Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’énergie dans le développement de la Nouvelle-Calédonie

 | 
Yves Le Bars
, 
Elsa Faugère
, 
Philippe Menanteau
, 
et al.

Fiches de recommandation

Fiches de recommandation

Texte intégral

Partie 1 La maîtrise de l’énergie : un enjeu majeur pour le développement durable de la Nouvelle-Calédonie et sa sécurité énergétique

Recommandation n° 1. Inciter aux actions maîtrise de l’énergie dans les domaines du bâtiment et de ses équipements
Pour engager un réel mouvement dans un marché et créer des conditions de compétitivité de nouvelle filière, il est nécessaire dans un premier temps de combler tout ou partie du surcoût d’une action de maîtrise de l’énergie. Dans ce type d’action, les institutions souhaitent modifier de façon active la grille de décision du décideur final en fonction d’objectifs qu’elles se sont fixées.
Les incitations peuvent être d’ordre :
■ financière pour l’aide à la décision : diagnostic thermique, faisabilité énergétique pour certaine filière… ;
■ tarifs d’achats des énergies renouvelables ;
■ aides directes pour supporter une partie du surinvestissement nécessité par
■ la mise en œuvre d’une action d’efficacité énergétique ou ENR ;
■ fiscale par des règles de défiscalisation, crédit d’impôt ;
■ indirecte par la mise en place de label, permettant éventuellement d’obtenir des compensations (bonification de Coefficient d’occupation du sol…) ;
■ indirecte encore par l’obligation d’affichage énergétique attesté par un diagnostic de performance énergétique.
La finalité est d’améliorer la rentabilité économique des actions. Ces incitations n’ont pas, en général, vocation de perdurer au-delà de l’atteinte d’une certaine maturité de marché devenu concurrentiel.
La puissance publique peut imposer aux concepteurs de bâtiments l’obligation de respecter des règles de conception précises, interdire certaine catégorie d’appareils et prescrire des comportements (cf. la recommandation suivante). Mais il s’agit souvent d’entériner les bonnes pratiques et de les imposer au plus grand nombre.

Recommandation n° 2. Adopter une réglementation thermique dans le tertiaire et l’habitat neuf et existant, et développer prioritairement le solaire thermique partout ou existe une demande d’eau chaude
La colonne vertébrale d’une politique de maîtrise de l’énergie repose sur la mise en place d’une réglementation thermique. En effet, une réglementation thermique exprime, donne toute la cohérence et la lisibilité à la politique énergétique et environnementale. Le chantier d’une réglementation nécessite une connaissance précise des tenants et aboutissants, c’est-à-dire le climat, les consommations, les consommateurs et les acteurs. Cette connaissance fine traduite en termes d’indicateurs, de garde-fous, de niveaux de référence à atteindre en fait un référentiel pour toutes les actions y compris pour les labels ou certifications qui s’appuient dessus pour définir leur propre objectif. Par exemple, le label Bâtiment basse consommation se définit comme un niveau de consommation 50 % moindre que le niveau de référence définit par la réglementation. C’est donc un instrument incontournable qui oblige à définir des objectifs clairs et précis sur le long terme.
Le chantier lourd d’une réglementation comporte plusieurs étapes essentielles :

Comme indiqué dans la recommandation n° 1, il s’agit souvent d’entériner les bonnes pratiques et les imposer au plus grand nombre : il est important de bien les repérer.
Le solaire thermique doit être développé prioritairement partout où existe une demande d’eau chaude. La production par pompe à chaleur ne doit être envisagée que dans les cas où cette solution n’est pas envisageable. Le solaire thermique souffre en l’état actuel d’une concurrence insuffisante due à la volonté, louable, de faire émerger les filières solaires locales. Cependant les coûts constatés sur le terrain sont élevés. Le soutien aux filières locales devrait a minima être conditionné au développement du volume de chauffe-eau vendu à prix raisonnable et en contre partie d’une promotion de l’emploi local, afin de décourager la pratique actuelle de faible volume à prix élevés.

Recommandation n° 3. Réaliser des études pour améliorer les connaissances sur le secteur des transports
Le secteur des transports (voyageurs et marchandises, urbain et régional) est deuxième consommateur de pétrole, juste après la production d’électricité. C’est aussi un secteur dont l’efficacité énergétique pourrait probablement être fortement améliorée par des politiques judicieuses. Malheureusement, comme le montre notre analyse, les données disponibles en Nouvelle-Calédonie sont trop imprécises pour évaluer finement les effets des politiques envisageables.
On ne sait pas, par exemple, quelle est la part du gazole qui est consommée par les camions et celle qui est consommée par les voitures particulières. Les données disponibles ne permettent pas non plus d’estimer comment la consommation de carburants est influencée par le prix de ces carburants.
Le débat métropolitain à propos de l’impact de la taxe carbone sur le budget des ménages pauvres ne manquera pas de se poser dans les mêmes termes en N.-C., si notre recommandation suivante, taxer les carburants, était appliquée. Or, les données existantes sur la consommation des ménages et sur les pratiques de déplacements des Calédoniens sont actuellement trop lacunaires pour alimenter objectivement un tel débat.
Enfin, il semble que des économies substantielles sont réalisables par une redistribution du transport de fret entre les avions et les bateaux, mais, là aussi, il est impossible, à partir des informations existantes, de justifier les modalités que pourrait prendre une telle politique de report modal.
Plusieurs actions nous semblent nécessaires pour combler ces lacunes.
■ Compléter les responsabilités de l’observatoire de l’énergie de la Dimenc dans le domaine de la consommation de carburant par les différents types de transport. La Dimenc pourrait ainsi estimer les kilométrages annuels des différents types de véhicules (voitures, poids lourds, utilitaires légers, par types de carburants et types d’usages).
■ Conduire rapidement une analyse spécifique des résultats de l’enquête Isee « Budget consommation des ménages (BCM) – 2008 » qui n’étaient pas disponibles au moment de notre mission pour évaluer l’incidence de différentes mesures fiscales sur le budget des ménages selon le lieu de résidence et selon la catégorie socio-professionnelle du chef de ménage.
■ Réaliser une enquête « Déplacement des ménages » comme en réalisent périodiquement les villes de métropole pour connaître les pratiques de déplacement des ménages, la répartition modale, les distances parcourues, etc.
■ Réaliser une enquête sur le camionnage (types de marchandises, origine-destination des liaisons routières, types de véhicules…) pour permettre d’identifier les possibilités de report modal et l’impact probable d’incitations fiscales (redevances ou subventions) aux économies d’énergie.
■ Réévaluer les systèmes de tarification et de subventionnement des transports intérieurs aérien et maritime à la lumière des enjeux souvent contradictoires d’économie d’énergie et d’intégration territoriale.

Recommandation n° 4. Supprimer les distorsions fiscales qui affectent les choix des automobilistes, instaurer une taxe carbone et une vignette automobile assise sur la consommation de carburant
En N.-C., le gazole est deux fois moins taxé que l’essence alors qu’il est plus polluant et la fiscalité à l’achat des pick-up est plus légère que celle des voitures alors que leur contribution à l’effet de serre est généralement 50 % plus élevée.
Les distorsions de prix qui en résultent incitent les Néo-Calédoniens à choisir et à utiliser des véhicules polluants et voraces.
Trois mesures pourraient être prises pour que le signal prix reflète mieux le coût environnemental des choix des automobilistes.
■ La suppression du différentiel de taxation en faveur du gazole et des véhicules de type pick-up.
Actuellement la fiscalité totale sur l’essence est 2,3 fois plus élevée que sur le gazole. Cette différence n’a pas de justification économique. Si l’on prend en compte la circulation urbaine, c’est même une incitation à polluer plus car les véhicules diesel sont plus polluants que les véhicules à essence. Ce différentiel devrait être supprimé. De même, le taux réduit de TGI sur les pick-up double cabine instauré en novembre 2005 semble avoir eu un effet pervers sur la composition du parc et mériterait un réévaluation.
■ L’instauration d’une taxe carbone
Si la N.-C. appliquait une taxe carbone de 30 euros par tonne de CO2, comme elle est envisagée dans plusieurs pays européens, cela correspondrait à une taxe carbone de 9 et de 10 XPF, respectivement sur le litre d’essence et le litre de gazole. L’augmentation du prix de vente qui en résulterait, de l’ordre de 6 %, est à comparer à la forte fluctuation du prix qui a accompagné la flambée du prix du pétrole l’année dernière : en moins d’un an, de mai 2008 à mars 2009, le prix du gazole a d’abord augmenté de 33 XPF pour ensuite baisser de 52 XPF. Pour suivre le scénario européen, la taxe carbone calédonienne sur les carburants pourrait progressivement atteindre une trentaine de XPF à l’horizon 2030.
Ce montant doit-il être le même pour tous les combustibles fossiles ? Logiquement oui, c’est le principe et la justification même de la taxe carbone, mais il faut noter que cette taxe aurait pour effet de doubler le prix du charbon importé. On peut dès lors s’interroger sur l’impact d’une telle taxe sur l’industrie métallurgique et, au-delà, sur la balance commerciale de la N.-C. (mais une telle problématique dépasse l’ambition de notre contribution).
■ L’instauration d’une vignette automobile assise sur la consommation de carburant
Dans la plupart des pays de l’OCDE, il existe une taxe sur la possession de véhicules comme la défunte « vignette » et, presque partout, cette taxe a été modifiée plus ou moins récemment pour tenir compte de l’impact environnemental du véhicule (contribution à l’effet de serre et/ou à la pollution locale). Dans l’Union européenne, c’est même devenu une obligation à terme. La plupart des pays appliquent aussi une fiscalité à l’achat (ou un système bonus/malus) modulé directement ou indirectement selon la contribution potentielle du véhicule à l’effet de serre. La N.-C. devrait sans doute suivre cet exemple en restaurant la vignette automobile avec une grille de tarifs assise sur les rejets de CO2 par km calquée sur des modèles européens.
Comme nous l’avons expliqué dans la fiche précédente, il nous paraît souhaitable que ces réformes fiscales soient précédées d’une évaluation d’impact sur les budgets des ménages pour s’assurer qu’elles seront supportables par les ménages les plus pauvres et mettre en place d’éventuels mécanismes de compensation.

Recommandation n° 5. Mettre en œuvre des propositions du PDU de Nouméa
Dissuader l’usage de l’automobile au moyen de taxes sur les carburants, et la multimotorisation des ménages au moyen de taxes sur la possession de véhicules, comme nous le recommandons dans la recommandation précédente, rencontrera d’autant moins de résistance que des solutions alternatives seront rendues plus attrayantes.
Les recommandations du Plan de déplacement de l’agglomération nouméenne (PDAN) vont dans ce sens en préconisant l’amélioration de la desserte en transports collectifs (fréquence, vitesse, extension du réseau), la création de pistes cyclables, etc. Mais il en faudra sans doute plus pour que des automobilistes consentent à laisser occasionnellement leur voiture au garage et se résolvent à utiliser les transports collectifs. Il faudra améliorer leur confort. Les projets de climatisation des autobus de Nouméa y contribueront certainement. Le bilan de cette opération en termes de rejets de gaz à effet de serre sera d’autant moins négatif qu’elle réussira à attirer vers les transports collectifs des personnes qui autrement se déplaceraient en voiture.
Il existe en N.-C. un secteur qui n’est peut-être pas utilisé au mieux de son potentiel, il s’agit des VLC (Véhicule de location avec chauffeur). Pour l’instant, leur marché est principalement constitué par le transport scolaire. En cela, les VLC contribuent à réduire l’usage de la voiture particulière car ils dispensent les parents d’avoir à conduire leur progéniture en voiture vers les écoles. Ils pourraient sans doute faire beaucoup plus car, contrairement aux taxis, leurs prix sont libres et sans doute proches de leurs coûts réels. Ces coûts pourraient baisser substantiellement en réduisant les temps morts entre les courses ce que permettent, à des prix maintenant très bas, les technologies combinées de l’informatique, de la localisation par GPS et des communications GPRS.
Dans la plupart des pays de l’OCDE ce secteur, qui se distingue de celui des taxis en cela qu’il ne peut répondre qu’à des commandes de courses passées par téléphone, est de plus en plus souvent sollicité pour offrir un service complémentaire à celui des transports collectifs de grande capacité, en particulier en heure creuse, en zone de faible densité ou encore quand un meilleur confort est nécessaire de porte-à-porte. Il tient aussi une place centrale dans les « plans de déplacements d’entreprise », des systèmes par lesquels les entreprises incitent leurs employés à délaisser leur voiture quand ils viennent travailler.
Une étude spécifique pourrait être conduite pour examiner comment ces expériences de politiques de mobilité pourraient être acclimatées à la N.-C. en mettant à profit le potentiel des VLC.

Recommandation n° 6. Améliorer l’efficacité énergétique des procédés industriels
L’efficacité énergétique, et tout particulièrement quand il s’agit de la production d’électricité et des processus industriels, est très directement liée à la réduction des émissions de GES. La stratégie est donc de mettre une priorité sur une diminution du rapport tonnes de CO2,émis/kWhutiles dans les procédés de conversion (production d’électricité) et pour la fabrication du produit (Nickel).
Dans ce double objectif, les efforts pourraient porter sur :
■ Une optimisation des procédés
- Identifier et évaluer, grâce à des campagnes de mesures in situ, les pertes énergétiques et les gains potentiels d’efficacité énergétiques afin d’élaborer des bilans énergétiques et de carbone des grandes entreprises industrielles ; mettre en œuvre du matériel performant et optimisé.
- Intégrer et coupler les systèmes énergétiques (par exemple, centrale/usine ; fours/sécheurs/le produit/…).
- Utiliser des approches systémiques et des outils performants pour la conduite, le contrôle, la régulation et la gestion optimisée des procédés.
- Produire un bilan financier (économique) et environnemental (minimiser les émissions de polluants tels que les oxydes d’azote, de soufre, de particules, de suies) favorable. Considérer l’impact de ces nuisances sur la santé des ouvriers et des populations.
■ Préparer à un captage et un stockage du CO2 émis par les usines métallurgiques et la centrale (procédé de combustion adaptable à une capture du CO2, réserver l’espace à proximité de la centrale).
■ Valoriser les déchets de chaleur, pour une utilisation extérieure à l’usine : énergie des fumées pour la climatisation ; création d’un réseau de transport et de distribution du froid (climatisation) dans la partie de l’agglomération de Nouméa ; transformation de biomasse en biocarburants…
En s’inspirant des décisions récentes d’industriels et des gouvernements européens présentées précédemment, le gouvernement calédonien pourrait se donner comme objectif d’imposer une réduction des émissions de CO2 à l’horizon 2020 (des négociations bipartites peuvent être envisagées sur des procédés spécifiques). En conséquence, les industriels calédoniens devraient, comme il est tenté dans le monde, améliorer de 20 % l’efficacité énergétique de leur procédé (objectif affiché du plan climat), avant même la capture du carbone.
Ces évolutions technologiques conduiront à terme à une diminution des coûts de l’énergie dans le produit final, donc à une meilleure rentabilité, une économie pour le client et des empreintes économiques et environnementales améliorées.

Recommandation n° 7. Sensibiliser l’usager final (grand public, entreprise) aux enjeux énergétiques et climatiques et le convaincre de leur importance
L’usager final – grand public, entreprise – connaît mal sa consommation d’énergie et les implications qu’elle induit sur la collectivité et l’environnement. Faire partager au plus grand nombre les enjeux énergétiques et climatiques et l’intérêt des actions de maîtrise de l’énergie fait partie du premier socle de base d’une politique énergétique et environnementale. Dans le cadre du débat mondial sur la raréfaction des ressources fossiles d’énergie et de la concrétisation des premiers effets tangibles de l’effet de serre, on peut dire qu’il existe une réelle attente de messages clairs pour placer les usagers dans l’action plutôt que dans un stress synonyme d’impuissance. Les différents modes de communication peuvent être engagés : campagne grand public (par exemple, spot publicitaire), sensibilisation scolaire, faire connaître les incitations fiscales, organisation de séminaires et salons sur les économies d’énergies, campagne de sensibilisation à destinations de certains secteurs ou maître d’ouvrage, visites d’opération exemplaires, voyage d’étude…
Un deuxième niveau d’information consiste à aller au-delà des cordes sensibles du civisme (lutte contre l’effet de serre), du patriotisme (indépendance énergétique), pour se situer sur le terrain de la raison. Il s’agit de montrer, preuve à l’appui, que l’intérêt de la collectivité et celui du décideur final coïncident. L’exercice consiste à se placer sur le terrain économique et à démontrer l’intérêt des démarches ou solutions proposées pour le décideur. On distingue deux cas de figure :
■ des solutions permettant des économies d’investissement (ou sans surinvestissement) et de fonctionnement (par exemple, conception bioclimatique liée à l’orientation, la forme du bâtiment, etc.) ;
■ des solutions à moindre coût de fonctionnement, mais nécessitant un sur investissement initial.
Dans le deuxième cas, plus fréquent, l’exercice consiste à démontrer l’intérêt économique en termes de coût global ou temps de retour. La difficulté surgit lorsque l’investisseur et le futur usager ou gestionnaire (celui qui empoche les bénéfices de l’action) ne sont pas confondus.
Le mode de diffusion de ce type d’information utilise des canaux comme les fiches ou brochures permettant d’optimiser les choix techniques, argumentaire économico technique des bonnes pratiques, guide de conception, opérations de démonstrations, des émissions ou reportages thématiques audiovisuels.
Cette recommandation est complémentaire de la recommandation n° 8, p. 443, du chapitre : « Quel cadre pour une politique de l’énergie et du climat au service du développement de la Nouvelle-Calédonie ? ».

Recommandation n° 8. Réaliser des enquêtes qualitatives de type socio-anthropologique pour avoir une connaissance et une compréhension fine des discours et des pratiques des Néo-Calédoniens en matière d’énergie
Critères
 :
– étude indispensable pour une meilleure connaissance des pratiques et discours des Néo-Calédoniens en matière énergétique
– coût faible (les enquêtes socio-anthropologiques qualitatives ne sont pas très coûteuses)
Horizon : 2 ans
Le volet anthropologique de cette expertise a montré le manque crucial de connaissances sur les discours et les pratiques que les habitants de N.-C. ont en matière d’énergie. Il n’existe pas, à ce jour, d’enquêtes qualitatives portant sur les comportements des Néo-Calédoniens en matière énergétique, ni même sur les discours qu’ils peuvent tenir en matière d’économie d’énergie, d’énergies renouvelables, etc. Il serait donc tout à fait utile de lancer des enquêtes qualitatives, de type socioanthropologique, portant sur les comportements et les discours que les habitants de N.-C. ont en matière d’énergie. L’enquête devrait être menée auprès de différentes catégories de populations, selon leur situation socio-économique (niveau de revenu, niveau de diplôme) mais aussi selon leur localisation géographique (le centre de Nouméa, le Grand Nouméa, les habitants de la Province Nord (des bourgs comme Koné ou Pouembout, mais aussi des tribus), et les habitants des îles Loyauté.
Plutôt que de confier la réalisation d’une telle enquête à une seule personne, il pourrait être intéressant de constituer un groupe de travail, composé en partie d’étudiants du master Recherche de l’université de N.-C. (Espaces, Sociétés et Littératures des Mondes océaniens) qui pourraient mener les enquêtes sous l’encadrement de chercheurs de l’université de N.-C., du groupement de recherches « Nouvelle-Calédonie Enjeux sociaux contemporains » et de l’IRD de Nouméa.

Partie 2 Les nouvelles technologies en matière de production et de stockage d’énergie

Recommandation n° 1. Déployer plus largement la production d’électricité éolienne et photovoltaïque raccordée au réseau sur la Grande Terre
Critères
 : enjeux énergétiques, facilité de déploiement/coût
Horizon : moyen terme
En ce qui concerne la production d’électricité, notamment sur la Grande Terre où le réseau est déjà largement présent, nous préconisons un déploiement plus ambitieux des technologies éoliennes et photovoltaïques (sur les bâtiments et éventuellement sous forme de fermes centralisées).
Ces technologies sont relativement matures et leurs coûts, bien qu’encore élevés, sont soit les plus favorables soit les plus susceptibles de baisses significatives pour la production d’électricité d’origine renouvelable. Le coût du photovoltaïque va diminuer encore de façon importante ce qui, compte tenu de l’ensoleillement favorable et du coût de ces technologies, offre des perspectives de compétitivité intéressantes à moyen terme. Les perspectives de réduction de coût peuvent sembler moins favorables pour l’éolien, mais les coûts devraient également diminuer et la complémentarité temporelle avec le PV présente des opportunités intéressantes (à étudier). Le déploiement simultané des deux technologies est à envisager pour un mix énergétique diversifié.
Ce déploiement pourra nécessiter un renforcement du réseau électrique et certainement une meilleure optimisation de sa gestion pour tenir compte de ces apports intermittents : incitations tarifaires adaptées (effacement des pointes, tarifs heures de pointes/heures creuses…), une planification exploitant une prédiction météorologique avancée et de faire en sorte que toutes les informations de productivité et de production soient transmises par les exploitants de façon totalement transparente au gestionnaire du réseau.
Les recommandations n° 2 et 3 (p. 405 et 407) proposent respectivement des mesures à prendre dans ce sens et une évaluation des possibilités de stockage hydraulique gravitaire massif pour pallier l’intermittence de la production.
Enfin, pour atteindre des objectifs ambitieux de production d’électricité renouvelable nous recommandons l’adoption de tarifs d’achat appropriés. Si les tarifs d’achat utilisés en métropole peuvent servir de référence pour le PV, des tarifs spécifiques doivent être élaborés pour l’éolien compte tenu des coûts élevés de cette technologie en N.-C. Les tarifs d’achat doivent tenir compte de la double défiscalisation pour éviter les situations, possibles, de rente au producteur. De même, un dispositif de décroissance progressif doit être mis en place pour inciter à la baisse des coûts.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Penser que le taux de pénétration de la production éolienne et/ou PV doit rester très limité (par exemple 10 ou 20 %). Notons que cette affirmation serait vraie si aucun effort n’était fait pour améliorer la gestion du réseau et/ou introduire des moyens de stockage.

Recommandation n° 2. Améliorer le système électrique pour permettre un plus grand déploiement de la production d’origine renouvelable intermittente
Critère
 : accompagnement de la recommandation n° 1, p. 403
Horizon : court/moyen terme Un accroissement de la production d’électricité d’origine éolienne et photo voltaïque (intermittente et non corrélée à la demande) pose des problèmes de stabilité des réseaux classiques dont le bon fonctionnement est fondé sur l’équilibre instantané production – consommation. En l’absence de moyens de stockage, si le taux de pénétration reste faible, la production intermittente d’électricité peut être traitée comme de la consommation négative. En N.-C., la puissance des systèmes de production intermittente représente déjà plus de 7 % de la puissance planifiable ; un développement massif de l’éolien et du PV nécessiterait la mise en œuvre de moyens spécifiques pour réaliser l’ajustement instantané offre – demande. Il est intéressant de noter, que compte tenu de l’arrêté du 23 avril 2008 de la République française, on considère aujourd’hui qu’au-delà d’un taux de 30 % d’origine intermittente, le stockage deviendra nécessaire notamment pour éviter les délestages de production que le gestionnaire réseau sera en droit d’opérer.
Les moyens à mettre en œuvre sont de différentes natures :
- Prévisions : de même que les profils de consommation font l’objet de prévisions liées aux activités humaines et à la météo, les profils de production intermittente doivent faire l’objet de prévisions fiables.
- Planification/gestion : amélioration de prévisions, meilleure communication entre les opérateurs et réglage optimal des moyens de production existants devraient permettre d’atteindre un taux de pénétration de l’ordre de 25 à 30 %. La valeur exacte du taux de pénétration ne peut être fournie avec précision sans une étude approfondie car elle dépend de nombreux paramètres.
- Foisonnement : mutualisation des productions pour bénéficier d’effets de foisonnement ; évaluer également la complémentarité éventuelle des productions éoliennes et photovoltaïques.
- Gestion de la demande : mettre en place des actions incitatives pour agir sur les profils de consommation, par exemple en incluant la possibilité de délester (moyennant des contrats spéciaux) durant les pointes, cela permettrait de pousser encore plus loin le taux de pénétration.
- Stockage : enfin, évaluer la possibilité d’implantation de moyens de stockage qui offriraient une souplesse beaucoup plus grande dans la gestion du réseau pour atteindre des taux de pénétration de tels moyens de production beaucoup plus élevés, très faiblement émetteurs de CO2 et offrant une moindre dépendance. Le stockage hydraulique gravitaire constitue sans doute la technologie la mieux adaptée aux spécificités de la Grande Terre, en outre, c’est la technologie de loin la plus utilisée dans le monde.
En ce qui concerne les petites îles, des microréseaux de type photovoltaïques hybrides (avec groupe électrogène et stockage électrochimique) constituent des options intéressantes d’un point de vue technico-économique (cf. recommandation n° 7, p. 413).
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Penser que le taux de pénétration de la production intermittente doit rester très limité (par exemple, 10 ou 20 %).

Recommandation n° 3. Évaluer la possibilité de construire des centrales électriques de stockage par pompage
Critère : accompagnement de la recommandation n° 1, p. 403
Horizon : moyen/long terme
L’implantation de moyens de stockage massif augmenterait de façon significative la capacité du réseau à accepter un taux de pénétration élevé de production intermittente.
Nous préconisons d’étudier plus particulièrement le stockage hydraulique gravitaire car le relief de la N.-C. semble bien s’y prêter. La possibilité d’exploiter l’eau de mer dans le cas de systèmes situés en bord de mer pourrait permettre une économie d’investissement substantielle à condition que le bassin supérieur de stockage garantisse une totale étanchéité pour éviter des pollutions de l’eau douce et des écosystèmes. Il est également envisageable de tester d’autres solutions de stockage (électrochimique à circulation et sodium soufre), comme l’île de la Réunion l’a prévu actuellement.
Les stations de transferts d’énergie par pompage (STEP appelées également systèmes de stockage hydraulique gravitaire ou centrales de pompage-turbinage) constituent la technologie actuellement largement dominante dans les grandes puissances jusqu’à plusieurs GW. Les rendements sur cycle sont de l’ordre de 80 %. La contrainte majeure est liée à la nécessité de sites au relief adapté. Ces systèmes, malgré leurs grandes puissances, peuvent fonctionner aujourd’hui à vitesse variable ce qui permet d’ajuster la puissance finement et d’apporter une contribution de haut niveau à la stabilisation du réseau.
Récemment, le rapport de l’OPECST de mars 2009 (C. Bataille et C. Birraux) sur l’Évaluation de la stratégie de recherche en matière d’énergie rappelle la possibilité de construire de telles stations en mer en créant des atolls artificiels. Une digue s’élevant de 50 à 100 m au-dessus du niveau de la mer permettrait de stocker 2 à 8 GWh par km2 pour des puissances possibles de plusieurs GW. Les technologies seraient disponibles et les coûts acceptables. Cela permet de penser que des STEP construites en bord de mer avec un relief important sur la côte, permettraient de transférer l’eau de mer vers un bassin haut ce qui éviterait la construction du bassin supérieur. Bien sûr, il faudrait assurer une étanchéité suffisante pour éviter des infiltrations d’eau de mer dans les sols. Cette option pourrait être étudiée en N.-C. où les configurations semblent favorables.
Pour donner un ordre de grandeur des contraintes, un dénivelé de 100 m permettrait une capacité énergétique de stockage de 1 GWh (50 MW x 20 h) à condition de disposer d’un réservoir d’environ 4 millions de m3 qui pourrait occuper une superficie de 40 ha sur une profondeur de 10 m. La puissance maximale dépend des groupes de pompage-turbinage et des sections de canalisation. Les coûts dépendent beaucoup du génie civil et il est difficile de donner des ordres de grandeur précis.
Nous recommandons d’étudier cette possibilité à la fois du point de vue technique, économique et foncier.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Croire que l’électricité ne se stocke pas.

Recommandation n° 4. Évaluer les possibilités de valorisation de déchets méthanisables
Critère : indépendance énergétique/réduction des rejets de gaz à effet de serre Horizon : moyen terme Nous préconisons une évaluation du potentiel de valorisation des déchets (ordures ménagères, industries agro-alimentaires, abattoirs, boues de stations d’épuration…) pour la production de biogaz (méthane), en particulier dans les zones à forte densité de population comme Nouméa.
Les quantités d’énergie en jeu ne sont sans doute pas considérables, mais la récupération éventuelle du biogaz de centres d’enfouissement techniques peut permettre d’éviter le rejet d’un gaz à effet de serre à fort pouvoir radiatif.
Les industries agro-alimentaires, les stations d’épuration et des cultures spécifiques peuvent également produire du biogaz.
La valorisation de ce gaz sous forme de chaleur est la plus simple, mais elle suppose l’existence d’un besoin de chaleur à proximité du lieu de production (avec, éventuellement, des conduites de gaz vers quelques gros utilisateurs). On peut aussi l’utiliser pour la production d’électricité ou, après épuration, en tant que carburant.
Il faudrait donc :
- d’abord déterminer la taille du gisement, les possibilités de centralisation des déchets et de réalisations de co-digestions ;
- ensuite choisir la filière de valorisation la plus intéressante (chaleur, électricité ou carburant). Il faut pour cela notamment tenir compte des services après vente pour la maintenance des générateurs. Quand on dispose de suffisamment d’électricité peu émettrice de GES par ailleurs, comme en France et en Suède où la production d’électricité à base d’hydraulique et de nucléaire est élevée, mieux vaut valoriser le biogaz sous forme de carburant. En N.-C. la production d’électricité étant encore dominée par le charbon, toutes les options peuvent donc à priori rester ouvertes.
La valorisation du biogaz pour les transports suppose une flotte captive (par exemple, des bus de ville de Nouméa).

Recommandation n° 5. Évaluer le potentiel de production de biomasse ligno-cellulosique et son exploitation dans les centrales thermiques au charbon
Critère
 : coût/réduction des rejets de gaz à effet de serre
Horizon : court terme
La mobilisation de la biomasse ligno-cellulosique pour la production d’électricité est à étudier. La préparation du combustible est extrêmement simple et peu énergivore contrairement, par exemple, à la production de biocarburants. Les centrales électriques au charbon (les lits fluidisés circulant en particulier) peuvent absorber sans difficulté une proportion de combustible, par exemple de la biomasse ligno-cellulosique, avec un surcoût qui dépend essentiellement du coût de mobilisation de la ressource. Cette filière pourrait se révéler particulièrement intéressante en termes de réduction de la dépendance énergétique, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de création d’emplois.
La question de la ressource doit toutefois être examinée. On évoque, par exemple, des productivités de 16 MWh électriques par hectare, à propos de l’Acacia Mangium et l’Albiz(z)ia falcataria, qui forment la base des reboisements à croissance rapide à vocation papetière en Asie du Sud-Est. Mais on ne peut pas affirmer sans étude supplémentaire que les terrains miniers en N.-C. permettraient d’atteindre des rendements comparables. Il serait de fait imprudent de confondre la revégétalisation des terrains miniers avec des terrains destinés à produire des biomasses récoltables.
Pour avancer sur cette question de la ressource en biomasse pour l’énergie, nous proposons dans un premier temps que les informations disponibles et scientifiquement validées sur les potentialités de production de biomasses ligneuses ou herbacées (comme les Miscanthus) tenant compte des caractéristiques des sols, de la pluviométrie, etc. de la N.-C. soient rassemblées et rendues publiques.
Nous préconisons pour cela d’affecter du personnel de l’Institut agronomique calédonien à l’étude de cette question importante pour que soit réalisé un suivi historique des expérimentations déjà réalisées et de nouveaux essais en fonction des sites où des productions de biomasses ligno-cellulosiques herbacées ou ligneuses pour l’énergie pourraient raisonnablement être envisagées.
Compte tenu de son importance potentielle, l’ensemble des conditions nécessaires à l’exploitation de cette ressource doit être examiné avec soin. Cette possibilité a déjà été étudiée par la SLN qui a estimé que le gisement calédonien était insuffisant et/ou insuffisamment organisé. Le rapport d’EEC nous conduit à insister sur l’intérêt d’apporter un regard nouveau à ce sujet.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Penser que les difficultés organisationnelles constituent un blocage irrémédiable à l’exploitation de la biomasse.

Recommandation n° 6. Exploiter l’huile de coprah pour la production de biocarburant compatible avec les moteurs modernes
Dans les îles, la production d’huile de coprah a déjà été techniquement démontrée ainsi que sa combustion dans des groupes électrogènes diesel. Mais les nouveaux moteurs diesel à injection ne peuvent plus brûler directement de telles huiles. Aucun constructeur de moteur ne donne actuellement de garantie pour des utilisations d’huile brute.
John Deer (comm. pers. A. Riedacker) travaille actuellement en Allemagne à la mise au point d’un moteur de tracteur à huile brute. Sans ce type de moteur, il est nécessaire d’introduire une étape de transestérification pour obtenir un carburant compatible avec les moteurs modernes et leurs normes de rejets. Cette étape serait techniquement réalisable à l’échelle d’une île.
La faisabilité de cette filière dépend donc surtout de la garantie régulière de la fourniture de matière première et de sa viabilité économique. La durée limitée de notre expertise et le manque de connaissances des conditions sociales locales ne nous permettent pas d’apporter un avis définitif sur ces deux points.
En résumé, il nous semble que les conditions techniques sont réunies pour une exploitation de l’huile de coprah sous forme de carburant, ce qui présente un intérêt évident pour l’approvisionnement énergétique des îles. Toutefois, la connaissance du gisement techniquement mobilisable ne suffit pas, les conditions économiques et sociales de cette exploitation doivent être précisées et en particulier la volonté d’implication des acteurs locaux doit être réaffirmée avant d’envisager de développer ce type de filière.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Penser que l’abandon de la filière coprah est la preuve de sa non-viabilité.

Recommandation n° 7. Évaluer la complémentarité éolienne photovoltaïque pour la réalisation de systèmes hybrides PV-éolien – groupe électrogène
Critère
 : approvisionnement énergétique des îles/coût
Horizon : moyen terme
En ce qui concerne les petites îles (N.-C. hors Grande Terre), des microréseaux de type photovoltaïques hybrides (avec groupe électrogène et stockage électrochimique) sont des options à considérer. En particulier pour les îles éloignées et lorsque la dynamique de demande reste faible (demande essentiellement centrée sur la consommation domestique), ils représentent un bon compromis technico-économique. Le coût de production de ces petits systèmes est élevé comparé aux moyens de production thermique de grande taille, mais le coût d’un raccordement sous-marin à la Grande Terre ne s’amortirait sans doute pas (en particulier dans un contexte d’augmentation future des coûts des combustibles traditionnels) et cette option serait source de risques de défaillances (rupture de câble). Par ailleurs, les systèmes alimentés par des sources locales et renouvelables permettent de réduire les coûts de l’approvisionnement en combustibles fossiles pour l’alimentation de groupes électrogènes de forte puissance. De tels systèmes hybrides peuvent être dimensionnés pour une très faible consommation de carburant des groupes électrogènes qui ne sont utilisés qu’en situation exceptionnelle (ensoleillement anormalement faible durant une durée imprévue, ou surconsommation imprévue ou défaillance).
Concrètement, un bilan approfondi de l’expérience internationale sur ce type de dispositif pour des conditions d’utilisation comparables (systèmes insulaires de petite taille, demande domestique ou petit tertiaire) est à réaliser. Si celui-ci est positif, des réalisations de démonstration doivent être envisagées pour déterminer non seulement les caractéristiques techniques optimales, mais également les modalités de fonctionnement et de maintenance. Au-delà, pour une diffusion plus large, les conditions de financement devront être examinées ; on observera que l’idée de prix garantis destinés à favoriser le développement des systèmes isolés de production d’électricité sur le mode des prix garantis utilisés pour la production renouvelable centralisée apparaît dans certains pays (en Équateur, par exemple). Cette option pourrait être envisagée comme une alternative aux modes de subventions classiques apportés aux systèmes isolés pour faciliter l’extension ou le renforcement de l’électrification des zones insulaires isolées.
Enfin, le volet maintenance et entretien de tels systèmes est crucial. Nous préconisons d’étudier les modalités de maintenance, par exemple sur la base de ce qui se fait aujourd’hui sur les systèmes autonomes photovoltaïques par Enercal et dont le retour d’expérience semble très bon (qualité de service et performances en durée de vie).
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Penser que les microréseaux hybrides sont des solutions dépassées.

Recommandation n° 8. Évaluer le potentiel et la faisabilité de centrales solaires thermodynamiques à concentration
Critère
 : indépendance énergétique/réduction des émissions de gaz à effet de serre
Horizon : moyen/long terme
Les centrales solaires thermodynamiques à concentration peuvent constituer une voie de production d’électricité particulièrement attractive à moyen terme. Cette technologie, déjà relativement mature (centrales fonctionnant depuis plusieurs décennies et nombreuses constructions en cours), n’exploite que la part directe du rayonnement solaire, elle nécessite donc des sites bien exposés.
Nous suggérons tout d’abord une recherche de sites privilégiés en termes d’insolation directe disponible sur le territoire (superficies nécessaires de l’ordre de 1 ha par MW pour une productivité comprise entre 3 et 5 GWh/ha). L’un des avantages majeurs de ces usines de production d’électricité réside dans la possibilité de réaliser un stockage intermédiaire de chaleur qui permet un certain découplage entre la production électrique et le rayonnement solaire, et offre la possibilité de produire de l’électricité la nuit. L’insertion dans le réseau pourrait être grandement facilitée. Enfin, la taille des unités actuellement en construction dans le monde est bien compatible avec les exigences du réseau de la Grande Terre.
Plusieurs technologies sont disponibles (centrales à tour, à miroirs cylindroparaboliques…) ; il est nécessaire de comparer ces différentes technologies dans le contexte néo-calédonien afin de déterminer la plus appropriée.
Les coûts de cette technologie sont encore élevés, mais les projets de développement en cours ou prévus dans différentes régions du monde laissent envisager une baisse significative au cours des prochaines années. Par ailleurs, le potentiel de développement important de cette technologie en Australie ouvre peut-être des possibilités de coopération régionale à considérer.
La Grande Terre pourrait accueillir sur son réseau une telle centrale. Nous recommandons une étude technico-économique pour évaluer les coûts, la productivité et la technologie la mieux adaptée aux spécificités locales.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Rappelons que la production photovoltaïque n’est pas la seule solution de production d’électricité d’origine solaire.

Recommandation n° 9. Réaliser un atlas des ressources énergétiques
Critère : nécessité pour optimiser le déploiement des nouveaux moyens de production d’énergie (électrique et biomasse)
Horizon : court/moyen terme
L’équilibre du déploiement photovoltaïque et éolien et le dimensionnement de systèmes hybrides (PV éolien + éventuellement groupe électrogène) pourraient être mieux optimisés avec une meilleure connaissance des ressources en rayonnement solaire et vent sur l’ensemble du territoire. Pour cela, il serait utile de rassembler les données existantes et de lancer des campagnes d’acquisition supplémentaires.
L’exploitation des moyens de production thermodynamique solaire à concentration, dont la maturité et le potentiel de performances économiques nous semblent suffisamment élevés, nécessite une bonne connaissance des parts diffuse et directe du rayonnement solaire. Nous recommandons d’effectuer des relevés de rayonnement, au minimum sur un an, sur des sites potentiellement disponibles, pour installer de telles usines, et réputés pour leur rayonnement direct plus élevé.
Pour les déchets méthanisables (d’industries agro-alimentaires, de déchets ménagers de cantines, issus de cultures, d’élevages porcins, etc.), nous recommandons une évaluation du potentiel, notamment pour des applications centralisées.
En ce qui concerne la biomasse ligno-cellulosique, notamment les arbres et autres plantes à croissance rapide, il existerait un certain potentiel technique. Nous préconisons de l’évaluer au cas par cas notamment en fonction des types de terrain (contraintes foncières, rentabilité pour les propriétaires de terrains, volontés de réaliser des plantations avec des contrats d’approvisionnement à long terme avec des prix indexés, etc.). Cf. également la recommandation n° 5, p. 410.
L’énergie thermique des mers représentant une solution intéressante sur le long terme et plusieurs programmes redémarrant actuellement (par exemple, à la Réunion), nous suggérons d’effectuer des relevés de profils de température jusqu’à des profondeurs d’environ 1 000 m en différents sites.
Selon les coûts et les choix qui devront être opérés, on peut également recommander de compléter les campagnes de mesure déjà effectuées sur les ressources de la houle sachant que les technologies de houlogénération atteindront leur maturité sans doute dans 10 à 20 ans.

Recommandation n° 10. Effectuer une veille technologique sur les moyens de capture de CO2 et de production d’énergie à partir de micro-organismes (micro-algues)
Critère
 : veille technologique sur filière à potentiel élevé
Horizon : long terme
La diversité et la faculté d’adaptation des micro-algues et cyanobactéries à des conditions environnementales diverses et parfois hostiles leur confèrent un intérêt important comme organismes capables d’assimiler le carbone inorganique tel que le CO2 atmosphérique, pour le transformer, grâce à de la lumière, en matière organique et en dégageant de l’oxygène. L’intérêt est donc double : stockage de CO2 et source de combustible.
Des études, encore embryonnaires et encore à l’état de recherche à long terme, tentent de lever les nombreux verrous scientifiques et technologiques existants et d’effectuer une analyse complète de cycle de vie.
Dans l’état actuel de la technologie, la croissance de ces micro-organismes peut être maîtrisée avec des conditions de culture adaptées : soleil, très importante surface d’exposition (bassins ouverts ou tubes), apport de CO2 en proportion adéquate localisé à proximité d’un lieu d’émission. La N.-C. possède donc des atouts certains pour s’équiper en photobioréacteurs adaptés à l’assimilation du dioxyde de carbone inorganique.
La production de biocarburants à partir de ces algues est toutefois plus complexe. On pourrait cependant envisager de les méthaniser, puis épurer le gaz produit. Mais cette filière n’est pas à l’heure actuelle suffisamment attrayante sur le plan économique.
La production d’huiles végétales est plus complexe. La sélection des variétés d’algues ou la mise au point de micro-organismes génétiquement modifiées, le pompage des eaux, leur séchage, l’extraction et le traitement des graisses ou la récupération de l’hydrogène produit, sont des technologies non matures et encore très mal connues.
Les algues constituent probablement, à moyen ou long terme, une des solutions pour la capture du CO2. Il faut impérativement insérer la réflexion dans le contexte de la biodiversité spécifique de la N.-C.
Les atouts de la N.-C. sont donc certains (ensoleillement, espaces…), les avancées sur cette technologie non mature doivent être suivies.
Par conséquent, vu le potentiel à long terme de cette voie aux applications multiples (production d’énergie et capture de CO2), nous recommandons une veille technologique active.

Partie 3 Les émissions et les réductions d’émissions de gaz à effet de serre en Nouvelle-Calédonie

Recommandation n° 1. Créer un pôle technique de maîtrise de l’énergie et des émissions de GES
Critère : faciliter la préparation de propositions pour la maîtrise des consommations d’énergie et des émissions de GES, en relation avec les choix politiques à retenir par le gouvernement de la N.-C.
Cette recommandation concerne les quatre premières parties et notamment les choix que pourrait faire la N.-C. sur le plan de l’énergie et des émissions de GES. Pour la maîtrise des émissions de GES, il va de soi qu’on ne peut se limiter aux secteurs de l’énergie et des forêts.
Cette cellule devra actualiser les divers inventaires de consommations d’énergie et d’émissions de GES de la N.-C.
Ce pôle devrait aussi pouvoir servir de point focal pour toutes les questions techniques concernant l’énergie et le climat, et suivre les négociations internationales.
L’adaptation aux changements climatiques pourrait être traitée par ailleurs, par exemple au niveau des Provinces, en instituant des concertations entre ce pôle et les entités chargées de l’adaptation.
Après les chocs pétroliers, la plupart des pays et régions se sont dotés d’agences de maîtrise de l’énergie. Leur champ s’est maintenant élargi à la maîtrise des émissions de GES.
Ce pôle devra évidemment avoir une bonne connaissance tout à la fois des contraintes et des possibilités locales, et du processus de négociations des accords pour la réduction des émissions mondiales de GES dans le cadre des Nations unies.
C’est sur la base du travail de ce pôle que le gouvernement de la N.-C. pourra arrêter ses choix. Ce pôle devra donc être capable de formuler des demandes d’expertises plus précises plus ponctuelles, rédiger ou corédiger des cahiers des charges pour des études ponctuelles comme, par exemple, l’utilisation de bois importé pour substituer une partie du charbon importé, cf. recommandation n° 3, p. 423.
Il devra ensuite hiérarchiser, pour et avec les décideurs, les actions à entreprendre en fonctions des coûts des actions et de leurs impacts (balance commerciale, sécurité énergétique, réduction des émissions de GES), des capacités techniques locales (entreprises, services après-vente, artisans, etc.), des contraintes et opportunités sociales et économiques de la N.-C. Les résultats des expertises extérieures (comme la présente expertise de l’IRD ou celle du ministère de l’Agriculture et de la Pêche sur les forêts) devront être pris en compte et passés en revue au travers du prisme local. Il est donc essentiel que cette cellule accumule de l’information et des compétences à long terme sur toutes ces questions.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Se passer de la création d’une telle cellule en se fondant seulement sur des expertises extérieures.

Recommandation n° 2. Réduire les émissions de GES ne provenant pas des énergies fossiles (CFC et leurs substituts, méthane, etc.)
Critère : réduire les émissions de GES autres que celles CO2 résultant des économies d’énergies et des énergies renouvelables
Ces GES ont un potentiel de réchauffement bien plus important que celui du CO2 et ne permettent en général pas d’économiser directement de l’énergie fossile.
● Si les émissions de CFC répertoriés sous le protocole de Montréal diminuent, celles de leurs substituts en revanche augmentent, comme le montrent les inventaires du Citepa. Ces substituts sont répertoriés sous la convention climat et ont également un très fort potentiel de réchauffement.
● Le méthane. L’effet radiatif des émissions mondiales de GES devra être divisé par 2 d’ici à 2050. pour stabiliser le climat. Or, le pouvoir de réchauffement relatif du méthane par rapport au CO2 est plus important à l’horizon de 50 ans que de 100 ans. Réduire ces émissions de méthane devient donc plus important. Mais celles-ci sont actuellement mal recensées (cf. également « Les émissions et les réductions d’émissions de gaz à effet de serre en Nouvelle-Calédonie », p. 193). La priorité serait donc d’éliminer le méthane des décharges en brûlant le gaz en torchère dès que possible, et en le valorisant quand cela se justifiera économiquement ce qui sera le cas notamment quand la taxe sur les GES sera suffisamment élevée. Pour l’élevage, il s’agirait de bien nourrir les animaux pour réduire les émissions par kg de lait et de viande et également d’augmenter la charge du bétail par hectare.
Il semble y avoir peu d’émissions de SF6 et de N20 d’origine industrielle.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Penser que l’élimination des effets des fluorocarbures sera réglée via le protocole de Montréal.
Penser que réduire les productions locales de lait et de viande, en important ces denrées, réduira les émissions mondiales de méthane des fermentations entériques.
Considérer seulement les productions de bioénergie sans tenir compte des productions agricoles et des changements d’utilisation des terres.
■ Commentaires
La maîtrise de l’énergie permet de réduire les consommations d’électricité (CO2 du charbon) et de carburant (CO2 du fioul), cf. « Les nouvelles technologies en matière de production et de stockage d’énergie », p. 115. Les recommandations concernant les réductions de CO2 des usines métallurgiques provenant de l’amélioration des techniques permettent en même temps de réduire les consommations d’énergie, donc d’obtenir des gains au niveau de la balance commerciale ainsi que pour l’utilisateur, certes avec des temps de retour pour les investissements plus ou moins longs.
Les variations d’émissions de GES, et en particulier de CO2, provenant des espaces ruraux (stockage en forêts, agriculture, terrains miniers, productions de biomasse pour l’énergie, etc.) sont considérées dans la recommandation 3.
La substitution du charbon, dans les usines métallurgiques par des biomasses importées et complétées par des biomasses locales, est traitée dans la recommandation n° 4, p. 425.
Le stockage géologique du CO2 qui ne génère pas d’économie d’énergie fossile (au contraire il augmente les consommations) est dans la recommandation n° 5, p. 427.
Toutes les considérations et recommandations concernant l’insertion de la N.-C. dans la stabilisation du climat via la Convention cadre des Nations unies sur le changement climatique et les instruments qui en dérivent (protocole de Kyoto, de Copenhague, etc.) figurent en revanche dans « L’insertion internationale de la Nouvelle-Calédonie », p. 281.

Recommandation n° 3. Créer un pôle néo-calédonien sur la valorisation des espaces agricoles et forestiers et des biomasses alimentaires et non alimentaires
Critère
 : exigences de la convention sur le changement climatique et du protocole de Kyoto, production de biomasses ou stockage de carbone
1. Déterminer les émissions nettes de CO2 et d’autres GES d’origine anthropique résultant de l’utilisation et des changements d’utilisation des terres, sous la Convention climat d’une part, et sous le protocole de Kyoto et un éventuel protocole post-Kyoto, d’autre part.
On découpera l’espace conformément aux articles 3.3 et 3.4 du protocole de Kyoto et d’un éventuel protocole post Kyoto, afin de quantifier les crédits et les débits de GES attribuables aux différents territoires, cela en tenant compte des périmètres considérés suivant les engagements, soit avec la France, soit en tant qu’entité à part, selon les choix locaux.
2. Constituer un pôle néo-calédonien se consacrant à la production et à la valorisation des biomasses alimentaires et non alimentaires d’origine agricole et forestière. Celui-ci pourrait par exemple être appuyé et piloté par l’IAC, et prendre en considération simultanément les aspects économiques, sociaux et environnementaux de ces productions et établir des scénarios prospectifs d’utilisation des terres en N.-C.
3. Réduire les émissions nettes de GES, soit en augmentant les stocks de carbone dans l’espace rural, soit en produisant plus de biomasses pour l’énergie. Cela implique d’avoir un suivi des changements d’utilisation des terres et de faire régulièrement des mesures pour déterminer notamment les variations de stocks de carbone.
Pour améliorer les bilans de GES, il est par ailleurs recommandé de réellement mobiliser 3 ou 4 chercheurs locaux, sans doute de l’IAC, pour effectuer des recherches et des essais dans les domaines suivants :
● Étude des possibilités réelles de production de biomasses ligneuses ou herbacées à des fins de productions énergétiques : en recensant les résultats déjà obtenus, y compris les échecs, et les validant scientifiquement, etc. ; en installant de nouvelles parcelles d’essais, tenant compte des résultats déjà obtenus, des potentialités de production ligneuses ou herbacées et des récoltes en considérant les projets locaux d’utilisation des terres. Ce qui suppose d’étudier cet aspect, et d’avoir une vision claire sur les priorités (plus d’autonome sur le plan énergétique, ou sur le plan alimentaire ou pour la fourniture de bois d’œuvre) ou augmenter les stocks de carbone en forêt (sous réserve que l’on puisse raisonnablement protéger ces stocks).
● Mise au point des méthodes peu onéreuses de « regonflages » de la végétation forestière, avec des techniques à mettre au point pour les conditions locales et avec les essences locales. On pourra certes s’inspirer d’expériences réalisées ailleurs, mais ne pas faire l’économie de recherches et d’expérimentations locales.
● Préservation des stocks de carbone des forêts en limitant les feux (un programme de recherches sur les feux a déjà été engagé avec l’ANR avec des équipes de la N.-C.). Il convient également de sensibiliser le grand public sur l’importance de la préservation des stocks de carbone.
Cela implique de mieux mobiliser tout à la fois les services forestiers et les recherches agronomiques et forestières et d’y affecter des moyens humains et matériels appropriés.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Seulement s’intéresser à l’accroissement des stocks de carbone dans la végétation notamment dans les forêts, et penser que ceux-ci pourraient largement compenser les émissions provenant de la production de nickel ou que l’on peut indéfiniment augmenter les stocks de carbone en forêt.
Penser pouvoir obtenir des augmentations importantes de stocks sur terrains miniers.
■ Commentaire
Un début de travail a été engagé avec le ministère français de l’Agriculture et de la Pêche. Mais les éléments recueillis à ce stade sont encore très insuffisants pour répondre aux exigences de la Convention et surtout du protocole de Kyoto.

Recommandation n° 4. Lancer une étude de préfaisabilité sur les possibilités d’importation de bois, complétée en partie par des biomasses locales, pour remplacer du charbon importé
Critère : réduction des émissions de CO2 des grandes chaufferies en substituant partiellement du charbon et du pétrole par des biomasses
La production de nickel et d’électricité à partir du charbon est très intensive en CO2 par tonne de nickel ou par MWh.
Le bois et les biomasses renouvelées permettent de réduire les émissions de GES et en particulier quand ils sont utilisés pour remplacer du charbon.
Il y a un surcoût par rapport au charbon, mais pour des centrales électriques et les grosses chaufferies, ce surcoût est compensé dès que la tonne de CO2 atteint une valeur suffisante comme, par exemple, sur le marché des droits d’émissions européens en 2008.
Il est à noter que les émissions de GES résultant du transport du bois par bateau sont en général faibles. Il faut donc identifier des possibilités de récolte à proximité des ports des pays voisins (Nouvelle-Zélande, Papouasie-Nouvelle-Guinée, etc.) ou même dans des pays plus lointains.
Il faut aussi :
- étudier la possibilité de passer des contrats d’approvisionnement à long terme avec d’éventuels pays fournisseurs ;
- envisager la logistique (réserver de la place pour le stockage, le conditionnement et éventuellement le reconditionnement des biomasses importées et des biomasses locales, modes de déchargement des navires et des transferts des biomasses vers la chaufferie, etc.) ;
- étudier les modifications techniques des installations (de nombreuses installations peuvent utiliser jusqu’à 20 % de biomasses avec du charbon sans nécessiter de trop grandes modifications).
Il conviendra de déterminer la meilleure forme de transport des biomasses (branchages et résidus compactés, copeaux, granulés, etc.).
Il convient d’envisager deux étapes :
- une première étape, en principe applicable dès maintenant, qui ne viserait qu’une substitution partielle du charbon pour réduire les émissions de GES ;
- une seconde étape applicable sans doute seulement après 2020, lorsque le captage et le stockage de CO2 seront réalisables, afin d’obtenir des émissions négatives de CO2.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Penser que les émissions résultant du transport du bois par bateau vont annuler tous les gains qui pourraient résulter la substitution du charbon par des biomasses. Faire dépendre la première étape de la faisabilité du stockage géologique.
■ Commentaire
L’utilisation des biomasses à la place du charbon peut compléter les réductions d’émissions que l’on peut obtenir en améliorant les procès au niveau des usines (cf. les recommandations, p. 187, dans « Les nouvelles technologies en matière de production et de stockage d’énergie »), puis ultérieurement le stockage géologique du CO2 (cf. recommandation n° 5, p. 427).

Recommandation n° 5. Développer les recherches sur le stockage géologique du CO2 émis par les grandes installations, notamment dans les roches de la Nouvelle-Calédonie
Critère : il s’agit ici d’un programme important, mais à plus long terme : sans la mise au point et la mise en œuvre du stockage géologique du CO2 on ne pourra pas stabiliser le climat d’ici à 2050
Dans tous les cas il faut donc penser à réserver dès maintenant des aires pour installer des systèmes de captage du CO2 dans les usines et dans les centrales électriques.
Si les systèmes peuvent être couplés avec des utilisations des biomasses, avec substitution de charbon, il faut également penser à réserver dès maintenant de la place pour le stockage des biomasses (cf. recommandation n° 3, p. 423)
La N.-C. pourra profiter des progrès technologiques qui seront réalisés dans le monde pour le captage du CO2 dans les usines.
Il faut ensuite envisager l’évacuation du CO2. Si le stockage ne pouvait s’effectuer en Nouvelle- Calédonie, il faudrait le transporter par bateau vers des sites à l’étranger, peut-être vers l’Australie.
La filière complète pourrait devenir économiquement acceptable après 2020.
Le substrat géologique de la N.-C. paraît particulièrement favorable pour expérimenter des filières originales de stockage dans les péridotites. Cela demande encore des recherches et des mises au point, y compris pour abaisser les coûts de stockages qui ne pourront pas être effectués ailleurs.
À l’heure actuelle, on ne sait pas, en effet, quelles sont les filières qui seront les plus prometteuses, les plus fiables et les moins onéreuses. Il est donc important de recommander la mise en place et l’amplification des recherches non seulement pour réussir le stockage dans ces roches, mais encore pour le réaliser à bas coût et, si possible, éviter de transporter le CO2 vers l’étranger.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Penser que les recherches sur le stockage faites ailleurs seront suffisantes (la situation est différente pour le captage).
■ Commentaire
Des recherches ont déjà commencé notamment avec l’Université, l’ANR et les industriels du nickel. Mais cet effort est à poursuivre en s’intéressant plus particulièrement aux péridotites.

Partie 4. L’insertion internationale de la Nouvelle-Calédonie

Recommandation n° 1. Structurer un pôle de compétence local sur le contexte régional dans les domaines de l’énergie et du climat
Critères 
:
- mesure à faible coût tirant le meilleur parti des compétences existantes
- suivi indispensable pour une action à moyen et long termes
Pour éclairer les décisions prises dans le domaine de l’énergie, il convient de s’appuyer sur une connaissance accumulée, systématique et suivie dans le temps de l’évolution des principaux partenaires régionaux. Il est nécessaire de suivre aussi bien l’évolution des principales puissances régionales que des petits États insulaires et d’aborder les dimensions de l’énergie, des activités minières et des émissions de GES.
À l’heure actuelle, ces évolutions sont peu étudiées de façon distanciée. Il existe en particulier un déficit sur l’étude des politiques publiques et des stratégies des acteurs économiques.
Pour cela, l’université de N.-C. et les organismes de recherche comme l’IRD peuvent être sollicités pour structurer un pôle de connaissance.
■ Commentaire
Ce travail pourrait aussi servir à appuyer davantage les actions considérées dans la recommandation n° 5, p. 439, de la partie « Quel cadre pour une politique de l’énergie et du climat au service du développement de la Nouvelle-Calédonie ? ».

Recommandation n° 2. Envisager toutes les options d’insertion de la Nouvelle-Calédonie dans les négociations sur le climat
Critère
 : des décisions doivent être prises à court terme dans un contexte complexe et avec des conséquences importantes pour la N.-C
La N.-C. n’est pour le moment pas concernée par le protocole de Kyoto, alors qu’en raison de l’activité du nickel, le pays est fortement émetteur de GES.
La position des États de la région est en train d’évoluer, avec en particulier la décision de l’Australie de ratifier le protocole de Kyoto. Par ailleurs, les petits États insulaires se sentent particulièrement menacés par le changement climatique.
Le gouvernement de la N.-C. ne peut ignorer ces enjeux et doit envisager les différentes possibilités d’insertion dans les négociations sur le climat en dialogue avec les partenaires locaux.
Trois scénarios principaux sont envisagés : la N.-C. pourrait s’aligner sur les positions françaises, elle pourrait négocier avec la France des quotas spécifiques, elle pourrait enfin avoir sa propre position.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Maintenir un statu quo non explicité : celui-ci n’est pas tenable. Il risque de conduire à des tensions avec les autres États de la région et/ou à des accusations de dumping climatique à cause de la transformation du minerai de nickel.
■ Commentaires
Il est important de souligner que le mode de calcul des émissions par habitant ne convient pas pour les petits États insulaires ayant des activités industrielles ou minières comme, par exemple, l’Islande ou le Groenland.
Ne pas expliciter ce point compliquerait les actions évoquées dans la recommandation n° 3, p. 431.

Recommandation n° 3. Construire une action internationale forte et cohérente avec la diplomatie française dans le domaine énergie et climat
Critère : action à moyen terme qui doit être cohérente avec les autres orientations proposées
La N.-C. participe avec la France à différents forums régionaux et il existe des coopérations bilatérales.
En s’appuyant sur l’existant, il est possible de renforcer les actions proposées dans les autres recommandations en particulier dans les domaines de la recherche et de l’éducation ; du développement de technologies innovantes pour la production et le stockage d’énergie, de la capture et du stockage du CO2.
La N.-C. peut ainsi proposer ses propres efforts et expériences aux petits États insulaires.
Avec l’Australie, des coopérations multiples peuvent être envisagées, associant des acteurs de N.-C. et de France métropolitaine, en particulier dans le stockage du CO2.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
S’en remettre à la seule diplomatie française.
Oublier de souligner les spécificités et l’inadéquation, pour des petits États insulaires ayant une activité industrielle, des calculs des émissions de GES par habitant ne prenant en compte que les émissions sur le territoire considéré.
■ Commentaires
Voir également les autres recommandations, notamment des trois premières parties, pour la maîtrise de l’énergie et les réductions d’émissions de GES.

Recommandation n° 4. Renforcer la sécurité énergétique dans le cadre régional
Critère : renforcer la sécurité énergétique
La sécurité des approvisionnements énergétiques gagne à être envisagée régionalement puisque les pays voisins et particulièrement l’Australie se trouvent dans une situation comparable à celle de la N.-C. pour les hydrocarbures, c’est-à-dire la nécessité d’importer des produits pétroliers.
Les pays émergents du Pacifique Sud organisent leur réflexion sur la sécurité énergétique et la gestion de crise dans le cadre de l’Apec (Asia Pacific Economic Cooperation). La N.-C. aurait intérêt à participer à ces forums.
Dans le cas de problèmes d’approvisionnements en produits pétroliers la gestion concertée des réserves stratégiques avec les pays voisins pourrait être avantageuse. La N.-C. devrait également s’assurer du niveau de ses stocks et envisager de les augmenter pour s’aligner avec les recommandations de stockage de l’AIE (90 jours).
La sécurité des approvisionnements en charbon paraît pouvoir être garantie par les mécanismes de marché et les stratégies des entreprises privées.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Compter sur le développement de l’extraction d’hydrocarbures en N.-C. pour assurer la sécurité énergétique par la production locale.

Partie 5 Quel cadre pour une politique de l’énergie et du climat au service du développement de la Nouvelle-Calédonie ?

Recommandation n° 1. Mettre en route un processus de définition d’une politique de l’énergie et du climat
Critères de priorité : organiser le travail de la suite de l’expertise, pour une politique de l’énergie et du climat, et donner un cadre aux initiatives des différents acteurs.
Mettre en route un processus de définition d’une politique de l’énergie associée à celle du climat :
- mobilisant une expertise structurée, la plus locale possible, s’appuyant sur les résultats de la présente expertise collégiale, et complétée par des études plus précises sur les points qui le méritent, selon les orientations principales et les objectifs généraux retenus ;
- avec un pilotage légitime par une autorité publique ;
- associant les acteurs concernés, au sein d’un Comité d’orientation.
La structuration de l’expertise sur Climat et GES peut se faire par l’organisation d’un pôle technique (cf. recommandation « Créer un pôle technique de maîtrise de l’énergie et des émissions de GES », p. 419). L’expertise de l’administration, des opérateurs, des bureaux d’études et de l’Université sont à prendre en compte.
C’est à une autorité administrative de piloter le processus, soit un service comme la Dimenc renforcée et légitimée dans le domaine du climat, soit une autorité autonome sous forme d’une agence, mise en place à l’image de certains pays. Le lien avec le pilotage des politiques de l’agriculture et de la forêt est indispensable.
L’association des acteurs concernés : opérateurs, collectivités entreprises, autorités coutumières… est une nécessité.
Transformer les conclusions du processus de définition d’une politique de l’énergie et contribuant à la protection du climat par une délibération du Congrès.
En ce qui concerne particulièrement l’énergie, la loi de programmation de la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement, dans son article 49, prévoit des orientations énergétiques pour la N.-C. Celle-ci peut s’appuyer sur ces orientations et/ou en définir de nouvelles, cet article n’étant pas impératif pour ce qui la concerne, dans ce domaine transféré.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
L’expertise ne fournit pas un plan d’action, mais des éléments pour. Le bon usage d’une expertise collégiale suppose qu’elle soit prolongée dans un tel processus : les experts ne peuvent intégrer tous les éléments que les acteurs maîtrisent en N.-C.

Recommandation n° 2. Lancer la définition d’un Plan climat territorial pour chaque Province, pour le Grand Nouméa et la zone VKP (Voh-Koné-Pouembout)
Critères de priorité :
- instrument de clarification de l’action
- le Grand Nouméa représente les consommations énergétiques les plus fortes par l’habitat, le tertiaire, l’industrie et les transports
Les plans territoriaux énergie – climat sont l’un des instruments privilégiés par la France pour la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement. L’article 56 prévoit pour les départements et collectivités d’outre-mer d’« engager, dans le même temps, un programme de maîtrise des consommations, qui se traduira par l’adoption, dès 2012, d’un plan énergie-climat dans chaque collectivité territoriale ».
Pour la N.-C., le Grand Nouméa représente un enjeu essentiel du point de vue des consommations énergétiques, domestiques, industrielles et des transports, en incluant en particulier la dimension urbanistique. Mettre en œuvre un plan énergie-climat territorial, pour lequel il existe une méthodologie ADEME (Construire et mettre en œuvre un plan Climat territorial, guide méthodologique, ADEME, avril 2009) et des retours d’expérience en métropole (Nantes, Grenoble, entre autres), présenterait trois avantages principaux :
- faire un bilan précis des sources d’émissions de CO2 et de consommation d’énergie à une échelle fine (par exemple, les écoles, les bâtiments publics et les administrations, les entreprises de transport, etc.) et par conséquent améliorer la connaissance de l’énergie ;
- impliquer un grand nombre d’acteurs et susciter un débat public (presse, télévision, etc.) sur le sujet ;
- fournir un cadre cohérent de diagnostic et d’actions. Dans le cas de VKP, en plein développement cela s’impose aussi.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Penser qu’un plan énergie-climat pour la N.-C. remplacerait un plan énergie-climat local (provincial et par agglomération) : ces derniers appellent une analyse plus fine des situations, et impliquent des moyens d’action spécifiques.

Recommandation n° 3. Inscrire les productions de biomasse non alimentaires dans des politiques de développement pour réduire la dépendance de la Nouvelle-Calédonie en matière alimentaire, forestière et énergétique, tout en contribuant à la réduction des émissions mondiales de GES
Critères de priorité : l’autonomie alimentaire, l’autonomie énergétique, l’accroissement des productions de biomasses et de la réduction des émissions de GES sont étroitement interdépendants.
Horizon : moyen terme
Orientations pour une politique alimentaire et forestière qui inclut les enjeux énergétiques
1. Pour les biomasses des surfaces actuellement boisées
- Améliorer les dessertes permettant la récolte des biomasses. Lorsque l’on considère les forêts, il faut que les biomasses produites soient récoltables. À défaut, on peut seulement envisager d’augmenter les stocks de carbone en laissant les arbres en forêt. Dans tous les cas cela suppose qu’on protège les stocks de carbone par une bonne politique de maîtrise des feux de forêts.
- Quand les biomasses forestières sont récoltables, on peut envisager d’augmenter les récoltes à conditions de mettre en place des politiques de reboisement pour reconstituer les stocks et renouveler la production. Cela suppose que les propriétaires soient motivés, notamment sur le plan financier, obtiennent des garanties de débouchés suffisamment rémunérateurs et acceptent de passer des contrats de livraisons de biomasses à long terme avec des entreprises utilisatrices (industries et Enercal) qui feront les investissements pour utiliser les biomasses produites. À défaut, mieux vaut récolter seulement du bois d’œuvre qui sera converti dans une scierie (demandant moins d’investissement qu’une chaufferie) et dont la rémunération pour le propriétaire forestier est actuellement supérieure à la valorisation énergétique des biomasses. Avec un prix de la tonne de CO2 plus élevé, la situation pourrait néanmoins changer.
2. Pour les productions de biomasses sur des terres agricoles
Celles-ci peuvent entrer en concurrence avec les productions alimentaires. Selon les priorités (alimentaires, énergétiques, réductions des émissions de GES) définies localement on pourra décider soit d’augmenter les productions agricoles par hectare (via des rendements et des charges en animaux par ha plus élevées), soit les productions non alimentaires. Dans ce dernier cas, la problématique est similaire à la production de bois, sauf qu’en général les productions alimentaires rapportent davantage et plus vite que les productions ligno-cellulosiques.
Pour le climat, il faut déterminer ce qui est le plus intéressant pour le climat mondial (et pas seulement sur le bilan local) et mettre en place des politiques cohérentes à long terme.
Des experts extérieurs à la N.-C. ne peuvent aborder cette question dans toutes ses dimensions.
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Si l’on considère les conflits possibles dans l’utilisation d’un territoire limité, il faut comparer, dans l’objectif d’amélioration du climat mondial :
- une augmentation des productions de biomasses pour l’énergie sur le territoire de la N.-C. ;
- l’importation de produits alimentaires et de bois d’œuvre.
Il ne faut pas croire qu’augmenter la biomasse pour l’énergie soit nécessairement plus vertueux : l’importation, si elle réduit l’émission de GES sur son territoire, est responsable, par la consommation, d’émissions de GES ailleurs…
Croire qu’en reboisant des terrains miniers on obtiendra une production élevée de biomasse.
■ Commentaires
Les comptabilités sous le protocole de Kyoto compliquent encore cette approche. Mais on peut espérer qu’après 2012 on obtiendra une approche plus satisfaisante.

Recommandation n° 4. Engager un travail de clarification des responsabilités des acteurs publics sur l’environnement et les impacts sur le climat : il s’agit de construire une répartition des compétences adaptée à ces nouveaux enjeux
Critère de priorité : après la définition des orientations et objectifs (recommandations n° 1 et 2), il faut organiser la cohérence des acteurs
Horizon : court terme
Engager au plus vite un travail de clarification des responsabilités des acteurs publics sur l’environnement et les impacts sur le climat : il s’agit de construire une répartition des compétences adaptée à ces nouveaux enjeux. Cela pourrait conduire à une modification de la loi fondamentale.
Deux écueils existent dans ce domaine : la confusion des responsabilités et le manque de moyens. Ces écueils sont bien connus et analysés depuis des années en N.-C. (cf. récemment l’atelier 6 de la NC2025 qui développe toutes les difficultés et met en avant ses richesses, ainsi que ses atouts).
Les principes – qui restent à travailler – devraient en être les suivants :
- réorganisation des compétences environnementales afin d’attribuer des compétences au niveau de la N.-C., notamment pour tout ce qui concerne le climat mais aussi pour permettre une action coordonnée et harmonisée au niveau de l’ensemble du territoire dans tous les domaines ;
- introduction d’une modification dans la LO de 99 qui précise les modalités de coordination des compétences en matière environnementale entre les 4 niveaux de collectivités (État, N.-C., Provinces et communes), avec l’avis d’un Comité ad hoc qui intègre des représentants des 4 niveaux ;
- permettre l’édiction des lois de pays dans le domaine de l’environnement ; harmonisation de la réglementation à l’échelle de la N.-C ;
- détermination d’un chef de file pour chaque sous-domaine qui guidera les autres ;
- renforcement des moyens humains et financiers (absolument nécessaires pour que les choses avancent dans le domaine).
■ Fausse piste ou « fausse bonne idée »
Ne rien faire.

Recommandation n° 5. Définir les priorités des actions de maîtrise de l’énergie, de développement des ENR et de réduction des émissions en introduisant les critères de coût et de terme d’impacts
Critère de priorité : il s’agit de travailler les priorités à donner aux différentes actions des parties précédentes
Horizon : court terme
Nous recommandons qu’un travail spécifique soit effectué en complément de la présente expertise qui viserait à établir un ordre de priorité parmi l’ensemble des actions proposées. Ce travail devra reprendre les recommandations faites et les ordonner en fonction de critères d’évaluation à élaborer devant refléter la diversité des préoccupations des acteurs en N.-C.
Dans le cadre de l’expertise, un premier classement a été opéré pour tenter d’indiquer, au-delà d’une première analyse essentiellement sectorielle, des priorités transversales. Ce travail s’est appuyé sur des critères indicatifs de gisement d’économie ou de production d’énergie, et de réduction des émissions de GES (importance de la ressource) et de coûts (coût du kWh ou de la tonne économisée).
Avec ces deux critères, certaines actions sont à considérer en priorité, notamment :
1. La maîtrise de l’énergie dans l’industrie.
2. La maîtrise de l’énergie dans les secteurs domestique et tertiaire (éclairage, électroménager…).
3. Un système de bonus-malus pour les véhicules.
4. L’extension des chauffe-eaux solaires.
5. L’utilisation de la biomasse dans l’industrie.
6. La réglementation thermique dans l’habitat.
…/…
Mais ces deux critères ne sont pas les seuls à considérer pour établir un ordre de mérite parmi l’ensemble des pistes proposées par l’expertise. Le travail à réaliser devra donc réexaminer les options proposées en introduisant des dimensions complémentaires pour aboutir à une liste d’actions prioritaires plus définitive.

Recommandation n° 6. Soutenir les filières industrielles et de service liées à la production d’énergie et à la maîtrise de l’énergie, adaptées à la dimension de la Nouvelle-Calédonie : la formation aux métiers, l’action économique en faveur des entreprises, l’accès à un potentiel de R&D adapté
Critère de priorité : il s’agit là d’une proposition structurante, mais à long terme
1. Formation des acteurs dans le bâtiment
L’efficacité énergétique n’est pas qu’une question de techniques et de technologies : sa mise en œuvre nécessite des professionnels sensibilisés et bien formés.
Il y a des compétences à développer, à destination des responsables urbains, des maîtres d’œuvre et des entreprises. En particulier :
Échelle urbaine – se faire épauler par des conseils environnementaux formés à l’Analyse environnementale urbaine (AEU) et capable de simuler les impacts climatiques (vent, soleil) ;
Bâtiments neufs – programmation et assistance à maîtrise d’ouvrage ;
Bâtiments existants – audit énergétique pour optimiser les interventions et échafauder les meilleurs scénarios énergétiques et environnementaux de réhabilitation.
L’offre de formation existante dans ce domaine, aussi bien pour la formation initiale que pour la formation professionnelle continue, reste actuellement très déficitaire.
La HQE est un bon angle d’attaque pour réactualiser les pratiques. On peut tirer parti de deux expériences : Qualiclim en Guyane et Opticlim à la Réunion.
2. Action économique
Tirer parti des activités des organismes comme Oséo-Anvar, ou l’AFD. La N.-C. peut aussi accéder aux aides à la création d’entreprises innovantes.
3. Accès à un potentiel de R&D sur les sujets clés à travers plusieurs voies :
- veille sur les technologies, leur économie et leurs impacts, du niveau de cette expertise collégiale ;
- participation à des programmes de recherche non spécifique (industrie…) ;
- proposer la N.-C. comme terrain de recherche (stockage géologique du CO2…) ;
- mettre des moyens en N.-C. sur 3 thématiques : habitat en contexte tropical ; organisation des réseaux électriques avec forte proportion d’ENR ; production de biomasse en pays tropical développé.
Bien prendre en compte les forces, mais aussi les limites des compétences actuellement rassemblées dans l’Université et dans les entreprises ou bureaux d’études.

Recommandation n° 7. S’appuyer sur les instruments économiques ou réglementaires pour mettre en œuvre une politique énergétique en Nouvelle-Calédonie
Critère de priorité : indispensable pour la mise en œuvre d’objectifs pour l’énergie, en relation avec la recommandation n° 4, p. 438
Horizon : court et moyen termes
Les instruments tarifaires, fiscaux et réglementaires et leur déclinaison pour ce qui concerne la maîtrise de l’énergie (bâtiment, transport et industrie) et la production de nouvelles sources d’énergie (pour le climat, cf. « L’insertion internationale de la Nouvelle-Calédonie », p. 281) mobilisables sont :
1. Le signal tarifaire reflétant les coûts :
- suppression des écarts de fiscalité entre le diesel et l’essence, et réduction progressive des subventions dont bénéficient certaines catégories d’usagers ;
- intégration dans le signal tarifaire d’une composante « valeur du carbone » ;
- mise en place d’incitations économiques pour soutenir des filières ou technologies émergentes.
2. Dispositifs d’étiquetage énergétique
- pour l’électroménager performant ;
- dans le domaine des transports, affichage énergétique pour les véhicules, éventuellement associé à un dispositif de bonus-malus.
3. Pour les sources d’énergie
- adoption d’un dispositif de prix garantis assorti d’une obligation d’achat par le distributeur, et modulation des tarifs pour soutenir en priorité certaines filières ;
- aides complémentaires à l’investissement.
Les problèmes de raccordement au réseau qui doivent faire l’objet d’actions spécifiques (réglementation).
Pour la production d’eau chaude sanitaire solaire, l’expérience internationale suggère également les pistes à suivre pour soutenir le développement de la filière : incitation, puis généralisation par la réglementation.
La définition d’objectifs pour chacun de ces thèmes doit être accompagnée d’un dispositif de monitoring.

Recommandation n° 8. Engager un programme d’actions, d’éducation et de sensibilisation pour un changement des pratiques
Critère de priorité : il s’agit d’une action structurante à long terme, mais qui doit être lancée aussi tôt que possible
La responsabilisation en matière d’énergie des citoyens consommateurs, parfois producteurs, passe par une indispensable étape de compréhension des notions associées. Les principales notions qui nécessitent d’être comprises concernent notamment :
■ les définitions de l’énergie et de la puissance ;
■ la réalité des ressources énergétiques ;
■ et les impacts environnementaux associés à la consommation d’énergie, notamment les émissions de gaz à effet de serre.
Nous préconisons pour cela des formations à différents niveaux et pour différents publics.
Une première étape pourrait être la formation de formateurs et/ou conférenciers, les enseignants constituant sans doute le public le plus à même de devenir formateurs. Sa mise en place est sans doute l’étape la plus délicate car il faut trouver les bons mécanismes d’incitation et les formateurs initiaux (ADEME, autres personnes compétentes en N.-C. : à recenser).
Un appel à candidature pourrait être lancé à l’initiative du vice-rectorat de la N.-C.
Les programmes scolaires pourraient dès lors intégrer de façon modeste une formation à l’énergie. Une initiative métropolitaine parmi d’autres est citée dans la version complète du rapport.
Concernant les publics adultes, des conférences grand public et des expositions animées par des personnes compétentes (personnels ADEME, autres…) constituent sans doute la meilleure approche.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 449k

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540