Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le terroir et son double

 | 
Chantal Blanc-Pamard
, 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa

Deuxième partie. Les Hauts d’Andranomangamanga

Volltext

« Depuis les premiers temps de la fondation du village, la haute montagne représente l’espace d’émigration prioritaire des villageois. Le plateau d’Andranomangamanga, autrefois domaine de pâtures éloigné de Tsarahonenana, est devenu peu à peu, au fur et à mesure que s’y installaient des colons pratiquant cultures de pommes de terre et élevage de bœufs, un véritable front pionnier d’altitude. Il n’est pas aujourd’hui une famille de Tsarahonenana qui ne possède là-haut un ou plusieurs de ses membres. » (p. 68)

1Reprenons une description de Joël Bonnemaison pour présenter les Hauts d’Andranomangamanga « situés à deux heures de marche au nord-ouest de Tsarahonenana. C’est une haute planèze bosselée, à la surface inclinée, séparant deux des grandes plaines intérieures de l’Ankaratra, celle d’Ambatofotsy au nord, celle d’Ambohibary au sud. » (Bonnemaison, 1976 : 78).

2Le plateau d’Andranomangamanga, front pionnier des paysans de Tsarahonenana (Bonnemaison, 1976 : 67), a donné son nom au village où se sont installés les premiers migrants. La colonisation s’est faite en deux étapes. D’une part, à la fin du XIXe siècle, « prendre possession d’une région déserte » est l’expression que les traditions orales locales retiennent pour évoquer l’installation dans ce milieu d’altitude des premiers occupants, passés au rang d’ancêtres ; d’autre part, en 1948, à la demande de deux migrants originaires de Tsarahonenana établis au sud du village actuel, le premier instituteur de l’école catholique d’Andranomangamanga arrive dans un « semi-désert ». Faisant suite à la construction de l’église catholique en 1938, l’ouverture de l’école confessionnelle, tout en répondant aux besoins des familles d’instruire leurs enfants sur place, accélère l’occupation de cette région d’altitude.

3En 1966, on dénombrait dix toits formant le hameau central du plateau d’Andranomangamanga (renseignement fourni par Pascal, informateur de Joël Bonnemaison à Andranomangamanga) ; on compte maintenant quarante-deux toits dans le village devenu, depuis 1989, chef-lieu de fokontany, avec deux écoles primaires, l’une catholique et l’autre publique.

41. 1966 : l’arrivée sur les Hauts. Des pionniers alignent leurs maisons dos aux vents

Auparavant, Andranomangamanga faisait partie du fokontany de Tsarahonenana. L’instituteur en poste depuis 1989 à l’école catholique d’Andranomangamanga est le fils d’un ancien instituteur de la mission catholique à Tsarahonenana. L’école publique date de 1979 ; 158 élèves ont fréquenté les cinq classes pendant l’année scolaire 1991-1992.

4En 1992, ce fokontany, avec 380 électeurs, compte plus de mille habitants répartis en une quinzaine de hameaux dispersés, hameaux plus ou moins importants, de quelques toits à une quarantaine comme à Andranomangamanga.

42. 1992 : Andranomangamanga est devenu un vrai village avec maisons à étage alignées le long de la route vers le nord

« La conquête de la plaine achevée, la colonisation s’éleva en altitude, s’étageant sur les hauts versants ou plateaux d’altitude, progressant de plus en plus haut et de plus en plus loin à l’intérieur de la montagne, vers le nord, » (p. 8)

5Concentrées sur le hameau central, les observations et enquêtes effectuées en octobre-novembre 1992 précisent la nature de cette évolution. À partir du « front pionnier » décrit par Joël Bonnemaison, Andranomangamanga s’est établi sur son territoire ; le changement, inscrit dans le difficile contexte d’une région d’altitude et excentrée, révèle les initiatives de la population au plan agricole comme à celui de la gestion foncière et des activités économiques. La dynamique, toujours actuelle, découvre d’autres horizons et crée des liens qui renouvellent la solidarité entre la plaine d’Ambohibary et les Hauts de l’Ankaratra en déplaçant et en élargissant les relations vers le nord, vers Ambatofotsy, et vers Soavinandrina, à l’ouest.

6Trois thèmes illustrent plus particulièrement le dynamisme de ce terroir montagnard de l’Ankaratra, depuis 1966 :

7○ la gestion du risque, par un travail d’expérimentation endogène au champ, en grandeur réelle ;

8○ la territorialisation de la population, remarquable par l’organisation sociale et économique, la structuration foncière et les éléments paysagers désormais permanents ;

9○ les nouveaux horizons d’Andranomangamanga relatifs à l’administration du territoire et à la vie régionale.

10Un tableau (annexe 6) regroupe quelques éléments qui caractérisent ce village en 1992. Le transect (fig. 35) d’un tracé NO-SE montre les différentes utilisations du terroir dans un rayon de 400 m, de part et d’autre de la route charretière. La présence d’arbres, pins, mimosas ou pommiers associés aux cultures est remarquable.

Figure 35. L’occupation du sol à Andranomangamanga en 1992 selon un transect NO-SE

Figure 35. L’occupation du sol à Andranomangamanga en 1992 selon un transect NO-SE

UNE AGRICULTURE PAYSANNE

« Le système agraire, fondé essentiellement sur la culture de pommes de terre et l’élevage des bœufs, ne va pas sans un certain nombre de problèmes. » (p. 75)

11À 2 100 m d’altitude, le plateau d’Andranomangamanga connaît un climat tropical dont la très faible pluviosité en septembre-octobre, au moment des semis de pommes de terre et de maïs, est une caractéristique. Le froid et la sécheresse relative sont deux éléments naturels dont les effets, négatifs, expliquent certaines des perceptions et des pratiques paysannes. On caractérisera ces contraintes avant de présenter les innovations du système cultural depuis 1966.

Une gestion du risque

DES CONTRAINTES CLIMATIQUES

12La culture du manioc est absente sur le terroir d’Andranomangamanga, car le froid inhibe sa croissance ; le manioc qui vient compléter le maïs du repas de midi, en septembre-octobre-novembre (soudure en riz et en pommes de terre), est acheté sur place, une fois acheminé par charrette d’Ambohibary. Il provient des régions d’Ankazomiriotra et de Mandoto, dans le Moyen-Ouest du Vakinankaratra. Autre absence remarquable, celle de la patate douce sur les champs de l’interfluve portant le hameau central d’Andranomangamanga. Les paysans disent que « le tubercule ne donne rien quand vient le gel ». La patate est effectivement cultivée sur les autres interfluves d’altitude moins élevée.

« Les fronts pionniers dans la mesure où toute riziculture s’y est révélée impossible, sont considérés par de nombreux paysans comme une “aberration”. » (p. 68)

13La contrainte imposée par le froid est aussi très présente pour la riziculture : la quasi-totalité des bas-fonds du terroir n’est pas mise en rizières. Dans le marais d’Adobomanga, à l’est du village, l’échec d’une expérience de culture du riz a fait constater la « rigueur du froid » ; le gel des eaux du marais n’est d’ailleurs pas inconnu en saison fraîche.

14La perception des « bons sols » de tanety pour la culture pluviale de maïs et de pomme de terre indique un autre type de contrainte climatique, la sécheresse relative des mois de septembre à novembre.

15Les sols qui tiennent bien, « à tête de sauterelle » (lohambalala), conviennent aux pommes de terre : l’expression désigne une structure fragmentaire grumeleuse, les agrégats de base prenant la forme d’une tête de sauterelle d’un rayon d’environ 0,5 cm. Le maïs, en revanche, souffre de ce type de sol : « il ne supporte pas cette terre qui apparaît comme un » assemblage de grains de paddy « (mamarivary), car la chaleur y pénètre facilement et la plante s’en trouve desséchée plus rapidement ». Les deux expressions « tête de sauterelle » et « assemblage de grains de paddy » désignent la même réalité, c’est-à-dire un sol bien structuré avec des agrégats dont le contour net rappelle la forme des grains de paddy. Le maïs préfère les terres douces, plus friables, avec une cohérence moindre des agrégats.

16Ce classement de l’aptitude des sols dénote un jugement plus sensible aux contraintes qu’aux atouts pédologiques, jugement lié aux conditions atmosphériques du moment de la mise en culture. En effet, les sols structurés présentent intrinsèquement une meilleure aptitude culturale pour le maïs, par leur bonne tenue et leur aération. Ce qui est une qualité est pourtant perçu comme un défaut, à cause de la sécheresse prédominant au moment de la plantation : la macro-porosité du sol permet à l’insolation d’atteindre directement la rhizosphère et d’asphyxier les radicelles du maïs. Préférer des terres moins structurées pour le maïs est pour le paysan le moyen de gérer au mieux, avec ses moyens actuels, la sécheresse de septembre.

17La pratique aboutit, certes, à une distribution des champs suivant les soins apportés à leur mise en valeur : la terre devient douce et molle quand on la travaille continuellement. C’est ainsi que le maïs est cultivé non loin des zones d’habitation ; en revanche, les parcelles en monoculture de pomme de terre se trouvent éloignées des hameaux, souvent après les jachères. Une telle situation n’entraîne pas une « vocation » de ces parcelles : ainsi, la pomme de terre peut « aimer » une terre friable si on y apporte beaucoup de fumier de parc ; on retrouve, avec cette constatation paysanne, le rôle de la matière organique dans la structuration des sols. Une autre pratique consiste à mettre sur un horizon « à tête de sauterelle » l’horizon sous-jacent, de couleur plus vive et de structure moins affirmée : ce dernier recouvre « les yeux du sol » (mason-tany) en surface et la graine de maïs bénéficie alors d’une bonne niche écologique pour se développer.

18Ces perceptions et manipulations du sol montrent une familiarité des paysans dans leur traitement à des fins culturales ; ils procèdent par des essais en grandeur nature pour composer au mieux avec les contraintes très fortes du milieu montagnard. Les résultats représentent le meilleur équilibre du moment comme le montre l’évolution du paysage agricole depuis 1966.

DES PAYSANS AGRONOMES

19Située en dehors du binôme tanety/bas-fond, trame topographique caractéristique des terroirs des Hautes Terres malgaches, la montagne n’est pas un milieu d’occupation ancien pour les paysans ; en cela, elle constitue un lieu d’apprentissage. Andranomangamanga relève de ce cas. Libre, l’espace permet à chaque paysan de se livrer en conditions réelles à des expérimentations qui montrent combien peuvent être pertinentes les démarches paysannes. Ces essais (manandrana : on essaie) indiquent aussi les limites des initiatives endogènes. Si les techniques de production peuvent être acquises par les paysans d’Andranomangamanga comme le montrent la culture de la pomme de terre et celle des pommiers, il n’en est pas de même pour l’aval de la production, point clef de l’activité agricole dont le monde rural n’a pas la maîtrise.

43. Rizière de bas-fond, boisements de pins : te paysage des Hauts s’humanise

20□ Même si le terme de « région désertique » ne peut plus s’appliquer au territoire actuel d’Andranomangamanga, plusieurs faits autorisent à parler d’un espace où une charge humaine relativement peu importante laisse beaucoup de terres libres, inoccupées :

21○ il existe encore quelques endroits qui n’ont jamais été travaillés, à l’est du village. Ceux qui défricheront ces terres en deviendront propriétaires ;

22○ la grande majorité des exploitants respecte des temps de jachère de trois à quatre ans et on trouve des friches aux abords des habitations. Dans les villages de la plaine d’Ambohibary, ce sont les endroits les plus intensivement cultivés ;

23○ l’élimination de mimosas pour gagner des parcelles de cultures n’a pas encore cours, étant donné les disponibilités en espace ; du hameau central, les limites du fokontany vers l’est, le nord et le nord-ouest se confondent avec l’horizon et cette vue semi-circulaire donne la mesure de l’étendue du territoire.

24Ces espaces vacants autorisent des essais culturaux, sans empiéter sur les terres dévolues à la production pour une autosuffisance alimentaire. Dans ce sens, les expérimentations sont le lot de chaque ménage. Des essais de culture de patate douce aux alentours du plateau central ont été signalés ; tara (variété locale) et blé ont également été tentés, sans succès. Tomates, avocatiers, orangers, raisins : autant de plantes abandonnées à cause du gel.

L’exemple d’un exploitant, RB, semble particulièrement représentatif du comportement des montagnards d’Andranomangamanga ; arrivé en 1948, il essaie depuis cette date différentes variétés de haricots et constate un remplissage imparfait des gousses :

  • rotro lova, non concluant après deux ans de culture ; cette variété a disparu du terroir ;
  • menakely, non concluant après deux ans ;
  • mavokely, essai sur un an ;
  • maramara, non concluant ;
  • tsaramaso, petit pois en provenance de la plaine d’Ambohibary ; cette variété est actuellement à l’essai.

25Il espère par ses diverses tentatives sélectionner une variété d’altitude. L’exemple de RB révèle un trait structurel des agriculteurs d’Andranomangamanga : la permanence des recherches, sans autre protocole que l’expérimentation directe au champ.

26« Aucun suivi des agents de services techniques, pas plus que ceux des services agricoles, ni d’approvisionnement en intrants » : un instituteur du hameau central évoque en ces termes le délaissement par les institutions officielles de l’activité agricole locale. Seul, la mission catholique assure un encadrement diffus : quelques paysans d’Andranomangamanga assistent à des sessions de formation agricole à Ambohibary, dans le cadre d’une structure qui permet de toucher beaucoup de communautés rurales du Vakinankaratra profond.

Il s’agit de l’organisation des communautés rurales de base (sokajy fototra) par l’association des jeunes ruraux catholiques ; ceci est un exemple parmi bien d’autres de la présence importante des églises chrétiennes dans l’encadrement des campagnes du Vakinankaratra, à l’origine champ de mission des luthériens. Dans l’organigramme du service agricole officiel, Andranomangamanga relève de la compétence du secteur de vulgarisation agricole (Secva) dont le siège se trouve également à Ambohibary, à quatre heures de marche.

27Les productions agricoles sont alors organisées d’une manière pragmatique, dans le but d’assurer les besoins alimentaires. Dans ce cadre, les expérimentations prennent tout leur sens et ht recherche du meilleur matériel végétal et des meilleures pratiques est un objectif permanent. La mise au point des cultures les plus présentes dans la vie du hameau le montre.

« L’impossibilité de cultiver sur rizières. » (p. 88)

28□ L’essai de création de rizières à haute altitude ne répond pas seulement à un objectif agricole, mais participe à la construction de l’identité d’une communauté paysanne autonome.

« Il y a, dans cette volonté de retour à la riziculture dans des conditions naturelles qui la rendent pratiquement impossible, quelque chose d’émouvant et de dramatique. » (p. 80)

29La riziculture ne constituait pas, à l’origine, un objectif du front pionnier d’altitude car « les villageois conservent dans leur terroir natal leurs rizières... » (Bonnemaison, 1976 : 68). Les liens entre les Hauts et le bas, organiques dans la mesure où Andranomangamanga est un village-rejeton de Tsarahonenana, demeuraient forts par la culture du riz qui restait dans la plaine. Toutefois, des tentatives pour acclimater le riz en altitude ont été effectuées depuis longtemps puisque Joël Bonnemaison note que, dans les dernières années du XIXe siècle, « les essais pour créer des rizières n’ont pas été fructueux » (1976 : 79). La dynamique actuelle d’extension des rizières inondées dans les vallons d’altitude est d’ailleurs remarquable : on observe, dans le bas-fond de Tsentsindrano que domine le sentier menant à Andranomangamanga, la « mise en rizières » de plusieurs endroits auparavant en friche. D’impressionnants travaux de planage soulignent cette installation de parcelles rizicoles à une altitude moyenne de 1 850 m.

30Cette volonté de disposer de rizières sur le terroir caractérise aussi les paysans d’Andranomangamanga même si, pour l’instant, certains bas-fonds sont inutilisés et d’autres occupés par des pommiers et des cultures pluviales. En effet, les chefs de ménage de plus de cinquante-cinq ans ont tous essayé de « dresser des rizières » et, au vu des résultats, n’ont pas persévéré. On observe actuellement une seule rizière, dans le vallon bordant à l’est le plateau, site du hameau central : d’une superficie de 15 ares, elle est située à environ 1 950 m d’altitude. Acquise par l’actuel propriétaire dans le but précis d’en faire une rizière, cette terre est effectivement repiquée depuis quatre saisons culturales.

31Les pratiques de riziculture améliorée sont associées aux pratiques traditionnelles. Ainsi la préparation de la rizière combine le labour à l’angady et le piétinage par les bœufs. Un double sarclage est effectué à la houe rotative. Fumier de parc et engrais chimique sont apportés à la rizière. Le repiquage en damier utilise un seul brin à la fois. L’exploitant applique à la rizière du haut ses connaissances acquises sur les rizières du bas ; il se sert également du matériel de ses rizières de la plaine. On considère que la riziculture des Hautes Terres malgaches cesse d’être réellement productive au-delà de 1 300 m d’altitude. Dans des conditions limites de froid, de vent et de grêle, dresser le sol, dompter les eaux sauvages qui apportent des atsanga (matériaux grossiers), donner des soins attentifs aux plants de riz et jouer sur le cycle sont les tâches renouvelées de l’exploitant. Le vary-latsika, variété de riz sélectionnée localement, est la seule variété qui soit adaptée aux exigences de l’altitude, sur les Hauts de l’Ankaratra. Pour le repiquage, on emploie des plants de deux mois.

32Jusqu’à présent, la récolte n’a été que tetevoa, consistant en grains de paddy produits par quelques plants épars ; il n’y a pas encore eu une production de la totalité des pieds repiqués dans la parcelle. L’exploitant s’attache cependant à « faire » la rizière au prix d’efforts récompensés en fourrage, l’actuelle destination des plants aux épis avortés. « Quand la terre sera mûre (on peut aussi traduire par fertile), elle se réchauffera et produira en conséquence ; avec ce résultat, on étendra alors les surfaces cultivées ». Et, bon an mal an. « la » rizière d’Andranomangamanga est mise en culture, dans l’espoir d’une bonne récolte, prémisse de l’« enriziculture » des bas-fonds.

« La monoculture absolue qui règne dans les terroirs d’altitude engendre un certain nombre de problèmes. » (p. 76)

33□ Alors que la riziculture reste problématique, les innovations paysannes autour de la pomme de terre se traduisent par des progrès incessants. Par rapport à la « monoculture » décrite par Joël Bonnemaison, la culture de pommes de terre a progressé dans trois domaines : la diversification des variétés, l’occupation de l’espace, les façons culturales.

34La variété de pommes de terre ovy mainty très appréciée pour ses rendements élevés a disparu du terroir. Sensible au mildiou, elle a été remplacée, au début des années quatre-vingt par la variété garana dont la prédominance tient plus à sa résistance relative aux diverses maladies et à sa bonne aptitude à ht conservation qu’à sa production. Les autres sont d’anciennes variétés hollandaises cultivées auparavant. Makarely a été introduite en même temps que garana. La variété ovy fotsy voka-poana est réservée aux cultures de saison intermédiaire, de février à juin, sur des parcelles différentes, cultures verim-boly.

« La culture de la pomme de terre bénéficie dans la haute région de conditions climatiques et pédologiques relativement favorables. » (p. 75)

35La monoculture qui caractérise les parcelles de tanety les plus éloignées du village ne concerne plus qu’une partie du terroir : elle n’est plus ni « absolue » ni « ininterrompue ». En revanche, la pomme de terre est désormais présente sur tout le terroir ; on l’observe dans des situations topographiques variées, sur les interfluves (sommets, versants et parties basses) comme dans les bas-fonds. Les façons culturales différencient dans le paysage les champs où pousse la pomme de terre :

36○ la pratique du tolaka est généralisée sur les parcelles en monoculture : le sol est découpé en larges billons parallèles au sens de la pente ;

37○ l’innovation associe le maïs et la pomme de terre dans une même parcelle, que ce soit en tanety ou en bas-fond.

44. 1966 : dans un paysage dénudé à perte de vue, d’anciens pâturages sont convertis en champs de pommes de terre sur billons

38Le maïs, absent en 1965, n’a été adopté sur le terroir que depuis quatre ans ; sa réussite récente est liée d’abord à ce que les paysans interprètent comme un réchauffement du climat, perception paysanne qui se fonde sur la diminution des pluies : « il y a moins de longue période pluvieuse, moins de crachins de longue durée : aussi a-t-il fait plus sec et donc plus chaud, le harongana (variété de maïs) commençait à produire ». Ensuite, le succès du maïs tient au choix d’une variété locale (afokely) originaire des montagnes de l’Ankaratra, préférable à la variété précédente, harongana. Celle-ci, très sensible au froid, avec une tige de plus de 1,5 m de haut, versait sous l’effet du vent.

39Les évolutions de la culture de la pomme de terre répondent au souci majeur d’atténuer les risques, très présents dans cette zone d’altitude : échelonnement des dates de plantation des différentes variétés, dispersion spatiale maximum des parcelles, association avec d’autres cultures. Dans cette optique, la recherche des meilleures pratiques est toujours réelle et l’apprentissage, effectif : les paysans ont appris à leurs dépens que l’association pomme de terre et haricot n’est pas une réussite, car « la pomme de terre élimine le haricot ». Ces résultats permettent une adéquation progressive des pratiques aux réalités du milieu.

40□ Une autre innovation porte sur l’association de l’arbre et de la culture. L’association pommiers et pomme de terre/maïs est une nouveauté dans le paysage. Elle n’est pas mentionnée en 1965.

41L’essor de la culture du pommier date des années soixante-quinze. Il semble que les premiers plants aient été introduits par un migrant installé à Andranomangamanga vers le début des années quarante et originaire de Soaninindrariny, près d’Antsirabe, secteur réputé pour ses vergers de pommiers.

42Les plantations de pommiers sont restées longtemps au stade de l’essai. Par tâtonnements successifs, les paysans ont appris à obtenir de jeunes plants soit en sectionnant une branche et en la transplantant, soit en prélevant les jeunes pousses à la base de l’arbre. La transplantation dans le bas-fond s’avère la meilleure, le jeune plant y trouvant de bonnes conditions d’humidité, indispensables à sa croissance pendant trois ou quatre ans. Ensuite, le pommier est planté en tanety, associé à des cultures pluviales.

45. Macrobouture de pommier planté dans un trou rempli de terre humifère enrichie en fumier

43Lorsque le jeune pommier est directement planté en tanety. il est nécessaire d’arroser chaque jour l’arbuste. Un trou de 1 m en tous sens est creusé : la terre est prélevée et le plant est recouvert de fumier. Ensuite, dès que le pommier produit des fruits, il bénéficie du travail sur le maïs et les pommes de terre. La mise en culture de l’espace entre les arbres est aussi un moyen de les protéger des bovins. En monoculture, on effectue un buttage au pied. Certains procèdent à la taille des gourmands, car ils « prennent la force des fruits ».

44En 1992, les vergers de pommiers accompagnent les cultures de pommes de terre et maïs, parfois de haricots et maïs. Les variétés de pommes cultivées sont : vary masaka (variété locale, douce), golden (variété récente, douce), maramena (acide) et calville (douce). Les paysans différencient, en fonction de la date d’entrée en production, les pommes douces qui ne portent des fruits qu’au bout de cinq ans et les pommes acides qui produisent dès la deuxième année de plantation.

46. Création d’un verger de pommiers sur cultures pluviales

45La culture du pommier, c’est-à-dire l’obtention de jeunes plants, le succès de la transplantation, la localisation réussie dans les bas-fonds, l’association aux cultures vivrières, l’écartement entre les arbres qui doit être d’environ 4 m pour ne pas gêner la croissance des cultures au sol, tout cela est le résultat d’un long apprentissage.

46Rendue nécessaire par le vide de l’encadrement agricole officiel, la patiente mise au point de nouvelles pratiques est le fait des paysans d’Andranomangamanga. De plus, ceux-ci sont loin d’avoir épuisé les multiples facettes du milieu montagnard et la diversité des réalités locales. Il faut encore que l’apprentissage des contraintes de production se précise, que la connaissance du milieu s’étoffe, que les pratiques culturales s’adaptent.

47Cette situation exige un dialogue constant de ceux qui aménagent l’espace et mettent en place le paysage cultural avec le milieu qu’ils façonnent : seuls les résultats du terrain remettent en cause les acquis et guident les choix. Cette quête permanente de relations mieux adaptées au milieu exploité apparaît comme l’héritage le plus net du caractère de front pionnier de la zone ; elle explique que des éléments paysagers nouveaux apparaissent : « dressage » de rizières, présence récente mais importante du maïs, extension de formes d’agroforesterie avec les pommiers. Cette alliance de l’arbre et de la culture révèle une gestion particulière des ligneux, les pommiers, mais aussi les mimosas et les pins.

Une gestion de l’arbre : agroforesterie et reboisement

48Les pommiers ne sont pas les seuls arbres « cultivés » sur le terroir. Les mimosas et les pins couvrent également les tanety et leur présence sur les versants a un rôle anti-érosif important. Joël Bonnemaison n’a mentionné ni pommiers, ni pins, ni mimosas. Ces arbres, par leurs différentes productions, sont sources de numéraire, mais ont aussi un rôle de marqueur de terre. « S’il y a un arbre, cela appartient à quelqu’un ». L’alliance de l’arbre et de la culture s’observe sur un double plan. D’une part, à l’échelle du terroir, les formations de pins et de mimosas constituent une auréole à une certaine distance des maisons, après les vergers et les champs. D’autre part, à l’échelle de la parcelle, les mimosas sont associés aux cultures à cycle court (pomme de terre et maïs) sur billons.

LES MIMOSAS

49Les paysans gèrent l’extension des mimosas qui ne semblent pas avoir fait ici l’objet d’une plantation comme à Faravohitra, à deux heures de marche à l’ouest d’Andranomangamanga (Rakoto Ramiarantsoa, 1993 b). Les stades phénologiques différents permettent de parler d’un aménagement forestier à l’échelle du fokontany, mais il s’agit d’une gestion individuelle paysanne. On note des faciès différents : hautes futaies, taillis de 3 à 4 m, recrûs sur friches parfois alignés suivant le sens des billons. Le mimosa est un arbre polyfonctionnel qui, suivant son âge, fournit du bois de construction, du bois de chauffe ou du charbon de bois.

50Les initiatives de ceux qui ne disposent pas de peuplements de mimosas en âge d’être exploités soulignent leur importance ; ces derniers achètent le bois sur pied sur une parcelle pour l’exploiter en charbon de bois tout en cultivant celle-ci en pomme de terre et maïs.

51Le mimosa, Acacia dealhata, est apprécié dans cette zone d’altitude pour sa vigueur, ses capacités de drageonner et de rejeter de souche qui en font une ressource naturelle renouvelable. Les paysans en connaissent bien les caractéristiques. Sur la parcelle, les récoltes ont lieu avant que la reprise du mimosa, sectionné à la base mais non dessouché, ne soit trop vigoureuse et ne concurrence les plantes cultivées. Les exploitants savent aussi éliminer cette mimosacée en la coupant en avril, un mois avant la saison fraîche, pour que le gel exerce une action létale sur la plante.

52Une autre forme d’association culture/arbre s’explique par les contraintes du pâturage. La présence des bovins sous les mimosas limite leur croissance par le piétinement continu qui durcit le sol et empêche un bon développement. C’est pourquoi les propriétaires choisissent de cultiver les espaces entre les ligneux. L’association préserve la qualité des arbres.

LES PINS

53Le reboisement des parcelles de tanety en pins est une autre forme de gestion d’un espace qui est approprié. Ici les pins, exploités pour faire des madriers, ne sont pas perçus de façon négative puisque les paysans reconnaissent comme à Tsarahonenana que les souches de pins « mûrissent » la terre. Des jachères de tolaka retournent à la culture en associant pommes de terre et jeunes plants de pin. Les arbres préservés dans les parcelles cultivées ont un port anthropomorphique avec un houppier apical.

47. Champ sur billons ouvert après la coupe des pins

54Les habitants d’Andranomangamanga, par la combinaison des arbres et des cultures, ont promu une agroforesterie paysanne en valorisant l’interaction entre végétaux, ligneux et production végétale. Cette agroforesterie caractérise tout l’ensemble régional des montagnes de l’Ankaratra.

55L’intégration des ligneux sur le terroir est telle que certains arbres sont protégés, car ils sont situés dans des endroits stratégiques selon les destins astrologiques. C’est le cas des toham-bohitra (« écran du village »), par rapport à l’emplacement des tombeaux. Pour cette raison, les bosquets de mimosas en futaies sont situés le plus souvent du côté est des habitations.

Un traitement de la fertilité

56Les différents moyens de fertilisation sont moins raffinés qu’à Tsarahonenana et font une place plus importante aux végétaux, mimosas surtout. Le feu est un outil privilégié de cette gestion.

57Les végétaux fournissent après transformation par le feu plusieurs types d’intrants in situ sur la parcelle ou par apports :

58○ comme à Tsarahonenana, le doro-hazo (brûlis de bois) est effectué, mais seul le mimosa fournit la matière végétale (bois, branchages et feuilles) à incinérer sur les parcelles en tolaka ;

59○ une préparation, le doro-lavenona (brûlis de cendres) est spécifique des terroirs des Hauts. Il s’agit de cendres provenant d’un brûlis de branchages et de feuilles de mimosas dont la combustion est interrompue par un recouvrement de litières de mimosa (c’est l’horizon A0 des sous-bois de mimosa). Sur ces cendres ramassées en tas, la litière étouffe le feu : c’est le doro-sasaka (brûlis à moitié). Ce matériau est réservé aux cultures pluviales ;

48. La litière est ramassée sous mimosas

49... et sert à étouffer un feu de branchages et de feuilles

60○ les aiguilles de pin ramassées constituent le lafik’ovy (support des pommes de terre). Brûlées dans les trous où sont déposés les tubercules, elles « engraissent » le sol ;

61○ la récupération des pommes-fruits souligne le soin apporté à fertiliser et l’intégration de cet objectif dans les pratiques quotidiennes. Les pommes impropres à la consommation et à la commercialisation sont valorisées en compost dans des fosses de quelques mètres cubes. Les couches alternées de pommes pourries et de graminées se décomposent et participent à la fertilisation des cultures pluviales ;

62○ les trous à détritus et le sorok’ahitra (raclage de graminées) sont des types de fumures déjà décrits à Tsarahonenana.

63Aux éléments organiques végétaux s’ajoutent les préparations organiques animales qui complètent les transferts de fertilité à Andranomangamanga.

64Le fumier de parc, bien qu’insuffisant, reste la forme privilégiée de fumure organique. Le maintien des vala (parc tournant) pallie ce manque. Les bœufs sont parqués dans un endroit (lasy : camp, campement) où est construit un parc temporaire correspondant à la taille de la future parcelle (20 à 50 ares). Le parc reste là huit jours au minimum avant d’être déplacé. S’il s’agit de bœufs confiés dont les propriétaires sont dans la plaine, les bénéficiaires peuvent changer au cours du gardiennage dans les Hauts, à charge pour eux de fournir le fourrage aux animaux dans le parc. De même, les crottes de mouton participent à l’engraissement des parcelles de pomme de terre.

65La combinaison des différentes formes de fertilisation souligne la place de l’élevage, et plus particulièrement de l’élevage bovin.

Un élevage villageois

66On retrouve à Andranomangamanga les caractéristiques de l’élevage de Tsarahonenana : un élevage paysan au service des besoins locaux.

« L’exploitation du troupeau est dans la plupart des cas regroupée au niveau de la famille entre les frères et les cousins qui habitent le même hameau. Les bêtes paissent dans la journée sous la surveillance des enfants, puis sont enfermées la nuit dans un parc commun. » (p. 77)

67L’élevage bovin naisseur a décliné en raison de la raréfaction des pâturages. Dès lors, la composition du cheptel a changé : réduction de la part des vaches, augmentation de celle des mâles. On a l’impression que les effectifs de bovins ont diminué depuis 1965, quand Joël Bonnemaison signalait que des notables possédaient plus de 20 ou 30 bovins. C’est sur les bœufs de trait chargés du transport que se portent les soins des paysans. La possession d’un attelage de bœufs et d’une charrette est un complément indispensable des activités agricoles. La charrette est le seul moyen de transport qui permet d’évacuer des quantités importantes pour assurer la vente aux marchés sans dépendre des collecteurs.

68Le travail animal, en traction attelée par paire, nécessite une force de traction importante de la part des animaux pour un trajet aller-retour dans une même journée, à une époque où le plus souvent la nourriture est peu abondante :

  • vitesse de 2 km/h à 3 km/h ;
  • distance d’environ 8 km en zone montagneuse ;
  • durée du travail de 4 à 7 heures pour un trajet aller ;
  • pénibilité plus forte en saison des pluies ;
  • change transportée de 300 à 400 kg non compris le poids de la charrette.

69Les animaux sont gardés au village dans un parc, à ciel ouvert, d’environ 6 m X 6 m, constitué d’une clôture en bois et en branchages de mimosas. Une nourriture complémentaire est donnée aux bœufs de trait en période de transport, le matin avant le départ et le soir au retour au village. Il s’agit de fourrage, de paille de riz apportée de la plaine et de pomme de terre ou maïs bouilli mélangé au son de riz.

50. 1966 : le parc à bœufs, premier signe d’une installation sur les Hauts

51. 1992 : plus nombreux, les parcs à bétail restent des installations sommaires

70L’élevage des petits ruminants connaît plus ou moins de succès en raison des maladies. L’élevage des moutons (élevage naisseur) était important ; mais, en 1973, le troupeau a été décimé par une épizootie. On compte, en 1992, 16 bêtes.

71L’élevage des porcs, bien que ces animaux soient très sensibles aux maladies, est une activité très rémunératrice dans des délais courts. Les pommes de terre participent à l’engraissement des porcs.

72L’aviculture demeure traditionnelle par l’intérêt limité accordé à sa commercialisation. Elle permet d’abord d’avoir sous la main un petit capital pour des dépenses imprévues et répond aussi au souci de disposer d’un reconstituant en cas de faiblesse ou de maladie : le bouillon de poule est un remède roboratif apprécié.

Une économie de terroir

« La principale difficulté de front pionnier vient de son isolement et de la mauvaise qualité des voies de communication, surtout en saison humide. » (p. 79)

73Terroir des Hauts à plus de 2 000 m d’altitude, Andranomangamanga cumule deux types de contraintes : des conditions écologiques limitatives pour la riziculture et un isolement lié à une localisation excentrée par rapport aux bourgs ruraux et à une accessibilité difficile.

74Le premier type de contraintes affecte le budget de tous les ménages obligés de se procurer du riz. Aucun des exploitants ne peut disposer de numéraires par la vente du riz. Pourtant dans l’ensemble des Hautes Terres centrales, le riz permet des rentrées d’argent. Ici, dans les villages proches de la plaine, tout le monde vend du riz, même les ménages dont la production ne couvre pas la consommation. Le manque de riz est une caractéristique propre à l’ensemble des ménages d’Andranomangamanga. Cette quête de riz maintient la mobilité, que ce soit pour le cultiver en plaine (pour surveiller leurs pépinières, les exploitants quittent Andranomangamanga à 7 h 30 pour ne revenir que dans l’après-midi) ou gagner l’argent qui permet de s’en procurer.

75Elle explique aussi les attitudes différentes vis-à-vis des deux plaines intérieures d’Ambohibary et d’Ambatofotsy entre lesquelles est situé le plateau d’Andranomangamanga. Avec la première, il s’agit de préserver les rizières en production. Vers Ambatofotsy, c’est la recherche, par alliance matrimoniale ou par achat, de nouvelles rizières.

76Bien qu’Andranomangamanga ne produise pas encore de riz sur son terroir, 82 % des exploitants sont des riziculteurs et ont un matériel agricole propre à la rizière (29 % disposent d’une houe rotative).

77Les 53 parcelles de rizières exploitées par les habitants d’Andranomangamanga se répartissent entre le terroir de Tsarahonenana (40 %), les autres terroirs de la plaine d’Ambohibary (43 %) et la plaine d’Ambatofotsy au nord (15 %) (tabl. 26). La superficie moyenne d’une parcelle est de 13 ares. Avec un rendement maximum estimé à 2,5 t/ha, chaque parcelle produit 325 kg de paddy, soit 217 kg de riz décortiqué.

Tableau 26. Localisation des rizières des habitants d’Andranomangamanga

Andranomangamanga

Terroir de Tsarahonenana

Plaine d’Ambohibary moins Tsarahonenana

Plaine d’Ambatofotsy

1 parcelle soit 1,8 %

21 parcelles soit 39,7 %

23 parcelles soit 43,5 %

8 parcelles soit 15 %

78Le riz produit hors du terroir assure ainsi quatre mois de nourriture aux villageois (tabl. 27). Dans le budget des ménages, les dépenses les plus importantes concernent l’achat de riz. La préoccupation alimentaire, plus précisément en riz, est le lot commun. Les habitants cherchent à consommer du riz à au moins l’un des trois repas de la journée. La pomme de terre accompagne le riz et s’y substitue au repas de midi, en période de soudure, de décembre à mai. Le manioc acheté remplace la pomme de terre de septembre à novembre. Le maïs est un aliment de complément.

Tableau 27. Le calendrier alimentaire à Andranomangamanga

Tableau 27. Le calendrier alimentaire à Andranomangamanga

« Une grande partie de la production de pommes de terre est revendue aux collecteurs d’Ambohibary, ce qui permet d’acheter le riz que la haute région ne peut produire. » (p. 76)

79Dans la mesure de leurs moyens, les ménages effectuent leurs achats en profitant des bas prix du paddy en période de récolte. En 1992, entre avril et octobre, le prix a augmenté de plus de 200 %. Le plus souvent le paddy ne petit se stocker qu’en petites quantités.

80L’achat de riz repose sur des ressources monétaires tirées, pour la grande majorité, de la vente des produits du terroir. Ce sont principalement les pommes de terre, les pommes-fruits et les dérivés du bois.

81La pomme de terre complète l’alimentation et assure des ressources monétaires. Du temps où la variété ovy mainty était cultivée sur le terroir avant son élimination par la gale, trois récoltes étaient possibles et le souvenir d’achats de charrette grâce à cette production est resté ancré dans les mémoires. En 1992, les prix ont varié de 120 à 150 FMG/kg. La recherche des meilleurs profits se traduit par des initiatives individuelles ou collectives.

« Les paysans se sentent dans un état d’impuissance totale à l’égard des réseaux de collecte de pommes de terre. » (p. 78)

82Un producteur loue une charrette pour vendre lui-même au marché ses produits. D’autres réunissent leur production pour le même objectif et louent une charrette : ils partagent les frais proportionnellement à la quantité transportée ; l’un d’entre eux assure le transport et la vente au marché.

83Plus récemment, les pommes-fruits jouent un rôle important dans les revenus des ménages et permettent des dépenses en riz, PPN (produits de première nécessité tels que sucre, huile, sel, bougie, savon...), habillement, scolarité... L’échelle des prix est fonction des variétés de pommes ; les fruits acides sont moins chers que les fruits doux.

84Pour écouler sa récolte, le producteur s’entend au champ sur un prix avec le collecteur. Quand le marché est conclu, une avance du collecteur appelée faham-barotra (nourrir le commerce) engage les deux parties. L’affaire est très rentable pour le collecteur car, au marché, la revente peut prendre trois formes toutes à son avantage, en gros, en tas, à la pièce. Cette dernière est la plus rentable, car elle a lieu en fin de saison.

85Aussi retrouve-t-on dans le circuit des pommes le même souci des producteurs de s’occuper de la vente directe sur les marchés.

Par exemple, un exploitant d’Andranomangamanga, en mars 1992, est allé quatre fois au marché d’Ambatofotsy, en charrette louée, vendre ses pommes à 1 000 F la sobika. Au village, le collecteur ne lui aurait proposé que la moitié. Le choix d’Ambatofotsy s’explique par des prix plus intéressants qu’à Ambohibary.

86L’importance actuelle du bois tient aux besoins croissants en bois d’œuvre et charbon de bois du bourg d’Ambohibary et de ses environs. On observe depuis quelques années un développement des scieries qui débitent planches et madriers. Sur le terroir, des paysans reconnaissent avoir planté des pins pour fournir sur commande ces matériaux très demandés.

87Mimosas et pins ont chacun une utilisation bien spécifique. ALI mimosa est réservée la production de stères et de charbon de bois. Les pins fournissent le bois d’œuvre. Les bénéfices sont liés au lieu de vente. Un pin sur pied qui donne deux madriers de 4 m de long se vend 600 FMG sur place. Au marché d’Ambohibary, un madrier est vendu à 2 000 FMG. Les possesseurs de charrettes spéculent sur le transport des bois. La même différence s’observe sur les prix des sacs de charbon de bois selon qu’ils sont évacués à tête d’homme dans les environs ou en charrette, plus loin.

88L’économie de terroir révèle de réelles initiatives autant dans la diversification des produits agricoles que dans la recherche d’un profit maximum tiré de la vente de ces mêmes produits. Elle est cependant handicapée par sa situation géographique d’altitude et son isolement. Dans ce cadre, la charrette crée une plus-value et accentue les différences d’une part entre producteurs et, d’autre part, entre producteurs et collecteurs. Les longues files de charrettes lourdes et lentes (10 à 20 charrettes) qui s’ébranlent au petit matin soulignent l’indispensable recherche d’un marché. L’articulation indispensable entre les techniques de production et les techniques d’encadrement soulignée par Pierre Gourou (1973) fait ici largement défaut.

« Les fronts pionniers d’altitude apparaissent dans l’Ankaratra, comme des “terroirs déracinés”, coupés de leur écologie naturelle que constitue la rizière ou la possibilité de rizières. Ils sont par là même instables et fragiles. » (p. 80)

89Dans une région particulièrement difficile, cette société rurale, par sa capacité d’innover constamment, a réussi à s’accommoder des handicaps locaux et a mobilisé des potentialités de ce milieu contraignant. Cette dynamique s’accompagne d’une emprise sur le sol et d’une territorialisation des hommes.

UNE TERRITORIALISATION DANS LES HAUTS

90La mobilité, si caractéristique des hommes entre Tsarahonenana et Andranomangamanga en 1966 — Joël Bonnemaison parle d’un « habitat dédoublé » —, s’est reportée sur les éléments du système agraire : recherche permanente de variétés culturales, implantation de rizières sur le terroir d’Andranomangamanga. En 1992, les habitants d’Andranomangamanga agissent comme des populations établies sur leurs terres : Andranomangamanga est devenu un lieu de résidence d’où partent des mouvements vers Tsarahonenana comme vers d’autres destinations. Avec une structure démographique comprenant des générations successives, signe de familles en place, d’autres indices soulignent la réalité d’une installation désormais à demeure sur le terroir. Une volonté évidente d’autonomie par rapport aux villages-mères de la plaine multiplie les tombeaux et les cérémonies de retournement des morts et valorise les potentialités du milieu ; un code foncier local fonctionne et sert de référence pour tout ce qui concerne les transmissions de propriétés.

Une structure démographique de familles établies

91La pyramide des âges de populations qui colonisent un front pionnier présente habituellement une allure dissymétrique, par la forte présence d’hommes jeunes (de 20-30 à 35 ans) venus seuls pour mettre en valeur la zone de migration avant une installation familiale définitive.

92La structure démographique d’Andranomangamanga présente une réalité tout autre (fig. 36) ; au-delà de l’état de la population, avec des détails que fournit le profil de la pyramide, trois caractères permettent d’affirmer que le temps des migrations vers les Hauts est révolu : on a bien affaire à des familles établies.

93En prenant comme coupure la classe 40-45 ans, on constate que, pour les plus de 40 ans, les personnes nées à l’extérieur d’Andranomangamanga sont plus nombreuses, surtout du côté des femmes, que celles qui ont vu le jour au village même. Il s’agit là de la traduction d’une phase de migration qui date d’au moins une décennie. En revanche, les moins de 40 ans sont dans leur majorité nés sur place, surtout les enfants de moins de 15 ans. C’est la marque d’un ancrage effectif.

Figure 36. La pyramide des âges d’Andranomangamanga en 1992

Figure 36. La pyramide des âges d’Andranomangamanga en 1992

« Près des 2/3 des hommes de plus de trente ans sont nés “ailleurs”, dans un village de la plaine. » (p. 79)

94À part l’absence inhabituelle de la tranche 70-75 ans, toutes les classes d’âge sont représentées à Andranomangamanga. On observe ainsi la coexistence de trois générations : les gens âgés, les personnes d’âge mûr, les jeunes de moins de vingt ans. Ce caractère est commun, sur les Hautes Terres centrales, aux villages où les migrations, de faible importance depuis un temps assez long, ne perturbent pas l’évolution démographique. La mortalité infantile est élevée, surtout du côté féminin où la classe d’âge de 5 à 10 ans représente moins des 2/3 de la classe de 0 à 5 ans.

95On trouve, à Andranomangamanga, peu de personnes nées à Tsarahonenana ; par ailleurs, ces dernières ont plus de 45 ans. Ce caractère indique l’arrêt des mouvements d’installation des gens du bas ; les personnes du sexe féminin de cette catégorie sont même très probablement épouses d’hommes déjà établis à Andranomangamanga, car prendre une femme dans un village de la plaine peut permettre au ménage d’y cultiver du riz. La tranche d’âge des hommes de 25-30 ans se distingue par son importance, elle correspond au double de la tranche 30-35 ans et elle est une fois et demie plus importante que la tranche 20-25 ans. Cette « anomalie » révèle la migration des jeunes gens nés entre 1962 et 1967. Leur présence explique une autre anomalie, celle de la classe d’âge de 20-25 ans bien représentée chez les femmes : ce sont leurs épouses.

96L’échantillonnage, limité par le nombre, expose au danger d’une interprétation exagérée d’épiphénomènes, ce qui rend d’autant plus difficile et délicate la compréhension des caps et des rentrants de la pyramide. Cette réserve ne remet cependant pas en cause l’évidente installation à demeure de la population. L’enquête révèle, qu’Andranomangamanga compte aussi des gens originaires d’autres villages que Tsarahonenana, ce que Joël Bonnemaison ne semble pas avoir observé (en indiquant Tsarahonenana, il ne précise pas s’il s’agit de Tsarahonenana sensu stricto ou de tout autre village de la plaine) : hameaux de la plaine comme Miarikofeno, Faravohitra... ou lieux situés à l’extérieur du firaisana d’Ambohibary. Dans la dynamique de territorialisation qui caractérise la population d’Andranomangamanga, ces origines différentes s’inscrivent dans l’occupation du sol : un code local règle la vie foncière et établit, dans ce domaine, un modus vivendi entre les lignages.

Un code foncier paysan

97Ne faisant l’objet ni de cadastre ni de titres d’immatriculation, l’espace géographique d’Andranomangamanga relève entièrement du domaine juridique de l’État. Et pourtant, la répartition des terres en plusieurs propriétés y est une réalité : R. jeune chef de ménage de 28 ans et petit-fils de RR, mort en 1990 à l’âge de 100 ans, indique que la quasi-totalité des terres a déjà été défrichée ; nul ne peut, de sa propre initiative, procéder à leur mise en valeur sans l’accord préalable des propriétaires de fait. Le droit coutumier gère ainsi l’occupation des sols : il établit les modes d’appropriation et traduit l’importance des lignages dans la « vie du foncier » d’Andranomangamanga.

LES MODES D’APPROPRIATION DE LA TERRE

98On devient propriétaire foncier de trois manières :

99○ par droit du premier occupant d’un espace que personne, jusque-là, n’a exploité. Défrichement et mise en culture ou plantation d’arbres suffisent alors, mais une présence de longue date évite naturellement toute contestation : « le propriétaire est celui qui a toujours cultivé là », dit-on dans le terroir ;

100○ par héritage, effectif lorsqu’à la mort des parents les parties concernées se sont accordées sur le partage. La répartition des biens fonciers est importante, car elle règle les futures obligations des ayants droit : si l’on s’en tient aux usages, aux femmes revient le tiers des terres et aux hommes les deux tiers ; ces derniers supportent alors les deux tiers des dépenses lors des cérémonies d’exhumation des morts. Un partage des terres en propriétés égales impose une même participation financière des héritiers, à l’occasion de ces cérémonies. Tant que le partage n’a pas été effectué, les jeunes ménages ne sont pas propriétaires ; ils exploitent en usufruit des terres tolotra, en dotation ;

101○ par achat, avec un système de « papiers-maison » déposés au niveau du fokontany. Ces papiers attestent, pour les paysans, la réalité de la transaction tant qu’aucun acte officiel ne l’aura enregistré auprès du firaisana.

102Sur le terrain, d’autres marques établissent la propriété du sol :

103○ les champs dont la présence est preuve, comme dans les autres régions des Hautes Terres, d’une attribution effective de la terre. Un changement de la direction des billons entre deux parcelles contiguës traduit souvent un changement de propriétaires ;

104○ les « bornes malgaches » dont l’emplacement signale des limites foncières. Il s’agit de pierres posées ou plantées dans le sol pour y être facilement repérées : une taille de 30 cm de haut pour un diamètre moyen de 20 cm n’est pas exceptionnelle. Les propriétaires peuvent installer des blocs de coloration claire qui se détachent sur la teinte brunâtre des sols ou les nuances vertes de la végétation ;

105○ des espaces découverts ou des talus séparant des propriétés de contenus différents : champ en billons et parcelle sans billon sous recouvrement de mimosa, par exemple — ou des espaces forestiers ;

106○ l’arbre, dont le rôle de marqueur est ici très présent : un jeune chef de ménage est devenu propriétaire de « très fortes pentes impossibles à cultiver » en y plantant des pins. Un autre exploitant a choisi de faire pousser des pommiers sur une terre en dotation, soulignant ainsi son droit de futur propriétaire par héritage. Dans le terroir, tous reconnaissent que l’arbre et la propriété du sol sont indissociables. La disponibilité en espace, importante par rapport à la saturation du terroir de Tsarahonenana, se traduit ici par l’extension des peuplements de mimosas, car point n’est besoin de les éliminer pour gagner des champs. Aussi, à Andranomangamanga, tout le monde a-t-il ses mimosas à exploiter, mais seuls les gros propriétaires fonciers disposent de futaies, car ils peuvent y consacrer une partie de leurs terres. On retrouve, dans ce fait, une autre expression de la relation entre l’arbre et le foncier.

52. La délimitation des parcelles est matérialisée « par des bornes malgaches »...

53. ... ou par un simple talus

107Cette description du mode et des marques d’appropriation de la terre à Andranomangamanga montre que la connaissance de la situation foncière n’est plus uniquement dans l’esprit des gens : des indices extérieurs, visuels, signalent à l’étranger les limites de propriété. Celles-ci renvoient aux groupes lignagers au niveau desquels est gérée l’occupation de l’espace.

DES « TERRITOIRES » LIGNAGERS

108Un lignage est un groupe de personnes qui se réclament d’un ancêtre connu commun ; deux domaines indiquent la place essentielle des lignages dans le fonctionnement d’Andranomangamanga : la distribution des habitations et le contrôle de la terre.

109□ Les 246 habitants du hameau central se répartissent en sept lignages qui tendent à se rassembler par « quartiers ». La figure 37 montre un habitat regroupé en lignages même si dans la partie nord, à l’est de la route, la séparation entre les groupes B, H et les gens de Miarikofeno ne se dessine pas encore nettement.

110Dans la partie sud du village apparaît une segmentation du lignage A de Tsarahonenana avec la migration d’un de ses membres, Pascal. La maison de Pascal, le leader, se trouve à la limite nord du groupe de maisons dont les habitants sont tous apparentés. On peut parler d’une disposition en quartier lignager (fig. 38 a).

111Le lignage de Rakotozafy (fig. 38 b) forme le seul groupement de maisons à l’ouest de la piste. Originaire par le père d’Ambatofotsy et par la mère de Mahalavolona (au sud d’Andranomangamanga), ce lignage a été le premier à s’installer dans ces zones désertes. Il est propriétaire d’importantes superficies. Mort en 1990 alors qu’il était âgé d’une centaine d’années, Rakotozafy est remplacé par son fils aîné.

112Dans la partie nord, du côté est de la route, sont installés trois groupes de migrants : des membres du lignage H, Β et des gens de Miarikofeno (fig. 37). Le lignage H était déjà présent à l’arrivée des membres de A (Pascal est venu en 1948 après avoir été nommé instituteur de l’école catholique). Son leader Ranaivoson est né en 1915 « accidentellement » à Tsarahonenana, car sa mère descendue pour le repiquage y a accouché.

113Les deux autres groupes de famille sont moins importants : la famille de l’instituteur de l’école publique, fonctionnaire affecté et originaire d’un hameau situé à une dizaine de kilomètres au sud d’Andranomangamanga (Mioridrano-Trafonomby), d’une part et, d’autre part, une personne âgée de 80 ans qui représente, avec deux autres ménages, l’ancien groupe statutaire des serviteurs (andevo). Les liens existant entre membres d’un lignage et les alliances qui se nouent entre des lignages soulignent l’importance de la parentèle dans la vie du village. C’est dans ce cadre que s’exerce le contrôle de la terre.

114□ Deux situations remarquables attestent qu’on ne s’installe pas n’importe où :

115○ les tombeaux sont rassemblés sur un site inoccupé entre deux groupes d’habitations. Leur localisation devant répondre à plusieurs critères (position par rapport aux points cardinaux, orientation relative à des éléments topographiques tels que bas-fonds ou montagnes), cet endroit a été désigné par le lignage pionnier, car il est « propice aux tombeaux » (androm-pasana). Chaque lignage peut disposer de cet endroit pour ériger son tombeau ;

116○ au-delà du bâtiment de l’école primaire, vers le nord, les habitations se succèdent le long de la piste qui mène à Ambatofotsy. Elles sont toutes disposées sur le côté oriental alors que l’autre côté reste inoccupé. Toute la partie à l’ouest de la route appartient au lignage fondateur qui s’en réserve l’occupation.

117À l’intérieur du terroir, chaque lignage connaît les limites des propriétés, parfois matérialisées par les marques précédemment décrites : « bornes malgaches », changement de direction des tolaka, alignement de ligneux. Les arbres (mimosas et pins) qui franchissent une limite par extension naturelle (graines emportées par le vent) sont versés au domaine de la propriété où ils prennent racine. On retrouve ici les mêmes stratégies des lignages qu’à Tsarahonenana pour conserver leurs terres dans le patrimoine foncier (vente à réméré).

Figure 37. Lignages et quartiers du hameau central d’Andranomangamanga en 1992

Figure 37. Lignages et quartiers du hameau central d’Andranomangamanga en 1992

Figure 38. Andranomangamanga : lignage A et alliances en 1992

Figure 38. Andranomangamanga : lignage A et alliances en 1992

RS a cinq frères et sœurs : les propriétés sont attribuées et les limites sont connues de chacun. En revanche, il garde la propriété de ses quinze parcelles exploitées par ses huit enfants. Un de ses fils parti s’installer vers Antsirabe en suivant son épouse garde des droits « dormants » sur les terres du lignage.

118Dans cette répartition foncière, cependant, au niveau des lignages, des liens se nouent, permettant à un groupe d’avoir accès aux terres d’un autre. Le lignage A développe particulièrement cette stratégie :

119○ par le mariage, il a accès aux terres de Rakotozafy (fig. 38 b). Une fille et deux petits-enfants de Pascal sont ainsi installés en dehors du quartier lignager initial ; par l’une de ses petites-filles, des liens ont été établis avec des migrants de Miarikofeno et par un de ses petits-fils, des liens avec le lignage H et, encore, les migrants de Miarikofeno (fig. 38 c).

54. 1966 : l’habitat pionnier de petites maisons et dépendances proche d’un grand parc à bétail avec clôture de branchages…

55. 1992 : ... est remplacé par de belles maisons aux murs en briques. Au premier plan, les bœufs de trait sont maintenant intégrés dans l’espace domestique

120Des relations inter-groupes se tissent et la position du lignage A, par Pascal, apparaît renforcée. Tous sont reliés à Pascal soit par les ancêtres, soit par les alliances matrimoniales. À ce stade, la question foncière acquiert une autre dimension : dans un village où le temps de l’installation est passé et où l’appropriation par le droit du premier occupant ne peut plus s’appliquer qu’à des espaces très limités, voit-on poindre les prémices d’une autre stratégie du contrôle de la terre ? Sur ce plan, les alliances matrimoniales montrent que des couples se forment désormais sans que nécessairement l’un des conjoints vienne de la plaine d’Ambohibary. Les mariages entre « montagnards » soulignent que les liens entre village-mère et village-rejeton sont distendus.

Liens hérités et nouvelles relations

« Immigrés récents, la plupart des habitants d’Andranomangamanga conservent des liens étroits avec les terroirs de plaine dont ils sont originaires : attaches familiales, mais aussi lots de rizières. » (p. 79)

121À l’origine conçu à partir de Tsarahonenana, Andranomangamanga continue de vivre en relation avec son village-mère. Son fonctionnement révèle cependant une société et une économie dont le dynamisme n’est plus uniquement fonction de ses liens avec le village des origines et dont les intérêts apparaissent également liés à d’autres lieux.

RELÂCHEMENT DES LIENS ENTRE TSARAHONENANA ET LA PLAINE D’AMBOHIBARY

122La rizière, le fumier et le tombeau marquent encore les liens entre ceux d’en haut et ceux d’en bas.

12339 des 47 ménages d’Andranomangamanga travaillent une rizière. Ce sont le plus souvent des terres reçues en héritage ou dotation. La superficie moyenne par ménage est de 20 ares. Il n’y a plus guère de possibilités d’obtenir des rizières par achat dans la plaine. On citera le cas d’un exploitant qui, pour acheter en 1986 une rizière à un membre de sa famille, a vendu ses deux bœufs de trait. Le mariage n’assure plus une rizière de taille suffisante : « même si on prend une femme dans la plaine pour avoir une rizière, on sait qu’on n’aura pas plus de deux ares ».

124Il existe plusieurs façons de cultiver les rizières de la plaine : soit en intensifiant le travail sur la parcelle sans la fumer, soit en apportant le fumier de parc d’Andranomangamanga par charrette. La famille résidant dans la plaine est mise à contribution pour surveiller l’eau. La conduite des pépinières est un travail qui incombe à l’exploitant. Lors de notre enquête, en octobre, les exploitants quittaient Andranomangamanga le matin vers 7 h 30 pour revenir vers 15 heures. Le plus souvent, ils cultivent dans la plaine des rizières sakamaina, mais n’envisagent pas un travail de « mise en ati-tany », en raison de leur éloignement.

125C’est par l’élevage qu’un autre lien subsiste entre le bas et le haut. Quand le repiquage est terminé dans la plaine, ceux qui ont de la famille à Andranomangamanga y envoient leurs bœufs afin qu’ils disposent de pâturages. À ce moment-là, il est possible d’installer un parc mobile (vala) qui doit compter au minimum cinq bêtes. Elles sortent le jour et sont rentrées chaque soir. Au bout d’une semaine, on déplace le parc et on laisse sécher les bouses pendant quinze jours. Tant que les bœufs restent dans les Hauts, les parcs engraissent les futures parcelles de pomme de terre. Le gardiennage des bœufs ne donne lieu à aucune rémunération, car les apports fertilisants sur les parcelles parquées en sont la contrepartie.

12619 des 47 familles d’Andranomangamanga (soit 43 %) ont un tombeau en plaine. Tel est le cas du lignage A. Bien que les alliances qu’il établit soulignent son souci de s’inscrire dans les Hauts, ce lignage reste par les ancêtres attaché au vieux pays d’en bas. Le tombeau paternel comme le tombeau maternel lui est ouvert et lui permet de ne pas rompre avec ses ascendants en étant « ensevelis dans un même tombeau (maty iray fasana) ». Pour l’un de nos informateurs, on ne peut concevoir une segmentation de lignage que lorsqu’il y a installation d’un tombeau sur les terres de migration. Tant que cette construction n’est pas réalisée, il s’agit d’une simple extension du lignage.

« Souvent la construction de tombeaux sur les fronts pionniers symbolise le caractère définitif et irréversible de l’occupation humaine. » (p. 79)

127Cependant cette fixation des liens au tombeau tend à se diluer avec la construction d’un tombeau aty ambony (ici en haut) par ceux qui veulent ancrer leur identité familiale sur place.

128« Construire un tombeau permet d’affirmer son autonomie », mais cela ne signifie pas une coupure. Les famadihana sont l’occasion d’exprimer la force des liens qui relient ceux d’en haut et ceux d’en bas dans la longue durée, de deux façons, suivant leur intensité :

129○ soit on affirme son indépendance par rapport au territoire originel ; inaugurer un tombeau, c’est y mettre un « ancêtre » (transféré d’un tombeau de la plaine) qui légitime l’installation désormais définitive sur le nouveau territoire ;

130○ soit on exprime le désir de rester lié à ceux de la plaine en les invitant à la cérémonie de famadihana. Le famadihana correspond au plus grand moment de la vie : on se doit de prendre ses dispositions pour être présent à cette céromonie prévue d’avance. Pour la circoncision et le mariage, cérémonies également importantes, on ne fait pas cle la présence une obligation aussi primordiale.

131Tout en cherchant à maintenir des relations harmonieuses avec les gens de Tsarahonenana par la cérémonie du famadihana, les villageois d’Andranomangamanga qui ont désormais leurs tombeaux à demeure expriment leur désir d’autonomie par rapport au village mère. Organiser un famadihana, c’est une autre façon d’affirmer son indépendance. Les enquêtes montrent que 57 % des ménages d’Andranomangamanga ont leur tombeau dans les Hauts, sur le terroir, ce qui indique une fixation. Tel est le cas du lignage fondateur.

132L’acclimatation de la riziculture, la sélection de la meilleure variété de maïs, la diversification des espèces et des modes de cultures de la pomme de terre, le développement des vergers de pommiers sont d’autres indices qui soulignent une évolution. Cette dynamique endogène continue vise une autonomie en produits agricoles.

« Les 2/3 des convois des charretiers de Tsarahonenana s’organisent entre Andranomangamanga et Anbohibary. » (p. 60)

133Les six charretiers d’Andranomangamanga ont peu à peu acquis leur indépendance vis-à-vis des habitants de Tsarahonenana. En 1992, les exploitants d’Andranomangamanga choisissent entre le marché d’Ambohibary, le jeudi, et celui d’Ambatofotsy, le samedi, en fonction des prix les plus intéressants pour les différents produits. Le marché à bestiaux reste à Ambohibary. Tsarahonenana n’est plus un point de passage obligé entre Andranomangamanga et Ambohibary (fig. 39).

134Ainsi prennent forme des relations avec le nord, direction à l’opposé de la plaine d’où est parti le mouvement de colonisation des Hauts.

NOUVELLES RELATIONS AVEC AMBATOFOTSY

135C’est la rizière, préoccupation principale et permanente, qui guide ce choix. En effet, l’écologie et la proximité font d’Ambatofotsy un lieu priviligié pour assurer au terroir montagneux une production rizicole. Ceux d’Andranomangamanga y acquièrent des parcelles rizicoles de deux manières : par le mariage, mais surtout par des achats.

136Ces liens ont commencé à se tisser depuis au moins une génération. Ainsi le père de RB qui est lui-même âgé de 60 ans venait de la plaine et a pris une femme originaire d’Ambatofotsy. Cet exemple montre que le patrimoine paternel (tompon’anarandray) se situe dans la plaine, ce qui est le cas de la majorité. Le système de parenté indifférencié permet l’ouverture vers Ambatofotsy par le côté maternel et oriente la progression vers le nord. Par ailleurs, les relations avec l’axe nord facilitent l’organisation d’un circuit ovin qui ravitaille la capitale chaque semaine. Cet élevage, bien que décimé en 1973 par une épizootie (deronina), demeure présent dans l’économie de plusieurs ménages.

Ici, et déjà ailleurs...

137L’étude du terroir d’Andranomangamanga montre en 1992 une société paysanne établie : les terres du village se marquent, son territoire prend forme, un code foncier est élaboré. Les écoliers actuels constituent la cinquième génération depuis l’arrivée des pionniers. Bien que relativement récente, cette installation n’empêche pas que déjà des liens se tissent avec d’autres lieux. Joël Bonnemaison (1993), revenu 28 ans plus tard sur ce terroir et constatant cette dynamique, retrouve l’unité culturelle du monde océanien entre les Mérinas, gens de pirogue de l’intérieur des terres, et les insulaires de Tanna, au Vanuatu, eux aussi à la fois attachés à des lieux (gens de racine) et à des parcours (gens de pirogue) (Bonnemaison, 1986). On ne doit pas s’étonner que les habitants d’Andranomangamanga, les pieds ici et la tête déjà ailleurs, se tournent vers d’autres horizons.

Figure 39. Le haut et le bas : recompositions des territoires depuis la fin du XIXe siècle

Figure 39. Le haut et le bas : recompositions des territoires depuis la fin du XIXe siècle

DU LIEU AU LIEN, VERS D’AUTRES LIENS : LES ENJEUX RENOUVELÉS

« Ce n’est que de l’intérieur et animées par leurs propres dynamiques que les communautés rurales pourront se transformer. » (p. 89)

« Ambohibary réunit les fonctions d’une petite capitale régionale » (p. 85)

138Partis de la plaine d’Ambohibary pour occuper des terres des Hauts de l’Ankaratra, les habitants d’Andranomangamanga mettent progressivement en place un système agraire, fruit d’une culture paysanne, qui compose avec les risques, marque le sol de son emprise et l’espace de ses aménagements. Le temps du Iront pionnier est révolu, le temps de la construction identitaire est en cours et soumet le lieu à de nouveaux liens. Si l’attachement avec le bas pays demeure essentiel et les relations avec Ambohibary toujours actives, le regard se porte aussi désormais vers le nord. L’horizon se recompose à une autre échelle qui dépasse les liens organiques entre village-mère et village-rejeton.

139La figure 40 montre comment les configurations spatiales se sont modifiées depuis le XIXe siècle. On peut identifier différents espaces cohésifs à l’intérieur desquels les deux localités, Tsarahonenana et Andranomangamanga, ont organisé leurs relations.

140Fokontany depuis 1989, Andranomangamanga se définit comme « entre deux pays » (anelanelan-tany), Ambohibary et Ambatofotsy. Cette position est peu favorable, car Andranomangamanga ne bénéficie d’aucune infrastructure et doit rechercher ailleurs ses liens fonctionnels, à plusieurs heures de charrette ou de marche à pied.

141Au début de la IIIe République, l’enjeu d’Andranomangamanga est de mettre fin à cette position « d’entre deux plaines » en devenant un firaisana comme ceux d’Ambohibary (75 186 habitants en 1992) et d’Ambatofotsy (20 512 habitants) Cette perspective renforce la rue commerçante, l’axe principal Nord/Sud du village-rue, dans son rôle de passage obligé entre les deux gros bourgs. En revanche, Tsarahonenana n’a pas d’épicerie. Il faut se rendre à Miadapahonina, à 20 minutes de marche à pied vers le sud, pour trouver deux épiceries et un étal de boucherie. En 1966, la population fixée à Ambohibary s’élève à 3 500 habitants. D’après le recensement de 1993, Ambohibary compte 10 449 habitants.

142L’attente du statut de firaisana permet d’espérer l’implantation d’un CEG (collège d’enseignement général, de la sixième à la troisième) et d’un hôpital, sans oublier l’amélioration de la route. La sensibilité à ce projet est d’autant plus forte qu’Andranomangamanga n’est pas seulement entre deux plaines. Le village est aussi situé entre deux fivondronana (Faratsiho et Antsirabe II) (fig. 40).

Figure 40. Le découpage administratif en firaisana

Figure 40. Le découpage administratif en firaisana

« Le plateau d’Andranomangamanga ou la réussite d’un front pionnier. » (p. 78)

143La redéfinition territoriale s’appuie sur la nouvelle constitution qui prévoit une redistribution des circonscriptions administratives par redécoupage des six provinces mises en place depuis l’Indépendance. Dans ce contexte, la création de nouvelles collectivités décentralisées représente de réels enjeux. Ainsi Tsarahonenana projette aussi de devenir un firaisana en intégrant le fokontany d’Andranomangamanga. L’école catholique de Tsarahonenana accueille les enfants des villages des environs (251 élèves en 1991-1992, 68 en 1980-1981). Tsarahonenana tire argument de ce rôle éducatif pour appuyer sa demande de firaisana. Le paysage administratif va se recomposer selon les aptitudes de chaque collectivité à nouer des alliances avec ses voisines, car il faut un minimum de cinq fokontany pour constituer un firaisana. Les tractations actuelles traduisent dans le haut et le bas pays de nouvelles solidarités territoriales. Elles soulignent, pour le terroir montagnard d’Andranomangamanga, que les paysans modèlent en permanence et à différentes échelles leur organisation sociale et spatiale. Ce projet politique innove car la mission catholique, essentielle jusqu’ici pour le village d’Andranomangamanga, ne joue plus un rôle prépondérant.

144Un point important cependant à souligner : se tourner vers le nord, pour les gens d’Andranomangamanga partis de Tsarahonenana, c’est se rapprocher de la terre des origines puisque les ancêtres fondateurs de Tsarahonenana avaient, au XIXe siècle, migré de la région d’Arivonimamo vers la plaine d’Ambohibary. Ce déplacement se situe dans l’axe du retour aux racines sur une route balisée.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift 41. 1966 : l’arrivée sur les Hauts. Des pionniers alignent leurs maisons dos aux vents
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 42k
Bildunterschrift 42. 1992 : Andranomangamanga est devenu un vrai village avec maisons à étage alignées le long de la route vers le nord
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 41k
Titel Figure 35. L’occupation du sol à Andranomangamanga en 1992 selon un transect NO-SE
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 60k
Bildunterschrift 43. Rizière de bas-fond, boisements de pins : te paysage des Hauts s’humanise
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 150k
Bildunterschrift 44. 1966 : dans un paysage dénudé à perte de vue, d’anciens pâturages sont convertis en champs de pommes de terre sur billons
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 55k
Bildunterschrift 45. Macrobouture de pommier planté dans un trou rempli de terre humifère enrichie en fumier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 36k
Bildunterschrift 48. La litière est ramassée sous mimosas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 44k
Bildunterschrift 49... et sert à étouffer un feu de branchages et de feuilles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 28k
Bildunterschrift 50. 1966 : le parc à bœufs, premier signe d’une installation sur les Hauts
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 34k
Bildunterschrift 51. 1992 : plus nombreux, les parcs à bétail restent des installations sommaires
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 51k
Titel Tableau 27. Le calendrier alimentaire à Andranomangamanga
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 20k
Titel Figure 36. La pyramide des âges d’Andranomangamanga en 1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 39k
Bildunterschrift 52. La délimitation des parcelles est matérialisée « par des bornes malgaches »...
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 120k
Bildunterschrift 53. ... ou par un simple talus
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 27k
Titel Figure 37. Lignages et quartiers du hameau central d’Andranomangamanga en 1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Titel Figure 38. Andranomangamanga : lignage A et alliances en 1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-18.jpg
Datei image/jpeg, 46k
Bildunterschrift 54. 1966 : l’habitat pionnier de petites maisons et dépendances proche d’un grand parc à bétail avec clôture de branchages…
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-19.jpg
Datei image/jpeg, 68k
Bildunterschrift 55. 1992 : ... est remplacé par de belles maisons aux murs en briques. Au premier plan, les bœufs de trait sont maintenant intégrés dans l’espace domestique
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-20.jpg
Datei image/jpeg, 74k
Titel Figure 39. Le haut et le bas : recompositions des territoires depuis la fin du XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-21.jpg
Datei image/jpeg, 175k
Titel Figure 40. Le découpage administratif en firaisana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10285/img-22.jpg
Datei image/jpeg, 44k

© IRD Éditions, 2000

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540