Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le terroir et son double

 | 
Chantal Blanc-Pamard
, 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa

Introduction

Texte intégral

LES ÉTUDES AGRAIRES LOCALES : DES TERRAINS REVISITÉS

1Les recherches sur les petits espaces ruraux ont été menées à l’Orstom, dans le cadre des études de « terroirs » en Afrique au sud du Sahara et à Madagascar, par des géographes principalement, dès le milieu des années soixante. Vingt-cinq études ont fait l’objet de publications dans la collection « Atlas des structures agraires au sud du Sahara » et « Atlas des structures agraires à Madagascar », éditées par l’EHESS et l’Orstom de 1967 à 1987. Les recherches développées par Gilles Sautter et Paul Pélissier (1964) « ont toutes ce caractère de viser à la connaissance intégrale d’espaces limités en privilégiant l’analyse cartographique des espaces considérés » (Sautter, 1983).

2Plusieurs expériences de retour au terrain ont été entreprises. Certaines sont achevées (Études rurales, 1978 ; Peltre-Wurtz, 1989 ; Santoir, 1992 ; Lericollais, 1999) ; d’autres sont en cours. Un programme de recherche a été défini en 1984 à l’initiative de chercheurs de l’Orstom (Couty et al., 1984).

3Ces études sont mises à profit pour engager une nouvelle recherche. Les terrains « anciens » sont revisités selon diverses formules, par le chercheur qui a mené l’étude (Peltre-Wurtz, 1989 ; Chauveau et Richard, 1983), par d’autres chercheurs (Kull, 1988). par une équipe plus étoffée, pluridisciplinaire (Lericollais, 1999), se constituant autour de l’auteur de la monographie. Il ne s’agit pas seulement d’un suivi ou d’une simple réactualisation ; mais, dix ans et parfois plus du double séparant les deux études, il est prévu de rendre compte des transformations et d’analyser l’évolution d’une situation à partir des diagnostics et conclusions formulés par les auteurs des monographies. La recherche qui est à l’origine de ce nouvel ouvrage sur Tsarahonenana se situe dans un contexte intermédiaire entre un retour individuel et une grande équipe solidement constituée. Elle est menée par deux géographes qui ont entrepris une relecture de ce terroir, guidés par la première étude, elle-même œuvre d’un géographe. Un même intérêt pour l’étude des petits espaces ruraux a facilité l’entrée dans la terre de référence, tout en suggérant de nouvelles réflexions. Le changement est bien celui du réel et non celui de regards différents.

4À Madagascar, les retours sur le terrain ont un précédent célèbre avec William Ellis, auteur de « Madagascar revisited » paru en 1867. Ce missionnaire anglais, membre de la LMS (London Missionary Society), effectua trois visites dans l’île en 1853, 1854 et 1856. Six ans plus tard, il revint pour concevoir, après la période de persécution, la suite de l’action missionnaire en royaume malgache. C’est dans cet esprit qu’il revisite Madagascar et décrit les « signs of the changes which had taken place in Madagascar presented themselves every day ».

LES CHANGEMENTS À L’ÉCHELLE DE MADAGASCAR, EN UN QUART DE SIÈCLE

5L’évolution politique nationale se caractérise par le passage de la Première République (1960-1972) à la Troisième République depuis août 1992. De 1960 à 1992, Madagascar a connu deux modes d’encadrement de la société. À l’orientation libérale de l’économie dans le cadre d’un État centralisé hérité de l’administration coloniale, a succédé une politique de centralisme démocratique, socialiste, pour une administration efficace contrôlée par le peuple. Cette politique a été abandonnée à partir de 1992.

6Les décisions politiques de 1972 marquent un tournant dans la vie malgache. La politique de décentralisation s’est traduite très vite, d’une part, par le recul de l’encadrement fort au profit de la multiplication d’instances régionales et locales et. d’autre part, par le relâchement de l’autorité administrative. Des collectivités décentralisées ont été placées aux différents niveaux de l’ancienne administration. La structuration du monde rural en vue de la maîtrise populaire du développement comprend dès lors quatre paliers qui sont le fokontany, le firaisana, le fivondranana et le faritany. Le fokontany constitue l’unité administrative et économique de base. À cela s’ajoutèrent d’autres choix aux conséquences économiques et financières très graves. D’abord, la suppression de l’impôt dit du « minimum fiscal » (IMF) et de la taxe sur les bovidés priva l’État de rentrées monétaires et amoindrit ses capacités d’aménagement du territoire. Ensuite le programme d’investissements lancé en 1978-1979 reposait sur des emprunts extérieurs alors que la situation économique mondiale se dégradait. » Mal conduits, mal conçus, mal maîtrisés, les projets se révélèrent pour beaucoup non opérationnels et n’aidèrent en rien à desserrer les goulets d’étranglement de l’économie » (Duruflé, 1988). En outre, l’étatisation du commerce du riz désorganisait le système de collecte et bouleversait la vie des campagnes ; la Sinpa (Société d’intérêt national des produits agricoles) a détenu de 1973 à 1977 le monopole de la collecte et de la commercialisation du paddy. En 1982, le pays est obligé d’importer plus de 300 000 tonnes de riz. À partir de ce moment, la quête du riz quotidien marque fortement les villes et n’épargne plus les campagnes. La crise des années quatre-vingt frappe durement Madagascar ; elle est synonyme d’appauvrissement — avec une accentuation des inégalités —, d’insécurité, de pénurie. Cette crise est très diversement vécue car, malgré le cadre uniforme imposé par les mesures d’ajustement structurel à partir de la décennie quatre-vingt, la diversité des réponses caractérise les paysanneries des Hautes Terres centrales (Rakoto Ramiarantsoa, 1993). Les aspects financiers, que ce soient les dévaluations ou le flottement du franc malgache (FMG) depuis mai 1994, pèsent fortement et les paysans en subissent les effets. Si en 1966, une journée de salarié permettait d’acheter 5 kg de paddy ; en 1992, elle permet à peine d’en acheter 1 kg. Toute une frange de la population est victime de cette évolution des coûts. La malnutrition sévit aussi bien dans les campagnes que dans les villes. La situation est d’autant plus préoccupante que le taux de croissance démographique avoisine les 3 %· La population totale est passée de 7 millions d’habitants en 1966 à 12,5 millions en 1992.

LES CHANGEMENTS À L’ÉCHELLE DU VAKINANKARATRA

7Tsarahonenana est un village du Vakinankaratra, région de transition entre les pays mérina au nord et betsiléo au sud (fig. 1). Mérinas et Betsiléos sont les deux principales ethnies des Hautes Terres centrales de Madagascar. Historiquement, le terme Vakinankaratra désignait à l’époque royale la sixième province (toko) de l’Imérina. Les premiers migrants qui se sont installés à Tsarahonenana sont venus de la région d’Arivonimamo, à l’ouest de Tananarive.

Figure 1. Carte de situation

Figure 1. Carte de situation

8Le Vakinankaratra stricto sensu est l’espace « traversé par l’Ankaratra » qui porte un des points culminants de l’île, le Tsiafajavona à 2 643 m (fig. 2). C’est la région volcanique et montagneuse qui gravite autour de hauts sommets à plus de 2 000 m et dont les hautes surfaces, que dominent ça et là les cratères éteints, s’ouvrent par de brutales dénivellations sur des vallées et plaines intérieures fortement peuplées. Il en résulte un paysage contrasté de plaines et de montagnes étroitement imbriquées. La plaine d’Ambohibary constitue avec celle d’Antsirabe l’une des plus vastes où la riziculture prédomine, associée à d’autres cultures vivrières (maïs, patate douce, taro, pomme de terre), à des cultures maraîchères et des cultures fruitières. La ville d’Ambohibary (10 500 habitants en 1993) est un petit centre à une quarantaine de kilomètres au nord d’Antsirabe, capitale régionale du Vakinankaratra et deuxième grande ville de l’île. On atteint Antsirabe, à partir de Tananarive, après 150 km d’une bonne route goudronnée (RN7). Les activités industrielles, surtout textiles et agro-alimentaires, présentes à Antsirabe, procèdent de deux époques différentes : avant 1972, création spontanée d’entreprises à partir de capitaux étrangers, après 1975, création par le gouvernement.

9Le Vakinankaratra est une région qui a, depuis longtemps, intéressé les organismes d’interventions étatiques, para-publics et privés, mais elle a aussi attiré des actions plus ciblées de colons européens puis d’organisations non gouvernementales (Ramamonjisoa, 1985).

Figure 2. Tsarahonenana et Andranomangamanga dans le massif de l’Ankaratra au nord-est de la plaine d’Ambohibary

Figure 2. Tsarahonenana et Andranomangamanga dans le massif de l’Ankaratra au nord-est de la plaine d’Ambohibary

10La présence de ces nombreux intervenants se situe dans la continuité bien que des transformations aient marqué cette région depuis un quart de siècle. Depuis 1972, la nouvelle structuration de l’administration des campagnes a bouleversé le système en place sous la Première République. Dès les années quatre-vingt, avec les mesures d’ajustement structurel, se sont déployés dans la plaine d’Ambohibary, des projets de développement prenant appui sur la nouvelle politique de mobilisation et s’attachant à redéfinir les relations entre les politiques agricoles et les initiatives locales. Par contre, les villages de la montagne, et par exemple Andranomangamanga sont toujours restés à l’écart des interventions extérieures : les changements y sont uniquement le fruit d’initiatives paysannes.

11Dans les années quatre-vingt, le Vakinankaratra a connu de nombreuses formes d’encadrement : d’une part, les autorités publiques et les organisations non gouvernementales, d’autre part, celles des initiatives — dont certaines sont confessionnelles — du monde paysan qui se traduisent sous la forme d’associations. Les organisations générées par les opérations de développement ont entraîné une recomposition sociale dont on verra plus loin le détail en liaison avec les structures lignagères.

Les politiques agricoles

12Sans doute, des opérations comme celles du GOPR (Groupement opérations productivité rizicole), visant la promotion de la riziculture améliorée sur les Hautes Terres, avaient-elles permis, de 1967 à 1972, par une extension des surfaces et une amélioration des rendements, une augmentation de la production. Mais, depuis la Deuxième République, la production rizicole est en crise. La diminution des productions provient de deux facteurs : d’une part, la limitation des possibilités d’extension des superficies rizicultivées en raison à la fois de la pression démographique, mais aussi des conditions écologiques d’altitude (Rollin, 1993) ; d’autre part, le recul de l’application des thèmes techniques de riziculture améliorée : 1/3 des rizières recevaient des engrais en 1976 contre 1/10 dix ans plus tard.

13L’accent est mis, aussi dans la décennie quatre-vingt, sur des opérations de développement agricole et agro-alimentaire portant sur d’autres cultures que le riz bien que l’augmentation de la production rizicole reste une préoccupation constante. C’est ainsi que l’ODR (Opération de développement rizicole) instaurée en 1983 a cherché à redynamiser les anciennes zones URER (Unités régionales d’expansion rurale) dans le cadre desquelles se déroulait l’OPR (Opération de productivité rizicole). Les zones d’Antsirabe et d’Ambositra ont bénéficié de cette relance financée par le Fonds international de développement agricole (Fida). L’opération ODR comporte deux volets. Le premier est axé sur le développement rizicole (ODRl), le second (ODR2, Opération de développement rural) porte sur le développement rural de la région (Rollin, 1994).

14L’ODR constitue le cadre spatial de plusieurs interventions : des usines agro-alimentaires comme la minoterie Kobama, l’huilerie Mamisoa, la brasserie Malto ; des organismes comme la Fifamanor ou les ONG et une opération de réhabilitation des PPI (Petits périmètres irrigués). L’ODR a également procédé en 1987 à la réfection de la route qui ceinture la plaine d’Ambohibary pour « encadrer » le développement rural.

15Le projet national de réhabilitation des infrastructures hydro-agricoles (PPI) a débuté en 1985 au sein de l’ODR avec un triple objectif : technique (« réhabilitation »), agricole (« augmenter la production de riz ») et institutionnel (mise en place des Associations d’usagers de l’eau dites AUE). On espérait une production supplémentaire totale de 14 000 tonnes par an pour 1990. Ce résultat n’est toujours pas acquis (Mathieu, 1993). Un modèle plus récent, le système de riziculture intensive (SRI), vise également à augmenter la production en intégrant la maîtrise de l’eau. De plus, il préconise un repiquage plus précoce des jeunes plants à partir du 7e jour (Laulanié, 1992).

16La promotion du soja (Mamisoa, usine créée en 1979). du blé (Kobama, inaugurée en 1982) et de l’orge (Malto, dans les années quatre-vingt) s’appuie sur le potentiel agricole connu de longue date (Mayeur, 1913) du Vakinankaratra. Chacune de ces entreprises, en relation avec les services de l’ODR, vise à développer les cultures de contre-saison dans les rizières.

17L’action des groupements confessionnels installés dans la région depuis plusieurs décennies œuvre aussi au développement du Vakinankaratra. C’est à partir de la ferme-école de Tombontsoa près d’Antsirabe que les Norvégiens de l’Église luthérienne ont lancé, en accord avec le gouvernement malgache, le projet Fifamanor pour la promotion du blé, de la pomme de terre et de la production laitière. Le premier accord remonte à 1972. De cette période datent les services vétérinaires et de nombreux essais pour l’amélioration de la pomme de terre, plus particulièrement la recherche des techniques culturales adéquates. La production de la pomme de terre n’a cessé d’augmenter, ce qui témoigne de l’effort soutenu de la présence norvégienne face aux vicissitudes de l’encadrement agricole officiel.

18L’organisation de la jeunesse catholique a tenu un rôle semblable à la même époque. La promotion de la carotte et du soja dans la plaine d’Ambohibary découle directement de son action. Notons également le rôle joué par une organisation catholique, Caritas, dans l’amélioration du drainage de la plaine d’Ambohibary par la rectification du cours de l’Ilempona.

Sur la mitre de Monseigneur R., évêque d’Antsirabe, est représentée une plante de soja. Quand il était prêtre dans le diocèse d’Ambohibary, il avait contribué au développement de cette légumineuse. C’est un signe du rôle des catholiques.

19Ces interventions montrent l’intérêt constant, pour la région, des organisations non gouvernementales, confessionnelles ou non, mais aussi leur manque de coordination. La vulgarisation de nouvelles techniques agricoles passe, en partie, par les réseaux qu’elles ont mis en place. Actuellement, la diffusion de la technique de repiquage des jeunes plants qui maximise leur tallage s’appuie sur la contribution de groupements catholiques (Association des parents d’élèves catholiques, Jeunes Ruraux catholiques, FTMTK...). Il en a été de même pour la diffusion de la technique du repiquage en damier vers 1980. De façon plus ponctuelle et variée, l’action de certaines ONG valorise leur implantation dans la durée. Ainsi en est-il de l’Iredec (Institut de recherches sur le développement communautaire), une ONG confessionnelle créée en 1988 et implantée dans le Vakinankaratra.

20Les ONG de la région, au nombre de 35, sont regroupées depuis 1988 au sein du CCAD (Comité de coordination des actions de développement). Ce regroupement entend répondre à la dispersion des activités et au désarroi des paysans face au trop grand nombre d’interlocuteurs. « Trop d’aides, à l’aide ». ce titre du bulletin Syfia qualifie la très forte concentration d’ONG dans la région d’Antsirabe (Nzekoué et al., 1994).

21En effet, les projets qui donnent à l’État les moyens de réhabiliter des secteurs de production exigent la structuration du milieu paysan en groupements en vue d’une meilleure efficacité et du désengagement à terme de l’État au profit des bénéficiaires. Ainsi l’ODR2 ne traite plus qu’avec des groupements paysans pour l’accès au crédit auprès de la Banque des paysans producteurs (BTM). Autre exemple, dans le cadre des PPI, la restructuration institutionnelle mise en place (AUE) qui s’engage à couvrir la totalité des coûts d’exploitation et d’entretien après réhabilitation, est définie par les bailleurs de fonds « comme condition préalable des aides extérieures » (Mathieu, 1993).

22Ces opérations de développement rural concernent l’ensemble du Vakinankaratra. Elles ont connu des fortunes diverses à Tsarahonenana, au sud de la plaine d’Ambohibary.

23Au cours des vingt-cinq années écoulées, ces projets et ces opérations tous azimuts se sont multipliés, avec des résultats divers. Leur inventaire sert à comprendre les nombreux changements intervenus dans la région, mais les paysans eux-mêmes ne restent pas en position passive. Plus que les projets, ce sont les innovations paysannes qui ont augmenté et diversifié les productions du Vakinankaratra.

Les initiatives paysannes

24Les initiatives paysannes, en réponse aux différentes actions de développement, mobilisent une panoplie de savoir-faire et traduisent un dynamisme local.

DES SUCCÈS

25Le soja, introduit à Ambohibary depuis 1985, s’est développé par la suite sur le terroir de Tsarahonenana en culture pluviale associée au maïs ou au haricot dans les parcelles sur les pentes des tanety ou dans la partie la plus haute de la plaine. C’est aussi une culture de berge. La faillite de l’usine Mamisoa n’a pas interrompu cette culture qui sert à la consommation humaine et animale et est utilisée comme engrais vert.

26Dans la partie orientale de la plaine, les carottes ont été introduites en 1958 par deux producteurs de pommes de terre (de Dieu, 1988) ; l’extension dans le terroir de Tsaramody a eu lieu entre 1966 et 1970. La culture de la carotte a gagné le nord-ouest de la plaine grâce à l’action du FTMTK. Elle occupe les bourrelets de berge où elle peut donner deux récoltes par an. C’est une culture intensive et rémunératrice. Elle concerne le quart des ménages sur le terroir de Tsarahonenana. Les paysans ont retenu, en plus de la variété locale, une variété importée à rendement plus élevé, mais exigeante en travail et en intrants. Deux facteurs limitent cependant cette production. Ce sont, d’une part, le coût des semences importées (15 000 FMG le kg), d’autre part, l’éloignement par rapport au grand centre de collecte de Tsaramody proche de la route nationale. Il faut noter que l’extension des cultures de carottes a profité des faibles prix de vente des pommes de terre en raison d’une offre importante. Ce sont le plus souvent des producteurs de pommes de terre qui ont pratiqué cette spéculation.

27La pomme de terre, bien connue des paysans car cultivée depuis bientôt un siècle, a bénéficié d’un encadrement renforcé depuis l’intervention de la Fifamanor. Un dixième seulement des ménages ne cultivent pas de pommes de terre à Tsarahonenana en raison du manque d’intrants (fumier et semences). La destination du tubercule (alimentation humaine et animale, vente) et les effets positifs de sa culture sur la production de riz (en contre-saison après la moisson) expliquent l’intérêt soutenu qu’elle suscite. Les trois cycles annuels assurent une production continue. La pomme de terre tient désormais une place régulière dans le calendrier alimentaire et diminue la dépendance vis-à-vis du riz. Et la région du Vakinankaratra représente 50 % de la production nationale.

DES PROMOTIONS SANS SUITE

28Les habitants de Tsarahonenana n’ont pas adopté certaines productions qui marquent pourtant fortement l’évolution agricole du Vakinankaratra. Il s’agit du lait, de l’orge pour la brasserie, des blé et triticale pour la minoterie d’Andranomanelatra.

29L’absence de débouchés de proximité a handicapé la production laitière à Tsarahonenana. La vente reste limitée aux ménages de Tsarahonenana et à ceux des hameaux proches. Le centre de collecte le plus proche se trouve à Ambohibary, à 9 km, ce qui représente plus de deux heures de marche. Tsarahonenana reste à l’écart de l’économie laitière développée depuis une vingtaine d’années dans la région. En 1991, 93 groupements totalisant 1 200 éleveurs et 6 000 vaches constituent la coopérative Rova créée en 1987 ; la production laitière du Vakinankaratra étant estimée à plus de 10 millions de litres.

30Tsarahonenana s’est trouvé temporairement intégré dans la zone de production de blé. La route ceinturant la plaine d’Ambohibary a été remise en état par l’ODRl pour encadrer la production de cette céréale dans la plaine. Mais l’expérience n’a duré que deux ans. La première année, en 1985, les adhérents étaient peu nombreux. Les bons rendements ont attiré d’autres paysans l’année suivante. En contrepartie de crédits obtenus auprès de la BTM pour l’achat de semences sélectionnées, les exploitants devaient remettre en nature à la minoterie Kobama l’équivalent des avances. La mauvaise récolte due au gel de 1986 a mis un terme à l’opération blé et, depuis, la culture a cessé sur le terroir. Le triticale, proposé comme le blé par la Kobama, a connu un succès limité pour les mêmes raisons. Cependant, à Faravohitra (Vinaninony-Nord), les petites parcelles de triticale sont nombreuses. La paille sert à l’alimentation du bétail. L’orge a enregistré des déboires semblables malgré les primes d’assurance accordées contre les calamités naturelles, l’année du gel. En 1987, on comptait sept exploitants, il n’en reste qu’un en 1992. Les paysans comme les développeurs ont été surpris par le gel. Pourtant les paysans avaient mesuré l’intérêt de ces deux céréales : elles valorisaient certaines parties de la plaine, sujettes à l’inondation, pouvant ainsi être cultivées en contre-saison. En effet, la pomme de terre cultivée en contre-saison sur ces parcelles craint, par son développement souterrain, « la pluie de trois jours » en octobre.

31Les innovations proposées par les développeurs s’inscrivent surtout dans une meilleure utilisation du calendrier agricole. Les paysans, quant à eux, s’efforcent de mieux valoriser leur espace : ils recherchent les cultures les mieux adaptées tout en corrigeant le support naturel, par petites touches.

32Le terroir de Tsarahonenana illustre cette dynamique d’aménagement par les paysans observée sur un quart de siècle.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de situation
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Figure 2. Tsarahonenana et Andranomangamanga dans le massif de l’Ankaratra au nord-est de la plaine d’Ambohibary
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© IRD Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540