Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Postface

Texte intégral

1Les arbres protégés par les Ntumu dans leurs champs vivriers sont des « orphelins de la forêt ». Mais ce sont des orphelins temporaires puisque dès le recrû forestier, ils reprennent place dans la formation forestière en cours de reconstruction.

2Au contraire, les populations des forêts tropicales ne risquent-elles pas de devenir, demain, les véritables « orphelins de la forêt » ? En effet, ces populations vivent dans et de la forêt, qu’elles entretiennent et contribuent à pérenniser. Sans forêts, les Ntumu seraient de véritables orphelins, touchés au plus profond de leur organisation sociale et culturelle.

3Il est vrai que les essences protégées par les paysans depuis des millénaires en Afrique centrale sont d’un intérêt majeur pour les compagnies forestières qui recherchent des profits à court terme. Attirées par la densité en essences potentiellement exploitables, les entreprises forestières introduisent des changements rapides sur le milieu naturel et bien sûr, cela va de pair, sur les sociétés indigènes des forêts tropicales. Ces changements sont malheureusement encouragés par la profonde connaissance – acquise depuis des millénaires – que les populations locales ont de leur milieu. Les populations sont ainsi paradoxalement au service des forestiers ; grâce à leurs pratiques ancestrales, les paysans ont favorisé depuis très longtemps les essences au bois précieux et aujourd’hui, ils capturent des animaux que les acteurs du changement et parfois même du développement leur achètent à prix d’or. Séduites par le développement économique, les populations locales négligent et perdent, parfois en une seule génération, leurs pratiques ancestrales d’exploitation et de préservation des ressources.

4Appauvrissement des savoirs locaux et dépendance monétaire accrue conduisent inévitablement vers une paupérisation souvent irréversible.

5L’amélioration des conditions de vie des populations locales dans les forêts tropicales passe aussi par un bien-être (alimentaire, activités de loisirs, rituels, patrimoines de littérature orale...) conféré par la forêt en échange d’une gestion rationnelle immémoriale et durable. Cette forme de modernité commence à faire cruellement défaut dans les contrées dites développées.

Traversée du village par les grumiers. Ces derniers sont responsables de nombreux accidents

Un camion grumier surchargé a tenté l’impossible. Il demeure coincé dans le bourbier bloquant ainsi le passage de l’unique route qui reliait le Cameroun au Gabon

Table des illustrations

Légende Traversée du village par les grumiers. Ces derniers sont responsables de nombreux accidents
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Un camion grumier surchargé a tenté l’impossible. Il demeure coincé dans le bourbier bloquant ainsi le passage de l’unique route qui reliait le Cameroun au Gabon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10267/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search