Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Annexes

Texte intégral

Annexe 1 : arbres et arbustes de la forêt atlantique toujours verte

1Cette liste et celles des annexes suivantes proviennent des relevés de Letouzey (1985), complétés par des observations personnelles. Ces listes ne sont pas exhaustives.

Annexe 2 : arbustes de sous-bois du district atlantique biafréen

2Dans la zone d’étude, on note l’abondance très marquée de certaines familles telles que les Euphorbiaceae, les Rubiaceae, et les Sterculiaceae.

3Allophylus spp., Alsodeiopsis spp, Angylocalyx spp., Anisophyllea spp., Baphia spp, Beilschmiedia spp., Balanophora spp., Bertiera spp., Buchholzia coriacea, Callichilia spp., Calpocalyx spp., Campilospermum spp., Ouratea spp., Carpolobia gossweileri, Chytranthus spp., Cola spp., Combretum spp., Deinbollia spp., Desmostachys brevipes, Dichapetalum spp., Dicranolepis spp., Diospyros spp., Dorstenia spp., Dracaena spp., Drypetes spp., Eriocoelum spp., Ficus spp., Garcinia spp., Guarea sp., Ixora spp., Jollydora spp., Laccodiscus ferrugineus, Lasianthera africana, Leptaulus grandifolius, Maesobotrya spp., Memecylon spp., Microdesmis spp., Mostuea spp., Napoleonaea spp., Olax spp., Pavetta spp., Psychotria spp., Rhabdophyllum spp., Rinorea spp., Salacia spp., Scaphopetalum spp., Thomandersia laurifolia, Treculia spp., Uvariastrum spp., Uvariodendron spp., Uvariopsis spp., Voacanga sp.

Annexe 3 : lianes de sous-bois du district atlantique biafréen

4Dans la zone d’étude, on note l’abondance des familles telles que les Apocynaceae, Combretaceae, Hippocrateaceae, Papilionaceae, Menispermaceae, et Connaraceae.

5Agelaea pseudobliqua, Calycolobus spp., Cnestis spp., Combretum spp., Dichapetalum spp., Griffonia spp., Hugonia gabonensis, Landolfia spp., Lavigeria macrocarpa, Monanthotaxis spp., Salacia spp., Strophanthus spp., Strychnos spp., Tetracarpidium conophorum, Tetracera spp., Uvaria bipindensi.

Annexe 4 : herbacées de sous-bois du district atlantique biafréen

6Seules quelques espèces citées ont été observées dans la zone d’étude.

7Amophorphallus zenkeri, Cercestis kamerunianus, Commelina spp., Costus spp., Culcasia spp., Dorstenia spp., Geophila spp., Marantochloa holostachya, Nephtitis spp., Palisota spp., Stanfieldiella axillaris, Stylochiton zenkeri, Thaumatococcus danielli.

Annexe 5 : espèces d’arbres de la forêt semi-caducifoliée

8Autranella congolensis, Lecaniodiscus cupanioides, Trilepisium madagascariense, Albizia ferruginea, Albizia zygia, Amphimas pterocarpoides, Copaifera mildbraedii, Cordia platythyrsa, Entandrophragma angolense, Entandrophragma cylindricum, Erythrophleum suaveolens, Erythroxylon mannii, Fernandoa adolfi-friderici, Gossweilerodendron balsamiferum, Parinari excelsa, Parkia filicoidea, Ziziphus pubescens, Anthonotha cladantha, Beilschmiedia congolana, Bridelia grandis, Croton otigandrus, Diospyros monbuttensis, Ficus exasperata, Gambeya spp., Margaritaria discoidea, Phyllanthus polyanthus, Pterocarpus mildbraedii, Trichoscypha patens.

Annexe 6 : espèces grégaires de forêt semi-caducifoliée

9Angylocalyx pynaertii, Anonidium mannii, Desplatsia dewevrei, Funtumia elastica, Fieisteria spp., Meiocarpidium lepidotum, Polyalthia suaveolens, Strombosiapustulata, Baphia leptobothrys, Diospyros abyssinica, Trichilia rubescens, Xylopia hypolampra.

Annexe 7 : espèces caractéristiques du sous-bois de forêt semi-caducifoliée

10Arbres et arbustes :

11Bertiera spp., Drypetes parviflora, Homalium spp., Olax subscorpioidea, Ouratea spp., Psychotria spp., Microdesmis puberula, Mostuea hirsuta, Piper capense, Uvariodendron molundense, Thomandersia heinsii, Whitfieldiella elongata.

12Herbacées :

13Palisota spp., Leptaspis cochleata, Oplismenus hirtellus, Olyra latifolia et enfin quelques espèces assez abondantes de Marantaceae comme Marantochloa spp., Hypselodelphys spp., Megaphrynium spp., Sarcophrynium spp.

14Lianes :

15Agelaea spp., Calycolobus spp., Combretum spp., Dalbergia hostilis, Paullinia pinnata, Roureopsis obliquifoliolata, Smilax spp., Urera cordifolia.

Annexe 8 : espèces d’arbres et d’arbustes aes forêt secondaires

16Ce sont des espèces dites « commensales de l’homme ou anthropophiles ».

17Albizia adianthifolia, Albizia glaberrima, Alstonia boonei, Anthocleista schweinfurthii, Antrocaryon klaineanum, Bombaxbuonopozense, Bridelia spp, Catoncoba welwitschii, Ceiba pentandra, Cleistopholis patens, Dacryodes edulis, Desbordesia gtaucescens, Dichostemma glauoescens, Discoglypremna caloneura, Distemonanthus benthamianus, Dracaena arborea, Duboscia macrocarpa, Erythrina excelsa, Erythrophleum suaveolens, Ficus mucuso, Harungana madagascariensis, Homalium letestui, Irvingia gabonensis, I. grandifolia, Lannea welwitschii, Macaranga spp., Mallotus oppositifolius, Markhamia lutea, Chlorophora excelsa, Musanga cecropioides, Myrianthus arboreus, Petersianthus macrocarpus, Piptadeniastrum africanum, Polyscias fulva, Pycnanthus angolensis, Rauvolfia caffra, Rauvolfia vomitoria, Ricinodendron heudelotii, Spathodea campanulata, Tabernaemontana spp., Terminalia superba, Tetrapleura tetraptera, Tréma guineensis, Triplochiton scleroxylon, Vernonia spp., Xylopia aethiopica, Xylopia hypotampra, Zanthoxylum spp.

Annexe 9 : espèces de lianes et de grandes herbacées caractéristiques des forêts secondaires

18Les espèces suivantes peuvent prendre une place importante dans les sous-bois.

19Lianes :

20Acacia pinnata, Apocynaceae spp., Asclepiadaceae spp., Cardiospermum spp., Clerodendrum spp., Cnestis ferruginea, Connaraceae spp., Deidamia clematoides, Dioscorea spp., Illigera pentaphylla, Manniophyton fulvum, Menispermaceae spp., Mucuna spp., Mussaenda erythrophylla, Paullinia pinnata, Vitaceae spp.

21Herbacées :

22Haumania danckelmanniana, Hypselodelphys spp., Megaphrynium spp., Sarcophrynium spp., Aframomum spp., Costus spp., Desmodium adscendens, Ipomea involucrata, Olyra latifolia, Opiismenus burmannii, Palisota spp., Selaginella spp., Setaria barbata, Pennisetum purpureum.

Annexe 10 : espèces caractéristiques des zones marécageuses périodiquement inondées

23Arbres et arbustes :

24Albizia spp., Alchornea cordifolia, Anthonotha macrophylla, Antidesma venosum, Beilschmiedia sp., Caloncoba brevipes, Cephaelis spp., Crotogyne preussii, Ficus vogeliana et Ficus asperifolia, Gilbertiodendron dewevrei, Drypetes sp., Leea guineensis, Macaranga spp., Mammea africana, Manilkara argentea, Hallea stipulosa, Pseudospondias microcarpa, Syzygium sp., Treculia africana, Sterculia sp., Uapaca spp.

25Herbacées et lianes :

26Flalopegia azurea, Marantochloa purpurea, Nephrolepis biserrata, Paullinia pinnata, Trachyphrynium spp.

Annexe 11 : espèces caractéristiques de la zone biafréenne

27Arbustes :

28Berlinia bracteosa, Cola hypochrysea, Crateranthus talbotii, Plagiosiphon multijugus, Stachyothyrsus staudtii, Alsodeiopsis spp., Baphia spp., Beilschmiedia preussii, Chassalia ischnophylla, Cryptosepalum spp., Desmostachys oblongifolia, Diospyros longifolia, Lasiodiscus mannii, Memecylon spp., Pauridianthus hirtella, Podococcus barteri, Psychotria abrupta.

29Herbacées et lianes :

30Artabotrys thomsonii, Millettia chrysophylla, Monanthotaxis cauliflora, Strychnos spp., Ancistrophyllum spp., Oncocalamus spp., Ruellia sp., Costus spp., Stanfieldiella spp.

Annexe 12 : méthode de transcription phonétique

31La transcription phonétique des termes ntumu qui figurent dans ce mémoire a été sensiblement simplifiée. Aussi arbitraire soit elle, elle ne devrait pas nuire à la compréhension du présent ouvrage. Tous les termes vernaculaires sont écrits en italique.

32La langue ntumu est une langue à tons. Elle comprend trois registres pertinents, auxquels correspondent trois tons ponctuels (haut, moyen, bas) et deux modulations simples (ascendant et descendant). Une mauvaise restitution des tons peut occasionner des confusions de sens. Le vocabulaire figurant dans le mémoire est en quantité réduite et comme il ne présente aucun risque d’homonymie, les tons n’ont pas été retranscrits. Par exemple, l’ancien village /élik/, est simplement écrit /elik/.

33La langue ntumu, comme l’ensemble des langues bantu, comprend des classes nominales, c’est-à-dire que chaque nom est composé d’un radical, précédé d’un préfixe de « classe » qui exprime la marque du singulier et du pluriel. Ces paires ne sont pas fournies ici. Tous les termes sont indiqués au singulier, sans isolement du préfixe.

34Si l’on reprend l’exemple précédent : l’ancien village, radical /lik/ classe (è-lbi-), devrait – après suppression des tons – s’écrire /e.lik/ au singulier et /bi.lik/ au pluriel. Il sera simplement écrit /elik/.

35La transcription adoptée ne tient pas compte de la longueur variable des voyelles et des consonnes.

36Prononciation particulière de certaines voyelles :

  • /e/ a valeur de « é » et « été », « è » de « cèdre », « eu » de « bœuf » et « eu » de « vœu » ;

  • /o/ a valeur de « au » de « beau » et « o » de « or » ;

  • /u/ a valeur de « ou » de « houe » et « u » de « sûr ».

37L’accent /'/ parfois porté entre deux voyelles identiques traduit une ébauche de glottale occlusive, qui n’existe pas en langue française.

38/w/ et /y/ sont des semi-voyelles. /w/ a valeur de « w » de l’anglais « watt » mais également du « u » de « suinter ». /y/se prononce comme dans « hyène ».

39Prononciation particulière de certaines consonnes :

  • /gn/ a valeur de « gn » de « igname » ;

  • /s/ se prononce toujours comme dans « sac » ;

  • /c/ se prononce toujours « ch » comme dans « chien » ;

  • /k/ a valeur de « qu » et de « c » de « coque » ;

  • /'/ n’existe pas en français.

40Toute voyelle précédant un « ng » de l’anglais « bang », est systématiquement nasalisée. Ainsi, la nasalisation de « a » donne « an » de « manche », celle de « e » donne « in » de « malin », celle de « o » donne « on » de « ballon », celle de « u » donne « un » de « quelqu’un ».

Tableau des voyelles

Tableau des voyelles

Tableau des consonnes

Tableau des consonnes

Annexe 13 : note sur la musique ntumu

41Ces informations ont été recueillies par H. Rivière, ethnomusicologue, au cours de recherches menées sur la musique ntumu. Elles ont fait l’objet d’un rapport qui n’a jamais été publié. Je voudrais lui rendre hommage en les rassemblant dans cette annexe.

42La pratique musicale demeure bien vivante chez les Ntumu en général, mais les musiciens équato-guinéens jouissent d’une grande réputation et il est fréquent qu’ils soient sollicités pour animer les fêtes du côté camerounais (Rivière, 1999). Paradoxalement, alors que les Ntumu équato-guinéens sont considérés comme plus conservateurs, il semble bien qu’ils soient à l’origine de la diffusion de danses ou de rythmes nouveaux dans la région du Ntem.

43Le répertoire dansé comprend une douzaine de danses (collectives dans la quasi-totalité des cas). Si quelques-unes sont liées à des circonstances précises (par exemple, des hommes revenant d’une chasse à l’éléphant), la grande majorité n’a pas de spécificité et peut être entendue en maintes occasions (danses organisées aussi bien de façon spontanée que pour une levée de deuil, par exemple). Chaque village s’est fait une spécialité d’une – voire de deux ou trois – de ces danses non rattachées à une fonction ou circonstance monovalente ; celles-ci ont certainement été remaniées, tant sur le plan chorégraphique que musical, sous l’influence notamment des musiques urbaines africaines et afro-cubaines. Il est même fort probable que certaines d’entre elles soient des créations ne remontant pas à plus de quelques dizaines d’années. Quant aux musiques non dansées, elles sont majoritairement liées à des fonctions ou circonstances précises (mariage, langage tambouriné, etc.).

Tambour à membrane utilisé couché sur le sol et joué à l’aide de mailloches (Rivière, 1999)

Arc musical formé d’une calebasse, d’une noix de coco ou d’une boîte de conserve (Rivière, 1999)

44Notons que les Ntumu sont très réceptifs aux musiques venues d’ailleurs : ils reproduisent avec aisance des rythmes bamiléké, jouent aux tambours d’eau des rythmes antillais (merenge), ont intégré des instruments qu’ils reconnaissent explicitement comme pygmées, etc.

45Les instruments ntumu (une quinzaine), trompes, flûtes, arcs, harpes, cithares, porte-voix, tambours, bâtons, hochets, sonnailles, tambours, xylophones, sanzas, ne possèdent pas de traits véritablement originaux par rapport au contexte régional (Rivière, 1999). Leur facture fait appel aussi bien à des matériaux directement issus du milieu forestier environnant que des produits provenant de la ville (contreplaqué, fil de fer, boîte de conserve, clous, etc.).

46L’adaptation de la musique traditionnelle aux différents cultes chrétiens s’est faite avec un souci de différenciation de ces cultes (au moins dans la région de Ma’an). Ainsi, les protestants chantent a cappella – ou tout du moins sans instruments mélodiques – au cours des offices, et les catholiques recourent à des accompagnements de xylophones (Rivière, 1999). Le culte buti, introduit au début du siècle, n’est guère répandu, mais il requiert l’utilisation d’une harpe. Celle-ci est de facture identique à celles connues chez les Fang du Gabon ; un usage ancien, dans un cadre non sacré, de cet instrument chez les Ntumu est tout à fait envisageable. Relevons également que nombre de chants accompagnés de coquillages entrechoqués, de tambours d’eau, ou encore de chants de mariage ont été dotés de paroles chrétiennes.

47Dans ce cadre mouvant de la musique ntumu, on relève la totale décadence des langages xylophoné et tambouriné (la communication au tambour à fente se résume à quelques formules, notamment pour appeler les fidèles à la messe).

Annexe 14 : méthode de calcul de la surface des champs

Principes de mesure sur site

48Comme les champs ont une forme de polygone irrégulier, les mesures sur le site doivent permettre d’en reconstituer les principales arêtes. Le matériel utilisé se résume à une boussole, un double décamètre et un topofil.

49Pour un polygone à N arêtes, N mesures de distances et N mesures d’angles doivent être réalisées. Les distances sont mesurées entre deux sommets consécutifs (dn = MnMn + 1). Les angles sont mesurés par rapport au Nord magnétique, en fixant un sens de rotation (ici le sens trigonométrique).

50Le premier point est fixé comme point de référence, il doit correspondre également au dernier point mesuré (M0 = MN).

Calcul de la surface du champ

51La surface du champ est obtenue en calculant l’aire de chaque trapèze formé par une arête et sa projection orthogonale sur l’axe Nord passant par le point M0.

Représentation graphique du champ

52Le champ peut être représenté graphiquement en se plaçant dans un repère orthogonal, de centre M0, d’abscisse l’axe Nord, et d’ordonnée l’axe Ouest. Les points sont repérés par leurs coordonnées (x ; y) dans ce repère.

53Le point M0 a pour coordonnées (0 ; 0).

54Le point Mn a pour coordonnées (xn ; yn), avec :

55Il est important de contrôler que les coordonnées du dernier point MN sont proches de (0 ; 0).

56En reportant les coordonnées (xn ; yn) de chaque point sur un tableur, il est possible de représenter graphiquement la forme du champ.

Annexe 15 : liste des espèces d’arbres fruitiers observées dans les agroforêts cacaoyères

57Le nom vernaculaire et les utilisations principales sont mentionnés : usage médicinal (*** = répandu, * = rare), usage alimentaire (+++ = très fréquent, ++ = fréquent), caractéristiques agronomiques et statut dans la cacaoyère. L’usage médicinal défini ici correspond à une utilisation fréquente de l’espèce. Toutes les espèces sont utilisées comme bois de chauffe et nombre d’entre elles comme bois de construction.

Annexe 16 : liste des espèces d’arbres observées dans les agroforêts cacaoyères

58Le nom vernaculaire et les utilisations principales sont mentionnés : usages (médicinal = M, alimentaire = A, social = S, bois de chauffe = BC, bois d’œuvre = BO), utilité en tant qu’espèce d’ombrage dans l’agroforêt, qualités agronomiques, statut dans la plantation, dureté du bois à l’abattage et utilisations secondaires. L’usage médicinal défini ici correspond à une utilisation fréquente de l’espèce. Toutes les espèces sont utilisées comme bois de chauffe et nombre d’entre elles comme bois de construction.

Annexe 17 : liste des espèces d’arbres épargnés dans les champs

59Leurs caractéristiques principales sont mentionnées : dureté du bois (*** = très dur, ** = moyennement dur, * = peu dur), qualité de l’ombrage (*** = très bon, ** = qualité moyenne, * = qualité faible, 0 = ombrage préjudiciable), effets positifs reconnus sur la fertilité du milieu (*** = fort, ** = moyen, * = faible, 0 = effets néfastes) et utilité (BO = bois d’œuvre, A = alimentation, M = médicinal, RP = résine pyrogène, BC = bois de chauffe). L’usage médicinal défini ici correspond à une utilisation fréquente de l’espèce. Toutes les espèces sont utilisées comme bois de chauffe et nombre d’entre elles comme bois de construction.

Annexe 18 : liste des espèces de graines déterminées au niveau de fa famille

Z = zoochore ; A = anémochore ; At = autochore

Annexe 19 : caractéristiques de la végétation et variables calculées

60Pour chaque tige échantillonnée dans les quadrats, les caractéristiques suivantes ont été notées :

  • famille, espèce, genre, lorsque cela a été possible ;

  • hauteur et diamètre ;

  • type biologique pour les espèces déterminées (liane, herbacée, herbacée lianescente, arbuste et arbre) ;

  • origine (germination, rejet ou multiplication végétative).

  • Ainsi pour chaque quadrat des variables ont été dénombrées et calculées :

  • richesse spécifique, nombre d’espèces par unité de surface ;

  • indice de Shannon : Is = - Σ (N, / N) x log2 (N, / N), où N, est le nombre d’individus de l’espèce i dans un quadrat et N la somme du nombre d’individus par espèce dans un quadrat ;

  • surface terrière par quadrat (4,5 m2) : ST (cm2) = Σ (C2/4 Π), où C est la circonférence à hauteur d’homme pour les essences ligneuses et à la base pour les plantes herbacées ;

  • nombre d’individus (par type biologique et par origine).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau des voyelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau des consonnes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Tambour à membrane utilisé couché sur le sol et joué à l’aide de mailloches (Rivière, 1999)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Arc musical formé d’une calebasse, d’une noix de coco ou d’une boîte de conserve (Rivière, 1999)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Z = zoochore ; A = anémochore ; At = autochore
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10269/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search