Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le terroir et son double

 | 
Chantal Blanc-Pamard
, 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa

Première partie. Tsarahonenana revisé

Texte intégral

Figure 3. Les Hauts et la plaine : Tsarahonenana et Andranomangamanga dans le cadre régional

Figure 3. Les Hauts et la plaine : Tsarahonenana et Andranomangamanga dans le cadre régional

1« Arrivé à Madagascar au centre Orstom de Tananarive le 9 janvier 1965 ». Joël Bonnemaison (1966) avait « le projet d’effectuer une étude de terroir sur une communauté rurale malgache ». Le choix s’est porté sur Tsarahonenana « village de fond de vallée mais ouvert sur la montagne », à 1 640 m d’altitude, dans la plaine d’Ambohibary-Sambaina (sud de l’Ankaratra) (fig. 2). « Nous avons commencé dès le mois d’avril le levé de terrain... Nous avons levé un ensemble de près de 80 ha de rizières et pépinières, distribué entre 400 et 500 parcelles. Le relevé des champs de montagne fut plus long, car le relief tourmenté et l’éloignement des champs (souvent à trois quarts d’heure de marche du village) ne facilitaient guère le travail. Néanmoins, vers la mi-septembre, nous pouvions considérer le travail cartographique terminé. Un fond de carte parcellaire était établi ainsi que les différentes légendes qui devaient l’illustrer — relief et courbes de niveau, types de sols, carte de la végétation, carte des cultures, carte du village, etc. ». Le travail s’est poursuivi par « une enquête de géographie humaine approfondie » soit « huit mois centrés sur Tsarahonenana dont plus de cinq passés dans le village », ce qui a permis de « mener l’étude d’une communauté paysanne des hautes terres malgaches ».

2Le Tsarahonenana que nous a transmis Joël Bonnemaison met en scène dans les campagnes du Vakinankaratra la vie d’un terroir de plaine rizicole intra-montagnarde, entre haut et bas, avec ses acteurs et ses paysages. La collecte minutieuse des données, l’élaboration de cartes expressives, l’ensemble des matériaux et les analyses qu’il en propose fixent une réalité. Nous nous sommes inscrits sans problème dans le prolongement de son travail en y associant les paysans, ses interlocuteurs d’alors toujours présents, pour prendre la mesure du changement entre hier et aujourd’hui. Sur ces chemins balisés, nous avons renoué le dialogue en orientant l’étude à partir des questionnements de Joël Bonnemaison, mais aussi en fonction de notre propre regard « sans rejeter du pied la pirogue avec laquelle on a traversé » (Aza mitsipa-doha ny laka-nitana). C’est ainsi que Joël Bonnemaison et les populations de Tsarahonenana et d’Andranomangamanga sont présents au fil des pages.

3Le terroir s’organise autour d’un éperon central qui domine à l’est de Tsarahonenana la plaine d’Ambohibary à 1 600 m, traversée du nord au sud par la rivière Ilempona et qui porte sur ses flancs les trois hameaux constituant le village de Tsarahonenana. Deux vallons latéraux flanquent l’interfluve central. La superficie totale du terroir est de 250 ha, répartis entre interfluves montagneux ou de tanety, plaine et vallons (fig. 3).

4Avec une moyenne annuelle de pluies de 1 500 mm, le climat est surtout caractérisé par les rigueurs de l’altitude : contrastes d’exposition, fréquence des gelées blanches, violence du vent d’est sur les hauteurs, foudre et grêle.

5La forêt primaire d’altitude se retrouve soit sous la forme de reliques dans les axes des vallons encaissés, soit en lambeaux très localisés sur les versants exposés à l’est. Le recul de cette forêt (Rakoto Ramiarantsoa, 1993 b) a laissé la place notamment aux formations de mimosas introduits dans les années vingt et qui se développent particulièrement bien dans ces milieux d’altitude (BORIE, 1989). Plus récents, les pins sont des arbres de reboisement dont l’extension est moins importante.

6L’étude du terroir de Tsarahonenana par Joël Bonnemaison a donné lieu à plusieurs publications (1967, 1971 a et b, 1976). Un quart de siècle s’est écoulé entre cette étude initiale et celle que nous avons achevée en 1992. Ce travail s’appuie également sur l’étude conduite par un jeune chercheur malgache (Haingo Ralimampianina) en 1987 et 1988, dans le cadre d’un mémoire de fin d’études à l’ENS (Ralimampianina, 1988). Le retour, qui s’est déroulé en deux temps, en 1987-1988 et 1992, sur une durée plus courte (quelques mois) que l’étude initiale (une année) s.

Les structures agricoles et les budgets des ménages ruraux ont fait, dans la zone étudiée, l’objet de très nombreuses enquêtes de 1962 à 1990 (données ODR1 – Opération de développement rizicole, 1983-1988 et ODR2 – Opération de développement rural, 1989-1995). Nous avons eu accès à ces données qui sont précieuses, mais qui n’ont pas pu être utilisées à l’échelle locale de notre travail (Projet MAG 89-001 : Ajustement structurel et dynamique des exploitations agricoles sur les Hautes Terres malgaches).
Cette étude repose sur un va-et-vient entre nos observations de terrain et celles de Bonnemaison, conduites à la même échelle en s’appuyant sur une même méthode cartographique. Ce jeu de miroir a servi de guide aux investigations et aux réflexions. L’efficacité de ce travail de comparaison tient, en grande partie, à la richesse de l’ouvrage de référence.
Toutes les citations en marge renvoient à la publication de Joël Bonnemaison en 1976. Celle de Haingo Ralimampianina est signalée par la mention (HR).

7An cours des vingt-cinq ans écoulés entre les deux années repères (1966 et 1992), des transformations se sont opérées, à partir de 1972, puis sous les effets d’une crise de plus en plus grave qui a affecté toute l’île. Et pourtant, à l’échelle du terroir de Tsarahonenana, aucun contraste important n’apparaît dans les chiffres de population. Un bilan détaillé permet une comparaison entre les données concernant la population, la production agricole et diverses activités.

8En se fondant sur l’accroissement démographique du village qui comptait entre 60 et 80 habitants, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Joël Bonnemaison estime que « la population du vil lage aura doublé clans vingt ans (c’est-à-dire en 1986) et dépassera le chiffre de 500 habitants ». Il établit un seuil maximum de population à 300 personnes. Au-delà, la subsistance ne serait pas assurée. En 1992, Tsarahonenana compte 303 habitants et 61 ménages contre 255 habitants et 53 ménages en 1966. Aux 303 habitants résidants s’ajoutent 133 migrants absents. La densité de population est passée d’environ 100 hab./km2 à un peu plus de 120. Cet accroissement relativement modéré ne reflète pas exactement l’ampleur des changements survenus, entre-temps, dans l’occupation du terroir.

9Un premier bilan comparé de population établi en 1987 s’était révélé inexact, car il avait été effectué à partir des chiffres de recensement du fokontany qui indiquait pour Tsarahonenana une population de 694 habitants répartis en 118 ménages, soit un doublement en 25 ans. À l’époque, un échange de lettres avec Joël Bonnemaison qui était en Nouvelle-Calédonie a permis d’éclaircir ce point (annexe 1). Une source de confusion venait de la différence entre les dénominations par Joël Bonnemaison des trois unités étudiées et les appellations locales (tabl. 1). L’ensemble constitue le village de Tsarahonenana. Mais Joël Bonnemaison avait limité son étude au village central de Tsarahonenana et à deux petits hameaux périphériques.

Tableau 1. Les différentes dénominations des trois hameaux de Tarahonenana

Tableau 1. Les différentes dénominations des trois hameaux de Tarahonenana

10En fait, le chiffre de 1987 incluait un village de 342 habitants, que nous pensions être le Hameau Sud de Joël Bonnemaison ; or il s’agit de Miadapahonina situé au sud dans le fokontany de Tsarahonenana. Cette explosion démographique ne nous a pas, à première vue, étonnés dans la mesure où Joël Bonnemaison prévoyait que « la population du village dépasserait 500 habitants » en 1986. Nous étions en 1992 et un chiffre de population multiplié par 2,5 était plausible.

11Par ailleurs, un examen plus attentif des recensements démographiques du fokontany de Tsarahonenana comme ceux d’autres fokontany de la plaine a montré qu’ils n’étaient pas fiables. Il était impossible de comparer les données établies par Joël Bonnemaison en 1966 et celles du fokontany en 1987.

12Avec les documents du fokontany remis en cause et en recourant à l’enquêteur qui travaillait avec Joël Bonnemaison, nous avons alors procédé, comme en 1966, au recensement démographique maison par maison, ménage par ménage. Sans cet enquêteur, nous n’aurions pas pu démêler l’ambiguïté portant sur les dénominations d’habitat malgré les documents du fokontany. Ceci permet d’insister sur le fait que la méthode du retour est d’autant plus efficace que l’on retrouve ceux qui ont participé directement à la première étude.

En 1992, François R., le guide-interprète de Joël Bonnemaison a 56 ans, l’ancien instituteur revenu au village a 53 ans, Benjamin R., maire d’Ambohibary sous la Première République, de 1960 à 1971, a 79 ans.

13Joël Bonnemaison, poursuivant sa réflexion sur les conséquences de l’accroissement démographique, redoute des lendemains difficiles : « Dans l’état actuel des choses, il est impossible que le terroir puisse assurer la subsistance à plus de 300 personnes. La moitié de la génération nouvelle devra donc s’expatrier. Seule l’émigration peut garantir le maintien de l’équilibre entre la population et l’espace villageois » (1976 : 66).

« Après une analyse portant sur le terroir d’un village riziculteur de la bordure nord-ouest de la plaine – Tsarahonenana – nous gravirons les versants montagneux et les hautes surfaces du pays sud de l’Ankaratra pour étudier les modes de colonisation et de mise en valeur adoptés par la paysannerie des “Hauts”. » (Bonnemaison, 1976 : 8)

14Les départs des villageois vers les fronts pionniers de l’Ankaratra avaient déjà commencé quand Joël Bonnemaison avance la perspective d’une population supérieure à 500 habitants. Ils n’ont cessé de se poursuivre en direction du nord vers Andranomangamanga et au-delà dans la montagne. C’est pourquoi notre étude a englobé les « Hauts » de l’Ankaratra (régions montagneuses dominant au nord et à l’ouest la plaine d’Ambohibary) ; c’est un lieu d’extension qui desserre l’occupation locale, tout en restant organiquement lié aux terroirs de plaine. La gestion du terroir de Tsarahonenana continue d’associer aux stratégies locales les mouvements de colonisation de ces secteurs montagneux, sur le plateau d’Andranomangamanga plus particulièrement. Le changement réside dans une segmentation en cours qui, à partir du lieu déjà occupé par les pionniers en 1965, établit d’autres liens vers le nord. En 1992, l’étude d’Andranomangamanga, présentée dans la deuxième partie de cet ouvrage, s’est révélée indispensable pour comprendre les changements intervenus en vingt-cinq ans entre plaine et montagne. Nous avons suivi le chemin tracé par Joël Bonnemaison en approfondissant l’étude d’Andranomangamanga afin d’analyser, comme il le proposait, « les modes de colonisation et de mise en valeur adoptés par la paysannerie des “Hauts” » (Bonnemaison, 1976 ; 8). C’est pourquoi l’approche ne vise ni une analyse comparée des situations en 1966 et 1992 ni un objectif de réactualisation de la monographie initiale de Tsarahonenana. Il s’agit de prendre la mesure du changement, d’en rendre compte, et d’en reconstituer les dynamiques à partir de la double étude des terroirs de Tsarahonenana et d’Andranomangamanga. Ces dynamiques prennent des formes variées : une occupation totale de l’espace local, de nouvelles pratiques d’élevage et façons culturales avec une articulation plus forte des deux activités d’agriculture et d’élevage, des recompositions sociales et territoriales, enfin des stratégies de mobilité à plusieurs niveaux.

15La dynamique du système agraire à travers l’analyse des pratiques paysannes a fait l’objet d’une étude plus particulière, que ce soit à Tsarahonenana ou à Andranomangamanga. Et ceci pour trois raisons. Tout d’abord, dans un milieu écologique d’altitude — souvent en conditions limites pour les cultures —, le dynamisme agricole est frappant dans le paysage et contraste avec le « système agraire immobile » présenté par Joël Bonnemaison. Ensuite les changements traduisent les initiatives des habitants de Tsarahonenana pour valoriser un terroir que Joël Bonnemaison jugeait bientôt trop peuplé. La troisième raison tient aux choix des auteurs du retour qui ont développé des aspects correspondant davantage à leur spécialisation.

16La réflexion, à l’échelle du terroir de Tsarahonenana, porte sur les différentes formes d’occupation du temps et de l’espace en relation avec la pression démographique. Elle intègre aussi des considérations à plus petite échelle sur l’économie locale, apparues comme très importantes pour comprendre l’évolution ; ce sont la mobilité des hommes, les nouveaux savoirs et les formes d’encadrement dans la plaine.

« Le terroir de Tsarahonenana constitue à l’intérieur de son cadre naturel un ensemble cohérent allongé du haut de l’éperon montagneux jusqu’au milieu de la cuvette d’inondation. Ce dispositif est commun à la plupart des terroirs de bordure de la plaine d’Ambohibary. » (p. 23)

17En 1992, le dispositif général du terroir est le même qu’en 1966. Cependant, de nombreux changements sont intervenus dans l’utilisation et l’occupation du terroir, à la fois dans le temps et dans l’espace. L’analyse s’appuie sur une lecture du paysage actuel comparé avec la description qu’en fait Joël Bonnemaison. Les cinq cartes du terroir établies en 1966 ont constitué l’autre document de référence. La lecture minutieuse du texte de Joël Bonnemaison a permis un pointage des différences survenues entre 1966 et 1992. Elles sont consignées dans un tableau comparatif (annexe 2).

18Le dossier cartographique réalisé par Joël Bonnemaison (dix figures et cinq cartes hors-texte au 1/4 000) a été d’une grande efficacité. Les cartes permettent d’acquérir rapidement une familiarité avec le terrain et les gens. Elles font la liaison avec le paysage et renforcent son rôle d’informateur. L’efficacité des cartes a été d’autant plus grande que la même personne qu’en 1966 nous traçait du doigt les changements : « Du temps de Bonnemaison, les eucalyptus étaient isolés, aujourd’hui, ils sont enserrés dans la forêt de pins ; du temps de Bonnemaison, il y avait moins de rizières... ».

1. La carte de terroir « Paysage rural et cultures » au 1/4000, établie en 1966, est un support précieux pour discuter en 1992 des changements avec Benjamin R., maire d’Ambohibary de 1960 à 1971, décédé en 1998

19Ce dossier a été très précieux pour guider les axes des enquêtes en 1992. D’emblée, un diagnostic a pu être porté sur l’évolution du terroir en vingt-cinq ans. Ce diagnostic a ouvert de nouvelles perspectives qui donnent toute sa signification au retour. Ainsi s’implique le chercheur, avec sa sensibilité, ses méthodes, sa compréhension, dans la prise en compte du cadre de référence paysan pour faire connaître les logiques de gestion du terroir et les replacer au sein des enjeux locaux, régionaux et nationaux qui sont également des éléments de la dynamique des campagnes.

LES CHANGEMENTS

« Le véritable terroir agricole, le “terroir utile”, est centré autour des hameaux et des rizières : la montagne ne représente qu’un complément médiocrement mis en valeur. Elle reste néanmoins une réserve de terre pour les paysans pauvres, et fournit aux villageois leur bois de combustion. Elle constitue en outre un domaine de pâture naturelle pour les troupeaux. » (p. 45)

20De ces changements intervenus sur un quart de siècle, à l’échelle d’une génération, les paysages sont les premiers témoins. Les transformations sont appréhendées de deux manières, par une lecture en miroir qui fait apparaître certains éléments et par des informations puisées dans le paysage. L’extension du reboisement en pins sur l’éperon central, l’aménagement des versants montagneux en terrasses, la rectification du cours de l’Ilempona dans la plaine en sont quelques-uns des thèmes visuels forts. À cela s’ajoutent des indicateurs sonores : les trépidations de la décortiqueuse au village, les coups de hache dans la forêt de pins, les piaillements des fody, oiseaux granivores qui trouvent abri dans la forêt au-dessus des vallons.

21Invitons le lecteur à cette lecture juxtaposée des paysages en 1966 et 1992.

1966

22Le village de Tsarahonenana compte 255 habitants et se présente comme un agrégat de hameaux et d’écarts en ordre lâche alignés du sud vers le nord sur diverses lignes de replat, à quelques mètres au-dessus des rizières.

2. 1966 : au-dessus des rizières où s’activent les repiqueuses, le village de Tsarahonenana et les pentes couvertes de quelques pins

23Du sud au nord, Tsarahonenana compte trois hameaux. Le hameau principal au sud compte 125 habitants. Un peu moins important, le hameau central s’étire du haut vers le bas de la planèze de part et d’autre de l’église (construite en 1887) et de l’école de la mission catholique : il abrite un peu plus de 80 habitants. Plus au nord, le dernier hameau compte une dizaine de maisons et 50 habitants.

24Autour des maisons s’élèvent de petites étables à porcs... Un peu plus loin et déjà à l’ombre des arbres fruitiers qui bordent les hameaux, on trouve les parcs à bœufs : simples enclos de branches dans lesquels les bêtes sont enfermées la nuit.

25Toutes les possibilités d’irrigation et d’inondation naturelle offertes par le cadre morphologique sont exploitées pour la culture du riz.
Une vaste marqueterie de rizières recouvre les superficies inondables de la cuvette et se prolonge le long des vallées adjacentes par des rubans de pépinières irriguées.

4. 1966 : cultures de versants sans banquettes

26Par contre, les champs de culture sous pluie apparaissent plus clairsemés. Ils s’ordonnent au bas des pentes ou bien grimpent en s’étirant de part et d’autre des hameaux d’habitation jusqu’aux zones denses de mimosas.

27Les cultures sous pluie sont pratiquées sans grand souci d’aménagement de la pente. Les cultures en terrasse sont pratiquement inconnues.

28Une deuxième zone de cultures pluviales apparaît sur les berges de l’Ilempona au milieu de la cuvette.

29La végétation primaire a totalement disparu. Les quelques bosquets d’eucalyptus que l’on rencontre sur l’arrière-fond de la planèze sont d’une essence importée. De même, les mimosas furent introduits au début du siècle pour alimenter en charbon de bois les locomotives du chemin de fer Antsirabe-Tananarive. Cette essence particulièrement prolifique a, depuis, colonisé la montagne toute entière.
On observe également sur certaines pentes du terroir des plantations de pin qui datent des années soixante.

30La piste de la bordure orientale de la plaine passe en contrebas du village et rejoint directement Ambohibary. Cette piste qui longe tout le bord de la cuvette date des années quarante. Aucune voiture ne peut passer en saison chaude. À cette époque, la piste est complètement « engluée » par l’eau de pluie et le marécage sous-jacent.

31Tant que le cours de l’Ilempona avec ses nombreux méandres ne sera pas rectifié, voire canalisé, les eaux surabondantes descendues des pentes continueront à stagner et à divaguer dans la plaine, affirmant de plus en plus sa vocation marécageuse.

1992

32Le village de Tsarahonenana compte 303 habitants.
Certaines maisons sont entourées d’une palissade de bois, clôture élevée contre les voleurs, véritable fléau au milieu des années quatre-vingt.

3. 1992 : au-dessus des rizières labourées, le bourg s’est étendu et les plantations de pins recouvrent le versant

33Du sud au nord, Tsarahonenana Sud, le hameau principal, compte 141 habitants, Tsarahonenana Centre autour de l’église et de l’école de la mission catholique regroupe 99 habitants, et, plus au nord, Tsarahonenana Nord abrite 63 habitants. Deux maisons ont été construites dans la plaine, de l’autre côté de la route qui limitait le site initial.

34À côté des maisons se trouvent les parcs à bœufs, fosses quadrilatères de deux mètres de profondeur empierrées sur les bordures et entourées d’une clôture faite de piquets et de branchages. Leur présence souligne le profil en gradins des versants du site de Tsarahonenana. Une auréole de champs et d’arbres fruitiers constitue une ceinture de cultures et occupe tout l’espace entre les trois hameaux.

35La plaine a fait l’objet de deux grands aménagements. En 1982, la rectification du cours de l’Ilempona et, à partir de 1985, la réhabilitation du canal du fanjakana dans le cadre du Projet PPI.
Les rizières occupent toute la plaine et les deux vallons adjacents sont aussi mis en riz après que les parcelles - d’abord pépinières - aient été débarrassées des plants à repiquer.

5. 1992 : versant aménagé en banquettes et lignes d’arbres

36Les pentes des versants sont aménagées en rideaux ou terrasses avec murettes de pierre. C’est le domaine des cultures pluviales. Les champs en terrasses couvrent principalement les versants nord et sud de l’interfluve central, la végétation arborée n’occupant ici que les sommets.

37Les berges de l’Ilempona, d’extension réduite, émergent nettement au centre de la plaine avec leurs champs de maïs, pomme de terre, carotte, soja...

38L’éperon central est caractérisé par un recouvrement forestier au-delà de l’auréole de champs du hameau principal, vers l’ouest. Ce sont des reboisements de pins qui dominent le paysage avec de-ci de-là un sous-bois de mimosas.

39La route en contrebas du village rejoint Ambohibary à 9 km ; depuis sa réfection en 1987 qui a accompagné la réhabilitation de la plaine, elle est praticable toute l’année. Elle a déjà fait l’objet de deux entretiens, ce qui n’a pas empêché une dégradation.

« Sur les quelques 250 ha que compte le terroir de Tsarahonenana, l’ensemble des superficies aménagées pour la culture recouvre 111 ha dont 61 en rizières et pépinières et 50 en champs de cultures sèches. Si l’aménagement des sites favorables à la culture irriguée – plaine d’inondation et vallées adjacentes – est complet et minutieux, celui de la zone montagneuse – domaine des cultures sous pluie – est beaucoup plus extensif et fragmentaire. » (p. 18)

40Grâce à la rectification du cours de l’Ilempona, des rizières ont pu être aménagées sur les parties marécageuses et dans un méandre qui a été remblayé. Au centre, sur une bande longitudinale, ces cultures pluviales couvrent tout l’espace.

Une occupation quasi permanente sur l’ensemble du terroir

41À partir de la situation décrite par Joël Bonnemaison, l’évolution spatiale s’est faite de deux façons combinées (tabl. 2). D’un côté, sur les reliefs montagneux ou tanety, on assiste à l’extension dans l’espace de l’emprise globale du système de production à la fois par les cultures pluviales et les plantations forestières de pins associées aux mimosas. L’espace interstitiel entre les hameaux est totalement cultivé (cultures pluviales et vergers) en ceinture autour des unités d’habitation. Ce n’est qu’au-delà que commence la forêt de pins limitée en 1966 à quelques îlots de plantation. De l’autre, dans les bas-fonds, se décèle une adaptation de plus en plus complexe et précise à un environnement différencié. Il s’agit d’un aménagement qui vise à protéger des rizières des risques encourus du point de vue de la maîtrise d’eau et à « fabriquer » des rizières à partir des zones exondées et des faux bras formés par la divagation du cours de l’Ilempona.

Tableau 2. Évolution des superficies cultivées et boisées à Tsarahonenana (en hectares)

Tableau 2. Évolution des superficies cultivées et boisées à Tsarahonenana (en hectares)

42Les paysans découpent l’espace en unités agricoles ou facettes qui intègrent des facteurs à la fois naturels et sociaux (Blanc-Pamard, 1986 ; Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 1993). À chaque unité sont attribuées des aptitudes culturales que définit une combinaison de trois éléments : les ressources en eau, la déclivité et le type de sol.

6. 1966 : des paysans et leur angady à longue lame avant le départ aux champs

7. 1992 : l’angady, un outil de travail habituel

« L’angady est ici, comme ailleurs dans tout Madagascar, l’instrument de travail par excellence. » (p. 32)

43L’angady (bêche à percussion lancée) est demeurée le principal instalment de façonnement du terroir. Il s’agit de l’angady à longue lame (40 cm) caractéristique du Vakinankaratra. Charrue et bulldozer, dans une moindre mesure, ont participé aux modifications du paysage.

SUR LES TANETY, L’EXTENSION DES CULTURES PLUVIALES ET DES PLANTATIONS DE PINS

« Les deux vallées latérales qui forment au nord et au sud la limite du terroir apparaissent comme des axes de mise en valeur. Les clairières de culture sont en effet plus nombreuses sur les pentes brutales qui dominent le talweg encaissé des deux petites vallées périphériques. » (p. 19)

44La partie ouest du terroir correspond à la terminaison des tanety qui bordent la plaine. Deux bas-fonds de direction SE-NO individualisent trois interfluves de forme lourde, mais aux pentes raides, nettement différenciées par l’occupation végétale. L’éperon central, site de Tsarahonenana, est caractérisé par un recouvrement forestier, reboisement de pins avec quelquefois un sous-bois de mimosas (fig. 4 a et 4 b). Les interfluves, au nord et au sud, sont le domaine des cultures pluviales, pomme de terre associée au maïs, et soja/haricot sur des champs en rideaux ou terrasses. Deux blocs apparaissent ainsi bien différenciés par le type d’occupation du sol.

SUR LES BOURRELETS DE BERGE, UNE PÉRENNITÉ DES CULTURES

45Les ankeniheny correspondent aux dépôts alluviaux de berge de l’Ilempona dont la pente se trouve fortement réduite dans la plaine.

46À la suite de la rectification du cours de l’Ilempona (fig. 5), les superficies consacrées à des cultures de berge ont diminué sur la rive droite de l’ancien lit, à l’est, au profit des rizières. Le ruban de cultures qui ourlait le cours de l’Ilempona ne représente plus que la moitié de la surface occupée en 1966 (fig. 6). Cette zone de cultures est qualifiée de tany katsaka (terre de maïs), car le maïs était autrefois la culture principale associée à la pomme de terre et au haricot. À ces plantes à cycle court s’ajoutent la carotte et le soja. Les essais, sans succès, de blé et d’orge ont été abandonnés.

DANS LES BAS-FONDS, RIZ ET CULTURES DE CONTRE-SAISON

47Même si des caractéristiques topographiques et hydriques différencient toujours les deux types de bas-fonds du terroir de Tsarahonenana, leur exploitation souligne un investissement important en travail, pendant une partie de l’année, autour du riz.

48Vallons et vallées affluents de la plaine représentent le premier type de bas-fonds ; Joël Bonnemaison décrit ceux de Tsarahonenana comme « deux vallons étroits (qui) flanquent sur la droite et sur la gauche l’éperon montagneux ». Ces « deux vallées latérales » sont le lieu privilégié des hautes rizières (par rapport à celles de la plaine) et des pépinières, dont on observe différents stades en fonction des dates de repiquage. Ces vallées sont dénommées lohasaha : leurs rizières sont les dernières repiquées du terroir, en décembre, car il faut attendre que les parcelles servant de pépinières aient été débarrassées des plants de riz. Celles-ci sont ensuite ensemencées en riz pour éviter leur dégradation, même si on sait que l’on ne récoltera que du fourrage. Au débouché du vallon nord dans la plaine, l’extension des rizières est remarquable. Dans le coude du canal, les parcelles de cultures pluviales relevées par Joël Bonnemaison (1976, carte 1) sont actuellement des rizières sakamaina (littéralement « champ sec »). La préparation des pépinières pour la saison rizicole suivante ne laisse ni place ni temps pour les cultures de contre-saison. Il faut noter qu’ici, l’aménagement du talweg a matérialisé le tracé d’un canal qui véhicule les eaux à partir d’une source en amont alors que dans la plaine, le cours d’eau existait avant la mise en valeur du milieu.

Figure 4 a. Les ligneux sur le terroir de Tsarahonenana : une faible couverture (1966)

Figure 4 a. Les ligneux sur le terroir de Tsarahonenana : une faible couverture (1966)

Figure 4 b. Les ligneux sur le terroir de Tsarahonenana : l’importance du recouvrement en pins (1992)

Figure 4 b. Les ligneux sur le terroir de Tsarahonenana : l’importance du recouvrement en pins (1992)

49La plaine, vaste dépression plate et marécageuse parcourue par les méandres d’un cours d’eau, correspond au second type de bas-fond, le plus étendu du terroir. Elle fait partie du lohasahan-Ilempona : on désigne par cette expression la cuvette intra-montagnarde d’Ambohibary, de direction sub-méridienne. Ilempona est le nom de l’axe hydrographique qui serpente dans la plaine ; ce terme signifie aussi un terrain plat, en position topographique basse, inséparable des situations d’inondation. Au-delà des dépôts de berge du cours d’eau, les parties cultivées en riz sont différenciées en facettes. D’abord identifiées par et pour la riziculture, ces parcelles sont aussi actuellement qualifiées par leurs aptitudes aux cultures de contre-saison. Sur ces parcelles, après cultures en contre-saison, « le riz est beau, plus haut, plus dense » disent les paysans.

Figue 5. La rectification du cours l’Ilempona en 1982

Figue 5. La rectification du cours l’Ilempona en 1982

Figure 6. Dans la plaine, l’extension des rizières à la suite dela rectification du cours

Figure 6. Dans la plaine, l’extension des rizières à la suite dela rectification du cours

8. 1966 : plaine rizicole et colline, les deux éléments principaux du terroir

9. 1992 : la plaine rizicole de l’Ilempona entourée de massifs montagneux

50Dans la plaine comme dans les deux vallées adjacentes, la progression des superficies rizicultivées souligne l’investissement incessant dont cette céréale est l’objet (tabl. 3).

Tableau 3. Évolution des superficies cultivées en rizières (en hectares)

Tableau 3. Évolution des superficies cultivées en rizières (en hectares)

*La superficie de 1,02 ha ne correspond pas à celle calculée par Joël Bonnemaison qui est de 2,75 ha. Nous considérons en effet comme rizières de vallon celles qui sont en amont du canal ceinturant la plaine, alors que Joël Bonnemaison prend en compte les rizières, au débouché du vallon, dans l’axe du talweg, alimentées par le canal

51L’extension de l’occupation des tanety, la diversification des plantes cultivées sur les ankeniheny, la préférence accordée au riz dans les bas-fonds sont autant d’éléments paysagers qui entretiennent et renouvellent le terroir. Ils guident aussi des modifications, dans le temps, des stratégies d’utilisation de l’espace.

Changement dans le temps de l’utilisation de l’espace

« Les activités agricoles se déroulent presque exclusivement à l’intérieur des limites de la saison chaude. La saison sèche et froide est un temps mort, un hibernage des hommes et des cultures. » (p. 31)

52L’extension spatiale se double d’une complète occupation du temps dans la mesure où les parcelles rizicoles de la plaine sont occupées après la moisson par des cultures de contre-saison, pomme de terre surtout.

« Avec la moisson du riz, prend fin la saison agricole proprement dite. Ce n’est pas que tout soit terminé, mais il n’y a plus lieu de se hâter. » (p. 32)

53De même, sur les tanety, Haingo Ralimampianina note l’occupation quasi permanente du sol, ce que les paysans expriment de la manière suivante : « Avant, le paysage était en deuil (misaona ny tany) en saison fraîche (ririnina), aujourd’hui, il ne l’est plus » en faisant allusion à la permanence de la couleur verte dans le paysage. De plus, la pratique du verim-boly (retour de culture) en tanety, qui a lieu en saison intermédiaire, de février à juin, allonge le temps consacré à la pomme de terre. Au mois de février, de nouveaux semenceaux sont mis en terre sur les tanety. Ils croissent avec les dernières pluies et sont récoltés en juin.

54La gestion des cultures atteste d’une utilisation maximale des facettes de la plaine : le décalage des temps de travaux enregistre les conditions climatiques et hydrologiques (tabl. 4). Grâce à l’introduction de cultures nouvelles, l’allongement et l’échelonnement des travaux sont bien assurés. Sur les collines, il existait un risque de concentration des activités agricoles en début de saison des pluies.

Tableau 4. Le calendrier agricole à Tsarahonenana

Tableau 4. Le calendrier agricole à Tsarahonenana

55C’est la pratique du verim-boly qui a permis un décalage du calendrier sur cette partie du terroir. Cependant, ces jeux sur les calendriers agricoles ne sont pas sans limite : le riz commande les rythmes d’autres cultures en plaine sur les mêmes parcelles, des cultures en contre-saison sont choisies tout de même en tenant compte de l’arrivée prochaine des premières pluies, d’autres risquent de souffrir de l’engorgement en eau des sols. Qu’il s’agisse des champs de plaine ou de ceux de colline, le calendrier des activités agricoles montre un plein emploi du temps. D’une année agricole « discontinue », l’ensemble du terroir évolue vers un « temps plein ».

56Ces différents changements dans l’organisation du temps et de l’espace, accompagnés d’autres stratégies, tendent à maintenir la satisfaction alimentaire des besoins des ménages (tabl. 5).

Tableau 5. Le calendrier alimentaire de Tsarahonenana

Tableau 5. Le calendrier alimentaire de Tsarahonenana

« On peut estimer à près de 50 t de riz les besoins alimentaires de la communauté villageoise pour une année, en supposant qu’ils ne fassent l’objet d’aucune restriction (280 hab. pour une consommation quotidienne individuelle proche de 0,5 kg). » (p. 50)

57Le régime alimentaire moyen se caractérise par :

  • la gestion d’une diminution de la couverture en riz par une complémentation des cultures pluviales (pomme de terre, maïs, manioc) ;
  • la place du riz, aliment principal qui reste une nourriture privilégiée. On note cependant une évolution dans la préparation vary sosoa (riz en soupe liquide) qui « économise » les quantités de riz, car l’ingestion de liquide trompe la faim. La soupe demande un kilogramme pour quatre personnes contre deux kilogrammes pour le riz « sec ». Quand cette céréale est disponible, elle est consommée aux trois repas journaliers (d’avril à juillet). Chaque soir, pendant toute l’année, le riz constitue le repas, car qui « dîne en riz dort ».

58Pour une famille aisée (de dix personnes) qui consomme du riz de façon économe, la quantité moyenne par jour et par personne est de 300 grammes. Il faut rappeler qu’après le décorticage d’un kilogramme de paddy, on obtient 67 % de riz blanc en moyenne.

59Ces comportements alimentaires révèlent l’adaptation des ménages à une difficile et longue soudure rizicole.

La situation démographique en 1992

« La pyramide des âges est d’une singulière jeunesse. » (p. 65)

60On retrouve, comme en 1966, une structure de la population en classes d’âge fortement différenciée : 52,8 % ont moins de 20 ans. La population reste donc très jeune, un peu moins tout de même (fig. 7). En 1992, plus d’un quart de la population a entre 20 et 40 ans, puis les pourcentages diminuent à mesure que la population vieillit (tabl. 6).

Tableau 6. Répartition par âge de la population en 1966 et en 1992

Tableau 6. Répartition par âge de la population en 1966 et en 1992

* Bonnemaison, 1976 : 65.

61La composition par sexe de la population reste équilibrée avec 153 hommes pour 150 femmes contre 126 hommes pour 129 femmes en 1966.

« Les migrations et la mobilité traditionnelle constituent une des données fondamentales de la géographie humaine du village. » (p. 64)

62Les mouvements migratoires sont toujours importants : 33 ménages sur 61 ont des membres qui ne résident pas au village en 1992. On compte ainsi 133 personnes dont l’absence diminue d’autant la pression démographique sur le terroir.

63Deux phénomènes soulignent les changements survenus entre 1966 et 1992 :

  • une augmentation sur place de la population passant de 255 à 303 habitants, soit un accroissement de 48 personnes en 25 ans ;
  • une augmentation de l’âge moyen de cette population. Il y a moins de jeunes qu’en 1966, ce qui peut indiquer autant une forte mortalité infantile qu’une réduction de la fécondité. La mortalité infantile féminine est particulièrement accusée. Les chiffres augmentent, par rapport à 1966, dans les classes d’âge adulte : 42,1 % ont plus de 20 ans en 1966 contre 47,2 % en 1992.

Figure 7. Pyramide des âges de la population de Tsarahonenana : a : 1966 (Bonnemaison, 1976 : 65) b : 1992

Figure 7. Pyramide des âges de la population de Tsarahonenana : a : 1966 (Bonnemaison, 1976 : 65) b : 1992

64Le solde positif de 48 personnes en un quart de siècle, bien qu’il dépasse le seuil de 300 personnes « viable » retenu par Joël Bonnemaison, manifeste une gestion de la densité par migration en dehors du terroir. Ce solde ne correspond pas au taux de croissance de 50 ‰ que Joël Bonnemaison a calculé en se fondant sur une moyenne de 13 naissances par an au village. Pour les cinq dernières années, la moyenne des naissances est de 10,4 par an. Cette évolution est un élément non négligeable de la structure démographique actuelle. Cette moindre valeur par rapport à 1966 peut s’expliquer par des facteurs de divers ordres : mortalité infantile, planning familial, émigration de jeunes femmes plus forte que celle des jeunes hommes...

« Au-dessus de 15 ans, 19 hommes sur 62 sont nés hors du village ; ils représentent 32,2 °/o du total, mais cette proportion est plus élevée chez les femmes : 36 sur 61, soit 59 % du total. » (p. 65)

65En ce qui concerne les lieux de naissance de la population de Tsarahonenana, la proportion de femmes de plus de 15 ans nées hors du village reste élevée : 44 sur 66, soit 66 %. Ces 44 femmes sont venues s’établir par mariage à Tsarahonenana ; l’une d’elles est originaire des Hauts, 36 des villages de la plaine et 17 proviennent de régions plus éloignées comme Ambatolampy, Faratsiho, Antsirabe et Antanifotsy. 37 % des hommes de plus de 15 ans sont nés hors de Tsarahonenana (29 hommes sur 77). Ce déséquilibre est le résultat de la virilocalité, toujours très présente.

Le village

« Tsarahonenana ne connaît donc pas de centre réel. L’unité d’habitat est le hameau, et à l’intérieur du hameau le groupe de cases auquel appartient chaque ménage. Il s’agit donc d’un habitat dissocié et semi-dispersé, fractionné en groupes de maisons alignés à proximité de la piste d’Ambohibary. » (p. 22)

66La figure 8 montre que Tsarahonenana est toujours composé de trois hameaux alignés du nord au sud. Chacun des hameaux compte entre 15 et 26 maisons. Deux maisons ont été construites en bordure de la plaine, de l’autre côté de la route qui limitait le site initial.

10. La maison villageoise : étage, toit de chaume et murs crépis

Figure 8. Tsarahonenana 1992 : plan des trois hameaux et localisation des lignages

Figure 8. Tsarahonenana 1992 : plan des trois hameaux et localisation des lignages

67Comme en 1966, se distinguent des types variés de construction, maisons en fotaka (boue, argile rouge piétinée par les hommes avec de l’eau) à étage et au toit de chaume, parfois délabrées, et maisons en briques cuites laissées à l’état brut ou crépies, à étage et toit de tôle. Près de la moitié des habitations du village ont une toiture en tôle, soit 33 maisons sur 72.

« Cette semi-dispersion de l’habitat dans le cadre de hameaux aux mailles lâches s’accompagne d’une grande diversité des types et modes de construction des maisons. » (p. 21) « 11 maisons sur les 46 du village se différencient nettement des précédentes... la toiture en tôle ondulée remplace définitivement le revêtement de chaume. » (p. 21)

68Dans le hameau central, une grosse maison, construite en 1988, de style urbain à un étage, détonne à la fois par sa taille imposante, ses murs d’un blanc éclatant et son orientation N-S. De 11 m de long et 7 m de large, haute de 6 m, elle comporte de nombreuses ouvertures sur les quatre côtés et un grand balcon avec portes-fenêtres au nord. La maison est entourée d’une palissade de bois qui ceinture une vaste cour avec une porcherie, un potager, un château d’eau et une décortiquerie. Le propriétaire de cette maison, dont le site a été choisi pour que « les yeux soient attirés pour la regarder » (Talaky maso : « les yeux voient vite »), est inspecteur des finances à Tananarive. Sur les Hautes Terres, la richesse est une valeur ; on l’affirme.

11. La grande maison ostentatoire d’un notable

69La vie du terroir continue d’être marquée par la coexistence des lignages dans les hameaux. Les liens de parenté qu’ils entretiennent permettent des alliances privilégiées. Les membres des lignages A, E, G et H demeurent dans le hameau central autour de l’église ; ceux des lignages C, J et Κ dans le hameau nord ; ceux des lignages B, D, F et I dans le hameau sud. Les maisons à l’est de la route appartiennent à des membres du lignage D.

La poursuite des aménagements

« La colonisation de la plaine d’Ambohibary s’est poursuivie au long du XIXe siècle. En 1910, furent prises les premières mesures d’assainissement du marécage : des canaux de drainage creusés par le génie rural permirent un assèchement partiel des marais, tandis qu’une rectification du cours aval de la rivière réduisit l’ampleur de l’inondation annuelle. » (p. 8)

70L’aménagement de la plaine, commencé par la partie sud, a peu à peu concerné toute la cuvette.

LA ROUTE ET LA RIVIÈRE

71La rectification très attendue du cours de l’Ilempona par recoupement de ses méandres (fig. 5) a été réalisée, en 1982, à l’initiative d’une organisation catholique, Caritas, appuyée par les paysans concernés. La canalisation, longue de 13 km, a permis de drainer des parties marécageuses et d’étendre les rizières en plaine.

12. La rectification de l’Ilempona : un tracé rectiligne

« Tant que le cours de l’Ilempona, avec ses nombreux méandres, ne sera pas rectifié... les eaux surabondantes descendues des pentes continueront à stagner dans la plaine, affirmant sa vocation marécageuse. » (p. 35)

72La route en contrebas du village a été refaite en 1987 ; elle est carrossable toute l’année. Les améliorations des infrastructures révèlent autant les capacités paysannes que leurs limites. La route qui ceinture la plaine souligne bien ces deux aspects. Son ouverture élargit les horizons du monde rural en le mettant plus facilement au contact des villes et des opérations de développement. Mais il n’en reste pas moins que son entretien — hors de portée des paysans — doit être assuré.

« La cuvette d’Ambohibary est en effet flanquée sur chacun des versants de deux grandes pistes plus ou moins carrossables en saison sèche, qui relient le nord de la cuvette à la grande route de Tananarive. Ces deux grandes pistes ont été créées par l’administration aux alentours de 1940. Elles ont repris et aménagé le tracé d’anciens sentiers qui longeaient le bord de la cuvette. » (p. 22)

73Cette discontinuité dans le suivi de l’aménagement explique l’incertitude actuelle concernant la réhabilitation hydro-agricole.

EN ATTENTE D’EAU : LE PARADOXE DE LA RÉHABILITATION

74Joël Bonnemaison, envisageant les solutions de rénovation du système agraire, préconise que l’aménagement hydraulique de la plaine soit entrepris. Ainsi, ajoute-t-il, « une bonne partie des problèmes qui se posent chaque année à la paysannerie de la plaine d’Ambohibary seraient dès lors résolus » (Bonnemaison, 1976 : 88).

75Le projet national de réhabilitation des PPI qui a débuté en 1986 répond à cet objectif. Il intéresse des périmètres compris entre 100 et 3 000 ha qui, entretenus et gérés par les services du Génie rural, se sont détériorés à partir des années soixante-dix, faute de moyens publics. Le projet veut retrouver une maîtrise de l’eau qui permette l’adoption de techniques de culture améliorées, favorise un repiquage précoce libérant à temps la parcelle pour les cultures de contre-saison, entraîne un accroissement des rendements et des revenus agricoles plus élevés. Un plan de développement agricole (PDA) accompagne le projet ; il valorise la réhabilitation des infrastructures. Il était prévu que les communautés rurales deviennent des partenaires du projet.

« L’aménagement hydraulique de la plaine, en permettant l’extension aux rizières basses et moyennes des conditions d’irrigation et de drainage qui régnent sur les rizières de bordure, permettrait, dans le cadre d’une riziculture améliorée de doubler le potentiel de production agricole de la région. » (p. 88)

76La réhabilitation divise la plaine d’Ambohibary en sept réseaux hydrauliques (tabl. 7). Un réseau comprend toutes les rizières alimentées à partir d’un même canal primaire.

77Tsarahonenana relève du réseau Sarotrakoho qui totalise 752 usagers dans la partie nord de la plaine. Sarotrakoho se divise en deux parties : l’une sur la rive droite de l’Ilempona se dirige vers le sud et alimente les terres de Tsarahonenana, l’autre passe en rive gauche de l’Ilempona pour compléter le réseau d’Ambodiala (fig. 9). Les rizières du village sont situées en fin de réseau. Le tracé ceinture la plaine au contact des reliefs bordiers. Lors des consultations préalables à la décision de réhabilitation, la totalité des exploitants se sont engagés à « créer une association d’usagers et à assumer, dans le cadre de celle-ci, les charges d’entretien du périmètre après la réhabilitation » (Mathieu, 1993). Le réseau, pour son bon fonctionnement, suppose une réhabilitation technique et repose sur une unité hydraulique fonctionnelle d’amont en aval.

Tableau 7. Les surfaces irriguées par les réseaux hydrauliques des PPI de la plaine d’Ambohibary-Sambaina

Réseau

Superficie en hectares

Rivière d’alimentation

Amborompotsy

486

Amborompotsy

Anosy

469

Anosy

Marobiby

62

Marobiby

Andriambato

273

Trimoanala

Ampasambazimba

193

Andalatsoavaly

Sarotrakoho

428

Ankianjanankaranga

Ambodiala

298

Ambohitromralahy

78Ce n’était pas le cas en octobre-novembre 1992. D’une part, des problèmes techniques repérés dès octobre 1990 ont entraîné des travaux de réfection au cours de l’année 1992. Il faut ajouter que le réseau de Sarotrakoho a connu d’importants éboulements qui ont limité le débit du canal primaire.

79Le fonctionnement amont-aval, d’autre part, n’était pas une réalité en octobre 1992. Le régulateur au débouché du vallon, au nord du village, réunit plusieurs aspects des contradictions de l’action PPI. Cet ouvrage comme tous ceux de la plaine vise à la bonne marche du réseau. L’entreprise y a adjoint un canal métallique d’une vingtaine de centimètres de large qui récupère les eaux sauvages du vallon pour éviter une sédimentation du canal. Au-delà de ce régulateur, l’eau ne s’écoule pas. Elle stagne alors qu’en aval le canal longeant le nord du hameau est à sec. Les paysans ont eux-mêmes, sans succès, tenté d’améliorer le débit de l’eau : ils ont abaissé le niveau du régulateur en le cassant, et en ont agrandi l’orifice.

Figure 9. Les sept réseaux hydrauliques des PPI de la plaine d’Ambohibary-Sambaina en 1992

80Par ailleurs, le canal est curé uniquement sur cinquante mètres de part et d’autre du régulateur. Ce curage a été effectué par l’entreprise, le reste étant à la charge des usagers. Ceux-ci refusent de faire cet entretien car, de l’autre côté de la plaine, l’entreprise assure le curage de tout le réseau. À la fin du mois d’octobre 1992, on a pu observer un écoulement « aval-amont » provoqué par les paysans (fig. 10). Ainsi l’alimentation attendue, mais non réalisée donne prise aux initiatives locales. On en arrive au paradoxe suivant : aménagement d’un côté et initiatives de l’autre se neutralisent au détriment de la maîtrise de l’eau. L’eau qui devait unir techniciens et paysans cristallise une tension. Deux situations observées sur le terroir de Tsarahonenana montrent le décalage entre les priorités des deux parties.

81Dans un cas, les paysans détournent l’eau à leur profit pour confectionner des matériaux de construction en terre (fig. 11) ; dans un autre, les exploitants délaissent le canal et alimentent par d’autres moyens leurs rizières (fig. 10). Le canal sans eau domine des rizières qui sont irriguées grâce à l’eau captée dans un vallon transversal au canal, ce que les techniciens appellent une « réalimentation traditionnelle ».

82En l’absence d’eau clans le canal PPI, les paysans doivent trouver des solutions à leur échelle pour irriguer leurs rizières. Aussi sont-ils récalcitrants pour s’acquitter de la redevance et mettent-ils leurs espoirs dans les canaux traditionnels.

83Ces dysfonctionnements du PPI découlent d’une autre contradiction relative aux échelles d’action. Dans sa conception, le réseau fonctionne comme une unité hydraulique amont-aval en bordure de la plaine, le terroir de Tsarahonenana n’étant qu’un élément du puzzle dépendant d’une logique hydraulique : irriguer une superficie totale maximum à partir des quantités d’eau disponibles. Le PPI veut imposer une solidarité à une autre échelle que celle du terroir ; cette échelle correspond au réseau hydraulique et aux associations d’usagers.

84Ainsi Tambazotra (ou AUE) regroupe pour la prise 27, en amont du village, soixante membres qui ne sont pas tous de Tsarahonenana. Seule l’appartenance à une même maille hydraulique les réunit. Les habitants de Tsarahonenana usent d’autres formes de solidarité quand l’eau vient à manquer ; les réalimentations traditionnelles en sont un exemple.

85La réhabilitation aboutit à ce paradoxe : en l’absence d’eau dans le canal PPI, les paysans se désengagent de ce qu’ils nomment « un mariage imposé ».

Figure 10. Détournement de l’eau d’irrigation

Figure 10. Détournement de l’eau d’irrigation

Figure 11. Intervention paysanne sur un équipement hydraulique déficient

Figure 11. Intervention paysanne sur un équipement hydraulique déficient

LES PRATIQUES PAYSANNES

« Le système agraire actuel se fonde sur le maintien d’une culture traditionnelle – la riziculture – et d’une culture commerciale – les pommes de terre – dont les possibilités d’extension sont limitées. » (p. 51) [...] « Il paraît peu susceptible d’évolution. » (p. 87)

86Héritées, mais aussi constamment enrichies, les pratiques paysannes œuvrent à la dynamique du terroir. Elles reposent sur une connaissance fine des terres exploitées, elles associent les activités d’agriculture et d’élevage, elles cherchent à minimiser les risques tout en tirant le meilleur profit des virtualités du milieu.

Une connaissance fine des terres exploitées

87La perception paysanne distingue les terres rizicultivées des autres (fig. 12). Atouts et/ou contraintes relatifs aux conditions hydriques (irrigation et drainage) différencient les premières entre elles, alors que la couleur singularise les principaux sols hors rizières. Toutes les rizières du terroir se trouvent dans les bas-fonds. Il n’y a pas de parcelle rizicole en culture pluviale.

LES TERRES NON INONDABLES

88Tany mena (terre rouge), tany haboka (terre jaune orangé), tany mainty (terre noire) : ces termes rapportés par Joël Bonnemaison désignent les principaux types de sols exondés. Les paysans les qualifient en fonction de leurs aptitudes culturales, dépassant ainsi les distinctions morpho-pédologiques.

89Tany mena désigne l’ensemble des terres de l’éperon montagneux qui domine à l’ouest le village. Il s’agit de terres plus productives que les tany haboka, car elles sont plus « chaudes », ce qui leur permet de « conserver leur saveur » ; il faut les laisser en jachère pour qu’elles gagnent en « vieillesse ». Un recouvrement graminéen dense de fandrotrarana (Cynodon dactylon) et fandrodahy (Cynodon sp.) et une forte consistance qui rend le labour difficile caractérisent ces terres, une fois mises en jachère. Vero (Hyparrhenia rufa) accompagne également ces sols.

90L’éradication des systèmes radiculaires des graminées exige un traitement spécifique lors de la mise en culture. Les fandrotarana sont arrachés à la main et jetés hors du champ ; les fandrodahy, plus difficiles à éliminer, sont extirpés à l’angady, mis à la surface et recouverts de cette terre rouge qui joue alors le rôle d’herbicide.

Figure 12. Perception paysanne selon un transect O-E (Terroir de Tsarahonenana)

Figure 12. Perception paysanne selon un transect O-E (Terroir de Tsarahonenana)

91Dans ce groupe des terres rouges, les paysans distinguent les terres rouges des sommets, les moins productives, les terres d’un beau rouge (mena manja) sur les versants qui ont une coloration moins vive et un meilleur potentiel, et les terres rouges « sang de zébu » plus sombres, en bas de versant, les plus aptes à la culture (fig. 12). Leur disposition topographique traduit, outre les modifications liées au travail du sol, une dynamique de versant par l’enrichissement en éléments fins vers le bas.

92□ Les terres jaune orangé (tany haboka) sont associées aux pentes des versants de l’éperon montagneux. Ce groupe rassemble en fait plusieurs colorations : blanchâtre, jaunâtre, rougeâtre, bleu clair, violet. Celles-ci traduisent un mélange d’éléments de roche volcanique altérée de couleur gris violet et de terre fine rougeâtre (dite « tête de sauterelle ») qui s’effrite et ne retient pas l’eau. Bien que ces deux composantes « se donnent de la force », ce sol est qualifié de froid. Fandrodahy est un bon indicateur de ce sol. Acacia dealbata (mimosa) et Helichrysum gymnospermun (rambiazina) sont de petite taille. L’utilisation de ces tany baboka intègre un temps de jachère. Un exemple de succession : un champ de manioc récolté en 1986 a été mis en jachère en 1987, puis cultivé en patate douce, avec fumure, en 1988-1989. Le manioc est la plante qui convient le mieux à ces terres ; il y est cultivé sans fumure et son goût est doux. Les tany haboka se prêtent aussi à la culture du maïs même si les rendements ne sont pas aussi bons que sur les tany mainty. Quant aux patates douces, des apports fertilisants doivent accompagner leur mise au trou.

« Les meilleurs champs du terroir se situent sur les tany mainty ou terres noires des fonds de talweg et des berges de l’Ilempona. Chaque année, la même association est renouvelée avec apport de fumure : pommes de terres, maïs, haricots, éventuellement saonjo. » (p. 44)

93□ Le terme tany mainty (terre noire) désigne des sols recherchés pour leurs qualités agricoles. Ces terres occupent des topographies planes ou de très faible pente : d’une part, sur les vodi-tanety, en contrebas des versants de l’éperon, au-delà de la piste qui ceinture la plaine ; d’autre part, sur les terres de bourrelet (ankeniheny) qui ourlent le cours de l’Ilempona. Ces terres sont perçues comme des sols fertiles, tany lonaka ; ce terme englobe deux qualificatifs complémentaires, terre productive et bénéficiaire de conditions hydriques satisfaisantes. Elles se caractérisent par :

94○ leur couleur sombre, synonyme d’un potentiel de production élevé ; il faut noter que cette couleur peut être altérée par des dépôts superficiels de ruissellement en vodi-tanety ou de débordement en ankeniheny. Les paysans parlent alors de mainty hafahafa, littéralement noir étrange, ou de mainty manga, noir brillant ;

Dans le premier cas, un profil comporte dans l’horizon Al de couleur sombre (5YR 3/2 au code Munsell) des particules de terre rougeâtre ; ce sont des polyèdres de 5 cm X 2 cm X 2 cm, durs, aux arêtes vives, enrobés dans de la terre fine. Dans le second cas, de très fines paillettes de mica étincellent au sein de la matrice noirâtre.

95○ leur « épaisse chair », lalin-nofo. L’horizon Ap (horizon de surface humifère perturbé, car cultivé) atteint facilement 40 cm de profondeur. Masaka (cuit ou mûr), il n’est pas massif, ce qui permet aux racines de descendre loin dans le sol pour en prendre la saveur ; un bon enracinement laisse pénétrer l’air et circuler l’eau, entretenant ainsi l’excellent potentiel cultural de ces terres. Celles-ci sont d’ailleurs « engraissées » au fumier de parc. On y apporte même de la terre minérale si besoin est ; c’est le cas des apports de sable sur des parcelles de maïs ;

96○ leur exploitation continue avec, en saison fraîche, des plantes qui ne craignent pas le gel. Carottes, pommes de terre, haricots occupent ainsi l’espace pendant l’année, aux mêmes périodes ou à des moments différents et selon des cycles variés (tabl. 4). Taro (Colocasia), maïs, soja caractérisent aussi ces terres. Le manioc et la patate douce sont absents, car leurs tubercules risquent d’y pourrir. La proximité de la nappe et les propriétés de capillarité de la terre fine, à dominante limoneuse, provoquent un taux d’humidité élevé : point n’est besoin d’arroser les plantes. Le choix des cultures tient compte des contraintes liées à la situation topographique ; ainsi, sur les levées de berge de l’Ilempona, les paysans composent avec les risques d’inondation de décembre en plantant maïs, carottes et pommes de terre qu’ils essaient de récolter avant les pluies ;

97○ la possibilité de transformation en rizières. La maîtrise d’une source d’alimentation en eau pour assurer l’irrigation conditionne l’aménagement. L’exploitant abaisse le niveau de la parcelle pour la mettre en position dominée et accessible à l’eau. Le plus souvent, c’est l’objectif de conserver l’horizon de surface « mûr » pour la culture du riz qui guide la manière cle procéder :

  • motte par motte, l’horizon I, Ap, est enlevé et mis de côté. 40 à 60 cm représentent une épaisseur moyenne de la tranche de sol déterrée ;
  • l’horizon sous-jacent, II, est « crû », car il ne bénéficie pas de la fumure apportée à l’horizon superficiel. L’activité biologique est différente dans ces deux horizons superposés ; bonne dans le premier, elle est pratiquement absente dans le second. Cet horizon est également évacué sur une épaisseur égale à celle du premier et transporté hors du champ. Dans la plupart des cas, cette terre est transportée sur des rizières sujettes à l’inondation pour en rehausser le niveau ;
  • dans la parcelle devenue excavation de plus de 0,5 m de profondeur, l’exploitant remet les mottes du premier horizon, aplanit et égalise la topographie de surface. Mise au niveau voulu, la future rizière est prête.

98Les différences entre les terres noires des vodi-tanety et celles des ankeniheny tiennent à leurs origines, colluviale pour les premières, alluviale pour les secondes. Ainsi, les profils des sols en ankeniheny montrent la superposition de plusieurs horizons aux transitions nettes.

99Un exemple :

- 0-40 cm : 5 YR 3/3 ; structure grenue fine, texture limoneuse, bonne porosité, très bon enracinement. Transition nette ;

- 41-71 cm : 5 YR 3/2 ; structure polyédrique, texture limono-argileuse, bonne porosité, mais enracinement moins important et de taille moyenne. Transition distincte ;

- > 71 cm : 2, 5 YR 3/4 ; structure polyédrique, texture argilo-limoneuse avec du sable grossier. Mauvaise porosité, enracinement pratiquement nul (pseudo-gley).

100Pour la perception paysanne, ce ne sont pourtant pas des horizons complémentaires. Ainsi une mise en culture continue est ici perçue comme nécessaire, car une jachère permettrait à l’horizon II, crû, de gagner en épaisseur sur l’horizon I et réduirait le volume de terre fertile. Ce n’est pas le cas pour les sols de vodi-tanety ; il n’y a pas une semblable perception d’oppositions entre les horizons. L’apparition d’une semelle entre deux horizons, liée à une profondeur de labour constante, est dans le cours des choses pour le paysan : cette terre dure est formée par la pression du labour sur l’horizon sous-jacent en place. C’est ainsi que, tous les cinq ans, le labour atteint la semelle et accroît vers le bas l’épaisseur de l’horizon cultivé, mûri. Par ailleurs, en ankeniheny, une observation topographique à grande échelle distingue des hauts et des bas suivant la position latérale sur la berge et la microtopographie des dépôts alluviaux. Ceux-ci sont autant de micro-facettes, déterminant des contraintes différentes par rapport à l’eau. Les vodi-tanety ne présentent pas une telle variété de situations dans le détail.

101Fondés sur les couleurs, les groupes de sols définis par les paysans pour les terres non rizicoles traduisent surtout une classification par rapport à leurs comportements culturaux. La couleur intègre différents éléments : la position topographique, la couverture végétale, l’aptitude culturale. Cette science paysanne s’est forgée par la pratique ; elle repose sur l’expérience vécue localement.

LES TERRES DE RIZ (TANIMBARY)

102Le savoir paysan appuie son diagnostic des rizières principalement sur les caractéristiques de ces dernières par rapport à l’eau. Tant au niveau des principales unités qu’à celui des facettes, la lecture du paysage par les agriculteurs de Tsarahonenana ne dissocie pas l’eau du riz, deux éléments « inséparables au champ comme clans la marmite ». Des observations pédologiques soulignent la logique de cette classification.

103□ Les petits vallons et la plaine constituent les unités rizicoles. Ce sont deux vallons latéraux (lohasaha) au nord et au sud de l’interfluve, site des hameaux, et la partie de la plaine de l’Ilempona comprise dans le terroir de Tsarahonenana. La pente longitudinale et l’extension latérale les différencient. Les rizières de vallon (lohasaha) totalisent 1,74 ha. L’utilisation d’une source en amont du vallon permet d’assurer par un canal principal (reni-tatatra, canal-mère) l’alimentation vitale en eau pour la mise en rizière. Les parcelles sont de très petite taille, de l’ordre d’un are et leur extension actuelle se fait plus dans le sens longitudinal, vers l’amont, que latéral. La proximité des têtes de sources et la bonne pente topographique expliquent que les vallons soient le domaine privilégié des pépinières.

13. Petites rizières situées le plus en amont d’un vallon

« Plusieurs “types” de rizières occupant le terroir inondable, et échelonnés en franges plus ou moins parallèles, de la périphérie de la cuvette jusqu’à son milieu. » (p. 39)

104L’extension latérale de la plaine a permis à Joël Bonnemaison d’y distinguer trois types de rizières selon leur position topographique : les hautes, les moyennes et les basses rizières (tabl. 8 et fig. 13).

Tableau 8. Les superficies des trois types de rizières dans la plaine en 1966 (Bonnemaison, 1976 : 39-40)

Types de rizières

Superficie en hectares

%

Hautes rizières

18,9

32

Moyennes rizières

27,6

48

Basses rizières

13,1

20

105Les rizières ont une taille nettement plus grande que dans les vallons, supérieure à 10 ares. On y trouve quelques pépinières éparpillées d’une superficie ne dépassant pas 5 ares. Leur localisation est toujours dictée par la proximité d’un canal dont l’alimentation est permanente. Ce qui frappe surtout dans la plaine, c’est la succession des couleurs pendant le cycle végétatif du riz ; on a une marquetterie de tonalités, renouvelées jusqu’à la récolte du riz, plutôt qu’une distribution en bandes parallèles. Ces couleurs révèlent les facettes rizicoles.

106À une échelle plus fine que celle des unités, les paysans identifient trois facettes rizicoles dans la plaine : sakamaina, ati-tany et ambany rano (fig. 15). Ce n’est pas la typologie retenue par Joël Bonnemaison (hautes, moyennes et basses rizières), car chacune de ces facettes a aussi des caractéristiques par rapport à l’eau, ses insuffisances, mais aussi ses excès (fig. 14).

107Les rizières sakamaina auxquelles est associée une position topographique élevée par rapport aux autres facettes connaissent des problèmes d’alimentation et de rétention en eau. Ces rizières qui mettent longtemps à retenir l’eau nécessitent une alimentation abondante, ce qui est possible lorsque la saison des pluies est installée ou lorsqu’elles sont situées à proximité d’un canal à écoulement pérenne.

108Les rizières ati-tany (littéralement foie de la terre, intérieur de la terre) bénéficient des meilleures conditions hydriques ; elles peuvent à la fois évacuer une eau excédentaire et retenir l’eau d’irrigation dans la parcelle. Un apport de fumure sur de telles parcelles est un investissement sûr.

109Les rizières ambany ranο (littéralement sous eau) sont confrontées à deux problèmes liés à leur position topographique basse : le premier tient à l’impossibilité de drainer rapidement, en cas d’inondation. En effet, les eaux de l’Ilempona comme celles des canaux venant des zones périphériques viennent se déverser en ambany rano. Second problème : l’irrigation. Quand les pluies sont peu abondantes, l’eau disponible est utilisée dans les parcelles amont avant d’atteindre les points bas de la plaine.

110La différence entre ces trois facettes et les trois types de rizières distinguées par Joël Bonnemaison vient de ce que les riziculteurs considèrent à la fois la topographie et les possibilités en eau ; cette perception intègre le risque que représente telle unité par rapport à telle autre.

111Aussi, même si une certaine répartition zonale apparaît sur les cartes entre hautes, moyennes et basses rizières, la plaine est en fait constituée d’un puzzle de facettes. C’est à l’œil que le paysan définit chaque parcelle. Il y a plutôt trois types de parcelles, au sens où Schlippe (1956) a défini des types de champs.

Figure 13. Le terroir rizicole de Tsarahonenana : les types de rizières de la plaine (1966)

Figure 13. Le terroir rizicole de Tsarahonenana : les types de rizières de la plaine (1966)

112Le calendrier du repiquage sur les différentes facettes rizicoles précise les qualités par rapport à l’eau de chacune d’elles (tabl. 9). Les possibilités de cultures de contre-saison définissent également les facettes.

113Le découpage des facettes rizicoles souligne la part des rizières ati-tany qui représentent plus de la moitié de la superficie et dont l’extension, recherchée et réalisée par les paysans, se fait en partie aux dépens des autres facettes (fig. 14 et tabl. 10). L’agriculture de la plaine profite néammoins de la complémentarité des trois facettes. Il faut noter que sakamaina et ati-tany qualifient des rizières de la plaine et des vallons latéraux ; les facettes ambany rano ne sont présentes que dans la plaine.

Figure 14. Le terroir rizicole de Tsarahonenana : les facettes rizicoles de la plaine (1992)

Figure 14. Le terroir rizicole de Tsarahonenana : les facettes rizicoles de la plaine (1992)

114L’observation de quelques profils apporte des précisions pédologiques à ces différenciations paysannes. La superposition des horizons des rizières ati-tany permet de définir un sol humique à gley.

Un profil moyen de ce type de sol de rizière montre un premier horizon de 0 à 20 cm (couleur 10YR 3/1) de texture limono-argileuse. De 20 à 50 cm (couleur 10YR 2/1), l’horizon est humifère et de texture argilo-limoneuse. La nappe apparaît vers 50 cm de profondeur. Entre 50 et 60 cm (couleur 5Y 3/1), la texture devient argileuse, avec la présence d’un gley.

Figure 15. Coupe schématique des facettes rizicoles de ta plaine

Figure 15. Coupe schématique des facettes rizicoles de ta plaine

14. En période de végétation du riz, les tons nuancés des rizières font ressortir plusieurs facettes dans la plaine

Tableau 9. Les facettes rizicoles de la plaine : calendrier du repiquage et cultures de contre-saison

Facettes rizicoles

Ordre de calendrier du repiquage par facette

Cultures de contre-saison

Ati-tany

1

possible

Ambany-rano

2

à haut risque (sauf quand la pluie tarde)

Sakamaina

3

impossible

Tableau 10. Les superficies des facettes rizicoles de la plaine en 1992

Facettes rizicoles

Superficie en hectares

%

Ati-tany

38,4

57,7

Ambany rano

14,5

21,8

Sakamaina

13,6

20,5

115Apport de fumure et labour homogénéisent la partie supérieure du sol tandis qu’en profondeur la présence de la nappe est déterminante. Humifère et de texture fine, ce type de sol. convenablement irrigué, se prête bien au riz : tany mainty, terre noire, qualifie cette facette ; il ne s’agit pas des terres noires consacrées aux cultures pluviales. Leur point commun réside dans le qualificatif. synonyme de terre riche.

Les sakamaina présentent tous un pseudo-gley vers 65-70 cm. Cet horizon (couleur moyenne 5YR 3/3) est de texture argilo-limoneuse à argilo-sableuse ; il se caractérise par des taches d’oxydo-réduction et une porosité faible. Au-dessus, on observe souvent un horizon de texture limono-argileuse, à structure polyédrique ; la porosité est moyenne, en densité et en taille. Cet horizon supérieur peut correspondre à des colluvions. Cette dynamique superficielle d’apport contribue à faire des sakamaina des terres élevées, par rapport aux autres parcelles.

116Au niveau des rizières ambany rano, les dépôts argileux fins marquent l’horizon de surface (les paysans parlent de « boue très noire ») et le gley sous-jacent peut avoir plus d’un mètre d’épaisseur.

117Replacées dans leurs unités respectives, les facettes rizicoles soulignent l’importance vitale de la maîtrise hydrique dans l’aménagement et l’exploitation des terres à riz de bas-fond. Ici, comme en Imérina, contrée d’origine des pionniers de Tsarahonenana, plus que la seule qualification pédologique, « c’est l’eau qui fait d’une rizière une rizière » (Rakoto Ramiarantsoa, 1995).

CLASSIFICATION PAYSANNE ET DIAGNOSTIC SCIENTIFIQUE DES SOLS

118Le difficile contexte écologique de ce bassin intra-montagnard oblige les paysans à bien connaître les terres pour les exploiter de la manière la plus efficace. Un exemple : à Tsarahonenana (1 640 m), il faut attendre trois saisons de pluies pour récolter le manioc, variété madarasy, alors qu’un cyle végétatif de deux saisons suffit en Imérina (1 200-1 400 m). En effet, les irrégularités des pluies, les limites imposées par le froid sont des contraintes créatives et développent l’observation des réalités locales pour en révéler les potentialités. Les pratiques s’adaptent ainsi à la mesure des moyens et selon le savoir progressivement acquis : aux couleurs des terres sont associées des dispositions culturelles, à leurs situations topographiques des comportements spécifiques. La science paysanne relie ces différents éléments et regroupe les terres à deux niveaux : d’abord une distinction entre terres à riz et terres non rizicultivées ; ensuite une identification en fonction du potentiel cultural défini par la couleur et la maîtrise de l’eau. Dans ce cadre évoluent l’exploitation, la transformation et la gestion des parcelles.

« Leur principale richesse tient dans les matières organiques de l’horizon de surface et dans d’assez bonnes propriétés physiques. » (p. 14)

119L’analyse scientifique recoupe et confirme des critères de la classification paysanne. Joël Bonnemaison notait que les sols les meilleurs sont ceux des berges, riches en calcium et magnésium, avec une teneur en matière organique satisfaisante. Viennent ensuite les tany mainty, sols bruns ferrallitiques des versants de la montagne qui, bien que déficients en éléments échangeables, présentent d’excellentes propriétés physiques et une matière organique abondante. Les tany mena, sols rouges ferrallitiques, sont considérés comme moyens ; ils sont chimiquement pauvres, déficients en bases échangeables. Notons pourtant la plus grande finesse de la classification paysanne : dans les terres noires, elle distingue celles des berges de celles des vodi-tanety ; au sein des terres rouges, elle différencie des groupes suivant la tonalité, du rouge des hauteurs, le moins bon, au « beau rouge » des versants, mieux loti, jusqu’au « rouge sang de zébu » du bas de versant, le mieux classé du groupe qui doit correspondre au sol brun ferrallitique de Joël Bonnemaison.

120Le savoir paysan « colle » aux réalités du terroir. Il est aussi riche pour différencier les sols de collines, autrefois peu mis en valeur, que ceux de bas-fonds. Dans le premier cas, toutes les nuances de couleur des terres, qui correspondent à des savoirs anciens, ont été valorisées récemment au fur et à mesure que ces dernières prenaient plus d’importance. Dans le second cas. la mise préférentielle en ati-tany des rizières traduit à quel point, pour le paysan, le sol est inséparable de son environnement hydrique et topographique. Aussi, la gestion du terroir intègre-t-elle toujours les risques liés à l’eau.

Une gestion paysanne du risque lié à l’eau

121La recherche d’une sécurité et d’une régularité des productions rizicoles est un objectif majeur que les familles de Tsarahonenana essaient d’atteindre à travers une bonne maîtrise de l’eau. La production est soumise non seulement à des aléas connus des paysans, mais aussi à des risques induits par des nouveaux aménagements qui ont perturbé la bonne marche de l’ancien réseau au lieu d’apporter des améliorations attendues.

Figure 16. Le réseau hydro-agricole de Tsarahonenana

Figure 16. Le réseau hydro-agricole de Tsarahonenana

122On distingue sur le terroir de Tsarahonenana deux types de réseaux d’irrigation (fig. 16) :

123○ les canaux des ancêtres dont le tracé intègre secteur de montagne et secteur de plaine. Ils ont une utilisation hydro-agricole (rizicole), mais ils remplissent d’autres usages (construction de maisons, fabrication de briques, arrosage complémentaire des cultures pluviales). Leur cours est déplacé, de quelques mètres, au gré des besoins de terres à contrôler sur le plan hydrique, ce que permet la structure volcanique des sols plus faciles à travailler que les horizons argileux des altérations du socle ;

15. Aménagement traditionnel de dérivation des eaux sur le versant

« Le “canal du fanjakana”. C’est un canal long d’une dizaine de kilomètres qui contribue à l’irrigation de l’ensemble des rizières du nord-ouest de la cuvette. Son gabarit est moyen, environ un mètre de large pour 50 centimètres de profondeur. Il est sujet à l’envasement et manque sur certaines parties de son cours d’un entretien régulier. » (p. 18-19)

124○ le canal du PPI est le canal primaire du réseau constitué par l’ensemble des canaux et des parcelles irriguées. Ancien « canal du fanjakana », il a un tracé qui ceinture la plaine, la séparant bien de l’unité montagneuse bordière. Cet aménagement est réservé à l’alimentation en eau des rizières. Son tracé fixe est imposé d’amont en aval, car il est le résultat d’études techniques prenant en considération l’interdépendance entre canaux et rizières. Le projet national PPI a consisté à réhabiliter le canal du fanjakana, construit en 1954 par les services du Génie rural et qui, depuis cette date, assurait dans de bonnes conditions l’alimentation en eau de la plaine d’Ambohibary.

125Annoncée depuis 1984, cette réhabilitation du réseau hydro-agricole de la plaine visait une amélioration technique qui permettrait une meilleure irrigation et surtout un accroissement de la production. Aux années d’espoir a succédé la certitude que l’eau ne coulera pas dans le canal réhabilité. En effet, depuis 1989. date de mise en service, les rizières de Tsarahonenana situées dans le secteur aval du réseau ne bénéficient de l’eau du canal que lorsque les pluies sont bien installées. Or leurs besoins se placent dans la période critique qui précède l’installation de la mère-pluie (Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 1993).

126Cette attente déçue d’une amélioration de la maîtrise de l’eau a été étudiée dans d’autres aménagements hydro-agricoles : elle est la cause d’une insécurité encore plus grande non seulement pour les rizières, mais aussi pour les cultures de contre-saison (Blanc-Pamard, 1985 b et 1989 ; Rakoto Ramiarantsoa, 1988). On sait que l’assurance de bonnes conditions de drainage est tout aussi importante que celle de l’irrigation. Aux risques liés à l’eau connus depuis toujours par les paysans s’ajoute donc le manque de fiabilité de l’aménagement.

127Ainsi, de 1988 à 1991, les paysans ont cessé de curer le canal du fokonolona en comptant sur la réhabilitation du canal du PPI. Ceci a eu pour résultat une désorganisation du système de production causée par l’absence d’eau dans le PPI, alors que le canal du fokonolona n’était plus fonctionnel. Pendant cette période, les canaux des deux vallons et les apports des sources en bordure de la plaine ou le long des vallons assurèrent une alimentation des rizières.

128En 1992, les paysans sont revenus à la gestion antérieure du canal du fokonolona en profitant des aménagements du projet PPI. En effet, un pont-aqueduc qui enjambe le canal du PPI a été construit en juillet 1992 pour récupérer les eaux de ruissellement de bas de versant. Le curage du canal traditionnel a été effectué en novembre en cinq jours par une dizaine d’hommes à l’initiative d’une association villageoise ; l’eau qu’il véhicule franchit désormais le canal du PPI grâce au pont-aqueduc et alimente les rizières de la plaine. Ainsi les paysans ont pris des dispositions pour une gestion efficace à leur mesure et à l’échelle de leur réseau. De cette manière, ils ont pu préparer les rizières pour le repiquage au début du mois de novembre pour s’assurer les meilleures conditions d’une bonne production. Les rizières repiquées plus tôt auront une bonne floraison, car « elle se fera en pleine période pluvieuse ».

16. L’eau passe au-dessus du canal du PPI par un pont-aqueduc, traverse les cultures pluviales, puis irrigue les rizières situées en contrebas

Comme autrefois, la police des eaux du canal du fokonolona est remise en vigueur. Le « policier » vérifie les tours d’eau dans la partie amont sur plus de 5 km de longueur pour assurer l’alimentation aux rizières d’aval en période de gros travaux. A la récolte, chaque exploitant qui a bénéficié des eaux du canal gratifie le policier d’une quantité de paddy.

129La culture, depuis les années soixante-dix, des rizières ambany rano en contre-saison traduit une autre dimension du risque et de son traitement par les paysans. Ces rizières sont repiquées après les rizières ati-tany, car les premières pluies ne suffisent pas pour les irriguer, mais une fois les pluies installées, elles sont très vite inondées. Si la pluie tarde, le repiquage en pâtit, mais les cultures de contre-saison y gagnent, car leur récolte se fera sans précipitation. Ce qui est un handicap pour la riziculture est exploité au bénéfice des cultures de contre-saison et augmente la panoplie des parades anti-aléatoires.

130À un autre niveau, le traitement du risque apparaît avec les pépinières sous pluie (ketsa vohitra) effectuées par ceux qui ne bénéficient pas de bonnes conditions de vallon. Sur les bourrelets de berge ou dans les zones planes en bordure de vallon, on prépare les pépinières en émottant et en planant de petites parcelles ; puis on sème les grains de paddy que l’on recouvre d’une couche de protection ; il s’agit de la matière végétale des sous-bois de mimosas débarrassée de ses éléments grossiers (branches, grosses souches...). Au bout d’un mois, les plantules atteignent 20 cm de hauteur à partir de « la graine-mère qui suit encore le plant ». Le repiquage se fait avec ce matériel végétal. C’est la garantie de plants à repiquer faute de pouvoir en produire dans des conditions adéquates ou d’en acheter.

131Dans le cas de la gestion de l’eau, le repli sur le « traditionnel » assure la production de plants lorsque l’aménagement technique est défaillant. La pratique du ketsa vohitra élargit les possibilités d’obtention de plants de pépinière. On retrouve bien là l’expression d’une société habituée à gérer le risque (Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 1993).

Une association agriculture-élevage

« ... À l’exception peut-être des bœufs de trait, l’élevage poulies villageois représente une activité secondaire. » (p. 51)
« L’élevage n’est que très imparfaitement relié au système agricole. Il repose essentiellement sur l’existence d’un troupeau de travail (bœufs de charrettes) et s’accompagne de formes plus mineures, comme l’élevage des porcs, des moutons ou la basse-cour » (p. 45-46)

132Les différents types d’élevage, bovins, porcs et basse-cour, sont tous intégrés au système rural. Par exemple, les cochons fournissent un capital appréciable après quelques mois d’engraissement à la pomme de terre, ce qui valorise sous forme de viande un produit que les paysans ne peuvent vendre qu’à bas prix en fararanon’ovy (littéralement, « c’est la pleine période de récolte des pommes de terre »). Pendant toute la saison, on donne aux porcs les épluchures de pommes de terre. Ou encore, les volailles consommées en bouillon traitent un état de faiblesse au moment où il faut accomplir un dur labeur dans les champs. Par rapport à la situation que décrivait Joël Bonnemaison, l’élevage est devenu une activité importante.

133Les activités liées à l’élevage demandent beaucoup de travail et d’espace. Elles mettent à contribution tous les membres de la famille. Chacun commence sa journée en s’occupant des animaux. Les rapports agriculture-élevage se situent dans ce cadre. L’élevage bovin en est le meilleur exemple.

17. 1966 : après la récolte de riz, rizières et diguettes sont des lieux de pâture

18. 1992 : les animaux cherchent leur pâture sous les pins

L’ÉLEVAGE BOVIN

134En novembre 1992, le village comptait 69 bêtes à cornes, soit une moyenne de 0,22 bovin par habitant et de 1,13 bovin par exploitation (tabl. 11). L’OPR évaluait à 1,2 le nombre de bovins par exploitation en Imérina en 1970-1971.

Tableau 11. La composition du troupeau bovin villageois en 1966 et en 1992

Tableau 11. La composition du troupeau bovin villageois en 1966 et en 1992

* Bonnemaison, 1976 : 46

135Les trois cinquièmes des bêtes sont des animaux d’attelage pour tirer les charrettes et les charrues. Les deux tiers des ménages ont une charrue et une charrette, ce qui représente un développement très net du matériel tracté par rapport à 1966. Un cinquième des ménages ne possède pas de bovins. Les propriétaires des bœufs de trait prêtent ou louent leurs animaux à ceux qui en ont besoin pour les travaux agricoles. Les vaches et les veaux constituent un capital. Le lait, malgré le développement des opérations d’élevage dans le Vakinankaratra, ne fait que l’objet d’une petite vente entre villageois. Le point de collecte de la Rova (association d’éleveurs) est trop éloigné pour motiver une livraison régulière de lait. L’élevage des vaches et des veaux permet en cas de nécessité d’assurer une rentrée d’argent. La vente des bœufs de trait est plus rémunératrice ; comme la vente des rizières, elle permet de faire face à des dépenses élevées, essentiellement celles de famadihana (cérémonie de retournement des morts). La vente de deux bœufs de trait au marché d’Ambohibary, en 1990, a rapporté 700 000 FMG à un exploitant qui possédait quatre animaux dressés.

Figure 17. Croquis d’une fosse à zébus

Figure 17. Croquis d’une fosse à zébus

Figure 17. Croquis d’une fosse à zébus (suite)

Figure 17. Croquis d’une fosse à zébus (suite)

136L’élevage spéculatif de bœufs de fosse qui régressait déjà en 1966 a disparu en 1992, signe que l’engraissement par affouragement n’est plus possible.

137À Tsarahonenana, il n’y a pas un parc à zébus par ménage ou exploitation, mais plutôt par unité d’habitation. On compte 18 parcs pour 61 ménages ; un seul parc est commun à un ou plusieurs ménages habitant à proximité. L’un des ménages possède les animaux, les autres participent à leur alimentation et à leur gardiennage ; en retour, ils reçoivent du travail (traction, labour) et de la fumure. Parcs à bœufs et hangars à charrettes se trouvent près des habitations afin de rester sous surveillance. Nous emploierons ici le terme de fosse (fahitra), synonyme de parc à bœufs pour désigner l’unité de logement du bétail et de production du fumier dont l’aménagement et l’entretien font l’objet de soins attentifs. La fosse est différente du parc qui est installé à même le sol. Les murs de deux mètres de profondeur sont empierrés et la partie supérieure de l’enclos est entourée d’une clôture faite de piquets verticaux et de branchages de pins ou de mimosas disposés horizontalement (fig. 17). Cette haie morte vise à protéger du froid les animaux la nuit : il s’agit d’un point de vue paysan qui, d’après les zootechniciens, ne semble pas fondé. Elle fait également écran pour empêcher de distinguer les animaux et constitue ainsi une parade contre les voleurs. De plus, chaque animal est attaché par une corde à un piquet de la clôture. Sur un des côtés de la fosse, un replat est aménagé à un mètre de hauteur pour poser une auge.

138Peu de changements sont intervenus en ce qui concerne les races de bovins, résultats de croisement entre zébu malgache (zanatany ou indigène) et taurin. Les animaux sont ici des zafindraony, ou race améliorée, mais le plus souvent ce sont des individus issus de croisement avec des races européennes, d’où le terme raony c’est-à-dire « venu de l’autre côté de l’eau ». Les animaux sont de petite taille, mais robustes, d’un poids de 250 à 300 kg environ.

139Il y a, en fait, deux types d’élevage, un élevage villageois organisé autour de la fosse et un élevage dans les Hauts qui tire parti de plus vastes terrains de parcours. Dans un cas, les animaux sont intégrés à l’exploitation. Dans l’autre, les troupeaux sont conduits selon un mode extensif traditionnel. Mais la densification de l’espace rural pose les problèmes de réduction des pâturages. Les Hauts, situés en dehors du terroir, sont un complément précieux en fourrage et pâturage. Cet espace permet un cheptel bovin plus nombreux qu’en 1966 alors que le pâturage tend à se réduire sur le terroir de Tsarahonenana.

140□ Les exploitations qui sont engagées dans un élevage villageois possèdent en moyenne deux ou trois animaux soigneusement parqués au village, tous les soirs, dans une fosse. En saison des pluies, dans la journée, les animaux sont surveillés sur les tanety par les enfants. Ils peuvent être attachés à un piquet que l’on transplante de place en place sur les digues ou le bord des chemins couverts d’herbe. Après la moisson du riz, les rizières qui ne sont pas cultivées en contre-saison deviennent un pâturage temporaire. En saison sèche, femmes et enfants consacrent plusieurs heures par jour à la recherche de fourrage.

19. La fosse à zébus, construction complexe à ciel ouvert, sert plusieurs objectifs : parcage nocturne, complément d’alimentation, production de fumier et protection contre les vols

141Sur les tanety, l’extension des cultures pluviales et de la forêt a restreint l’espace pastoral. De plus, sur certains versants, le reboisement en pins combiné avec un recrû en mimosas a réduit les formations herbacées. Cette évolution est cause d’embroussaillement, ce qui limite le renouvellement par le feu des formations herbacées, pâturages naturels de Tsarahonenana.

142Les espaces pastoraux ne suffisent plus pour nourrir les animaux. La collecte du fourrage comme le temps de transport et le temps de préparation des compléments alimentaires créent une surcharge en travail. L’association des cultures de maïs et de pomme de terre (plantation en juillet), en contre-saison sur les parcelles moissonnées de la plaine, a pour objectif, une production de maïs fourrager qui est récolté en novembre et apporté aux bovins. Le calendrier de l’alimentation bovine souligne ces difficultés.

20. 1966 : un bel attelage pour un labour lourd en rizière

21. 1992 : charroyage de fumier dans un passage difficile

143La période la plus critique se situe entre mi-octobre et fin décembre, mois pendant lesquels les bœufs dressés participent aux travaux agricoles (charrue, herse et charrette pour le transport du fumier). Des solutions, qui sont autant d’innovations, ont été trouvées pour nourrir les animaux durant cette période :

144○ au moment du repiquage et une seule fois, l’attelage monte, dès six heures du matin, vers les Hauts, où les animaux, après avoir parcouru lentement une distance de deux à trois kilomètres, trouvent un bon pâturage : les deux personnes qui ont conduit la charrette récoltent du fourrage pendant que les animaux pâturent. La charrette redescend vers 11 heures avec son chargement de fourrage et des animaux repus. Il arrive également qu’à cette même période, le troupeau monte la nuit pour pâturer, sous la conduite d’un gardien, et redescende le jour pour les travaux ;

145○ en décembre, les femmes et les enfants vont récolter dans la montagne du fourrage (Aristida rufescens, horompotsy) qu’ils transportent dans une sobika (panier) portée sur la tête ;

146○ dès janvier, ce n’est plus la peine d’apporter des fourrages, car les plantes fourragères (kana, Aframomum sp.) qui occupent de petites parcelles à proximité des maisons peuvent être récoltées. Afin d’avoir une production importante, les kana, appréciés comme une bonne plante fourragère, sont plantés serrés et une importante quantité de fumier est apportée à la parcelle.

147Ensuite, les tiges de maïs et les fanes de pommes de terre assurent une alimentation aux bovins avant qu’ils puissent retourner pâturer sur les tanety et qu’ils bénéficient de la paille de riz, dès le mois de mai après la moisson.

148□ L’élevage dans les Hauts concerne 43 bêtes et 5 familles. Deux cas se présentent. Soit le troupeau gardé dans les Hauts ne redescend que pour les travaux ; c’est le manao toeran-droa (bœufs à la bi-localité) sous la garde d’un bouvier. Soit le troupeau est envoyé une partie de l’année dans les Hauts, de janvier, après les travaux de repiquage, jusqu’en mai, après la récolte. Dans ce cas, on garde au village deux bœufs de trait qui sont occupés essentiellement par le transport.

149Cette dissociation dans l’espace de l’élevage s’explique par le fait que les propriétaires des animaux n’ont ni assez de pâturages ni le temps d’assurer une alimentation complémentaire. Il faut pouvoir confier ses bêtes à un bouvier, généralement un membre de la famille. Les bouviers qui gardent les troupeaux dans les Hauts dérivent l’eau des canaux hydroagricoles pour inonder les pâturages, diminuant d’autant les quantités d’eau disponibles pour les cultures irriguées en aval. Les exploitants de la plaine s’en plaignent vivement.

150Cet élevage à distance est stationnaire dans les effectifs d’animaux. Ce n’est pas une activité qui se développe, mais une réponse à une diminution du pâturage et à un manque de temps pour récolter le fourrage.

151L’élevage bovin reste une nécessité dans la mesure où sa fumure est intégralement utilisée et où il assure la traction (charrue et transport), mais son alimentation constitue une lourde charge.

UN PETIT ÉLEVAGE ÉGALEMENT ASSOCIÉ AUX ACTIVITÉS AGRICOLES

« Au moment de notre recensement, on pouvait dénombrer 45 porcs au village. Chaque ménage tente au moins une fois dans l’année l’élevage d’un ou de deux porcelets. » (p. 47)

152L’élevage des porcs est une activité d’embouche liée à la culture de la pomme de terre et orientée vers la spéculation ; il concerne une trentaine de porcelets. Les animaux sont gardés dans des enclos fermés ; ils sont conduits chaque jour par un enfant clans les bas-fonds. Cet élevage procure rapidement de bonnes rentrées monétaires, mais il est souvent décimé par la maladie de Teschen, maladie endémique dans la région qui se manifeste sous forme de paralysie contagieuse. C’est pour cette raison que les effectifs sont très fluctuants, et moindres en 1992 qu’en 1966.

153L’élevage de basse-cour est très présent au village : poules, coqs, poulets, poussins, mais aussi dindons, oies et lapins. Les femmes et les enfants ont la charge des animaux, de leur nourriture et de leur gardiennage. Les enfants attrapent crapauds et grenouilles dans les rizières et les donnent à manger aux dindons. De plus, les volailles sont rentrées chaque soir au rez-de-chaussée de la maison et sorties chaque matin dans le « garage » à volailles. Poulies villageois, la cuniculture présente, quant à elle, deux avantages : d’une part, la rapidité du cycle de production des animaux, d’autre part, l’absence de gardiennage alors que pour les autres animaux, c’est un souci constant.

154Les poules comme les lapins sont l’objet de ventes échelonnées au marché d’Ambohibary le jeudi, alors que dindons et oies sont élevés de façon plus spéculative afin d’être vendus pour les fêtes de fin d’année.

155L’élevage des moutons, « de peu d’intérêt » en 1966, a aujourd’hui disparu.

156Si l’on prend en compte l’ensemble des animaux domestiques, leur forte densité montre la complémentarité entre agriculture et élevage. L’augmentation du nombre d’animaux accompagne l’intensification de l’agriculture. Mais à l’échelle de Tsarahonenana, se pose le problème du pâturage ; sur le terroir, l’espace cultivé tend à coïncider de plus en plus étroitement avec les zones où les bovins trouvent fourrage et pâturage (fig. 18). L’élevage de bœufs dressés est pour cette raison volontairement limité en effectifs, mais reste étroitement associé à l’activité agricole. L’extérieur du terroir vers les Hauts constitue un espace de réserve en pâturage comme en fourrage à des distances de plus en plus grandes.

157Traction, fumure, banque, vente échelonnée et spéculation manifestent l’articulation entre élevage et vie agricole.

158Les trois élevages, bovin, porcin et de basse-cour, restent un moyen privilégié d’entretien de la fertilité des sols. Mais les paysans savent que le troupeau bovin pâtit de la raréfaction de l’espace disponible et des périodes d’insuffisance alimentaire et, en conséquence, la quantité de fumier s’en ressent. Aussi doivent-ils rechercher d’autres modes de gestion de la fertilité.

Figure 18. Paysage rural et cultures à Tsarahonenana

Figure 18. Paysage rural et cultures à Tsarahonenana

Une production assurée par des transferts de fertilité

« Les villageois tirent leçon de cette situation sur les rizières en taisant porter le maximum de leurs efforts et en répandant toute leur fumure disponible là où la maîtrise de l’eau est la plus aisée. » (p. 40)

159Toutes les parcelles sont fumées selon des protocoles variables, des quantités inégales et un calendrier saisonnier et interannuel. Les paysans savent que « le fumier est bénéfique, qu’il améliore le rendement, qu’il est productif (mamokatra) » ; aussi attachent-ils une grande importance à sa production, car ils ne peuvent pas acheter des engrais dont les prix sont très élevés.

160À partir de l’inventaire local des transferts de fertilité, une grille de lecture montre un système classificatoire pyramidal (tabl. 12).

161Dans ce cadre, le fonctionnement de la fosse, primordial dans le système, est analysé en détail (fig. 19) et l’étude des différents types de fumure (tabl. 13, 14, 15, 16, 17) permet d’interpréter le système paysan de gestion de la fertilité (tabl. 18).

Figure 19. La fosse à zébus : nature des apports et des emports

Figure 19. La fosse à zébus : nature des apports et des emports

LA GRILLE DE LECTURE

162Le tableau 12 présente la hiérarchie des niveaux taxonomiques paysans. Au plus haut niveau, deux ensembles se différencient en fonction du type de reconstitution :

Tableau 12. La grille de lecture : les éléments et les échelles de classification des pratiques de la reconstitution de la fertilité des sols par apports

163○ d’une part, la reconstitution naturelle utilisant la jachère comme seul mode de régénération. On peut certes considérer la jachère comme une pratique de fertilisation à l’échelle de la parcelle, mais il faudrait alors préciser les pratiques qui destinent à l’état du sol les plantes les plus appropriées. Ce n’est pas ici notre propos bien que gérer la fertilité des sols soit aussi leur destiner les plantes les mieux adaptées. Pour cette raison, nous envisageons la jachère comme mode de gestion et non comme pratique, ce que souligne d’ailleurs l’utilisation de l’espace à l’échelle du terroir. En effet, le rendement à la parcelle n’est pas le seul critère de mise en jachère ; le paysan tient compte de sa disponibilité en terre, en intrants et de ses possibilités financières ;

164○ d’autre part, la reconstitution par apports. Le relevé systématique des intrants utilisés sur le terroir de Tsarahonenana permet de caractériser plusieurs niveaux emboîtés.

165Le deuxième niveau distingue les apports d’origine organique, minérale et organo-minérale.

166Un troisième niveau subdivise les catégories précédentes selon l’origine du matériel d’apport. Dans les apports organiques purs, ce sont :

167○ les différentes déjections animales (déjections de bovins, fiente de poule et crottes de lapin appelés « engrais de coin », déjections de porcs) ;

168○ du matériel végétal qui se compose du végétal récolté d’origine naturelle (litière de sous-bois de mimosas, branchages de mimosas, Helichrysum gymnospermum), du végétal naturel coupé et enfoui sur place (adventices du riz, couverture de graminées), des sous-produits (chaumes de riz, fanes de pomme de terre, tiges de maïs, épis de maïs égrenés), du végétal récupéré (résidus de cuisine, écorce de riz).

169Les mélanges en proportions variées sont composés des déjections animales et du matériel végétal.

170Les apports minéraux sont constitués de matériel pédologique (terreux) et des cendres du loyer et/ou de brûlis in situ.

171La dernière catégorie, celle des apports organo-minéraux, comprend les mottes d’horizon Al avec le couvert herbacé rampant (Cynodon sp.).

172Tous ces matériaux d’apports (excepté la terre) sont transformés soit par décomposition naturelle, soit par incinération, ou encore par piétinement et pluie. Ils font par la suite l’objet d’un mélange qui est apporté à la parcelle. Les apports organiques bovins ne sont pas toujours préparés (cas des fèces non récupérées sur la parcelle) : d’autres le sont : piétinement, brûlis des fèces récupérées et séchées, arrosage, « mûrissage » ou encore mélange. Le « mûrissage » (traduction d’un terme vernaculaire) recherche une décomposition des différents matériaux par entassement sans autre forme de préparation. On peut parler de compost local. Par ailleurs, un même mélange, le fumier de parc par exemple, (mélange d’un matériel animal + végétal + minéral) peut être utilisé à l’état humide quand il est destiné à la rizière, à l’état sec pour les cultures de légumes (carottes, brèdes...). Dans ce cas, les femmes désagrègent à la main les bouses qui ont été mises à sécher.

173Le mode de préparation singularise un quatrième niveau. Il précise pour les mêmes matériaux une utilisation au champ, directe ou après préparation.

174Le cinquième niveau se caractérise par les cultures : riz, pomme de terre, maïs, taro, patate douce, brèdes. Il indique l’ubiquité ou, au contraire, la spécificité de telle ou telle fumure. Par exemple, le brûlis de bouse est spécifique à la culture de la pomme de terre au trou alors que le fumier de parc convient à toutes les cultures : riz, pomme de terre, maïs, taro, patate douce, brèdes. Les légumes traditionnels comme le haricot, ou d’introduction récente (soja, carottes) profitent aussi de ces produits. Les matériaux 4, 10, 11, 12 (tabl. 18) conviennent à toutes les cultures.

175Le sixième et dernier niveau, à la base de la pyramide, précise le mode d’application soit localisé, au trou, soit en épandage sur toute la parcelle labourée.

176Chaque fertilisant est attaché à un lieu de production. Le fumier de porc est recueilli dans la « porcherie », pour la plupart du temps installée au sud, à l’extérieur de la maison. D’autres éléments fertilisants sont produits dans la maison, au rez-de-chaussée, là où est abrité le petit élevage — et/ou à proximité, hors de la maison, près du « garage » à volailles. C’est l’engrais « de coin ». Bien que très importante, cette production peut passer inaperçue. Ce n’est pas le cas pour l’autre lieu de production, la fosse où sont parqués les bœufs à l’intérieur de l’enceinte du village.

LA FOSSE

177Elle manifeste l’importance des liens entre l’agriculture et l’élevage. La figure 19 résume son fonctionnement. En amont, les apports de deux types, végétal et minéral-végétal, participent à la production du fumier après avoir contribué, du moins partiellement pour le premier type, à l’alimentation animale. L’apport minéral-végétal est le sorok’ahitra qui constitue la litière. Il s’agit de plantes herbacées, arrachées avec la partie terreuse superficielle de leurs racines, et jetées dans la fosse. À ces graminées, s’ajoutent d’autres apports végétaux pour la nourriture du bétail. Ce matériel végétal est une composante essentielle du fumier (zezi-pahitra) produit à ciel ouvert. L’expression fumier de parc, plus courante, sera préférée à celle de fumier de fosse, plus exacte. La pluie, les fèces et l’urine humidifient la surface de la litière que piétinent les bovins lors de leur séjour nocturne. Le malaxage des bouses avec les apports organo-minéraux décompose l’ensemble et rend l’endroit boueux. Le réapprovisionnement incessant en litière augmente d’autant la quantité de fumier de parc produite.

Comme le note Gilles Sautter (1962), rappelons que dans le Maine « le paysan enlevait de temps en temps les jeunes plantes de la lande avec une mince couche de terre, étendait le tout sur le sol de ses étables pour en faire du fumier... » (d’après R. Musset, Le Bas-Maine, Paris, 1917 :245).

178On notera que les apports contiennent ici plus de matériel terreux que graminéen, à l’inverse de ce que l’on observe en Imérina (Rakoto Ramiarantsoa, 1995). Depuis la raréfaction de la couverture graminéenne sur les tanety du terroir, on déverse dans la fosse à bœufs des mottes d’horizon A1 à recouvrement de Cynodon dactylon. Les paysans précisent : « du temps où les graminées (fako) abondaient, on ne faisait que râcler à l’angady ; avec la diminution des graminées, on augmente la partie terreuse ». Ce choix révèle une perception très fine de l’importance de l’élément organique dans la production du fumier, les paysans ne prélevant pas n’importe quel horizon de surface.

22. La fosse à zébus : un lieu de production du meilleur fumier

23. Tas de fumier extrait d’une fosse

179Rollin (1994), à partir de l’analyse de la composition des fumiers en éléments minéraux, note que le taux de matière organique varie beaucoup selon les échantillons. Les paysans ont intégré cette réalité scientifique dans leur diagnostic de la qualité des fumiers produits. Ils reconnaissent que, à cause de la diminution des apports végétaux, « la production actuelle est plus « crue » (manta mania) que celle des années précédentes ». Ce constat montre à quel point la gestion de la fertilité ne peut se séparer de la disponibilité en herbacées soit en consommation directe (pâturage ou fourrage), soit en utilisation indirecte (apport à la fosse). Le manque d’herbacées est une contrainte créative qui conduit à des pratiques élaborées. Ainsi, pour le « mûrissage », le fumier enlevé du parc est mis en tas. On brûle la partie supérieure non pas pour l’incinérer, mais pour créer de la chaleur qui « mûrit le tas ». Cette pratique vise, semble-t-il, à se débarrasser des parties non fermentées du haut du tas de fumier. Le fumier est ensuite incorporé au sol sur les parcelles de cultures pluviales.

24. Transport de fumier dans un panier : une tâche féminine

Des échantillons de fumier, l’un qualifié de masaka (mûr) et l’autre constitué avec des mottes d’horizon Al, ont été prélevés pour le laboratoire des sols de Tsimbazaza, à Tananarive (ministère de la Recherche scientifique, division Pédologie). Ils n’ont pu être analysés, faute de produits chimiques, ce qui est fort regrettable, car il est d’un grand intérêt de disposer des résultats scientifiques pour apprécier les évaluations paysannes.

180L’évacuation du fumier vers les parcelles se fait tout au long de l’année. Le bœuf produit le fumier, participe à son transport et à son incorporation au sol. La traction animale joue un rôle important. La conduite de la charrette (chargée de 300 à 400 kg de fumier suivant le taux de matière sèche) est une tâche masculine, tandis que le transport en sobika posée sur la tête (10 à 15 kg de fumier) est réalisé par les femmes et les enfants. Le salariat féminin pour le transport du fumier est développé à Tsarahonenana. Le fumier est soit déposé directement sur la parcelle, soit acheminé en deux temps (l’utilisation étant immédiate) : en charrette par la piste puis le fumier est déchargé en tas au bord de la piste, le transport se poursuivant en sobika jusqu’à la parcelle.

181Aux trois stades de la production du fumier — en amont, dans la fosse et en aval —, la charge en travail est importante pour récolter et apporter les matériaux nécessaires, fabriquer le fumier, transporter le produit fini sur les parcelles et l’épandre. Hommes, femmes et enfants ont un rôle bien précis.

182Bien qu’essentiel, le fumier produit dans la fosse n’est qu’un des modes de fertilisation. En effet, la diversité des types de transferts de fertilité présents sur le terroir de Tsarahonenana est remarquable.

LES TYPES DE FUMURE

« Les champs de cultures pluviales proches du village sont fumés dans la mesure des possibilités... Les cendres de végétaux brûlés sont mêlées, dans des proportions variables, à des fumures animales, des brisures de riz ou des écorces de paddy. » (p. 44)

183Quatorze types de fumure combinent des éléments variés et dispersés dans le terroir (tabl. 13, 14, 15, 16, 17). Le feu toujours localisé et limité fertilise par les cendres tandis que l’eau dans la fosse à bœufs ou dans le trou à détritus accélère la décomposition du matériel herbacé. Ainsi les paysans tirent parti de chaque élément.

184La gestion de la fertilité des sols déjà décrite dans les années soixante s’est enrichie au fil du temps comme en témoignent les nombreuses préparations restituées ci-dessous. Aux rizières est réservé le fumier de parc, alors que les cultures pluviales et celles de contre-saison reçoivent des intrants plus diversifiés. La diminution du nombre de zébus et la raréfaction des graminées conduisent les paysans à varier les matériaux et à les associer de diverses façons pour obtenir, avec ou sans préparation, des fertilisants.

25. Tas de fumier répartis sur une rizière labourée

185Deux types de fumure recourent uniquement aux bouses bovines qui sont traitées de façons diverses, mais toujours brûlées (tabl. 13). Ce brûlage est facilité par un séchage préalable soit directement sur la parcelle, soit sur l’aire de battage, soit dans la cour. L’emplacement des bouses détermine les lieux de semences dans la parcelle : petites alvéoles ou planches de culture. Les quantités de fumure restent toujours limitées.

26. Les bouses apportées et mises en tas sur une parcelle seront brûlées

Tableau 13. Les fumures animales

Tableau 13. Les fumures animales

186Des modes de fertilisation originaux mobilisent seulement des éléments végétaux, sans apport de déjections animales (tabl. 14). Par contre, les matériaux comportent souvent de la terre avec les végétaux, de façon à augmenter les quantités fertilisantes.

Tableau 14. Les fumures végétales

Tableau 14. Les fumures végétales

En France, le marnix désignait autrefois un fumier constitué également par l’accumulation de végétaux mis à pourrir sur les cours des fermes et piétinés par les bestiaux.

187Une grande attention est portée au choix des végétaux, en particulier lorsqu’il s’agit d’arbustes. Ainsi, les éléments issus des pins sont évités parce qu’ils sont dits « froids » (mangatsika). Habituellement, les lieux de prélèvement ne sont pas éloignés de la parcelle bénéficiaire. Une phase de dessèchement des matériaux végétaux précède souvent leur utilisation sur les terres à fertiliser.

188La fertilisation passe par le brûlage ou l’enfouissage en vert, le premier étant surtout pratiqué sur les tanety. Il ne s’agit pas d’un feu à l’étouffée, sous un manteau de terre, de type écobuage, mais d’un feu à l’air libre des tas de paille ou des branchages. La pellicule de cendres sur les sols de la parcelle sert de lit pour les semences.

189Pour les rizières, au prélèvement des matériaux succède une pourriture provoquée sous l’eau. Ailleurs, les pluies de mars accélèrent la décomposition des végétaux.

« L’agriculture de montagne : la fumure n’est plus organique, mais composée presque exclusivement de cendres végétales. » (p. 44)

190Du côté des lieux de prélèvement, le décapage des couverts herbacés ne semble pas être perçu comme un problème. Une érosion ne se manifeste pas sur les terrains qui ont fourni des matériaux herbeux. En effet, en saison des pluies, les herbes repoussent rapidement.

191Cette technique de fertilisation était déjà pratiquée en 1966, mais uniquement à partir de matériaux végétaux. Comme elle dépend surtout des disponibilités en graminées, elle reste limitée.

192Les pratiques de fumure les plus diversifiées combinent des matériaux végétaux à toute une gamme de déjections animales (tabl. 15). Malgré la variété des compositions, ces types de fumures, produites en quantités limitées, ne bénéficient qu’à de faibles étendues. Leur fabrication vise à pallier la rareté ou l’absence des deux éléments constitutifs d’un fumier classique : la paille et les déjections animales (fèces et urines). Ce sont des succédanés au fumier de parc obtenu avec une litière abondante de graminées, instrument essentiel de l’entretien de la fertilité des rizières (cf. la fosse).

27. Ce tas de fumier, sorti du parc, est un mélange de bouse, de graminées et de terre

193Dans une forme intermédiaire avec les fumures uniquement végétales, les prélèvements de graminées sont identiques, mais leur traitement diffère : entassement dans un trou à détritus au lieu d’épandage sur la parcelle, décomposition sur place au lieu de mise à feu. Cependant, la différence principale tient à un mélange avec des bouses de bovins. Les propriétaires de bovins recourent à cette option. Les quantités produites dépendent de leurs disponibilités en graminées.

Tableau 15. Les fumures végétales-animales

Tableau 15. Les fumures végétales-animales

194Les exploitations qui n’ont pas de bovins y suppléent de façon plus ou moins efficace. Une possibilité consiste à tirer parti des excréments de porcs, récupérés à l’extérieur et rapportés dans la porcherie. Cette matière est mélangée à d’autres éléments : poussière de bois (horizon A0 des sous-bois de pins avec mimosas), son de riz, détritus de cour... Le tout est piétiné par les porcs. La fabrication de ce fumier demande beaucoup de travail, mais il est reconnu de bonne qualité par les paysans.

195Dans le même genre de récupération, le poulailler est mis à profit. Y jeter des cendres du foyer, du son de riz, des feuilles vertes cueillies au cours de la journée fait partie des gestes quotidiens. Tout cela est mélangé aux fientes de volailles. La production de ce fumier de bonne qualité reste cependant peu importante.

196Une pratique très originale consiste à valoriser, dans un coin de la maison, un mélange de crottes de lapins et de fientes de poules (Rakoto Ramiarantsoa 1995 : 202). À ces déjections sont ajoutés du son de riz et de la litière récupérée sous mimosas. Cette valorisation des sous-produits d’un petit élevage domestique implique des interventions répétées qui font partie du quotidien. Cependant, la production de matières fertilisantes reste fort limitée.

28. Le trou à détritus, lieu de valorisation des sous-produits

29. Végétaux mis en tas et brûlés directement sur la parcelle

« L’engrais est constitué par un mélange de fumure animale et un amalgame d’herbes et de branches brulées. » (p. 37)

197Les ménages sans bovins peuvent, à la rigueur, disposer de bouses ramassées lors des déplacements puis déposées dans un trou à détritus. Pour ces ménages, l’essentiel des matériaux de fumure provient cependant de la récupération de végétaux et d’ordures ménagères. Leur traitement passe soit par une réduction en cendres, soit par un arrosage contrôlé. Avant usage, les cendres sont mélangées à du fumier car, pures, elles seraient « méchantes », disent les paysans.

198L’avantage de toutes ces procédures est d’obtenir le maximum de matières fertilisantes sur un petit espace : trou à détritus creusé près de la maison, porcherie, poulailler, coin dans l’habitation. Inversement, elles impliquent toute une série de transports : des lieux de prélèvement des végétaux vers ceux de fabrication du fumier puis de ceux-ci vers les parcelles fumées.

199L’amendement minéral consiste en apports uniquement de terre (tabl. 16). Comme l’amendement végétal, il s’effectue à la parcelle.

Tableau 16. Une fumure minérale

Tableau 16. Une fumure minérale

200Son principe consiste à améliorer un sol par l’apport d’un autre sol prélevé dans une autre facette. Il s’agit d’augmenter les qualités d’un sol en y ajoutant certaines quantités de terres très différentes. On escompte ainsi qu’un mélange, opéré lors du travail du sol, entraînera des propriétés équilibrées.

201Un fumier de parc remarquable est fabriqué à partir des déjections de zébus et d’apports de terres (tabl. 17). Les animaux piétinent le mélange dans la fosse, jusqu’à en faire un matériau homogène. Ce « fumier-terre » a une couleur noire qui ressemble à celle du fumier de parc obtenu avec des graminées. Cette préparation vise à pallier justement la raréfaction des graminées. C’est un mode de fertilisation qui commence à se développer, mais qui est exigeant en travail.

Tableau 17. Le « fumier-terre »

Tableau 17. Le « fumier-terre »

LE TRAITEMENT DE LA FERTILITÉ

202À partir de la grille de lecture élaborée, l’identification des différents types de fumure situe les pratiques paysannes dans un système local de gestion de la fertilité.

203Le tableau 18 montre que l’essentiel consiste clans le traitement organique avec du matériel à la fois d’origine animale et végétale. Sur 14 types de fertilisants : deux proviennent de production animale ; quatre sont d’origine végétale ; sept présentent un mélange de matériel animal, végétal et organo-minéral ; un seul est constitué d’apport uniquement minéral. L’association élevage-agriculture apparaît ainsi essentielle dans la gestion de la fertilité. Les fertilisants les plus présents sont 4, 6, 10 et 11. Or 4, 10 et 11 sont des produits des fosses. Les quatre types d’apports constitués uniquement de végétal (1, 2, 5, 7) s’expliquent par le fait que les paysans ne possèdent pas tous des animaux.

204L’investissement nécessaire pour la fabrication des intrants apparaît aussi à la lecture du tableau 18. Dans les types mixtes animal + végétal, tout est transformé ; dans les types d’origine végétale, trois sur quatre sont transformés. Même le type de fumure d’origine animale à base de bouses est transformé. Avec un autre matériau, le type 6 représente une importante charge de travail. C’est un amendement par apport de terre dont bénéficient toutes les cultures.

205Le type 12 est utilisé partout sur les champs de tanety, mais pas sur les rizières. Ceux qui ont des porcs disposent d’un atout pour les cultures pluviales, mais pas seulement, car ce fumier conviendrait aussi pour le riz. Le paysan estime pourtant que ce fumier est trop « méchant » pour le riz. C’est un exemple de situation où l’efficacité technique du scientifique (analyse chimique, comptage biologique...) devrait aider le paysan à améliorer ce fumier. On peut penser qu’il serait bon d’aider les paysans à se constituer un troupeau porcin moins cher à l’achat que les bovins, mais plus sensible aux maladies.

206En mettant en évidence la diversité des produits utilisés pour la fertilisation organique, les tableaux 13, 14, 13, 16 et 17 montrent tout à la fois les contraintes et l’ingéniosité paysannes. Ces données sont à utiliser dans le cadre d’opérations de recherche-développement afin de concevoir des itinéraires de fertilisation adaptés aux « possibles » paysans. Les résultats d’analyse chimique en laboratoire auraient permis d’évaluer la variabilité de la composition des fertilisants et de proposer des améliorations dans les restitutions organiques portant sur les conditions de fabrication, en tenant compte du rôle des variations saisonnières en fonction du régime alimentaire des différents animaux, mais aussi du type de matériel végétal ou encore de la qualité de la fermentation en fonction des pluies. Ces produits modifiés et transformés intègrent en effet de nombreux facteurs de variation.

Tableau 18. Le système paysan de traitement de fertilité sur le terroir de Tsarahonenana

Tableau 18. Le système paysan de traitement de fertilité sur le terroir de Tsarahonenana

(1)Les numéros correspondent aux différents types de fumure (cf. tableaux 13 à17).

(2) Les lettres correspondent aux cultures

a : rizière et pépinière

b : pomme de terre

c : maïs

d : taro

e : brèdes

f : patates douce

►toutes cultures

207De plus, la gestion de la fertilité du milieu est dynamique. « L’arbre est apte à devenir une pirogue, la terre où il a poussé est bonne » ; ce proverbe souligne l’importance du sol comme support de culture. Il faut entretenir et améliorer son potentiel agricole. Ainsi l’insuffisance de la production actuelle en fumier de parc ne permet plus de réserver à la seule riziculture le zezi-pahitra produit en saison des pluies. Tout au long de l’année, les parcelles de cultures pluviales comme les rizières reçoivent du fumier. Pour s’accommoder de la pénurie, les exploitants organisent un apport à tour de rôle sur leurs champs. Rappelons qu’en Imérina (Rakoto Ramiarantsoa, 1995), la fumure sort du parc habituellement en période de labour vers les mois d’août-septembre. La production de saison sèche (août-novembre) est destinée aux cultures pluviales.

208Par ailleurs, comme le soulignent Landais, Lhoste et Guérin (1991) : « Outre les apports fertilisants, le fumier joue par sa matière organique un rôle important sur la structure du sol, sur sa capacité de rétention en eau, sur sa stabilité... Le rôle anti-érosif de l’utilisation de la fumure animale est probablement important ».

209Les paysans ne gèrent pas seulement la fertilité à l’échelle de la parcelle, mais à celle du terroir tout entier dans lequel leurs champs sont dispersés. Ils identifient tout à la fois les aptitudes culturales et les risques de chacune de leurs parcelles en fonction des cultures. La gestion de la fertilité est indissociable de celle de l’espace. Pour les doses et la nature de fumier utilisées, le paysan tient compte non seulement des quantités dont il dispose, mais aussi d’un minimum espéré de récolte. Ce n’est pas au sol, mais à la culture que le paysan apporte du fumier en estimant la qualité des terres, les risques, le fumier disponible, les temps de travaux. La contrainte du fumier disponible guide le choix paysan alors que pour l’agronome, la recherche du rendement dicte les doses à apporter. Dans cette gestion de la fertilité, rappelons un point important : le fumier est produit, l’engrais est acheté.

210Les normes proposées ont peu évolué depuis les recommandations élaborées par l’opération URER à la fin des années soixante : engrais chimiques (urée, phosphore, NPK à raison de 300 kg/lia dans les rizières) combinés à des apports en fumier de parc (15 t/ha). Les engrais chimiques bien connus des paysans restent peu accessibles aujourd’hui en raison de leur coût élevé (tabl. 19).

Tableau 19. L’évolution des rapports de prix (en FMG) entre l’engrais et le paddy

Tableau 19. L’évolution des rapports de prix (en FMG) entre l’engrais et le paddy

211Paul Pélissier (1976) notait déjà que « le rapport de prix entre l’engrais et le riz est jugé faiblement encourageant par les paysans ». À cette époque, le rapport paddy/engrais était déjà de 0,6.

212L’étude des transferts de fertilité montre des relations renouvelées entre l’agriculture et l’élevage et des capacités paysannes de mise en œuvre de telles pratiques pour maintenir des niveaux de production, en l’absence de fourniture d’engrais accessibles aux paysans. Elle traduit aussi les dispositions locales de cette société pour intensifier.

La recherche d’une intensification du travail

« Les cycles de culture, intensive sur les berges ou les basses pentes, se relâchent au fur et à mesure que l’on s’éloigne des cases du village ou des rizières. La culture devient de plus en plus extensive puis, sur les sols d’usage collectif, itinérante. » (p. 45)

213Les pratiques paysannes visent toutes à l’intensification sur des facettes variées et par des façons culturales différenciées. De même que les façons culturales traduisent des objectifs précis, de même les facettes évoluent vers une exploitation plus spécialisée. Ainsi la gradation décrite par Joël Bonnemaison, de l’extensif du bas à l’extrême extensif vers les sommets de l’interfluve, a évolué vers la généralisation de l’intensif.

214Cultures pluviales et cultures de contre-saison sont toutes sur la voie de l’intensification ; elles requièrent des opérations culturales minutieuses. Dans un terroir bien connu par une utilisation quotidienne, le paysan raffine, fignole sur la base de son savoir-faire. Il innove, adopte ou adapte différentes pratiques : billons (veli-kiba), banquettes et repiquage en damier en sont des manifestations. L’expression couramment utilisée dans la plaine d’Ambohibary par les paysans comme par les vulgarisateurs est « repiquage en lignes carrées ». Par ailleurs, la valorisation des facettes tend à affecter à chacune d’entre elles un rôle particulier : une gestion agroforestière sur les tanety, une amélioration des unités rizicoles de plaine, une adoption des cultures de contre-saison également en plaine.

INTENSIFIER LE TRAVAIL SUR LES DIVERSES FACETTES DU TERROIR

215L’occupation récente des tanety en pins et mimosas relève d’une véritable gestion agroforestière. L’espace aujourd’hui reboisé en pins était à l’origine une terre collective « couverte d’une végétation subspontanée de mimosas associée à une prairie à base d’Aristida » (Bonnemaison, 1976 : 15), appartenant aux lignages des trois hameaux, sur laquelle la mise en commun du troupeau villageois, pendant une grande partie de l’année, permettait une fertilisation de champs individuels. En saison des pluies, des parcs à bœufs mobiles (vaat) étaient installés en tampon-tanety (sommet de colline). Leurs déplacements successifs, tous les cinq jours environ, favorisaient un enrichissement du sol.

« Les mimosas croissent en général sur les sols dégradés. Ils recouvrent à Tsarahonenana plus de 80 ha de montagne. » (p. 16)

Pendant la Première République, BR, un notable villageois, qui était à l’époque maire d’Ambohibary, bien informé des campagnes de sensibilisation au reboisement, a planté et fait planter ses propriétés coutumières lignagères en bois de pins. Les salariés qu’il a sollicités, qui avaient pourtant les mêmes droits sur le sol, n’ont pas fait d’objection à l’immatriculation qui s’ensuivit, car ils n’en comprenaient pas les conséquences, tout en craignant la retombée d’éventuels impôts fonciers. Une pinède de belle venue dont les arbres dressent leurs hauts fûts a remplacé la brousse arbustive bien que les mimosas constituent encore, par endroits, le sous-bois des forêts de pins (fig. 4 b). Quelques bosquets d’eucalyptus sont toujours présents et exploités.

216Ce reboisement répondait à un double objectif, non seulement foncier, mais aussi économique en liaison avec la création de scieries à Ambohibary aux alentours des années soixante-dix. Sur l’objectif foncier initial se greffe aujourd’hui une gestion agroforestière. Elle associe l’arbre et la culture sur des tolaka, billons de culture caractéristiques du Vakinankaratra, le plus souvent tracés dans le sens de la pente. Le mimosa intervient pour les transferts de fertilité de deux façons, soit en utilisation directe au champ par brûlis des branches disposées sur les billons de tolaka, soit en préparation par mélange de la litière du sous-bois avec des éléments organiques (fumier et engrais de coin) pour obtenir un produit de fertilisation des champs. Le ramassage de cette litière est soumis à l’autorisation de BR. Le pin répond, pour sa part, à des besoins en bois de chauffage et de construction.

217L’exploitation des mimosas comme celle des pins intègre leur régénération. Coupés avant la mise en culture, les mimosas drageonnent et rejettent de la souche. Pour les pins, on veille à obtenir de jeunes plants par germination naturelle avant de remettre en culture les jachères de tolaka. Pommes de terre et maïs sont associés aux ligneux. Leur culture pendant une année est suivie d’une jachère de quatre à cinq ans. Jeunes pins et mimosas envahissent alors la friche, mais la couverture ne se reconstitue totalement en pins que si les mimosas sont supprimés. La mise en culture favorise des ligneux dont les paysans contrôlent l’extension comme l’élimination en adaptant leurs interventions aux propriétés des arbres. Les différentes manipulations du végétal mettent bien en valeur l’association des arbres et des cultures. Ce sont des pratiques agro-forestières qui semblent le mieux adaptées dans une région montagneuse.

218Des effets positifs et négatifs accompagnent la présence de la forêt qui progresse par plantation directe et extension spontanée sur les versants des vallons et la partie sommitale de l’éperon central à l’ouest du village. Contrairement au pays mérina (1 200-1 400 m) où les paysans affirment qu’une couverture de pins refroidit et stérilise le sol, les conifères ne sont pas ici perçus comme nuisibles à l’agriculture. La décomposition des souches de pins « mûrit » le sol ; on voit des champs qui ont été installés après la coupe des pins. De plus, la couverture forestière, en retenant la terre, renforce la résistance du sol à l’érosion ; en revanche, elle est aussi une niche écologique pour les fody, oiseaux granivores, ce qui pose des problèmes de gardiennage des rizières enserrées entre les versants enforestés. Enfin la présence de champs entre les arbres protège ces derniers, les mimosas surtout, des bovins qui en apprécient les jeunes feuilles et se frottent le dos contre l’écorce des troncs. Dans les zones de pâturage, les végétaux restent chétifs.

30. Billons sous pins émondés et éclaircis : l’alliance de l’arbre et du champ

219L’agroforesterie (ala vadim-boly) associe des objectifs de production de ligneux et de production agricole. La logique paysanne y intègre aussi une stratégie foncière, une fourniture d’intrants et une solution aux problèmes locaux d’énergie domestique.

220□ Une autre facette bénéficie d’une intensification récente : les auréoles de champs qui entourent les lieux d’habitation. On y apporte maintenant des soins permanents, alors qu’en 1966 ces cultures n’étaient que semi-intensives. Tous les champs y sont désormais fumés, quelles que soient leur localisation — sur les bas de pente ou sur les versants aménagés en banquettes, au-clessus des maisons — et leurs cultures — patate douce, manioc, pomme de terre, maïs, haricot et kana.

31. Tsarahonenana : champs fumés et vergers s’insèrent entre les maisons

221Les cultures pluviales à cycle long sont concentrées dans cette auréole. Les champs d’une superficie inférieure à dix ares sont complantés en arbres fruitiers (pêchers, pommiers, mûriers). La proximité des habitations entraîne la mise en place de dispositifs contre les dégâts que peut causer le petit élevage. Les parcelles de patate douce sont recouvertes de branches d’Helichrysun séchées pour protéger la culture contre les volailles. L’occupation complète de l’espace, alors qu’en 1966 beaucoup de jachères se trouvaient aux abords des hameaux, exige aussi une surveillance renforcée du gros bétail dans l’enceinte villageoise. Pour chaque fosse, un jeune garçon est chargé de surveiller les animaux dans leurs déplacements vers l’extérieur du village. Ainsi il n’est pas rare de voir les bœufs conduits dans le canal du PPI, sans eau et aux parois enherbées, pour éviter les champs et le courroux de leurs propriétaires en cas de dégradation. Le canal est à la fois sentier et pâturage, en dépit des recommandations du PPI.

222Malgré la présence de cultures de kana destinées à l’alimentation des bœufs, l’intensification des cultures réduit les lieux d’affouragement naturel, ce qui a contribué à la disparition de l’élevage d’embouche.

223Plusieurs raisons sont à l’origine de l’évolution vers l’intensification agricole :

224○ le voisinage des habitations permet une surveillance des champs contre le maraudage ;

225○ la proximité des lieux de production de fumures variées favorise la fertilisation permanente des sols ;

226○ la réduction des bourrelets de berge par les aménagements rizicoles a transféré vers cette auréole les cultures des champs de berge. La pratique de planches de culture veli-kiba accompagne ce mouvement ;

227○ la localisation clans cette zone des cultures de manioc et de patate douce.

« Les cercles de l’immobilité : la riziculture. » (p. 33)

228□ En plaine, la construction de rizières ati-tany s’inscrit dans une valorisation de l’espace rizicole. Homogène à première rue, le paysage rizicole de Tsarahonenana révèle, dès l’aménagement de la plaine, une dynamique fondée sur le potentiel en eau des parcelles qui en définit les facettes. La répartition des facettes rizicoles traduit la première place accordée aux rizières ati-tany (38,4 ha) qui représentent plus de la moitié de l’espace rizicole de la plaine. Le sakamaina constitue 20,5 %, l’ambany rano le reste (fig. 20). Cette primauté résulte de l’extension de l’ati-tany aux dépens des deux autres facettes et même de l’unité ankeniheny.

Figure 20. La répartition des facettes rizicoles de la plaine

Figure 20. La répartition des facettes rizicoles de la plaine

« Les rizières couvrent 58,6 ha, c’est-à-dire pratiquement toute la superficie du terroir de plaine. Légèrement dénivelées les unes par rapport aux autres, elles descendent en mosaïque complexe vers les bas-fonds marécageux qui bordent le bourrelet alluvial. Seuls, quelques terre-pleins, reliquats d’anciennes élévations naturelles, ont été délaissés, de même qu’un certain nombre de bas-fonds trop marécageux. » (p. 18)

229Le paysan s’efforce de « faire » la meilleure rizière selon une perspective qui vise le long et le court terme : « mûrir » la rizière, étendre les superficies, fabriquer des unités en jouant sur leur inter-complémentarité. La valorisation intègre cet ensemble de données dans un processus dynamique qui vise deux principaux objectifs : transformer le plus possible de parcelles en ati-tany tout en gérant le risque intrinsèque des autres unités. À la facette ati-tany sont associées les rizières les mieux alimentées et les mieux drainées : « On peut faire entrer de l’eau (lorsqu’il en manque), on peut drainer de l’eau (quand il le faut) ».

230Dans les lohasaha, la part de construction dans la configuration actuelle des rizières permet de faire la distinction entre ati-tany et sakamaina. Les deux types de rizières se trouvent juxtaposés dans l’axe des vallons, ce que le paysan explique de la manière suivante : « Ati-tany est une parcelle rizicole depuis longtemps. On a abaissé le niveau par enlèvement des mottes de surface pour avoir un plan égal ou inférieur de cinq cm au niveau de l’eau afin que la parcelle ne connaisse pas d’assec (expression désignant un risque de déficit hydrique). Il y a toujours un petit drain interne en bordure de la parcelle ». Ainsi la transformation d’un sakamaina peut le faire évoluer vers un ati-tany.

231Dans la plaine, d’autres éléments s’ajoutent à ce processus de « mise en ati-tany ». En effet, des parcelles en ambany ranο sont récupérées par comblement avec le matériel prélevé la plupart du temps sur les berges (ankeniheny). Cette opération s’effectue en trois temps :

232○ on trace dans la berge des tranchées pour enlever et mettre de côté l’horizon Ap qualifié de masaka (mûri) ;

233○ on enlève de la tranchée l’horizon sous-jacent, qualifié de manta (cru), et on le transporte ailleurs, par exemple sur la parcelle ambany rano ;

234○ on remet dans la tranchée l’horizon Ap : l’abaissement de niveau est obtenu et la parcelle est prête à être rizicultivée.

235Dans ce cas, le rehaussement de niveau en ambany rano exige de « mûrir » la terre apportée. C’est un des aspects de la fabrication d’une rizière ati-tany. « Mûrir » consiste, d’une part à mettre la parcelle dans les meilleures conditions d’accès et de rétention d’eau ; et, d’autre part à apporter des intrants (fumier et/ou engrais) pour augmenter la production.

Un autre cas peut se présenter avec le dépôt direct de l’horizon Ap dans des zones basses, comme ce que BR a fait dans un ancien chenal gagné grâce au nouveau tracé du cours de l’Ilempona. La production de la parcelle devenue rizière est élevée. BR a amélioré l’horizon sous-jacent resté sur place par un double apport d’engrais et de fumier de parc. Dans le premier cas, c’est la zone de prélèvement, dans le second, la zone de comblement, qui sont devenues des parcelles ati-tany. Ce résultat s’acquiert en une année, en utilisant charrette, bovins et angady.

236Dites lalin-nofo (à chair épaisse), les ati-tany bénéficient d’un apport élevé d’intrants, car ils représentent grâce à la maîtrise d’eau l’investissement le plus sûr. La fumure ne serait pas tellement efficace en sakamaina à cause de la faiblesse de l’irrigation, L’ambany rano, sujette à des aléas plus marqués, bénéficie d’une fertilisation naturelle lors des débordements de l’Ilempona. Tsy antenaina tsy afoy ohatry ny vary ambany rano : « Ne pas mettre tous ses espoirs et ne pas désespérer comme pour le riz d’ambany rano ». Le proverbe signifie que la production de riz en ambany rano ressemble à un jeu de quitte ou double.

« Nous avons pu vérifier le chiffre de 4 tonnes à l’hectare sur quelques parcelles remarquées comme ayant été abondamment fumées et les mieux cultivées du terroir. » (p. 39)

237Maximiser en ati-tany, c’est aussi minimiser les risques. Les résultats de nos enquêtes sur des parcelles situées dans différentes facettes rizicoles de la plaine montrent que l’ati-tany a le meilleur rendement, car il reçoit le plus d’intrants (tabl. 20). Les rendements des deux parcelles sont respectivement de 5 t/ha et 4,3 t/ha. Les parcelles d’ambany rano, à haut risque, ne reçoivent aucun apport de fumier, mais ont de bons résultats, autour de 3 t/ha, si les pluies sont régulières et bien réparties. Ce fut le cas en 1992, année de l’enquête.

Tableau 20. Variation de rendements en fonction des pratiques culturales et des facettes rizicoles (Tsarahonenana 1992)

Tableau 20. Variation de rendements en fonction des pratiques culturales et des facettes rizicoles (Tsarahonenana 1992)

238La disposition spatiale des trois facettes dans la plaine souligne la place centrale de l’ati-tany qui s’étend sur ses marges est et ouest (topographie d’ensemble) et nord et sud (topographie de détail) de deux façons :

239○ d’une part, en amont de sakamaina vers ati-tany et en aval d’ambany renia vers ati-tany ;

240○ d’autre part, en mettant à profit toute différence de dénivelé entre deux parcelles, qu’elles soient contiguës ou éloignées.

241Construire la meilleure rizière (sous entendu le ati-tany) comporte, à différents degrés, une dimension sociale :

242○ cette construction dépend du capital rizières et des moyens disponibles. Ainsi un gros propriétaire qui dispose de rizières dans plusieurs facettes peut espérer, en les bonifiant, obtenir des surfaces importantes en ati-tany. En revanche, un exploitant qui ne possède qu’une seule parcelle et dont les moyens sont limités ne peut réaliser un tel aménagement ;

243○ elle dépend aussi de la présence ou de l’absence de l’exploitant. L’amélioration exige en effet un investissement en temps de travail et en intrants non envisageable par les exploitants qui résident trop loin. Ceux-ci ne mettent pas en priorité la recherche d’une parcelle ati-tany, ce qui fait dire avec ironie aux habitants du village : « C’est un sakamaina parce que cette parcelle appartient à quelqu’un des Hauts ».

244Ce sont là des caractéristiques qui n’épuisent pas la dimension sociale sans laquelle le fonctionnement d’un bas-fond et son agencement en facettes ne peuvent pas se comprendre (Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 1993).

245Les objectifs des paysans ne se réduisant pas à la seule production rizicole, l’évaluation de la facette prend également en compte son comportement vis-à-vis des cultures après-riz. Ainsi le mois d’octobre est une période critique pour les ati-tany situés en bordure de la plaine au nord du village et au débouché du vallon. La culture de la pomme de terre n’y est pas sans risque pour deux raisons :

246○ d’abord la crainte des inondations liées aux fortes pluies de « trois jours » (pluies qui durent trois jours de suite et annoncent l’installation prochaine de la saison des pluies), entraînant une pourriture des tubercules ;

247○ ensuite la nécessité de repiquer cette facette en position amont dès que les pluies le permettent ; et, par conséquent, la culture de la pomme de terre est alors interrompue.

248Les paysans appréhendent dans leur ensemble l’espace et le temps rizicoles qui définissent les atouts et les contraintes du bas-fond. Leur évaluation est globale.

« La plaine jaunie par les épis est envahie par le bétail et les volailles qui paissent ou picorent sur les chaumes. Elle s’assèche lentement et gardera cette physionomie jusqu’aux repiquages de la saison suivante. » (p. 32)

249En plaine, l’adoption réussie de cultures de contre-saison tout à la fois vivrières et commerciales tient à plusieurs raisons. D’abord à l’amélioration des terres ; le binôme riz/culture de contre-saison est considéré comme bénéfique pour les rendements en riz (Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 1993). Les parcelles cultivées en contre-saison présentent, par la suite, une vigueur des plants de riz qui fait défaut aux autres. La couleur vert soutenu et la densité des liges en sont un signe dans le paysage.

Ce n’est pas le cas dans la région de Betafo, à 40 km au sud-ouest, où sur des terres volcaniques récentes, des paysans constatent que les cultures de contre-saison appauvrissent le sol, cultivé sans répit.

« Les carottes sont une des rares cultures qui soient faites pendant la saison sèche. » (p. 43)

250Ensuite, la double récolte fournit un appoint alimentaire : la pomme de terre est appréciée, car la majorité des ménages n’est pas autosuffisante en riz. Elle sert aussi à nourrir le bétail, les bœufs de trait surtout, auxquels on donne épluchures ou tubercules bouillis. De plus, c’est un appoint en numéraire, car la vente des produits de contre-saison est rémunératrice. « L’argent des carottes et des pommes de terre sert à payer les repiqueuses » : ces cultures subventionnent la riziculture. La plaine d’Ambohibary est d’ailleurs réputée pour sa production de carottes qui alimente le marché de Tananarive (de Dieu, 1988).

251L’assurance des débouchés est le facteur essentiel de cette réussite, comme le montre l’échec du blé et de l’orge. Ces deux cultures lancées en 1985 par les usines agro-alimentaires, la première par la malterie Malto, la deuxième par la minoterie Kobama, ont pourtant bénéficié d’un encadrement important : fourniture de crédit et d’intrants pour la culture, collecte assurée. Elles s’intégraient bien dans les facettes de la plaine. L’une comme l’autre pouvaient valoriser les ambany rano. Pourtant, les gels successifs des années 1986 et 1987 ont condamné ces deux cultures. Malto et Kobama qui avaient négligé cette éventualité ont laissé les paysans démunis face à la BTM (Banque nationale de financement du monde rural).

252En 1992, un seul exploitant cultive du blé alors qu’ailleurs, dans le Vakinankaratra, cette céréale s’est imposée dans le paysage des bas-fonds en contre-saison.

INTENSIFIER PAR DES FAÇONS CULTURALES

253Tolaka et veli-kiba sont deux façons culturales caractéristiques du Vakinankaratra. Apparues à différentes époques et diverses par leurs formes d’aménagement et leurs procédés de culture, elles correspondent à une intensification liée au mode d’enrichissement des sols et à l’économie de temps.

« La technique de défrichement est la suivante : peu avant les semailles, les paysans découpent avec leurs angady le sol des pentes en mottes rectangulaires qu’ils retournent et transportent sur la surface qu’ils désirent mettre en valeur. » (p. 45)

254Le tolaka marque le paysage des versants par une alternance de billons et de sillons parallèles à la pente qui apparaissent comme des alignements de vermicelles sur les photographies aériennes. Les billons aplanis ont une largeur de 1,40 m, les sillons une profondeur de 25-30 cm et une largeur de 70 cm. Lié à la culture de la pomme de terre, le tolaka permet une fertilisation accrue des sols qui souffrent du manque de fumure quand le labour concerne la totalité du champ (bamba). Le tolaka consiste en un enfouissement d’engrais vert par le labour. Le tolaka, par rapport au bamba, procure un gain de temps. « On ne peut pas faire un grand champ, car le bamba nécessite beaucoup de travail », précise un agriculteur qui a adopté le tolaka. Celui-ci consiste à délimiter une motte de 40 cm de côté, à la retourner et à rajouter de la terre bêchée dans le creux du labour pour que l’horizon de culture soit « épais de chair ».

32. Combinaison de diverses formes et orientations de billons sur un versant

255La mise en place du tolaka se fait en deux temps (fig. 21 et 22). Le terme tolaka vient du verbe atolaka qui signifie « jeter de côté ». Il traduit le geste qui accompagne le coup de bêche dans le sillon (vava-asa), suivi de l’envoi latéral, sur le billon ainsi mis en place, de la motte (bainga). Vava-asa ou « bouche du labour » à l’angady indique plus généralement le sens de progression du labour. Le labour est effectué à partir du vava-asa ; vodi-asa (« postérieur du labour ») indique là où le labour s’arrête. Le travail se fait du bas vers le haut de la pente. Deux hommes, le plus souvent, progressent en cadence : chacun jette sur le billon la motte qu’il a bêchée, l’un à droite, l’autre à gauche. Ce labour a lieu en saison des pluies. En août-septembre, l’exploitant revient pour la seconde phase de travail : il émotte à l’angady, creuse des trous sur le billon, les remplit de fumure puis y introduit le semenceau de pomme de terre.

Figure 21. Tolaka et veli-kiba : l’exempte de la culture de la pomme de terre à Tsarahonenana en 1992

Figure 21. Tolaka et veli-kiba : l’exempte de la culture de la pomme de terre à Tsarahonenana en 1992

256Le veli-kiba, absent jusqu’alors de ces zones d’altitude, est apparu depuis les années soixante-dix sur le terroir de Tsarahonenana pour les cultures de contre-saison, les cultures de case (patate douce) et les cultures pluviales. Le recouvrement du billon provient des pelletées prises dans une tranchée profonde (tatatra), au tracé bien net. Le paysan dépose cette pelletée de terre sur les semenceaux déjà mis en place sur le billon. Si un recouvrement graminéen est présent, il constitue un engrais vert. Si ce n’est pas le cas, la remontée des horizons profonds régénère les sols épuisés de surface, tout en créant un horizon Al plus épais, perçu comme la « chair de la terre » (nofon-tany).

Figure 22. Le travail du sol : asa tolaka et asa tototra à Tsarahonenana en 1992

Figure 22. Le travail du sol : asa tolaka et asa tototra à Tsarahonenana en 1992

257C’est cette façon culturale qui a permis au maïs de coloniser les pentes des collines en s’associant à d’autres cultures pluviales (pomme de terre, haricot...). Il s’agit d’une innovation technique qui, en modifiant le procédé de culture, réduit la dépense en travail et en temps et joue sur la baisse de productivité de la terre.

258Le développement du veli-kiba depuis une quinzaine d’années est surtout lié, d’après les paysans, à l’extension des terres épuisées (tany mondra) en raison d’une utilisation continue des terres. Le veli-kiba se traduit dans le paysage par de larges billons, à morphologie de cannellonis, de 6 m X 3 m en moyenne, séparés par de profonds sillons, le dispositif étant perpendiculaire à la pente (fig. 21 et 23). Les billons sont aussi présents dans des zones peu déclives (berges et parties sommitales des tanety). Cette pratique est le résultat d’un apprentissage. Au début, la terre des billons, celle qui recouvre les semenceaux, était prélevée hors de la future parcelle et apportée à la main sur celle-ci. À cause de l’état d’effritement du sol (ràra-tany, terre qui tombe), le transport posait des problèmes. La solution vint de l’exploitation in situ des horizons profonds et plus consistants. Par leur « fermeté », les tany mena de l’éperon montagneux peuvent être cultivés en veli-kiba. Ce n’est pas le cas pour les tany haboka peu consistants.

33. Larges billons de veli-kiba dans une clairière mise en culture

259« Fille du tolaka », le veli-kiba permet de récupérer des sols épuisés. De plus, cette façon culturale représente une économie en travail : dans la même journée sont effectués le labour et la planta-tion par un seul homme travaillant à l’angady. Le veli-kiba est une forme d’intensification qui met en valeur la recherche d’un meilleur mode d’enrichissement des sols ; elle est aussi en rapport avec l’économie de temps. Dans le cas du tolaka, le problème de l’érosion n’est pas perçu, en raison, semble-t-il, de la disponibilité foncière qui permet de déplacer les champs en respectant le rythme des jachères. Pourtant, malgré le caractère très filtrant des sols, évitant une forte dégradation physique, on observe des traces de ruissellement. Le souci de protection des sols apparaît avec le veli-kiba dans la disposition perpendiculaire à la pente et la profondeur des sillons.

Figure 23. Le travail du sol : veli-kiba à Tsarahonenana en 1992

Figure 23. Le travail du sol : veli-kiba à Tsarahonenana en 1992

260De même que le tolaka permet un gain de temps par rapport au bamba, de même le veli-kiba représente aussi un gain de temps par rapport au tolaka. Ces trois pratiques jouent sur l’état du sol et caractérisent des zones où la pression foncière est plus ou moins forte. Le bamba est réservé aux terres qui n’ont pas encore été cultivées (celles qui n’ont pas bougé, mbola tsy nihetsika). Le tolaka concerne les terres (jachères ou parcelles en deuxième année de culture) dont la structure polyédrique permet une agrégation en mottes. Avec le veli-kiba, on petit mettre en culture des sols épuisés dont la structure à tendance particulaire ne donne plus de cohésion aux mottes. Dans les deux cas, deux années de cultures sont suivies de trois années de jachère.

261Par ailleurs, par un jeu spatial qui intervertit sur une même parcelle, au cours des deux années de culture, la place du billon et du sillon, tolaka et veli-kiba permettent une économie en fumure à la différence du bamba. C’est le asa tototra, travail de comblement (fig. 22). La mise en culture des parties différentes de la parcelle, d’une année sur l’autre, souligne aussi une valorisation maximum des intrants (fumure et travail) à la parcelle.

« Les cultures sous pluie sont pratiquées sans grand souci d’aménagement de la pente ou de protection du sol ; les cultures en terrasse sont ici pratiquement inconnues. » (p. 19)

262Au-delà de l’adoption de nouvelles façons culturales, l’occupation des versants présente un changement saisissant par rapport au paysage agraire de 1966. Au nord et au sud de l’interfluve central dominé par la couverture arborée, les pentes sont aujourd’hui aménagées, aboutissant à une mise en rideaux OU en terrasses, ce qui représente un véritable remodelage de la topographie. Cette morphologie particulière résulte d’un aménagement progressif et témoigne d’une capacité de travail qui se double d’un savoir paysan. La polyculture caractérise ces parcelles : maïs complanté avec pomme de terne et soja ou haricot.

34. 1992 : un remodelage complet de la topographie du versant, « le tout banquettes »

263Une place réduite est faite aux pins en bordure des champs, au bas des talus ou en pieds isolés. La mise en valeur se traduit par la juxtaposition de parcelles dont la bordure aval est soit un talus enherbé, soit une murette de pierre. Il faut signaler l’absence de rigoles de protection (aro-riaka) qui récupèrent et évacuent les eaux de ruissellement en amont des parcelles, ce qui libère un temps appréciable correspondant à leur creusement (Blanc-Pamard, 1985 b). En effet, la bonne porosité des sols liée à leur nature volcanique permet une infiltration des eaux. Par ailleurs, leur structuration renforcée par l’apport de matière organique limite les départs de particules terreuses.

Figure 24. La construction d’une terrasse sur les pentes des tanety de Tsarahonenana en 1992

Figure 24. La construction d’une terrasse sur les pentes des tanety de Tsarahonenana en 1992

264Pour une part importante, il ne s’agit pas d’un travail agricole de production directe, mais d’un « surtravail » de construction et d’entretien qui valorise les versants de façon différente suivant la nature du sol et la pente. Dans les parties sommitales faiblement déclives où les graviers, les pierres et les blocs rocheux sont absents, le labour continuel dans le sens de la pente construit des formes en rideaux limitées par un petit talus de 30-40 cm qui correspond à la rencontre entre le vodi-asa de la parcelle d’en bas et le loha-asa de la parcelle d’en haut (Rakoto Ramiarantsoa, 1995).

265Dans le cas des champs empierrés, un important travail d’épierrage aboutit au soutènement des parcelles par une murette et à la création de terrasses. Les blocs sont mis en tas ou merger (terme utilisé dans les campagnes françaises pour désigner un tas de pierres provenant de l’épierrage d’un champ) sur le champ, puis l’aménagement qui aboutit à un niveau horizontal se fait par étapes. À chaque labour, à l’angady, on commence le travail par le bas de la parcelle, en retournant la motte vers l’aval. De bas en haut sur les parcelles dont la largeur n’excède pas deux à trois mètres, de la terre descend vers l’aval et comble le creux situé en bas de la parcelle devant la murette, ce qui contribue à atténuer la déclivité du terrain (fig. 24).

266La pomme de terre est une autre forme d’innovation qui a abouti à une diversification réussie. L’introduction d’une variété ovy mainty sur le terroir de Tsarahonenana vers la fin du XIXe siècle est liée à l’élevage du porc ; ce tubercule était destiné à l’alimentation de ce cheptel.

36. 1966 : des enfants déterrent des tubercules à grands coups d’angady

« Un développement de la culture des pommes de terre sur le terroir paraît difficile. Les parcelles dispersées sur l’étendue de la montagne sont cultivées de façon trop extensive pour assurer une production notable. » (p. 51)

267En 1992, la présence désormais permanente sur tout le terroir de la culture de la pomme de terre est une dimension supplémentaire de sa place dans l’économie villageoise (tabl. 21). Ce tubercule occupe différentes facettes : champs de berges et rizières en contre-saison, parcelles dans l’auréole du village, champs de versants et de sommets de montagne. On le trouve aussi durant toute l’année par suite de variétés à cycles décalés : le cycle du fahavaratra dont les premiers tubercules sont récoltés en décembre, les verim-boly développés depuis une quinzaine d’années avec l’introduction de la variété voka poana (février-mars à juin-juillet), et la culture en plaine après la moisson du riz. Culture à cycle végétatif court, elle est associée au maïs et au haricot suivant des formules variées.

Tableau 21. La permanence de la pomme de terre sur le terroir

Tableau 21. La permanence de la pomme de terre sur le terroir

268Enfin, par cette forte présence sur le terroir, elle tient une place importante dans le calendrier alimentaire. Elle occupe la deuxième place après le riz et remplace celui-ci en période de soudure. Il faut aussi noter que la vente de ce tubercule assure aux ménages une rentrée d’argent.

« Les tenants de la tradition repiquent “en tas”, de façon dense et serrée, à 4 ou 5 brins par trou. Par contre, sous l’influence des services de l’Agriculture, beaucoup ont adopté les principes du “repiquage en ligne”. En 1966, les 2/3 des rizières furent ainsi, sous l’influence de l’Administration, repiquées en ligne. » (p. 38)

269Une innovation, exogène celle-ci, porte sur le repiquage du riz en damier (fig. 25) ; elle a touché le village dans les années quatre-vingt. Pleine de promesses, l’innovation reste pourtant soumise à beaucoup de conditions qui sont rarement maîtrisées en même temps par le paysan. Cette technique est acquise partout où la maîtrise de l’eau est assurée, en ati-tany, mais ce n’est pas la seule condition de son adoption. Le bon développement du tallage rattrape « l’espace perdu ». Cette technique est aussi appréciée en sakamaina car, sur des rizières qui retiennent difficilement l’eau, le sarclage selon des directions entrecroisées entretient l’humidité du sol. En revanche, en situation ambany rano ou lalin-drano, c’est-à-dire difficile à drainer rapidement, les paysans n’adoptent pas cette technique présentant certains inconvénients : perte de temps car la sarcleuse est difficile à manier sur des sols mal asséchés ; moindre récolte d’autant plus que ce type de repiquage concerne un nombre réduit de plants.

Figure 25. Les différentes façons du repiquage

Figure 25. Les différentes façons du repiquage

270Ce repiquage, travail plus difficile à réaliser qu’en ligne, nécessite de réserver à l’avance des repiqueuses qualifiées, ce qui pose des contraintes en disponibilité de main-d’œuvre. De plus, quand la quantité de fumier apportée à la rizière est jugée insuffisante, on préfère la ligne simple. En 1991-1992, bonne année quant à la maîtrise de l’eau, cette pratique a été adoptée sur les sakamaina et les ati-tany. Mais, d’une saison à l’autre, les opportunités du moment décident ou non de son application ; les paysans composent avec cette technique suivant les possibilités de leurs rizières.

37. 1966 : repiquage en foule

38. 1992 : au premier plan, repiquage en ligne

271Notons que le repiquage en damier étant trop dépendant du choix paysan, les enquêtes rizicoles (ODR1) dans la plaine d’Ambohibary ne prennent en compte que deux types de repiquage : en foule ou en ligne (y compris le damier).

Un système agraire dynamique

« Un système agraire immobile. » (p. 31)

272L’augmentation de la superficie cultivée caractérise l’ensemble du terroir. Mais la nature de cette extension est différente sur les tanety et dans la plaine.

« Le système agricole n’est qu’imparfaitement “adapté” ; il est “figé” sur une limite climatique et les virtualités nouvelles qu’offrait le milieu naturel montagnard n’ont été que partiellement exploitées, tant par l’élevage que par les cultures nouvelles. » (p. 51)

273Sur les tanety, on a presque exclusivement affaire à une « extension horizontale » par l’augmentation de l’espace cultivé dans les limites imposées par les plantations forestières. Par ailleurs, la création d’un cycle de culture de deuxième saison, le verim-boly, caractérise une « extension verticale » (expressions empruntées à Maurer, 1985).

274Dans la plaine et les deux bas-fonds adjacents, il existe également une « extension horizontale » par gain de rizières. Une autre « extension verticale » caractérise les rizières de la plaine. Il s’agit d’une augmentation de l’intensité de culture par une pratique généralisée de cultures de contre-saison sur les rizières ati-tany.

275Le principal changement réside dans la mise en place de blocs de paysage : la forêt de pins, les cultures pluviales de tanety en terrasses, les rizières ati-temy de la plaine. Chacun est affecté à une fonction productive particulière.

« 28 ménages sur 59 cultivent une superficie de rizières inférieure à 0,5 ha ; 17 ménages mettent en culture une surface de rizières entre 0,5 et 1 ha ; 8 ménages possèdent des exploitations dont la superficie rizicole dépasse 1 ha. » (p. 27)

276Les structures d’exploitation quant à elles ont connu peu de modifications. On note toujours de grandes différences d’une exploitation à l’autre, que ce soit en superficie rizicole ou en tanety. Les données suivantes proviennent d’une enquête réalisée en 1992 au niveau de l’association Mitam-pihavana qui regroupe les 61 exploitants de Tsarahonenana dont les terres sont comprises dans la zone de réhabilitation du FPL La plus grande superficie cultivée en rizière par une exploitation est de 2 ha, la plus petite de 6 ares. Pour les cultures de tanety, la plus grande superficie cultivée est de 5 ha, la plus petite de 5 ares. La moyenne des superficies cultivées s’élève en 1992 à 0,4 ha de rizière par ménage, contre 0,52 en 1966. 45 ménages sur 6l cultivent une superficie de rizières inférieure à 0,5 ha. 10 ménages mettent en culture une surface de rizières comprise entre 0,5 et 1 ha. 6 ménages (lignages A, Ε, D possèdent des exploitations dont la superficie rizicole dépasse 1 ha. En 1966, 47 % des ménages cultivaient moins de 0,5 ha de rizières ; en 1992, 74 % des ménages sont dans ce cas. Et pourtant, la surface globale n’a guère changé (on passe de 10 à 8 ares par personne), ce qui traduit, semble-t-il, l’appauvrissement de la majorité et l’enrichissement de quelques-uns.

« En 1966, année d’excellente récolte, les rendements ont pu être estimés sur les hautes rizières entre 2 et 4 tonnes à l’hectare... La typologie des rizières conditionne les rendements moyens de 2,5 t à l’hectare pour les hautes rizières, 1 tonne à l’hectare pour les moyennes rizières et 0,5 t à l’hectare pour les basses rizières. » (p. 39-41)
« Les semences répondent à des exigences de rusticité, mais aussi de qualité... Plusieurs variétés de rojofotsy se combinent à Tsarahonena : telorirana, varylava. » (p. 36)

277Les rendements en 1987 sont à peu près du même ordre que ceux des années soixante, avec toujours une très forte variabilité. Le rendement moyen des rizières repiquées en foule atteint 2,29 t/ha. Le repiquage en ligne atteint 2,6 t/ha. Les 400 kg d’écart de rendement ne sont pas uniquement liés au type de repiquage ; ils traduisent aussi les facettes rizicoles et les pratiques culturales (préparation de la rizière, âge des plants repiqués, date de sarclage, apport en fumier...). La production repose essentiellement sur des variétés locales (rojomena et rojofotsy). En 1987, sur 52 rizières des périmètres d’Ambohibary, les variétés locales représentaient 82 %, le Japonica 1632, 6 %, et le 1285, 12 % des surfaces. En 1990-1991, l’évolution confirmait l’importance des variétés locales, les variétés « améliorées » n’étant cultivées que sur 10 % des surfaces rizicoles (données des avant-projets sommaires (APS) de réhabilitation portant sur 405 parcelles de la plaine d’Ambohibary).

278La dynamique du terroir intègre les choix paysans qui modèlent dans le temps leur espace de vie. C’est tout à la fois par la connaissance intime des possibilités et des contraintes de l’environnement que les savoir-faire paysans guident l’évolution de Tsarahonenana et en révèlent des virtualités. L’ensemble des possibles s’enrichit et redéfinit les stratégies paysannes : le milieu à risques n’est pas rigide. Et pourtant, cette conception globale est négligée par les opérations de développement qui considèrent le milieu sur la base de normes scientifiques. Elles prennent en compte les risques naturels, mais leurs recommandations ne se traduisent pas par des consignes de comportements anti-risques, préoccupations pourtant constantes des paysans.

« Un esprit d’attente et d’ouverture propice à l’accueil d’une action de développement existe dans les villages du sud de l’Ankaratra ; il serait dommage que cette chance soit négligée par les services concernés par le développement et l’expansion rurale. » (p. 88)

279Tsarahonenana 1966-Tsarahonenana 1992 : cercles de l’immobilité ou spirale du développement ? On ne peut échapper à cette réflexion qu’imposent les changements à vingt-cinq ans d’intervalle. Tsarahonenana 1992 souligne une dimension essentielle des logiques paysannes : une constante adaptation aux sollicitations intérieures et extérieures au terroir. D’une date à l’autre, les initiatives paysannes ont construit des ruralités différentes.

UNE SOCIÉTÉ EN RECOMPOSITION. PERMANENCES ET CHANGEMENTS

280Village à regroupement parental. Tsarahonenana manifeste toujours le caractère pluriel de ses ancêtres fondateurs. « Les deux premiers colons qui, aux alentours de 1860, s’établirent sur l’emplacement du terroir, venaient tous deux d’un village du sud de l’Imérina, un peu à l’est d’Arivonimamo. Rainiketamanga (lignage A) fut le premier de ces colons. Rainitsara (lignage C) vint le rejoindre et s’établit un peu plus haut. Par la suite, quatre autres familles de colons originaires des mêmes régions de l’Imérina vinrent aux côtés des premiers arrivants. Ces six ancêtres sont considérés comme les fondateurs du village » (Bonnemaison, 1976 : 53). Onze lignages constituent le village en 1992 et les relations qu’ils entretiennent entre eux et par rapport à la terre continuent de gérer le fonctionnement du terroir. En dépendent aussi les initiatives paysannes à caractère économique, qu’elles soient locales ou à distance.

« Les liens communautaires, mais aussi de parenté se sont singulièrement relâchés ; la famille est devenue restreinte, chaque ménage forme une unité autonome et indépendante. L’individualisme est devenu la nouvelle loi du village. » (p. 55)

281La permanence réside dans l’importance des liens verticaux lignagers. En même temps, les liaisons de type horizontal imposées de l’extérieur ou conçues de l’intérieur proposent d’autres formes de coopération, mettent à l’épreuve la solidarité des groupes et ouvrent la voie à des rapports sociaux renouvelés.

282Dans les faits, une recomposition sociale conforte et renforce l’ordre établi.

Lignage, liens verticaux et liaisons horizontales

« Il n’existe que quelques familles de l’ancienne troisième caste. Il s’agit des descendants de Rainisabotsy (lignage I). Ces familles vivent groupées dans un quartier à elles, à proximité du hameau sud. » (p. 54)

283D’après Joël Bonnemaison, six lignages constituaient l’ensemble des familles. D’après l’enquête de 1992, onze lignages sont présents au village (annexe 3)· Les cinq lignages supplémentaires correspondent aux lignages « divers » notés par Bonnemaison (1976, carte 3). Cette répartition en onze lignages montre le maintien de la structure d’ensemble du village.

284La trame sociale se perpétue avec l’isolement dans lequel demeure le lignage Hovavao (I), toujours sans liens matrimoniaux avec les autres lignages tous Hova. Hovavao désigne le groupe statutaire des descendants d’anciens serviteurs et Hova, celui des hommes libres.

285Deux types de mariage caractérisent les dix autres lignages : mariages exogames et endogames dont les effets sont complémentaires et dont la séquence se répète de façon cyclique. La figure 26 en donne un exemple dans le lignage A.

« Les descendants d’anciens esclaves qui habitent le village vivent repliés sur eux-mêmes. » (p. 56)

286Les mariages exogames concernent tine fourchette de trois générations comprenant grands-parents, parents et enfants. Dans tous les ménages, à l’exception d’un seul, les conjoints sont extérieurs au lignage et ne résident pas toujours à Tsarahonenana. Par ces alliances, le lignage a accès à d’autres terres, sans pour autant amputer son propre patrimoine. Ainsi BR, le plus gros propriétaire du village, a consolidé sa position en bénéficiant des terres de sa femme d’un autre lignage (G). BR « n’a des terres là-bas que parce que sa femme en a ». Son père avait fait de même en prenant une épouse dans le lignage F.

287Les mariages endogames sont contractés à la génération – 3. Le petit-fils de BR, en épousant une nièce de son grand-père, revient à une union endogame comme l’alternance l’autorise. Un resserrement des liens lignagers résulte de cette union qui permet de retenir les terres acquises lors de la phase d’exogamie. À cette phase correspond l’expression « lova tsy mifindra » : héritage qui ne change pas de mains.

288Lors de notre enquête le lignage A est en phase d’endogamie. Il n’en est pas de même pour le lignage F. en phase d’exogamie : pour un membre de ce lignage dont le fils s’est marié récemment (Ε + K), le souci était que sa bru ne soit pas parente avec sa famille. Sept mariages de ce type concernent six des onze lignages du village.

Figure 26. Le cycle des mariages exogames-endogames : l’exemple du lignage A

Figure 26. Le cycle des mariages exogames-endogames : l’exemple du lignage A

289Chacun compte, en se situant par rapport à ses parents, les trois générations pour respecter la structure des alliances matrimoniales. Le mariage appartient au lahatra (destin, sort), c’est un fruit du Dieu-créateur (Cousins, 1963 ; Ottino, 1993). Aussi ne faut-il pas contrarier le cours naturel de la vie. Le respect des fomba-drazana, c’est-à-dire les manières de se comporter des ancêtres, établit le déroulement « normal » des choses de la vie suivant le cours du lahatra. Le respect des usages se fait sous le contrôle des ancêtres et doit assurer des conduites conformes au code social. Une union endogame contractée dans la fourchette des trois générations (génération 0, couple M de cousins croisés) s’est traduite par un échec (divorce, division au sein de la famille et absence d’héritiers). Cet exemple rappelle à chacun que le non-respect des règles d’alliance est condamné par le lahatra.

290L’adoption est une autre forme de liaisons entre familles, à Tsarahonenana. Elle répond à un double objectif : d’une part, assurer la continuité de la lignée (Hanambadian-kiterahana, c’est-à-dire « on se marie pour procréer » ; l’adoption est une solution au problème de la stérilité) et, d’autre part, maintenir l’unité du patrimoine. Des cas d’adoption concrétisent une alliance entre les lignages Ε et C ou consolident une entité lignagère (adoption entre familles de A). Cette situation manifeste aussi la capacité du groupe hova à mettre en place de nouveaux rapports internes.

291Le lignage G donne une autre dimension de la permanence intralignagère qui s’inscrit dans le mouvement de colonisation des Hauts. Des migrants de la deuxième génération se sont installés à Andranomangamanga, ceux de la génération suivante à Andranomadio, un lieu désert (efitra) plus lointain. Trois autres membres de la famille sont partis vers d’autres directions dans la plaine d’Ambohibary, à Andalatsoavaly, et en zone de montagne, à Maroparasy. Ces changements de lieu de résidence ne se sont pas traduits par un abandon des terres ancestrales. Des membres du lignage continuent à cultiver une petite parcelle de cultures pluviales de 0,13 ha sur le terroir de Tsarahonenana. La situation de ces lieux, à quelques heures de marche de Tsarahonenana, permet à des membres du lignage G, bien qu’émigrés, de garder des liens avec le village-mère. Leur tombeau est toujours à Tsarahonenana.

CONCENTRATION ET ACCROISSEMENT DES INÉGALITÉS FONCIÈRES

« Le code de la propriété sur le terroir rizicole s’avère en définitive souple. Il évolue constamment entre les exigences de la tradition familiale, voire patriarcale, et les tendances nouvelles nées de l’individualisme. Le sentiment de propriété est pourtant vif : bien qu’elles ne soient pas encore inscrites sur un cadastre, les terres de rizière sont immatriculées “en esprit”. » (p. 25)

292Des éléments de la structure foncière décrits par Joël Bonnemaison se retrouvent en 1992. La propriété demeure pour la plus grande part coutumière ; ces terres, bien que restant juridiquement domaniales, sont pourtant toutes appropriées. Dans ce système, les limites des propriétés sont marquées par des constructions liées au labour, talus (dongona) sur les tanety et diguettes (vala-parihy) dans les rizières. Le mode coutumier procède par une répartition convenue des terres, dans les bas-fonds par un travail collectif précédant l’attribution des parcelles et sur les tanety par un travail individuel. Dans les deux cas, une mise en valeur continue confirme la propriété (solam-pangacly : usée par la bêche).

« L’ensemble des rizières et la plus grande partie des champs secs font l’objet d’une appropriation individuelle. » (p. 23)

293Cette propriété se transmet par héritage de deux façons. Le système inégalitaire est le plus courant, 2/3 aux fils, 1/3 aux filles, cette proportion fixant les participations aux obligations familiales (adidy : obligations). En revanche, un autre mode d’attribution, le zazalava, donne des parts égales aux enfants et règle ainsi la participation de chacun aux dépenses communes du lignage ou de la famille. Depuis les années quatre-vingt, la situation de crise a entraîné une évolution vers un partage égalitaire afin d’atténuer les différences entre les membres d’un lignage. En effet, l’inégalité de l’héritage en faveur des hommes leur imposait, d’un autre côté, l’essentiel des dépenses pour les famadihana (retournement des morts). En raison de la récession économique, on assiste à une évolution vers un partage égalitaire des dépenses cérémonielles et donc du patrimoine.

294On n’hérite pas du vivant de ses parents. Tant que les parents sont vivants, ils demeurent propriétaires même quand ils cèdent en usufruit (« dotation » est la désignation malgache ou locale) des terres aux enfants qui s’installent dans ou à l’extérieur du terroir. C’est à la mort des deux parents que le partage devient effectif entre les enfants. Cette propriété coutumière admet la cession des terres bien que la stratégie foncière vise à ne pas laisser échapper le patrimoine hors du lignage.

« À Tsarahonenana, l’accès à une propriété rizicole suffisante dépend d’une position plus ou moins privilégiée à l’intérieur d’un des lignages fondateurs. » (p. 29)

295Les tany iombonana (terres qu’on partage) sont devenues des propriétés indivises en raison de la diminution des superficies à la suite des héritages successifs. Dans certaines familles, qui ont des parcelles très exiguës, la solution retenue est une exploitation à tour de rôle, la production revenant à celui qui a cultivé.

296L’inégalité de la propriété foncière entre lignages (de 0.06 à 77,03 ha) est un trait toujours marquant de Tsarahonenana, ce qui perpétue la relation pouvoir social/pouvoir foncier (tabl. 22).

Tableau 22. Répartition des terres à Tsarahonenana en fonction des lignages, en 1966 et en 1992

Lignages

Superficiesappropriées (ha)1966

Superficiesappropriées (ha)1992

Évolution( %)1966-1992

A

26,17

77,05

+ 194

Β

6,49

16,12

+ 148

C

7,20

9,68

+ 34

D

6,17

-

Ε

8,63

-

F

3,23

6,09

+ 88

G

_

0,13

-

H

3,54

-

I

4,42

8,58

+ 94

J

0,06

-

Κ

5,36

5,18

-3,4

Divers

5,004

-

-

Figure 27. Répartition des terres en fonction des lignages en 1992

297La richesse fondée sur la terre continue à garantir l’autorité, ce que montre l’accaparement des terres par les lignages principaux entre 1966 (Bonnemaison, 1976 : carte 3) et 1992 (fig. 27).

298La répartition des terres pour les lignages A, Β et C en 1966 et en 1992 (fig. 28, 29 et 30) traduit trois évolutions :

299○ lignage A a triplé son emprise foncière, à la fois en plantations de pins et en cultures ;

300○ lignage 13 a multiplié par 2,5 sa surface ;

301○ lignage C n’exploite plus des terres au S-E du terroir ; il s’agit d’un échange (takalo) avec le lignage D convenu entre les deux fondateurs. Les terres de C sont toutes situées dans la partie nord du terroir et ont augmenté de seulement 34 %.

302Les terres du lignage A représentent plus de la moitié des terres des onze lignages, le lignage B en possède 11,4 %. Les lignages C, F. I et Κ totalisent 20 %. Tous les lignages (les six lignages pour lesquels nous disposons de données à vingt-cinq ans de distance) ont agrandi leurs propriétés ; à l’exception, toutefois, du lignage K.

303Cette situation fonde et oriente les comportements des lignages. Les terres restent relativement groupées dans l’espace avec une stratégie qui consiste à garder la terre dans le lignage. Ceci s’exprime localement de la façon suivante : le membre du lignage qui achète la terre la « sauve » (mamonjy). Si, à l’intérieur d’un lignage, un ménage confronté à des besoins financiers projette de vendre ses terres, il s’adresse toujours, d’abord, aux membres du groupe. En Imérina, cette stratégie inclut également une mise à prix plus basse de la terre proposée aux membres du lignage. Si ceux-ci ne peuvent acquérir la terre, le prix de vente proposé à l’extérieur est plus élevé. Une forme de vente à réméré (varo-mody = vente revenir) dont le délai n’est pas nécessairement fixé (les descendants peuvent rembourser) est une solution. De la sorte, le patrimoine lignager ne se trouve pas amputé, les terres restant propriété du groupe (mamahatra = s’enraciner). Des conflits internes peuvent en découler sans que cela remette en cause l’intégrité du patrimoine.

C’est le cas dans le lignage D. Le fils aîné du fondateur a perdu sa terre au profit d’un petit-fils qui « l’a sauvée », en acquittant le montant de son impôt de capitation pendant la période coloniale. Actuellement, les descendants du fils aîné voudraient récupérer cette terre, mais ce n’est plus possible, l’acquisition étant considérée comme définitive.

« La trame originelle du dessin parcellaire, tissée par les liens de famille et de lignage, s’est donc déchirée au hasard des successions, des partages et des dotations qui accompagnent chaque mariage. » (p. 27)

304Les transactions foncières affectant le terroir se font surtout à l’intérieur du lignage : on ne laisse pas « sortir » les terres. La figure 27 révèle, comme en 1966, « une certaine zonation d’ensemble qui apparaît dans la répartition relativement groupée des terres de culture en fonction des liens de lignage et de résidence » (Bonnemaison, 1976 : 26) :

  • descendants de Rainiketamanga (A), de Rainimanana (E) et de Rambato (H) rassemblés dans le hameau central près de l’église, d’une part, occupent, comme en 1966, les terres de culture qui se répartissent dans l’axe central du terroir et, d’autre part, ils ont effectué une nouvelle extension importante en amont du terroir (toujours dans l’axe est-ouest) ;
  • descendants de Rainikotokely (B), Rainitoandro (D), Rangahamasina (F) et Rainisabotsy (I) de Tsarahonenana Est sont établis le long du talweg méridional et de son débouché sur la cuvette d’inondation. On remarque une nouvelle extension sur le versant méridional ;
  • descendants de Ramanindriarivo (C) (ancêtre de Randrianarivo et Rainijohiry mentionnés par Joël Bonnemaison) et de Rainiketakaramiadana (K) ont leurs terres le long du vallon au nord et de son débouché sur la plaine ;
  • descendants de Rainisoamanambelo (G) qui ont tous quitté Tsarahonenana ont des terres en un seul lot situées dans le centre ;
  • descendants de Rainingorifotsy (J) ont une seule parcelle de 0,06 ha sur le versant septentrional où se trouve leur tombeau.

Figure 28. Les terres du lignage A en 1966

Figure 28. Les terres du lignage A en 1966

305Les terres du fokonolona, qui se composent de deux parcelles boisées et d’une carrière à briques, soit 2,5 ha, sont situées dans la partie sommitale du terroir.

« L’espace rizicole est loin de former une unité parfaitement homogène : il est en partie approprié par les habitants des fronts pionniers des montagnes. » (p. 23)

306Autre élément permanent, la proportion des rizières du terroir cultivées par les non-résidants (appelés « étrangers » par Bonnemaison, 1976 : carte 2) reste à peu près constante à 50 % en 1966 et 54 % en 1992 (fig. 31). Comme Gilles Sautter l’écrivait dans la préface en 1976 : « La carte foncière révèle l’entremêlement des parcelles dépendant du village et de ses voisins immédiats ». Les rizières cultivées et possédées par les paysans qui habitent en permanence à Tsarahonenana représentent près de la moitié des superficies rizicultivées du terroir (tabl. 23). Cette proportion augmente largement si l’on prend en compte les champs de culture sous pluie dont peu de parcelles sont appropriées par des « étrangers ». Cela concerne uniquement quelques exploitants habitant d’autres villages de la plaine. Ceux qui sont partis s’installer dans les efitra donnent leurs champs de cultures sous pluie aux « gardiens » restés au village qui sont de leur lignage. C’est une manière de préserver la terre dans le patrimoine lignager. Ceci explique par ailleurs les cas minoritaires des formes de faire-valoir indirect sur le terroir. Jacqueline Wurtz (1973) a noté qu’à Bevarina, dans la plaine de Tananarive, les émigrés gardent la propriété de leurs terres qu’ils confient en métayage ou qu’ils exploitent en employant des salariés. Cette autre situation est probablement liée à la proximité de Tananarive.

Figure 28. Les terres du lignage A en 1992

Figure 28. Les terres du lignage A en 1992

Figure 29. Les terres du lignage Β en 1966

Figure 29. Les terres du lignage Β en 1966

Tableau 23. Rizières du village et rizières étrangères en 1966 et en 1992 (BONNEMAISON, 1976 : 23 et fig. 31)

Tableau 23. Rizières du village et rizières étrangères en 1966 et en 1992 (BONNEMAISON, 1976 : 23 et fig. 31)

Figure 29. Les terres du lignage Β en 1992

Figure 29. Les terres du lignage Β en 1992

307À Tsarahonenana, l’imbrication des parcelles confirme l’absence d’un véritable finage, déjà remarquée par Gilles Sautter (1976). Les rizières cultivées par les non-résidants ont augmenté de 4,1 %. À cela, deux raisons :

  • qui bénéficiaient d’un habitat double en 1966 sont aujourd’hui fixés sur les hauteurs ;
  • jeunes gens de Tsarahonenana mariés à l’extérieur du terroir sont maintenant dotés en rizières.

308Les étrangers qui cultivent des rizières à Tsarahonenana habitent presque tous (48,5 %) aux environs, soit au village d’en haut, soit dans des villages de la même plaine.

309La superficie des parcelles des habitants d’Andranomangamanga dans le terroir rizicole de Tsarahonenana a légèrement augmenté en 1992, par rapport à celle de 1966. Ceci confirme la permanence du rôle de complément du terroir rizicole de Tsarahonenana dans le système agraire du haut qui ne produit pas encore du riz pour des raisons écologiques. Étant donné l’augmentation de la population d’Andranomangamanga, les habitants ont dû rechercher ailleurs des rizières. En revanche, on note une augmentation des superficies appartenant aux villageois voisins.

Figure 30. Les terres du lignage C en 1966

Figure 30. Les terres du lignage C en 1966

« Le morcellement et l’inégalité de la priopriété foncière. » (p. 88)

310Il y a, à chaque génération, amenuisement du lopin familial. Certains pâtissent plus que d’autres de cet amenuisement des superficies des parcelles, surtout les tera-behivavy, héritiers utérins, quand le partage se fait à 1/3-2/3.

Paul Randria (65 ans en 1966, décédé en 1990) exploitait, de son vivant, 2 ha dont 1 appartenait à sa sœur. N’ayant pas de descendance, les trois enfants qu’il a adoptés disposent chacun de 0,33 ha. Autre exemple : Benoît Rainaivo (67 ans en 1966, décédé en 1993) cultivait 1,50 ha de son vivant ; à sa mort, un partage définitif, inégalitaire selon les règles 1/3-2/3, accorde 7,1 ares à chacune des sept filles et 33 ares à chacun des trois garçons (pour plus de détails, voir annexe 4).

Figure 30. Les terres du lignage C en 1992

Figure 30. Les terres du lignage C en 1992

« De même que du bas vers le haut de la montagne, les franges de culture s’inscrivent dans une graduation qui va de l’intensif à l’extensif, les régimes fonciers glissent de l’appropriation individuelle à un simple droit de culture. » (p. 25)

311Au-delà de ces permanences, on note dans le paysage des éléments du changement avec un marquage des propriétés sur les tanety plus évident. Il est de deux types : l’arbre et la terrasse. Les arbres alignés en bordure des parcelles renforcent les talus ou dongona connus de tous. Les membres du lignage I (Hovavao) plantent sur leurs parcelles des arbres isolés qui sont des signes fonciers. La construction de terrasses est également reconnue comme preuve de l’appropriation des parcelles. Cet important travail agricole relève à la fois d’une volonté d’intensification et d’un souci d’affirmer sa propriété.

C’est la stratégie du lignage C, dont les champs, aménagés en terrasses, sont dispersés sur les versants qui dominent le vallon septentrional. BR, du lignage A, a étendu sa propriété en plantant plusieurs dizaines d’hectares de pins sur les terres du lignage. Les membres de son lignage ont effectué le travail de plantation ; ils ont perdu leurs terres, mais n’ont pas osé les revendiquer. BR ayant joué sur leur ignorance, ils se trouvent aujourd’hui devant le fait accompli.

Figure 31. Rizières du village et rizières étrangères

312Les changements les plus marquants concernent l’agencement des terres. Le pouvoir foncier se renforce. Des familles souhaitent effectuer le bornage de leurs terres pour posséder des titres fonciers. Par cette immatriculation, elles entendent consacrer l’appropriation individuelle de leurs exploitations. C’est pourquoi elles ont déposé des demandes auprès du service des domaines, mais leur dossier est encore en cours d’instruction.

BR est le plus avancé (son fils est le responsable du service topographique à Antsirabe) : il a procédé à l’immatriculation des terres reboisées en pins. Les bornes portant l’inscription IF en sont la marque sur le sol.

313Les nouvelles extensions des espaces appropriés confirment une certaine « zonation » à l’échelle du terroir. La répartition des terres de culture reste relativement groupée, en fonction des liens de lignage et de résidence et s’organise suivant un axe est-ouest parallèlement à la séquence topographique du terroir. Les deux tendances sont le morcellement par le jeu des cessions de terre lors des héritages ou des mariages, mais aussi le regroupement par échanges ou ventes. Joël Bonnemaison (1966 : 23) note que « chaque parcelle de rizière fait l’objet d’un droit de propriété permanent et sans réserve. Son propriétaire peut la transmettre en héritage à ses descendants, la revendre ou la confier en métayage ».

314On remarque des différences foncières entre les lignages que l’on peut classer en trois groupes :

  • lignage A, le plus ancien, prédomine. Il consolide son patrimoine foncier affirmé par les plantations de pins ;
  • lignage Β occupe la seconde position ;
  • lignages C, D, E, F. I, K et H sont dans la moyenne ;
  • des lignages G et J est faible, car leurs descendants ont quitté Tsarahonenana.

Un des membres du lignage A a effectué un échange (takalo) de ses parcelles dispersées dans la plaine en récupérant des terres dans le méandre à l’ouest du terroir auprès de cinq propriétaires. L’aménagement qui a été réalisé au bulldozer a permis de récupérer une propriété de 2 hectares d’un seul tenant. Ces terres ambany rano sont devenues des ati-tany (fig. 32).

Autre exemple : BR a acheté deux petites parcelles de 3 ares en 1986 avant la réhabilitation du canal du PPL BR a anticipé sur le fait que ces rizières sakamaina allaient être valorisées par « l’eau du PPI » (fig. 33). C’est une autre façon d’abuser de certains villageois en adoptant une stratégie de désinformation.

315C’est seulement clans les lignages A, B. C. D et Ε que l’on trouve des exploitations dont des parcelles sont groupées ; celles des autres lignages se fractionnent en une multitude de parcelles éparpillées sur l’ensemble du terroir.

316Par le jeu des alliances matrimoniales et des achats, certaines exploitations ont également débordé sur les terroirs voisins. À partir de la trame originelle tissée par les liens de famille et de lignage, la répartition devient de plus en plus complexe dans le détail. Les cartes établies à vingt-cinq ans d’intervalle sont des éléments précieux d’analyse du changement (fig. 28, 29 et 30). Ces documents ne font pas qu’enregistrer les transformations, mais posent à leur tour des questions.

Figure 32. Gain de terres par échange pour un membre du lignage A

Figure 32. Gain de terres par échange pour un membre du lignage A

« Quelques parcelles sont mises en métayage. Peu nombreuses, elles représentent au total une superficie inférieure à 2 ha. Le métayage est le seul cas de faire-valoir indirect sur le terroir, et il est d’ailleurs fort récent, dans toute la plaine d’Ambohibary, les pratiques de métayage ou de faire-valoir indirect sont très peu répandues. » (p. 25)

317Le troisième type de mouvement répond à la stratégie de maintenir par les liens de parenté les terres dans la famille ou le lignage. Il s’agit de l’achat, de la location et plus rarement du métayage.

318En 1992, il n’y a qu’un seul cas d’exploitation par métayage. Un membre du lignage A cultive la parcelle d’une parente installée à Ambohibary qui reçoit un tiers de la récolte. Une raison de la diminution du métayage semble être la crainte de voir la terre échapper hors du groupe lignager au profit du preneur.

319Chez d’autres propriétaires non résidants, l’exploitation demeure sous le contrôle de la famille par salariat ou faire-valoir direct.

Figure33. Gain de terres par achat pour un membre du lignage A

Figure33. Gain de terres par achat pour un membre du lignage A

Tel est le cas de deux héritiers installés à Antsirabe, chacun disposant de 0,33 ha. L’un revient à Tsarahonenana pour les travaux rizicoles et l’autre envoie de l’argent à un membre de sa famille qui, sur place, recrute des salariés pour les travaux.

320En 1992, la location s’avère la forme de faire-valoir indirect la plus pratiquée au village. Les exploitants qui donnent en location n’habitent pas au village. L’éloignement ou le manque d’argent pour cultiver les parcelles expliquent leur mise en location. On retrouve, parmi les preneurs, les lignages forts du village. Sur le terroir, elle concerne trois exploitants et quatre parcelles, l’une d’une superficie de 12 ares et les autres de 6 ares chacune. Elle se règle en espèces, à l’avance, le contrat de location étant fixé pour 2 à 5 ans. Le montant de la location s’élève environ à 10 000 FMG par an pour 6 ares. Un exploitant est du lignage C, deux autres sont du lignage A. L’un d’entre eux loue une rizière à un ménage de son lignage qui s’est installé à Andranomangamanga.

321La vente des terres se fait le plus souvent dans le cadre coutumier. C’est pourquoi, il est difficile de repérer la totalité des ventes, sachant que certaines transactions échappent à l’enregistrement officiel.

322On peut noter une évolution entre les trois périodes 1966, 1987, 1990. En 1966, Joël Bonnemaison n’a fait que signaler de rares ventes de terres. La comparaison des données recueillies au firaisana montre que les ventes sont deux fois et demie plus importantes en 1987 qu’en 1990. On peut y lire l’importance de la crise des années quatre-vingt.

323Des transactions s’opèrent toujours dans le village comme le montrent les » papiers maison » — sans valeur juridique — consultés dans le bureau du président du fokontany. Il y a également d’autres ventes non déclarées puisque nous avons eu connaissance d’une vente en 1990 qui est ignorée au firaisana comme au fokontany. Une pépinière de deux ares a été cédée pour 75 000 FMG. Cette vente définitive (varo-maty) a eu lieu en octobre pour permettre à son propriétaire « d’acheter de la nourriture ». L’acquéreur est du même lignage que le vendeur ; c’est une façon de s’entraider en gardant la terre dans le lignage, tout en échappant aux droits d’enregistrement correspondant à 14 % du prix de vente de la terre.

324Au cours des années 1970 et 1980, le nombre des ventes était plus important. Le produit de ces cessions aidait à rembourser les prêts pour l’achat de riz à la suite d’une mauvaise récolte. Les paysans étaient endettés auprès de la Sinpa (Société d’intérêt national des produits agricoles) qui s’occupait de la collecte et de la commercialisation du riz.

« Ces phénomènes de vente ou d’achat de rizières sont pourtant relativement rares. Les paysans hésitent en effet à se dessaisir des biens que leur ont transmis leurs ancêtres ; néanmoins certaines ventes peuvent se produire au moment des crises de la soudure ou du paiement des impôts. Elles ont lieu dans un cadre surtout familial. » (p. 62)

Haingo Ralimampianina note qu’en 1988, « 703 actes de vente ont été enregistrés dans le firaisana d’Ambohibary, dont 70 % concernent des rizières ». De plus, « 64 % des ventes de rizières ont lieu pendant la soudure mais aussi pour les famadihana ». En 1990, 265 actes de vente ont été enregistrés au firaisana d’Ambohibary dont 2/3 de rizières.

325Le tableau 24 répertorie les ventes de terrains répartis en fonction de la nature des parcelles et de leur fréquence :

326○ les rizières constituent la majorité des ventes, ce qui constitue un changement important par rapport à 1966. Ce sont les terres les plus chères, mais aussi celles qui permettent le mieux de récupérer les sommes investies ;

Tableau 24. Répartition des 265 actes de vente de terres dans le firaisana d’Ambohibary (année 1990)

Tableau 24. Répartition des 265 actes de vente de terres dans le firaisana d’Ambohibary (année 1990)

« Les champs de terre sèche ne se vendent guère, et il est admis, qu’abandonnés ou repris par les mimosas, un nouvel exploitant pourra à son tour les mettre en culture sans contrepartie financière ou juridique. » (p. 25)

327○ champs de cultures pluviales (tanimboly) représentent une grande partie des ventes. C’est une situation nouvelle par rapport à 1966 ;

328○ ventes de parcelles de tanety en jachère ou de quelques pieds d’arbres fruitiers sont peu rémunératrices (ela vola = on met longtemps à récupérer son investissement) ;

329○ pépinières de riz sont rarement mises en vente, car elles sont d’un faible rapport en raison de leur superficie très réduite ;

330○ vente de propriétés (maison et terrain) est rare. La vente de l’une d’elles a aidé partiellement son propriétaire à acheter une 404 bâchée (taxi brousse). Il a complété avec le montant de la vente de porcins.

331Au cours de l’année, les ventes ont lieu à trois périodes. Les transactions les plus importantes sont effectuées surtout en juillet et en août (23 %). Elles permettent la préparation des famadihana et aussi le remboursement des crédits bancaires (une douzaine de ménages a contracté un emprunt à la BTM, crédit à court tenue dont le montant est limité à 300 000 FMG). Une deuxième période se situe en janvier et février (21,5 %), avec deux objectifs : constituer un fond de collecte (pour faire la collecte des pommes de terre, par exemple) ou préparer une migration. « Ceux qui partent vendent ». Une troisième période (35 %) correspond aux mois de mars-avril et de septembre-octobre. Ce sont des mois de soudure. La vente de terres permet d’acheter du riz.

332Les prix de vente des terres ne permettent pas d’évaluer les prix par unité de surface. En effet, au bureau du firaisana, la somme déclarée est en dessous de la vérité, ce qui permet de réduire les droits d’enregistrement.

L’ENJEU DES ASSOCIATIONS PAYSANNES

« Si les grandes associations de travail qui au temps passé réunissaient tous les hommes en âge de tenir un angady ont disparu, les habitudes de travail en équipe sont malgré tout restées vivaces chez certains villageois. » (p. 55)

333Les associations paysannes engendrent d’autres formes de relations à Tsarahonenana où six associations existent en 1992. Quatre ont été créées dans le cadre d’opérations de développement, deux à l’initiative de paysans pour une action précise. Tous les paysans participent à l’une ou l’autre de ces associations et les membres de certains lignages sont présents dans toutes.

334La taille des associations formelles, qui ne sont pas inférieures à cinq personnes selon les critères de la BTM, les différencie des groupements informels.

335Les caractéristiques de chacune de ces associations apparaissent sur le tableau 25. Ce sont :

  • date de début d’activité ;
  • lignages représentés ;
  • forme institutionnelle : formelle ou informelle ;
  • lignage du président ;
  • types d’activités ;
  • nombre de membres ;
  • organismes avec lesquels elles sont en contact.

336La taille de ces organisations paysannes est déterminante dans leur fonctionnement. Les petites et moyennes associations (de 7 à 19 membres) ont un réel intérêt commun. Par contre, l’AUE (60 membres à Tsarahonenana sur les 752 usagers du réseau Sarotrakoho) n’a pas de véritable réalité associative. Le taux de recouvrement des cotisations, qui s’élève à 17 %, en est un signe. La motivation autour de l’eau, réelle, n’a pas suffi à créer une solidarité en raison du nombre des membres, de leur appartenance à divers lignages au niveau des mailles hydrauliques et de leur dispersion géographique (tous n’habitent pas à Tsarahonenana). De plus, comme Tsarahonenana connaît des déficits d’eau propres à tout secteur situé en fin de réseau, ses habitants ne se sentent pas solidaires des usagers d’amont.

337On remarque cependant que, pour un nombre identique de membres, l’association des parents catholiques fonctionne sur la base d’intérêts communs. Le village reste catholique à 100 %. Cela tient d’abord à une tradition d’actions collectives pour assurer la bonne marche de l’école. Par ailleurs, les associations confessionnelles dont les types d’interventions (repiquage en damier, soja) sont bien définis fonctionnent comme des relais clans le sens d’un développement rural porté par leurs membres. L’Association des parents d’élèves mobilise depuis longtemps tout le village, autour d’un consensus. En revanche, faute de s’appuyer sur une cohésion mutuelle entre ses membres ou sur une autorité reconnue, l’AUE n’est pas solidaire. Ces deux associations ont des résultats divergents d’autant plus remarquables que les discours, au sein de l’une comme de l’autre, accordent une place importante au fihavanana, exaltation de la parenté et donc de relations de bon voisinage.

338Les trois associations de taille plus petite ont la même attitude. Leur fonctionnement montre pourtant que, sous couvert de participation, elles sont inégalitaires, en excluant certains lignages.

Tableau 25. Les associations paysannes à Tsarahonenana

Tableau 25. Les associations paysannes à Tsarahonenana

339L’évolution du terroir de Tsarahonenana s’accompagne de la mise en place récente de groupements spontanés ou provoqués. Joël Bonnemaison avait noté que l’entraide se manifestait par des associations de travail. Certains groupements jouent sur les liens horizontaux entre lignages (lignages A, C, E).

340Quelques lignages profitent de cette organisation. Dans ce nouveau cadre proposé par les organismes d’intervention, ils asseoient leurs prérogatives en s’appuyant sur les traditions villageoises. Ce faisant, de nouvelles solidarités apparaissent, fondées sur les liens horizontaux entre lignages. Ainsi le lignage F n’obtient du crédit que par le groupement d’éleveurs.

341Ces types d’intervention prennent en compte la structuration du monde paysan. Dans le cas d’associations informelles, les inégalités internes au village sont aussi accentuées, ce que souligne l’exemple de l’association de la Bêche.

342À ses débuts, en 1989, ouverte aux plus « démunis », l’association de la Bêche comptait 27 membres. Elle assurait une entraide poulies travaux de ses membres et envisageait le reboisement des champs collectifs et le curage du canal du fokonolona. En 1992, il ne reste que quatorze membres, car deux types d’adhérents se sont retirés, d’abord ceux du lignage I (l’association ne compte plus que des bava), ensuite ceux qui, ne pouvant assurer eux-mêmes leurs tours de travail, ont été incapables de verser à la caisse de l’association les sommes requises en pareil cas (500 FMG pour une absence d’une journée, soit le prix d’un kilo de paddy). Les quatorze membres, liés à la fois par des liens verticaux et horizontaux, continuent à faire fonctionner l’association et à en bénéficier. C’est le cas des lignages A, C et Ε qui constituent avec les mêmes personnes différents groupements. Ils renforcent de cette manière leur poids dans le village au détriment de ceux qui restent hors jeu.

343Les rapports d’entraide se sont mués en rapports d’association qui, bien qu’affichant une égalité des membres, fonctionnent en faveur des villageois les plus puissants. C’est une façon détournée de récupérer de la force de travail ou d’avoir accès au crédit.

La pluri-activité

344La pluri-activité est un phénomène de plus en plus répandu avec l’importance croissante du salariat agricole et la recherche de revenus extérieurs à l’agriculture. On constate une évolution dans les types d’activités.

LE SALARIAT AGRICOLE

« L’entraide perd ainsi progressivement son caractère communautaire. Elle “s’atomise”, lorsqu’elle consent à s’exercer, au niveau de 2 ou 3 cultivateurs souvent voisins et seulement pour la durée des labours. Ailleurs, chez les jeunes ou les plus pauvres, elle tend à devenir une équipe de salariés qu’on achète de l’extérieur. » (p. 56)
« Le salariat, et d’une façon plus générale le rôle prédominant joué par l’argent, règlent de plus en plus les relations de travail au sein de la société villageoise. » (p. 56)

345L’entraide (valin-tànana) ne remplit plus son rôle. L’une des raisons en est le coût de la nourriture que le demandeur (« celui qui appelle ») doit assurer aux travailleurs. De plus, les paysans aisés préfèrent rétribuer les travaux plutôt que de « prendre l’angady ». La réciprocité s’annule de ce fait. Le développement du salariat se poursuit, mais les relations de patron à salariés, décrites par Joël Bonnemaison à l’intérieur du village, n’existent plus. Ceci s’explique par la rémunération de la journée de travail. Déjà, en 1966, « celle-ci est d’ailleurs bien coûteuse car il va de l’honneur du notable de bien nourrir ses salariés. Il lui faudra donc fournir du riz et éventuellement de la viande de porc » (Bonnemaison, 1976 : 56).

346Les frais de travail salarié (main-d’œuvre et nourriture) sont élevés : 138 000 FMG pour le travail à l’angady d’un hectare de rizière et 132 500 FMG pour le même travail réalisé à la charrue. On en trouvera le détail en annexe 5. Ces sommes correspondent au salaire d’un cadre moyen qui a cinq ans d’ancienneté. Le SMIG s’élève à 40 000 FMG en 1992.

347Les travaux de la rizière sont exécutés à l’angady ou/et à la charrue. Dans le premier cas. les travaux durent plus longtemps, ce qui entraîne des frais de nourriture importants. Les coûts des travaux à la charrue sont sensiblement moins élevés que ceux à l’angady. L’attelage reste un problème, car peu nombreux sont ceux qui possèdent à la fois des bœufs de trait et le matériel.

348Les dépenses en salaires et nourriture pour les cultures pluviales sont également très élevées. En 1966, les travaux dans les champs de culture sous pluie étaient effectués dans le cadre de la famille ou de l’entraide traditionnelle, à l’échelle du village. En 1992, les exploitants font appel à une main-d’œuvre salariée. Le labour est réservé aux hommes, la plantation aux femmes. Les frais sont de 217 500 FMG/ha (annexe 5).

39. Deux ouvriers agricoles labourent à l’angady : un travail long et onéreux

349Les paysans travaillant à l’angady jouent sur les différences de salaires dans la plaine pour avoir une meilleure rémunération. À Tsarahonenana, le montant journalier s’élève à 750 FMG pour les hommes et 500 FMG pour les femmes. À Amhohibary, il est de 1 250 FMG. Ce phénomène de « salariat à distance » est répandu dans toute la plaine. Ceux de Tsarahonenana se déplacent, à raison d’une heure de marche, à Ambohibary pour valoriser la différence. Les salariés qui recherchent du travail à Tsarahonenana viennent des villages des environs, Analambetra et Miadapahonina, ou même de l’autre côté de la plaine des villages d’Ambodifiakarana ou Ambanimaso. En période de repiquage, ces salariés ne suffisent pas ; des salariés extérieurs viennent de plus loin, des Hauts d’Ambatofotsy, et d’Ambohimandroso-Gare. Tous ceux qui viennent de loin sont logés par leurs employeurs. Les salariés se déplacent avec leurs outils (angady et sobika). Ce n’est pas toujours le cas. Dans d’autres régions de l’Imérina, les patrons prêtent le matériel agricole aux salariés.

350À Tsarahonenana, six familles vivent du salariat agricole. Ce sont les « démunis » : ils produisent du riz en petite quantité, du maïs et des pommes de terre. Ces paysans à l’angady font partie d’un même lignage (I), celui des hovavao. D’autres familles du village pratiquent le salariat en cas de besoin comme « dépannage ». Autrefois, les hova embauchaient des salariés chez les hovavao mais déjà, en 1966, ceux-ci préféraient « chercher des salaires » (expression employée par Bonnemaison, 1976 : 56) à l’extérieur du village. Il s’agit toujours d’une manifestation de leur indépendance, mais aussi de la recherche de salaires plus rémunérateurs. En effet, les salaires réels journaliers agricoles ont montré une tendance régulière à la baisse pendant la période considérée. Ils sont passés d’un équivalent de 3 kg de riz décortiqué en 1966 à moins d’1 kg de riz blanc en 1992.

LES ACTIVITÉS EXTRA-AGRICOLES

« Les activités secondaires les plus importantes relèvent de deux domaines précis : l’artisanat lié à la construction des cases et des tombeaux, et le convoyage par charrette des récoltes de pommes de terre. » (p. 58)
« L’artisanat (...) n’est considéré que comme une activité d’appoint. » (p. 62)

351La recherche de revenus extérieurs à l’activité agricole reste importante : l’artisanat lié à la construction est l’activité secondaire la plus souvent adoptée, tandis que l’activité de convoyage est en voie de disparition. Il faut souligner que les métiers du monde rural sont toujours très présents, les artisans maçons surtout, dans le village ; les artisans n’ont pas choisi de migrer en ville comme c’est souvent le cas clans d’autres campagnes, mais de rester au village. Tsarahonenana se spécialise ainsi dans une activité secondaire précise. L’artisanat de construction procure des revenus supplémentaires à 12 personnes, soit 20 % de la population masculine (entre 20 et 60 ans) du village. Ceci n’est plus seulement une activité d’appoint.

352De 1966 à 1992, le nombre de maçons et celui des convoyeurs ont évolué de façon divergente. Les maçons sont devenus un peu plus nombreux. En 1966, 25 hommes sur 55 sont concernés. En 1992, 9 ménages pratiquent des activités secondaires dans la maçonnerie, ce qui représente 12 artisans maçons (8 en 1966). La composition de l’équipe est à base familiale (père et fils) comme l’a décrit Joël Bonnemaison. Les maçons exercent deux types d’activités, la construction des tombeaux et celle des maisons :

« La construction d’un tombeau coûte une somme relativement élevée, 75 000 FMG pour les travaux d’intérieur et d’extérieur. » (p. 59)

353○ la construction des tombeaux

354Le coût d’un tombeau pour six lits s’élève en 1992 à 750 000 FMG. On a recensé 15 tombeaux sur le terroir. 7 lignages possèdent chacun un tombeau, 3 lignages ont fait construire un tombeau supplémentaire en raison du manque de lits dans le premier tombeau. Les hovavao ont également un tombeau. Un tombeau appartient à des personnes qui ont quitté le village (lignage G).

355○ la construction des maisons

356En 1992, 12 artisans maçons sont attachés à la construction des maisons ; 8 d’entre eux forment des équipes à Tsarahonenana, les autres travaillent à l’extérieur du village. Ils sont journaliers ou rémunérés à la tâche. Le maître d’œuvre maçon journalier gagne 2 500 à 3 000 FMG/jour + 3 repas ; le manœuvre reçoit un salaire de 1 000 FMG/jour.

357Pour la construction d’une maison d’un étage et de quatre pièces et un travail à la tâche, la rémunération varie en fonction du type de briques : briques crues = 200 000 FMG, cuites = 400 000 FMG. Les habitants du village ne font pas forcément appel aux maçons du village, car ils recherchent le meilleur prix. Aussi les maçons de Tsarahonenana partent-ils vers Fianarantsoa, Arivonimamo ou Tananarive.

40. En route vers Andranomangamanga : les animaux dételés paissent pendant que le charretier coupe du fourrage. Après cette halte, on repartira

« Au village, 6 paysans gagnent de l’argent dans le transport par charrette des produits destinés à être vendus sur Ambohibary, puis sur Tananarive. » (p. 60)

358L’autre activité artisanale n’a pas répondu à des besoins comparables. On ne compte plus un seul convoyeur au village pour deux raisons : l’autonomie d’Andranomangamanga en charrettes et une meilleure intégration de l’animal de trait dans les travaux agricoles. La contrainte de l’alimentation des animaux conduit à ne garder que ceux utilisés aux travaux agricoles (traction et transport). Des attelages sont même partagés entre plusieurs exploitants d’une même famille. Des transports plus importants qu’autrefois de fumier ou de fourrage occupent l’attelage pendant les trajets. Une fois les animaux dételés, ils cherchent leur nourriture sur place, le temps du chargement ou du déchargement de la charrette. Cette combinaison des temps de travail attelé et de ceux d’alimentation encourage les paysans à employer leurs animaux de trait plutôt que de recourir aux services de convoyeurs.

« Une dizaine de ménages de Tsarahonenana sont actuellement établis à Ambalavao où ils exercent des activités annexes ou parallèles à la boucherie ; plusieurs songent à suivre leur exemple. » (p. 67)

359Hormis l’artisanat, les activités commerciales, à l’intérieur comme à l’extérieur du village, se sont développées.

360Un habitant de Tsarahonenana est commerçant à Tananarive, au marché d’Analakely : il vend pommes de terre, choux et tomates qu’il achète aux producteurs du village. Il vient fréquemment à Tsarahonenana pour ses travaux agricoles et ses achats.

361Deux ménages sont commerçants à temps complet. Ils s’installent chaque jour en contrebas du village, au bord de la piste, dans une gargote. Les membres de la famille se relaient pour vendre beignets de maïs, café, lait, savons et cigarettes. Les gains sont estimés à 7 000 FMG par semaine.

362Il n’y a pas d’épicerie au village. C’est à Miadapahonina que se trouvent deux épiceries et un étal de boucherie (un drapeau visible des villages voisins de la plaine signale la vente de viande).

363Une nouveauté : un membre du lignage A, fonctionnaire à Tananarive, a installé, en 1990, une décortiqueuse au village. Il en coûte 25 FMG par kg de paddy ; le son revient au propriétaire. C’est l’apparition d’un nouveau bruit qui résonne dans tout le village.

« Les différents services de la mairie d’Ambohibary emploient 5 habitants de Tsarahonenana. » (p. 61)

364Les activités professionnelles se limitent à quelques emplois administratifs et à ceux qui peuvent être dits « tertiaires ». Les activités qui relèvent de l’administration sont en régression. Pendant la Première République, des cantonniers entretenaient les pistes et le réseau d’irrigation. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’ex-cantonnier (lignage I) est occupé à temps plein aux travaux agricoles, dans son exploitation.

« Une bonne dizaine de fds de notables ou de néo-paysans enrichis par leur activité secondaire ont pu devenir instituteurs ou agents des services de l’État et sont dès lors dispersés dans le pays au gré de leur affectation. Ceux-là ne songent plus à revenir à Tsarahonenana. Ils sont devenus en fait des “citadins”. La plupart conservent néammoins leurs rizières à Tsarahonenana et les font cultiver par des salariés qu’ils paient par mandat ou par l’intermédiaire de leurs parents restés au village. » (p. 67)

365Bien que lu plupart des personnes engagées dans des activités tertiaires n’habitent plus au village, il est néanmoins intéressant de les répertorier, car certaines y apportent de nouveaux savoirs. Trois catégories d’activités sont concernées :

  • les enseignants de la mission catholique sont principalement des membres du lignage A et un membre du lignage F. Trois d’entre eux enseignent à Tsarahonenana et ont été recensés ;
  • les hauts fonctionnaires (5) appartiennent tous au lignage A, bénéficiant ainsi de puissance et de prestige à la fois par leur emploi à l’extérieur et par leur lignage reconnu. Deux d’entre eux reviennent régulièrement au village où ils ont des exploitations ; l’un est chef du service topographique à Antsirabe, l’autre (le propriétaire de la grande maison blanche déjà décrite), inspecteur des Finances à Tananarive, a installé une décortiquerie en 1990. C’est également un membre actif dans diverses associations dont celle de la Bêche ;
  • les religieux sont représentés par un évêque et un prêtre qui eux aussi relèvent du lignage A. Le premier est à Ihosy, le second à Antsirabe, à deux heures de route vers Tananarive. Une religieuse du lignage Β vit dans la capitale.

366Pour toutes ces activités tertiaires, le recrutement au sein du lignage A est le plus important. Ce lignage représente une catégorie sociale privilégiée qui a eu accès aux études supérieures. Les réseaux et la circulation des informations sont bien développés. Ils sous-tendent une organisation qui met en relation, d’une part, la recherche et l’acquisition de marchés à l’extérieur et, d’autre part, la mobilisation des savoir-faire à Tsarahonenana.

DIFFÉRENCIATIONS SOCIALES

« L’évolution actuelle creuse des écarts et des différences sociales de plus en plus importantes. » (p. 61)

367Parmi les villageois ayant des activités annexes, il faut distinguer deux groupes : certains exercent ces activités toute l’année, d’autres temporairement.

368Les pluri-actifs permanents incluent deux catégories : les individus dynamiques et les marginaux (ou encore les « démunis »). Les premiers, exploitants et maçons le plus souvent, arrivent à réinvestir dans l’exploitation agricole, à échapper à l’inquiétude du lendemain et à assurer l’éducation de leurs enfants au CEG d’Ambohibary. L’un d’entre eux a depuis 1990 effectué un investissement extra-agricole au village dans une gargote. Les seconds, salariés agricoles (les « paysans à l’angady » de Joël Bonnemaison), n’ont d’autres solutions que le salariat pour des achats quotidiens de nourriture. Ils subsistent sans pouvoir dégager un surplus. On note que les membres du lignage I sont absents des associations alors que les individus dynamiques sont tous membres (voire responsables) dans les associations du village.

369Pour les salariés occasionnels, une activité annexe représente une garantie pour faire face à des dépenses imprévues.

370L’argent gagné dans les différentes activités procure les moyens d’agrandir l’exploitation, de thésauriser, ou encore d’investir à l’intérieur et à l’extérieur du village. Une position forte permet de rechercher hors du village des prix plus avantageux pour les dépenses importantes. Ainsi quand BR a fait construire sa maison, il a eu recours à un maçon extérieur au village qui a demandé moins cher.

« C’est une gentry consciente des problèmes agraires et relativement ouverte aux nouvelles méthodes qui pourraient rénover les perspectives du système de culture. » (p. 63)

371C’est la catégorie des notables, distinguée par Joël Bonnemaison, qui ont « puissance et prestige ». Ils sont volontaires pour essayer de nouvelles techniques. L’un d’entre eux a aidé à diffuser le repiquage en damier. BR, dont les enfants perpétuent à leur tour la prédominance de leur segment de lignage (A), en fait partie. Soulignons qu’à la différence de leur père, ceux-ci exercent une activité salariée.

372Quant aux néo-paysans identifiés par Joël Bonnemaison. ils sont toujours présents et sont dénommés matanjaka (ceux qui sont forts, les gros). Ils exercent des activités annexes. Ils forment un noyau d’entrepreneurs fort actif. Les douze artisans maçons appartenant aux lignages C, A, Ε, H, D et Β ont l’intention de se regrouper afin d’être plus performants pour ht recherche de chantiers. C’est une forme d’organisation professionnelle qui valorise des relations horizontales comme les associations paysannes. Cette dynamique est une caractéristique des campagnes du Vakinankaratra.

373Il faut ajouter que cette hiérarchie sociale et économique au sein de Tsarahonenana tend à se pérenniser par le biais de la structure foncière. On peut esquisser une typologie des 11 lignages :

  • A et Β sont des lignages anciens qui consolident leur emprise foncière, économique et sociale par des pratiques efficaces. Les positions hiérarchiques restent les mêmes. Ainsi se manifeste l’émergence d’une classe de capitalisme agraire ;
  • C et Ε sont des lignages dynamiques où l’on trouve des maçons, artisans de père en fils. Les terres du lignage Ε sont de grandes unités, celles du lignage C sont atomisées. Regroupement pour l’un, dispersion pour l’autre ;
  • les six lignages suivants (D, F, Κ, H, G, J) ne disposent, pour diverses raisons, que d’un faible capital foncier. D est un lignage arrivé après la première vague de migrants et dont les membres ont très tôt choisi de s’installer dans les Hauts tout en gardant des terres au village. Les lignages F et Κ ont une descendance peu nombreuse. Les membres des lignages H, G et J ont participé au mouvement de colonisation pionnière dans les Hauts. Des membres du lignage H qui ont hérité d’une femme (déjà défavorisée par le partage foncier) ont choisi de partir à Andranomadio, dans les Hauts ;
  • les membres du lignage I, les hovavao, ont des terres relativement importantes, mais ne peuvent, malgré leur recherche incessante d’argent hors du terroir, diversifier leurs investissements qui restent essentiellement agricoles.

374La mobilité reste pour la majorité des lignages une nécessité.

Les migrations

« Seule l’émigration peut garantir le maintien de l’équilibre entre la population et l’espace villageois. » (p. 66)

375Les migrations comptent pour beaucoup dans l’évolution de Tsarahonenana ; elles font partie des stratégies rurales des habitants et s’appuient de plus en plus sur des relations qui débordent la sphère locale et mettent en jeu des réseaux sociaux plus ou moins étendus

« Les mouvements de migration les plus importants ont lieu vers les hautes terres de l’intérieur de l’Ankaratra. Il s’agit là d’une “escalade” qui peut être provisoire ou définitive, mais au terme de laquelle se constituent de véritables fronts pionniers d’altitude. D’autres courants de migration peuvent également avoir lieu vers des régions plus éloignées : le Moyen-Ouest malgache ou les régions déjà fortement peuplées de l’Imérina ou des alentours de Betafo. » (p. 64)

376Les migrations concernent 133 personnes, soit 40 % de la population restée sur place. Ces chiffres qui donnent un état de la situation au moment précis de l’enquête, en novembre 1992, indiquent qu’à cette date un tiers des personnes sont absentes du village. Joël Bonnemaison (1976 : 64), pour sa part, avait identifié ces déplacements de population sous le terme de « migrations à long ou moyen terme ». Revenu à Tsarahonenana en 1993, il a préféré dire « ils ne migrent pas, ils circulent ! ». Cette mobilité représente à la fois un moyen de gérer la pression démographique sur place et une stratégie pour rechercher des ressources monétaires.

377Ce n’est pas la distance parcourue, mais l’attitude des migrants vis-à-vis de leur lieu d’arrivée qui permet de caractériser les migrations. Certains migrants maintiennent des liens avec l’endroit de provenance. Pour d’autres, les comportements sont orientés vers le lieu d’arrivée. Il se peut aussi que ces attitudes de maintien ou de rupture évoluent dans le temps.

« Les mouvements de migration sont moins l’effet d’une attirance vers l’extérieur que le fruit d’une nécessité, indispensable à l’équilibre démographique et économique de la société villageoise. » (p. 69)

378Sur les 133 absents, 41 % sont « partis tenter leur chance » (mizaha ravin’ahitra : littéralement « chercher des feuilles d’herbacées ») dans la perspective d’une installation éventuelle hors du village.

379Andranomangamanga a longtemps été une zone de migration privilégiée ; 11 ménages au moins des lignages A, D, G, H et Β ont été concernés. Il s’agissait des héritières et/ou des héritiers utérins (tera-behivavy) en manque de terre à cause de leur part limitée au 1/3 du patrimoine foncier. Une autre catégorie de migrants a concerné ceux qui ont été invités à enseigner à la Mission catholique (du lignage A, principalement).

380En 1992, trois migrants se sont installés à Andranomangamanga attirés « par la possibilité d’étendre leurs surfaces ».

381Les lieux d’émigration concernent l’espace national avec des zones privilégiées (fig. 34) :

  • le Moyen-Ouest : Mandoto, Tsiroanomandidy, Soavinandriana. Cette région a accueilli, à partir de 1970, les migrants de Tsarahonenana et reste la zone rurale de plus forte installation en dehors du terroir ;
  • des villes : Tananarive, Majunga (Mahajanga), Diego Suarez (Antsiranana), Fianarantsoa ;
  • l’axe sud : Ambalavao et Amboasary sud ;
  • dans un cadre plus régional, la périphérie de la région vers l’Ankaratra au nord ou vers l’est.

382Les migrations féminines (23 %), pour raison matrimoniale, touchent essentiellement les villages de la plaine dans un rayon de 10 km.

Figure 34. Les lieux de migrations à l’échelle nationale des habitants de Tsarahonenana en 1992 (plaine d’Ambohibary et Hauts de l’Ankaratra exclus)

Figure 34. Les lieux de migrations à l’échelle nationale des habitants de Tsarahonenana en 1992 (plaine d’Ambohibary et Hauts de l’Ankaratra exclus)

383Mariage à proximité et quête d’argent au loin sont les deux grands motifs de déplacement et montrent que l’émigration demeure un moyen toujours présent pour gérer la vie du terroir.

384Dans les migrations lointaines, trois directions dominent : le Moyen-Ouest (20 %) où l’investissement reste agricole par les bénéfices de la production vivrière et par la préparation d’une future installation : les villes (Tananarive : 13,5 % et Antsirabe : 7,5 %, principalement) et l’axe Fianarantsoa-Ambalavao-Ambosaory Sud (9 %) où prévaut la recherche d’argent : commerces, gargotes, boucheries...

385Le trait commun à toutes ces migrations demeure la recherche de ressources financières que le terroir ne procure pas. En ville, la migration reste temporaire alors que vers le Moyen-Ouest des projets d’installation définitive se précisent. Ces migrants (« enfants au loin », zanaka am-pielezana) ne reviennent à Tsarahonenana que pour les famadibana.

386Telles sont les principales caractéristiques de ces migrations. Une autre perspective aurait pu mettre en relation lieu d’émigration, richesse foncière et date de départ. C’est un autre thème pour un autre retour. Le recours à ces différentes stratégies qui débordent à la fois de l’activité agricole, mais aussi de l’environnement local complète les pratiques culturales inscrites sur le terroir. Ces stratégies élargies qui mettent en œuvre des niveaux où s’affirment des mécanismes régulateurs de la vie du terroir expriment des permanences plus que des ruptures.

RECOMPOSITION ET MUTATION, LE BAS ET LE HAUT, UNE SOLIDARITÉ DE LA PLAINE ET DE LA MONTAGNE

387La trame lignagère continue d’assurer à Tsarahonenana la mise en valeur du terroir et constitue le cadre des relations dynamiques à l’intérieur des lignages et entre ceux-ci. Les modifications dans la répartition des terres, les initiatives à la recherche de ressources en numéraire, les déplacements locaux comme lointains accompagnent une recomposition sociale au profit des groupes qui, avec la propriété foncière, ont épargné, investi et conforté leur pouvoir local.

388Les nouvelles configurations sociales et spatiales ne peuvent être séparées d’une dimension toujours présente, celle des relations de Tsarahonenana avec les Hauts de l’Ankaratra. En effet, dès leur installation, certains habitants n’ont cessé d’associer à la vie sur le terroir des séjours dans la montagne. L’économie du village reposait sur la complémentarité entre les deux unités. Aussi cette recomposition du bas ne peut-elle se lire sans le haut. Toutes les opérations de développement n’ont pas pris en compte l’ensemble de la plaine et de la montagne. Elles dissocient une organisation solidaire, ce que marque symboliquement le tracé du canal PPI qui ceinture la plaine, la coupant de son pourtour montagneux.

389Rien de tout cela pourtant n’avait échappé à Joël Bonnemaison dans son étude qui conjuguait différentes échelles, les Hauts, les villages et les exploitations :

  • « Monter vers la haute montagne n’entraîne jamais une coupure totale avec le village » en raison « des relations étroites de parenté entre la population de Tsarahonenana et celle du front pionnier d’Andranomangamanga » (Bonnemaison, 1976 : 68) ;
  • « Les villages se répartissent en ligne continue sur toute la bordure de la cuvette. Il s’agit de terroirs « mixtes » associant étendue de rizières et espace montagnard » ( : 71) ;
  • « Dans beaucoup de cas, l’exploitation des rizières de la plaine s’ajoute à l’exploitation de montagne » ( : 79).

390Mais, en 1989, Andranomangamanga, hameau jusque-là dépendant du fokontany de Tsarahonenana, acquiert le statut de fokontany. Cette mutation traduit-elle une évolution des liens entre les deux unités ?

391À une autre échelle, celle de la région d’Ambohibary, un espace différencié associant une plaine et son arrière-pays montagneux, Joël Bonnemaison concevait son étude comme « une introduction aux problèmes de la colonisation des zones hautes de la région centrale de Madagascar » ( : 8). Son Tsarahonenana se termine pat un chapitre « Extension régionale » qui présente « un exemple de colonisation récente : le plateau d’Andranomangamanga ou la réussite d’un front pionnier ». L’auteur soulignait cependant les difficultés « des terroirs sans riz » de cette haute région.

« L’agriculture sur les “hautes tanety” de l’Ankaratra risque bien d’aboutir à un échec, si une rénovation technique du système agraire n’est pas entreprise prochainement. » (p. 83)

392Pourtant parmi les autres fronts pionniers d’altitude, Andranomangamanga semblait relativement prospère car, en raison d’une colonisation récente, les sols de tanety n’étaient pas encore épuisés ; ce qui n’empêchait pas Joël Bonnemaison de craindre une dégradation de cette situation. Qu’en est-il en 1992 ? Andranomangamanga a-t-il pu maintenir sa prospérité ?

Table des illustrations

Titre Figure 3. Les Hauts et la plaine : Tsarahonenana et Andranomangamanga dans le cadre régional
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau 1. Les différentes dénominations des trois hameaux de Tarahonenana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende 1. La carte de terroir « Paysage rural et cultures » au 1/4000, établie en 1966, est un support précieux pour discuter en 1992 des changements avec Benjamin R., maire d’Ambohibary de 1960 à 1971, décédé en 1998
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende 2. 1966 : au-dessus des rizières où s’activent les repiqueuses, le village de Tsarahonenana et les pentes couvertes de quelques pins
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende 4. 1966 : cultures de versants sans banquettes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende 3. 1992 : au-dessus des rizières labourées, le bourg s’est étendu et les plantations de pins recouvrent le versant
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende 5. 1992 : versant aménagé en banquettes et lignes d’arbres
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Tableau 2. Évolution des superficies cultivées et boisées à Tsarahonenana (en hectares)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende 6. 1966 : des paysans et leur angady à longue lame avant le départ aux champs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende 7. 1992 : l’angady, un outil de travail habituel
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 4 a. Les ligneux sur le terroir de Tsarahonenana : une faible couverture (1966)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 4 b. Les ligneux sur le terroir de Tsarahonenana : l’importance du recouvrement en pins (1992)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figue 5. La rectification du cours l’Ilempona en 1982
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figure 6. Dans la plaine, l’extension des rizières à la suite dela rectification du cours
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende 8. 1966 : plaine rizicole et colline, les deux éléments principaux du terroir
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende 9. 1992 : la plaine rizicole de l’Ilempona entourée de massifs montagneux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 3. Évolution des superficies cultivées en rizières (en hectares)
Légende *La superficie de 1,02 ha ne correspond pas à celle calculée par Joël Bonnemaison qui est de 2,75 ha. Nous considérons en effet comme rizières de vallon celles qui sont en amont du canal ceinturant la plaine, alors que Joël Bonnemaison prend en compte les rizières, au débouché du vallon, dans l’axe du talweg, alimentées par le canal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Tableau 4. Le calendrier agricole à Tsarahonenana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau 5. Le calendrier alimentaire de Tsarahonenana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 6. Répartition par âge de la population en 1966 et en 1992
Légende * Bonnemaison, 1976 : 65.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Figure 7. Pyramide des âges de la population de Tsarahonenana : a : 1966 (Bonnemaison, 1976 : 65) b : 1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 10. La maison villageoise : étage, toit de chaume et murs crépis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 8. Tsarahonenana 1992 : plan des trois hameaux et localisation des lignages
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende 11. La grande maison ostentatoire d’un notable
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende 12. La rectification de l’Ilempona : un tracé rectiligne
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure 10. Détournement de l’eau d’irrigation
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 11. Intervention paysanne sur un équipement hydraulique déficient
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 12. Perception paysanne selon un transect O-E (Terroir de Tsarahonenana)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 13. Petites rizières situées le plus en amont d’un vallon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 13. Le terroir rizicole de Tsarahonenana : les types de rizières de la plaine (1966)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Figure 14. Le terroir rizicole de Tsarahonenana : les facettes rizicoles de la plaine (1992)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Figure 15. Coupe schématique des facettes rizicoles de ta plaine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende 14. En période de végétation du riz, les tons nuancés des rizières font ressortir plusieurs facettes dans la plaine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Figure 16. Le réseau hydro-agricole de Tsarahonenana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende 15. Aménagement traditionnel de dérivation des eaux sur le versant
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende 16. L’eau passe au-dessus du canal du PPI par un pont-aqueduc, traverse les cultures pluviales, puis irrigue les rizières situées en contrebas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende 17. 1966 : après la récolte de riz, rizières et diguettes sont des lieux de pâture
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende 18. 1992 : les animaux cherchent leur pâture sous les pins
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 11. La composition du troupeau bovin villageois en 1966 et en 1992
Légende * Bonnemaison, 1976 : 46
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Figure 17. Croquis d’une fosse à zébus
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 17. Croquis d’une fosse à zébus (suite)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende 19. La fosse à zébus, construction complexe à ciel ouvert, sert plusieurs objectifs : parcage nocturne, complément d’alimentation, production de fumier et protection contre les vols
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende 20. 1966 : un bel attelage pour un labour lourd en rizière
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende 21. 1992 : charroyage de fumier dans un passage difficile
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 18. Paysage rural et cultures à Tsarahonenana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 19. La fosse à zébus : nature des apports et des emports
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende 22. La fosse à zébus : un lieu de production du meilleur fumier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende 23. Tas de fumier extrait d’une fosse
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende 24. Transport de fumier dans un panier : une tâche féminine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende 25. Tas de fumier répartis sur une rizière labourée
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 26. Les bouses apportées et mises en tas sur une parcelle seront brûlées
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 13. Les fumures animales
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Tableau 14. Les fumures végétales
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende 27. Ce tas de fumier, sorti du parc, est un mélange de bouse, de graminées et de terre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Tableau 15. Les fumures végétales-animales
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende 28. Le trou à détritus, lieu de valorisation des sous-produits
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende 29. Végétaux mis en tas et brûlés directement sur la parcelle
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Tableau 16. Une fumure minérale
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Tableau 17. Le « fumier-terre »
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 18. Le système paysan de traitement de fertilité sur le terroir de Tsarahonenana
Légende (1)Les numéros correspondent aux différents types de fumure (cf. tableaux 13 à17).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Tableau 19. L’évolution des rapports de prix (en FMG) entre l’engrais et le paddy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende 30. Billons sous pins émondés et éclaircis : l’alliance de l’arbre et du champ
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende 31. Tsarahonenana : champs fumés et vergers s’insèrent entre les maisons
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Figure 20. La répartition des facettes rizicoles de la plaine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 20. Variation de rendements en fonction des pratiques culturales et des facettes rizicoles (Tsarahonenana 1992)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende 32. Combinaison de diverses formes et orientations de billons sur un versant
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 21. Tolaka et veli-kiba : l’exempte de la culture de la pomme de terre à Tsarahonenana en 1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Figure 22. Le travail du sol : asa tolaka et asa tototra à Tsarahonenana en 1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende 33. Larges billons de veli-kiba dans une clairière mise en culture
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Figure 23. Le travail du sol : veli-kiba à Tsarahonenana en 1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende 34. 1992 : un remodelage complet de la topographie du versant, « le tout banquettes »
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Figure 24. La construction d’une terrasse sur les pentes des tanety de Tsarahonenana en 1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende 36. 1966 : des enfants déterrent des tubercules à grands coups d’angady
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Tableau 21. La permanence de la pomme de terre sur le terroir
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure 25. Les différentes façons du repiquage
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende 37. 1966 : repiquage en foule
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende 38. 1992 : au premier plan, repiquage en ligne
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Figure 26. Le cycle des mariages exogames-endogames : l’exemple du lignage A
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Figure 28. Les terres du lignage A en 1966
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 28. Les terres du lignage A en 1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Figure 29. Les terres du lignage Β en 1966
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Tableau 23. Rizières du village et rizières étrangères en 1966 et en 1992 (BONNEMAISON, 1976 : 23 et fig. 31)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Figure 29. Les terres du lignage Β en 1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Figure 30. Les terres du lignage C en 1966
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Figure 30. Les terres du lignage C en 1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure 32. Gain de terres par échange pour un membre du lignage A
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure33. Gain de terres par achat pour un membre du lignage A
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Tableau 24. Répartition des 265 actes de vente de terres dans le firaisana d’Ambohibary (année 1990)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Tableau 25. Les associations paysannes à Tsarahonenana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende 40. En route vers Andranomangamanga : les animaux dételés paissent pendant que le charretier coupe du fourrage. Après cette halte, on repartira
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 34. Les lieux de migrations à l’échelle nationale des habitants de Tsarahonenana en 1992 (plaine d’Ambohibary et Hauts de l’Ankaratra exclus)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10284/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© IRD Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540