Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Partie 1. Un milieu, des hommes et un mode de subsistance diversifié

Une économie de subsistance diversifiée

Texte intégral

1En forêt tropicale humide, l’environnement naturel est riche en ressources. Les possibilités d’exploitation du milieu sont multiples et variables au gré des contraintes inhérentes au milieu naturel et des objectifs de chaque agriculteur Traditionnellement, les modes d’exploitation des ressources animales et végétales se limitent souvent à des méthodes extensives. En plus de l’agriculture itinérante sur brûlis – « swidden horticulture » pour les anglophones (Ruddle, 1974 ; Johnson, 1983) –, étudiée de manière plus approfondie dans la partie 2, les Ntumu recourent à toute une gamme d’activités de subsistance.

2L’agriculture de subsistance (bananes plantain, manioc, patates douces, ignames, macabo...) produit la part principale de l’apport glucidique (hydrates de carbones) du régime alimentaire des agriculteurs forestiers. En revanche, la part qualitative (protéines, lipides, glucides, vitamines et sels minéraux) de l’alimentation provient d’activités saisonnières de prédation. Les activités de chasse et de piégeage, de pêche et de cueillette se superposent dans l’espace et dans le temps pour compléter les activités agricoles. La cueillette, la pêche et la chasse sont omniprésentes dans le calendrier ntumu, mais chaque ressource est prélevée selon un calendrier saisonnier spécifique. En effet, les essences forestières fructifient à différentes périodes. Par exemple, le manguier sauvage, andok (Irvingia gabonensis, Irvingiaceae) produit des fruits pendant la petite saison sèche. Les techniques et les espèces prélevées varient au fil des saisons et des sites. Ainsi, la pêche au barrage ou au poison ne se pratique que pendant la période d’étiage la plus prononcée au cours des saisons sèches alors que la chasse est une activité surtout pratiquée au cours de la saison des pluies (fig. 11). Dans chaque cas, les activités s’interpénétrent au sein des différents espaces du terroir villageois et, de ce fait, optimisent bon nombre des déplacements.

Fig. 11 – Calendrier des activités agricoles et des activités de prédation

Fig. 11 – Calendrier des activités agricoles et des activités de prédation

Ainsi, lors d’une partie de pêche collective qui implique un séjour de plusieurs jours en brousse, des animaux sont chassés au fusil (singes et céphalophes), d’autres sont pris au piège sur le trajet du site de pêche (athérures, pangolins...), des mangues sauvages sont récoltées. Au cours de cette même partie de pêche, des grenouilles Goliath sont chassées et ce, en sus du poisson péché selon les techniques qui s’adaptent le mieux à chacun des sites. Au moment de la traversée d’un saut ou rapide, « on lance l’épervier » et dans un trou d’eau « on place les filets maillants ».

3La pêche, la chasse, le piégeage et la cueillette sont des activités quotidiennes auxquelles chacun s’adonne tout au long de l’année en fonction des opportunités saisonnières. De nombreuses techniques entrent à la fois dans les sphères de la prédation et de l’agriculture. Ainsi, les pièges barrières servent à la capture de gibier, tout en protégeant les champs des prédateurs. De même, certains arbres protégés dans les champs constituent des sites de chasse privilégiés ; au cours du défrichement d’une parcelle, d’innombrables produits forestiers non ligneux sont prélevés : des serpents comme la vipère du Gabon, des escargots achatines, diverses Cola spp. sauvages, des noix de palmes, etc. Ces modes d’acquisition des ressources sont extrêmement diversifiés, à l’image des produits forestiers non ligneux qui entrent dans l’alimentation de tous les jours.

Quelques semaines dans l’année, les Ntumu chassent la grenouille Goliath sur les rochers mis à nu par l’étiage des eaux (la cuillère à soupe symbolise l’échelle)

De nombreuses techniques de pêche

4Bien que la pêche ne les mobilise pas plus de temps que les autres activités de subsistance, les Ntumu se disent avant tout des pêcheurs expérimentés. C’est une activité traditionnellement valorisée dans la boucle du Ntem comme peuvent en témoigner nombre de techniques, règles, interdits et symboles qui s’y rattachent. Grâce à la proximité du fleuve, après les travaux des champs, chacun peut vaquer à ses activités de pêche, les femmes comme les hommes, les jeunes comme les vieux et les parties de pêches s’organisent individuellement ou collectivement.

5Les techniques de pêche sont extrêmement variées et adaptées à des lieux et à des périodes bien précises. Elles s’adressent à des individus particuliers, et se pratiquent sur l’ensemble du territoire forestier villageois. Les Ntumu tirent le meilleur parti de la ressource halieutique en développant une connaissance fine des matériaux issus du milieu et du comportement des différentes espèces de poissons, et en portant une attention particulière aux variations du débit des eaux. La pêche, destinée le plus souvent à la consommation familiale, se pratique quasiment toute l’année. Dans le village de Mvi’ilimengalé, 83 % de la production est consommée directement par le pêcheur et sa famille ; une part minime est fumée et le reste (10 % environ) entre soit dans les circuits d’échanges sous forme de don, soit dans la petite filière commerciale dans et hors du village (APFT) 2000). Les pics d’intensité se situent en saison sèche, aux périodes d’étiage maximum des cours d’eau ; le pic d’activité de la grande saison sèche (juillet-août) est en principe le plus important bien que le Sud-Cameroun ait connu des pluies particulièrement abondantes en 1998. Les pêches au filet génèrent les plus gros revenus, jusqu’à 35 000 F CFA par saison. Cette manne apparaît comme providentielle car elle survient lorsque l’argent se fait rare (APFT) 2000).

Un enfant participe à une partie de pêche (transport du poisson)

6La boucle du Ntem constitue un carrefour où coexistent des techniques de pêche anciennes et d’autres acquises plus récemment. Une vingtaine de types de pêches ont été observés, ce qui s’avère considérable pour une société disposant d’un système de production déjà diversifié (Dounias, 1995 ; Cogels, 2002). Certaines techniques semblent en voie de disparition et le savoir qui s’y rattache peut sensiblement varier à quelques kilomètres de distance.

7Les natifs de Guinée-Équatoriale possèdent la maîtrise des pratiques ancestrales ainsi que des techniques pointues de vannerie pour la confection de nasses de pêche. La région de Nkongmeyos bénéficie donc d’un voisinage culturel conservateur de techniques anciennes, mais la proximité de la bourgade de Ma’an a favorisé l’adoption de techniques modernes plus productives (utilisation du fil de nylon pour la confection de filets et d’éperviers et achat d’hameçons en métal pour la pêche à la ligne, à la palangre ou à la palangrotte, Dounias, 1995). Ces techniques supposent l’existence d’un marché aux matériels de pêche. Les jeunes des villages utilisent préférentiellement ces nouveaux matériels au détriment des techniques de fabrications ancestrales qui employaient les matériaux naturels issus de la forêt ou de l’agriculture. Aujourd’hui, les techniques ancestrales se perdent, parfois en une génération, et entraînent une dépendance monétaire de l’activité de pêche. Parallèlement à cela, l’émergence d’un marché au poisson a favorisé les pêches de rente qui ne sont cependant pas systématiques.

8Les techniques de pêche peuvent être classées en cinq catégories fonctionnelles (Dounias, 1995) : (1) les barrages et écopes, (2) les nasses et paniers, (3) les filets, éperviers et carrelets, (4) les lignes et palangres, (5) les techniques diverses et disparues. Leur description sommaire met en avant les interrelations entre la pêche et les ressources liées à l’activité agricole. J’ai également pu observer en 1997 un type de pêche féminine en voie de disparition, la pêche à la nivrée.

Barrages et écopes

9Ces techniques donnent lieu à une pêche collective, diurne et féminine, à laquelle participent des adultes et des jeunes gens entre deux activités agricoles. Elles consistent à créer à proximité ou dans le terroir agricole (pour limiter les déplacements) une retenue d’eau (50 m2 environ). Grâce à la mise en place d’un barrage principal en amont, l’eau s’écoule, faisant baisser le niveau. Les barrages secondaires sont construits en aval puis, grâce à l’écope (pièce de bois incurvée), l’eau est vidangée hors de la retenue. Le poisson pris au piège est ramassé à la main ou tué à la machette pour les plus gros.

Les barrages sont confectionnés grâce à l’entassement de bouts de bois et de souches (issus de l’abattage du champ familial à proximité) colmatés par de la vase, de la boue sédimentée et des paquets de feuilles aquatiques récoltées sur place (Brillantaisia spp., Acanthaceae). L’écope se fait grâce à des récipients en forme de disque creusés dans le bois du dum issu de l’abattage du champ (Ceiba pentandra, Bombacaceae). Les poissons peuvent également être prélevés dans la vase et les trous dégagés par l’écope. 220 poissons ont été péchés par un groupe de 8-10 personnes, mobilisées pendant 6 heures environ, soit un total de 3 250 kg (résultat médiocre selon les pêcheurs, Dounias, 1995). Le partage final s’effectue selon le nombre de maisonnées participantes.

Nasses

10Les Ntumu utilisent deux grands types de pêche à la nasse (Dounias, 1995).

Le premier consiste à cumuler les effets des barrages placés en travers du cours d’eau et des nasses fermées. Il se pratique en eau claire et vive mais de faible profondeur (en saison sèche). C’est une technique nocturne essentiellement féminine, individuelle ou en binômes, voire en trinômes. Les nasses en rotin, placées sous l’eau, sont orientées ouverture vers l’aval (en forme de cône inversé). Le barrage a pour fonction de ralentir le débit de l’eau mais également de concentrer les voies de passage possibles vers l’ouverture des nasses. Grâce à cette technique, les Ntumu capturent les poissons remontant le courant pour rejoindre les zones de frai.

Chargement d’une pirogue avec le matériel de pêche avant la traversée du fleuve

Le second type de pêche est diurne et surtout masculin. Cette technique est pratiquée à partir d’une pirogue. De longues et lourdes nasses, à ouverture en cône inversé, composées de deux compartiments, sont déposées sur les fonds sablonneux dans des eaux calmes, profondes et ombragées. Dounias (1995) note le qualificatif edjidjin désignant l’ombrage produit par la ripisylve (Uapaca spp., Euphorbiaceae, par exemple) dans l’eau. Ce même adjectif est utilisé pour décrire un ombrage de qualité sous les arbres orphelins laissés dans les champs vivriers (voir Partie 3). Les nasses sont attachées à la berge par une corde de rotin et sont ballottées au gré des courants. Des appâts (issus de l’agriculture vivrière comme des cossettes de manioc cuit, des feuilles de manioc récoltées dans les champs le jour même, des palmes d’Aframomum citratus, des Zingiberaceae récoltées dans les jachères, des écorces et des viscères de gibiers) sont placés dans le premier compartiment. Attirés, les poissons s’introduisent dans le deuxième compartiment et y restent, pris au piège. Le contenu de la nasse est déversé dans la pirogue par l’ouverture du lien de rotin qui retenait le sommet conique. Pour finir, le pêcheur remet un appât dans la nasse et replonge l’ensemble dans l’eau.

Filets et éperviers

11Le filet est utilisé par les hommes essentiellement sur les cours d’eau à gros débit. C’est une technique employée par les adultes. Elle consiste à barrer le cours d’eau d’un filet de surface (de 10 à 15 m) attaché à chaque rive, maintenu en haut par des flotteurs et tiré vers le bas par des poids. Pratiqué en début de saison sèche, ce type de pêche permet de capturer les poissons de surface.

La pêche à l’épervier se pratique en saison sèche par lancer du filet circulaire dans les rapides

12Fierté des hommes ntumu, la pêche à l’épervier est très répandue. Elle nécessite une grande maîtrise de la technique de lancer ainsi que de l’environnement parfois dangereux (chutes et rapides) dans lequel elle est pratiquée. C’est une pêche diurne et nocturne, individuelle et essentiellement de saison sèche. Le bâton ntum, « troisième pied », taillé dans le bois d’espèces végétales imputrescibles permet au pêcheur de se rendre au centre d’un rapide pour y lancer son épervier pendant environ une heure. Le lancer de l’épervier peut également se pratiquer dans les eaux plus calmes ; les pêcheurs repèrent les zones poissonneuses grâce aux empreintes de bouche laissées par les poissons Musophagidae (Dounias, 1995). Autrefois, les éperviers étaient fabriqués à partir de fibres naturelles de jute congolais (Urena lobata, Malvaceae que l’on trouve dans les champs et les jachères), ce qui est rare aujourd’hui. De nuit, la pêche à l’épervier permet de capturer des espèces de poissons différentes de celles prises de jour Au cours de ces parties de pêche, les Ntumu ont également d’autres opportunités de chasse au fusil ou à la machette (céphalophes, loutres, potamogale, faux gavial, et grenouille Goliath) et de pêche (crustacés).

Lignes et palangres

13La pêche à la ligne est principalement masculine. Elle est pratiquée par les jeunes et les adultes tout au long de l’année. Les captures varient selon les techniques et les saisons. Cette forme de pêche peut être individuelle (lancer de lignes dans les eaux calmes) après une journée passée au champ ou collective (de nuit, association d’une trentaine de lignes fixées sur une berge). Les cannes à pêche sont confectionnées avec le pétiole de Raphia spp., les appâts avec des vers, ou de la chair d’escargot Achatine sp. et les hameçons peuvent être manufacturés ou traditionnels (épine d’athérures). D’autres techniques permettent de capturer les poissons de fond (palangrotte à plusieurs hameçons fixés à une potence) ou les silures dans leur trou (ligne dont l’hameçon et l’appât sont présentés ou introduits dans le trou du poisson) (Dounias, 1995).

Retenues d’eau

14Deux types de pêche entrent dans cette catégorie : le barrage à couloir (pêche collective et masculine) et le bassin fermé dans un bras de fleuve (pêche individuelle et masculine).

Le principe du barrage à couloir consiste à barrer le plus hermétiquement possible un cours d’eau à débit élevé, de manière à forcer l’écoulement de l’eau à l’intérieur d’un couloir. Sa construction demande plus de trois semaines de travail (Dounias, 1995). Le fond du couloir est légèrement redressé et donc surélevé pour provoquer l’écoulement de l’eau à travers le « plancher » à claire-voie du couloir sur lequel les poissons reposent. L’étranglement du cours d’eau provoque une augmentation de la force du courant à laquelle les poissons ne peuvent résister. Ils sont donc projetés sur le plancher du couloir D’autres animaux (mammifères aquatiques, reptiles) meurent noyés car ils sont plaqués par le courant contre la paroi du barrage qui est régulièrement inspectée par les pêcheurs. C’est une technique de saison des pluies. Les visites sont effectuées par les hommes aussi bien la nuit que le jour et la collecte est destinée à la consommation familiale.
Le bassin fermé est aménagé au début de la saison sèche au moment où l’eau se retire. Les petits bras mis à sec sont nettoyés afin que les poissons puissent bien voir les appâts. Un barrage est construit à l’entrée du bras dans lequel est aménagée une entrée constituée d’une plaque d’écorce coulissante, du haut vers le bas. Chaque jour, le pêcheur dépose l’appât dans le bassin (plusieurs espèces de larves de fourmis). Le poisson pénètre dans l’enclos pour se nourrir. Il sera refermé à la nuit tombante. Le lendemain, le pêcheur nourrit les poissons déjà capturés et ouvre la porte afin d’attirer de nouvelles prises dans son piège. L’opération peut durer plusieurs semaines. Le pêcheur vide sa pisciculture lorsque le volume de poissons commence à devenir trop important par rapport au volume d’eau. Ce type de pêche est pratiqué par les anciens.

Pêches à la nivrée

« Le poison est dans la rivière. ». Proverbe béti employé lorsqu’on appréhende un grand malheur (Vincent et Bouquiaux, 1985).

15La pêche à la nivrée est une technique de pêche collective, ancienne, essentiellement féminine et pratiquée pendant la saison sèche. Elle consiste en l’aménagement d’une retenue d’eau plus ou moins grande, hermétiquement fermée en amont par un barrage puis vidée à l’écope dans laquelle des plantes aux propriétés ichtyotoxiques sont déposées. Le poisson ainsi empoisonné remonte à la surface où les femmes le capturent soit à l’aide de filets, soit à l’aide d’une machette ou encore à la main dans les trous d’eau et les recoins de la berge. Ce type de pêche, assez rare de nos jours, est considéré comme très efficace.

J’ai participé le 25 février 1997 à une partie de pêche collective à la nivrée alok ofya avec les femmes du lignage mvog eto dans lequel j’ai été accueillie à mon arrivée à Nkongmeyos. Nous sommes sept femmes adultes et un enfant en bas âge porté sur le dos de sa mère. Le départ est fixé à 6 h 30 et nous quittons le village par l’arrière de la cuisine principale, celle de Madeleine, chargées de paniers, écopes, nasses et plantes ichtyotoxiques.
Ces plantes ont passé la nuit à l’extérieur des maisons, à l’arrière des cuisines. Elles comprennent des Acanthaceae herbacées poussant non loin du fleuve (Justicia extensa ou étetop), des Araceae poussant derrière les cuisines du village (Dieffenbackia spp. ou ofya mekun), et des feuilles de macabo ou ekaba (Xanthosoma spp.) cultivées dans les champs ou derrière les maisons. Elles sont dangereuses pour les enfants et il faut également « conjurer le mauvais sort ». L’ofya ne doit en aucun cas pénétrer dans les habitations ; elle doit être conservée dans les paniers à l’intérieur des appentis ou près des lavoirs. La coutume interdit d’entreposer l’ofya dans la maison et de la mélanger au sel ou aux aliments, la réussite de la pêche en dépend : « c’est un fait mystique » disent les femmes ntumu. De même, il existe des interdits (eki) sexuels appliqués le jour de la récolte des plantes à poison ainsi que le jour et la veille de la pêche ; « l’ofya n’aura plus la force de tuer à cause de la malchance » me rapportent les villageoises.
Il existe d’autres interdits alimentaires, sexuels ou verbaux concernant les parties de pêche qui, selon les femmes, ne doivent surtout pas être évoqués sur le lieu même de la pêche ou sur le site où l’on pile le poison, sous peine de ne pas capturer de poisson. Par exemple, il est interdit de prononcer le nom des plantes à poison sur le site de pêche. Une discussion au village fait ressortir que les pêches à la nivrée ne peuvent être effectuées pendant la pleine lune, il faut attendre trois ou quatre jours. De même, une femme ne peut aller pêcher pendant la période menstruelle. Enfin, lors de la récolte d’ofya, il faut simplement arracher les feuilles sans cueillir les tiges, sinon la plante risque de mourir. Cela porte malchance pour la pêche. Sur le trajet, on charge d’autres paniers de plantes ichtyotoxiques ofya cultivées en grande quantité dans les champs vivriers (Tephrosia vogelii, Caesalpiniaceae).
Arrivées en bordure du fleuve Ntem, les deux « anciennes » passent devant et à l’aide d’un bâton mesurent le niveau de l’eau en plusieurs endroits afin de trouver le lieu propice à la nivrée. Une rencontre inattendue avec les femmes de l’autre lignage mvog nkoo anda dégénère en dispute. Les sites de pêche à la nivrée ont été traditionnellement attribués par les anciens aux différentes femmes des deux lignages. Les femmes revendiquent ces coutumes et la fin de la palabre se solde par le départ de l’un des deux groupes sur un autre site de pêche. Une fois le compromis trouvé, les cris et disputes au bord de l’eau cessent, ils pourraient attirer les mauvais esprits (sorcellerie) et faire ainsi échouer la partie de pêche.
Après avoir reconnu le site, les femmes profèrent une prière de bonne chance. Puis, en silence, elles commencent à piler, atjak ofya, les feuilles de poison humidifiées sur le bord de la berge à l’aide d’un galet, ngok, ou d’un bâton, ntum. Selon la coutume féminine, l’ofya doit être pilée au bord de l’eau pour conserver ses propriétés ichtyotoxiques. Lors de ce travail, il peut arriver que les principes actifs des plantes causent des dermatoses sur les membres, mais les femmes ne doivent surtout pas se plaindre ni se gratter sur le lieu de la pêche. En effet, « la coutume des ancêtres dit que cela porte malchance ». Les femmes d’un même mvog pêchent à la nivrée sur le même site que les années précédentes, mais elles sont tout de même obligées de reconstruire en majeure partie les barrages en amont et en aval.

Pêche collective des femmes à la nivrée. Pour limiter le volume d’eau à empoisonner, les femmes construisent un barrage en amont et en aval d’un bief avant de vider la retenue d’eau puis de disperser le poison

Pendant la confection du poison pilé qui dure environ quatre heures (toutes les femmes pilent sauf une jeune femme enceinte car cela risquerait de porter malchance), les deux « anciennes », Marie et Salomée, édifient le barrage d’amont. Elles le montent en haut d’une petite chute à l’aide de grosses pierres et de bouts de bois empilés, et colmatent l’ouvrage à l’aide de vase, de terre et de mottes d’herbes, zo’o (Cyperaceae) qui s’arrachent facilement. Les mottes sont imbibées d’eau et battues à la machette afin d’épouser parfaitement la forme des brèches du barrage. Après vidange de l’eau, on construit un deuxième barrage d’aval pour délimiter les bassins dans lesquels l’ofya sera jetée. Le poison battu a perdu un tiers de son volume, il est jeté sur les bords du bassin puis on trempe le reste du broyât dans une nasse au centre du bassin au fur et à mesure que le temps passe. Du sable est jeté à la surface de l’eau pour « faire sortir le poisson des trous dans lesquels il se trouve ».
Le poisson est ramassé grâce à la nasse ou aux filets, à la main sur les parties asséchées, ou tué à la machette. À la fin de la « récolte », le poisson (6 à 7 kg de poissons, soit 5 000 F CFA environ) est partagé de façon équitable sur le bord de la berge. La partie de pêche se termine par un chant interprété par les vieilles dames pour remercier les femmes qui ont participé à la nivrée et le grand fleuve Ntem.

Une tradition de pêche en eau douce

16Conditionnée par une situation hydrographique particulière, la tradition de la pêche en eau douce dans le Ntem est ancienne et demeure bien vivante aujourd’hui. La progression des terres cultivées en direction du fleuve a pour effet de diminuer les déplacements du champ vers les sites de pêche. Certains termes d’origine fluviale (comme l’amont et l’aval) s’appliquent également sur la terre ferme et laissent présager de l’importance, voire de la primauté de la pêche sur l’agriculture chez les Ntumu. Même si le nombre des techniques ancestrales tend à diminuer, le temps alloué aux activités de pêche reste important.

« En saison sèche, le poisson ne peut pas manquer sur la table », me dit Justin, un vieux pêcheur ntumu.

17Rentrer bredouille d’une partie de pêche à l’épervier représente un affront pour le Ntumu. Comme l’abattage de la forêt, ce type de pêche, par ailleurs dangereux, symbolise une victoire contre l’élément naturel dont le Ntumu tire une fierté.

18À l’instar de la pêche à la nivrée, les techniques de pêches collectives sont l’expression la plus achevée de la cohésion dont peuvent parfois faire preuve les membres féminins d’un même segment de lignage (APFT, 2000).

La chasse et le piégeage

19Les activités cynégétiques sont, tout comme la pêche, majoritairement destinées à l’autosubsistance. La saison des pluies apparaît la plus propice à la chasse et au piégeage car, selon les chasseurs ntumu, les empreintes d’animaux sont plus facilement décelables sur sol mouillé. Il existe également des raisons liées à l’emploi du temps des villageois. Les deux saisons sèches sont principalement destinées à la pêche et aux activités de défrichement du nouveau champ ; par conséquent, les Ntumu n’auraient que peu de temps à consacrer aux activités de chasse.

20Près des trois quarts des captures sont consommées, un huitième vendu dans le village et le dernier huitième vendu hors du village (APFT, 2000). La technique de chasse à laquelle recourt la grande majorité des Ntumu est le piégeage.

Le piège le plus commun consiste à tendre, sur le passage des animaux, un câble d’acier muni d’un nœud coulant, dissimulé sous les feuilles ou par un écran de bâtonnets. Ces pièges qui saisissent à la patte sont placés en ligne sur un chemin en forêt primaire ou secondaire ou encore autour des champs vivriers et des cacaoyères (pièges barrières, awulanding, fig. 12). Ils visent les mammifères moyens, mais attrapent sans discrimination du gibier de toute taille. Ils demandent une visite régulière (tous les trois jours pour les pièges placés en forêt primaire) qui peut être assurée par chaque membre de la famille de passage près d’une ligne de pièges. Les pièges au collet sont placés à intervalles réguliers au sein de barrières bordant les accès aux champs, aux recrûs post-agricoles ou aux jachères : ils sont destinés à attraper les espèces prédatrices (fig. 12). Les autres techniques de piégeage recensées (une dizaine) visent des espèces particulières de gibier, sur leurs lieux de passage et à des périodes précises de l’année. Le nombre de lignes de pièges en forêt primaire reste réduit, ce qui traduit la faible vocation commerciale de cette activité. À proximité des cacaoyères et des cultures vivrières, les Ntumu utilisent une grande variété de techniques. Deux fusils ont été recensés dans le village de Nkongmeyos. Les cartouches sont achetées à la ville et revendues au village par quelques jeunes hommes ou femmes commerçantes. Les chasseurs expérimentés les utilisent à tour de rôle. On chasse de jour comme de nuit mais dans ce cas on utilise une lampe torche pour aveugler le gibier qui, saisi d’effroi, sera plus facilement tué. C’est la technique de chasse la plus valorisée et le prestige du chasseur augmente en fonction du gabarit de la proie et de la prise de risque pour la capturer. De plus, le taux de réussite de cette technique est deux fois plus important et elle rapporte en moyenne huit fois plus d’argent (APFT, 2000) que le piégeage.

Fig. 12 – Description du piège barrière dit awulanding

Fig. 12 – Description du piège barrière dit awulanding

Confection d’un piège à canards sur la berge d’une rivière. Après la montée des eaux, les canards actionnent le piège en mangeant le morceau de manioc déposé en guise d’appât

21Les activités de chasse et de piégeage sont plus ou moins spécialisées en fonction du temps que le chasseur peut y consacrer. Par exemple, les chasseurs sans famille à charge ont le temps de poser des grandes lignes de pièges en forêt primaire, loin du village, tandis que les chefs de famille qui disposent de moins de temps pour la chasse, posent la majorité de leurs pièges à proximité des champs où ils se rendent chaque jour.

La mâchoire du faux gavial (Osteolamus sp.) est ligaturée jusqu’à sa vente ou sa consommation

La collecte

22Malgré les apparences, les collectes quotidiennes et saisonnières de parties de végétaux (écorces, fruits, feuilles, bois) et d’insectes ou de mollusques sont omniprésentes et représentent une part qualitative non négligeable de la ration alimentaire. La collecte améliore sensiblement la qualité de la vie en fournissant des matériaux d’appoint pour la chasse (appeaux) et le piégeage (lianes et tendeurs), des matériaux de cuisine, de construction et de vannerie, des plantes médicinales et ichtyotoxiques, des gommes pyrogènes et des pions pour le jeu (songo).

23La collecte quotidienne concerne essentiellement le bois de chauffe et les feuilles destinées à confectionner les bâtons de manioc. Une grande part de la collecte concerne les parties de végétaux (feuilles, racines, écorces, fruits ou graines) utilisées dans la pharmacopée traditionnelle. Les escargots, les champignons et les larves de coléoptères parasites des palmiers sont également prélevés dans la forêt et consommés plus ou moins tout au long de l’année. Les fruits forestiers « sauvages » saisonniers sont souvent consommés par les enfants : raisin Pahouin, Tricoscypha abut (Anacardiaceae), safoutier sauvage, Dacryodes edulis (Anacardiaceae). Ils sont parfois cueillis puis vendus par les adultes comme la noisette d’Afrique, Coula edulis (Olacaceae). Plusieurs graines protéagineuses sont à la base de sauces très appréciées localement et font également l’objet d’une activité dite extractiviste (et donc de rente) saisonnière à production très variable : mangue sauvage, Irvingia gabonensis (Irvingiaceae), noix, Panda oleosa (Pandaceae) et Ricinodendron heudelotii (Euphorbiaceae).

Sergine apporte à sa maman les feuilles de Marantaceae qui serviront à la fabrication du bâton de manioc

Activités de rente

24Plus de la moitié de la production de graines de courge, ngwan ou concombre (Cucumeropsis mannii, Cucurbitaceae) est vendue (65 %). Le bénéfice tiré de ces ventes revient en majorité aux hommes qui sont censés gérer cette culture depuis le semis jusqu’à la récolte. Les femmes accordent cependant une grande partie de leur temps à la récolte et au traitement des graines de courge, ce qui leur permet de revendiquer une partie des revenus. La banane plantain (Musa spp.) est aussi une denrée vivrière dont les ménages (et surtout les femmes) peuvent espérer tirer un revenu tout au long de l’année. Le maïs séché, vendu aux femmes qui distillent l’alcool, permet également d’acquérir un revenu. Le cannabis (Cannabis indica), cultivé illégalement, est peu consommé ; il est essentiellement écoulé vers Campo et le marché de Douala. La pêche, la chasse, le piégeage et la collecte (mangues sauvages, « noisettes »...) permettent aussi aux villageois d’obtenir un revenu d’appoint tout au long de l’année. L’échange et la vente de viande de brousse, poissons, graines à sauces et brèdes, s’effectuent principalement entre les familles et les villages de la région. L’artisanat – vannerie, équipement de pêche et de chasse – et les produits pharmaceutiques locaux sont une source de revenu monétaire supplémentaire.

Fabrication du ha ou odonthol, distillat de vin de palme, à l’aide d’un alambic traditionnel. Cette pratique courante est exclusivement féminine

Consommations à caractère social

25À côté des principales composantes du système de production, en particulier l’agriculture, il existe des productions – petit élevage, arbres fruitiers et production d’alcool – à caractère exclusivement social.

26L’offre et la consommation de boissons fermentées, comme le vin de palme, matango, et de noix de kola par les hommes adultes interviennent à l’occasion de toute prestation sociale (palabres au corps de garde, promenades dominicales) mais aussi avant le départ et après le retour des champs sur le lieu même d’extraction. Afin de subvenir à leurs besoins monétaires, les femmes (particulièrement les femmes seules, divorcées ou veuves) distillent plusieurs types d’alcools et de vins (vin de palme, le ’ha ou odonthol, de manioc, de maïs, le mengorokom, et de canne à sucre, le melamba) qui sont vendus au verre (100 F CFA) ou au litre dans les cuisines.

Affûtage du tronc de palmier pour l’extraction du vin de palme

27Les animaux domestiques, chèvres et moutons, porcins et dans une moindre mesure, les poules et les canards sont gérés par les hommes et souvent nourris par les femmes. Ces animaux sont rarement vendus et ne sont sacrifiés qu’à des occasions festives et ostentatoires. Les animaux errent librement aux abords du périmètre habité et occasionnent souvent des dégâts aux cultures vivrières. Ils participent à la fertilisation du milieu et influencent la répartition des espaces de culture. La protection contre la prédation des champs vivriers proches du village est assurée par des clôtures. Ces animaux domestiques sont susceptibles de transmettre des maladies parasitaires à l’homme (douve du foie, ver solitaire...).

Diversité des activités : garant de la biodiversité ?

La mixité de l’économie ntumu illustre le constat qu’un équilibre peut être atteint lorsque diversité culturelle rime avec diversité biologique.

28Les activités de subsistance (agriculture, chasse, pêche, cueillette, petit élevage) et, dans une moindre mesure, celles de rente (extractivisme, cacaoculture, vente des surplus issus de l’agriculture, de la chasse et de la pêche) sont extrêmement diversifiées. Ces activités se superposent parfois mais la plupart du temps, elles se succèdent. La diversité des activités associée à celle des techniques d’acquisition conduit à un prélèvement parcimonieux sur chaque type de ressource au sein d’une multitude de niches écologiques. La mixité de l’économie ntumu illustre le constat qu’un équilibre peut être atteint lorsque diversité culturelle rime avec diversité biologique.

29Les prérogatives économiques modernes et productivistes recommandent aux populations rurales de prélever massivement un seul type de ressource animale et/ou végétale. Cela entraîne parfois la raréfaction de certaines espèces clés pour le renouvellement de l’écosystème forestier (exemple des oiseaux ou des poissons disperseurs de graines, des arbres à fruits et plantes médicinales), mais également un appauvrissement des savoirs et savoir-faire traditionnels concernant les espèces et les écosystèmes.

Table des illustrations

Titre Fig. 11 – Calendrier des activités agricoles et des activités de prédation
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Quelques semaines dans l’année, les Ntumu chassent la grenouille Goliath sur les rochers mis à nu par l’étiage des eaux (la cuillère à soupe symbolise l’échelle)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Un enfant participe à une partie de pêche (transport du poisson)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Chargement d’une pirogue avec le matériel de pêche avant la traversée du fleuve
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende La pêche à l’épervier se pratique en saison sèche par lancer du filet circulaire dans les rapides
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Pêche collective des femmes à la nivrée. Pour limiter le volume d’eau à empoisonner, les femmes construisent un barrage en amont et en aval d’un bief avant de vider la retenue d’eau puis de disperser le poison
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10253/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Fig. 12 – Description du piège barrière dit awulanding
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10253/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Confection d’un piège à canards sur la berge d’une rivière. Après la montée des eaux, les canards actionnent le piège en mangeant le morceau de manioc déposé en guise d’appât
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10253/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende La mâchoire du faux gavial (Osteolamus sp.) est ligaturée jusqu’à sa vente ou sa consommation
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10253/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Sergine apporte à sa maman les feuilles de Marantaceae qui serviront à la fabrication du bâton de manioc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10253/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fabrication du ha ou odonthol, distillat de vin de palme, à l’aide d’un alambic traditionnel. Cette pratique courante est exclusivement féminine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10253/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Affûtage du tronc de palmier pour l’extraction du vin de palme
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10253/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 222k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search