Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Partie 2. L'agriculture des Ntumu

Introduction de la Partie 2

Texte intégral

L’agriculture itinérante sur brûlis a pendant longtemps été dénigrée par les agronomes, les géographes et les écologues. Elle était qualifiée de « primitive », de « destructrice » en raison d’un gaspillage des ressources. Pour les observateurs occidentaux, son caractère itinérant, ses champs éphémères (aux contours irréguliers, suivis d’une longue période de jachère, étaient la marque d’une agriculture « peu évoluée », par opposition aux agricultures permanentes. Les publications de H. C. Conklin (1954, 1957) ont eu un retentissement considérable, en remettant en cause ces assertions, à propos de l’agriculture itinérante sur brûlis qu’il a observée chez une petite communauté aux Philippines. Il met en évidence le schéma d’une agriculture précise, complexe dans les associations culturales et diverse dans les techniques. Tout cela traduit des savoirs paysans, notamment dans l’utilisation des sols tropicaux et dans les combinaisons de plantes cultivées qui attestent une véritable science des cultures mélangées.
En Afrique, les géographes reconnaissent les compétences des essarteurs mais continuent pourtant d’estimer que beaucoup de caractères de leur agriculture sont des « faiblesses » (Gourou, 1970). Parmi celles-ci figurent l’absence de maîtrise du milieu naturel, en particulier de la reprise végétale rapide qui pose le problème du sarclage au sein de cultures « désordonnées ». A. De Rouw (1991) a récemment montré comment les riziculteurs itinérants de la forêt de Taï, en Côte d’Ivoire, gèrent la compétition entre les adventices et le riz. Pour cela, ils mobilisent des savoirs et savoir-faire pour freiner le développement de ces adventices : le feu de défrichement brûle des graines, le travail minimum du sol limite leur germination, la courte durée de culture ne permet qu’une génération de graines et la longue durée de la jachère entraîne une diminution progressive du nombre de graines. Ces riziculteurs contrôlent la végétation en mettant à contribution des processus naturels, sans recourir à des suppléments de travail.
Cet exemple d’agriculture itinérante sur brûlis manifeste une bonne connaissance du milieu naturel. D’autres systèmes itinérants sont moins efficaces parce qu’ils répondent souvent à des contraintes nouvelles. En effet, l’agriculture itinérante sur brûlis et l’économie de subsistance qui lui est associée peuvent connaître de nombreuses évolutions, sous l’influence de pressions internes et externes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 417k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search