Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Partie 2. L'agriculture des Ntumu

La cacaoculture : une agroforesterie de rente

Texte intégral

Une culture d’opportunisme mais écologiquement durable

1Chez les Ntumu du Sud-Cameroun comme chez de nombreuses autres ethnies dans cette partie de l’Afrique centrale, la cacaoculture demeure la plus répandue des cultures de rente (Leplaideur, 1985 ; Santoir, 1992). Introduite à la fin du siècle dernier dans le pays et vers 1924-1925 au sud de Yaoundé par les administrateurs allemands puis par les Français (Santoir, 1992), elle s’est rapidement insérée au sein des systèmes traditionnels de subsistance. Le long des pistes et aux abords des villages, elle forme actuellement une bande plus ou moins large d’agroforêts cacaoyères. Depuis près d’un siècle, les planteurs béti du Sud-Cameroun sont à la merci de la fluctuation des marchés boursiers internationaux et des politiques de libéralisation. Tantôt prônée, tantôt abandonnée, la cacaoculture persiste pourtant chez certaines ethnies de non-spécialistes (telles que les Ntumu), « archétypes des populations d’essarteurs forestiers » (Cogels et Pasquet, 1999), tandis qu’elle a disparu chez d’autres. Souvent citée pour illustrer l’échec des cultures de rentes allogènes introduites en Afrique centrale et inadaptées aux systèmes traditionnels, elle demeure un exemple intéressant pour étudier les capacités des populations à tester, adopter voire même intégrer des éléments exogènes à leur propre système de culture et de pensée. Ces sociétés n’auraient-elles pas trouvé un moyen d’exprimer leur non-spécialisation à travers le caractère multi-usages de leurs agroforêts cacaoyères et de poursuivre leur logique opportuniste face à la fluctuation des marchés ?

Les cabosses de cacao sont directement produites sur le tronc, ce qui facilite la récolte

2La maîtrise foncière appliquée aux agroforêts cacaoyères montre que la cacaoculture ntumu, malgré son introduction récente, est actuellement bien intégrée au système de subsistance traditionnel.

3La diversité des activités menées au sein même de l’agroforêt est semblable à celle observée au sein du terroir agricole. Le gain monétaire tiré de la culture du cacao conditionne et détermine l’organisation temporelle des différentes activités de subsistance, en particulier lors de la récolte. De plus, les populations portent de l’intérêt aux utilisations secondaires de la plantation, souvent au détriment des recommandations agronomiques inhérentes à la cacaoculture.

4Comme l’ont montré de nombreuses études sur les agroforêts multi-étagées en Afrique ou dans le Pacifique, ce système de production répond à des critères de conservation du milieu physique et de la biodiversité (Michon, 1985). Les agroforêts sont actuellement considérées comme un élément de l’agriculture durable. Afin d’envisager une amélioration de la production (au plan qualitatif et quantitatif), respectueuse des exigences culturelles et culturales, il faut dégager les contraintes et les potentialités de cette arboriculture.

Quelques rappels historiques

5L’administration coloniale allemande a introduit au début du siècle dernier la culture du cacao dans les campagnes forestières du Cameroun.

On dit au village que l’arrivée du cacao se serait faite par l’intermédiaire de l’un des leurs qui, lors d’un séjour dans la région de Kribi sur la côte camerounaise, aurait rencontré un Blanc. Ce dernier lui aurait donné une cabosse pleine de fèves, lui disant que cela deviendrait sa « richesse ». De bouche à oreille, on vanta les mérites du cacao qui s’étendit à toute la région forestière du Sud du Cameroun. Aujourd’hui, la plupart des planteurs de Nkongmeyos disent « Le cacao c’est notre richesse ».

6L’évangélisation des populations de la région forestière camerounaise, également effectuée par les Allemands, date également de cette époque. Pour cette raison, les planteurs associent souvent le début de la culture du cacao à l’introduction des prénoms bibliques dans leur propre système de nomination.

7Pendant longtemps, le cacao s’est vendu dans les campagnes à un prix fixé par l’État camerounais (autour de 450 F CFA le kilogramme). Depuis l’éclatement de l’accord international sur le cacao et le café en 1989, les planteurs camerounais ne bénéficient plus de la stabilité des prix et ont vu leurs recettes diminuer de plus de 50 %. La baisse des prix du cacao sur les marchés internationaux a induit un abandon progressif des cacaoyères dont les superficies s’étaient considérablement étendues lors de la période faste. Les plantations sont le plus souvent négligées, voire définitivement abandonnées suite au découragement des planteurs. Dès lors, une compensation monétaire devient nécessaire. La pêche et la chasse constituaient à cette époque l’unique et maigre revenu de la famille, mais il était trop faible pour prendre le relais de la vente du cacao. Les Ntumu se souviennent que les effectifs d’enfants scolarisés ont alors brutalement chuté et tout un chacun a éprouvé de grandes difficultés à se soigner, à construire ou à réparer son logement mais aussi à se distraire. Afin de satisfaire ces besoins, quelques planteurs ont poursuivi la vente du cacao, mais le faible revenu qu’ils en tiraient ne suffisait pas à les motiver pour maintenir la production.

8Cependant, peu à peu les prix se sont redressés pour atteindre 650 F CFA par kg (en 1998). Sitôt la reprise amorcée, des plantations ont été défrichées, rajeunies, agrandies, voire créées. Cette forte tendance s’est poursuivie après 2000. La remontée des prix du cacao a suscité un regain d’intérêt pour cette culture de rente, et rares sont ceux qui ne s’y adonnent pas. La cacaoculture monopolise de manière inégale et tout au long de l’année une main-d’œuvre principalement masculine. Les périodes de travail dans la cacaoyère sont extrêmement concentrées dans le temps et conditionnent l’organisation sociale et agricole des villageois à des moments clés de l’année.

Insertion des activités cacaoyères dans le calendrier des cultures vivrières

9Grâce à des processus diachroniques et synchroniques, la vie de l’agroforêt s’intègre dans un système de production mixte, alliant production vivrière et cultures de rente. En effet, la création d’une plantation cacaoyère se fait à la faveur d’un défrichement d’abord utilisé pour les cultures vivrières. Ensuite un recrû secondaire dont les plantes qui le composent sont fortement utilisées s’installe. Enfin, des cultures vivrières demeurent productives pendant quelques années (macabo, plantain, ignames) aux côtés des jeunes plants de cacaoyers et d’arbres fruitiers qui finissent par prendre définitivement le relais.

Création simultanée de la plantation cacaoyère et des champs vivriers

10La création ou l’agrandissement d’une plantation est une activité agricole qui demande peu d’investissement en main-d’œuvre et en temps puisqu’elle se fait au profit de l’abattage et du défrichement pour les cultures alimentaires. Planter les pieds de cacaoyers est une activité à la fois masculine et féminine qui doit obligatoirement se situer en début de saison des pluies (grande saison des pluies en septembre-octobre ou petite saison des pluies en mars-avril) simultanément au semis des arachides. Les fèves de cacao ou les jeunes plants issus d’une pépinière (abèng nganla keka ; nganla signifie le cumul et keka le cacao) créée par le planteur sont mis en terre en même temps que les graines d’arachides et bénéficient des pluies pour mieux s’enraciner.

La pratique de la pépinière a été introduite par les services de vulgarisation et adoptée en grand nombre par les planteurs qui y voient un moyen de réduire les risques d’échec du semis dans la création d’une plantation mais également d’augmenter la vitesse de croissance des arbustes. Les graines sont placées dans des poches plastiques fournies par les services agricoles et réutilisables, emplies de terre noire (terreau) puis placées dans la cacaoyère. Ceci peut être fait à n’importe quel moment car les planteurs prennent la peine d’arroser leurs pépinières.

11À la faveur du recrû post-arachides, les jeunes plants sont protégés des prédateurs et du soleil par les cultures de second cycle telles que le manioc et le plantain puis par les espèces pionnières qui s’installent dans la jachère. Les jeunes plantations sont laissées à « I’abandon » pendant quelques années (de cinq à huit ans) avant d’être régulièrement défrichées afin de permettre aux pieds de cacao de mieux s’épanouir. Ces parcelles entretenues sont couramment fréquentées pour les activités de piégeage et de cueillette. Pendant cet entretien, certains arbres issus du recrû sont également sélectionnés en fonction de leur emplacement dans la parcelle (pour une couverture ombragée équilibrée), puis protégés lors des défrichements ultérieurs. La plantation se crée au fil des années et se poursuit après l’entrée en production du cacaoyer par des défrichements, éclaircies, élagages, remplacement des pieds morts et sélection d’arbres d’ombrage, d’arbres fruitiers (annexe 15) et d’arbres utilitaires (médecine traditionnelle, bois d’œuvre..., annexe 16).

Entretien des plantations : une activité manuelle

12À l’opposé de la phase de création de l’agroforêt, l’entretien est l’activité qui mobilise le plus les planteurs ntumu. L’entretien d’une plantation cacaoyère consiste principalement en un défrichement du sous-bois afin d’éviter aux pieds toute compétition avec d’autres plantes. Lors de la floraison (avril-mai) et jusqu’à la fructification et la maturation des cabosses (août-décembre), le sous-bois doit absolument « être dans la propreté » (akulu keka engengen ; akulu signifie mettre, keka est le cacao et engengen signifie clarté ou propreté). Ce nettoyage (alisofyè ; ali signifie défricher et sofyè les herbes) s’effectue à l’aide d’une vieille machette (nnom fah), préalablement limée (enywo, la lime) et d’un bâton (ntum) qui sert d’une part, à coucher les herbes sur le côté afin de les regrouper pour les couper plus facilement et d’autre part, à se protéger la jambe d’un coup de machette mal ajusté.

13En ce qui concerne l’entretien d’une plantation, le défrichement représente l’activité la plus consommatrice de temps. Tout au long de la saison, quelques heures par jour sont consacrées au défrichement. Cette activité s’insère en fait très souvent entre deux activités de subsistance (agriculture, chasse, pêche ou collecte). L’entretien des cacaoyères ne monopolise donc pas l’essentiel de la main-d’œuvre masculine disponible d’une famille. Étalé dans le temps, l’entretien des agroforêts se fond dans les autres activités agricoles.

14L’élagage (asep keka ; élagage des plants) des cacaoyers fait également partie des activités systématiques d’entretien d’une plantation. Les branches superflues sont coupées à l’aide d’une perche munie d’une lame de demi-machette (akong keka) dans le but de concentrer la sève de la plante vers les jeunes cabosses. Cette opération se fait au moment où les pieds de cacaoyers sont le moins sollicités, c’est-à-dire après la récolte et avant la floraison suivante (février à avril selon les variations saisonnières). Pendant ce temps, les arbres ont le temps de cicatriser et ne sont pas pénalisés pour la prochaine production.

15Les arbres qui produisent trop d’ombre sur la plantation sont régulièrement éliminés par écorçage (la mort et la désintégration lente du pied causent peu de dégâts à la plantation). Un ombrage trop dense augmente l’hygrométrie et favorise pestes (capsides et champignons) et maladies (pourriture brune).

Chaque planteur investit donc plus en temps de travail qu’en capital pour l’entretien de sa parcelle cacaoyère.

16Chaque planteur investit donc plus en temps de travail qu’en capital pour l’entretien de sa parcelle cacaoyère. Les activités d’entretien peu pénibles consomment peu de capital (machette usée et lime). Les enquêtes montrent que presque tous les planteurs sont favorables à ce type d’entretien (sans intrants), qu’ils pratiquent assidûment s’ils en ont le temps. Ils ont souvent constaté eux-mêmes les bienfaits de ces opérations agricoles, ce qui justifie certainement leur motivation. Cependant le manque de temps pousse les cultivateurs à défricher au dernier moment avant la récolte pour répondre aux exigences agronomiques du cacaoyer, mais c’est bien souvent déjà trop tard pour exercer une réelle influence sur la productivité.

Traitements phytosanitaires : les limites de la modernisation

17Il y a déjà une cinquantaine d’années que les services ministériels camerounais du MINAGRI chargés de la vulgarisation agricole ont recommandé un traitement phytosanitaire pour lutter contre certaines maladies qui affectent les cacaoyers. Pour les quelques agriculteurs qui procèdent à ce traitement (awua byang ; awua signifie le projet et byang signifie le médicament), la période idéale se situe au même moment que le nettoyage de la plantation, c’est-à-dire d’avril à novembre (la fin de la grande production). Au même titre que l’entretien de la plantation, ces opérations entravent très peu le bon déroulement des activités de subsistance telles que l’agriculture, la chasse et la pêche car elles sont relativement peu accaparantes. La pulvérisation des produits phytosanitaires qui traitent l’invasion par les capsides et la pourriture brune se fait quelques heures par semaine les jours de beau temps et deux fois par mois. Cette activité nécessite un effort relativement faible mais requiert une main-d’œuvre masculine importante quoique bien répartie dans le temps.

18En fait, le problème majeur relatif au traitement des maladies du cacaoyer a toujours été et reste le coût des produits et du matériel indispensable. Ce coût dissuade les agriculteurs de traiter leur plantation ou d’utiliser les variétés améliorées de cacaoyers qui ne peuvent se passer d’un apport plus important en produits phytosanitaires. En effet, selon le coût des produits et la fréquence bimensuelle de pulvérisation, les planteurs se retrouvent rapidement devant des frais difficilement surmontables (environ 100 000 F CFA par hectare selon les services de vulgarisation). En outre, il est navrant de constater que, selon les cultivateurs, les efforts de traitement ne sont pas toujours rentabilisés. Il leur est impossible de gérer l’imprévu, ces traitements étant garantis pour des conditions d’utilisation optimales bien particulières (temps sec, ce qui est extrêmement rare dans la région considérée ; fréquence de pulvérisation à respecter, ce qui est rarement le cas étant donné le grand nombre de contraintes sociales et économiques imposées aux cultivateurs). Depuis la taxation des produits phytosanitaires, les planteurs sont obligés de se regrouper (en GIC : Groupement d’intérêt communautaire) pour procéder à leur achat. Certains se plaignent d’être trop peu nombreux à se mobiliser pour cet investissement.

Le caractère aléatoire de la réussite de certains soins apportés aux arbres suffit à décourager les paysans.

19Les activités de traitement et d’entretien de la plantation semblent être motivées uniquement par le gain d’argent. Le caractère aléatoire de la réussite de certains soins apportés aux arbres suffit à décourager les paysans. L’entretien sera donc effectué de manière plus ou moins assidue suivant la fluctuation des cours du cacao. Ainsi, lors d’un krach, une très grande partie des plantations cacaoyères ne sont plus entretenues. La main-d’œuvre ne se mobilise pour la culture du cacao que si les chances de produire (et la stabilité des cours) sont bonnes. Grâce à la pêche et à la chasse, les agriculteurs peuvent obtenir un revenu monétaire de compensation en période de faible production cacaoyère. La culture cacaoyère peut donc simplement être maintenue si elle rapporte au moins autant si ce n’est plus que les activités traditionnelles de chasse et de pêche.

20La plupart des défrichements sont effectués quand les prix sont hauts ou lorsque les planteurs ont le souvenir d’une année passée plutôt favorable. En revanche, les produits phytosanitaires, le capital et le travail qui leur sont associés, ne sont pas acceptés s’ils ne garantissent pas l’amélioration de la production. L’apport supplémentaire de capital et de main-d’œuvre ne permet pas toujours d’assurer une bonne production, d’où le manque de motivation des planteurs. Les produits phytosanitaires seraient probablement mieux utilisés s’ils avaient un effet notable non pas sur la qualité mais sur la quantité produite. En effet, la vente de fèves de cacaoyers de meilleure qualité ne leur rapporterait pas plus. « Alors à quoi bon se fatiguer », disent eux-mêmes les Ntumu.

Récolte et conditionnement : une présence obligatoire

21Pour la majorité des planteurs, le gain monétaire issu de la culture du cacaoyer est de loin la première source de revenus. Les Ntumu n’en négligent donc pas la récolte ni le conditionnement (écabossage, fermentation, séchage). Depuis quelques années, les superficies d’agroforêts cacaoyères s’accroissent parallèlement aux cours du cacao sur le marché international. Les villageois du Sud-Cameroun accordent actuellement de plus en plus d’attention à la production cacaoyère. De fait, le temps consacré à cette activité augmente.

22La plupart des activités en cette saison des pluies (septembre et octobre) s’organisent autour des agroforêts cacaoyères. C’est à cette période que le taux de fréquentation de l’agroforêt est le plus fort. Toute la famille participe à sa manière à la récolte. Les hommes cueillent les cabosses et portent les charges jusqu’au campement d’écabossage au centre de la plantation. Les femmes et les enfants cassent les cabosses et accumulent les fèves dans le bac à fermentation que l’on tourne chaque jour afin d’éviter un pourrissement. Pendant les journées de récolte, les femmes ne partent pas au champ vivrier. Elles prévoient les récoltes quelques jours à l’avance afin de faire des provisions de nourriture, elles confectionnent des mets qui se conservent quelques jours comme les bâtons de manioc. On observe fréquemment quelques cultures vivrières (plantains, bananes douces, macabo et fruitiers divers) aux abords des campements dans les cacaoyères, afin d’éviter aux femmes de faire un détour par les champs pour y prélever le repas. Pendant la récolte du cacao, un deuxième village s’établit dans les plantations. On y prend son repas, on y lave son linge dans des bassines et certains y passent la nuit dans une cabane prévue à cet effet afin de veiller sur les cabosses. À cette période, on voit augmenter la quantité de produits secondaires (feuilles et écorces médicinales, fruits sauvages, escargots achatines, champignons...) prélevés dans les cacaoyères, tout comme le nombre de visites des membres de la famille.

Ecabossage dans la cacaoyère par une famille ntumu regroupant à la fois les anciens, les adultes et les enfants

23Après la récolte et la fermentation qui se déroulent dans la plantation, les planteurs font sécher les fèves au village sur des claies de séchage qu’il faut entretenir et remettre en état chaque année. Cette phase de conditionnement nécessite une présence importante au village pour surveiller le cacao pendant la journée afin d’éviter le vol et le protéger contre la pluie. Sans ces mesures, la phase de séchage serait rallongée et la vente des fèves retardée. Après quelques semaines de séchage pendant lesquelles les fèves pourries ou vides sont enlevées, les graines sont ensachées (sac de 70 à 90 kg) dans l’attente du passage des camions des négociants de cacao.

Séchage du cacao sur des claies au village de Nkongmeyos

24L’intégration de la récolte cacaoyère au sein des activités de subsistance se traduit par une diminution du temps alloué aux autres activités pendant cette période. La récolte cacaoyère se fait principalement au détriment du défrichement des champs d’arachides dont la superficie diminue au mois de septembre. Les femmes adaptent la taille du champ à défricher ou à abattre pour l’arachide en fonction de leur temps disponible.

25L’insertion de la récolte du cacao dans le calendrier ntumu montre comment les populations ont intégré cette culture et réaménagé leur calendrier au détriment d’autres activités moins rémunératrices.

Une poignée de fèves de cacao fraîches à peine sorties de la cabosse

Transfert aux cacaoyères du rôle multifonctionnel des cultures vivrières

26L’intégration de la culture cacaoyère au sein du système de culture ntumu peut être mise en lumière par l’adoption et la modification de pratiques et techniques préexistantes au sein du système vivrier. En effet, bon nombre de pratiques, techniques et outils utilisés pour la culture du cacao ont été soit directement transposés, soit inspirés des pratiques agricoles ancestrales au détriment des recommandations techniques et agronomiques des services de la vulgarisation agricole. La plupart des pratiques concernées visent à mettre en valeur les agroforêts cacaoyères soit sur le plan économique (productions diverses, fruits, plantes médicinales, gibier...), soit sur le plan agronomique (ombrage, amélioration de la fertilité du milieu), mais également sur le plan culturel (diversité des usages assignés aux parcelles cultivées, abattage sélectif).

27L’omniprésence d’arbres épargnés dans les champs lors de l’abattage caractérise aussi bien les champs vivriers que les agroforêts cacaoyères. Lors de la création et de l’entretien de celles-ci, des espèces utiles sont systématiquement sauvegardées. Cette pratique concerne les mêmes espèces de grands arbres d’ombrage que celles maintenues pour les cultures vivrières : Triplochiton scleroxylon (Sterculiaceae), Terminalia superba (Combretaceae) et Ceiba pentandra (Bombacaceae)... Comme nous le verrons plus loin, une grande valeur agronomique est attribuée à ces espèces puisque, selon les Ntumu, elles améliorent la fertilité du sol et donc la production. Lors de la création d’une agroforêt cacaoyère, la pratique de l’abattage sélectif est systématique comme dans le cas des champs vivriers, mais elle est adaptée en fonction des besoins et des exigences requises pour ce type de champ arboré.

28Les plantations cacaoyères sont toujours créées ou réhabilitées à la faveur d’un recrû post-agricole (arachides, courges, plantain, manioc). Avant l’abattage pour le champ vivrier, le cultivateur sait déjà que cette parcelle sera dévolue à une future plantation de cacao. De plus, le lieu choisi pour ce faire n’est pas aléatoire. Les nouvelles plantations sont fréquemment créées aux abords des anciennes cacaoyères et comme pour les parcelles vivrières, le cultivateur choisit des sites pauvres en roches affleurantes. Les sites dotés d’arbres recherchés pour leur utilité sont privilégiés (annexe 16). On a observé que la densité d’arbres épargnés dans les champs vivriers augmente si le cultivateur projette de créer une cacaoyère à la faveur de ce défrichement ou bien si les parcelles ont été défrichées sur d’anciennes cacaoyères à l’abandon (tabl. 5). Ces parcelles possèdent une densité en arbres très nettement supérieure, de l’ordre de 30 arbres par hectare (fig. 29), à celle des champs vivriers. Le champ ainsi défriché n’est en fait que la première phase de réhabilitation d’une ancienne cacaoyère. Tous les arbres susceptibles d’être utiles dans l’agroforêt sont donc conservés pour la future parcelle. La densité très élevée d’arbres laissés sur le champ, et donc jugés favorables à l’agroforêt, s’explique par la forte concentration en essences typiques d’agroforêts qui existaient déjà dans cette cacaoyère à l’abandon (fig. 29). La réhabilitation de cette parcelle commence par un défrichement qui fait office de nettoyage et qui est mis à profit (éclaircie du sous-bois) pour des cultures vivrières, le temps d’un cycle de cultures (trois à quatre ans). Le maintien de l’arbre dans le système perdure, bien que les services de la vulgarisation le déconseillent fortement pour des raisons phytosanitaires.

Tabl. 5 – Densité en arbres par hectare en fonction de l’historique du champ

Tabl. 5 – Densité en arbres par hectare en fonction de l’historique du champ

La re-création d’un milieu forestier, caractéristique des plantations cacaoyères, va de pair avec une exploitation diversifiée du milieu.

29La re-création d’un milieu forestier, caractéristique des plantations cacaoyères, va de pair avec une exploitation diversifiée du milieu. Dans la plupart des agroforêts, tout comme dans les champs vivriers et les terres de déprise agricole, sont posées de nombreuses lignes de pièges vérifiées quotidiennement puisqu’elles se situent soit près du village, soit à proximité des champs vivriers. De même, de nombreux produits forestiers ligneux (bois de chauffe, bois d’œuvre...) et non ligneux (fruits de bouche, écorces, sève, feuilles utilisées dans la pharmacopée traditionnelle, chenilles, champignons, escargots...) y sont collectés. La chasse de nuit (chasse à courre ou au fusil) est souvent pratiquée dans les agroforêts par les jeunes hommes encore néophytes. La proximité du village diminue les risques d’accident ou d’égarement. En fait, de même que pour l’agriculture vivrière, il est impossible de séparer le système agricole des autres activités telles que la chasse, la pêche et la cueillette.

30Le caractère multi-usages de la plantation cacaoyère lui confère une plus grande sécurité économique face aux risques climatiques (augmentation de la pluviosité, ouragans...) et boursiers (effondrement des cours du cacao). Lors du krach boursier de 1989, le cacao ne se vendait plus mais les bénéfices de la plantation n’étaient pas pour autant anéantis et les villageois ont su en tirer parti. Ils se souviennent de cet événement et le mettent en exergue pour affirmer le manque de réalisme des recommandations agronomiques qui visent à favoriser les variétés améliorées de cacao. Ces variétés nécessitent peu d’ombrage. Or les arbres d’ombrage forment une strate forestière typique des forêts secondaires, riches en petit gibier.

31Enfin, comme pour l’agriculture vivrière, un outillage agricole rudimentaire est utilisé (machettes, bâtons, lime, hache) pour mener à bien les opérations d’entretien, d’élagage et de récolte de la plantation cacaoyère tandis que l’emploi des produits phytosanitaires et de l’outillage moderne recommandés par les services de la vulgarisation agricole est un échec.

Fig. 29 – Champ d’arachides établi sur une ancienne plantation cacaoyère à l’abandon

Fig. 29 – Champ d’arachides établi sur une ancienne plantation cacaoyère à l’abandon

32Les populations locales préfèrent expérimenter les cultures elles-mêmes avant de faire des choix qui correspondent le mieux possible à leur système de pensée et à leurs valeurs culturelles.

Transposition de la dimension sociale et symbolique aux agroforêts cacaoyères

33Les Ntumu possèdent, on l’a vu, plusieurs types de champs (afup) vivriers qu’ils nomment d’après la culture dominante : le champ d’arachides (afup owono), le champ de courges (afup ngwan), le champ de bananes plantain (afup bikwan) ... Le champ de cacao (afup keka) suit la même logique. Afup keka est le lieu de la culture de la variété de cacao rustique originellement introduite dans la région par les colons allemands (gna keka, le vrai cacao). Les champs de cacao mis en valeur avec les variétés introduites par le gouvernement camerounais (afup ngoman) ou encore les variétés de cacao préconisées depuis peu par les services de la vulgarisation agricole (afup iblide, variété de cacao hybride) ne portent pas le même nom. Ces deux dernières variétés ont été très peu adoptées par les Ntumu qui répugnent à assurer les soins nécessaires pour augmenter la productivité cacaoyère, la productivité de l’agroforêt toute entière étant leur premier souci.

34Comme tout type d’afup, afup keka jouit d’une modalité d’appropriation (selon Le Roy et al., 1996) de type maîtrise exclusive, c’est-à-dire un droit d’accès à la parcelle, un droit d’extraction, de gestion mais aussi un droit d’exclusion, au niveau de l’unité familiale (Vermeulen et Carrière, 2001). De plus, la gestion de la diversité des productions issues des agroforêts cacaoyères (chasse, piégeage, cueillette de produits forestiers non ligneux) suit les mêmes modalités d’appropriation et de cogestion que les terres utilisées pour l’agriculture vivrière (Vermeulen et Carrière, 2001).

35Dans le contexte actuel, les modes de transmission des terrains à cacaoyers et à cultures vivrières sont quasiment similaires. Il apparaît cependant que les cultures pérennes permettent, de fait, de concrétiser l’appropriation dans la durée, ce qui n’était pas toujours le cas des parcelles vivrières laissées en jachère depuis de nombreuses années, suite à la déprise agricole. Ceci est particulièrement vrai pour les parcelles éloignées des villages où peu d’activités de cueillette ou de chasse sont maintenues car le temps passé en déplacement est important. La fréquence des activités dans les agroforêts cacaoyères ainsi que la pérennité des cacaoyers détournent des pressions extérieures tacites qui pourraient s’exercer si la terre n’était plus occupée depuis longtemps.

36Dans les agroforêts cacaoyères émergent plutôt des tensions liées au bornage familial des parcelles. En effet, la délimitation ancestrale devient de plus en plus floue avec le temps. Suite à l’augmentation de la pression sur les terres (transmission de biens fonciers aux enfants, augmentation des superficies allouées aux cultures de rente), on assiste à une recrudescence de l’utilisation des plantes marqueurs de territoire (Cordilyne terminalis (Agavaceae) ; sam, espèces persistantes au feuillage rouge vif), dans le but de clarifier les limites entre les parcelles.

« Quand tu es villageois tu dois avoir une plantation cacaoyère. » (cultivateur ntumu).

37D’un point de vue social, plusieurs éléments montrent comment cette culture allogène s’est progressivement ancrée dans un système de culture autrefois entièrement voué à l’autosubsistance. Hormis les fonctionnaires de l’État (instituteurs, médecins...), tous les hommes interrogés dans le village de Nkongmeyos se disent être avant tout des planteurs de cacaoyers.

38Cette activité est socialement valorisante et reconnue comme telle grâce au revenu monétaire qu’elle procure, mais aussi parce qu’elle permet aux villageois d’avoir la mainmise sur de plus grandes superficies de terres transmissibles aux enfants. Les hommes possèdent les terres agricoles, ils les défrichent avant de laisser les femmes les cultiver afin de nourrir la famille. Cette division sexuelle des tâches s’applique également à la cacaoculture où tout au long de l’année hommes et femmes se succèdent pour mener à bien la récolte. À l’issue de la vente du cacao, les femmes revendiquent une partie des bénéfices à titre personnel et familial (santé, éducation...). Dans le cadre de la production cacaoyère, les règles habituelles, en évolution permanente, de redistribution des gains monétaires, s’appliquent en fonction des prérogatives individuelles et familiales.

39La contribution de toute la famille à la production cacaoyère (entretien, récolte), la coopération entre individus (Bahuchet, 1985) sans laquelle certaines opérations ne pourraient être menées à bien (récolte et fermentation), mais aussi le partage des bénéfices permettent de préserver la cohésion sociale de la famille, voire même du village (vente et pouvoir de négoce) tout au long de l’itinéraire cultural et du processus de valorisation monétaire. Par ailleurs, les agroforêts cacaoyères partagent avec le terroir forestier d’un village les esprits bénéfiques et maléfiques qui risquent d’influencer la récolte. Ainsi, les maléfices encourus par la production cacaoyère peuvent être la conséquence de conflits interindividuels se prolongeant par des actes de sorcellerie.

Les problèmes inhérents à la cacaoculture

Lors de notre enquête menée auprès de chaque famille ntumu du village de Nkongmeyos et de ses deux hameaux, les planteurs de cacaoyers ont soulevé des problèmes et émis des doléances vis-à-vis de ce qu’ils aimeraient voir s’améliorer dans les années à venir.

40Dans le contexte actuel de relative rentabilité de la culture du cacaoyer, la plupart des planteurs désirent agrandir leur plantation voire, pour les plus jeunes d’entre eux, en créer une nouvelle. L’objectif premier est d’en retirer un revenu monétaire, car selon eux « la vie va de mal en pire ! ». Certaines vieilles plantations, léguées par les pères, se trouvent encore près de l’ancien village, au lieu-dit nfeng ndjong ; il faut donc parcourir plusieurs kilomètres pour y parvenir. La création de nouvelles plantations permettrait à ceux qui possèdent les cacaoyères éloignées de ne plus perdre de temps en déplacements.

41Parallèlement à la volonté d’agrandissement des plantations, les planteurs sont confrontés au manque d’encadrement des services de la vulgarisation agricole, ce qui ne les encourage pas. Même s’ils ne respectent pas toutes les recommandations prodigués par ces derniers, les Ntumu sont sensibles aux conseils d’entretien et de création des plantations. Ils disent avoir confiance car ces services leur ont quand même appris à cultiver le cacaoyer. La plupart d’entre eux estiment, en se basant sur leur propre expérience, que si les recommandations agronomiques étaient appliquées, la production serait améliorée. En effet, ils ont constaté que l’éclaircissement du sous-bois de l’agroforêt et l’élagage des arbres d’ombrage sont bénéfiques au développement des jeunes plants de cacaoyers. Ils ont également remarqué une nette amélioration de la production lorsque les produits phytosanitaires de lutte contre les phytophages et les maladies sont pulvérisés régulièrement sur les cacaoyers. Les rares planteurs qui ne sont pas intéressés par l’aide des services agricoles l’expriment à travers le fait que « ces derniers sont absents, ou ne viennent plus les consulter ou encore qu’ils n’apportent plus les remèdes contre les maladies ». De manière générale, les agriculteurs de Nkongmeyos regrettent le temps où les vulgarisateurs passaient dans les villages pour leur expliquer les pratiques simples qui permettent d’améliorer la production. Ils estiment que cela leur était d’un grand secours.

Intégration du cacao à l’économie de subsistance

42La cacaoculture est un mode d’exploitation des ressources relativement récent (1920 selon les régions au Cameroun). Malgré cela, le système de production cacaoyer est aujourd’hui totalement intégré au mode d’exploitation des ressources forestières (agriculture, chasse, pêche et cueillette). La cacaoculture, telle qu’elle apparaît actuellement, répond aux mêmes exigences sociales, économiques et agro-écologiques que l’agriculture traditionnelle sur brûlis. Aussi la structure de la cacaoyère, sa composition floristique et donc son potentiel productif sont parfaitement adaptés aux besoins et à la logique économique diversifiée et opportuniste des populations en zone forestière.

43Les plantations de cacaoyers sont des agroforêts riches en essences à usages multiples. Les populations accordent une place extrêmement importante aux produits forestiers secondaires de la plantation (collecte de fruits, de plantes médicinales, de bois de chauffage et gibiers divers...), souvent au détriment des recommandations agronomiques qui conseillent aux cultivateurs d’éliminer les arbres d’ombrage. Les différentes variétés de cacaoyers utilisées par les Ntumu montrent bien que ce ne sont pas toujours les plus productives qui sont adoptées mais au contraire celles qui offrent des potentialités tout autres.

44Le manque de produits phytosanitaires et de capital – couplé au vieillissement des plantations – entraîne une baisse de productivité des plantations cacaoyères. Cependant, la cacaoculture demeure la source de revenus la plus fiable, La possession d’une cacaoyère fait donc partie des attributs d’un chef de famille ; celle-ci représente à ses yeux la seule forme d’investissement profitable à long terme, puisque ses descendants en hériteront. L’agencement temporel des différentes activités de subsistance dépend indirectement du gain monétaire lié à la cacaoculture. En effet, au moment de la récolte (octobre-novembre), l’ensemble de la population se mobilise autour de cette tâche. La plupart des autres activités (chasse, piégeage...) sont menées à proximité des plantations de cacao.

L’agroforêt cacaoyère répond aux mêmes exigences de diversification des bénéfices que le système agricole traditionnel.

45L’agroforêt cacaoyère répond aux mêmes exigences de diversification des bénéfices que le système agricole traditionnel (cueillette de fruits, de graines, de feuilles, d’écorces, bois de chauffe, vin de palme, plantes médicinales, plantes ichtyotoxiques, bois de construction, gibier pris dans les pièges placés dans les plantations, chasse de nuit...). Elle présente donc des critères de maintien de la biodiversité tout en assurant la production de ressources alimentaires et l’obtention de gains monétaires. En d’autres termes, elle contribue à la durabilité de l’économie locale tout en garantissant une amélioration sociale et un impact écologique faible. En outre, on peut penser que la substitution de la culture cacaoyère aux activités de chasse et de pêche, autrefois à but lucratif, a conduit à une diminution des pressions de chasse et de pêche, dès lors réduites essentiellement à l’autoconsommation ou à la vente interfamiliale.

Table des illustrations

Légende Les cabosses de cacao sont directement produites sur le tronc, ce qui facilite la récolte
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Ecabossage dans la cacaoyère par une famille ntumu regroupant à la fois les anciens, les adultes et les enfants
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Séchage du cacao sur des claies au village de Nkongmeyos
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Une poignée de fèves de cacao fraîches à peine sorties de la cabosse
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10258/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tabl. 5 – Densité en arbres par hectare en fonction de l’historique du champ
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10258/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 29 – Champ d’arachides établi sur une ancienne plantation cacaoyère à l’abandon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10258/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 257k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search