Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Conclusion générale. Agriculture itinérante, savoirs traditionnels et biodiversité

Texte intégral

1La vallée du Ntem au Sud-Cameroun est loin d’être l’unique région en Afrique centrale où s’expriment encore des modes de subsistance traditionnels durables et adaptés à la forêt dense humide (Bahuchet et De Maret, 1994). II est possible de formuler le constat suivant : les régions où l’agriculture itinérante persiste sont celles où la forêt demeure, et réciproquement. Tant qu’ils le peuvent, les agriculteurs prennent soin de la forêt comme de leur terre nourricière. L’équilibre forestier est rompu quand ils ne sont plus en mesure de le faire.

2Dans le sud du Cameroun, des populations sont en voie de mutation mais elles s’adaptent difficilement aux changements brutaux auxquels elles sont soumises. Elles connaissent alors une perte rapide des systèmes de subsistance ancestraux et des techniques ou pratiques associées, faisant suite à une érosion concomitante des savoirs locaux et de la biodiversité.

3Ironie du sort, chez les Ntumu, nos recherches montrent l’étroite coopération – signe de durabilité – entre les populations indigènes et l’écosystème forestier, alors même que plusieurs grands projets risquent de les affecter :

  • exploitation forestière ;
  • aires protégées de type Parcs nationaux ;
  • réserve de faune ;
  • grand barrage ;
  • ouverture d’une route reliant Ma’an à Campo.

En équilibre dynamique avec le milieu naturel leur agriculture, loin d’être destructrice, met en œuvre des pratiques sociales et culturelles directement profitables à l’écosystème forestier.

4Les Ntumu de la vallée du Ntem sont particulièrement représentatifs de populations à économie mixte, diversifiée et partiellement monétarisée (agriculture, chasse, pêche, piégeage, cueillette, cultures de rente), qui évoluent dans un milieu caractérisé par l’abondance des ressources forestières. Le système agricole n’est pas soumis à des contraintes majeures. En équilibre dynamique avec le milieu naturel, leur agriculture, loin d’être destructrice, met en œuvre des pratiques sociales et culturelles directement profitables à l’écosystème forestier.

Agriculture ntumu, espace forestier villageois et biodiversité

5La production agricole couvre les besoins journaliers des familles. Les Ntumu – excepté pour les cultures de rente – ne cultivent pas de produits vivriers dans un but lucratif mais pour assurer leur alimentation. Des études confirment que l’objectif des agriculteurs est de fournir un travail minimum pour produire la quantité de vivriers nécessaires à une alimentation diversifiée et de qualité, tout en limitant la pénibilité de ce travail et en augmentant son efficacité (Beets, 1990 ; De Rouw, 1991 ; De Wachter, 1997).

6Dans ce sens, les savoirs traditionnels sont mobilisés pour mettre la nature à contribution et lui assigner une fonction biologique concrète et utile pour une production durable. Le brûlis et le cycle culture-jachère entretiennent la fertilité du milieu, la permanence de taches de forêts dans le terroir améliore les contacts avec la sylve et la régénération post-agricole, les arbres protégés dans les champs contribuent à la régénération forestière du site et accélèrent la reconstitution de la fertilité du milieu.

7« Du côté où l’arbre penche, c’est là qu’il faut l’abattre. ». Ce proverbe béti, recueilli par Théodore Tsala (Vincent et Bouquiaux, 1985), est également utilisé chez les Ntumu et traduit ce souci de saisir les opportunités et les circonstances favorables offertes par la nature.

8Il peut être interprété par la formule courante : « il faut utiliser chacun en fonction de sa nature ». Il prend toute sa valeur au sein d’une société d’essarteurs comme celle des Ntumu. Il confère une signification abstraite à une action qui est habituelle (l’abattage d’arbres) et qui s’applique aux comportements sociaux.

9Cette efficacité recherchée pour tout travail tient certainement en grande partie à un contexte politico-économique peu contraignant. La surproduction n’est envisagée que comme fait social et souvent ostentatoire. Dans le cadre d’une économie de subsistance « en équilibre » avec le milieu, le libre arbitre culturel (Garine, 1990) façonne et crée des règles sociales, propres à chaque société. Ces règles sociales et culturelles qui s’appliquent à un environnement naturel donné sont incarnées par les modes d’exploitation des ressources.

10L’attribution coutumière des terres de cultures dans le terroir agricole d’un village de la vallée du Ntem induit une répartition des champs, des jachères et des forêts qui sont propres à cette région. Depuis la sédentarisation progressive des villages, les portions de terres de cultures se distribuent au bord de la piste, selon des bandes qui, au gré des défrichements, se dirigent vers le fleuve. Pour les Ntumu, une telle direction n’est pas aléatoire et montre l’importance de la pêche dans leurs activités. Cette particularité sociale et culturelle du droit foncier coutumier-bandes de terres qui ne se recoupent pas, droit de prééminence sur les terres situées devant la parcelle cultivée – a conditionné la répartition des terres de cultures et de jachères et également le sens des défrichements.

11Les tenures foncières agricoles sont très fortement empreintes de facteurs sociaux et naturels interdépendants comme l’histoire des Ntumu (sédentarisation des villages, migrations) et le contexte physique (défrichements effectués entre la piste où ils habitent et le fleuve où ils pêchent). Elles dépendent également des règles politico-juridiques (droits fonciers, attributions villageoises et lignagères) et du contexte socio-économique des individus. La taille d’un ménage, la santé, la polygamie et l’âge conditionnent l’étendue des superficies défrichées chaque année par cultivateur.

12Ces pratiques sociales ont fortement contribué à façonner peu à peu le milieu selon une mosaïque d’espaces naturels et anthropiques qui est propre aux paysages de la région ntumu. Cette mosaïque présente de nombreux intérêts non seulement sociaux mais également écologiques car elle est composée d’une multitude de sites différenciés les uns des autres. Cultures, jachères, forêts, marécages suscitent une hétérogénéité des espaces – en particulier ceux générés par l’agriculture traditionnelle (Wilkie et Finn, 1990 –, et une diversité des espèces, conditions sine qua non au maintien de la biodiversité animale et végétale au sein de l’espace forestier villageois (Xu et Bland, 1993).

13Une telle mosaïque ne peut être dissociée de l’impact très faible du déboisement qui ne représente que 5 % de la totalité des surfaces cultivées annuellement.

14Tous ces critères (maintien d’une grande hétérogénéité, petite étendue des défrichements...) convergent vers une appréciation globale de l’agriculture pratiquée par les Ntumu : l’impact sur le milieu naturel est faible et limité aux espaces habités où le déboisement est permanent. Grâce à la mosaïque de végétation qu’il met en place, ce système est loin de ressembler aux agricultures pionnières destructrices pratiquées par des migrants.

15Cette conclusion est confirmée par d’autres recherches selon lesquelles la diversité végétale et l’avifaune, dans le contexte d’un système agricole de ce type, peuvent atteindre jusqu’à 50 à 80 % des espèces rencontrées en forêts naturelles (Lawrence et al., 1998).

L’exemple des Ntumu oppose un démenti aux effets supposés de l’agriculture sur brûlis. Génératrice de paysages hétérogènes, elle ne provoque pas de reconversion permanente de la forêt.

16L’exemple des Ntumu a donc l’avantage d’opposer un démenti aux effets supposés négatifs de l’agriculture itinérante sur brûlis. En fait, l’agriculture traditionnelle crée des paysages beaucoup plus hétérogènes que les forêts secondaires à canopée fermée (Xu et al., 1999) et ne provoque pas de reconversion permanente de la forêt en recrûs monospécifiques (de type recrûs à Chromolaena odorata). Force est de constater que son impact sur le couvert forestier est beaucoup moins marqué que celui des alternatives principales d’utilisation des terres sur de vastes étendues (plantations commerciales et exploitations forestières) (Xu et al., 1999).

17L’étude de l’agriculture des Ntumu montre le rôle déterminant des pratiques sociales, culturelles et politico-juridiques – à l’échelle d’un terroir – sur l’agencement spatial des cultures et l’étendue limitée des déboisements permanents liés aux activités de subsistance.

18Au contraire, des changements sociaux induits par les politiques extérieures (encouragement ou prohibition de certaines cultures, projet de crédit) risquent d’entraîner une destruction des ressources forestières. Xu et al. (1999) ont également montré que les superficies défrichées restaient faibles tant que les ménages gardaient un pouvoir de décision malgré l’augmentation modérée de la densité de population. Cette maîtrise familiale des relations avec la nature est au centre du « Household Responsibility System » (Système de responsabilité des ménages) institué en 1979 au sud de la Chine, près de la frontière thaïlandaise et laotienne (Xu et al., 1999).

19Chez les Ntumu, les contraintes du milieu, les institutions et les règles foncières coutumières qui structurent l’attitude des villageois – depuis la fixation des villages – créent et entretiennent une mosaïque qui assure le maintien de la biodiversité et la reproductibilité du système de production. Au contraire, le projet de micro-crédit FIMAC ébauché dans la vallée du Ntem montre à quel point une action inadaptée peut rapidement modifier les pratiques de défrichement.

Les arbres protégés des champs : diversités culturelle, culturale et biologique

20En Afrique centrale, des arbres sont fréquemment épargnés lors de l’abattage des champs. Les Ntumu font spécialement preuve d’une grande détermination pour les conserver dans les champs vivriers et ils accordent beaucoup de soin à la sélection des espèces.

21Bien que les Ntumu ne pratiquent pas l’abattage sélectif dans l’unique but de favoriser le recrû dans les jachères, ils sont tout à fait conscients du phénomène de nucléation que nous avons mis en évidence. Ils ont constaté que la « maturation » de la jachère est retardée dans les champs où ne subsistent que peu ou pas d’arbres isolés. De même, ils sont capables d’expliquer comment s’effectue la dispersion des graines et comment celle-ci peut être favorisée sous les arbres isolés (perchoirs), lis ont une perception réelle de l’amélioration de la régénération forestière sous les arbres isolés dans les jachères (environnement physique favorable).

22Les arbres épargnés dans les champs permettent aux cultivateurs d’optimiser le temps de jachère sur lequel repose leur système agricole. Ils autorisent, grâce au phénomène de nucléation, une régénération forestière rapide et de qualité. En effet, la croissance des arbres et des arbustes (par rapport aux herbes) permet une fixation importante dans les plantes longévives d’éléments nutritifs synonymes, pour les Ntumu, de fertilité du sol.

23Cette pratique agricole ancestrale remplit de nombreuses fonctions dans l’agriculture des Ntumu ainsi que dans le système de subsistance en général. Elle cristallise des savoirs traditionnels extrêmement pointus sur les plantes (phénologie de fructification, production de substances utiles), les animaux (comportement alimentaire, de reproduction...) et la forêt en tant que système (fertilité du milieu, sylvigenèse, interactions entre organismes...).

24Simultanément à de nombreuses autres pratiques agricoles ancestrales de sélection des espèces, les arbres protégés dans les champs ont contribué depuis des millénaires au maintien et à l’évolution du couvert forestier de la vallée du Ntem. Des idées reçues dénoncent l’agriculture traditionnelle comme facteur de réduction, non seulement de la diversité des espèces, mais aussi du nombre d’espèces valorisables par l’homme (Xu et al., 1999). Au contraire, chaque composante du terroir villageois (champs, jachères et agroforêts) montre aujourd’hui une diversité très importante de plantes de tous types sélectionnées, gérées et utiles à l’homme.

La diversité des espèces d’arbres épargnés dans les champs de cultures vivrières est liée à des usages nombreux comme à leurs fonctions écologiques et sociales.

25Au sein d’un système agricole sur brûlis diversifié, cette pratique agricole revêt une signification forte grâce à la multiplicité des usages (directs et indirects) des arbres et à la valeur des fonctions sociales et symboliques qui leur sont assignées. La diversité des espèces d’arbres épargnés dans les champs de cultures vivrières est liée à des usages nombreux comme à leurs fonctions écologiques et sociales.

26Comme d’autres recherches menées au sein du programme APFT (Bahuchet et al., 2000), cette étude met en évidence le rôle clé du lien qui existe entre richesse culturelle et diversité biologique (Ellen, 2000). En effet, lorsque les stratégies traditionnelles de gestion des ressources naturelles se dégradent (déplacement de populations, perte de langues ancestrales), elles entraînent avec elles un appauvrissement des connaissances et des moyens de gérer la biodiversité. En même temps, des moyens efficaces d’identification des espèces, et de maintien de la diversité biologique pour l’utilisation humaine, disparaissent.

27L’étude de l’abattage sélectif des arbres a démontré le lien entre trois types de diversités : culturelle, biologique et culturale (des agrosystèmes et des plantes cultivées).

28Les compromis d’abattage qui interviennent entre les hommes et les femmes (diversité culturelle, division sexuelle des tâches) renvoient à la diversité des cultures qui se succèdent sur une même parcelle (diversité culturale) et contribuent à entretenir la diversité biologique des arbres épargnés. Ce fait est crucial en ce qui concerne les évolutions possibles du parc arboré villageois. Si la monoculture commerciale d’une plante de lumière telle que l’arachide était imposée, les compromis entre les hommes et les femmes à propos des cultures de lumière ou d’ombre sur une même parcelle risqueraient de disparaître. En effet, dès lors qu’une pratique agricole n’a plus de pertinence agronomique, elle peut être facilement abandonnée par les cultivateurs. Selon eux, il est, par exemple, plus simple techniquement d’abattre tous les arbres dans un champ que d’en laisser quelques-uns.

29L’érosion des pratiques culturelles – à forte connotation écologique – risque d’avoir un effet déterminant sur l’évolution de la diversité biologique des forêts et sur la valorisation de la diversité culturale au sein des agrosystèmes.

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search