Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le terroir et son double

 | 
Chantal Blanc-Pamard
, 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa

Table des illustrations

Texte intégral

LISTE DES FIGURES

1Figure 1 – Carte de situation 17

2Figure 2 – Tsarahonenana et Andranomangamanga dans le massif de l’Ankaratra au nord-est de la plaine d’Ambohibary 18

3Figure 3 – Les Hauts et la plaine : Tsarahonenana et Andranomangamanga dans le cadre régional 26

4Figure 4 a – Les ligneux sur le terroir de Tsarahonenana : une faible couverture (1966) 38

5Figure 4 b – Les ligneux sur le terroir de Tsarahonenana : l’importance du recouvrement en pins (1992) 39

6Figure 5 – La rectification du cours de l’Ilempona en 1982 40

7Figure 6 – Dans la plaine, l’extension des rizières à la suite de la rectification du cours de l’Ilempona (1966-1992) 40

8Figure 7 – Pyramide des âges de la population de Tsarahonenana en 1966 et en 1992 (d’après Bonnemaison) 46

9Figure 8 – Tsarahonenana 1992 : plan des trois hameaux et localisation des lignages 48

10Figure 9 – Les sept réseaux hydrauliques des PPI de la plaine d’Ambohibary-Sambaina en 1992 52

11Figure 10 – Détournement de l’eau d’irrigation 54

12Figure 11 – Intervention paysanne sur un équipement hydraulique déficient 54

13Figure 12 – Perception paysanne selon un transect O-E (terroir de Tsarahonenana) 56

14Figure 13 – Le terroir rizicole de Tsarahonenana : les types de rizières de la plaine (1966) 62

15Figure 14 – Le terroir rizicole de Tsarahonenana : les facettes rizicoles de la plaine (1992) 63

16Figure 15 – Coupe schématique des facettes rizicoles de la plaine 64

17Figure 16 – Le réseau hydro-agricole de Tsarahonenana 67

18Figure 17 – Croquis d’une fosse à zébus 72-73

19Figure 18 – Paysage rural et cultures 78

20Figure 19 – La fosse à zébus : nature des apports et des emports 79

21Figure 20 – La répartition des facettes rizicoles de la plaine.... 98

22Figure 21 – Tolaka et veli-kiba : l’exemple de la culture de la pomme de terre à Tsarahonenana en 1992 104

23Figure 22 – Le travail du sol : asa tolaka et asa tototra à Tsarahonenana en 1992 105

24Figure 23 – Le travail du sol : veli-kiba à Tsarahonenana en 1992 107

25Figure 24 – La construction d’une terrasse sur les pentes des tanety de Tsarahonenana en 1992 109

26Figure 25 – Les différentes façons du repiquage 112

27Figure 26 – Le cycle des mariages exogames-endogames : l’exemple du lignage A 117

28Figure 27 – Répartition des terres de cultures en fonction des lignages en 1992 120

29Figure 28 – Les terres du lignage A en 1966 et en 1992. 122-123

30Figure 29 – Les terres du lignage Β en 1966 et en 1992. 124-125

31Figure 30 – Les terres du lignage C en 1966 et en 1992. 126-127

32Figure 31 – Rizières du village et rizières étrangères en 1992 128

33Figure 32 – Gain de terres par échange pour un membre du lignage A 130

34Figure 33 – Gain de terres par achat pour un membre du lignage A 131

35Figure 34 – Les lieux de migrations à l’échelle nationale des habitants de Tsarahonenana en 1992 144

36Figure 35 – L’occupation du sol à Andranomangamanga en 1992 selon un transect NO-SE 151

37Figure 36 – La pyramide des âges d’Andranomangamanga en 1992 170

38Figure 37 – Lignages et quartiers du hameau central d’Andranomangamanga en 1992 175

39Figure 38 – Andranomangamanga : lignage A et alliances en 1992 176

40Figure 39 – Le haut et le bas : recompositons des territoires depuis la fin du XIXe siècle 181

41Figure 40 – Le découpage administratif en firaisana 183

LISTE DES TABLEAUX

42Tableau 1 – Les différentes dénominations des trois hameaux de Tsarahonenana 29

43Tableau 2 – Évolution des superficies cultivées et boisées à Tsarahonenana (en hectares) 36

44Tableau 3 – Évolution des superficies cultivées en rizières (en hectares) 42

45Tableau 4 – Le calendrier agricole à Tsarahonenana 43

46Tableau 5 – Le calendrier alimentaire de Tsarahonenana 44

47Tableau 6 – Répartition par âge de la population en 1966 et 1992 45

48Tableau 7 – Les surfaces irriguées par les réseaux hydrauliques des PΡΙ de la plaine d’Ambohibary-Sambaina 51

49Tableau 8 – Les superficies des trois types de rizières dans la plaine en 1966 60

50Tableau 9 – Les facettes rizicoles de la plaine : calendrier du repiquage et cultures de contre-saison 64

51Tableau 10 – Les superficies des facettes rizicoles de la plaine en 1992 65

52Tableau 11 – La composition du troupeau bovin villageois en 1966 et en 1992 71

53Tableau 12 – La grille de lecture : les éléments et les échelles de classification des pratiques de la reconstitution de la fertilité des sols par apports 80

54Tableau 13 – Les fumures animales 85

55Tableau 14 – Les fumures végétales 86

56Tableau 15 – Les fumures végétales-animales 88

57Tableau 16 – Une fumure minérale 90

58Tableau 17 – Le «  fumier-terre » 90

59Tableau 18 – Le système paysan de traitement de la fertilité sur le terroir de Tsarahonenana 92

60Tableau 19 – L’évolution des rapports de prix (en FMG) entre l’engrais et le paddy 93

61Tableau 20 – Variations de rendements en fonction des pratiques culturales et des facettes rizicoles (Tsarahonenana 1992) 100

62Tableau 21 – La permanence de la pomme de terre sur le terroir 111

63Tableau 22 – Répartition des terres à Tsarahonenana en fonction des lignages en 1966 et en 1992 119

64Tableau 23 – Rizières du village et rizières étrangères en 1966 et en 1992 124

65Tableau 24 – Répartition des 265 actes de vente de terres dans le firaisana d’Ambohibary 133

66Tableau 25 – Les associations paysannes à Tsarahonenana.. 135

67Tableau 26 – Localisation des rizières des habitants d’Andranomangamanga 166

68Tableau 27 – Le calendrier alimentaire à Andranomangamanga 167

LISTE DES PHOTOGRAPHIES

69Photographie 1 - La carte de terroir «  Paysage rural et cultures » au 1/4000, établie en 1966, est un support précieux pour discuter en 1992 des changements avec Benjamin R., maire d’Ambohibary de 1960 à 1971, décédé en 1998.

70Photographie 2 - 1966 : au-dessus des rizières où s’activent les repiqueuses, le village de Tsarahonenana et les pentes couvertes de quelques pins.

71Photographie 3 - 1992 : au-dessus des rizières labourées, le bourg s’est étendu et les plantations de pins recouvrent le versant.

72Photographie 4 - 1966 : cultures de versants sans banquettes.

73Photographie 5 - 1992 : versant aménagé en banquettes et lignes d’arbres.

74Photographie 6 - 1966 : des paysans et leur angady à longue lame avant le départ aux champs.

75Photographie 7 - 1992 : l’angady, un outil de travail habituel.

76Photographie 8 - 1966 : plaine rizicole et colline, les deux éléments principaux du terroir.

77Photographie 9 - 1992 : la plaine rizicole de l’Ilempona entourée de massifs montagneux.

78Photographie 10 - La maison villageoise : étage, toit de chaume et murs crépis.

79Photographie 11 - La grande maison ostentatoire d’un notable.

80Photographie 12 - La rectification de l’Ilempona : un tracé rectiligne.

81Photographie 13 - Petites rizières situées le plus en amont d’un vallon.

82Photographie 14 - En période de végétation du riz, les tons nuancés des rizières font ressortir plusieurs facettes dans la plaine.

83Photographie 15 - Aménagement traditionnel de dérivation des eaux sur le versant.

84Photographie 16 - L’eau passe au-dessus du canal du PPI par un pont-aqueduc, traverse les cultures pluviales, puis irrigue les rizières situées en contrebas.

85Photographie 17 - 1966 : après la récolte de riz, rizières et diguettes sont des lieux de pâture.

86Photographie 18 - 1992 : les animaux cherchent leur pâture sous les pins.

87Photographie 19 - La fosse à zébus, construction complexe à ciel ouvert, sert plusieurs objectifs : parcage nocturne, complément d’alimentation, production de fumier et protection contre les vols. Photographie 20 - 1966 : un bel attelage pour un labour lourd en rizière.

88Photographie 21 - 1992 : charroyage de fumier dans un passage difficile.

89Photographie 22 - La fosse à zébus : un lieu de production du meilleur fumier.

90Photographie 23 - Tas de fumier extrait d’une fosse.

91Photographie 24 - Transport de fumier dans un panier : une tâche féminine.

92Photographie 25 - Tas de fumier répartis sur une rizière labourée.

93Photographie 26 - Les bouses apportées et mises en tas sur une parcelle seront brûlées.

94Photographie 27 - Ce tas de fumier, sorti du parc, est un mélange de bouses, de graminées et de terre.

95Photographie 28 - Le trou à détritus, lieu de valorisation des sous-produits.

96Photographie 29 - Végétaux mis en tas et brûlés directement sur la parcelle.

97Photographie 30 - Billons sous pins émondés et éclaircis : l’alliance de l’arbre et du champ.

98Photographie 31 - Tsarahonenana : champs fumés et vergers s’insèrent entre les maisons.

99Photographie 32 - Combinaison de diverses formes et orientations de billons sur un versant.

100Photographie 33 - Larges billons de veli-kiba dans une clairière mise en culture.

101Photographie 34 - 1992 : un remodelage complet de la topographie du versant, «  le tout banquettes ».

102Photographie 35 - Une étape dans l’aménagement de versant : après l’épierrage, les cailloux entassés forment une murette.

103Photographie 36 - 1966 : des enfants déterrent des tubercules à grands coups d’angady.

104Photographie 37 - 1966 : repiquage en foule.

105Photographie 38 - 1992 : au premier plan, repiquage en ligne.

106Photographie 39 - Deux ouvriers agricoles labourent à l’angady : un travail long et onéreux.

107Photographie 40 - En route vers Andranomangamanga : les animaux dételés paissent pendant que le charretier coupe du fourrage. Après cette halte, on repartira.

108Photographie 41 - 1966 : l’arrivée sur les Hauts. Des pionniers alignent leurs maisons dos aux vents.

109Photographie 42 - 1992 : Andranomangamanga est devenu un vrai village avec maisons à étage alignées le long de la route vers le nord.

110Photographie 43 - Rizière de bas-fond, boisements de pins : le paysage des Hauts s’humanise.

111Photographie 44 - 1966 : dans un paysage dénudé à perte de vue, d’anciens pâturages sont convertis en champs de pommes de terre sur billons.

112Photographie 45 - Macrobouture de pommier planté dans un trou rempli de terre humifère enrichie en fumier.

113Photographie 46 - Création d’un verger de pommiers sur cultures pluviales.

114Photographie 47 - Champ sur billons ouvert après la coupe des pins.

115Photographie 48 - La litière est ramassée sous mimosas...

116Photographie 49 - ... et sert à étouffer un feu de branchages et de feuilles.

117Photographie 50 - 1966 : le parc à bœufs, premier signe d’une installation sur les Hauts.

118Photographie 51 - 1992 : plus nombreux, les parcs à bétail restent des installations sommaires.

119Photographie 52 - La délimitation des parcelles est matérialisée «  par des bornes malgaches »...

120Photographie 53 - … ou par un simple talus.

121Photographie 54 - 1966 : l’habitat pionnier de petites maisons et dépendances proche d’un grand parc à bétail avec clôture de branchages...

122Photographie 55 - 1992 : ... est remplacé par de belles maisons aux murs en briques. Au premier plan, les bœufs de trait sont maintenant intégrés dans l’espace domestique.

123Photographie 56 - Route symbolique, route quotidienne : la mobilité territoriale des gens de l’Ankaratra.

LISTE DES ANNEXES

124Sigles 220

125Annexe 1 – Les incertitudes des chiffres de population de Tsarahonenana 222

126Annexe 2 – Tsarahonenana. Enregistrement des évolutions entre 1966 et 1992 224

127Annexe 3 – La généalogie des onze lignages de Tsarahonenana 225

128Annexe 4 – 1966 et 1992 : trois cas d’exploitants étudiés par Joël Bonnemaison (exploitants a et b) et par Haingo Ralimampianina (exploitant c) 228

129Annexe 5 – Dépenses en salaires et nourriture pour 1 hectare de rizière et pour 1 hectare de cultures pluviales 230-231

130Annexe 6 – Andranomangamanga : quelques indicateurs en 1992 232

© IRD Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540