Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le terroir et son double

 | 
Chantal Blanc-Pamard
, 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa

Annexe 1

Texte intégral

Les incertitudes des chiffres de population de Tsarahonenana (extrait d’une lettre de Joël Bonnemaison à Chantal Blanc-Pamard, 21 avril 1988)

1Un grand merci pour ta lettre, retour de Tsarahonenana. Tu devines avec quel plaisir j’ai lu ces nouvelles sur mon premier vrai terrain. Je pense souvent à cette vallée, aux gens, et c’est avec une réelle émotion que j’y reviendrai un jour, si j’y reviens.

2Les chiffres d’habitants que tu me donnes m’ont étonné : 785 habitants en 1988 contre 280 en 1966 ! Es-tu bien sûr qu’on parle bien de la même unité d’habitat ? J’avais limité mon étude au village central de Tsarahonenana et à deux petits hameaux périphériques, mais peut-être l’unité administrative de Tsarahonenana sur laquelle vous vous êtes fondés est-elle plus large ? Il y avait aussi beaucoup de va-et-vient avec les fronts de colonisation en altitude ; un grand nombre de montagnards sont « de jure » de Tsarahonenana (parce qu’originaires de là et ayant là un lieu d’habitat), alors que « de facto », ils habitent la plupart du temps à Andranomangamanga. Cet élément peut apporter une nouvelle confusion. Dans mon étude, j’avais décidé de ne traiter que les habitants résidant à Tsarahonenana « de facto » et non pas les habitants « de jure ». Or, c’est peut-être ceux-là que les Administratifs et recenseurs retiennent.

3Quoi qu’il en soit, le nombre de la population de fait a sans doute bien augmenté ; peut-être 500 personnes. Je vois mal alors comment les gens pourraient s’en sortir, car ils étaient déjà « limités » en 1966. Une sorte de « révolution verte » aurait-elle eu lieu ? Il serait intéressant de comparer les rendements de riz aujourd’hui à ceux que j’avais calculés en 1966. La canalisation de l’Ilempona a peut-être aussi « sauvé » la moitié du terroir des basses rizières de l’inondation qui noyait alors le riz chaque mauvaise année.

4Mais tu as raison de poser la question sur notre manque d’imagination ; nous en avons, nous géographes, sûrement beaucoup moins que les habitants, qui eux ne doivent pas penser, mais vivre. C’est sans doute plus exigeant.

5En tout cas, si tu reviens, il te faut faire la marche sur Andranomangamanga. D’abord, c’est un paysage magnifique (le retour aux origines), et tu comprendras là, comment la vallée survit grâce à la colonisation des hautes surfaces,... mais aussi tous les problèmes écologiques qui en résultent. Cela pourrait aussi expliquer le maintien des hautes densités de vallée, par l’extension de terroirs annexes en altitude, tous organiquement reliés à leurs points d’ancrage dans les régions de la plaine d’Ambohibary.

© IRD Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540