Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Partie 4. Évolution des paysages forestiers

Évolution des paysages forestiers

Texte intégral

Partie 4

À l’échelle des temps géologiques, l’aire de répartition des forêts tropicales s’accroissait au cours des périodes interglaciaires tandis qu’elle s’amenuisait pendant les périodes les plus froides. Les spécialistes de ces événements passés utilisent des outils variés tels que l’analyse des pollens, des fragments végétaux calcinés ou du carbone radioactif pour dater les changements climatiques et leurs répercussions sur l’environnement. Par exemple, lorsque les pollens de graminées abondent dans les prélèvements, les chercheurs concluent qu’à une époque donnée la savane dominait. À l’opposé, les pollens d’essences forestières caractérisent les formations végétales plus fermées de type forestier.
Cependant, il est bien souvent impossible de différencier les types de forêt à travers ces analyses. C’est probablement pour ces raisons qu’actuellement les fluctuations de l’aire de répartition des forêts par rapport à celle des savanes a focalisé une grande partie des recherches en Afrique centrale. Pourtant, lors des phases de reconquête de la forêt sur la savane, de nombreux types de forêts se succèdent, des savanes arbustives aux savanes arborées et des forêts sèches aux forêts humides. De plus, ces forêts se combinent pour former des mosaïques complexes. À cela s’ajoute l’action de l’homme depuis plusieurs milliers d’années. Si les limites entre la forêt et la savane et ses fluctuations dans le temps sont relativement bien connues, le mystère demeure quant à l’évolution des différents types de forêts au sein même d’un bloc forestier.
Grâce au repérage des essences aujourd’hui sélectionnées par les Ntumu, il est possible d’engager une discussion sur le rôle concomitant de cette pratique et celui du climat à propos de l’évolution des paysages végétaux au cours des deux derniers millénaires au sud du Cameroun.

1L’étude de l’évolution des paysages végétaux intègre d’abord l’influence des changements climatiques à large échelle de temps et d’espace puis, le long d’une échelle de temps plus réduite, l’impact concomitant de l’activité anthropique sur le milieu. En Afrique centrale, de nombreuses études géomorphologiques, pédologiques et palynologiques ont mis en évidence l’évolution des paysages à travers la reconstitution des paléoenvironnements et paléoclimats depuis le Quaternaire récent à partir de 70000 ans BP (Elenga et al., 1996 ; Maley et Brenac, 1998). Ces recherches montrent une alternance de phases arides et froides – pendant lesquelles l’aire du domaine forestier africain régresse – avec des phases humides au cours desquelles la forêt transgresse à nouveau (Colyn, 1991 ; Sosef, 1994).

2J. Maley (1991) propose une chronologie de plusieurs périodes climatiques et d’évolution du domaine forestier africain lors du Quaternaire récent :

  • de 30000 à 12000 ans BP : phase relativement aride et froide. Entre 20000 et 15000 ans BP, la forêt de plaine ne subsiste plus que dans des refuges, laissant place à des formations végétales de type savane, tandis que les forêts montagnardes s’étendent à des altitudes plus basses ;
  • de 12000 à 7000 ans BP : climat humide et chaud, la forêt atteint les limites actuelles ;
  • de 7000 à 3000 ans BP : climat plus humide et chaud que l’actuel, la forêt s’étend bien au-delà des limites actuelles en absorbant la plupart des savanes incluses actuelles ;
  • de 3000 ans BP à 2000 ans BP : la température et l’humidité diminuent, la forêt régresse et atteint quasiment ses limites actuelles (Giresse et Lanfranchi, 1984 ; Maley, 1987) ;
  • de 2000 ans BP à aujourd’hui : les conditions redeviennent propices à la forêt.

Les végétations d’aujourd’hui en Afrique centrale sont le fruit des nombreux événements climatiques passés.

3Les formations végétales et l’agencement spatial des forêts et des savanes ainsi que leur faune sont la plupart du temps interprétés par les palynologues et les paléoclimatologues comme la résultante des crises climatiques passées (Hamilton, 1976 ; Maley, 1987 ; Sosef, 1994). Plusieurs études en Afrique centrale mettent en évidence une péjoration climatique de courte durée au cours de l’Holocène récent entre 3000 et 2000 ans BP (Maley, 1991 ; Schwartz, 1992). Celle-ci aurait eu pour conséquence une fragmentation brutale de la forêt au profit de paysages plus ouverts, du type des savanes herbeuses et savanes arbustives.

4Le paysage actuel correspondrait donc à une phase de reconquête vers le nord de la forêt sur les savanes, postérieure à cette dernière péjoration climatique. Le processus de recolonisation est visiblement toujours en cours en Afrique équatoriale (Elenga et al., 1996). Maley (1996) y voit l’une des explications possibles de la composition des forêts du Sud-Cameroun où abondent les espèces colonisatrices typiques des recrûs post-culturaux.

La dernière péjoration climatique de l’Holocène aurait favorisé les migrations bantoues (régression des forêts).

5Outre son impact sur le paysage végétal, la péjoration climatique de l’Holocène semble avoir eu un rôle décisif pour les flux migratoires qui commencent vers 4000 ans BP Alors qu’un milieu forestier dense et continu ne facilite pas l’implantation de l’homme, l’ouverture des paysages aurait favorisé les migrations bantoues. Ces migrations partent des Grasslands de l’Ouest du Cameroun (hautes terres entre le Cameroun et le Nigéria) et se dirigent vers le sud en direction du Gabon, de la Guinée-Équatoriale, du Congo et du Zaïre actuels (Schwartz, 1992 ; Oslisly, 1995). À la faveur de ces phases de migration, les technologies céramologiques et de fonte du fer (vers 3000 ans BP) ainsi que les premiers feux de végétation déclenchés par l’homme pour l’agriculture, se seraient rapidement propagés à travers l’Afrique centrale (De Maret, 1983 ; Schwartz, 1992 ; Eggert, 1993 ; Maley, 1996).

6Ces innovations technologiques entraînent une évolution des modes de vie. Peu à peu, les populations entrent, grâce à la métallurgie, dans une économie de production associant l’agriculture et la prédation (Lanfranchi et Schwartz, 1990). Le phénomène se généralise en Afrique centrale au début de notre ère. Cette emprise plus grande de l’homme sur le milieu grâce à la fabrication d’outils tranchants se caractérise par une ouverture de la forêt, d’abord pour y recueillir le bois nécessaire à la réduction du fer (Pinçon et Deschamps, 1991) et simultanément, pour le défrichement préalable indispensable aux premières cultures (Maley, 1996). Le modelage des paysages par l’homme commence alors à se manifester De nombreuses études archéologiques et palynologiques montrent le rôle de plus en plus marqué de l’homme sur la forêt tropicale d’Afrique centrale depuis les migrations bantoues (Pinçon et Deschamps, 1991 ; Schwartz, 1992). Cependant, l’action humaine ne rend pas totalement compte de la morphologie des paysages actuels. De nombreux auteurs estiment que la végétation actuelle résulte des influences conjuguées de l’homme et du climat (Maley, 1992 ; Schwartz, 1992 ; Oslisly et Deschamps, 1994).

7Afin de discuter et de proposer une explication de l’origine de la végétation et de sa composition spécifique dans le Sud du Cameroun – plus particulièrement dans la vallée du Ntem – puis de montrer le rôle crucial de l’activité humaine sur le modelage des forêts depuis l’Holocène récent jusqu’à nos jours, plusieurs types de données seront croisées. Les connaissances paléoclimatiques concernant le Sud du Cameroun (Maley, 1996) mais aussi botaniques, sous forme d’inventaires forestiers (Letouzey, 1978, 1979 ; CTFT, 1983 ; Letouzey, 1985) et enfin ethnoécologiques et ethnobotaniques, peuvent être complétées par les acquis sur la sélection des espèces d’arbres non abattus par les Ntumu.

La végétation de la vallée du Ntem aujourd’hui

8Dans la vallée du Ntem, il est possible de distinguer actuellement trois types de végétation. Le premier type est localisé de part et d’autre de la piste Ambam-Meyo-Centre-Nyabessan, selon une bande de 5 km environ de chaque côté, et forme une mosaïque de champs et de jachères d’âges variables (entre 0 et 50 ans) entrecoupée de portions de forêts secondaires âgées. Dans cette bande dominent largement les taxons pionniers à courte et à longue durée de vie tels que Musanga cecropioides, Terminalia superba, Ceiba pentandra et Triplochlton scleroxylon ainsi que le cortège floristique qui leur est associé (Letouzey, 1985). Cette zone correspond à un faciès de dégradation des forêts semi-caducifoliées à Ulmaceae et Sterculiaceae (Letouzey, 1985), où persistent quelques taxons de forêts sempervirentes.

9Le deuxième type se situe au delà de cette bande mais encore à proximité de la piste et des villages. C’est une végétation secondaire âgée qui demeure perturbée par quelques intrusions de cultures vivrières et de rente. Elle est caractérisée par une abondance d’arbres à fort diamètre appartenant à des espèces pionnières à longue durée de vie, qui sont caractéristiques des forêts secondaires sempervirentes (Letouzey, 1985), telles que Lophira alata, Pycnanthus angolensis, Terminalia superba et Ceiba pentandra (Étude de faisabilité..., 1991). L’aire de répartition de ces deux dernières espèces pionnières descend beaucoup plus au sud que celle de Triplochiton scleroxylon, espèce quasiment absente des forêts secondaires âgées (Letouzey, 1985). Compte tenu de leur fort diamètre, les arbres appartenant à ces espèces pourraient attester une action ancienne de l’homme.

Dans le Ntem, deux grands types de végétation s’opposent selon le degré d’anthropisation.

10Enfin le troisième type se cantonne au-delà de toute influence humaine actuelle. La forêt à dominante sempervirente inclut les mêmes taxons pionniers à longue durée de vie que le deuxième type, bien que leur densité soit plus faible (ce qui atteste d’une activité humaine passée plus faible et/ou plus ancienne). Une densité croissante d’espèces de la famille des Caesalpiniaceae témoigne de l’origine sempervirente de ce massif forestier (CTFT, 1983 ; Letouzey, 1985).

11Ces trois types de végétation se différencient par l’intensité de l’impact humain récent, lui-même subordonné en partie à la proximité de la piste.

12Les inventaires forestiers du CTFT (1983) ont permis de définir deux « ensembles forestiers » de végétation (strate était le terme utilisé pour cet inventaire) (fig. 45). Le second ensemble forestier est situé à proximité de la piste selon une bande beaucoup plus large que celle du type 1, si bien qu’il est caractérisé comme une forêt mixte et non plus par un faciès de dégradation. Il englobe donc les types 1 et 2 (sans y inclure les terres de cultures) et le premier correspond au type 3. Ces inventaires montrent eux aussi que l’influence humaine est inégale sur les deux ensembles forestiers. L’ensemble forestier 2 est caractérisé comme une forêt mixte à dominante semi-caducifoliée et l’ensemble forestier 1 comme une forêt mixte à dominante sempervirente. Finalement, les forestiers du CTFT concluent que l’ensemble forestier 2 n’est qu’un stade évolué de l’ensemble forestier 1, du fait de l’action anthropique.

Fig. 45 – Répartition des ensembles forestiers 1 et 2 à partir des inventaires forestiers du CTFT (1983)

Fig. 45 – Répartition des ensembles forestiers 1 et 2 à partir des inventaires forestiers du CTFT (1983)

13Selon ces inventaires (CTFT, 1983) ainsi que les recherches menées par R. Letouzey (1985), l’action de l’homme, par ses défrichements pour ouvrir des espaces à l’agriculture, aurait favorisé dans les recrûs post-culturaux l’implantation massive d’espèces héliophiles du domaine semi-caducifolié, à dispersion anémochore et à longue durée de vie.

14La figure 45 illustre effectivement le fait que les essences semi-caducifoliées sont surtout abondantes aux abords des pistes. Des défrichements récents sont donc bien à l’origine de cette évolution actuelle de la composition spécifique des forêts à proximité d’établissements humains sédentaires. En revanche, l’activité humaine actuelle ou récente ne permet pas d’expliquer la présence dans l’ensemble forestier 1 d’essences semi-caducifoliées et d’autres taxons pionniers en grand nombre (représentés par des individus de forts diamètres) puisque l’activité agricole actuelle y est extrêmement réduite. L’ensemble forestier 1 est décrit comme une forêt mixte à dominante sempervirente. Pourtant, compte tenu de son emplacement selon la carte de la végétation du Cameroun par R. Letouzey (1985), cette zone devrait être recouverte de forêt sempervirente biafréenne où dominent les essences de la famille des Caesalpiniaceae. Actuellement, il s’agit d’une mosaïque de végétation composée de deux formations végétales dont l’une est dominante.

15Une action ancienne de l’homme expliquerait l’évolution de la composition spécifique des forêts sempervirentes du Sud-Cameroun vers des forêts à dominante semi-caducifoliée.

Essais d’interprétation de la végétation de la vallée du Ntem

À partir de l’avènement de la métallurgie, l’homme imprima sa marque sur les paysages par ses défrichements et ses feux.

16Lors de la péjoration climatique de l’Holocène récent (environ entre 3000 et 2000 ans BP), le Sud du Cameroun offrait des paysages ouverts ; des refuges forestiers ne persistaient que sur les hauteurs périphériques d’Ebolowa (Maley, 1987). Après cet accident climatique, consécutivement à l’ouverture de la forêt, le Sud du Cameroun fut entièrement peuplé par des métallurgistes (De Maret, 1980 ; Clist, 1990) qui avaient migré de l’ouest du pays (Vansina, 1984). Ces populations migrantes semblaient être des cultivateurs de l’igname, de certaines Cucurbitaceae, du palmier à huile et ils récoltaient également les fruits de Canarium schweinfurthii (Vansina, 1984). À partir de cette période, l’homme imprima sa marque sur le paysage par ses défrichements et ses feux, en particulier dans les zones de savanes (Boulvert, 1990 ; Oslisly, 1998). La grande forêt qui semble actuellement primaire, pourrait bien avoir été remaniée par l’homme depuis longtemps.

17De manière concomitante aux premiers défrichements agricoles, une reconquête vers le nord de la forêt s’opéra après la péjoration climatique. Dans le Sud du Cameroun, l’interpénétration de plusieurs types de forêts (sempervirente et semi-caducifoliée) est souvent interprétée par les paléoclimatologues comme le résultat de cette trangression de la forêt sur la savane depuis l’Holocène (Maley, 1996). En effet, lors de sa progression, la forêt a emprisonné des îlots ou « refuges inverses » de savanes ou de forêt de type semi-caducifoliée. Maley (comm. pers.) interprète cette abondante interpénétration d’espèces sempervirentes et semi-caducifoliées dans le Sud du Cameroun comme la résultante d’une dynamique de progression forestière encore inaboutie. Après le stade pionnier, pendant lequel se reconstitue le couvert forestier (10 à 15 ans), une strate d’essences de forêts primaires tolérantes à l’ombre se développe progressivement (100 à 500 ans et plus), puis prend la place de la formation secondaire, avec laquelle elle coexiste pendant une période transitoire (Whitmore, 1990). La forêt actuelle ne serait en fin de compte qu’une sorte de stade pionnier « post-péjoration climatique » issu d’une vaste dynamique forestière de reconquête vers le nord.

18Mais comment peut-on expliquer la coexistence en alternance nord-sud de l’ensemble forestier 1 et 2 composés de forêts à dominante semi-caducifoliée ou sempervirente ? Après la recolonisation de la savane par des essences héliophiles, la forêt de type sempervirente secondarisée aurait dû peu à peu laisser place à une forêt de type sempervirente (White et al., 1995). Or, les forêts de la vallée du Ntem, hors de portée des défrichements actuels, sont des forêts secondaires âgées caractéristiques des forêts sempervirentes régénérées avec des essences semi-caducifoliées. L’abondance d’essences semi-caducifoliées ou de pionnières à longue durée de vie dans les forêts dites primaires de la vallée du Ntem reste encore inexpliquée.

Marques de l’homme depuis l’Holocène récent

19Presque toutes les études archéologiques et palynologiques en Afrique centrale mentionnent, depuis le Néolithique (à partir de 4000 ans BP et même bien avant pour certaines régions), l’utilisation et la proto-culture de certaines plantes. Le palmier à huile (Elæis guineensis) et l’arbre fruitier sauvage Canarium schweinfurthii sont les plus fréquemment évoqués. Certains auteurs citent les sommets collinaires où – en milieu forestier – le nombre d’espèces végétales utilisées par l’homme indique la présence d’anciens habitats (Oslisly, 1998). On explique souvent l’augmentation de la densité d’une espèce par une utilisation – donc une sélection – par l’homme (Schnell, 1976). Ces mêmes essences sont, pour les archéologues, d’excellents témoins d’une présence humaine passée et des marqueurs de sites archéologiques. Il est fort probable que cette sélection ait existé pour de nombreuses essences utiles autres que le palmier à huile, notamment Coula edulis, Canarium schweinfurthii, Erythrophloeum suaveolens et quelques autres. La sélection de plantes utiles issues du milieu naturel a certainement débuté bien avant l’agriculture et se serait amplifiée avec le temps et la domestication croissante des espèces végétales cultivées. En effet, lorsque la forêt est abattue, quelle que soit la région du monde, les arbres utiles ou à valeur sociale et culturelle sont souvent épargnés et donc sélectionnés. Ainsi, l’environnement évolue vers une anthropisation croissante où les densités d’espèces utiles deviennent très importantes, voire dominantes. Les agroforêts indonésiennes en sont un bon exemple (Michon et al., 1995). Cette sélection de plantes n’est pas sans conséquences sur le paysage et la composition spécifique des forêts.

Certaines espèces végétales sont d’excellents marqueurs archéologiques car ils témoignent d’une présence humaine passée.

20À partir de l’observation des pratiques agricoles ancestrales, qui persistent de nos jours, il est possible d’émettre quelques hypothèses sur l’évolution des forêts dans le Sud du Cameroun depuis le début de notre ère. Les Ntumu, comme la majorité des agriculteurs du Sud du Cameroun (Dounias, 1993 ; De Wachter, 1997), pratiquent une forme sélective d’abattage. Chaque année, de nombreux arbres sont épargnés et chaque année, les mêmes espèces voient leur abondance relative augmenter dans les forêts aux abords des villages. Aujourd’hui, les essences choisies pour faire partie intégrante de l’agrosystème sont toujours les mêmes. Ce sont des espèces à utilités agronomiques ou extra-agricoles et des plantes culturellement valorisées. Le fait d’épargner une espèce donnée relève à la fois d’un libre choix qui pousse chaque groupe humain à évoluer vers des valeurs culturelles différentes, mais aussi de l’environnement naturel et de sa composition spécifique. Par exemple, les Badjoué ne laissent pas les mêmes arbres que les Ntumu car ce ne sont pas les mêmes arbres qui composent leurs forêts (bien qu’il y ait tout de même des constantes comme le fromager Ceiba pentandra en Afrique). On peut donc penser que depuis l’avènement de l’agriculture dans cette région il y a 2000 ans, les essarteurs établis dans la vallée du Ntem ont sillonné les forêts pour y cultiver, tout en sélectionnant – comme ils continuent encore à le faire selon des critères peut-être différents – les espèces végétales qui présentent un intérêt pour eux. Leur équipement technologique étant moins avancé qu’aujourd’hui, on peut même penser que la densité d’arbres épargnés lors des abattages était en moyenne supérieure à celle observée aujourd’hui. Il est difficile d’imaginer que cette pratique agricole n’ait pas existé alors, étant donnée la force avec laquelle celle-ci est ancrée dans l’esprit des populations actuelles. En outre, jusqu’à un passé récent, la part de produits alimentaires et utilitaires issue de la cueillette était dominante, les essences productives étaient donc certainement épargnées.

Interprétation de la composition spécifique de l’ensemble forestier 1

21La composition spécifique des forêts de l’ensemble forestier 1 (densités calculées à partir des inventaires du CTFT (1983), tabl. 15) indique une relative abondance aussi bien des essences pionnières à longue durée de vie et des essences utiles à l’homme que de celles n’ayant pas de lien particulier (actuellement) avec la présence humaine. Nous n’avons pris en compte que les espèces présentant des troncs de diamètres supérieurs ou égaux à 40 cm. Étant donnée la relative abondance des individus de fort diamètre, ces forêts sont probablement âgées. Si la composition floristique spécifique de ces forêts n’est pas liée à l’action humaine actuelle, elle l’est à celle de temps anciens, compte tenu de la recolonisation du milieu par des essences pionnières et d’autres arbres issus de la sélection des espèces utiles lors des abattages. Ceci est particulièrement vrai pour les espèces utiles caractéristiques de forêts sempervirentes comme Coula edulis, Panda oleosa, Canarium schweinfurthii (Letouzey, 1985) que l’on trouve en densités importantes. L’abondance en individus pionniers de gros diamètre permet de certifier une action agricole ancienne, puisque plus de 100 à 500 ans sont nécessaires à la reconstitution d’une forêt mature (Whitmore, 1989 ; Loffeier et Favrichon, 1996).

22La densité en essences des milieux semi-caducifoliés est faible : 0,073/ha pour Triplochiton scleroxylon, 0,082/ha pour Myrlanthus arboreus, 0,13/ha pour Chlorophora excelsa, 0,2/ha pour Ceiba pentandra, 0,037/ha pour Eribroma oblongum. Elle laisse penser que, lors des défrichements passés, la forêt en place était à dominante sempervirente, ce que confirme la densité en Caesalpiniaceae, mais va à l’encontre de l’hypothèse des paléoclimatologues. Ces derniers suggéraient que les forêts du Sud-Cameroun seraient des forêts de recolonisation post-Holocène, pour expliquer leur richesse en essences semi-caducifoliées. L’influence de l’homme était auparavant plus diffuse dans l’espace et dans le temps qu’aujourd’hui, circonscrit aux abords des voies de communication mais beaucoup plus intense. La densité en espèces de forêts semi-caducifoliées devait donc être plus faible. En revanche, la densité en espèces utiles – aujourd’hui comme autrefois – était déjà relativement importante.

Tabl. 15 – Composition spécifique de l’ensemble forestier 1, espèces utiles et espèces pionnières (Letouzey, 1978, 1979, 1985)

Tabl. 15 – Composition spécifique de l’ensemble forestier 1, espèces utiles et espèces pionnières (Letouzey, 1978, 1979, 1985)

*** : essences à usages alimentaire, médicinal ou matériel important et valeur culturelle très marquée ;
** : essences à usages divers d’ordre secondaire ; * : essences à usage sporadique.
+++ : essences caractéristiques des recrûs forestiers post-agricoles en forêt sempervirente et en forêt semi-caducifoliée ;
++ : essences abondantes dans les recrûs forestiers post-agricoles ;
+ : essences présentés dans les recrûs forestiers post-agricoles

Interprétation de la composition spécifique de l’ensemble forestier 2

23La composition spécifique des forêts appartenant à l’ensemble forestier 2, – caractérisée par une activité humaine récente et/ou actuelle relativement importante –, montre une abondance encore plus marquée en espèces pionnières à longue durée de vie ainsi qu’en espèces utiles à l’homme (tabl. 16). Désormais, les essences caractéristiques de forêts semi-caducifoliées dominent celles des forêts sempervirentes. Conformément à l’hypothèse de Letouzey (1985), il semble que plus l’activité agricole est marquée et récente, plus les essences pionnières des forêts semi-caducifoliées trouvent des conditions favorables pour leur établissement. L’abondance en espèces utiles ou culturellement valorisées atteste à nouveau d’une sélection de la part des cultivateurs, entraînant une augmentation locale de leur densité.

24Letouzey (1985) mentionne que les espèces anthropophiles sont représentées par des essences pionnières, indicatrices d’un défrichement. Mais il leur ajoute les espèces épargnées lors de l’abattage. Cependant, la densité très élevée des individus de fort diamètre appartenant à des essences semi-caducifoliées ne peut s’expliquer par un simple défrichement, que celui-ci soit récent ou ancien. En effet, l’ensemble forestier 1 qui témoigne d’une activité agricole ancienne ne présente pas les mêmes caractéristiques d’abondance en espèces semi-caducifoliées que l’ensemble forestier 2, en particulier Triplochiton scleroxylon. Cette espèce pionnière existe mais avec des densités faibles (tabl. 16). L’histoire du peuplement de la vallée du Ntem pourrait nous éclairer sur ces énigmes. L’action agricole ancienne relevée dans l’ensemble forestier 1 était peut-être le fait de populations venues du Gabon et remontées vers le Sud du Cameroun. Ces populations pratiquaient un abattage et une sélection des essences utiles ou culturellement valorisées dans les régions plus méridionales, c’est-à-dire typiques des forêts sempervirentes.

25Dugast (1949) mentionne qu’autour du XVIIe siècle une vague de migrations pahouines (fig. 46) issues du nord et dirigées vers la Guinée-Équatoriale et le Nord de l’actuel Gabon, aurait contribué à peupler le Sud du Cameroun et donc probablement la vallée du Ntem. Le fleuve Ntem, comme tous les fleuves d’Afrique centrale, a pu servir d’axe de migration de l’intérieur des terres vers l’océan Atlantique, et récemment lors des remontées fang vers le Sud du Cameroun (Dugast, 1949).

Tabl. 16 – Composition spécifique de l’ensemble forestier 2, espèces utiles et espèces pionnières (Letouzey, 1978, 1979, 1985)

Tabl. 16 – Composition spécifique de l’ensemble forestier 2, espèces utiles et espèces pionnières (Letouzey, 1978, 1979, 1985)

*** : essences à usages alimentaire, médicinal ou matériel important et valeur culturelle très marquée ;
** : essences à usages divers d’ordre secondaire ; * : essences à usage sporadique.
+++ : essences caractéristiques des recrûs forestiers post-agricoles en forêt sempervirente et en forêt semi-caducifoliée ;
++ : essences abondantes dans les recrûs forestiers post-agricoles ;
+ : essences présentés dans les recrûs forestiers post-agricoles

Fig. 46 – Principales migrations vers le sud du Cameroun depuis l’Holocène

Fig. 46 – Principales migrations vers le sud du Cameroun depuis l’Holocène

26Ces nouveaux arrivants – au XVIIe – pratiquant le même type d’agriculture que les précédents mais issus de régions plus septentrionales, auraient manifesté une propension à protéger les essences à valeur culturelle caractéristiques des forêts semi-caducifoliées. Cette hypothèse culturelle est rendue plausible par les nombreux toponymes du Sud-Cameroun basés sur des noms d’essences issues de forêts semi-caducifoliées comme les villes et villages de Nkongmeyos, Nkolmeyos, Ayos où ayos signifie Triplochiton scleroxylon en langue béti. Ces toponymes attestent à la fois de l’abondance de cette espèce sur des lieux-dits et donc de leur importance culturelle.

27La dernière vague de migration expliquerait l’état de secondarisation avancé de cette région, ainsi que l’abondance en essences semi-caducifoliées.

D’après les archives coloniales du Cameroun, la voie de communication (et non pas la piste carrossable) Meyo-Centre-Nyabessan remonterait à environ deux siècles (comm. pers. du sous-préfet de Ma’an, Albert Nanga Dang).

28Ces informations semblent être confirmées par la taille des arbres typiques des forêts secondaires. La plupart de ces arbres ont un diamètre important, aussi bien aux abords des pistes qu’au-delà des espaces forestiers villageois actuels.

29Les arbres à fort diamètre attestent d’une implantation humaine remontant à plus de 200 ans (Letouzey, 1985). Cependant ces forêts demeurent difficiles à dater, pour deux raisons. D’abord, l’abattage sélectif contribue à préserver les individus à fort diamètre. Ensuite, les arbres isolés laissés dans les champs accélèrent la régénération post-culturale, donc modifient la vitesse de cicatrisation forestière.

Influence de l’abattage sélectif depuis la sédentarisation des villages au début du siècle

30Les observations récentes sur l’abattage sélectif permettent de formuler des hypothèses sur l’évolution future. Actuellement, les inventaires et enquêtes effectués dans les champs vivriers des Ntumu confirment l’importance culturelle très marquée de quelques essences épargnées dans les champs (tabl. 17). La plupart d’entre elles sont effectivement des espèces pionnières à longue durée de vie qui, après la fin des cultures, persisteront longtemps. À priori, ces essences pionnières ne pourraient pas se reproduire dans les jachères puisque ce sont des espèces héliophiles (qui s’établissent dans des conditions de pleine lumière) et qu’à chaque abattage, les plus jeunes pieds sont coupés. Les Ntumu ont adopté une mesure pour faire face à ce problème. Lorsqu’un arbre âgé est en train de dépérir, un jeune pied d’une espèce culturellement valorisable et situé à proximité, est protégé et sa croissance est entretenue par des sarclages successifs à sa base.

Tabl. 17 – Espèces d’arbres épargnées dans les champs ntumu, espèces utiles et espèces pionnières (Letouzey, 1978, 1979, 1985)

Tabl. 17 – Espèces d’arbres épargnées dans les champs ntumu, espèces utiles et espèces pionnières (Letouzey, 1978, 1979, 1985)

*** : essences à usages alimentaire, médicinal ou matériel important et valeur culturelle très marquée ;
** : essences à usages divers d’ordre secondaire ; * : essences à usage sporadique.
+++ : essences caractéristiques des recrûs forestiers post-agricoles en forêt sempervirente et en forêt semi-caducifoliée ;
++ : essences abondantes dans les recrûs forestiers post-agricoles ;
+ : essences présentés dans les recrûs forestiers post-agricoles

31Le tableau 17 montre que la majorité des espèces sélectionnées dans les champs vivriers sont peu répandues dans l’ensemble forestier 1, mais elles sont par contre mieux représentées dans l’ensemble forestier 2. Ces espèces sont particulièrement abondantes dans les forêts secondaires, en bordure de piste, issues de défrichements contemporains successifs, puisque ce sont souvent des essences pionnières à longue durée de vie. Les trois espèces les plus souvent épargnées y sont extrêmement bien représentées, en termes de densité, tout le long des voies de communication. Cette densité élevée ne peut être homogène dans toutes les forêts appartenant à l’ensemble forestier 2. Le caractère autrefois itinérant des villages doit certainement atténuer l’effet de cette sélection au sein du bloc forestier dans son ensemble.

32Le rôle des défrichements humains postulé par R. Letouzey (1985) a probablement été déterminant dans l’introduction des essences de forêts semi-caducifoliées dans le domaine forestier sempervirent. Sans une sélection très prononcée lors de l’abattage, la densité actuelle de ces trois espèces dans le Sud du Cameroun, notamment aux abords des pistes, ne pourrait être aussi élevée.

33Notre échantillonnage n’est pas réellement représentatif des champs dans la vallée du Ntem. On peut donc supposer que cette sélection s’opère de fait sur un plus grand nombre d’essences que celle obervée dans la vallée du Ntem. L’aboutissement de cette sélection d’espèces est représenté par les agroforêts cacaoyères où les arbres d’ombrage sont des espèces épargnées dans les champs et des espèces sélectionnées au fur et à mesure de la création de l’agroforêt.

34Dans les agroforêts, hormis les plants de cacao et quelques arbres fruitiers exogènes et plantés, le pourcentage de plantes sélectionnées et protégées dans le milieu naturel est élevé. Les données du tableau 17 constituent un échantillon représentatif des espèces d’arbres qui composent la strate moyenne (15-30 m) et supérieure (30-50 m) des agroforêts de la région.

Des forêts anthropiques

35Que ce soit sous l’influence d’une action récente ou ancienne, la végétation de la vallée du Ntem a été fortement influencée par l’activité humaine, au moins depuis l’Holocène récent, c’est-à-dire depuis l’arrivée des premiers métallurgistes. L’impact de l’homme via les défrichements a commencé de manière diffuse à travers tout le bloc forestier. Le Sud du Cameroun était soumis à un défrichement partiel, les espèces à valeur culturelle étant sélectionnées dans le bloc forestier. Autrefois, les villages étaient déplacés sur de petites distances et dans une même direction après quinze à vingt ans – et même moins – passés sur un même site (Rosler, 1997).

36En outre, les champs étaient certainement plus petits et le nombre d’arbres abattus moins important car les cultures de lumière, comme l’arachide, n’avaient pas encore été introduites. Cet impact diffus et probablement ancien explique que dans les zones forestières éloignées des pistes contemporaines, aussi bien au nord qu’au sud de la boucle du Ntem, persistent quelques essences caractéristiques des forêts secondaires âgées, d’autres de forêts semi-caducifoliées et aussi une densité non négligeable d’essences de forêts sempervirentes utiles à l’homme.

37Plus récemment, lors des migrations pahouines du centre-sud du pays vers l’Atlantique à la recherche du sel (Laburthe-Tolra, 1981), d’autres populations s’implantèrent plus durablement dans la vallée du Ntem.

P. Laburthe-Tolra (1981 : 110) cite Balandier (1955) et Pauvert (1952), pour argumenter de l’ancienneté des migrations fang vers le Sud du Cameroun. Il explique que ces auteurs datent l’installation des Yengwi (sous-groupe descendant des Fang) dans la région d’Oyem au nord du Gabon dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Les Fang les ont alors forcément précédés.

38La présence de ces populations serait à l’origine d’une voie carrossable qui passait autrefois un peu plus au nord que la voie actuelle (Albert Nanga Dang, comm. pers.). L’impact de ces populations venues de contrées situées plus au nord, s’intensifia à partir du XVIIIe siècle, pour aboutir à une anthropisation relativement marquée aux abords des pistes par suite de la sédentarisation des villages. La politique coloniale ayant fixé les villages à proximité des routes durant le premier quart du XXe siècle, la sélection des espèces s’est accrue autour des villages. Les essences sélectionnées relevant à la fois de forêts matures et secondaires (jeunes et âgées) et des essences typiques des forêts sempervirentes et semi-caducifoliées, la conséquence de cette sélection sur la biodiversité est loin d’être négative. Associée à cette sélection, la mosaïque des types de forêts engendrée par l’agencement spatio-temporel des cultures, des forêts matures et des jachères, contribue également au maintien de la diversité floristique et faunistique (Wilkie et Finn, 1990 ; Thomas, 1991 ; Lahm, 1993).

39Au vu des pratiques agricoles ancestrales toujours appliquées aujourd’hui et depuis la création des premiers essarts, de nombreuses espèces – différentes en fonction des époques et des populations – ont été favorisées. Par conséquent, le modelage du paysage par l’homme est de plus en plus fort au fur et à mesure que la domestication de la nature progresse. De ce fait, et contrairement à des écrits antérieurs qui concluaient à une influence de l’homme négligeable par rapport aux phénomènes bioclimatiques (Pinçon et Deschamps, 1991), l’anthropisation actuelle – fruit d’une action humaine délibérée et systématique – est beaucoup plus intense.

40Il serait très intéressant de pouvoir dater l’âge, notamment par des méthodes dendrochronologiques et de 14C, de certains arbres dans les forêts qui semblent anthropiques, afin de définir les classes démographiques des peuplements végétaux. Cette approche permettrait de mieux comprendre leur origine et leur histoire. En effet, l’âge d’un Entandrophragma sp. peut aller jusqu’à 850 ans (Oslisly, comm. pers.). L’âge de certains arbres témoigne de la diversité des différentes vagues de colonisation d’un peuplement forestier, dans le cadre d’un écosystème utilisé par l’homme avec sélection d’espèces. Ces datations mises en corrélation avec les vitesses de croissance pour chaque espèce, en conditions forestières ou de recrûs post-agricoles, permettraient de mieux déterminer l’origine des végétations actuelles, mais aussi de mieux comprendre le rôle de l’homme sur leur modelage depuis un âge bien plus reculé que celui soupçonné aujourd’hui. Enfin, les âges de grands arbres à caractère anthropophile contribueraient à affiner la chronologie d’événements historiques et préhistoriques (les migrations, les installations, l’utilisation et la domestication du milieu...).

À travers ses défrichements, les populations d’Afrique centrale auraient favorisé la pénétration de taches de forêts semi-caducifoliées au sein des forêts sempervirentes.

41Le climat actuel (augmentation de la température et des précipitations) favoriserait l’extension de la zone forestière (Elenga et al., 1996) et la progression des essences sempervirentes sur les essences semi-caducifoliées. Or, l’action de l’homme, à travers les défrichements, permet la progression des forêts semi-caducifoliées à l’intérieur du bloc forestier sempervirent. Ce phénomène atteste de la force avec laquelle l’essarteur traditionnel, tout en respectant le milieu et sa biodiversité, les façonne à son avantage. L’élaboration des modèles prédictifs réalistes nécessite la reconnaissance du rôle crucial des pratiques ancestrales, de leur impact écologique et des changements qu’elles ont subie au cours de l’histoire.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre Fig. 45 – Répartition des ensembles forestiers 1 et 2 à partir des inventaires forestiers du CTFT (1983)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10265/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Tabl. 15 – Composition spécifique de l’ensemble forestier 1, espèces utiles et espèces pionnières (Letouzey, 1978, 1979, 1985)
Légende *** : essences à usages alimentaire, médicinal ou matériel important et valeur culturelle très marquée ;** : essences à usages divers d’ordre secondaire ; * : essences à usage sporadique.+++ : essences caractéristiques des recrûs forestiers post-agricoles en forêt sempervirente et en forêt semi-caducifoliée ;++ : essences abondantes dans les recrûs forestiers post-agricoles ;+ : essences présentés dans les recrûs forestiers post-agricoles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10265/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Tabl. 16 – Composition spécifique de l’ensemble forestier 2, espèces utiles et espèces pionnières (Letouzey, 1978, 1979, 1985)
Légende *** : essences à usages alimentaire, médicinal ou matériel important et valeur culturelle très marquée ;** : essences à usages divers d’ordre secondaire ; * : essences à usage sporadique.+++ : essences caractéristiques des recrûs forestiers post-agricoles en forêt sempervirente et en forêt semi-caducifoliée ;++ : essences abondantes dans les recrûs forestiers post-agricoles ;+ : essences présentés dans les recrûs forestiers post-agricoles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10265/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Fig. 46 – Principales migrations vers le sud du Cameroun depuis l’Holocène
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10265/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Tabl. 17 – Espèces d’arbres épargnées dans les champs ntumu, espèces utiles et espèces pionnières (Letouzey, 1978, 1979, 1985)
Légende *** : essences à usages alimentaire, médicinal ou matériel important et valeur culturelle très marquée ;** : essences à usages divers d’ordre secondaire ; * : essences à usage sporadique.+++ : essences caractéristiques des recrûs forestiers post-agricoles en forêt sempervirente et en forêt semi-caducifoliée ;++ : essences abondantes dans les recrûs forestiers post-agricoles ;+ : essences présentés dans les recrûs forestiers post-agricoles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10265/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search