Version classiqueVersion mobile

Migrants de l’arachide

 | 
Mamady Sidibé

Partie 1. Les paysans du Saloum et l’arachide : la permanence d’une histoire

Les Saloum-Saloum et l’arachide : les fondements d’un attachement paysan

Texte intégral

1Au début du XXe siècle, le Saloum était encore un espace presque vide d’hommes où les forêts s’étendaient à perte de vue (Pélissier, 1966). Dans quelle mesure l’arachide est-elle intervenue dans sa territorialisation ?

La territorialisation peut se définir comme le processus de transformation d’un espace non structuré en un territoire.

2Comparé au Cayor et au Diolof – régions situées plus au nord – (fig. 2), le Saloum présentait une grande disponibilité foncière et de meilleures conditions pluviométriques ; il a été deux fois plus arrosé sur la période 1920-1949. Avec ses sols ferrugineux tropicaux peu lessivés, mais aussi son ouverture sur la mer (permise par le fleuve qui lui a donné son nom), le Saloum s’avérait être une région idéale pour la culture de l’arachide. Elle a ainsi attiré des milliers de migrants. Dans les années 1920 déjà, le gouverneur du Cercle est frappé par « une affluence inaccoutumée » (David, 1980 : 47). En 1926, Kaolack (sa capitale) devient le principal port arachidier du Sénégal et une ville commerciale dynamique où les transactions ont pris beaucoup d’importance. Dans les années 1930, le Saloum compte (avec le Sine) 23 % des superficies cultivées en arachide et sa part dans les exportations augmente régulièrement ; à la veille de la Seconde Guerre mondiale, celle-ci se chiffre à 44 % (Vanhaeverbeke, 1970).

Le territoire est un espace structuré, pratiqué et investi de sens par des groupes humains.

3Au milieu des années 1940, le Saloum devient la première région agricole du Sénégal (MBODJ, 1990) et les populations « sont acquises à la culture de l’arachide » (Péhaut, 1974 : 463-464). Les flux migratoires en direction de la région vont continuer ; en l’espace d’un demi-siècle, sa population a été multipliée par quatre – passant de 65 000 habitants en 1904 à 269 000 en 1958 – alors que celle des autres régions a connu une croissance moins spectaculaire, exceptée la région de Dakar (ancienne région du Cap-Vert). En quelques années, le Saloum est devenu une région de convergence de plusieurs populations ; dans ce front pionnier, Philippe David (1980 : 47) distingue au moins dix groupes originaires des pays limitrophes mais aussi des régions septentrionale et occidentale du Sénégal. Pour comprendre ce qui « faisait lien » entre toutes ces populations hétéroclites, il est nécessaire de prendre en compte la construction identitaire qui se fait avec le frontier (frange pionnière) (Kopytoff, 1987). En effet, au-delà de toutes leurs différences, c’est d’abord le projet arachidier qui unit ces populations hétéroclites et engage progressivement la transformation du Saloum en « territoire de l’arachide ».

Fig. 2 – Les régions historiques du Sénégal

« La frange pionnière est unifiante, elle a pour conséquence d’intégrer des unités culturelles distinctes, elle tend à réaliser une conjonction » (Guichonnet et Raffestin, 1974 : 27).

4Pourtant la signification de cette culture, le rôle social qu’elle joue pour les paysans ont été rarement abordés dans la plupart des travaux consacrés à la filière. Pendant longtemps, l’État ou les experts qu’il a chargés des études d’évaluation sur la filière arachidière ont mis l’accent sur la position dominante de cette culture ou préconisé la recherche d’alternatives. Karim Gaye, alors ministre du Développement rural (en 1960), suivant les conclusions d’une étude menée par la Cinam-Seresa (citée par MBODJ, 1992 : 99) dénonce la domination de l’arachide alors qu’elle constituait largement la base de l’économie sénégalaise ; elle représentait plus de 80 % des exportations, employait 87 % de la population active, couvrait la moitié des terres cultivées et son traitement représentait 42 % du chiffre d’affaires de l’industrie sénégalaise (Casswell, 1984 : 40 ; Pélissier, 1966 : 30-31). Dans les années 1980-1990, beaucoup de chercheurs voient la sortie de « crise » dans l’adoption d’une autre spéculation, sans préciser laquelle. Bonnefond et Couty (1988 : 320) parlent de « l’essoufflement d’une production qui a longtemps joué un rôle moteur dans le mouvement économique du pays et qui n’a pas été remplacée ». En conclusion de leur ouvrage L’arachide au Sénégal, un moteur en panne (1997), Claude Freud et al. écrivent : « Il faut trouver des alternatives à l’arachide. » Ils soulignent par ailleurs la baisse considérable de la part de l’arachide dans les exportations. Quant à l’État, il attribue le recul de la production constatée ces vingt dernières années à « une désaffection des paysans envers l’arachide ».

5Toutes ces analyses témoignent d’un fait : lorsque l’on évoque la culture arachidière, c’est toujours pour parler des tonnages obtenus, des exportations, du chiffre d’affaires de l’économie sénégalaise ou de la crise qu’elle traverse. Pour saisir les facteurs qui fondent ou entretiennent l’attachement des paysans saloum-saloum à cette culture, nous prendrons quelque distance avec une telle perspective qui introduit une distinction entre le produit et les producteurs, sa valeur commerciale et son cachet symbolique ou encore sa portée sociale.

Le sens de l’attachement : contrainte administrative ou volonté paysanne ?

6Pendant la Seconde Guerre mondiale, la force de travail était devenue un facteur limitant alors que le besoin en corps gras de la métropole était de plus en plus important. Toutes les colonies furent appelées à participer à l’effort de guerre. Au Sénégal, le tonnage en arachide devait être porté à un bon niveau pour la satisfaction de la demande. L’encadrement administratif a donc été décisif pour faire venir des navétane du Soudan ou de la Guinée, notamment entre 1943 et 1944. Le Gouverneur général Boisson a même parlé de « bataille de l’arachide » pendant cette période. À ce sujet, les phrases qu’il a adressées au Gouverneur Calvel du Soudan sont éloquentes :

« Je vous demande des navétane, du mil, du bétail, le reste est moins important. Je tiens à ce que vous répondiez à ce que je vous demande parce qu’il faut l’obtenir (40 000 navétane). Je tiens à vous faire comprendre la simplicité de la situation mais aussi ce qu’elle a de tragique… » (DAVID, 1980 : 223-224).

7En même temps, il est nécessaire de souligner que l’utilisation de la contrainte pour faire venir les navétane a toujours été un sujet de controverse entre les autorités elles-mêmes. Les deux années, 1943 et 1944, pendant lesquelles la contrainte administrative a été utilisée peuvent être présentées comme des années particulières. En effet, le procédé a été dénoncé par les plus hautes autorités coloniales et il n’a pas pu être reconduit en 1945, malgré l’insistance des membres du Comité central de propagande de l’arachide et du président de la chambre de commerce de Dakar, M. Turbé. Aussi bien le ministre des Colonies, le Gouverneur général de l’A.O.F que le Gouverneur du Sénégal ont pris leurs distances par rapport à l’utilisation de la contrainte (David, 1980 : 246-247).

« Il m’est pénible de constater que votre politique d’encouragement des navétane volontaires que vous ne m’aviez pas exposée dans le détail ait abouti au résultat pratique de recourir de nouveau au recrutement forcé. Vous connaissez ma répugnance à l’emploi d’un tel système et n’était l’effort de guerre qui nécessite intensification (production) des arachides, je vous confirmerai les termes de ma lettre 5816 du 31 mars 1944. Votre pessimisme me contraint à vous accorder l’autorisation sollicitée à la condition expresse qu’il ne sera recouru à cette forme condamnable du travail que lorsque tous autres moyens auront été épuisés » (le ministre des Colonies en réponse à une correspondance que le Comité central de propagande de l’arachide lui a adressée).
« Ce n’est pas la pression administrative qui permettra de revenir aux tonnages d’avant-guerre… » ; « Plus question de recrutement forcé, les recommandations de la conférence de Brazzaville seront observées » (le Gouverneur général Cournarie).
« Je ne veux que des navétane volontaires » (le Gouverneur Dagain).

8En réalité, l’utilisation de la contrainte n’a pas été une pratique systématique. Au contraire, certaines autorités coloniales ont davantage souscrit à une mobilisation volontaire des navétane. Mais il y a une autre nuance fondamentale à introduire : le paysan n’est pas le navétane. Certes, dans certains cantons wolof, des chefs de canton ont exercé une coercition envers les paysans pour bénéficier des bonnes grâces du pouvoir colonial (Mbodj, 1990), mais l’efficacité de cette politique était limitée, ce qui avait d’ailleurs poussé l’administration coloniale à recourir à des travailleurs saisonniers.

9Par ailleurs, en se lançant dans la culture arachidière, le paysan n’avait pas pour simple objectif de payer l’impôt per capita puisqu’il cultivait plus d’arachides qu’il n’en fallait. L’argument de la pression fiscale, repris dans beaucoup de travaux, est donc à relativiser (Mbodj, 1990). En instaurant un impôt, l’administration coloniale avait aussi fait un pronostic clairvoyant : le paysan ne cultivera pas l’arachide pour payer l’impôt uniquement – ce qui se serait traduit de fait par une faible expansion des superficies arachidières ; s’il en a l’opportunité, il étendra ses champs et utilisera les revenus de l’arachide pour satisfaire d’autres besoins. C’est exactement ce qui s’est passé.

10En effet, les paysans ont très vite compris qu’ils pouvaient améliorer leurs conditions de vie avec l’arachide. Même si l’adoption de cette culture consacre leur entrée dans l’économie monétaire – avec toutes ses incertitudes –, ils ont ainsi transformé ce qui passait aux yeux de beaucoup comme une contrainte, l’obligation de cultiver l’arachide pour payer l’impôt, en un facteur de changements. En revanche, pendant les années où les infrastructures de transport ne lui permettaient pas d’acheminer sa production aux lieux de vente à un coût relativement faible, le paysan cultivait l’arachide pour payer l’impôt en priorité. Pour comprendre un tel comportement, il faut se rappeler que le coût du transport de la production par animal de bât sur 100 km représentait environ 67 % du prix au port d’évacuation (Vanhaeverbeke, 1970 : 100).

11L’introduction de l’arachide a contribué largement à la redistribution des statuts socio-économiques et politiques. Les esclaves libérés de leurs maîtres et les badolo (paysans) ont trouvé dans cette culture un moyen inespéré d’émancipation accélérée. Ils se sont positionnés dans les circuits commerciaux et ont pris parfois la place des aristocrates déchus de leurs prérogatives. On a noté également l’implication des tiédo, anciens bras armés des aristocrates. L’ardeur qu’ils ont manifestée dans la culture de l’arachide a considérablement affaibli le jugement sévère de l’administration coloniale à leur propos : « hommes sans foi ni loi, ennemis de tout travail, buveurs d’absinthe et de sangara (bière de mil) mais d’une bravoure à toute épreuve... Il va de soi que le pays n’était pas cultivé par eux » (Pélissier, 1966 : 110, citant une notice sur le Sénégal datée de 1876).

« L’extraversion », ou l’arachide comme culture à vocation multiple

12Au Saloum, les enquêtes menées à l’échelle de notre échantillon (150 paysans) montrent qu’en moyenne près de 70 % des revenus agricoles monétaires de 1998 ont été obtenus grâce à la culture arachidière. Une autre étude (Freud et al., 1997 : 70) effectuée à une plus vaste échelle a aussi montré que « l’arachide demeure, bon an mal an, la source de revenu la plus sûre » pour les paysans. Toutefois, cette fonction ne peut masquer l’intérêt que les paysans en particulier (les Sénégalais en général) portent à l’arachide pour quatre autres raisons au moins : son utilisation dans l’alimentation de la famille (comme aliment d’appoint), dans celle du bétail, le rôle social de premier ordre qu’elle joue, aussi bien dans les villages que dans les villes, et son intérêt en tant que produit commercial : sur le marché local, la graine oléagineuse se vend bien.

13L’ampleur de ces différents aspects peut se mesurer à travers l’étude du commerce parallèle, de la consommation intérieure et de la dimension sociale de l’arachide.

Commerce parallèle et autoconsommation de l’arachide

14Avec la libéralisation de la filière, les commerçants privés qui interviennent dans le circuit dit informel ou marché parallèle se montrent beaucoup plus entreprenants. Contrairement aux opérateurs privés stockeurs (OPS) agréés par la Sonacos ou aux coopératives (réunies au sein de l’UNCAS) qui sont soumis à des quotas de collecte, sont tenus de couvrir une zone géographique précise et d’acheter l’arachide en coque uniquement, les commerçants privés se distinguent par plusieurs particularités. Ils sillonnent des marchés ruraux hebdomadaires – parcourant ainsi des centaines de kilomètres – et achètent toutes sortes d’arachide (en coques, décortiquées ou des rejets de tri). Grâce à leur sens des affaires et à leur « agressivité », ils se comportent comme de véritables professionnels et n’hésitent pas à acheter un peu plus cher que le prix officiel. Par ailleurs, ils travaillent quasiment toute l’année (330 jours environ), alors que le commerce officiel dure au maximum 130 jours. En achetant des quantités de plus en plus importantes – certains grands commerçants collectent parfois plus de 2 000 tonnes – ils se positionnent comme des maillons essentiels de la filière. D’ailleurs, la Délégation de la Commission européenne au Sénégal tout comme le gouvernement du Sénégal (2003) notent que le marché parallèle tenu par les commerçants privés « absorbe près de 30 % du volume de la production commercialisée ».

Diokoul Mbelbouck, Passy, Ndramé Escale, Dinguiraye, Mabo, etc., El. O. S – grand commerçant basé à Kaolack – connaît bien les louma (marchés ruraux hebdomadaires) qui se tiennent dans ces différents villages ; depuis sept ans, il les fréquente régulièrement pour acheter du guerté (arachide). Suivant les marchés, la quantité et la qualité de l’arachide achetée varient, mais pour lui : « L’essentiel, c’est d’en acheter. » Certaines années, ses achats avoisinent les 1 500 tonnes. C’est dans des mini-cars qu’il achemine les sacs d’arachide jusqu’à Kaolack pour les stocker temporairement. L’arachide est ensuite vendue à des commerçants du marché central ou du marché « guedj » de Kaolack ; à leur tour, ces derniers la revendent au détail à des huiliers artisanaux, à ceux qui fabriquent de la pâte d’arachide, font de l’arachide grillée, etc. : l’éventail de la clientèle est large et la demande existe. Le circuit informel s’avère donc indispensable pour le développement du petit commerce centré sur l’arachide.

15Pour mieux comprendre le dynamisme du commerce informel, il est nécessaire d’analyser son évolution dans le temps long. Par ailleurs, dans la mesure où c’est le circuit informel qui assure l’approvisionnement du marché intérieur, son couplage avec l’autoconsommation permet d’évaluer l’ampleur de la consommation intérieure. D’après les statistiques officielles, celle-ci représentait 85 000 tonnes en moyenne entre 1960 et 1979, alors que la production arachidière totale était de 900 000 tonnes en moyenne. Pendant la période 1980-2003, la moyenne de la production est passée à 680 000 tonnes et celle de la consommation intérieure à 240 000 tonnes. Il y a eu une baisse de 25 % de la production moyenne et une augmentation substantielle de la consommation intérieure, qui a été multipliée par trois quasiment. Toutefois, l’utilisation des statistiques officielles requiert une grande prudence, compte tenu de la méthode de collecte fondée assez souvent sur des extrapolations abusives – ce problème de fiabilité a été fort justement souligné par Freud et al. (1997) Aussi, pour avoir une idée un peu plus précise de la consommation intérieure, nous avons pris en considération les données relatives à la collecte contrôlée. Ces données obtenues auprès du service Contrôle de gestion de la Sonacos sont relativement fiables ; elles correspondent aux quantités réellement achetées par la société. Entre 1960 et 1979, le taux de collecte réalisé était de 77 % en moyenne ; les quantités alors destinées à l’autoconsommation et au commerce parallèle concernaient moins du quart de la production nationale. La situation est totalement différente sur la période 1980-2003 : le taux de collecte est tombé à 46 %. Compte tenu des évolutions croisées enregistrées (c’est-à-dire baisse de la production et de la collecte et augmentation de la consommation intérieure), cette chute des quantités collectées ne peut pas (simplement) être attribuée au recul de la production. En réalité, elle est significative de l’évolution de la consommation intérieure et résulte à la fois de l’accroissement démographique – la population sénégalaise est passée de 2,5 millions d’habitants environ en 1960 à près de 10 millions en 2001 – et d’un autre facteur essentiel à prendre en compte : l’importance de l’arachide dans le patrimoine culinaire sénégalais.

Les usages locaux de l’arachide

16En l’état ou transformée, l’arachide constitue l’un des produits les plus consommés au Sénégal. Dans les villages du Saloum, elle sert de condiment le plus souvent, car le poisson ou la viande y sont rarement préparés. Les plats cuisinés à base de mil ou de riz sont souvent accommodés d’une sauce à base de pâte d’arachide. Fabriquée à partir de graines grillées qui sont ensuite passées au moulin, la pâte d’arachide ou tiga dégué se vend bien ; elle est utilisée dans la préparation de beaucoup de plats.

Plats à base de pâte d’arachide

17En milieu paysan, le niéling est le plat le plus connu ; il est préparé avec de la semoule de mil accompagnée d’une sauce à base de pâte d’arachide. Les idées reçues sur le niéling sont à nuancer. Elles tendent à dire que c’est en période difficile que le paysan « revient » à son niéling. Ce n’est pas tout à fait exact, c’est un plat consistant. Il permet au paysan de pouvoir travailler le plus longtemps possible. Pendant la traite, le paysan achète du riz, non seulement dans un souci de diversifier son alimentation, mais aussi parce qu’il ne travaille pas. 63 % des paysans interrogés préfèrent manger du niéling pour aller aux champs. Ils déclarent « être plus productifs dans la journée ».

18Parmi les autres plats dont la préparation se fait aussi bien dans les villes que dans les villages, on distingue :

  • le mafé : c’est du riz blanc accompagné d’une sauce à base de pâte d’arachide, de légumes et de viande ; il constitue, après le tiébou dieune (riz au poisson), l’un des plats les plus consommés au Sénégal. Dans les gargotes, les femmes en préparent deux à trois fois par semaine, et dans les maisons, une à deux fois ;
  • le dakhine : la préparation de ce plat nécessite beaucoup de tiga dégué ; il est mélangé avec un peu de riz, de la viande, des oignons, du poisson séché, du poisson fumé, du bouillon de bœuf, de la tomate concentrée, du piment, du tamarin, etc. ;
  • le tierré bassi : c’est un couscous de mil accompagné d’une sauce à base de pâte d’arachide, de tomate concentrée, de niébé, de légumes et de viande ;
  • le ngalakh : il s’agit d’une bouillie de mil accompagnée d’une sauce à base de pâte d’arachide, de pain de singe, de sucre, de sucre vanillé, de noix de muscade et d’un peu de fleur d’oranger. Pendant le mois de Ramadan, certaines femmes préparent ce plat pour en offrir une partie à leur belle-famille ; il est aussi consommé à l’occasion des fêtes de Tabaski, de Korité ou de Pâques.

19Lorsque l’arachide n’est pas transformée en tiga dégué, elle peut être aussi utilisée dans la préparation de beaucoup d’autres plats parmi lesquels :

  • le tierré mboum : c’est un couscous de mil avec une sauce à base d’arachide crue pilée et mélangée avec du chou vert, du poisson ou de la viande et des épices ;
  • le lakhou bissap : il se prépare avec des arachides crues pilées, de la semoule de mil, du poisson sec, du poisson fumé, des oignons, des tomates fraîches, beaucoup de feuilles de bissap (variété d’hibiscus) et du tamarin ; c’est un plat conseillé en cas de fatigue, de paludisme ou de grippe ;
  • le mbakhalou Saloum : c’est un plat typique du Saloum, il se prépare avec du riz mélangé avec de l’arachide crue pilée, du poisson séché, du poisson fumé, de la tomate, des oignons et du piment ;
  • le sombi guerté : il s’agit d’une bouillie obtenue à partir d’un mélange de riz et d’arachide crue pilée ; les femmes qui allaitent en mangent pour favoriser la sécrétion lactique.

Gourmandises à base d’arachide

20L’arachide compte aussi parmi les gourmandises les plus consommées au Sénégal. Sur les marchés, dans les quartiers des villes, les gares routières ou les carrefours, les vendeuses de guerté thiaf (graines décortiquées grillées et salées) sont de plus en plus nombreuses. Le thiaf – comme disent les jeunes – est vendu dans de petits sachets ou emballé dans du papier. Depuis quelques années, certaines marchandes qui ont leurs étalages dans le quartier du Plateau (le cœur de Dakar) le mettent dans des bouteilles pour une question d’esthétique et pour mieux attirer la clientèle.

Vente de gourmandises sur l’avenue Georges-Pompidou à Dakar

21La plupart des marchandes vendent aussi du guerté soucar (arachides préparées avec du sucre) ou du ngato guerté (gâteau à base d’arachide et de sucre caramélisé).

22Quant au guerté khote (arachides en coque grillées), il se vend bien pendant l’hivernage. Il s’agit de gousses fraîches (en vert) généralement cultivées dans les jardins. On note de plus en plus dans les rues des grandes villes sénégalaises, la présence de vendeurs ambulants qui mettent le guerté khote dans un panier.

23Il y a aussi le guerté bakhal (arachides en coque bouillies avec de l’eau salée), vendu surtout dans les gares routières, et le guerté kimb (graines décortiquées que l’on croque en l’état) qu’on retrouve dans tous les marchés du Sénégal.

La trituration artisanale

24Dans la filière arachidière, on compte également un autre secteur en constant développement : la trituration artisanale. Elle s’effectue dans des presses fabriquées localement par les forgerons ou des menuisiers métalliques. Les presses se composent d’une cage cylindrique dotée d’un couvercle (qui sert de piston) sur lequel est disposée une tige dont le fonctionnement est relié à un levier horizontal.

25La trituration artisanale nécessite plusieurs étapes. Une fois décortiquée, l’arachide est moulue, avant d’être passée à l’étuve – ce qui fait office de cuiseur est composé d’un fût contenant de l’eau et dans lequel est intégré un dispositif pour l’étuvage.

L’arachide est d’abord moulue

26Le fût est placé sur un feu de bois sans cesse attisé ; la vapeur d’eau dégagée assure la cuisson de la mouture.

Cuisson de la mouture

27Après cuisson, l’artisan met la mouture dans des sacs de riz récupérés (en polypropylène) et les empile dans la cage de la presse jusqu’à ce que celle-ci soit pleine. Elle est ensuite fermée avec le couvercle.

28Lorsque l’artisan visse la tige à l’aide du levier horizontal, le couvercle s’enfonce et exerce une pression de plus en plus forte sur les sacs empilés ; avec la compression, l’huile s’écoule par une ouverture réalisée au bas de la cage cylindrique et est recueillie dans un bidon placé en contre-bas. Il s’agit là de la première pression à chaud.

En tournant le levier horizontal, l’artisan exerce une pression sur les sacs de mouture empilés pour produire de l’huile

29Les blocs de tourteau obtenus sont récupérés et pilés par des femmes pour la deuxième pression à chaud.

30Le développement de la trituration artisanale, malgré le problème de santé publique que pose la présence d’aflatoxines dans l’huile brute, témoigne de l’accroissement de la demande dans les zones rurales. Même si dans la lettre de politique de développement de la filière arachide (2003), les autorités ont évoqué la nécessité de renforcer le contrôle sur les huiliers artisanaux, la présence de ces derniers dans des zones comme Touba ou le Saloum (régions où l’on note la présence de grands guides religieux) rend le problème plus difficile à résoudre. L’huile est vendue essentiellement sur les marchés ruraux hebdomadaires (louma) dans des bouteilles ou des bidons de récupération, à raison de 550 ou 600 F CFA le litre.

À Léona Niassène (quartier de Kaolack) ; Cheikh N. dispose d’une presse et d’un atelier sommaire dans sa concession. Ce sont ses enfants et ses talibé (disciples) qui s’occupent des différentes opérations ; ses bellesfilles pilent le tourteau avant la deuxième pression. Il pratique cette activité (héritée de son père) depuis très longtemps. En moyenne, il obtient 30 litres d’huile pour 100 kg d’arachide coque, avec des graines de mauvaise qualité (des rejets de tri), et environ 35 litres pour 100 kg avec des graines d’assez bonne qualité. La quantité de tourteau est aussi fonction de la qualité des graines utilisées et varie entre 10 et 15 blocs pesant chacun 4 kg environ. Il vend le tourteau issu des bonnes graines à des bergers principalement (120 F CFA le kg), et celui issu des mauvaises graines à des éleveurs de poussins (60 F CFA le kg).

31La transformation artisanale n’est pas uniquement destinée à produire de l’huile alimentaire. Il y a aussi l’huile qui est utilisée pour la fabrication du « sabou wolof » (savon traditionnel). Le principe de trituration est le même, mais la qualité de l’arachide diffère. Pour l’extraction de cette huile, les artisans achètent des graines de très mauvaise qualité, communément appelées « guerté sabou » (littéralement, « arachide qui sert à fabriquer du savon »), composées de graines pourries, cassées ou immatures et de coques vides.

32Le savon est obtenu à partir d’un mélange entre huile brute, soude et eau. Dans un premier temps, la soude est mélangée à l’eau, 24 heures avant la fabrication du savon. À ce premier mélange, on ajoute de l’huile, et le tout est battu jusqu’à l’obtention d’une pâte assez compacte. Cette pâte est déposée sur une table avant d’être découpée en petits morceaux. Ces morceaux sont ensuite transformés en boules avec soin et mis à sécher. Jaunes au départ, les boules deviennent blanches en séchant au soleil. Avec 5 litres d’huile, 1 kg de soude et 1,5 litre d’eau, on peut obtenir entre 50 et 55 boules de savon.

Fabrication du « sabou wolof » dans un hangar du marché « Guedj » de Kaolack

33Au marché « Guedj » de Kaolack, les boules sont mises dans des sacs de 50 kg ; chaque sac en contient 40 et est vendu à 5 000 F CFA, soit 125 F CFA l’unité. Des marchands viennent les acheter pour les revendre sur les marchés ruraux hebdomadaires à 150 F CFA l’unité. Il s’agit là de la première qualité de savon ; la seconde qualité est fabriquée avec de l’huile obtenue lors de la deuxième pression « à chaud » ; les boules sont moins jolies et moins blanches ; elles sont vendues à 50 F CFA l’unité.

La fane d’arachide

34Si les graines d’arachide font l’objet de multiples préparations et transformations destinées à la consommation humaine, les fanes quant à elles sont devenues très importantes dans l’alimentation des animaux de traction. Les paysans interrogés au Saloum mesurent unanimement tout le travail de ces animaux devenus essentiels dans l’agriculture ; leur efficacité dépend aussi de leur bonne alimentation. La valeur accordée à la fane amène d’ailleurs les paysans à choisir les variétés qui en produisent beaucoup. C’est ainsi qu’à la place de la 55-437 qui a un cycle végétatif de moins de 100 jours, donc plus adapté à des régions où l’hivernage est écourté (nord du Saloum par exemple), de plus en plus de paysans choisissent la 73-33 qui a un cycle un peu plus long (plus de 100 jours), mais produit des fanes de meilleure qualité.

35Les fanes ont également une grande importance dans l’alimentation des chevaux utilisés pour le transport en milieu urbain – il s’agit notamment des charrettes qui permettent le transport des marchandises aux abords de certains marchés ou encore des « watire » (calèches) qui assurent une bonne partie du transport urbain à Rufisque.

36La pratique de l’élevage en milieu urbain repose aussi sur l’utilisation de la fane d’arachide, très appréciée par les moutons.

Le rôle social de l’arachide

37En plus de son importance dans l’alimentation des hommes et des animaux, l’arachide tient un rôle social majeur au Sénégal. Dans les villes, ce rôle se mesure à l’importance de tous ceux qui travaillent dans le secteur informel lié à l’arachide : transformation artisanale, fabrication et vente de pâte d’arachide, fabrication du savon, vente d’arachide sous diverses formes, vente de fanes, décorticage, vannage, etc. En contribuant ainsi à la création de divers petits emplois, l’activité arachidière est aujourd’hui essentielle pour des dizaines de milliers de personnes.

38Pour distribuer les semences dans les villages (et espérer être remboursées), les deux sociétés arachidières – la Sonacos et la Novasen – font également appel aux opérateurs privés de semences (OPS). En effet, ce sont en général des hommes dignes de confiance dont le charisme est reconnu de tous et qui sont en mesure de fournir une caution financière. Ils disposent aussi d’une solide assise sociale et politique et jouent le rôle d’intermédiaires entre les sociétés et les autres paysans (car les OPS peuvent aussi être de grands arachidiers). Pour ce faire, ils reçoivent d’importantes quantités de semences (et d’engrais parfois), qu’ils doivent distribuer à leur tour. Avant même la livraison des semences, leurs concessions ne désemplissent pas, les paysans à la recherche de semences viennent en permanence les rencontrer pour ne pas être oubliés dans la distribution, ou alors pour en avoir une quantité substantielle. Des relations sont vite tissées, les alliances réactivées, le passé commun des parents rappelé. Leurs concessions deviennent des lieux de rencontre et d’échange ; de leur côté, les femmes ne manquent pas d’aller rendre visite à celles des OPS pour plaider la cause familiale.

39Après la distribution des semences, certains paysans sont contents, d’autres le sont moins, mais tous, quelle que soit la quantité obtenue, se mettent au travail dans les champs. Tout au long de l’hivernage, l’arachide donne vie au village, la population villageoise augmente avec l’arrivée des travailleurs saisonniers ; les places publiques connaissent un surcroît de fréquentation ; après une journée remplie passée aux champs, les paysans y viennent, qui pour se reposer, qui pour engager la conversation. Les travailleurs saisonniers se réunissent également pour faire du thé et échanger des informations sur les conditions de travail et les méthodes utilisées par les différents ndiatigué (employeurs). À la récolte succède la période de commercialisation, un moment très attendu par les paysans. C’est pendant cette période que l’animation du village est la plus importante : de petites fêtes sont organisées ici ou là pour célébrer la fin de l’hivernage, des radio-cassettes distillent la musique des chanteurs sénégalais, des séances de lutte sont organisées, on assiste également aux finales des tournois de football ; c’est aussi à ce moment que les bouchers et les vendeurs de poisson viennent plus régulièrement dans les villages.

40Tels sont brièvement les événements qui rythment la vie du village et des villageois. L’effervescence autour de l’arachide crée donc une dynamique sociale qui opère sur près de huit mois.

41Au Saloum, 83 % des paysans (chefs de familles) interrogés – 124 sur 150 – affirment « encourager leurs enfants dans cette culture » ou alors leur disent clairement « de ne jamais la négliger ». Quant aux 17 %, ils déclarent qu’ils n’ont pas besoin d’expliquer à leurs enfants l’importance de l’arachide, « ils s’en rendent compte d’eux-mêmes ». Pour tous, la culture qui fait gagner les premières sommes d’argent a son importance. De père en fils, « l’arachidite » (la maladie de l’arachide, selon le mot de Fouquet, 1958) est transmise.

La famille Cissé du village de Mabo (Saloum) en est un bon exemple. Le chef de famille souligne que ses parents ont toujours cultivé l’arachide, voilà pourquoi ses frères et lui la connaissent bien. Depuis plus de trente ans, il pratique cette culture avec toute sa famille. Son fils est devenu aussi OPS. C’est l’arachide qui l’a mené en prison. Il y a passé deux années, à la suite de malversations qu’il aurait commises avec l’Oncad, à l’époque où cette société s’occupait de la commercialisation de l’arachide. Pourtant, il demeure plus que jamais attaché à une culture qui est aussi une « affaire familiale ».

De génération en génération, la fibre de la graine est transmise et perpétuée. « Ne pas cultiver l’arachide pour un Saloum-Saloum est une faute grave ! » a affirmé un paysan de Kassas (village du Saloum).

42D’abord, dès le bas âge, les enfants sont élevés dans l’idée que l’arachide est la culture par excellence. Ensuite, à l’âge adulte ils doivent tout faire pour la cultiver ; autrement, ils sont qualifiés de paresseux, d’individus sans ambition. Enfin, la culture de l’arachide est perçue comme la perpétuation d’une tradition séculaire. La mobilisation familiale autour de l’arachide peut être interprétée comme l’expression d’une fidélité des paysans saloum-saloum à l’arachide. Avec l’expérience accumulée, ils sont devenus une référence dans la production arachidière. La minutie avec laquelle ils traitent les champs d’arachides, nous ne l’avons pas constatée dans leurs champs de mil, de coton, de maïs, etc., ni dans les champs des autres groupes ethniques. Avec l’arachide, ils se sont ainsi forgé – sur le plan agraire – des schémas qui font autorité actuellement dans le milieu paysan.

43À travers ce produit, il y a donc la recherche d’une triple affirmation : s’affirmer aux yeux de ses parents (être « le fils de son père »), en tant que Saloum-Saloum (aux yeux des villageois) et participer au maintien de la tradition arachidière dont les racines remontent aux grands-parents ou arrière-grands-parents.

Retour des champs pour ce groupe d’enfants

Culture arachidière : la nécessité de régionaliser l’analyse

44Au Sénégal, l’arachide ne représente donc pas seulement la première culture d’exportation, sur le plan social, elle joue un rôle comme on ne le voit dans aucun autre pays. Il s’agit là d’une dimension qui a son importance. On peut par conséquent émettre des réserves sur les arguments avancés par Freud et al. (1997) pour justifier le retrait des paysans de la production d’arachide (ils parlent plus exactement de « grève » des producteurs, confirmant ainsi l’hypothèse de l’État – désaffection des paysans – que nous jugeons fausse pour notre part), à savoir : un prix d’achat au producteur peu attractif, une baisse de la fertilité des sols, un programme de distribution des semences mal adapté aux exigences de la culture, une faiblesse des services de l’agriculture et du crédit en particulier. Ces raisons englobent l’idée d’une détérioration générale des conditions de la production arachidière. Toutefois, entre détérioration et retrait, il y a un pas qui n’est pas aussi insignifiant que le laissent supposer les propos habituellement tenus sur la désaffection. Et ce, d’autant plus que les conditions de la production n’ont jamais été très bonnes pour le paysan : il est « habitué » à faire avec. En effet, malgré les crises à répétition – disette chronique de 1905-1906 (MBODJ, 1990), suppression des tarifs préférentiels en 1968 (Ferrandi, 1968, cité par Péhaut, 1974), malaise paysan au début des années 1970, nombreuses sécheresses enregistrées –, il y a une permanence de l’arachide.

45En réalité, avec les nombreuses transformations intervenues dans l’environnement de la filière et l’inégale dégradation des conditions physiques dans les différents milieux de production, la « régionalisation » de l’analyse s’impose pour mettre en lumière les dynamiques différentielles.

46L’étude de l’évolution pluviométrique au Sénégal, la comparaison des normales de 1931-1960 et 1961-1990 effectuées par plusieurs auteurs (Leborgne, 1990 ; Toupet, 1995 ; Leroux, 1995) ont montré la succession des déficits au fil des années. La translation des isohyètes vers le sud du pays en est l’expression la plus marquante. Depuis le début des années 1960, l’isohyète 400 mm s’est déplacé de plus de 100 km vers le sud (Leborgne, 1990). Or, cet indice est symbolique pour le Sénégal, car c’est la quantité d’eau en dessous de laquelle les résultats de l’agriculture pluviale en général, de la culture arachidière en particulier, deviennent incertains.

Fig. 3 a – Les hivernages dans la région de Diourbel

Fig. 3 b – Les hivernages dans la région de Kaolack

Fig. 3 c – Les hivernages dans la région de Kolda

47À travers l’analyse des hivernages sur une période de 40 ans, on peut rendre compte des contraintes majeures que cette évolution pluviométrique a engendrées dans les territoires de l’arachide. Cette démarche méthodologique – empruntée à Lericollais et Milleville (1997), Lericollais et al. (1999) – est un bon moyen pour apprécier la qualité de l’hivernage, c’est-à-dire suivre son déroulement dans le temps, paramètre essentiel dans un milieu climatique où l’incertitude semble être la règle. Au regard de la quantité d’eau nécessaire à l’arachide durant l’hivernage et suivant les différents stades de son développement physiologique, nous avons procédé à la qualification des hivernages (fig. 3 a, b, c) pour les régions de Kaolack, Kolda et Diourbel (cf. fig. 1) de 1960 à 2000. Les conclusions sont loin d’être les mêmes d’une région à l’autre.

48En dehors de Kolda (1 seul mauvais hivernage et 35 bons), la situation n’est guère favorable en permanence dans les autres régions. Toutefois, des contrastes importants sont à souligner, notamment entre Kaolack (où les hivernages sont globalement moyens : 25 hivernages moyens et 9 bons) et la région de Diourbel où les hivernages sont très souvent mauvais ou très mauvais (tabl. 1).

Tabl. 1 – Récapitulatif de la qualification des hivernages

Tabl. 1 – Récapitulatif de la qualification des hivernages

49Les paysans qui vivent dans les territoires de l’arachide ont connu et connaissent encore des contraintes majeures. Cependant, celles-ci ne les ont pas conduits – pas dans toutes les régions en tout cas – à renoncer à cette culture. Les statistiques agricoles montrent que même dans les régions du vieux bassin arachidier, il y a tout au plus un recul de l’arachide, variable selon les années et dicté le plus souvent par les conditions pluviométriques. Les paysans ont pris conscience de la nécessité de compter d’abord sur leurs propres capacités. Et ils trouvent des réponses : face à la détérioration des sols, ils se déplacent ; avec la réduction des totaux pluviométriques, ils vont dans des zones plus arrosées ; si le marché officiel n’est pas assez rémunérateur ou alors, s’il tarde à se mettre en place, ils ont recours au marché parallèle ; pour garder des semences, ils refusent parfois de payer les dettes, etc.

50En fait, la « désaffection » du paysan vis-à-vis de l’arachide n’intervient que là où la culture n’est plus possible à cause d’une pluviométrie faible et irrégulière, d’une réduction de l’espace, et de la rareté des semences. C’est-à-dire dans certaines localités des vieilles régions arachidières (Cayor et Baol). Ici et là, les vieux paysans jadis grands arachidiers (qui s’investissent aujourd’hui davantage dans le mil, la pastèque, etc.) évoquent encore les belles années de l’arachide, toutes les réalisations effectuées grâce à cette culture, l’engouement qu’il y avait derrière et l’espoir qu’elle était capable de susciter.

Conclusion : la filière arachide, dynamisme croissant de la consommation intérieure

51Si l’on raisonne en terme de contribution de l’arachide à l’économie sénégalaise, le constat effectué par Freud et al. (1997) – L’arachide au Sénégal, un moteur en panne – est juste. L’État attribue la situation de crise et le recul de la production à « une désaffection des paysans envers l’arachide ». Cependant, ce diagnostic avancé à partir de la seule référence aux chiffres officiels et à la contribution de l’arachide aux exportations est à prendre avec beaucoup de réserves. Certes, la baisse de la production officielle est nette – aujourd’hui on est bien loin du record de 1976 (1 434 147 tonnes) – mais la production, même dans les années de mauvaise récolte, avoisine les 500 000 tonnes et ce, même en tenant compte des réévaluations à la baisse fort justement apportées dans les chiffres officiels par Freud et al. (1997 : 45). C’est-à-dire qu’elle a été très rarement divisée par deux. En revanche, la part de l’arachide dans les exportations, qui représentait 80 % dans les années 1960, varie ces dernières années entre 7 % et 15 %. Elle a été divisée, suivant les années, par cinq ou par dix ! Entre 1960 et 1979, les exportations d’huiles brutes d’arachide se chiffraient à 140 000 tonnes en moyenne par an ; sur la période 1980-2003, elles sont tombées à 90 000 tonnes en moyenne, soit une baisse de 50 000 tonnes d’huile qui correspondent à 142 000 tonnes d’arachides base coques, si l’on applique le taux d’extraction industrielle (35 %). Cette baisse des exportations est confirmée par une diminution notable des quantités triturées. De 1960 à 1979, en moyenne, 520 000 tonnes étaient triturées. Les quantités n’atteignent plus que 314 000 tonnes sur la période 1980-2003, soit une baisse de 40 %.

52C’est le recul considérable de l’arachide dans sa contribution à l’économie nationale qui sous-tend les analyses conduites par l’État. S’ils attestent d’une réelle crise des exportations, les chiffres montrent, en revanche, un dynamisme croissant de la consommation intérieure : l’argument du boycott est donc considérablement affaibli. En effet, par rapport à la période antérieure aux années 1980, où une grande part de la production était destinée aux marchés extérieurs, on note aujourd’hui une valorisation locale plus importante qui traduit une mutation majeure : les Sénégalais ne sont pas seulement producteurs d’arachide, ils en sont également de grands consommateurs. Les fonctions alimentaires de l’arachide, la présence de centaines de milliers d’hommes et de femmes dans le secteur informel de l’arachide constituent autant de faits dont l’importance grandissante contribue à donner une empreinte plus locale et une nouvelle impulsion à la filière.

Table des illustrations

Légende Fig. 2 – Les régions historiques du Sénégal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende Vente de gourmandises sur l’avenue Georges-Pompidou à Dakar
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Légende L’arachide est d’abord moulue
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10317/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Cuisson de la mouture
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10317/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende En tournant le levier horizontal, l’artisan exerce une pression sur les sacs de mouture empilés pour produire de l’huile
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10317/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Légende Fabrication du « sabou wolof » dans un hangar du marché « Guedj » de Kaolack
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10317/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Retour des champs pour ce groupe d’enfants
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10317/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Légende Fig. 3 a – Les hivernages dans la région de Diourbel
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10317/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Fig. 3 b – Les hivernages dans la région de Kaolack
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10317/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Fig. 3 c – Les hivernages dans la région de Kolda
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10317/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Tabl. 1 – Récapitulatif de la qualification des hivernages
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10317/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search