; en effet, si elle met en lumière la stabilité des superficies, elle souligne également la fluctuation de la production, qu’on peut expliquer par plusieurs facteurs. Il y a d’abord le contrecoup de la suppression des tarifs préférentiels accordés par la France en 1968. Ensuite, la grande période de sécheresse (1969-1973) a considérablement désorganisé les systèmes de production. L’importance de cet épisode climatique dans la chute brutale des tonnages enregistrés rappelle qu’aucune analyse ne peut être faite des fluctuations de la production arachidière au Sénégal sans prendre en compte ce paramètre essentiel. Et cela, d’autant plus que la reprise pluviométrique enregistrée au milieu des années 1970 et la colonisation des Terres neuves du Sénégal oriental ont conduit à une nouvelle augmentation de la production. Mais celle-ci n’a pas duré plus d’une décennie : la translation des isohyètes qui se poursuit vers le sud du pays et le processus de détérioration des terres donnent lieu à un autre croisement des courbes : celle des superficies passe encore au-dessus de celle de la production.

30Ce croisement persiste à l’entame de la troisième période. Celle-ci correspond au début des années 1980, marquées par des évènements importants dans le secteur agricole : suppression du Programme agricole, faillite de l’Oncad, etc. Loin d’arranger la situation, la sécheresse drastique entre 1982-1984, le désengagement de l’État, la réduction de l’utilisation d’engrais, la faible part des semences sélectionnées dans le capital semencier entraînent la désintégration d’une bonne partie des « territoires de l’arachide » situés dans les anciennes zones de production (Cayor et Baol notamment).

31Après l’investissement des dernières réserves foncières par les paysans – forêts classées de Pata et de Mbégué et le grignotage de beaucoup d’autres (au Saloum et au Fouladou) –, une amélioration de la production intervient, mais elle est plus faible que dans les années 1960. Cette faiblesse préfigurait déjà une baisse durable. En effet, l’intégration de nouvelles terres devient de plus en plus difficile ; le renouvellement des espaces de production ne se fait plus dans les mêmes proportions. La contrainte spatiale ainsi occasionnée est répercutée sur le niveau de la production qui accuse une chute brutale jusqu’à rejoindre celui de 1945. Aussi bien pour les superficies que pour la production, on revient à la situation d’il y a un demi-siècle. Ce retour peut s’interpréter comme la fin d’un long cycle. En réalité, l’augmentation de la production cachait mal une faiblesse des rendements aujourd’hui étalée au grand jour et qui se traduit par une chute de la production consécutivement à la diminution des superficies cultivées.

La question de l’intensification de la culture arachidière

32Le niveau de la production pendant les années 1990 (626 000 tonnes) n’est pas loin de celui des années 1940 (620 000 tonnes). Un tel constat montre que l’intensification, c’est-à-dire la productivité des surfaces, n’a pas été réalisée dans la culture de l’arachide. Comment peut-on l’expliquer ?

Un objectif des projets de développement

33En 1964, pour préparer l’alignement du prix de l’arachide sénégalaise sur les cours mondiaux, le gouvernement du Sénégal, avec l’aide technique de la France, avait mis en œuvre un projet d’amélioration de la productivité arachidière. Sa conduite est confiée à la Société d’assistance technique et de coopération (Satec) pour une durée de quatre ans (1964-1968). L’objectif clairement affiché était de relever la productivité de l’arachide de 25 % – dans le but de compenser, entre autres, la baisse des revenus paysans engendrée par la suppression des tarifs préférentiels qui étaient appliqués par la France pour l’arachide sénégalaise. Pour ce faire, les solutions techniques préconisées sont centrées, d’une part, sur l’introduction des labours – de début et de fin de cycle – et, d’autre part, sur la pratique d’assolements. Ces assolements devaient permettre la mise en place des successions culturales, avec l’introduction de la traction bovine et l’instauration d’une sole fourragère dans la rotation.

34Deux niveaux d’intervention avaient été alors identifiés ; ils correspondent à l’application de thèmes légers et de thèmes lourds. Les thèmes légers sont assimilés à des systèmes extensifs améliorés qui ne grèvent pas le budget du paysan, mais dont la rentabilité est supérieure au système traditionnel habituel : l’utilisation de l’engrais est limitée, les tractions équine et asine sont pratiquées. La majorité des exploitations entrait dans ces thèmes légers. Toutefois, pour les responsables du projet, ces thèmes ne devaient être qu’une étape vers les thèmes lourds appelés aussi TBFF (traction bovine, fumure forte).

35Dans les champs, les paysans, dans leur grande majorité, avaient choisi les thèmes légers de manière claire. Toutefois, certains techniciens insistent sur les thèmes lourds en général et sur la traction bovine en particulier. Un expert de la Satec, Gatin (1965), montre que la paire de bœufs met en œuvre une force de traction supérieure à celle du cheval, 90 % contre 35 % ; il présente par ailleurs le labour « comme le fondement de la régénération des sols et la phase initiale de l’intensification ». Or, cette opération présente beaucoup plus de contraintes que d’avantages. Les périodes de début et de fin d’hivernage sont des périodes critiques pour les paysans occupés à chercher des semences, à recruter des saisonniers, à nettoyer les champs fraîchement défrichés ou à négocier la location ou l’emprunt de nouveaux champs. Par ailleurs, ils évitent de fatiguer les animaux de traction dès le début de l’hivernage pour qu’ils soient efficaces pendant la période de sarclage. À la fin de l’hivernage, les opérations de commercialisation et la fatigue (des paysans et des animaux) laissent peu de place à la pratique du labour de fin de cycle.

36Au terme des quatre années, l’intensification de la production arachidière – objectif de la Satec – s’est soldée par un bilan mitigé : pour des raisons d’efficacité et compte tenu de leurs moyens, les paysans ont préféré mettre l’accent sur les thèmes légers et délaissé les thèmes lourds, axe central du dispositif alors mis en place.

S’il est difficile de parler de réussite, on ne peut pas non plus qualifier l’intervention d’échec total – il y a eu le développement de la culture attelée et de la fertilisation à travers la mise en place des « unités expérimentales » du Sine-Saloum à partir de fin 1968. Sous l’égide de l’Irat et du CNRA de Bambey et avec la collaboration des techniciens de la Satec, ces unités constituaient un dispositif de recherche axé sur l’expérimentation préalable et à petite échelle de nouveaux thèmes de développement rural. Installées à Koumbidia et Thissé-Kaymor/Sonkorong, elles ont fait du Sine-Saloum (en général) un laboratoire « grandeur nature » des processus de vulgarisation agricole et technologique.

37Les raisons de cet échec relatif (ou de ce demi-échec) sont aussi à chercher dans les nombreux problèmes liés au fonctionnement de l’OCA (Office de commercialisation agricole) et de l’Oncad (Office national de coopération et d’assistance au développement), deux organismes mis en place par le Sénégal après l’indépendance pour marquer une rupture avec les anciennes institutions de l’époque coloniale, mais aussi avec les traitants qui se sont enrichis des décennies durant sur le dos des paysans.

38Le projet « Sine-Saloum I » a pris le relais de la Satec en 1968. Dès son lancement, l’accent a été mis sur le repérage de paysans pour mettre en application les thèmes lourds. Malgré le nombre infime de paysans qui ont participé au projet, le rapport final estimait que le reboisement et le dessouchage étaient des techniques maîtrisées. C’est sur la base de ces conclusions que le second projet pilote a été monté et confié à la Société de développement et de vulgarisation agricole (Sodeva), qui a ainsi pris le relais de la Satec à l’échelle du bassin arachidier.

39Dans le descriptif du projet, l’accent est mis sur les efforts que le gouvernement a entrepris depuis 1964 dans le bassin de l’arachide pour accroître la production agricole à travers la diffusion d’itinéraires techniques. Le diagnostic fait remarquer que les thèmes légers pratiqués (utilisation de semences sélectionnées, semis en ligne à bonne date, avec de bonnes densités, entretien correct des cultures, engrais minéraux, etc.) laissent espérer de la capacité des paysans à passer à des techniques d’amélioration foncière plus élaborées. Ce diagnostic était discutable. Les paysans n’avaient pas tout à fait suivi ces thèmes techniques préconisés. La nouvelle société avait gardé les mêmes méthodes et les mêmes objectifs que la Satec. Pour elle aussi, il s’agissait de promouvoir une véritable intensification dans laquelle le labour tiendrait un rôle primordial. La traction asine et la traction équine, jusqu’ici largement dominantes, devaient être remplacées par la traction bovine, cette dernière étant considérée par une majorité de techniciens comme la clé de l’intensification.

40Ainsi, dans son action de vulgarisation, la Sodeva a ciblé des paysans ayant déjà une assise foncière de dix hectares au moins et disposant d’une paire de bœufs. Pour la Société, ces paysans pionniers de l’intensification entraîneraient l’importante masse encore hésitante. C’était là un pari erroné. En effet, on peut se demander comment des paysans qui avaient parfois du mal à appliquer les thèmes légers (difficultés pour acheter des animaux de trait ou les doses minimales d’engrais) pouvaient adhérer à des thèmes lourds qui nécessitaient un plus gros investissement et un volume de travail plus important. En réalité, cette politique n’a fait que renforcer le poids des gros producteurs.

41La persistance de la Sodeva dans de tels choix était d’autant plus incompréhensible que le labour de fond, son cheval de bataille, était peu efficace.

L’inefficacité des techniques intensives

42Dans leurs travaux, deux chercheurs de l’Irat (Bambey) C. Charreau et R. Nicou (1971 : 135) ont montré que le labour d’enfouissement n’était pas d’une grande efficacité sur les sols légers du Sénégal. Avec ce type de labour, l’accroissement du rendement est de l’ordre de 7 %. En revanche, avec le labour superficiel pratiqué par la majorité des paysans, cet accroissement est de 19 %.

43Paradoxalement, les conséquences logiques de ces travaux, l’inefficacité manifeste du labour profond, n’ont pas été tirées.

44La très faible adhésion des paysans est venue confirmer leur préférence pour le labour simple. En 1975-1976, sur les 72 273 exploitants que comptait le Sine-Saloum, seuls 183 ont pratiqué le labour ; en terme de superficies labourées, cela veut dire 2 010 ha sur 791 194 exploités, soit 0,25 %.

45Certes, les débats parfois houleux que le labour de fond a suscités entre techniciens n’étaient pas vains. Mais une fois son inefficacité révélée, ce débat avait-il lieu d’être poursuivi ? Pouvait-on avoir meilleure preuve de son inefficacité que celle qui a été donnée par les techniciens eux-mêmes ou les résultats enregistrés en milieu paysan ?

46L’aversion des paysans ne tient pas au dessouchage qui est toujours effectué. Par contre, les autres actions préconisées ne sont que faiblement exécutées. Le reboisement se révèle insignifiant. En 1975, seules 11 % des surfaces dessouchées avaient été labourées (Schilling, 1999 : 15). En ce qui concerne l’engrais, malgré les moyens substantiels consacrés à la vulgarisation, les doses épandues tournaient en moyenne autour de 57 kg/ha, soit un peu plus du tiers de la dose prescrite (Rapport de la Sodeva cité par SCHILLING, 1999 : 6).

47En conduisant sa mission avec une minorité de paysans, la Sodeva a mis de côté la majorité des exploitations. De 1975 à 1980, le nombre d’exploitations encadrées devait passer de 1 950 à 11 400, alors que le Sine-Saloum n’en comptait pas moins de 75 000. Même ces objectifs n’ont pas été atteints.

48De manière générale, l’intensification au Sénégal a été un projet politico-technique dont les politiques se sont désengagés, laissant le technicien avec le paysan. Le premier devait y faire adhérer le second. Investi d’une telle mission, le technicien a peut-être oublié que l’aboutissement du projet ne relevait pas simplement de lui. Il n’a pas toujours ou suffisamment tenu compte des travaux ou des expériences que ses pairs ont réalisés et qui ont été abandonnés, faute de moyens ou d’efficacité. Certains techniciens ont surestimé la réceptivité des paysans, d’où leur relative frustration, et sous-estimé les moyens qui devaient être dégagés pour conduire ce projet d’envergure. Toutefois, la préférence pour le labour léger et les systèmes extensifs, la négligence d’autres thèmes comme le sarclage-binage, le soulevage, ne signifient pas que les paysans saloum-saloum n’ont pas conscience des conséquences de leurs pratiques. Il est nécessaire de relativiser les clichés qui ont parfois gouverné l’interprétation de leur réticence à pratiquer des systèmes intensifs, c’est-à-dire à appliquer la solution technique classique. Celle-ci permet-elle aux paysans d’atteindre leurs objectifs ? Malgré les efforts de sensibilisation menés par la Satec, la Sodeva et l’Isra, le fait qu’ils soient restés dans l’extensif montre que c’est une question qui mérite d’être posée.

49En fait, l’échec des tentatives d’intensification ne s’explique pas uniquement par la défaillance des organismes d’encadrement ; il intègre non seulement des aspects fonciers et socio-économiques, mais montre aussi les limites des politiques de gestion de la terre d’une manière générale (problèmes de fertilité et de pratique de la jachère notamment).

Les avantages de l’extensif

50Au-delà du cas sénégalais se pose la question de l’intensification (de la modernisation d’une manière générale) dans les pays de l’Afrique au sud du Sahara. Un système de production intensif peut être défini comme un système qui privilégie la productivité des surfaces (augmentation des rendements). Pour ce faire, l’accent est mis sur au moins l’un des facteurs productifs suivants : le capital, le travail ou les consommations intermédiaires (divers intrants). En Afrique au sud du Sahara, l’intensification des cultures sèches de plateaux, là où elle existe, correspond surtout à une augmentation en travail par unité de surface cultivée, complétée parfois de l’utilisation des consommations intermédiaires. Pour E. Boserup (1970), c’est lorsqu’il y a pression démographique que l’on assiste à l’évolution des systèmes agraires vers l’intensif, notamment grâce à l’augmentation de la quantité de travail par unité de surface ; autrement dit, l’accroissement de la densité de population obligerait les membres d’un groupe social à fournir de nouveaux efforts pour maintenir les rendements agricoles. Cette thèse est séduisante. Toutefois, elle met essentiellement l’accent sur la variable démographique, laissant de côté la variable spatiale, au sens large du terme ; c’est-à-dire qu’elle pense la question dans les seules limites du terroir occupé par le groupe social. Or, pourquoi des membres de ce groupe resteraient-ils sur un espace s’ils ont la possibilité d’en coloniser d’autres ou de se lancer dans des migrations urbaines, voire internationales ? Cette question en appelle une autre : l’intensification peut-elle être expliquée par la seule pression démographique ? Si l’on répond par l’affirmative, cela voudrait dire qu’elle constitue la réponse à une contrainte et non une volonté spontanée des populations de la mettre en œuvre.

51En fait, tant qu’il y a de l’espace, certaines densités ne seront jamais dépassées, il se produit un redéploiement du surplus vers d’autres zones par des migrations. Quand cela est possible, la capacité d’adaptation des paysans s’oriente d’abord vers la conquête de nouveaux espaces au détriment de la maîtrise technique de l’espace. En effet, les paysans marquent leur aversion pour tout ce qui implique un surcroît de travail. Au Sénégal, les projets d’intensification ont tourné court car les labours de début et de fin de cycle, le semis et le premier sarclage représentaient un goulot d’étranglement pour eux.

« Le temps, au même titre que l’espace, représente une dimension essentielle de l’action agricole. Il confère à la technique la dimension du travail. Pour le paysan, il est une ressource rare. » (Lericollais et Milleville, 1997 : 125).

52Le raisonnement économique du paysan se fait en terme d’unité de temps plutôt que d’unité de surface. Dans un contexte de disponibilité foncière, il met l’accent sur le temps qui devient le seul facteur limitant. Ceci le pousse à se lancer dans une maîtrise « extensive » de l’espace agraire pour augmenter son gain. P. Pélissier (1966 : 4) le traduit mieux que nous : « (...) la maîtrise technique de l’espace est synonyme de survie et de reproduction de la société alors que l’accès à l’espace, lorsqu’on dispose des moyens de le contrôler, est synonyme de croissance économique, d’accès à l’argent, de changement social (...) » Ainsi explique-t-on pourquoi les paysans préfèrent migrer – aller à la recherche de nouveaux espaces – plutôt que de se lancer dans une intensification dont ils ne maîtrisent pas tous les aspects. Comme l’ont affirmé Bonnefond et al. (1988 : 104) : « L’intensification ne se définit plus seulement par l’accroissement des ressources productives mais aussi par l’amélioration de la qualité des ressources et de leur gestion. » Il faut par conséquent quitter le terrain de la pression démographique privilégié par Boserup (1970) pour examiner l’environnement global de la production (foncier, climatique, socio-économique) et évaluer dans quelle mesure, il permet ou non l’intensification. Sur la question des déterminants de la productivité en général et du lien entre sécurisation foncière et intensification en particulier, Philippe Lavigne Delville (1998) a fait une brillante synthèse.

53En effet, « si la question des conditions de l’intensification est récurrente dans les débats sur le développement agricole, en particulier en Afrique, la (ré) apparition récente du foncier comme facteur explicatif pose aussi problème, d’autant plus qu’elle tend à évacuer du débat les autres facteurs de l’intensification, et en particulier les questions d’environnement économique » (Lavigne Delville, 1998 : 264). L’auteur souligne à juste titre que la sécurité foncière est importante (pour l’investissement notamment), mais qu’elle n’est pas une condition suffisante : les facteurs nécessaires à l’intensification débordent du seul cadre foncier.

54Il est impératif de prendre en compte une donnée fondamentale : l’agriculture sèche repose sur des fondements fragiles ; que la pluviométrie vienne à manquer, que les prix aux producteurs subissent des fluctuations, occasionnant une incertitude du marché, et le système s’écroule. Or, lorsque les paysans investissent, c’est pour être sûrs d’avoir des résultats. Si, en agriculture irriguée, la maîtrise de l’eau est une condition sine qua non à l’intensification, en agriculture sèche, les fluctuations de la pluviométrie dans le temps et dans l’espace doivent être considérées avec la plus grande attention. En outre, les moyens indispensables pour investir dans l’intensification échappent en partie aux paysans, sauf quand tout ou pratiquement tout leur est fourni dans le cadre d’un projet. Autrement, ils jouent la prudence. Pour les paysans saloum-saloum, la meilleure manière de faire un pari sur l’hivernage, c’est d’investir le moins possible et de laisser faire la nature. L’une des traductions de ce choix est la pratique du gnitatou bagane – proverbe wolof qui signifie « ratisser large pour avoir quelque chose ». C’est une gestion du risque en agriculture (Eldin et Milleville, 1989), version saloum-saloum.

Le gnitatou bagane, version locale de la gestion du risque

55Le gnitatou bagane est appliqué dans de nombreux domaines de la société wolof. Les Saloum-Saloum ne mangent jamais dans un bol étroit : Ndap lou rèye thi ngèye meuna am dara (« C’est dans un grand bol qu’on peut avoir quelque chose »). Cet autre proverbe définit bien le principe du gnitatou bagane. En langage imagé, plus le bol dans lequel la nourriture est servie est grand, plus il y a de chance que la nourriture soit abondante. Même s’il n’y en a pas assez, la dimension du bol fera naître en chacun l’espoir qu’en introduisant sa main dans le bol il pourra en tirer quelque chose.

56Ce langage imagé du gnitatou vaut très largement dans le domaine agricole et notamment dans les systèmes de production. Les paysans placent beaucoup d’espoir dans la culture arachidière. Pouvoir dire : « J’ai réalisé telle ou telle chose, j’ai pu faire ceci ou cela grâce à l’arachide », est gratifiant pour eux. Dès lors, ils font tout pour que cet espoir ne soit pas déçu. Leur objectif, clairement déclaré, c’est de pouvoir vivre décemment de cette culture. Pour ce faire, ils mettent toutes les chances de leur côté afin qu’elle soit rentable pour eux. Ils cherchent à réaliser des bénéfices substantiels en année faste et à limiter les pertes en année de mauvaise récolte : un ajustement s’opère suivant les années. Ce choix se traduit par une préférence marquée pour de grands champs. L’élargissement des superficies – pour autant que cela soit possible – relève du gnitatou : il ne s’agit pas de concentrer les efforts, mais de multiplier les chances. Avec l’introduction de la mécanisation dans les opérations agricoles, de la culture attelée notamment, cela est devenu plus facile. D’une manière générale, les paysans ont ré-interprété des techniques introduites pour les besoins de l’intensification selon leurs propres objectifs. Pour eux, il s’agit de minimiser davantage les risques – c’est-à-dire d’investir le moins possible – et d’améliorer les systèmes extensifs. Ils ont par exemple marqué leur préférence pour la traction équine dont la rapidité est plus conforme à l’imprévisibilité des conditions pluviométriques.

Le principe à l’échelle de l’exploitation

57Pendant la campagne agricole 1998-1999 à Mabo (village du Saloum), E. S. (paysan A) a pris des semences pour cinq hectares d’arachides à la Novasen (à raison de 27 367 F CFA l’hectare ; un hectare équivaut à 140 kg de semence) et dix sacs d’engrais (chaque sac lui revient à 7 378 F CFA). Il a engagé un saisonnier contractuel payé 100 000 F CFA. Ses dépenses se sont chiffrées à 310 615 F CFA. Quant à M. F. (paysan B), il a contracté une dette pour dix hectares sans engrais. En revanche, il a recruté deux saisonniers contractuels, à raison de 85 000 F CFA le saisonnier. Il a dépensé 443 670 F CFA.

58Au terme de la campagne, le paysan A a obtenu un rendement avoisinant 1 000 kg/ha, soit une production de 5 000 kg, dont la vente lui a rapporté 800 000 F CFA (5 000 kg x 160 F CFA). La production du paysan B a été de 7 630 kg (soit un rendement de 763 kg/ha) ce qui lui a valu un gain de 1 220 800 F CFA (7 630 kg x 160 F CFA). Après déduction des dépenses, le paysan A se retrouve avec un gain brut de 489 385 F CFA et le paysan B, 777 130 F CFA, soit 287 745 F CFA de plus.

59Ne sont considérées que les dépenses quantifiables précisément. Toutefois, même en tenant compte des frais supplémentaires engagés par le paysan B pour payer les quatre manœuvres qui ont pris part au battage de l’arachide, ses gains sont plus importants que ceux du paysan A, du seul fait qu’il a cultivé une surface deux fois plus grande.

60Au-delà de cet exemple, les chefs d’exploitations rencontrés dans les différents villages sont unanimes à dire que l’importance de leur production est liée à l’application du gnitatou bagane. Nous avons souligné plus haut la vocation multiple de l’arachide, culture d’appoint, destinée à la commercialisation et dont la fane est utilisée pour l’alimentation du bétail. Pour les paysans, comment assurer ces trois fonctions si la quantité produite est faible ? Hypothèse d’autant plus envisageable que le coefficient multiplicateur de l’arachide, c’est-à-dire la quantité récoltée par rapport à la quantité semée, est relativement faible. Compte tenu du niveau des rendements, plutôt moyens d’une manière générale, le coefficient dépasse rarement 10 kg de gousses pour 1 kg semé. Au Sénégal, la rareté des semences sélectionnées, les stress hydriques fréquents, l’encadrement défaillant des paysans sont autant de facteurs qui en expliquent la faiblesse : il est de 8 kg de gousses environ pour 1 kg de graines semé. Ce rapport est sans commune mesure avec le mil par exemple, culture pour laquelle on peut obtenir jusqu’à 120 kg à la récolte pour 1 kg semé.

61Aussi les paysans saloum-saloum voient-ils dans la pratique du gnitatou une manière d’élever, selon leur propre technique, le coefficient multiplicateur de l’arachide, comme l’exprime ce paysan de Darou Pakathiar :

« Le fait de semer sur de grandes superficies donne l’illusion que le coefficient est meilleur, dans la mesure où la production est plus importante ; à moins d’une calamité naturelle. »

62Le gnitatou bagane constitue donc un élément clé de la rentabilité dans la culture de l’arachide. Toutefois, l’ardeur des paysans au travail tient-elle à cette rentabilité ? On ne peut pas éluder cette question. Mais, compte tenu de la variabilité des conditions générales de la production, il est difficile de retenir ce seul critère. En effet, dans le contexte sahélien, il n’est pas rare d’avoir deux ou trois années successives marquées par des déficits pluviométriques. Une telle succession, qui se traduit inéluctablement par des mauvaises récoltes, suffit à décourager ceux qui pratiquent une culture en se référant au seul critère de rentabilité. En réalité, ce qui permet de continuer à pratiquer une culture, dans un contexte d’extrême variabilité des conditions climatiques, c’est aussi tout ce qu’elle représente pour les acteurs concernés, les symboles qu’elle véhicule. De ce point de vue, il est indispensable de prendre en compte les liens forts que les paysans saloum-saloum ont établis avec l’arachide. Ce sont ces liens qui renforcent leur ardeur au travail, sous-tendent la recherche de la rentabilité et entretiennent leur espoir, malgré les difficultés rencontrées certaines années. Il y a donc une double détermination entre l’attachement à l’arachide et la recherche de la rentabilité.

63Le gnitatou bagane apparaît aussi aux yeux des Saloum-Saloum comme une manière de faire perdurer l’activité agricole dans la famille. Les chefs de concession défrichent non seulement pour assurer la reproduction de la famille aujourd’hui, mais également pour permettre que demain les enfants puissent commencer l’agriculture en ayant un minimum de terres. En effet, les terres accumulées seront divisées par 10 ou 15, vingt ans plus tard. Aussi, pour le chef de concession qui a une grande famille, avoir beaucoup de terres ne traduit pas simplement une volonté de puissance, mais manifeste également un souci de prévision. Au Saloum, les terres ont été acquises, pour l’essentiel, par héritage. Les chefs de concession qui ont des terres sont ceux dont les parents ou les grands-parents avaient profité de la disponibilité foncière pendant la première moitié du XXe siècle pour accumuler des terres.

64La forme de prévoyance développée au travers du gnitatou s’inscrit donc à la fois dans le présent et dans l’avenir. Dans le présent, parce qu’il permet au chef de famille de récolter un minimum de produits, même quand les conditions climatiques ne sont pas favorables, et de subvenir ainsi aux besoins de sa famille déjà nombreuse. Dans l’avenir, parce que la plupart de ses enfants deviendront cultivateurs comme lui et voudront, à leurs débuts, disposer d’un lopin de terre. Les Wolof ne considèrent pas la terre comme un simple moyen de production, encore moins comme un simple support, mais comme un trait d’union entre la génération d’aujourd’hui et celle de demain.

65Le principe n’opère pas seulement à l’échelle d’une exploitation familiale ou d’un village, il est transposable aussi à l’échelle nationale, car l’élargissement des superficies a joué un rôle essentiel dans l’accroissement de la production arachidière.

Interprétation du principe à l’échelle nationale

66En comparant deux années caractéristiques, 1976-1977 et 1987-1988, (c’est-à-dire l’année où la deuxième plus forte production de toute l’histoire de l’arachide a été enregistrée – 1976-1977 – et l’année du meilleur rendement jamais réalisé – 1987-1988) l’importance des superficies cultivées dans l’augmentation de la production est confirmée. En revanche, celle des rendements obtenus apparaît comme moins évidente (tabl. 2).

Tabl. 2 – Rôles du rendement et de la superficie dans la production arachidière

Année

Superficie (ha)

Production (t)

Rendement (kg/ha)

1976-77 (1)

1 294 261

1 186 322

P1/S1 = R1 = 917

1987/88 (2)

831 158

946 445

P2/S2 = R2 = 1 139

Différence absolue

463 103

239 877

R2 – R1 = 222

Différence relative

35,8 %

20,2 %

R2 – R1/R2x100 = 19,4 %

Rendement différentiel (Rd)

P1 – P2/S1 – S2 = 239 877/463 103 = 518 kg/ha

Rendement « réel » de 1976/77 (R3)

R1 + Rd = 917 + 518 = 1 435 kg/ha

Source : Division des statistiques, de la documentation et de l’information agricole – Sénégal

67La différence directe entre les rendements R1 et R2 est de 222 kg/ha ; elle est inférieure au rendement différentiel (production 1 – production 2)/(superficie 1 – superficie 2) qui est de 518 kg/ha. Compte tenu de la différence entre les superficies, le rendement « réel » (R3) pour 1976-1977 peut être calculé à partir de la somme entre le rendement obtenu par le calcul traditionnel (production/superficie) et le rendement différentiel. La somme nous donne 1 435 kg/ha, soit un rendement supérieur à celui de 1988. Le rendement R2 a été annulé par la superficie S1. Avec la superficie S2, pour arriver à une production comparable à celle de 1976-1977, il faut un rendement minimum de 1 435 kg/ha. Or, un rendement de cet ordre n’a pratiquement jamais été obtenu en milieu paysan.

68En fait, le rendement relativement faible qui a été obtenu en 1976-1977 par rapport à celui de 1987-1988 (917 contre 1 139 kg/ha) a été compensé par la superficie mise en valeur en 1976-1977. Cette superficie, 1 294 261 ha, est supérieure de 36 % à celle de 1987-1988, alors que le rendement de 1987-1988 ne l’est que de 19,5 % comparé à celui de 1976-1977. Lorsque la différence entre les rendements n’est pas très grande, c’est l’importance des superficies cultivées qui s’avère déterminante dans le tonnage des arachides. Nous avons choisi ici l’exemple de deux années particulières, mais sur toute la période où les données sur la production et les superficies cultivées sont complètes, c’est-à-dire de 1934 à 1999, l’augmentation de la production a davantage reposé sur l’accroissement des superficies que sur l’amélioration des rendements.

69L’importance des superficies cultivées atténue ou même compense la diminution du rendement. Dans un pays sahélien comme le Sénégal, où l’incertitude climatique peut être considérée comme une donnée fondamentale, seul l’accroissement des surfaces cultivées permet d’atteindre certains niveaux de production : pendant les années de sécheresse, l’importance du gnitatou peut aussi être appréciée.

Conclusion : une forme de maîtrise paysanne de la culture arachidière

70Nonobstant les difficultés inhérentes à un environnement de la production peu favorable, les paysans ont trouvé dans la culture arachidière beaucoup de motifs de satisfaction (moyen de gagner de l’argent, de subvenir aux besoins de la famille, d’assurer convenablement l’alimentation du bétail, etc.). Certes, les investissements réalisés par l’administration coloniale en termes d’infrastructures de transport ont contribué de manière décisive à l’accélération de l’expansion de l’arachide, mais cela n’a été possible qu’avec la détermination des paysans. Au fil des années, pour atténuer les effets du risque climatique et tirer quelque bénéfice d’une culture à laquelle ils se sont progressivement attachés, les paysans ont décidé d’augmenter leurs chances en renouvelant et en élargissant les surfaces cultivées. Il s’agit là d’une réponse dont on a tardé à mesurer l’importance ou à comprendre l’enjeu. En effet, pendant plus de trente ans, le débat sur l’intensification a été alimenté le plus souvent par le seul discours technicien, longtemps axé sur le fait que ce système est l’alternative pour le développement agricole ; or, ce sont les échecs des tentatives d’intensification qui ont conforté les paysans dans leur choix de l’extensif. Nous nous démarquons de telles analyses en montrant pourquoi les paysans wolof sont restés fidèles à ce qui apparaît comme un choix non seulement logique, mais aussi stratégique.

« Les paysans sont à la base de tout l'édifice, ils constituent la fraction la plus importante de ce “peuple de l'arachide” » (J. Fouquet, 1958 : 14).

71Toutefois, la précision est de taille, cette logique extensive ne traduit pas seulement une volonté de conquérir de nouvelles terres – pour réaliser des productions importantes –, elle souligne comment les paysans mettent en place des bases solides pour permettre à leur descendance de suivre leur exemple. Loin de s’arrêter à cette seule recherche des bases matérielles de perpétuation de la culture arachidière, ils ont également recours au discours, cherchant ainsi à imprégner, dès le bas âge, leurs enfants de la nécessité d’adopter l’arachide comme culture de référence.

Table des illustrations

Légende Fig. 4 – Développement des voies ferroviaires au Sénégal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 5 – La circulation migratoire dans les territoires de l’arachide
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10318/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Fig. 6 – Extension des territoires de l’arachide (1860 – 2000)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10318/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 7 – Évolution des superficies et de la production arachidières au Sénégal (1945-2000)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10318/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540