Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Résumé

Texte intégral

Les orphelins de la forêt

Pratiques paysannes et écologie forestière (Ntumu, Sud-Cameroun)

1Les populations d’essarteurs traditionnels disséminées dans les forêts d’Afrique centrale associent l’agriculture itinérante sur brûlis aux activités de chasse, de pêche et de cueillette. Comme l’affirme le professeur Bahuchet, « il n’y a pas de forêts vierges », les populations occupant les forêts depuis si longtemps qu’elles en ont transformé la structure et la composition. Nombre de ces sociétés vivaient en équilibre avec leur milieu mais, de nos jours, les mutations sont rapides et souvent irréversibles.

2L’étude a été effectuée dans un but préventif à une époque où les Ntumu du Sud-Cameroun restaient relativement à l’écart d’influences extérieures. Certes, à la fin des années 1990, les équilibres entre les populations et le milieu forestier étaient précaires mais les pratiques agricoles traditionnelles contribuaient à la durabilité du système par le maintien d’une longue période de jachère, et donc à une gestion de l’environnement forestier appropriée à ces régions. Grâce à ces pratiques, les cultivateurs avaient, au cours des millénaires, façonné et transformé les forêts équatoriales, souvent à leur avantage, par la sélection d’espèces utiles à l’homme. L’analyse d’un système agricole typique des essarteurs d’Afrique centrale (les Ntumu du Sud-Cameroun) a permis d’identifier des pratiques agricoles ancestrales qui contribuent au maintien d’un équilibre entre les populations et l’environnement. Ces pratiques ont été étudiées sous l’angle de l’écologie et de l’ethnoécologie. L’abattage sélectif, c’est-à-dire le fait d’épargner ou de protéger certains arbres lors de l’ouverture des champs, a souvent été observé chez les populations d’essarteurs en zone intertropicale. Cependant, peu d’études approfondies ont été consacrées à une telle pratique, en particulier aux raisons diverses et complexes de sa mise en œuvre. De même, en écologie, peu de chercheurs se sont investis dans la compréhension du rôle des arbres isolés dans les champs sur la régénération forestière. Les recherches, menées dans le cadre du programme Avenir des peuples des forêts tropicales (APFT), valorisent des connaissances empiriques sur la nature et les processus écologiques acquises par les populations forestières, de façon à contribuer à la protection de la forêt équatoriale.

3Les Ntumu (leur langue est rattachée au grand groupe linguistique béti) sont répartis dans la forêt équatoriale du Sud du Cameroun mais également au nord du Gabon et de la Guinée-Équatoriale. Autrefois itinérants, les villages se sont fixés, pendant la colonisation, aux abords des axes routiers. Une grande proportion des peuples du Sud-Cameroun sont regroupés en villages-rues de petite taille. Ces populations s’adonnent à des activités de subsistance telles que l’agriculture itinérante sur brûlis, la chasse, la pêche et la cueillette dans le cadre de terroirs forestiers centrés autour des villages. La culture du cacaoyer, activité de rente, est pratiquée au sein d’agroforêts complexes et à multi-usages. Cette culture a été introduite par les colons allemands puis développée pendant la colonisation française.

4Chez les Ntumu, il existe plusieurs types de champs vivriers, chacun étant caractérisé par une culture dominante. La courge précède les arachides dont les champs sont plus petits. Celles-ci seront suivies par les cultures vivrières amylacées, cultivées en association dans un même champ : le manioc, la banane plantain, la patate douce, l’igname et le tara. Plus rarement, les Ntumu pratiquent la riziculture dans les bas-fonds ou les raphiales inondées. La diversité des associations culturales aussi bien dans l’espace que dans le temps caractérise cette agriculture polyvivrière. Les défrichements ont lieu deux fois par an pour la culture de l’arachide et une fois par an ou tous les deux ans pour la courge. Grâce à la fréquence de création des champs, les populations s’assurent une production vivrière non seulement diversifiée mais également échelonnée dans le temps. Ce décalage temporel permet aux familles de s’approvisionner en permanence en produits vivriers. Cette stratégie de diversification permet également de palier les risques liés aux aléas climatiques, économiques et sociaux (mariages, deuils, fêtes religieuses...). Toujours associées à l’agriculture, les activités saisonnières telles que la chasse, la pêche et la cueillette viennent améliorer la qualité de l’alimentation et de la vie. Enfin, le temps passé à la production cacaoyère n’entrave pas le bon déroulement des activités de subsistance car il est régulièrement réparti dans le calendrier annuel. Les agroforêts cacaoyères, bien que relativement récentes, reflètent en grande partie la « culture » agricole ntumu par leur caractère de multi-usages et par le rôle fondamental de l’arbre dans leur gestion tant économique qu’écologique.

5L’agriculture sur brûlis des Ntumu repose sur la minéralisation par le feu des éléments organiques végétaux et animaux présents dans la forêt abattue et préalablement séchée. Le défrichement et l’abattage sont nécessaires au développement des cultures. La fertilité du milieu après le brûlis permettra au cultivateur de récolter pendant deux à trois cycles successifs, avant de commencer la période de déprise agricole ou jachère. Cette phase est nécessaire, pour le paysan ntumu, à la reconstitution de la fertilité du milieu avant d’entamer un nouveau cycle de cultures. La régénération de la végétation ligneuse est une condition sine qua non à la restauration de la fertilité du sol. Au fil des générations, des pratiques agricoles, telles que l’abattage sélectif, favorables à l’efficacité de la jachère ont ainsi été sélectionnées par les populations d’essarteurs traditionnels.

6L’abattage sélectif dans les champs vivriers consiste à épargner des arbres que le cultivateur et son épouse choisissent et protègent pour faire partie intégrante du futur système formé par la succession « cultures-jachère ». Chez les Ntumu cette pratique est systématique et obligatoire.

7Les essences protégées représentent au sein de la société ntumu une valeur tant sociale (symbolique, rituelle) que culturelle (médicinale, alimentaire, cynégétique, halieutique, de cueillette, d’utilité matérielle, de construction, de vanneries...), voire agronomique, écologique et économique. Les arbres protégés dans les champs sont, pour les Ntumu, les « orphelins de la forêt ». En effet, suite à l’abattage de la forêt, acte guerrier par essence, les Ntumu considèrent que ces arbres ont perdu une grande partie de leur famille et qu’ils deviennent naturellement des orphelins de la forêt. Ce statut disparaît au début de la mise en jachère car, grâce au recrû forestier naissant, ces arbres ne seront plus seuls. Certes, des essences d’arbres « non désirées » sont également laissées dans les champs par manque de temps ou de main-d’œuvre pour les abattre mais la majorité des arbres orphelins ont été sélectionnés avant l’abattage. En fait, leur présence conditionne le choix de la parcelle à défricher. Pour les Ntumu, certaines essences d’arbres sont des indicateurs de la fertilité du milieu. La densité d’arbres protégés dans les champs peut varier selon les stratégies paysannes. Elle dépend de nombreux paramètres, sociaux, culturels et écologiques. Enfin, l’abattage résulte d’un compromis décidé entre les hommes et les femmes selon les responsabilités de chacun d’eux vis-à-vis des cultures concernées.

8En écologie, deux phénomènes principaux expliquent la présence d’arbres dans les champs. Le premier concerne une amélioration des conditions physico-chimiques et pédologiques sous et autour des arbres orphelins. Le second tient à une augmentation importante de la « pluie de graines » sous les arbres qui représentent un site de prédilection pour les animaux disperseurs de graines. Ces derniers seraient réticents à traverser ces espaces ouverts s’il n’y avait pas d’arbres. Les deux processus vont de pair pour accélérer la régénération forestière car les graines déposées sous ces arbres trouvent des conditions idéales pour germer. Le phénomène de facilitation peut s’étendre autour de ces noyaux de régénération qui entrent en coalescence les uns avec les autres, selon le modèle prédictif de la nucléation, reconstituant ainsi plus vite le couvert forestier.

9L’étude au sud du Cameroun a concerné les arbres protégés et le phénomène de nucléation, afin d’évaluer leurs rôles dans l’augmentation de la pluie de graines, l’amélioration des conditions physico-chimiques et donc l’accélération possible de la régénération forestière. En effet, la pluie de graines est beaucoup plus importante et diversifiée sous la couronne des arbres orphelins qu’à ciel ouvert où celle-ci est quasi nulle. La pluie de graines est également plus importante à proximité du tronc que sous la couronne. Dans cette pluie de graines, une centaine d’espèces ont été dénombrées, parmi lesquelles une grande majorité sont dispersées par les animaux frugivores, un plus petit nombre étant dispersé par le vent. De plus, la pluie de graines apportée par les animaux augmente sous les arbres isolés produisant des fruits charnus. Ces fruits attirent donc particulièrement les animaux disperseurs de graines. Cependant, le nombre de graines observées sous les arbres qui ne produisent pas de fruits charnus laisse penser que les mécanismes d’attraction sont probablement moins dichotomiques. En effet, d’autres raisons peuvent pousser les oiseaux à venir se poser sur des arbres isolés dans les champs (nidification, site de chant et de parade, protection, perchoirs, alimentation autre que les fruits...). Un autre volet de l’étude a également comparé la dispersion des graines sous les arbres isolés en fonction de l’activité humaine. La pluie de graines dispersées par les animaux diminue pendant les périodes d’activité humaine intense, ce qui laisse penser que la présence des cultivateurs pourrait effrayer les animaux. Cette observation est intéressante à replacer dans le cadre de la succession forestière. En effet, le recrû post-agricole commence justement au moment où la présence humaine diminue (fin des sarclages mais poursuite des récoltes).

10La dispersion des graines dans les parcelles à recoloniser est un facteur décisif dans le processus écologique de régénération forestière post-culturale. Si les arbres orphelins constituent des sites privilégiés d’apport de graines grâce aux déjections d’animaux disperseurs, ils offrent également des sites écologiques favorables aux plantules issues de graines d’arbres. En effet, dans des jachères d’âges différents les essences d’arbres s’établissent plus facilement sous les arbres orphelins que dans les parties ouvertes de la jachère. De manière symétrique, les plantes herbacées sont plus nombreuses à ciel ouvert que sous les couronnes d’arbres. Les arbres isolés dans les champs jouent un rôle primordial dans le recrû végétal qui évolue dans un cas vers une composition arbustive et dans l’autre vers une strate surtout herbacée. L’installation d’un recrû à dominante herbacée peut être à l’origine d’un blocage de la succession végétale ligneuse. De plus, les analyses concernant la surface terrière (estimateur de la biomasse) mettent en évidence une forte influence des arbres isolés. Le micro-climat sous les arbres favorise donc la régénération d’espèces ligneuses. L’ensemble des résultats suggère que la présence de ces arbres et l’ombrage qu’ils produisent dans les champs permettent de court-circuiter la première phase de régénération ligneuse, celle de la strate arborée à parasoliers (M. cecropioides).

11Chez les Ntumu, l’abattage sélectif semble particulièrement bien adapté à un système agricole de forêt équatoriale dont la pérennité repose en grande partie sur l’efficacité de la jachère, c’est-à-dire de la régénération de la végétation ligneuse après la culture.

12À l’échelle du paysage, l’agriculture et l’abattage sélectif influencent la dynamique des formations forestières, surtout par le biais des défrichements et de la sélection d’espèces « utiles » à l’homme au cours de l’abattage. En effet, la dynamique forestière est modifiée par l’expansion d’essences pionnières et/ou anthropophiles dans les zones à plus forte pression humaine, ce qui contribue à la création de taches de forêts secondarisées au sein de blocs forestiers « primaires ». Ces pratiques modifient la composition spécifique des forêts de différentes manières et concernent des pas de temps variés.

13Ces deux phénomènes s’interpénètrent car les essences pionnières correspondent souvent aux essences protégées et sélectionnées par les cultivateurs africains. L’augmentation de la densité de certaines espèces d’arbres au sein des blocs forestiers où l’activité agricole est intense ou ancienne (depuis près de 2000 ans BP) a pu être déterminante dans la composition spécifique des forêts d’aujourd’hui. Des études montrent que l’action anthropique intervient de manière concomitante avec le climat. Dans la vallée du Ntem, au sud du Cameroun, l’action humaine a probablement modifié localement la composition spécifique des forêts avoisinant les lieux d’habitat. L’activité agricole et les changements induits se répercutent à l’échelle régionale à travers la pénétration progressive d’essences à caractères caducifoliés typiques des recrûs post-agricoles au sein du bloc forestier originel composé d’essences sempervirentes. Ce phénomène donne naissance à une mosaïque forestière, formée de blocs forestiers sempervirents et d’autres semi-caducifoliés, et contribue à augmenter la diversité des écosystèmes à l’échelle régionale.

14La protection d’arbres dans les champs tout comme le système d’agriculture sur brûlis témoignent de l’adaptation des sociétés d’essarteurs traditionnels à leur environnement. Les peuples des forêts tropicales ont donc contribué durant ces derniers millénaires à enrichir leur milieu en espèces utiles à leur survie. Les exemples d’adaptation des modes d’exploitation au milieu forestier sont nombreux.

15Aujourd’hui, ces pratiques traditionnelles empiriques, telles que l’abattage sélectif, seraient susceptibles d’être valorisées et actualisées par les acteurs de la protection de l’environnement et du développement.

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search