Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Partie 3. Les orphelins, des arbres utiles à la forêt

Introduction de la partie 3

Texte intégral

L’abattage sélectif de la forêt tropicale, en contexte de culture itinérante sur brûlis, consiste à épargner, voire à protéger des arbres sélectionnés lors de l’ouverture des champs, pour les intégrer au futur système formé par la succession culture-jachère. Bien que non systématique, cette pratique agricole ne constitue pas un fait unique puisqu’elle a été observée à maintes reprises chez de nombreuses populations d’agriculteurs itinérants en zone intertropicale. Elle est très peu décrite et le plus souvent simplement mentionnée dans des synthèses sur l’agriculture itinérante et des études de type monographique concernant divers continents : l’Asie du Sud-Est (Conklin, 1957 ; Dove, 1985), et l’Afrique (Dounias, 1993 ; De Wachter, 1997). En revanche, peu d’informations sont disponibles sur les arbres isolés dans les abattis en Amérique du Sud bien que la place de l’arbre, planté ou sélectionné, soit très importante au sein de complexes agroforestiers associés aux champs de cultures vivrières et aux jachères (Johnson, 1983 ; Gely, 1986 ; Lescure et al., 1994). Cela reflète-t-il le caractère exceptionnel de l’abattage sélectif en Amérique latine ? Certains auteurs évoquent cette pratique, mais en soulignant simplement l’absence (chez les Wayãpi de Guyane) (Grenand, 1979) ou la présence d’arbres dans les champs en Amazonie (renand et Haxaire, 1977 ; Descola, 1986 ; Staver, 1989 ; Bahri, 1992).
L’abattage sélectif existe donc de manière ponctuelle et non systématique sous les tropiques, laissant entrevoir l’importance du libre arbitre culturel dans le choix et la mise en oeuvre de pratiques agricoles (Garine, 1990).
Bien que peu étudiée, la préservation d’arbres illustre parfaitement la façon dont les pratiques agricoles, empiriques, des populations forestières sont adaptées à leur milieu. En effet, les arbres protégés dans les champs, comme l’ont pressenti les cultivateurs, contribuent à la pérennité du système abattis-culturejachère à travers le maintien d’un fragile équilibre entre nature et agriculture.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 378k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search