Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Partie 2. L'agriculture des Ntumu

Une agriculture vivrière de subsistance

Texte intégral

L’agriculture ntumu associe de nombreuses cultures dans un espace donné, mais aussi tout au long de l’année.

1L’agriculture ntumu est semi-itinérante (les villages étant sédentarisés) et se pratique après abattage et brûlis de la végétation. Elle associe successivement de nombreuses cultures dans le temps et dans l’espace. La culture d’ouverture après l’abattage, à savoir la « courge » (Cucumeropsis mannii, Cucurbitaceae), est suivie de l’arachide puis des cultures vivrières amylacées, le manioc, le plantain, l’igname, le macabo ainsi qu’une multitude de plantes condimentaires, de brèdes et de plantes médicinales. La caractéristique principale de l’agriculture chez les Ntumu réside dans le fait qu’ils ne pratiquent qu’un seul cycle d’arachides sur une même terre, contrairement à leurs voisins les Mvae et Badjoué du Sud-Cameroun (De Wachter, 1997). Ces agriculteurs (Ntumu et Mvae) n’attendent pas l’épuisement total du sol pour défricher de nouvelles terres de forêt ou de jachère, ce qui permet une régénération forestière d’autant plus rapide. Certains auteurs pensent que les cultivateurs ont pour but de s’assurer un recrû post-agricole composé de ligneux (Vasey, 1979 ; Staver, 1989), synonyme de fertilité et donc de productivité. D’autres attribuent cette décision de rotation rapide au « coût relatif en travail humain » ; si le profit issu de la culture sur une forêt nouvellement défrichée est plus important que celui issu d’une parcelle déjà défrichée et cultivée, l’ancienne parcelle sera abandonnée et une nouvelle sera défrichée (Nye et Greenland, 1960 ; Sanchez, 1976 ; Uhl et Murphy, 1981).

2L’occupation des terres dans l’espace et l’agencement des rotations culturales ont façonné une mosaïque au sein du terroir agricole (où différentes bandes de terres sont allouées à chaque famille), au sein de chaque portion individuelle de forêt et enfin au sein des essarts.

Les champs vivriers sont en général polyculturaux, c’est-à-dire composés de nombreuses cultures en association

3Chaque essart ouvert sur forêt primaire ou secondaire âgée est, par la suite, subdivisé en moyenne en trois ou quatre champs d’arachides suivis de cultures vivrières diverses et échelonnée dans le temps.

4La mosaïque complexe de stades de régénération associe autant d’itinéraires culturaux que de sites mis en culture dans des situations écologiques variées. Pour l’année 1996, le défrichement concerne seulement 5 % de terres « vierges », le retour sur des jachères d’au moins quinze ans étant quasi systématique. Sachant que certaines parcelles déjà cultivées peuvent être définitivement abandonnées par les cultivateurs, cela montre que le système est relativement peu consommateur de forêts primaires ou secondaires âgées, et qu’il demeure en équilibre avec le milieu.

5L’utilisation de l’espace dépend étroitement des possibilités de déplacements quotidiens et induit une superposition des zones d’activités de chasse, pêche, cueillette et agriculture. Dans ce contexte d’économie de subsistance diversifiée, les déplacements s’avèrent un facteur limitant pour les activités à mener chaque jour. Le chevauchement spatial des activités permet aux villageois de s’acquitter de nombreuses tâches lors d’un seul et même déplacement quotidien vers les champs vivriers (vérification des pièges, chasse, cueillette, collecte des produits vivriers et entretien des cultures). De ce fait, ils optimisent le travail et valorisent chacun des déplacements.

Typologie des champs vivriers ntumu

6Les Ntumu distinguent six types de champs, selon les cultures produites et selon le lieu de mise en valeur. Les champs de courges (esep ngwan) sont ouverts immédiatement après l’abattage d’une portion de forêt primaire (ou de forêt secondaire âgée de plus de 15 ans), alors que les champs de courges (asan) suivis de cultures vivrières sont établis sur sols hydromorphes (selon une fréquence beaucoup moins élevée que les champs précédents). Ils sont dominés dans un premier temps par la courge, à laquelle succèdent durant la même rotation, d’autres cultures vivrières (plantain, manioc, macabo, canne à sucre...). Ces champs sont créés dans les bas-fonds (elop) à proximité d’un cours d’eau, en zone partiellement inondable. Les champs d’arachides (afup owono), de superficie moins importante que ceux de courges, sont ouverts soit sur jachère pré-forestière qui succède à la culture de la courge, soit sur forêts secondaires jeunes ou âgées. Les champs vivriers polyculturaux (kunu), où dominent d’abord le manioc puis le bananier plantain en association avec de nombreuses autres cultures, succèdent à la récolte d’arachides. Les cultures de bananes plantains (afup bikwan), post-courges ou post-arachides, à superficie égale ou supérieure aux champs de courges, sont essentiellement destinées à la vente. Enfin, beaucoup plus rares, les champs de riz (afup olis) sont implantés dans les zones marécageuses dan pour produire du riz essentiellement, en culture inondée.

7De manière générale chez les Ntumu, les différentes parcelles cultivées sont classées en types, L’afup, dont la traduction littérale est le champ en début de production, s’oppose au kunu qui est le champ vieillissant en fin de production. L’afup, champ de terre ferme, s’oppose aussi aux champs sur sols hydromorphes invariablement nommés asan.

Régime de bananes plantains. Cette culture constitue avec le manioc l’alimentation de base des Ntumu

8Chaque champ est identifié par sa culture dominante à une période donnée et se caractérise par divers degrés d’associations. Les plus courants sont les champs d’arachides (afup owono, fig. 17), les champs de courges (afup ngwan), les agroforêts cacaoyères de rente (afup keka) qui s’opposent aux champs de vivriers polyculturaux (afup bidi) traduits littéralement comme « champs de nourriture ».

9Au cours du temps et en fonction de l’emplacement initial du champ, la culture dominante change. Pendant la durée de vie d’un champ polycultural, celui-ci aura plusieurs noms caractérisant à chaque fois la culture prépondérante. Par exemple, un champ d’arachides (afup owono) peut devenir un champ de maïs (afup fon) après la récolte des arachides. Avant l’entrée en production du manioc (kunu mbong, fig. 17) et quelques années après la culture du plantain (afup bikwan), le champ sera successivement un champ de macabo (afup bikaba) et d’ignames (afup bingon). En fonction des spécificités écologiques du milieu ou de besoins momentanés, l’agriculteur peut décider de diversifier un de ses champs, pour une saison, par un autre type de culture. Il peut alors coexister par exemple, des champs de tabac (afup ta’a), de cannes à sucre (afup minkok), d’ananas (afup zek) ou de bananes douces (afup medzing), inclus temporairement dans des champs de vivriers polyculturaux.

Fig. 17 – Une cultivatrice ntumu dans son champ d’arachides

Fig. 17 – Une cultivatrice ntumu dans son champ d’arachides

Un champ polycultural aura plusieurs noms caractérisant à chaque fois la culture dominante.

10Les champs sont donc caractérisés par la culture dominante à un moment donné et par les nombreuses autres plantes cultivées, semi-domestiquées ou sauvages qui poussent en association.

Les champs de courges

11Les courges (ngwan) sont des cultures d’ouverture placées dans des essarts dont la superficie moyenne est de 0,81 ha (échantillon de 9 champs ; 100 % des essarts de courges en 1996). Ils sont défrichés, abattus et brûlés au cours de la saison sèche, de janvier à début mars, d’où leur nom (esep en langue ntumu désigne la saison sèche). La plupart des cultivateurs n’ouvrent ces essarts qu’une année sur deux, ce qui leur permet d’économiser leur force de travail ou de se consacrer à d’autres activités de subsistance, de rente, de loisirs ou à vocation sociale (préparation de cérémonies, visites à la belle-famille...). Ces champs subissent un bon brûlis car la végétation défrichée et abattue pendant la saison sèche (forêts primaires ou secondaires âgées) fournit un combustible de qualité.

12Avant les premières pluies (fin février-début mars) et au lendemain du brûlis, les graines de courges sont semées en poquets (3 ou 4 graines), espacés de 1 m environ. La courge est une liane qui sert de culture d’ouverture. Pendant sa croissance, elle utilise les troncs morts épars sur le sol pour s’établir Au cours de cette mise en culture initiale, les débris végétaux issus du défrichement, de l’abattage et du brûlis se décomposent et alimentent le sol en nutriments qui en amélioreront les propriétés physico-chimiques pour les cultures à venir (Uhl, 1983). Les cultivateurs ont compris que durant cette période, le sol subira un ameublissement, préalable indispensable à la culture et au semis de l’arachide (Rambo, 1981).

Récolte de la courge. Ouverture des fruits à la machette avant fermentation et séchage des graines dans les champs

13Le bananier plantain est couramment associé à la courge. Plusieurs possibilités sont offertes : il peut être planté dans ce champ soit avant l’abattage et le brûlis, soit après le semis de la courge. Ce choix dépend de la stratégie de production du planteur (production précoce et peu durable, production tardive et durable). Le produit recherché dans la courge est sa graine, utilisée comme condiment dans les sauces ou comme constituant d’une pâte agrémentée de viande ou de poisson, « le gâteau de courge », comme l’appellent les Ntumu. Cependant, la courge est appréciée de manière très variable par les Ntumu et ne constitue pas un élément essentiel de leur cuisine. Elle est donc surtout vendue (les prix sont très attractifs pour les producteurs) en cas de surplus. Pour certains agriculteurs, elle fait réellement l’objet d’une culture de rente malgré une qualité très aléatoire.

Gâteau de courge cuit à l’étouffée dans les feuilles de bananiers assorties de bâtons de manioc

14Les hommes obtiennent de la vente des graines de courge un gain monétaire qui leur revient directement alors que les femmes – bien qu’ayant investi du travail dans cette culture – ne reçoivent que peu d’argent. La tactique des femmes sera donc d’utiliser ce produit le plus souvent possible dans l’alimentation afin d’en tirer un profit maximum avant que la récolte soit vendue.

« Le concombre c’est comme la loterie », disent les Ntumu.

15Les paramètres qui influencent la production de cette Cucurbitaceae ne semblent absolument pas maîtrisés par le paysan.

16Pour mettre toutes les chances de leur côté et avoir une probabilité plus grande de bénéficier d’un sol productif, les hommes ont tendance à augmenter les surfaces défrichées pour la courge afin de disposer d’une production minimale pour la vente.

Les champs sur sols hydromorphes

17Bien qu’il n’existait pas de champ de ce type en 1996 (dans le village, il y en a eu en 1995 et 1997), il est important de le décrire. Ce champ est l’équivalent du champ de courges cité précédemment, à la différence qu’il est établi sur sols hydromorphes, le plus souvent en bordure de cours d’eau ou de marécages, en zone sèche mais inondable lors de la saison des pluies. Les cultures qui succèdent ici à la courge sont différentes de celles qui la suivent sur les sols d’interfluves. Le champ doit être défriché, la végétation abattue et brûlée puis les semis effectués deux mois avant les autres champs sur terre ferme (décembre-janvier). En effet, lors de la montée des eaux, au début de la saison des pluies en mars, les plants de C. mannii doivent être suffisamment hauts pour ne pas être submergés par la crue. La récolte est également décalée de deux mois. Ces champs sont défrichés sur forêt primaire car la végétation qui succède à une culture de ce type demeure pendant de très nombreuses années une formation végétale à dominante herbacée (Marantacées et Zingibéracées). Les grands arbres y sont absents et la fertilité y est faible.

Les cultures vivrières sur sols hydromorphes sont destinées à l’autoconsommation familiale et rarement à la vente, en cas de surplus seulement.

18Après la récolte de la courge, on cultive les espèces vivrières qui sont en mesure de supporter un sol souvent saturé en eau. Le plantain, quelques variétés de manioc, le maïs et la canne à sucre sont directement plantés ou semés à plat dans le sol humide alors que le macabo, la patate douce et les ignames sont cultivés sur des buttes, afin d’éviter tout pourrissement de l’organe souterrain avant la récolte. Ces productions ne sont pas aussi durables que dans les champs sur sols non hydromorphes, excepté le plantain. Ces cultures vivrières sont destinées à l’autoconsommation familiale et pas à la vente. Celles qui sont destinées en partie à la vente (comme le plantain) sont préférentiellement cultivées sur terre ferme. La superficie moyenne de cet asan est plus petite que celle de l’esep ngwan.

Les champs d’arachides

19Culture dominante, l’arachide est associée à de nombreuses autres plantes : maïs, macabo, ignames, patates douces, tomates, haricots, oignons, plantain, canne à sucre, rarement le manioc, de nombreuses brèdes et des plantes ichtyotoxiques. L’arachide occupe une place prépondérante dans le régime alimentaire des Ntumu. Elle est très appréciée de tous et fournit un apport protéique d’origine végétale sans pareil.

20Après le défrichement, l’abattage et le brûlis de la parcelle, les femmes, quelquefois aidées de leur mari, procèdent à un nettoyage minutieux (bois mort mal brûlé, herbes, souches et racines sont enlevés et empilés) puis à un deuxième brûlis – appelé « petit brûlis » – des tas de débris végétaux ainsi accumulés. Le plus souvent situées au pied de souches ou d’arbres morts (fig. 18), les taches de cendres qui résultent de ce dernier brûlis accueillent les cultures exigeantes en nutriments (tomates, macabo, oignons, tabac, patates douces ; fig. 19). Une fois nettoyée, la parcelle est semée en arachides. La terre est retournée à l’aide d’une petite houe et les arachides sont jetées une à une à 20 centimètres d’intervalle avant d’être recouvertes de terre avec le pied. Pendant les premières pluies, et afin de ne pas endommager les futures pousses d’arachides, les autres cultures sont mises en terre : maïs, oignons, tomates, patates douces, ignames, macabo, cannes à sucre, quelquefois plantain, bananes douces et manioc...

21Environ deux mois plus tard, l’unique sarclage commence, la terre est bêchée et les herbes sont arrachées avec leurs racines à l’aide d’une petite houe. C’est une tâche primordiale, tout comme le nettoyage de la parcelle ; selon les femmes, l’arachide ne peut pas produire correctement si elle est envahie d’adventices. En effet, la fin du sarclage correspond au début de la phase de remplissage des gousses, et la moindre compétition pour l’eau et les nutriments du sol se fait au détriment des réserves accumulées dans les graines. La récolte peut commencer un mois plus tard, d’abord dans la partie de la parcelle qui aura été semée en premier puis, petit à petit, dans les autres parties du champ en suivant le rythme de maturation des gousses (fig. 20). Les arachides sont séchées en bottes dans le champ sous le soleil ardent de la saison sèche, avant d’être ramenées au village où elles seront stockées à l’abri des prédateurs. Si la production le permet, elles seront consommées, sous forme de soupes, de sauces ou de pâte, jusqu’à la prochaine récolte. Une partie de cette récolte est mise de côté, afin d’assurer les semailles de la saison suivante. Les surplus peuvent être vendus au détail dans le village, et éventuellement servir aux échanges de type don et contre-don en vue de la tenue de divers rituels.

Une femme ntumu met le feu à son futur champ d’arachides grâce au nduna, une tige de Zingiberaceae. La structure de la tige en lamelles permet d’entretenir le feu

Fig. 18 – Les cultures sur taches de cendres dans les champs d’arachides

Fig. 18 – Les cultures sur taches de cendres dans les champs d’arachides

Fig. 19 – légumes et brèdes les plus cultivés

Fig. 19 – légumes et brèdes les plus cultivés

Les champs vivriers polyculturaux

22Immédiatement après la récolte des arachides, chaque afup owono évolue en un champ vivrier polycultural, formé des cultures mises en terre au même moment que l’arachide et d’autres ajoutées par la suite. Il est appelé kunu. Le terme « champ vivrier polycultural » correspond aux champs de féculents (plantain, macabo, manioc, ignames...).

23Il y a chaque année autant de kunu créés une saison plus tard que de champs d’arachides récoltés. La mise en terre des boutures de manioc, des drageons de plantain et plus rarement le semis du maïs marquent la fin de la saison des arachides.

24Les aliments de base, la ration amylacée sont produits dans le kunu deux fois par an. La notion de vieillesse caractérise le kunu car ce n’est plus un jeune champ, contrairement au champ d’arachides. Ce champ vivrier polycultural se caractérise par des cultures qui approchent de la maturité comme le macabo, la patate douce, les différentes variétés d’aubergines, les tomates, les oignons, les ignames, le maïs, les plantes ichtyotoxiques... Après le bouturage du plantain et du manioc, toutes ces cultures évoluent ensemble pendant quelques années, en général entre trois et cinq ans. Les premières à entrer en production sont les légumes ou brèdes : tomates, piments, amarantes, gombos, oignons et le maïs. Puis suivent les tubercules (patates douces) et le manioc (mbong) qui dominent en quantité pendant deux à trois ans au maximum (fig. 17). Le plantain est préférentiellement planté dans les parties les plus ombragées du champ (fig. 21).

Fig. 20 – Différentes dates de semis dans un champ d’arachides

Fig. 20 – Différentes dates de semis dans un champ d’arachides

Fig. 21 – Zones d’ombrage pour la culture du bananier plantain en association dans un champ d’arachides

Fig. 21 – Zones d’ombrage pour la culture du bananier plantain en association dans un champ d’arachides

25Le plantain (ekwan) est la culture la plus tardive mais celle qui se prolonge le plus longtemps. Elle prend le relais du manioc et donne par la suite son nom au champ (kunu bikwan). Elle entre en production environ un an après le début du kunu et peut le rester pendant deux à trois ans, voire même plus, selon les conditions naturelles et l’entretien (désherbage et défrichement). En général, il n’y aura plus de sarclage dans le kunu. Mais si le planteur juge la production exceptionnelle, il continuera à entretenir son champ pour maintenir la production à son maximum. Cela peut alors devenir un champ de plantain (afup bikwan) puisque le plantain y demeure quasiment seul.

Champ vivrier polycultural dominé par le bananier plantain, le kunu bikwan peut donner l’impression d’un fouillis végétal, mais ce n’est qu’une apparence

26À partir du moment où il faut réellement « rechercher » les régimes dans le recrû né après la récolte des arachides, le kunu se transforme en ekolok (fig. 17), jachère ou recrû post-agricole (ce qui ne veut pas dire que l’on n’y récoltera plus rien). Dans de rares cas (un seul cas à Nkongmeyos), un esep ngwan peut évoluer en afup bikwan sans même passer par les stades du champ d’arachides et des champs vivriers polyculturaux. Les hommes seuls (veufs ou divorcés) plantent directement le plantain dans leur champ de courges pour obtenir un champ de bananiers après la récolte. Dans ce cas, la production est principalement destinée à la vente. Ces hommes privés de femmes vivent aux dépens de leur famille et grâce à leurs revenus. Ils court-circuitent la phase des cultures entièrement réalisées par les femmes (semis, désherbage, récolte des arachides et du vivrier autre que le plantain), pour obtenir un champ enrichi principalement en cultures de rente (plantain, fruitiers, bananes douces, macabo et quelquefois ananas). L’argent issu de la vente des cultures de rente leur permet de participer aux frais du ménage auprès duquel ils vivent et d’épargner, afin de réunir une partie de la dot qui les aidera à se remarier

Les champs de riz

27Étant donné les faibles étendues de marécages par rapport aux aires de terre ferme et le faible potentiel de régénération de ces zones (quinze ans au minimum), les champs de riz sont rares et localisés. Appelés afup olis, ils sont au minimum bisannuels, mais en général ils ne sont établis que tous les quatre ou cinq ans, par un groupe de personnes associées. Pour l’année 1996, il n’y en a pas eu dans le village de Nkongmeyos. Ces champs sont cultivés uniquement sur des sols hydromorphes, dans des formations végétales de type raphiales (Raphia spp., Arecaceae) inondées en permanence. Ils ne sont jamais établis en bordure de cours d’eau où la ripisylve est asséchée à certaines périodes de l’année. Les zones très riches en palmiers raphia sont privilégiées car ils fournissent le combustible indispensable au brûlis, difficile dans ces zones très humides. Pendant la saison sèche, au plus fort de l’étiage des eaux (juillet-août), les raphiales sont brûlées. Une année entière s’écoule avant que l’on ne brûle une seconde fois (juillet-août) : c’est la phase de brûlage proprement dite pendant laquelle les palmiers sont entièrement calcinés. Le couvert végétal disparaît car la végétation est brûlée au ras de l’eau. Juste après cette phase de fertilisation et d’ouverture du milieu, le semis est effectué à la volée dans le marécage avant l’arrivée des premières pluies. Les plantules ont le temps de s’installer et donc de ne pas être submergées par la montée des eaux. Simultanément, on associe principalement le macabo et le chanvre indien à la rizière. Ces cultures sont pratiquées au pied des troncs de raphias morts, pour éviter un excès d’eau. La récolte a lieu cinq à six mois plus tard pendant la saison sèche suivante. Le marécage est ensuite abandonné pendant dix à quinze ans au moins, le temps pour la raphiale de se reformer ; condition sine qua non à la culture du riz.

Classification des successions écologiques et du milieu naturel

« Les Ntumu sont les véritables acteurs d’une préservation des écosystèmes, ceux qui en ont une pratique et une connaissance séculaire. » (Joiris, 1997).

28Les Ntumu ont une connaissance empirique détaillée de l’environnement dans lequel ils vivent, des différents types de micro-environnement ainsi que des étapes de succession forestière. Ces connaissances les guident pour décider des sites de défrichement, de la durée de culture ainsi que des lieux de chasse, de piégeage et de cueillette. La dénomination de différentes catégories de végétation et de paysages permet notamment aux membres d’une population donnée de délimiter les différentes parties de l’écosystème forestier (Bahuchet, 1997) où chaque activité est pratiquée. Tous les stades de la succession, ainsi que les différents types de végétation, sont caractérisés par des paramètres comme la hauteur, la densité et la composition de la forêt, ainsi que par l’âge ou le nombre d’années durant lesquelles le milieu végétal n’a subi aucune action anthropique.

« The bigger the trees, the lighter the underbrush. » (Johnson, 1983).

29Les Ntumu reconnaissent plusieurs stades de succession écologique. La forêt primaire ou forêt secondaire âgée est appelée afan. C’est une forêt issue – comme disent les Ntumu – de « la création de Dieu », dans le sens où elle n’a jamais – de mémoire d’homme – été cultivée. En fait, selon les Ntumu, afan n’a jamais subi de modifications fortes susceptibles de changer la physionomie première de la forêt, qu’ils perçoivent comme « vierge ». Un défrichement seulement du sous-bois forestier avant l’abattage n’entraînera pas le changement de statut de ce type de forêt. En effet, si l’abattage des arbres n’intervient pas, la forêt restera afan, caractérisée par une forte densité en arbres de gros diamètre et dont le sous-bois est clairsemé.

30La relation mentionnée par Johnson chez les Machiguengua est également valable chez les Ntumu.

31Lorsqu’une portion de forêt est choisie, elle est nommée dzi dès le début du défrichement jusqu’au semis suivant, en passant par l’abattage et le brûlis. Dzi est le champ qui n’est pas encore cultivé. Le champ nouvellement cultivé est appelé afup. Il se distingue ensuite par le type de culture effectué. Un champ (esep), créé lors de la petite saison sèche, se distingue d’un champ de grande saison sèche (oyon). Après la récolte de la culture d’ouverture, à savoir Cucumeropsis mannii, et avant la mise en arachides, un recrû pré-forestier s’installe. Il est appelé ekpwaala et se caractérise par une végétation basse, riche en espèces pionnières à courte durée de vie comme Tréma orientalis, Aframomum sp. et Solanum torvum au début, puis Musanga cecropioides plus tard. La déprise agricole de ce type de parcelle est relativement courte, de six mois à trois ans, le plus souvent.

32L’existence de cette jachère pré-forestière courte est liée au fait que la superficie du champ de courges est trop grande pour que les femmes puissent la replanter entièrement en arachides en une seule fois : cela requiert beaucoup de travail de nettoyage, d’entretien et de semis. La terre demeure fertile et meuble, ce qui facilite le travail pour l’arachide. Ces ekpwaala constituent une réserve de terre arable de bonne qualité, facile et donc rapide à défricher. Le terme consacré au défrichement de ce jeune recrû est le même : ekpwaala.

33Après la récolte de l’arachide (afup owono), la parcelle dans laquelle sont ajoutées les cultures vivrières devient kunu. C’est une parcelle cultivée vieillissante cumulant production vivrière intense et recrû naissant et par conséquent, un champ dont l’entretien cesse progressivement. Les Ntumu disent que c’est un recrû dans lequel on prélève la nourriture sans avoir besoin de la chercher Après quelques années de culture (en général de trois à cinq ans), la production du manioc est presque terminée, ainsi que celle de toutes les autres plantes alimentaires (ignames, tara, brèdes, tomates, haricots...), excepté le bananier plantain.

34À ce moment-là, le champ (kunu) devient un recrû forestier post-agricole à valeur de jachère, appelé ekolok. Au début, cette parcelle est envahie d’espèces herbacées. Progressivement, des espèces arbustives et arborées prennent le relais. Lorsque le paysan récolte toujours quelques restes de la production en plantain, ce jeune recrû porte le nom de nfef ekolok. Il se distingue d’un ancien champ de manioc (ekolok mbong), ou d’un ancien champ de banane plantain (ekolok bikwan) par le type de nourriture que l’on peut encore y trouver. Le recrû végétal post-agricole est encore jeune et ne peut en aucune manière être défriché à nouveau avant quelques années. Lorsque toute culture plantée par l’homme a terminé de produire, le jeune recrû ne porte aucune distinction particulière et devient ekolok. Par contre, lorsque ce dernier atteint un stade de régénération suffisamment avancé (après sept ans environ) pour permettre la remise en culture de l’arachide et d’autres cultures vivrières, les Ntumu le qualifient de ndet ekolok, littéralement « petit recrû ». Ce diminutif fait référence au fait que la fertilité n’est que modestement reconstituée.

Trois frères rentrent du champ après une dure journée de labeur avec leur mère. Ils contribuent au transport des produits vivriers du champ vers le village

35Après environ quinze ans ou plus, le recrû atteint un stade de type forêt secondaire âgée et peut à nouveau être défriché et abattu comme une forêt primaire. Par la suite, il est cultivé selon le même cycle cultural que précédemment (courge, arachide et autres cultures vivrières). Comme dans toute société agraire, les Ntumu reconnaissent à certains critères physiques, climatiques et biologiques le moment propice à une remise en culture de la jachère. Ces critères sont la disparition d’une catégorie d’herbacées (Marantaceae et Zingiberaceae), la prédominance des arbres et leur diamètre ainsi que la densité du sous-bois qui doit être clairsemé dans une jachère prête à la culture. Cette forêt secondaire porte le nom de vieux recrû (nnom ekolok) ou encore de recrû « mûr » (nnom associé à ekolok intègre la notion de fertilité recouvrée, de maturité), en référence à la restauration de la fertilité du milieu. Les Ntumu pensent que ces forêts secondaires ou recrûs peuvent, après de longues années de déboisement, recouvrer leur statut originel de forêt primaire. Selon Dounias (1993) au contraire, chez les Mvae un ancien recrû, quel que soit son âge, porte toujours les stigmates de son exploitation antérieure.

36Le petit recrû (mwan ekolok), littéralement l’« enfant-recrû » est considéré soit par les hommes comme un petit recrû (en référence à sa surface), soit par les femmes comme un recrû formé des rejets de souches en place dans un champ d’arachides, le temps de cette culture. Les Ntumu identifient et nomment eyang (portion de terrain où il n’y a pas de hauts arbres) la végétation qui succède à un asan (champ sur sol hydromorphe). C’est une variante spécifique du mfos : brousse caractérisée par une faible densité d’arbres par opposition à la forêt.

Les Ntumu ajoutent le nom de l’espèce sauvage ou cultivée dominante pour qualifier les unités de végétation.

37En outre, en bons « naturalistes », les Ntumu différencient des unités de végétation en fonction de la physionomie de la végétation, de son passé et de son futur, et à partir de leur composition floristique. Ils utilisent pour qualifier les unités de végétation, le nom de l’espèce sauvage ou cultivée dominante. Ainsi un ekolok peut être un ekolok blkwan s’il y a encore du plantain à récolter, et un ekolok mendzom, si ce dernier est dominé par Aframomum spp. (Zingiberaceae), une espèce qui peut être très abondante par endroits (White et al., 1995).

Organisation spatio-temporelle des activités agricoles

Calendrier agricole et rotations culturales

38Ne recourant pas aux techniques d’irrigation, l’agriculture itinérante sur brûlis des Ntumu suit l’alternance régulière des saisons sèches et des saisons pluvieuses. Comme la plupart des agriculteurs tropicaux, les Ntumu ne disposent pas de données climatiques. Pour se situer dans le temps, ils observent et interprètent un grand nombre d’événements saisonniers par exemple, le comportement de certains animaux (migrations, reproduction, chants, envols de papillons), le cycle biologique de certaines plantes ou encore la place des constellations dans le ciel. Indicateurs de changements saisonniers, ces phénomènes ont permis d’acquérir une connaissance empirique du milieu nécessaire à l’organisation du calendrier agricole. De même, ils gèrent les rotations culturales en fonction de la fertilité du sol mais aussi du milieu, c’est-à-dire des caractéristiques de la végétation. Les Ntumu n’attendent pas que la fertilité du sol soit totalement épuisée pour engager une rotation. Ils considèrent que la rapidité de restauration de la fertilité dépend du degré d’intensité de l’utilisation des terres lors des premières mises en culture.

Périodicité de l’abattage

39Chez les Ntumu, il existe deux schémas généraux de mise en valeur des terres, directement liés à la périodicité des essartages. En effet, nos enquêtes montrent que plus de la moitié des agriculteurs du village de Nkongmeyos ne désirent essarter une forêt primaire ou secondaire âgée qu’une année sur deux, tandis que les autres le font chaque année. Selon les contraintes sociales et économiques de chacun, la succession des essarts dans le temps peut s’écarter de ce schéma. Ainsi, un cultivateur sujet à la maladie échelonne ses essarts tous les trois, quatre ans ou même plus. À l’inverse, une famille désirant accroître ses revenus augmente temporairement ses abattages. Quoi qu’il advienne, la succession des cultures de courges, d’arachides et de vivriers est sensiblement la même, tout comme l’insertion de plusieurs champs d’arachides au sein d’un essart de courges (fig. 22).

Fig. 22 – Le cycle agricole (5 ans)

Fig. 22 – Le cycle agricole (5 ans)

Essartage annuel

40L’évolution typique de l’utilisation d’une parcelle est représentée de façon schématique, de l’abattage jusqu’à la mise en jachère, dans le cas d’un essartage annuel (d’environ 1 ha, fig. 23).

41À l’essartage, en février-mars (To), la parcelle est immédiatement mise en valeur avec la courge. Ensuite, après la récolte de cette culture, en septembre (To + n avec n = 6 mois), on observe une petite période de déprise agricole (6 mois à 2 ans) sur environ les trois quarts de la superficie de l’essart, tandis que l’arachide (essart n° 1. Champ n° 1) est mise en culture sur environ un quart de l’essart. Six mois plus tard (To + 2n), après la première récolte de l’arachide, un deuxième quart de l’essart est lui aussi semé en arachides (1. 2.), tandis que le champ d’arachides précédent évolue en champ vivrier polycultural (1. 1.). Ce dernier champ produit beaucoup au bout de 8 à 9 mois. Après quelques années de production, la parcelle est mise en jachère pendant une durée de 7 à 15-20 ans. Au même moment, un autre essart est établi et cultivé en courges (essart courges n° 2). À la saison suivante (To + 3n), un troisième quart de l’essart est à son tour semé en arachides (1. 3.) et un jeune champ vivrier polycultural voit le jour (1. 2.), issu du champ d’arachides précédent et ainsi de suite...

Fig. 23 – Succession temporelle des essarts, des champs d’arachides et de vivriers dans le cas d’un essartage annuel (n = 6 mois)

Fig. 23 – Succession temporelle des essarts, des champs d’arachides et de vivriers dans le cas d’un essartage annuel (n = 6 mois)

Essartage bisannuel

42Chez plus de 50 % des ménages, un essart n’est ouvert qu’une année sur deux. Il en résulte une répartition temporelle changeante des essarts, des champs d’arachides et des champs vivriers polyculturaux (fig. 24).

43Dans cette situation, la succession des cultures est un peu différente, quoique basée sur le même principe de division de l’essart, pour y insérer plusieurs champs d’arachides. Ce mode d’espacement des essartages dans le temps a, en revanche, des conséquences remarquables par rapport au système précédent.

44La succession des cultures est la suivante : création du champ de courges n° 1, en mars, auquel succède, en septembre, le champ d’arachides (essart n° 1. Champ n° 1, créé sur environ un quart de l’essart). Après la récolte des arachides en fin d’année, un jeune champ vivrier polycultural (1. 1.) est planté sur la même parcelle, tandis qu’un deuxième quart de l’essart donnera lieu au champ d’arachides (1. 2.). Le même processus se reproduit en septembre. De ce fait, deux ans plus tard, en mars, le quatrième quart de l’essart est semé en arachides (1. 4), alors que l’abattage pour le deuxième champ de courges est terminé (n° 2). Il résulte de cet agencement, au cours des deux années qui suivent le premier essart, un épuisement total de la réserve en terres de type jachère pré-forestière, créée au bénéfice de la récolte du champ de courges n° 1.

Fig. 24 – Succession temporelle des essarts, des champs d’arachides et de vivriers dans le cas d’un essartage bisannuel (n = 6 mois)

Fig. 24 – Succession temporelle des essarts, des champs d’arachides et de vivriers dans le cas d’un essartage bisannuel (n = 6 mois)

45Ce mode de défrichement présente l’avantage d’économiser très fortement la force de travail disponible dans un foyer ; qui peut se consacrer à d’autres activités de subsistance, de rente ou de loisirs. Mais il présente également des inconvénients. En effet, si les surfaces défrichées augmentent pour l’arachide (mais pas pour la courge, toujours environ 1 ha), seulement deux ou trois champs peuvent être inclus dans le recrû post-courges. Cette situation n’est pas rare et entraîne obligatoirement l’utilisation d’une jachère de moyenne durée pour cultiver un ou deux champs d’arachides lorsque la réserve de terre essartée est épuisée. Or ce travail (sur une jachère de moyenne durée) requiert une main-d’œuvre plus importante pour le défrichement et l’abattage pré-arachide. Le même type de conséquence survient lorsque l’on se trouve face à un milieu très peu productif dès le début de la rotation (courge). Il existe donc des compromis réalisés par les cultivateurs en ce qui concerne les bénéfices et les contraintes concernant le choix d’un essartage annuel (difficultés à l’abattage et au nettoyage pour l’arachide) ou bisannuel (risque de manque de terres défrichées pour l’arachide). Les chefs de familles ntumu prêtent volontiers une portion de terre post-courges pour l’arachide à des parentes qui se trouvent face à un manque de terres disponibles.

46Que les essarts soient pratiqués chaque année ou une année sur deux, l’agriculteur s’assure, en créant ses champs vivriers tous les six mois, une production vivrière diversifiée (arachides et cultures vivrières), étalée dans le temps (comprise entre un et cinq ans en moyenne) et échelonnée au cours de l’année. Le relais des productions en baisse est continuellement assuré par de nouvelles plantations (six mois de décalage avec deux cycles par an). Ce décalage dans le temps des cultures vivrières contribue à approvisionner les familles en permanence et sans période de soudure.

47Cette grande quantité de cultures vivrières (deux champs par an) correspond, en moyenne, à un instant t (pour un cycle moyen de cinq ans), à dix champs de cultures vivrières en production (début, milieu ou fin), soit une surface approximative de 2,5 à 3 hectares par agriculteur Un tel nombre de champs et une telle diversité de stades de production confèrent au système une grande sécurité d’approvisionnement en aliments de base. Ces dix champs correspondent à trois champs produisant du manioc, quatre champs à production très diversifiée (manioc, igname, taro, plantain...) et trois autres champs en fin de production ne donnant que du plantain.

En fonction des conditions socio-économiques, les cultivateurs ntumu ouvrent un essart de courges soit une fois par an, soit une fois tous les deux ans.

48Posséder un grand nombre de champs identiques à différents stades d’évolution assure une diversification alimentaire permanente. De plus, la diversité des lieux, des cultures et des périodes de production permettent de gérer au mieux les risques liés aux aléas climatiques, biologiques (attaques et déprédation) et socioculturels (fêtes, mariages, décès...).

Calendrier d’activité

49L’organisation temporelle des activités agricoles est établie principalement selon des contraintes d’ordre climatique. L’alternance des périodes sèches et pluvieuses permet au cultivateur d’entreprendre un cycle agricole (incluant la préparation du champ) au début de chaque saison des pluies, donc deux fois par an. Les activités liées aux productions vivrières sont organisées en fonction des autres activités agricoles (cultures de rente, cacao principalement), et des activités de chasse, cueillette, pêche. L’agencement temporel des activités dépend également des contraintes familiales imposées par les règles sociales et culturelles. Les interactions entre activités ont des répercussions sur la gestion différentielle des rythmes saisonniers et par conséquent sur le système agricole et plus particulièrement sur les surfaces cultivées. Par exemple, les activités vivrières, la récolte cacaoyère, celle des courges ainsi que les activités de pêche, sont en étroite compétition à la fin de la grande saison sèche (fig. 25 et 11).

Fig. 25 - Calendrier des activités agricoles

Fig. 25 - Calendrier des activités agricoles

50Les superficies défrichées pour l’arachide sont plus étendues en mars qu’en septembre, car elles bénéficient alors d’une diminution de la compétition entre les différentes activités de production. En effet, les deux saisons d’établissement de l’arachide sont le mois de mars et le mois de septembre (fig. 25), périodes où les femmes sont le plus occupées.

51Bien que l’homme défriche et abatte les arbres pour le futur champ d’arachides, la femme décide de l’étendue de son champ. Le travail de défrichement (travail le plus dur) limite l’étendue de la parcelle dans le cas des champs de courges, alors que dans celui de l’arachide, le travail de semis s’avère le plus limitant. Les femmes prévoient alors la taille du champ à abattre et à défricher Les activités en compétition avec le semis d’arachides de septembre sont la récolte et le traitement des courges, la grande récolte cacaoyère ainsi que la fin de la saison de pêche. À ce moment-là, le but de la femme est de produire la quantité d’arachides strictement nécessaire pour subsister pendant la petite saison des pluies en mars (récolte en janvier-février) et disposer d’un volume de semences suffisant pour la saison suivante. Il en résulte une superficie moins grande qu’en mars : 0,27 ha en mars et 0,20 ha en septembre.

52Au moment de la petite saison des pluies, les seules activités qui rivalisent avec la création du champ d’arachides sont, pour l’homme, les activités de pêche et le défrichement/abattage pour le futur champ de courges. Pour la femme, il s’agit des activités de pêche et de ramassage de fruits sauvages. La femme est donc plus disponible à ce moment de l’année pour semer son champ d’arachides. Grâce aux revenus de la pêche, les femmes financent souvent une main-d’œuvre extérieure pour l’abattage ouvrant le champ de septembre.

Optimisation du travail : l’exemple du choix des sites de culture

53Les sites de défrichement sont des formations végétales distinctes en fonction de la culture que l’on veut pratiquer (forêt âgée pour la courge et forêts secondaires pour l’arachide). Le cultivateur choisit le lieu de défrichement qui rentabilisera au mieux son travail. Ce choix résulte de compromis entre le travail investi dans le défrichement et l’abattage puis dans l’entretien, la récolte et le suivi de la parcelle. D’autres facteurs sociaux ou économiques peuvent également être décisifs : santé, contexte familial, besoin immédiat en numéraire, situation climatique...

54Les lieux choisis expliquent la coexistence de toutes sortes de formations végétales (jachères d’âges variés, forêts primaires et secondaires) qui sont diversement utilisées dans un contexte d’abondance en terres.

55Les travaux masculins et féminins doivent assurer la production vivrière nécessaire à la survie de la famille. Des compromis interviennent dans la mesure où l’ensemble des opérations agricoles ne concerne pas les mêmes personnes (hommes et femmes) et surtout parce que chaque culture possède ses propres exigences. Ainsi le défrichement d’une parcelle de forêt âgée augmentera le travail de l’homme (bien que cela ne soit pas reconnu par tous) mais diminuera le travail d’entretien par la femme car les adventices s’installent moins facilement ici que sur les terrains récemment cultivés.

Homme et femme connaissent parfaitement les sites qui conviennent le mieux à chaque culture et font en sorte de respecter ces exigences.

56Homme et femme connaissent parfaitement les sites qui conviennent le mieux à chaque culture et font en sorte de respecter ces exigences. Le champ de courges ainsi que la bananeraie sont toujours créés sur une forêt primaire ou secondaire âgée. Le travail d’abattage et de défrichement de ces forêts est important, mais il est rentabilisé par des cultures – courge, plantain – qui ne peuvent produire que dans des forêts âgées et donc fertiles où la compétition avec les adventices est faible. L’association fréquente plantain-courge résulte de ces exigences communes. Quand le cultivateur en a la possibilité, il privilégie une longue durée de production en plantain, et préfère donc les jachères également de longue durée afin de diminuer les travaux d’entretien, par exemple les sarclages (Dvoràk, 1992 dans De Wachter, 1997). Par contre, lorsque le choix est limité (obligation de cultiver sur une jachère de moyenne durée), l’agriculteur applique une technique particulière pour hâter l’entrée en production des bananiers. Les drageons de plantain sont plantés avant le brûlis, ce qui selon le paysan, stimule la croissance et la fructification. La forte compétition avec les mauvaises herbes, caractéristique de ces jachères, n’a alors pas le temps de se produire et la production, bien qu’amoindrie, est assurée. Le planteur peut donc ajuster ses techniques en fonction de la disponibilité des facteurs de production (travail et terres).

57Par contre, lorsque les activités de subsistance entrent en concurrence, le temps alloué au défrichement et à l’abattage diminue. Dans une situation de pénurie de recrûs post-courges, l’homme privilégiera, pour la culture d’arachides, le défrichage d’une parcelle de forêt secondaire plus jeune. Quant au travail de la femme, il est accru dans le champ d’arachides par les tâches d’entretien et de désherbage. Les champs d’arachides établis sur les recrûs post-courges sont situés aux endroits les moins denses en troncs et débris végétaux (la parcelle d’arachides doit être minutieusement nettoyée avant le semis), ce qui diminue d’autant le travail de préparation culturale. Les jachères d’âge moyen (dix ans) offrent cet avantage car les gros arbres n’ont pas encore eu le temps de s’établir. Les espèces de grands arbres laissés dans les champs portent peu préjudice à l’arachide, étant donné l’ombrage diffus qu’ils produisent.

58Dans un champ créé sur une jachère faisant suite à un champ de courges, les cultures (manioc principalement, maïs, plantain...) sont introduites après la récolte des arachides, afin de ne pas leur porter préjudice (compétition pour les ressources en eau, nutriments du sol et lumière). Par contre, dans un champ ouvert sur une forêt secondaire d’âge moyen (> 8 ans) et directement mis en valeur avec de l’arachide, les boutures de manioc seront, de façon moins dense que dans le cas précédent, mises en terre pendant le semis de l’arachide. Dans ce type d’environnement, les femmes savent que l’enherbement est le principal ennemi des cultures. Elles vont donc profiter du nettoyage et du petit brûlis effectué pour l’arachide afin de favoriser le bon développement du manioc. Elles réalisent ainsi un compromis entre les dommages causés par l’enherbement du manioc et celui causé par l’ombrage aux arachides et la compétition pour les nutriments. En effet, à la fin de la saison des arachides, le champ souffre déjà d’un enherbement préjudiciable au bouturage et à l’établissement du manioc. La concurrence entre le manioc et les adventices diminue sa croissance et sa production. Par contre, dès la fin de la récolte des arachides, le manioc déjà implanté peut se développer correctement. Il est très fréquent qu’après la récolte des arachides, les femmes comblent le vide ainsi créé en plantant des boutures de manioc supplémentaires.

59Pour tenter d’augmenter leurs revenus grâce à la vente des graines de courges et par la suite de plantain, les hommes défrichent un asan (champ de courges sur sols hydromorphes). Ce défrichement intervient en décembre, au moment où ils disposent d’un peu de temps avant le défrichement de l’esep de courges et du champ d’arachides du mois de mars. Ils défrichent également un esep ngwan en février. Ils disposent au bout du compte de deux champs de courges sur deux types de terre différents. Le travail de défrichement de cet asan est moins pénible que celui de l’esep, mais la rentabilité de ce travail est plus aléatoire. La disponibilité en terres pour l’arachide est la deuxième raison qui pousse les agriculteurs à posséder deux types de champs de courges. Après la récolte de l’asan, la culture de l’arachide est « court-circuitée » car impossible sur sols hydromorphes. Avoir un asan et un esep permet donc d’économiser de la main-d’œuvre, tout en optimisant la diversité des terres mises en valeur pour mieux gérer les risques. Cela permet aussi d’optimiser la rentabilité du travail de défrichement de l’esep, en approvisionnant les femmes en terres arables, pour la suite de la rotation.

60Pour résumer, les forêts âgées sont utilisées pour la culture de la courge et du plantain, afin de diminuer les travaux d’entretien et ainsi augmenter la durée de production de ces cultures. Les jachères pré-forestières ou les jachères forestières de courte durée sont préférentiellement dévolues à l’arachide, le maïs, le manioc et autres plantes légumières. Le travail d’abattage est réduit au minimum et les travaux de sarclage sont encore faciles. En effet, le sarclage de l’arachide est fait peu de temps après le semis et celui du manioc est réalisé au moment de la récolte de l’arachide où tout est alors arraché (plants d’arachides et mauvaises herbes). Le manioc a donc disposé de huit mois pour s’établir. Il est peu affecté par l’enherbement qui s’ensuit.

Mosaïque spatio-temporelle des cultures dans le terroir agricole

61Afin de comprendre l’agencement spatial des champs au sein du terroir agricole (champs et jachères), il est indispensable de rappeler quelques éléments de la gestion des terres chez les Ntumu car ils conditionnent l’organisation spatiale des activités. Comme chez la plupart des essarteurs traditionnels, le village comprend un hameau en bordure de piste implanté dans le finage de la communauté où s’insère, de part et d’autre de la piste, le terroir agricole. Les terres agricoles de chaque père de famille sont contiguës et spatialement distinctes et rayonnent en direction du fleuve sous la forme de bandes plus ou moins parallèles autour du village. Au fil des saisons, les champs mis en culture s’éloignent donc peu à peu de leur point de départ, se rapprochant ainsi du fleuve, en laissant derrière eux des recrûs post-agricoles ou jachères (à différents stades de la succession forestière). Chaque année, ou une année sur deux selon les cultivateurs, l’espace agricole de chacun s’étend à la faveur du défrichement d’un nouvel essart en forêt primaire ou secondaire âgée jusqu’à atteindre une superficie limite. En effet, le propre de l’agriculture itinérante est de revenir sur les terres anciennement cultivées, une fois la fertilité du milieu restaurée par la jachère. Au bout d’un certain temps, les parcelles cultivées s’imbriquent au sein d’un espace préétabli.

Quatre échelles d’espace

62La répartition spatiale des champs au niveau d’un terroir villageois s’organise à quatre échelles étroitement imbriquées et interdépendantes qui entretiennent une mosaïque :

  1. le champ d’arachides, composé d’une multitude de micro-parcelles dont l’utilisation varie (fig. 26) ;
  2. l’essart, dans lequel sont inclus plusieurs champs d’arachides et de cultures vivrières créés à six mois d’intervalles (fig. 26) ;
  3. la bande de terre de chaque unité familiale où les cultures se succèdent dans l’espace et le temps. Cette succession entretient divers stades de régénération forestière partant de l’essart jusqu’à la forêt primaire en passant par des jachères d’âges variés (fig. 27) ;
  4. le terroir villageois dans lequel alternent les différentes bandes de terres de chaque unité familiale (fig. 28).

Fig. 26 – Schéma de l’agencement spatial des champs d’arachides au sein d’un essart

Fig. 26 – Schéma de l’agencement spatial des champs d’arachides au sein d’un essart

63Les surfaces cultivées (diversité des champs, des jachères et des mosaïques intra-champ) ainsi que le caractère annuel et bisannuel des essartages, influencent la vitesse de pénétration des agriculteurs dans la forêt. En outre, le point de départ et la progression des cultures varient d’un chef de famille à un autre en fonction de stratégies individuelles (fig. 28). En effet, les jeunes cultivateurs préfèrent réserver pour plus tard (lorsque leur force physique diminuera) les parties cultivables (forêts primaires) les plus proches du village. Ils progressent donc rapidement dans la forêt. À l’inverse, les chefs de famille plus âgés avancent moins rapidement dans la forêt car leurs essarts sont moins étendus et se trouvent à proximité du village.

64Cette progression différentielle des paysans dans la forêt aboutit à une imbrication de trois mosaïques spatio-temporelles des champs et des recrûs post-agricoles. La première, à l’échelle du terroir agricole, représente la disposition des propriétaires terriens les uns par rapport aux autres (fig. 28). La deuxième, à l’échelle de l’unité familiale (fig. 27), représente l’évolution des cultures au sein d’une bande de terre. La troisième s’exprime à l’échelle de l’essart, souvent subdivisé en deux ou quatre champs d’arachides ou de vivriers polyculturaux (fig. 26).

Fig. 27 – Schéma de succession des champs et des jachères au sein d’une bande de terre attribuée à un père de famille

Fig. 27 – Schéma de succession des champs et des jachères au sein d’une bande de terre attribuée à un père de famille

Fig. 28 – Schéma de la progression des cultures par bandes familiales dans le terroir

Fig. 28 – Schéma de la progression des cultures par bandes familiales dans le terroir

65La succession temporelle des essarts, des champs d’arachides et des champs de cultures vivrières conditionne directement leur agencement spatial. La répartition des champs vivriers polyculturaux dans un essart fonctionne comme une sorte de rotation à l’intérieur d’une parcelle, d’un quart de portion vers la portion suivante. La partie la plus dégagée et jugée la plus fertile du champ est semée en premier en arachides. Bien entendu, il existe de nombreuses variantes (au niveau des surfaces cultivées, de la fréquence des essarts, des écosystèmes défrichés...). Elles ont pour effet d’accroître la mosaïque de l’agrosystème ainsi créée.

Influence de la mosaïque des cultures sur la régénération de la forêt

66Les recherches sur la régénération forestière dans les espaces ouverts et dégradés montrent souvent l’importance de certains facteurs responsables de blocages dans la succession végétale. Outre bien sûr la diminution du temps de jachère, quatre facteurs interviennent. D’abord, l’étendue des superficies défrichées conditionne en partie la création d’un « front pionnier ». Ensuite, l’absence de structures verticales, arbres ou sites perchoirs pour les animaux disperseurs de graines (Guevara et al., 1992) et le faible degré de contact, comme la grande distance avec la forêt (source de diaspores) la plus proche (Cardoso Da Silva et al., 1996) empêchent une dispersion efficace des graines. Enfin, ces facteurs ainsi que l’homogénéité floristique et faunistique d’un paysage utilisé par l’homme ralentissent fortement la régénération forestière.

Dans toute agriculture itinérante sur brûlis, la clé de voûte du système repose sur la restauration de la fertilité du milieu, elle-même conditionnée par la régénération forestière dans les jachères.

67Dans toute agriculture itinérante sur brûlis, la clé de voûte du système repose sur la restauration de la fertilité du milieu, elle-même conditionnée par la régénération forestière dans les jachères.

68Des pratiques agricoles paysannes contribuent à minimiser l’impact anthropique sur la forêt, pour pérenniser au mieux le système. Ces pratiques favorisent la dynamique forestière sans laquelle le système – caractérisé par l’alternance culture-jachère – ne pourrait plus exister Justement, dans le système agricole itinérant étudié, les quatre points cités plus haut comme des facteurs de blocage des successions végétales, sont régulés voire même neutralisés par les pratiques agricoles des Ntumu.

De faibles superficies défrichées

69En général, les superficies défrichées ne dépassent guère 1 à 1,5 ha par ménage et par an. Ces surfaces sont faibles comparées aux étendues des fronts pionniers qui caractérisent de nombreux systèmes en Amazonie. Des défrichements aussi restreints entraînent deux conséquences écologiques. Le degré de contact permanent avec la forêt demeure élevé (la distance maximale avec l’écosystème voisin est de l’ordre de 50-60 m). De ce fait, la dispersion des graines qui prépare la régénération forestière n’est pas pénalisée. La taille réduite des essarts écarte aussi les possibilités de création d’un front pionnier dans la forêt par un seul cultivateur, comme cela peut être le cas lors de la création de cultures commerciales.

Une progression inégale des cultivateurs dans la forêt

70Comme le montre la figure 28, la progression des défrichements dans la forêt est variable d’un agriculteur à l’autre, ce qui contribue à minimiser l’éventuel effet de front pionnier. La progression des cultures dans la forêt est liée aux superficies défrichées chaque année par une famille et dépend de nombreux facteurs sociaux et culturels comme l’âge des chefs de famille, la santé des cultivateurs et cultivatrices, le nombre d’enfants à charge (et leur sexe) et/ou en âge de travailler mais aussi la situation maritale (célibataire, veuf(ve), marié (e), polygame). Un homme polygame est obligé de défricher autant de parcelles qu’il a de femmes. Une veuve, contrainte de payer une main-d’œuvre extérieure, possède souvent des superficies très faibles et aura tendance à retourner cultiver plus rapidement sur ses anciennes jachères. Enfin, la richesse des familles influence aussi beaucoup les surfaces défrichées chaque année. Par exemple, les fonctionnaires de l’État de retour au village dépensent beaucoup d’argent dans un but souvent ostentatoire pour défricher des champs de grande superficie. Le temps alloué à chaque activité (loisirs, chasse, pêche, piégeage, collecte, cultures de rente, construction d’une maison, commerce, visites à la belle-famille, préparation de rituels...) est également un facteur à prendre en compte.

71En outre, quelques hommes prévoyants ont épargné des portions de forêts primaires à proximité du village et sont partis cultiver plus loin. « Ils profitent de leur jeunesse et de leur force pour conquérir les terres éloignées » disait Nicolas, un jeune Ntumu. Cette stratégie permet par ailleurs d’occuper physiquement un maximum de sa part du terroir afin de mieux la contrôler.

Les diverses stratégies des cultivateurs les conduisent à défricher plus ou moins vite leur bande de terre.

72La progression des cultures dans la forêt est variable d’un individu à l’autre. Deux ménages possèdent rarement deux essarts contigus (exception faite des champs d’arachides et de vivriers polyculturaux qui sont inclus dans un même essart et qui peuvent être cultivés temporairement par deux ménages). Cette situation limite l’étendue des superficies cultivées d’un seul tenant et favorise la dispersion des graines de la forêt et donc une régénération plus rapide et de qualité. Le contact avec la forêt secondaire ou primaire reste établi, ce qui permet aux diaspores des espèces végétales de parvenir jusque-là pour s’implanter.

L’abattage sélectif

73Chez les Ntumu comme chez de nombreuses ethnies d’Afrique centrale (Roussel, 1992, 1994 ; De Wachter, 1997 ; Rosler, 1997), de nombreux arbres sont épargnés à chaque essartage. Dans les champs et les jeunes jachères, ils contribuent à améliorer la dispersion des graines en attirant les animaux frugivores et, de ce fait, à accélérer la régénération forestière dans les jachères.

74Cette pratique agricole ancestrale – mise en œuvre depuis toujours de « mémoire d’homme » – est systématique et profondément ancrée dans l’esprit des Ntumu (cf. partie 3). Elle participe activement à la restauration de la fertilité du milieu, par accumulation de biomasse végétale dans les jachères, point clé du système. Enfin, cette pratique agricole qui rompt l’homogénéité structurale du champ (strate herbacée et strate arborée), crée autant de micro-parcelles où pourront s’établir de nombreuses espèces végétales. Finalement, l’abattage sélectif augmente le degré de contact avec la forêt. Les animaux disperseurs se déplacent de proche en proche sur les arbres dans les champs. Cette structure leur permet de traverser les champs et de circuler facilement entre différents blocs de forêt. Les arbres isolés dans les champs constituent de petits îlots forestiers au sein d’un milieu forestier fragmenté, où les processus de succession végétale peuvent reprendre rapidement. Ces micro-îlots forestiers entreront en coalescence pour reformer un couvert dense et continu.

Une mosaïque de champs, de jachères et de forêt

75Sous les tropiques, une homogénéité excessive du paysage est évoquée pour expliquer les phénomènes de blocage de succession forestière (Guevara et al., 1986 ; Cardoso Da Silva et al., 1996). Dans ces paysages homogènes, les espèces de stades avancés de la succession végétale n’ont aucune opportunité de s’établir face aux espèces pionnières et herbacées (Finegan, 1996).

76Chacune des pratiques et habitudes agricoles mentionnées ci-dessus ainsi que de nombreuses autres (tas de cendres, tas de bois morts...) interagissent pour compléter l’hétérogénéité spatiale du système, au sein des parties (champ, essart, espace cultivé d’une famille et terroir agricole) et du tout (le bloc forestier). À cette mosaïque imputable aux activités humaines délibérées, viennent s’ajouter quelques taches de végétation parsemées au sein du terroir villageois qui en augmentent l’hétérogénéité. Ces taches de végétation primaire ou post-culturale jouent un rôle significatif dans la gestion de l’acquisition de nombreuses ressources forestières, tant animales que végétales (Linares, 1976 ; Balée, 1989 ; Grenand, 1992 ; Dounias, 1996). Ces zones de forêts secondarisées sont loin d’être des environnements pauvres (Grenand, 1992) et les populations ont un intérêt majeur à les préserver, voire même à les entretenir.

L’hétérogénéité spatiale générée par la mosaïque de champs et de forêts est favorable au maintien de la diversité.

77D’autres zones contribuent au maintien d’une hétérogénéité spatiale. Il s’agit de forêts inondées et de marécages très peu cultivables, de terres où la roche-mère affleure et où tout défrichement ne serait pas productif, d’îlots de forêts protégées (pour les rituels ou habités par les esprits), de ripisylves systématiquement laissées intactes et de réserves de terres faites par quelques cultivateurs aux abords du village.

78Cette mosaïque écosystémique contribue à maintenir un milieu forestier écologiquement diversifié, floristiquement riche (Xu et al., 1999) et faunistiquement productif (Wilkie et Finn, 1990 ; Thomas, 1991 ; Lham, 1993).

Les superficies défrichées, de la norme à l’exception

Un contexte exceptionnel en 1997

79Les superficies défrichées chaque année ont été évaluées en 1996 et en 1997 (méthode en annexe 14) pour trois types de champs mis en valeur au village de Nkongmeyos et dans ses hameaux : le champ de courges, le champ d’arachides post-courges et le champ d’arachides sur jachère.

80Les tenures agricoles durant ces deux années sont à replacer dans un contexte très différent d’une année à l’autre. Certains paramètres socio-économiques ont eu un impact très fort sur l’étendue des superficies cultivées en courges en 1997 (en particulier pour les essarts de première culture). Dès lors, je choisirai l’année 1996 comme année de référence. En effet, d’après les témoignages des villageois, le nombre de champs du village en relation avec la fréquence des essartages, ainsi que leurs superficies, étaient dans la norme cette année-là.

81L’année 1997 a été marquée par l’adhésion d’une majorité des chefs de famille du village à des groupements d’accès au « crédit-abattage » instauré par la FIMAC (subventionnée par la Banque mondiale). Le but de l’opération consistait à verser un crédit de 50 000 F CFA. Cette somme – largement surestimée – devait financer l’abattage de forêt par chaque agriculteur désirant défricher au minimum un hectare pour produire du plantain. Ce projet de développement s’orientait vers une valorisation monétaire du système de production, notamment des produits vivriers, par une politique incitative basée sur des prêts bonifiés (à taux d’intérêt inférieur au taux du marché). Chaque paysan ayant adhéré se devait de défricher un hectare de forêt au minimum (primaire ou secondaire âgée) et se voyait attribuer ce crédit à rembourser ultérieurement (suite à la vente du plantain). La motivation d’abattage a donc considérablement augmenté en 1997, certains paysans allant jusqu’à s’endetter en employant une main-d’œuvre extérieure pour faire ce travail. La motivation est retombée dès 1998, la somme d’argent promise n’étant jamais parvenue et la dette consécutive à l’inscription ne pouvant être honorée. J’envisagerai donc ces deux années séparément, afin d’analyser l’impact des facteurs externes sur les surfaces défrichées, donc sur les facteurs de production. Pour l’année 1996, j’ai évalué les surfaces mises en culture en arachides et en courges en fonction des différents types de forêts et de recrûs.

Les champs de courges en 1996

82En 1996, 16 % des champs de courges ont été établis dans un essart sur forêt primaire (ou secondaire très ancienne), ce qui représente une superficie de 1 ha. Le reste, 84 %, a été défriché sur des forêts secondaires (jachères d’au moins 20-30 ans), soit une superficie de 6,3 ha. La superficie totale exploitée en champs de courges s’élève donc à 7,3 ha (tabl. 1). Ils occupent 40 % des superficies défrichées par les essarteurs dans l’année, dont 5,5 % seulement sur forêt primaire. Ce type de champ est moins fréquent en 1996 (un total de 9 champs pour 26 ménages en 1996, soit 0,35 parcelle/ménage/an) que le champ d’arachides qui lui succède (en moyenne 1,8 parcelle/ménage/an).

Tabl. 1 – Superficies et nombre de champs de courges en 1996 selon les lieux de défrichement

Forêt primaire

Forêt Secondaire jachère

Total (village)

% des champs de courges

16

84

100

Superficie des champs de courges (ha)

1

6,3

7,3

Superficie des champs de courges par rapport à la superficie totale défrichée (%)

5,5

35,5

41

Nombre de champs de courges

1

8

9

83Que ce soit sur forêt primaire ou sur forêt secondaire âgée, le travail de défrichage et d’abattage est suffisamment lourd pour décourager les plus jeunes et les plus âgés. Il semble qu’en 1996, bon nombre d’hommes (plus de la moitié) aient décidé de ne pas ouvrir de champs de courges. Pour les 26 ménages pris en considération cette année-là (certaines femmes sont veuves ou divorcées, certains chefs de familles sont en ville et certains hommes, polygames, peuvent ouvrir un champ de courges pour chacune de leurs femmes), seulement 9 champs de courges ont été dénombrés.

Les champs d’arachides

Situation en 1996

84Les champs de ce type sont établis deux fois par an, au début de la petite saison des pluies et au début de la grande saison des pluies. Le défrichement a lieu majoritairement soit sur des jachères pré-forestières qui succèdent à la courge, soit sur forêt secondaire d’âge moyen (supérieure à 8 ans). En 1996, la mise en culture de forêts secondaires de moins de 8 ans est rare (tabl. 2). Cependant, proportionnellement aux superficies abattues lors de chacun des deux cycles, la surface défrichée sur forêt secondaire d’âge moyen augmente pendant la grande saison des pluies : 38,6 % en septembre et 27,7 % en mars.

85La superficie moyenne des champs d’arachides est de 0,27 ha pour le champ de premier cycle, et de 0,20 ha pour celui du deuxième cycle. Le champ d’arachides du mois de mars est en moyenne significativement plus important en taille que celui de septembre (tabl. 3).

86Bien que le nombre de champs soit sensiblement le même, les superficies totales défrichées sont nettement plus grandes en mars qu’en septembre.

87En septembre (tabl. 4), la superficie moyenne de défrichement sur forêt secondaire (d’âge supérieur et inférieur à 8 ans) reste sensiblement la même qu’en mars alors que la superficie moyenne sur jachères pré-forestières diminue. Bien que les superficies totales défrichées sur jachères pré-forestières soient supérieures en mars à celles sur forêts secondaires d’âges moyens, les superficies moyennes des champs d’arachides sont sensiblement les mêmes sur ces deux types de jachères (tabl. 3). Quant au mois de septembre 1996, la superficie moyenne de mise en valeur sur jachères pré-forestières est nettement moins élevée que celle défrichée sur forêt secondaire d’âge moyen (tabl. 3).

Tabl. 2 – Superficies et nombre de champs d’arachides en 1996 selon les lieux de défrichement

Tabl. 2 – Superficies et nombre de champs d’arachides en 1996 selon les lieux de défrichement

Tabl. 3 – Superficies moyennes, en hectares, des différents champs d’arachides en 1996

Tabl. 3 – Superficies moyennes, en hectares, des différents champs d’arachides en 1996

Tabl. 4 – Nombre et superficies des champs d’arachides du mois de mars et du mois de septembre 1996 en fonction du type de forêts défrichées

Tabl. 4 – Nombre et superficies des champs d’arachides du mois de mars et du mois de septembre 1996 en fonction du type de forêts défrichées

Situation en/997

88Les champs d’arachides cultivés en 1997 présentent les mêmes caractéristiques que ceux de 1996, avec cependant une tendance à la diminution. La superficie moyenne du champ est de 0,20 ha (32 champs au total) avec 0,25 ha en mars (16 champs) et de 0,16 ha en septembre (16 champs). Cette baisse concerne donc à la fois le champ du mois de mars et celui du mois de septembre.

Répartition des champs d’arachides dans les différents recrûs

89La superficie moyenne, sur une année, d’un champ de courges en 1996 est de 0,81 ha et celle d’un champ d’arachides de 0,24 ha. Le champ d’arachides, créé sur jachère pré-forestière, succède à celui de courges. Dans un recrû post-courges, on peut imbriquer 3,37 champs d’arachides.

90Puisque environ 50 % des ménages pratiquent un essart chaque année et 50 % un essart tous les deux ans, il doit exister un excédent – par rapport aux superficies cultivées en arachides – de jachères pré-forestières. Il faut donc tenter d’expliquer pourquoi – malgré cet excédent – 33,4 % des champs d’arachides en 1996 ont été défrichés dans des recrûs forestiers d’âge moyen.

Les jachères pré-forestières sont considérées par les Ntumu comme les meilleures pour cultiver l’arachide. En effet, ces recrûs post-courges ekpwaala, âgés de quelques mois à trois ans au maximum, sont adéquats pour la culture de l’arachide pour plusieurs raisons. D’abord, ils sont très faciles à défricher, ce qui diminue la pénibilité du travail, ce défrichement pouvant même être effectué par les femmes. Ensuite, la fertilité de leur sol est souvent excellente car ils proviennent d’un essartage (six mois à trois ans auparavant) de forêt primaire ou de forêt secondaire âgée (ce qui permet de rentabiliser l’imposant travail d’essartage fourni tout en optimisant la future production d’arachides et de vivriers). Enfin, de par leur origine, citée précédemment, ils sont très peu propices à l’envahissement par les mauvaises herbes, ce qui diminue le travail de sarclage des arachides.

91Pour l’année 1996, 7 ha de jachères pré-forestières ont été défrichés et cultivés en arachides par les 26 ménages considérés. Plusieurs raisons sont avancées par les agriculteurs (trices) pour expliquer qu’ils n’utilisent pas toutes les surfaces défrichées après la culture des courges.

92Les Ntumu vont cultiver l’arachide sur un recrû forestier d’âge moyen, lorsque les terres de type jachères pré-forestières font défaut et pour diverses raisons. Par exemple, lorsque la production de courges a été mauvaise, les Ntumu pensent que cela provient de la qualité du sol. Soit ils abandonnent définitivement la parcelle, soit ils la mettent en jachère pendant une longue période (supérieure à huit ans). Lorsque la réserve personnelle en terres de type jachères pré-forestières est épuisée, un homme qui a suffisamment de temps préférera défricher un recrû pré-forestier au lieu de se faire prêter une portion de jachère pré-forestière post-courges. Ensuite, lorsque la récolte précédente d’arachides ou de vivriers sur une jachère pré-forestière a été mauvaise, ou bien si elle a subi de fortes attaques par les prédateurs sauvages (singes, rongeurs...), les paysans ne sont pas tentés de renouveler l’expérience. La parcelle est alors abandonnée définitivement, ou tout au moins jusqu’à ce que les ravages sur les parcelles avoisinantes se fassent moins ressentir Lorsqu’après la courge, le cultivateur décide de créer une bananeraie sans passer par la culture de l’arachide et du vivrier (c’est le cas des veufs ou des jeunes hommes qui ne sont pas encore mariés), il le fera sur des sols hydromorphes asan pour lesquels la culture de l’arachide n’est pas envisageable.

93Chacune de ces raisons invoquées par les cultivateurs représente un cas particulier mais elles aboutissent toutes au même résultat : la diminution des surfaces cultivables sur jachères pré-forestières et l’augmentation des surfaces défrichées sur des recrûs de type forêt secondaire. Ces superficies défrichées sur forêts secondaires ne sont plus du tout négligeables au sein d’un tel système. Dès lors, il faut comprendre ce phénomène et le quantifier afin de dégager des tendances. Cette augmentation des terres défrichées sur des recrûs secondaires pourrait entraîner de futurs raccourcissements du temps de jachère liés à des modifications notables du contexte social et économique.

Impact d’un projet de développement sur les superficies défrichées

94En 1997, la plupart des ménages ont adhéré au crédit FIMAC (plus de 100 000 F CFA ont été donnés par les villageois sous forme de cotisations à ce projet pour le crédit abattage de forêt). Cette même année, les surfaces défrichées et abattues ont considérablement augmenté. Le nombre d’essarts est passé de 9 (pour 26 ménages) à 18 (pour 27 ménages). Certes, la superficie moyenne d’un essart a peu augmenté : elle est passée de 0,81 ha à 0,84 ha. En revanche, la superficie totale a doublé : de 7,3 ha à 15,2 ha.

Les villageois de la tribu des Essangbak attendent le début de la réunion annuelle (vallée du Ntem)

95Quant aux types de forêts défrichées, il existe une différence très sensible. En 1996, seulement 16 % des essarts (1 champ, soit 1 ha) sont placés sur des forêts primaires alors que ce pourcentage est de 62 % (11 champs, soit 9,5 ha) en 1997. La proportion des forêts primaires défrichées, par rapport à la totalité des champs, a donc quadruplé d’une année sur l’autre. Cette augmentation correspond à un nombre d’essarts et une superficie dix fois plus importants que l’année précédente.

96En fait, la majorité des ménages n’avaient pas l’intention d’utiliser l’argent de ce crédit pour l’abattage de forêt et l’augmentation de la production vivrière. Ils pensaient plutôt faire face aux dépenses de scolarisation, de santé, de construction et autres. Les moyens de remboursement prévus étaient divers : chasse, piégeage, pêche, vente du cacao et du plantain et plus rarement de la production vivrière agricole. Comme le montrent en partie la faible augmentation de la superficie moyenne des essarts et les motivations d’adhésions à ce crédit, les villageois avaient besoin d’argent et non de produits vivriers. Le décalage temporel entre les besoins monétaires et les revenus éventuellement issus de la production vivrière, aurait conduit les villageois à dépenser ce crédit pas seulement pour investir, mais aussi pour faire directement face aux besoins.

97Par la suite, les fonds du crédit FIMAC n’ayant jamais été diffusés dans la vallée du Ntem, « les esprits échauffés se sont calmés » disait un vieux Ntumu. Face à une déception flagrante, les ambitions d’abattage pour l’année 1998 ont été conformes à l’année 1996 et les espoirs de gains monétaires re-dirigés sur la campagne cacaoyère. Cette forme de crédit était socialement inappropriée et écologiquement dangereuse.

Des défrichements faibles sauf en cas d’incitation

98En situation « normale », les superficies défrichées chaque année sur forêts primaires sont extrêmement faibles, de l’ordre de 5 % de la totalité des terres cultivées (1 ha en 1996 pour l’ensemble du village de Nkongmeyos, 250 habitants environ). Elles sont du même ordre de grandeur que celles observées chez les Mvae et les Badjoué pour des densités de populations similaires (Dounias, 1992 ; De Wachter, 1997). L’impact de cette forme de défrichement est faible, étant donnée la grande disponibilité en terres de forêts primaires dans la région. Les forêts secondaires âgées (20-30 ans) semblent être privilégiées en termes de productivité du travail pour l’ensemble des cultures vivrières, ce qui intéresse les agriculteurs. Certaines plantes préférentiellement cultivées sur forêts primaires peuvent raisonnablement se satisfaire de recrûs âgés. C’est le cas de la courge et du bananier plantain, cultures masculines exigeantes en matière de fertilité du milieu.

99De manière générale, les superficies totales défrichées sont du même ordre que celles observées autre part en Afrique centrale : entre 0,25 et 1,5 ha par an et par famille pour y créer un ou deux champs (Alexandre et Binet, 1958 ; Dounias, 1992 ; Bahuchet et De Maret, 1994 ; Rosler, 1997).

Les projets de micro-crédit ont eu pour effet d’augmenter massivement les défrichements.

100Le défrichement sur forêts primaires est limité, du fait de l’utilisation quasi systématique des parcelles mises en jachère (le temps de jachère est très souvent de plus de quinze ans) au sein du terroir agricole. Chaque année, l’avancée dans la forêt existe mais demeure relativement faible. Ce système fonctionne quasiment en vase clos.

101Grâce à l’évaluation de la superficie des essarts qui augmente fortement en 1997 par rapport à la normale, on peut tirer une série de conclusions. D’abord, il est évident que la motivation pécuniaire (contrairement à un besoin de vivres) peut immédiatement entraîner un accroissement des défrichements. Cet accroissement n’est pas irréversible d’une année sur l’autre puisqu’en 1998, les cultivateurs désiraient revenir à la normale. Ce projet de crédit pour le développement local était inadapté car les objectifs escomptés (avant même sa mise en place) n’auraient pas été atteints, à savoir une stimulation de la production vivrière de rente.

102Ce type d’action à court terme qui ne prend pas en compte les contraintes sociales et les valeurs culturelles est extrêmement dangereux pour la gestion durable des forêts tropicales, comme cela a été observé ailleurs (Xu et al., 1999).

Hiérarchisation des problèmes agricoles des villageois de Nkongmeyos

Suite à la réunion de groupe organisée le dimanche 21 septembre 1997 au village de Nkongmeyos sur les problèmes sociaux rencontrés par les habitants, une nouvelle séance de travail a eu lieu deux semaines plus tard sur les problèmes particuliers à l’agriculture vivrière. Comme pour la première réunion, l’homogénéité des classes d’âge a été respectés et les villageois ont identifié et hiérarchisé des problèmes qui touchent de près ou de loin l’agriculture vivrière. Deux entretiens successifs, traduits simultanément en langue locale par un villageois, ont été menés, l’un avec les femmes, l’autre avec les hommes. Comme pour les premières consultations participatives, la réunion s’est déroulée en deux parties. Les villageois ont énuméré et classé par ordre de priorité les problèmes agricoles qui leur semblaient les plus importants. Chaque problème est abordé ci-dessous, du problème le plus important à ceux estimés comme secondaires à cette époque.

103Le but de la séance de travail avec les villageois était de parler des problèmes rencontrés par les cultivateurs. Tout d’abord, des précisions furent apportées quant au caractère scientifique de mon travail qui venait nécessairement en amont de toute action de développement. Après quelques hésitations et demandes d’explications, la plupart des villageois manifestèrent un vif intérêt pour cet échange de vues et l’analyse commune des problèmes agricoles qui affectent leur quotidien.

Mauvais état des chemins qui mènent aux champs

104Les chemins et sentiers qui mènent aux champs sont très utilisés mais leur état boueux ne facilite pas l’acheminement des produits vivriers vers le village. L’éloignement des champs accentue, selon les villageois, ce problème qui trouve son origine dans les lourds chargements de manioc et de plantain que les femmes portent sur leur dos. Cette contrainte concerne les femmes et les hommes qui les aident au transport des produits vivriers, en particulier lors des ventes de plantain. La femme donne alors de l’argent à son mari pour le service rendu. Ce problème est classé en première position bien que pour la majorité des présents, il n’était pas crucial. Le problème a été présenté par un vieux sage du village. De fait, les doléances prises en compte sont d’abord celles des vieux. Bien que ce problème soit effectivement très important, il est ressenti surtout par les femmes qui effectuent des transports quotidiens de produits agricoles.

Manque d’outils pour travailler

105Le point crucial de la discussion a tourné autour du manque de tronçonneuses. L’attention a été attirée sur le fait que les outils agricoles sont coûteux en brousse et que les tronçonneuses sont chères et inaccessibles en ville. Selon les villageois, l’abattage des gros arbres se fait très difficilement sans tronçonneuse. Ceci est d’autant plus vrai que la population du village vieillit et que les jeunes se désintéressent du travail aux champs. Ils préfèrent partir gagner leur vie à la ville. Plusieurs autres outils font défaut : râteaux, machettes, limes, dabas, pelles pour creuser et faire des buttes dans les champs inondés de bord de ripisylve (asan).

106Le défrichement et l’abattage des arbres pour les champs de vivriers constituent une large part du travail agricole masculin. Ceci est particulièrement vrai pour le champ de courges, culture vivrière masculine par excellence. Par manque d’outils efficaces, la hache et la scie restent les outils couramment utilisés pour l’abattage des arbres. Le facteur de production « main-d’œuvre » pour l’abattage conditionne directement l’étendue des champs. La tronçonneuse augmente l’efficacité du travail et, à long terme, elle pourrait contribuer à une augmentation des superficies cultivées si toutefois une main-d’œuvre extérieure pour l’abattage pouvait être rétribuée. Les hommes sont de plus en plus désireux de cultiver de grandes étendues pour améliorer leurs revenus. Cependant, avant d’envisager une augmentation des surfaces défrichées, l’utilisation d’une tronçonneuse pourrait déjà faciliter le travail d’abattage et permettre une meilleure production. En effet, le facteur décisif dans la qualité de la production de courges est la date de semis qui, elle-même, dépend directement des premières pluies. Très souvent les dates de semis sont retardées par le temps nécessaire au travail de défrichement et d’abattage et par la compétition avec d’autres activités. Une mauvaise allocation du temps pour l’abattage conduit souvent à un mauvais brûlis au début des pluies, à un retard du semis et donc à une mauvaise production. Le travail fourni pour le défrichement (trois bonnes semaines) avant le séchage des herbes dans le champ et l’abattage des arbres (deux semaines, voir Johnson, 1983) est alors très mal rentabilisé. À la limite, un hectare de forêt aura été brûlé et ne produira presque rien.

107À ce propos, au mois de février-mars 1997, chaque agriculteur attendait le crédit abattage promis par la FIMAC. De plus, les machinistes tronçonneurs n’étaient pas présents à ce moment-là. De ce fait, la plupart des champs ont été brûlés en retard et la production s’en est sensiblement ressentie bien que chaque homme ait défriché environ un hectare dans le but de répondre aux critères d’obtention du crédit. Or, les femmes n’ont pas besoin d’autant de terres pour cultiver l’arachide et les cultures vivrières.

108L’usage de la tronçonneuse peut entraîner des effets pervers ou bénéfiques, comme l’économie considérable de travail, les possibilités d’allouer le temps gagné à une autre activité (chasse, pêche, cueillette ou loisirs...), et d’ajuster au mieux les dates de brûlis et donc de semis avec les premières pluies. Une meilleure rentabilisation du travail d’ouverture de la forêt à travers le gain en argent et l’augmentation de la consommation de courges (riches en protéines et en lipides) sont aussi observées. Les Ntumu estiment cependant que le même nombre d’arbres seront abattus, car ils souhaitent malgré tout laisser des arbres dans leurs champs (de plantain et d’arachides). S’il n’y a pas de tronçonneuse disponible, le paysan ira tout de même jusqu’au bout de l’abattage. Pour le moment, la qualité de l’abattage n’en pâtit pas. Les effets négatifs consisteraient en une augmentation des superficies cultivées dans le but de gagner plus d’argent et un abandon des pratiques préservatrices vis-à-vis des arbres épargnés dans les champs.

L’enclavement, un obstacle à la commercialisation

109Le problème de la vente des produits vivriers est lié selon les Ntumu à l’enclavement commercial de la région, lui-même lié à l’état de dégradation de l’unique piste qui la traverse. Le marché des produits vivriers (banane plantain, manioc, macabo...) répond aux conditions de l’offre et de la demande. Or, peu d’acheteurs se présentent dans les villages. Les cultivateurs sont obligés de se regrouper pour améliorer leur pouvoir de négociation. Ils se heurtent toutefois au non-respect par certains cultivateurs des règles tacites de maintien d’un prix minimum de vente des produits agricoles.

Table des illustrations

Légende Les champs vivriers sont en général polyculturaux, c’est-à-dire composés de nombreuses cultures en association
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Régime de bananes plantains. Cette culture constitue avec le manioc l’alimentation de base des Ntumu
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Fig. 17 – Une cultivatrice ntumu dans son champ d’arachides
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Récolte de la courge. Ouverture des fruits à la machette avant fermentation et séchage des graines dans les champs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Gâteau de courge cuit à l’étouffée dans les feuilles de bananiers assorties de bâtons de manioc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Une femme ntumu met le feu à son futur champ d’arachides grâce au nduna, une tige de Zingiberaceae. La structure de la tige en lamelles permet d’entretenir le feu
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 18 – Les cultures sur taches de cendres dans les champs d’arachides
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 19 – légumes et brèdes les plus cultivés
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Fig. 20 – Différentes dates de semis dans un champ d’arachides
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Fig. 21 – Zones d’ombrage pour la culture du bananier plantain en association dans un champ d’arachides
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Champ vivrier polycultural dominé par le bananier plantain, le kunu bikwan peut donner l’impression d’un fouillis végétal, mais ce n’est qu’une apparence
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Trois frères rentrent du champ après une dure journée de labeur avec leur mère. Ils contribuent au transport des produits vivriers du champ vers le village
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Fig. 22 – Le cycle agricole (5 ans)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 23 – Succession temporelle des essarts, des champs d’arachides et de vivriers dans le cas d’un essartage annuel (n = 6 mois)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 24 – Succession temporelle des essarts, des champs d’arachides et de vivriers dans le cas d’un essartage bisannuel (n = 6 mois)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Fig. 25 - Calendrier des activités agricoles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 26 – Schéma de l’agencement spatial des champs d’arachides au sein d’un essart
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 27 – Schéma de succession des champs et des jachères au sein d’une bande de terre attribuée à un père de famille
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 28 – Schéma de la progression des cultures par bandes familiales dans le terroir
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tabl. 2 – Superficies et nombre de champs d’arachides en 1996 selon les lieux de défrichement
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tabl. 3 – Superficies moyennes, en hectares, des différents champs d’arachides en 1996
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Tabl. 4 – Nombre et superficies des champs d’arachides du mois de mars et du mois de septembre 1996 en fonction du type de forêts défrichées
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Les villageois de la tribu des Essangbak attendent le début de la réunion annuelle (vallée du Ntem)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10257/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 272k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search