Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le terroir et son double

 | 
Chantal Blanc-Pamard
, 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa

Conclusion. Le passé recomposé

Texte intégral

1L’étude diachronique entre hier et aujourd’hui (omaly sy anio) fait la richesse d’une approche renouvelée et donne à ces choses vues et revues une profondeur de champ et de temps (« Then and now » en anglais, voir le chapitre qui a ce titre in Tiffen, Mortimore et Gichuki, 1994).

Les retours sur des terrains anciens prennent différentes formes. Les « retrouvailles » sont diverses, à des pas de temps variés et se traduisent par différents supports (écrits ou films). Raymond Firth (1936 et 1959), anthropologue anglo-saxon, spécialiste de la Polynésie, est un pionnier de l’approche renouvelée d’un même terrain saisi à deux époques différentes. On peut se reporter également au travail de Bernard Juillerat (1993) qui, dans un ouvrage dont le sous-titre est « Les Banoro et Richard Thurnwald revisités » se propose de « réinterpréter les analyses de Thumwald à partir de sa propre enquête ethnographique », soixante-quinze ans plus tard (1913-1975), mais aussi de « mesurer l’interprétation de l’anthropologue berlinois à l’aune de ses propres théories et de la pensée sociologique de son époque ». Et Bernard Juillerat ajoute « Richard Thumwald nous a amené aux Banoro et les Banoro nous ont renvoyé à Thumwald » ou encore « Thumwald tut notre compagnon d’enquête dès avant notre départ et nous ne nous sentions plus capables d’aborder les Banoro d’aujourd’hui sans lui ».

2L’intérêt du terroir revisité est de permettre de discuter les hypothèses explicites et implicites formulées par Joël Bonnemaison et d’amorcer une réflexion sur l’image du terroir qui se dégage à la lecture de Tsarahonenana. Pour l’auteur de la monographie revenu sur le terrain-mère en 1993, « un terroir est un miroir dont les diverses facettes sont en mouvement constant et ne se perçoivent bien que dans la durée » (Blanc-Pamard, Bonnemaison et Rakoto Ramiarantsoa, 1997 : 54). Il ne s’agit pas seulement de reprendre certaines des données et de les actualiser, mais plutôt de chercher à comprendre le changement dans une société étudiée pendant une période précise, à une échelle localisée.

3Le retour, vingt-cinq années plus tard, n’autorise plus à parler de « cercle de l’immobilité ». L’approche renouvelée découvre une société rurale qui satisfait ses besoins et assure sa survie en affinant ses pratiques, en tirant parti de savoir-faire accumulés et en acceptant ou réinterprétant les innovations proposées. Cette société met au point de nouvelles stratégies et recherche, à l’intérieur comme à l’extérieur du terroir, à élargir sa gamme d’activités. Le terroir revisité permet de repérer et de caractériser les dynamiques agraires de telle sorte qu’on se demande pourquoi les chercheurs font preuve de moins d’imagination que les paysans quand ils envisagent l’avenir.

4La diversification des systèmes de culture, l’association agricultureélevage, la constante construction et bonification des rizières, les différentes formes d’appropriation de la terre par reboisement ou par construction de terrasses, la place de l’arbre, la pleine utilisation de l’espace et du temps sont autant d’innovations à l’actif des paysans. Elles s’inscrivent clans une continuité historique, exploitent les virtualités du milieu et enrichissent ainsi le vieux complexe agraire Vakinankaratra qui associe toujours la plaine et la montagne.

5De cette manière est confirmée une conclusion de Joël Bonnemaison : « Le nouvel équilibre du système agricole s’est adapté aux conditions difficiles de l’écologie de montagne et a pu retrouver la riziculture, fondement de la civilisation de l’imérina » (1976 : 49).

6Autrefois le riz faisait le lien entre Tsarahonenana et Andranomangamanga. L’évolution concerne la recherche d’autonomie à Andranomangamanga soit par l’installation de rizières sur le terroir, soit par leur quête dans la plaine d’Ambatofotsy. Les risques restent le souci commun des agriculteurs d’en haut et d’en bas ; pour les premiers, c’est une difficile acclimatation à l’altitude, pour les seconds, c’est une continuelle recherche de la maîtrise de l’eau.

7La société se territorialise. Les premières familles installées, que ce soit à Tsarahonenana à la fin du XIXe siècle ou à Andranomangamanga au début des années cinquante, sont les mieux pourvues en terre (en quantité comme en qualité). Les familles fondatrices gardent également un privilège d’accès aux terres les mieux situées et les meilleures. En haut, on retrouve l’efficacité du système lignager dans la répartition des terres et la construction du terroir. En bas, le mouvement de capitalisation foncière est amorcé. Cette évolution traduit une autre caractéristique de la société, où se mettent en place de nouveaux types de rapports : des grosses familles se distinguent, des groupements horizontaux se constituent, des solidarités suscitées à une autre échelle dans le cadre du EPI se dessinent.

8La multiplication des relations verticales et horizontales peut agir comme un facteur de déstructuration. Ainsi, Hervé Rakoto Ramiarantsoa (1995) relève la différence des solidarités agricoles entre des régions où une organisation traditionnelle est maintenue et d’autres où la dilution de l’autorité entraîne l’éclatement social. Ici, ces relations multipliées s’inscrivent dans la permanence d’une société rurale marquée par sa civilisation. On peut dire comme Clifford Geertz (1983) à propos de Bali qu’il a étudié de 1957 à 1982 que « tout change sauf ce qui demeure ». Comme le souligne Philippe Couty (1991) « Il y a continuité avec une tradition et une expérience antérieures illustrant une capacité paysanne d’évolution autonome ».

9La transformation permanente reste un trait caractéristique des campagnes du Vakinankaratra. Revisiter le terroir permet de mesurer les initiatives internes à cette société qui se traduisent à la fois à l’échelle du terroir de Tsarahonenana et à l’extérieur vers les Hauts, mais aussi au-delà clans une dimension régionale et enfin dans les zones de migrations à l’échelle nationale.

10Ce n’était pas à l’échelle du terroir de Tsarahonenana que Joël Bonnemaison (1976 : 89) avait noté un dynamisme, mais à celle de la région d’Ambohibary. Il proposait d’ailleurs, dès 1965, « de faire une étude beaucoup plus extensive sur l’ensemble de la vallée d’Ambohibary-Sambaina... qui pourrait constituer une introduction à la géographie humaine du sud de l’Ankaratra et au mouvement de colonisation des terres neuves de sommets ou de planèzes à partir des bassins et vallées périphériques » (Bonnemaison, 1966). L’évolution de l’économie montre que le dynamisme paysan se lit dans un emboîtement d’échelles.

11Les paysans jouent sur une panoplie de stratégies pour répondre à l’accroissement de la population. La croissance démographique ne s’est pas traduite par une densification sur place en raison de départs ou d’installations proches et lointaines. Sur place, l’intensification vise une valorisation des terres. On remarque également l’introduction de nouveaux produits et le développement de nouvelles activités.

12Le « remplissage » du terroir, l’apparition de nouvelles plantes tel le soja, la construction de pistes, l’ordonnancement du parcellaire en tanety, les versants reboisés en pins sont autant d’éléments significatifs dans le paysage. Mais aucun fonctionnement n’est linéaire ; il n’est pas possible de dire que tel choix précède tel autre. Les paysans réagissent en fonction du contexte global et montrent ainsi leur capacité de réponse. C’est une paysannerie au sens fort du terme pour laquelle la maîtrise du territoire est une préoccupation vitale.

13L’espace se restructure selon les opportunités du moment et la mobilité, tout en exprimant une gestion à distance de la croissance démographique, et il s’imprime sur un fond d’héritage qui traduit les marques de la société. Les lieux d’installation actuels se comprennent par rapport aux liens historiques.

14Le nouvel espace régional qui se dessine en intégrant toujours plaine et montagne trouve sa logique dans la continuité de la colonisation mérina à partir de 1860 dans la plaine d’Ambohibary. Ambatofotsy devient un nouveau pôle pour les gens d’Andranomangamanga autrefois en liaison étroite avec Ambohibary. Il y a réorientation des liens du village-rejeton vers le nord, avec la région de l’Imamo et Arivonimamo, lieu de départ des premiers ancêtres venus s’installer à Tsarahonenana.

15La recomposition sociale et spatiale se situe clans un mouvement de retour aux origines conforme à la dynamique propre à la société malgache des Hautes Terres. « Le tody (retour) n’existe pas mais ce qu’on fait nous revient ». Dans cette structure, il n’y a pas place pour une situation figée (Bonnemaison, 1976 : 51). C’est en fonction du passé et du présent que le futur est abordé. Le roi Andrianampoinimerina déclarait « être un sanglier qui suit les endroits piétinés ».

16La référence à l’étude de Joël Bonnemaison permet de se situer clans un moment du cycle, au sein d’un processus d’ensemble d’évolution à long terme. Ceci souligne encore l’intérêt d’une approche renouvelée quand on a intégré cette dimension.

17Enfin, la « revisite » rend pertinente cette dimension dans le cadre des projets de développement. La société rurale combine des lectures locales et régionales de son espace de vie et dispose d’acquis historiques et d’innovations éprouvées pour assurer l’efficacité de son système de production. Son appartenance à un vieux pays oriente ses choix et guide ses réponses face à l’avenir : « le futur vient de derrière » (Dahl, 1992). Si le développement veut réussir, il doit prendre en compte ces réalités.

18Agir sans comprendre une situation locale, ses dynamismes, son inscription dans l’espace, mène à des impasses. Cela crée un lien vertical de confrontation et non de collaboration. En même temps, cela conduit à ignorer les contraintes que seul le niveau national peut lever, par exemple, les variétés agronomiques, les engrais, la maîtrise de l’eau, la route, les prix... Les pratiques paysannes imposent au développement des actions à échelles emboîtées.

19Assurer les meilleures chances de réception des apports nouveaux oblige aussi à considérer le fonctionnement cyclique de cette société. Le futur proposé doit intégrer l’histoire rurale et composer avec les dynamiques agraires spontanées. C’est à ce prix que les opérations de développement très nombreuses dans la région et aux résultats inégaux pourront faire du Vakinankaratra des campagnes prospères à la mesure de leurs possibles.

20Ce retour à Tsarahonenana a une autre dimension, très forte, qui nous est apparue peu à peu. Il a recomposé le passé, il a remis en scène les différents acteurs de la recherche, qu’ils soient chercheurs français ou malgaches, paysans de la plaine ou de la montagne. Le « présent de la mémoire a resurgi ». Une chaîne de liens successifs autour de Tsarahonenana s’est tissée depuis Joël Bonnemaison « lancé en précurseur dans l’étude d’une communauté paysanne des Hautes Terres de Madagascar », à partir de la méthode proposée par Paul Pélissier et Gilles Sautter, jusqu’à aujourd’hui.

21Revenu sur ses pas en 1993, Joël Bonnemaison a accompli un retour sur soi après une » aventure géographique » qui l’a conduit de Madagascar en Mélanésie, après ce « travail-mère » (expression employée par Joël Bonnemaison à l’occasion de son retour à Tsarahonenana), par « une route qui l’a projeté vers d’autres lieux » (Bonnemaison, 1992) dans un même monde culturel, celui des austronésiens. Il faut relire Tsarahonenana avec Joël Bonnemaison : « Ce sont, en Océanie comme ici, des gens de pirogue, à la fois gens de racine et gens de voyages, gens de lieux et gens de routes ».

© IRD Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540