Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Partie 1. Un milieu, des hommes et un mode de subsistance diversifié

Les peuples de la boucle du Ntem

Texte intégral

1Dans la sous-préfecture de Ma’an (département de la vallée du Ntem), le fleuve se ramifie fortement pour former une région très vaste constituée d’îlots et de terres fréquemment entrecoupés par un réseau hydrographique dense (fig. 7). Cette région correspond à ce que nous nommons la « boucle du Ntem ». Du fait de la faible densité de population, les Ntumu sont encore libres d’implanter leurs cultures là où ils le désirent. Mais la proximité du fleuve fait de ces hommes et de ces femmes de grands pêcheurs, ce qui ne va pas sans conditionner fortement l’orientation des terres cultivées en direction des principaux points de pêche. Excepté peut-être pour la bourgade de Ma’an, la spécificité de la boucle du Ntem tient à cette omniprésence du fleuve et donc des activités, des croyances et des contraintes qui s’y rattachent. Le village de Nkongmeyos, au centre de la boucle du Ntem, représente un village Ntumu typique, tant par le nombre de ses habitants que par le mode d’exploitation des ressources.

Origines du peuplement

Ce peuplement ancien résulte de multiples migrations venues du nord et du sud.

2Le peuplement de la vallée du Ntem a connu, à diverses époques, des vagues de migrations successives. Ces phénomènes complexes et peu documentés peuvent être résumés par deux principaux mouvements migratoires, du nord vers le sud puis du sud vers le nord. Le Sud du Cameroun, et donc la vallée du Ntem, aurait principalement été peuplé grâce aux migrations « pahouines » (populations originaires du nord du plateau de l’Adamaoua qui se déplaçaient en direction de la Guinée-Équatoriale et du Nord du Gabon), amorcées au XVIIe siècle (traversée de la Sanaga au XVIIIe siècle) (Dugast, 1949). Le fleuve Ntem a servi d’axe de colonisation, d’abord pour les peuples migrant de l’intérieur des terres vers l’océan Atlantique à la recherche du sel, et plus récemment lors des remontées fang du Gabon vers le Sud du Cameroun. Au cours de ces vagues de peuplement, les Ntumu ont pu repousser aux frontières du Cameroun les premiers occupants de la région. Actuellement, les Ntumu se répartissent aux abords de la principale piste de la vallée du Ntem, située au nord du fleuve mais ils peuplent également le Nord du Gabon et de la Guinée-Équatoriale. Les sentiers venant de Guinée-Équatoriale vers la boucle du Ntem correspondent aux axes de peuplement de la région (via Aloum I, Evouzok et Nsengou). Autrefois, les unités résidentielles se déplaçaient de quelques kilomètres dans la forêt selon un cycle de quinze ans environ (Laburthe-Tolra, 1981), au gré des alliances et des segmentations de lignages.

Fig. 7 – La boucle du Ntem (département de la vallée du Ntem)

Fig. 7 – La boucle du Ntem (département de la vallée du Ntem)

3Il y a de cela près d’un siècle, dans le département de la vallée du Ntem (chef-lieu Ebolowa), au sud-ouest de la province Centre-Sud, deux axes carrossables, dont le tracé diffère du tracé actuel, avaient été créés par les administrateurs coloniaux allemands. Le premier reliait Ebolowa et donc Yaoundé et Douala au Gabon (Bitam et Libreville) via Ambam, ville frontalière camerounaise, avant la traversée du Ntem. Cet axe carrossable était également emprunté par tous ceux désirant se rendre dans la partie orientale de la Guinée-Équatoriale. Ces tracés ont conditionné jadis la répartition du peuplement, les villageois recevant des consignes de regroupement autour des pistes pendant la colonisation allemande, afin de faciliter le prélèvement de l’impôt.

4Plus récemment, la construction d’équipements pérennes dans les villages (églises ou temples, dispensaires et écoles) ainsi que le désir de se rendre plus aisément dans les villes, ont également contribué à fixer de manière plus définitive les villages au bord de la piste. Ces voies de communication ont induit une évolution non seulement des modes d’exploitation des ressources comme l’agriculture itinérante sur brûlis (principal mode de mise en valeur des terres) mais aussi de la répartition spatiale des activités de subsistance (chasse, pêche, cueillette et agriculture). Avec la route, l’introduction des cultures de rente (cacaoyers et dans une moindre mesure l’hévéa) a provoqué un changement social et économique qui a fait basculer l’économie familiale de subsistance vers une économie mixte partiellement monétarisée (Carrière, 1999).

Un continuum de peuples

5À l’extrême sud du Cameroun, la boucle du Ntem compte de nombreux villages peuplés par quatre principales ethnies appartenant au grand groupe des Béti d’origine bantoue. Aux Yasa, pêcheurs côtiers, cantonnés au littoral, succèdent les Mvae, les Ntumu et les Fang à l’extrême est du fleuve. Ces trois dernières ethnies, apparentées et donc très proches du point de vue social et culturel, sont rattachées au groupe linguistique « beti-fang ». D’ouest en est, les Ntumu, tout comme les Mvae et les Fang, peuplent la Guinée-Équatoriale et le Gabon. Dans la sous-préfecture de Ma’an (2 465 km2), les Ntumu constituent le groupe le plus nombreux. Ils comptaient au total 17 000 personnes au Cameroun dans les années 1970 (Franqueville, 1971). La plupart des villages ntumu de la vallée du Ntem au Cameroun sont distribués de part et d’autre de l’axe carrossable Ambam-Meyo-Centre-Nyabessan (150 km) qui longe le nord du fleuve jusqu’aux chutes de Memvé’élé. Cette piste relie aujourd’hui Nyabessan à Campo sur la côte.

Les femmes sont les piliers de la société ntumu. Elles sont responsables des activités agricoles (du semis à la récolte), de la collecte des fruits sauvages et de certaines techniques de pêche (écope, nivrée) sans pour autant négliger leur rôle de mère

6La partie occidentale de la boucle du Ntem comprend la totalité des villages du canton Mvae Ouest et deux villages du canton Ntumu Centre. La langue ntumu (voir la méthode de transcription phonétique en annexe 12) est classée A 75d et la langue mvae en A70 (Guthrie, 1967). Ces deux langues sont inter-intelligibles. De ce fait, les deux ethnies entretiennent des relations fortes pouvant aller jusqu’aux mariages mixtes. Les échanges de biens et de personnes existent depuis longtemps. Dans quelques villages, des familles Mvae se sont implantées depuis plusieurs générations pour former de nouveaux hameaux. Les Ntumu et les Mvae de la boucle du Ntem possèdent une organisation sociale très proche et utilisent globalement les mêmes référentiels sociaux et culturels. Bien que très semblables, les systèmes de subsistance sont quelque peu différents et les Ntumu expliquent volontiers que les Mvae sont moins « pointus » qu’eux en matière d’agriculture.

7Les Ntumu de la boucle du Ntem ont donc des relations importantes avec leurs voisins linguistiques et géographiques, mais également avec les quelques populations pygmées de la région.

Une expression dénote ces relations. « Débroussailler à la façon des Pygmées » signifie « débroussailler vaille que vaille ». En effet, les Béti estiment que les Pygmées sont maladroits lors du défrichement de par leur manque d’habitude (Vincent et Bouquiaux, 1985). Ne cultivant pas, ils ne pratiquaient jamais le débroussaillage.

8Avec une économie mixte associant l’agriculture, la chasse et la cueillette, les Ntumu des villages situés entre Ma’an et Nyabessan n’entretenaient pas des relations de domination avec les Pygmées de l’unique village – aujourd’hui déplacé – de la vallée du Ntem (ce qui est le comportement fréquent d’agriculteurs ou de commerçants). Au contraire, ils entretenaient avec ces chasseurs cueilleurs des relations dites symbiotiques, où les savoirs, l’argent ou les biens en nature étaient échangés en fonction des besoins et des prérogatives de chacun (Dugast, 1949). Ainsi, les Ntumu de Nkongmeyos ont adopté quelques pratiques pygmées de chasse et de pêche et, de leur côté, les Pygmées ont adopté quelques pratiques agricoles ancestrales ntumu.

Un petit groupe de Pygmées étant installé à une vingtaine de kilomètres de là près de la ville de Ma’an, la plupart des contacts entre les Ntumu de Nkongmeyos et les Pygmées ont débuté à l’école lorsqu’ils étaient jeunes. De plus, des familles du village ont des ancêtres proches métissés avec des Pygmées, ce qui a dû contribuer à tisser de bonnes relations avec cette ethnie qu’ils ont en fait très peu côtoyée.

Un habitat sous forme de villages-rues

9Héritage de la politique coloniale, les habitations de la boucle du Ntem sont regroupées en hameaux, et à une plus petite échelle en villages, distribués de part et d’autre de l’unique piste carrossable sous forme de villages-rues. Quelques rares villages sont encore enclavés entre les bras du Ntem (Evouzok, Mekondom, Aloum I, Aloum II).

10Le village de Nkongmeyos est situé à quelques kilomètres à l’ouest de Ma’an, au bord de la piste. Divisé en un village principal et trois hameaux (fig. 8), il compte 243 habitants et 25 maisonnées (Bley et al., 1999). Deux maisonnées sont mvae, l’une venue du littoral (originaire de Kribi et appartenant à l’ethnie des Ngumba), l’autre originaire de Guinée-Équatoriale. Le village est divisé en deux lignages mvog (auxquels appartiennent les descendants de deux ancêtres différents) spatialement distincts disposés de part et d’autre de la cour principale du village : à l’est le lignage mvog nko andaa et à l’ouest le lignage mvog eto. Chaque maison abrite une famille au sens large du terme, jusqu’à quatre générations successives. Le chef de famille est généralement l’homme le plus âgé de la maison. Dans cette société patriarcale, tous ses fils vivent près de lui ainsi que ses belles-filles et petits, voire arrière-petits-enfants.

Vue du village de Nkongmeyos. Au premier plan une cuisine aux murs et toitures très rustiques et en arrière-plan, une maison d’habitation beaucoup plus solide et confortable

Fig. 8 Hameaux, pistes et cours d’eau du village de Nkongmeyos

Fig. 8 Hameaux, pistes et cours d’eau du village de Nkongmeyos

Les petits villages ntumu sont très fleuris et ombragés. Les hameaux sont dispersés le long de la piste.

11Les cases sont le plus souvent alignées le long des pistes mais dans certains villages comme celui de Nkongmeyos, il existe un axe de renfoncement autour duquel s’ordonnent les cases. Les villages sont en général composés de plusieurs hameaux distants de quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres. Ils sont habituellement formés d’une cour principale, espace public souvent ombragé (manguiers, palmiers, cocotiers, safoutiers) où se trouve la case à palabre ou corps de garde. Cette place donne sur la piste principale et permet aux villageois d’être informés des véhicules et des personnes qui passent. À cette cour s’oppose l’arrière-cour, espace privé situé à l’arrière des maisons et des cuisines des femmes. Ici poussent toute sorte d’espèces végétales adventices et plantées et c’est le lieu où évoluent les animaux domestiques. À la frange entre l’arrière-cour et les plantations cacaoyères, de véritables petites agroforêts sont extrêmement riches en essences végétales à usages multiples (condiments, plantes ichtyotoxiques, plantes médicinales et « magiques », arbres fruitiers). La maison principale (salon et chambres) demeure le lieu de prédilection des hommes tandis que les cuisines sont principalement occupées par les femmes et les enfants.

« Ce n’est pas l’année où l’on construit sa case que l’on débroussaille une plantation de graine de courges. ». Proverbe béti pour exprimer qu’on ne peut pas mener deux grandes entreprises importantes à la fois (Vincent et Bouquiaux, 1985).

12Une fois payées les dépenses de santé et de scolarité, les hommes envisagent d’améliorer d’année en année la qualité de l’habitat. La toiture est couverte de tôle, les murs peuvent être cimentés et les ouvertures ornées de boiseries. Parfois, les maisons sont agrandies pièce par pièce selon les rentrées d’argent et le temps disponible.

13Les écoles et les lieux de culte se situent en périphérie, clôturant ainsi l’espace villageois. Les sépultures et tombes sont attenantes aux maisons de la famille du défunt, près des cases ou des cuisines. Elles sont facilement repérables car souvent garnies d’une pierre tombale ou agrémentées de plantes ornementales. La toilette ainsi que la lessive se déroulent très souvent au cours d’eau le plus proche, se réduisant malheureusement parfois à un simple marigot. Les enfants plus chanceux se lavent dans une rivière où ils peuvent également nager et s’amuser

Infrastructures administratives et religieuses

Forte représentation des syncrétismes

14À la fin du XIXe siècle, l’ensemble du Sud du Cameroun, y compris la vallée du Ntem, a rapidement subi une évangélisation chrétienne par les colonisateurs allemands. Les populations tantôt protestantes et tantôt catholiques se définissent comme croyantes et pratiquantes, ce qui se traduit par une participation active aux cultes et aux rencontres organisées par les paroisses. Les Ntumu comme les Mvae sont plutôt d’obédience protestante, les catholiques ayant tendance à se reconvertir. Les religions de la boucle du Ntem se caractérisent donc par un prosélytisme chrétien qui, tout en les modifiant, s’est superposé aux pratiques religieuses originelles du groupe béti pour former un ensemble de type syncrétique.

15Toutefois, en condamnant toute forme originale d’expression religieuse, les églises ont occulté le lien ancestral qui rattachait le monde des vivants au monde invisible des morts. L’adoration d’un dieu omnipotent a également été remise en cause (APFT 2000). De plus, l’interdiction de la polygamie a provoqué une réduction de l’unité sociale élémentaire et contribué à vider de son sens le concept de richesse familiale au profit d’une nouvelle acceptation symbolisée par la possession de biens matériels (APFT, 2000). Enfin, dans le contexte d’augmentation du pouvoir d’achat généré par la cacaoculture, le discours religieux a légitimé l’adoption de stratégies d’accumulation monétaire et ouvert la porte aux Inégalités (APFT, 2000).

Une autorité partagée

16L’organisation sociale des Ntumu et des Mvae s’adapte relativement bien à l’administration dite moderne.

17Les chefferies administratives sont hiérarchisées selon trois niveaux représentant des collectivités territoriales de superficie croissante. La chefferie de troisième degré est sous la responsabilité d’un chef de village ou de quartier, désigné par la population. La chefferie de deuxième degré dépend d’un chef de groupement (chef de canton) élu par les chefs de village. Toute chefferie recouvrant au moins deux chefferies de troisième degré est une chefferie de deuxième degré. La chefferie de premier degré (recouvrant au moins deux chefferies de second degré) se trouve sous l’égide d’un chef supérieur élu par les chefs de groupement.

18Les ancêtres et les aînés en vie sont des personnages clés de la communauté. L’autorité morale de ces chefferies est donc relative dans la mesure où les aînés des lignages de chaque village se chargent de régler les litiges les plus importants (fonciers, matrimoniaux...). Ils constituent de ce fait un véritable tribunal traditionnel sollicité en permanence par la communauté villageoise pour résoudre tout palabre. Cette situation pose le problème de la légitimité des chefs en tant que représentants de villages et complique la réalisation de projets de développement qui risquent d’être à l’origine de conflits d’intérêts entre factions rivales (APFT 2000).

Le système de parenté

19Chez les Ntumu, le clan est l’unité fondamentale pertinente. C’est la plus petite unité socioculturellement discriminante. Les villages, toujours monoclaniques, comprennent en général cent ou deux cents personnes qui sont organisées en fonction des lignages en présence et de leur segmentation. Le lignage pourrait donc être la plus petite unité fonctionnelle, pour le partage des terres par exemple, à l’échelle d’un village. Pour les gros villages, qui comprennent artificiellement plusieurs clans, l’unité monoclanique de base est transposée au hameau (Dounias, 1996).

Vieil homme ntumu.
Dans cette société, la vieillesse est associée à la sagesse, ce qui fait de ces hommes des notables

20Le système de filiation en vigueur chez les Ntumu est, comme dans toutes les ethnies avoisinantes, patrilinéaire ; tout individu porte en naissant le nom d’un ancêtre clanique symbolisant le lien qui le rattache à tous les descendants d’un ancêtre commun en ligne paternelle. Son deuxième nom, celui de son père, affiche la place dont il hérite au sein du lignage, ainsi que les devoirs et privilèges qui s’y rattachent. Les Ntumu pratiquent l’exogamie clanique et la virilocalité de résidence. La succession des biens et des terres est patrilinéaire et ce sont donc les femmes qui partent en mariage dans le village natal de leur époux (virilocalité). De ce fait, la plupart des hommes du village sont apparentés (frères, pères ou fils, oncles et neveux, cousins et petits cousins). Autrefois, la polygamie était de règle mais aujourd’hui, bien que toujours pratiquée, elle est dénigrée par les jeunes pères de famille.

21L’homme entretient l’alliance passée avec sa belle-famille en offrant des biens et des prestations. La jeune femme part en mariage les mains vides, et s’en remet totalement à son mari et à l’entourage direct de ce dernier.

Partage de nourriture avant la fête

Le ntumu : une langue non menacée

22Compte tenu de l’évangélisation du Sud du Cameroun et de la scolarisation massive en français, une régression de la culture locale et donc de la langue traditionnelle était à craindre. Les enquêtes récentes (APFT, 2000) montrent qu’au contraire le ntumu subsiste, tandis que le français subit une régression notable. L’évangélisation effectuée en bulu (langue béti très proche du ntumu parlée plus au nord et à l’est), langue du livret de culte, laisse néanmoins une place au ntumu puisque, dans la boucle du Ntem, le culte est célébré dans cette langue ainsi que la grande majorité des chants traditionnels ou compositions plus modernes (annexe 13).

Une démographie stationnaire pour une population très mobile

23La pyramide des âges de la boucle du Ntem évolue depuis quelques années. Toujours peu nombreuse, la population de cette région se caractérise par une relative stabilité en termes d’effectifs mais les recensements montrent qu’une grande proportion de la population n’est plus la même, d’une année à l’autre. Cette stabilité apparente masque donc la complexité des échanges de personnes qui s’opèrent entre les villes et la campagne. En effet, les évolutions démographiques sont conditionnées par une extrême mobilité, comme c’est le cas pour la plupart des populations forestières (Cogels, 2002).

Une population jeune mais une démographie stable

24Ma’an, chef-lieu d’arrondissement, compte près de 700 habitants. Il est organisé en groupements, cantons et villages. Pour les treize villages principaux de la boucle du Ntem (fig. 7), l’effectif moyen est de 128 habitants avec des valeurs qui varient de 23 à 271 (fig. 9). Les villages d’antan étaient, semble-t-il, moins peuplés et plus dispersés dans la forêt.

Fig. 9 – Taille des principaux villages de la boucle du Ntem

Fig. 9 – Taille des principaux villages de la boucle du Ntem

25Le recensement de 1997, dans ces treize villages (fig. 10), comptabilise 1 674 personnes : 847 hommes (50,6 %) et 827 femmes (49,4 %). Trois villages rassemblent plus de 43 % de la population de la vallée du Ntem : Nkongmeyos, Mvi’ilimengalé et Nsébito (Bley et al, 1999). La province Sud (essentiellement forestière) présente un taux annuel moyen d’accroissement de la population, entre 1976 et 1987, de 1,56 % qui est inférieur au taux annuel moyen national (2,90 %). Le département de la vallée du Ntem présente également l’accroissement le plus faible de la région (0,55 % sur dix ans) et l’arrondissement de Ma’an la densité de population la plus faible du département (DNR, 1992).

26Comme dans un grand nombre de pays du Sud dont le Cameroun, la population de la boucle du Ntem est jeune puisque les moins de 15 ans représentent presque la moitié de la population (46 %). Les personnes âgées de plus de 65 ans comptent pour moins de 5 % de la population (Bley et al., 1999). La diminution notable de la mortalité avant l’âge de 5 ans pourrait en être la cause. De ce fait, la boucle du Ntem héberge pratiquement autant de personnes actives (15-65 ans) que de personnes à charge. Cette équivalence correspond au schéma généralement observé dans les pays en voie de développement. La population accuse un excédent d’hommes entre 15 et 24 ans mais on trouve davantage de femmes aux âges adultes, ce qui peut laisser supposer une meilleure espérance de vie des femmes ainsi qu’une plus grande propension à l’émigration des hommes.

27Dans la région, il y a plus d’hommes que de femmes (102 hommes pour 100 femmes). Cela peut s’expliquer par plusieurs raisons (Bley et al., 1999) telles qu’une forte mortalité maternelle chez les jeunes filles et une émigration importante liée aux départs en mariage et non compensée par une immigration du même type.

Fig. 10 – Structure de la population des principaux villages de la boucle du Ntem en 1997

Fig. 10 – Structure de la population des principaux villages de la boucle du Ntem en 1997

Le mariage : un léger déséquilibre

28La proportion de personnes mariées âgées de 15 ans et plus (56,1 %) est plus élevée que celle des célibataires (34,1 %) dans la boucle du Ntem. La proportion de célibataires est 1,5 fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes. En revanche, il y a trois fois plus de veuves que de veufs. Enfin, la proportion de femmes mariées (58,7 %) est plus élevée que celle des hommes (53,5 %). Le retard des hommes au mariage pourrait être dû à l’obligation souvent très lourde de payer la dot. Dans ce système qui tend vers la monogamie, cela souligne le caractère universel du mariage chez la femme africaine et la précocité du mariage des jeunes filles (Bley et al., 1999).

29Le nombre d’unions recensées est égal au nombre de femmes mariées. En ce qui concerne la polygamie, 17 % de la totalité des unions masculines sont des mariages avec une deuxième, troisième, voire une quatrième épouse.

30La famille élargie domine surtout en milieu rural puisque dans la vallée du Ntem on observe en moyenne 7,3 personnes par maison. Moyenne variable selon les villages et selon le type de ménage. L’autorité de l’homme est primordiale, la femme ne joue que très rarement le rôle de chef de famille sauf dans des circonstances exceptionnelles (veuvage et divorce). Neuf chefs de ménages sur dix sont des hommes ; le statut de chef de famille étant conditionné par la présence de parents biologiques dans le village de résidence (Bley et al., 1999). Même en cas de veuvage, les femmes restent toute leur vie dans le village de leur mari.

Un désir de maîtrise de la fécondité

31D’une génération de femmes à une autre, la gestion de la sexualité et l’évolution des pratiques et recours face à la grossesse ont un impact variable sur la fécondité ainsi que sur le contrôle des naissances (Bley et al., 1999). Les comportements vis-à-vis de la maîtrise de la fécondité des femmes (dans le sens de la limitation des naissances) sont en cours d’évolution, ce qui aura certainement et très rapidement un impact sur le peuplement de la région (Bley et al., 1999).

32Avant les années 1950, parmi les causes de forte stérilité on relevait les séquelles de MST et de maladies génitales, d’infections post-accouchements et abortives (Blanc, 1996). Les populations ntumu et mvae y voyaient la manifestation d’un ver (nsong abiae) qui provoque les douleurs et qui est le responsable de la mort du fœtus. L’intervention du guérisseur traditionnel est sollicitée pour traiter ce mal.

33Les femmes non stériles étaient moins fécondes autrefois. Les pratiques de maîtrise de la fécondité évoluent en fonction du contexte socio-sanitaire et éducatif. Les habitants disposent de peu d’informations sur les méthodes contraceptives disponibles. Cela entraîne le recours à l’avortement et à une demande de stérilisation par les femmes d’un certain âge qui ont eu trop d’enfants. La stérilité primaire semble disparaître mais les problèmes liés aux maladies infectieuses des voies génitales demeurent importants (Bley et al., 1999).

Inégalité des sexes face à la scolarisation

34L’appartenance à l’un ou l’autre des deux sexes discrimine significativement les individus de la région quant à la scolarisation (Bley et al., 1999). Près de 40,8 % des femmes ne sont pas scolarisées contre 35 % des hommes qui sont plus nombreux à avoir atteint un cycle d’étude plus élevé que le primaire. Tous les indicateurs montrent que dans l’ensemble, les femmes semblent défavorisées sur le plan de la scolarisation par rapport aux hommes.

Des populations forestières mobiles

35Les populations forestières sont extrêmement mobiles, et ceci tant à l’intérieur de l’espace forestier villageois où sont menées les activités de production (agriculture, chasse, piégeage, pêche, cueillette, ramassage du bois de chauffe...) que dans une aire géographiquement plus étendue, reflétant l’envergure des déplacements motivés par les obligations sociales, les stratégies d’alliance et de renforcement du prestige personnel.

À tous âges, le port des charges sur la tête est pratiqué au détriment des problèmes de santé inhérents à la vieillesse

36Les déplacements d’individus s’effectuent également au-delà de la région du Sud, voire des pays voisins. Les périodes de migrations sont plus ou moins longues et concernent à la fois les jeunes et les adultes. Les déplacements les plus fréquents concernent les jeunes adultes exempts de charge familiale et hébergés par un parent.

37Entre 1996 et 1997, un taux d’émigration de 1,2 % a été observé, dépassant à peine celui de l’immigration. Chez les hommes, l’émigration est essentiellement motivée par la recherche d’emploi, même temporaire. Elle concerne les « élites », comme les agents de l’État, leur famille, et les jeunes célibataires qui trouvent un emploi au Gabon où la situation économique est meilleure. Chez les femmes, elle est en premier lieu liée au mariage virilocal par lequel l’épouse vient s’installer dans le village d’origine de son mari. Une femme qui rejoint son nouveau mari, ou une veuve, ou encore une femme divorcée qui parfois retourne dans son village natal, peut être une deuxième source de mobilité conjugale.

38Les migrants rencontrent souvent des difficultés d’adaptation lors du retour au village. Pour les jeunes, ces problèmes sont probablement liés au décalage social et culturel entre leur expérience acquise en milieu urbain et le milieu villageois, en particulier en cas de long séjour à la ville (Boudigou et al., 1999). L’aptitude des migrants à innover dans le domaine agricole et extra-agricole a pu être mise en évidence et les trois quarts des migrants déclarent avoir un projet en cours (Boudigou et al., 1999). Ces migrants constituent un potentiel d’innovation et de médiation entre la ville et les villages.

39Les villages implantés dans les régions forestières sont donc loin d’être des lieux de vie autarcique puisque les liens avec l’extérieur et particulièrement avec les milieux urbains sont importants (Boudigou et al., 1999).

Une faible densité de population

La densité de population est faible mais linéaire, car les populations se concentrent essentiellement aux abords des pistes.

40Le district de Ma’an présente la densité de population la plus faible du département (2 habitants par km2). Cependant, la densité de la population calculée selon la superficie d’une région rurale administrative masque souvent l’hétérogénéité spatiale du peuplement. Les populations sont soumises à de nombreuses contraintes écologiques et socio-économiques : enclavement et limitations à l’utilisation de l’espace (dans la vallée du Ntem, les zones inondées ainsi que les terres où la roche-mère affleure sont très peu utilisées), qualité des terres (fertilité, salubrité...), et enfin regroupement post-colonial massif aux abords des pistes. La région du Ntem n’échappe pas à ces contraintes.

41Les faibles densités qui caractérisent les régions de forêt englobent des zones inhabitées qui se juxtaposent à des zones habitées. Les densités de celles-ci ont une signification écologique plus pertinente que les densités « administratives ». Complétées par une description précise de l’implantation des habitations, des cultures, des activités de subsistance ou de rente, elles permettent de mieux apprécier la dépendance des populations vis-à-vis de leur milieu et leur impact écologique. Ainsi, dans la région du Ntem (province du Sud), la densité administrative moyenne de 7 habitants au km2 varie entre les sous-préfectures de 2 habitants à 11 habitants au km2. En revanche, lorsque la densité est exprimée par rapport aux surfaces agricoles (champs, cacaoyères et jachères) – surface estimée selon une bande adjacente à la piste de 5 km de large – le peuplement apparaît plus soutenu. Pour une population résidente de 1 650 habitants en 1996, cette densité a été évaluée à 12 habitants au km2.

42Sur les 28 km de piste séparant Nkongmeyos de Nyabessan, la densité linéaire de population est de 61 habitants par km. Ce dernier indice ne rend pas compte du poids démographique de chaque village, ni des distances qui les séparent. Bien entendu, cette densité de population diminue lorsque l’aire d’occupation concernée est assimilée au territoire forestier villageois que nous appelons également terroir (somme de la superficie du terroir agricole et des zones forestières où sont pratiquées les activités de chasse, de pêche et de cueillette).

Un environnement forestier contraignant pour la santé

43En forêt tropicale humide camerounaise, le milieu est particulièrement propice au développement de nombreux insectes (mouches tsé-tsé, phlébotomes, simulies, Aedes, Culex, Chrysops...), vecteurs de maladies (maladie du sommeil, paludisme, filarioses telles que la loase et l’onchocercose, arboviroses) et de parasites intestinaux (douves du foie, trématodes tels que le ver solitaire, ascaris...). De plus, les conditions de vie précaires favorisent la circulation des maladies virales (dengues, fièvre jaune, sida, ebola). Les différents indicateurs de santé nutritionnelle montrent à la fois un retard important de croissance staturale mais aussi un faible taux de maigreur relative, à rapprocher de la qualité d’un environnement nutritionnel riche et diversifié (GEPFE, 2000). L’environnement forestier encore préservé dispense tous les nutriments permettant de faire face aux besoins nutritionnels (GEPFE, 2000). Les troubles de la nutrition trouvent souvent chez les Ntumu et les Mvae une explication à la fois sociale et culturelle. Il convient donc d’envisager la malnutrition comme un fait global et complexe (Bernard et al., 2000). Enfin, l’épidémie de sida ne semble toucher qu’une très faible partie de la population, ce qui ne favorise pas l’adoption du préservatif.

Croissance pondérale

44Le retard de croissance est très marqué depuis le plus jeune âge jusqu’à l’âge de la scolarisation et la puberté. Il résulte d’une exposition permanente aux contraintes forestières et n’est pas forcément le signe d’une malnutrition car ce retard de croissance inclut la réponse adaptative au milieu (GEPFE, 2000). Le retard pondéral touche principalement les jeunes enfants au moment du sevrage (à 17 mois). Différents facteurs pathologiques (infections et diarrhées) de l’environnement en sont responsables. Le retard pondéral reste faible entre 10 et 14 ans. En revanche, l’état nutritionnel des adultes montre une grande homogénéité. Leur indice de masse corporelle est proche des valeurs de référence pour l’âge de 18 ans (GEPFE, 2000).

Une forte pression parasitaire

45Aucune étude du parasitisme sanguin n’est disponible à l’heure actuelle pour la vallée du Ntem (APFT, 2000). L’observation des malades montre cependant une forte présence du paludisme et de filarioses telles que la loase transmises par des mouches piqueuses (Chrysops sp.). La drépanocytose (ou anémie falciforme) est une maladie génétique dont les gènes se retrouvent à l’état hétérozygote chez 26 % des sujets (GEPFE, 2000). Ce chiffre, le plus élevé du Cameroun, est à mettre en relation avec la haute fréquence du paludisme (les malades atteints de paludisme et porteurs de l’anémie falciforme sont plus résistants que les sujets impaludés non porteurs de l’anémie).

46L’augmentation systématique du volume de la rate (splénomégalie) chez tous les enfants de 0 à 5 ans reflète entre autres un parasitisme chronique qui peut être la cause de la persistance de troubles nutritionnels (GEPFE, 2000). Ces maladies sont liées à une prévalence très élevée des vers intestinaux, comme cela est souvent le cas en milieu forestier humide.

Un taux d’alcoolisme en augmentation

« La machette qui refuse l’abattage doit rentrer dans sa gaine. ». Proverbe béti stigmatisant la fainéantise : qui refuse de travailler n’a qu’à partir du village (Vincent et Bouquiaux, 1985).

47Tous les chefs de famille consomment régulièrement des boissons fermentées (vins, divers alcool distillés), ce qui peut avoir un impact sur leurs capacités de travail et sur leurs dépenses. Ce phénomène semble avoir pris récemment une ampleur particulière, sinon dans la région, du moins dans certains villages. Au sein de la population, ces changements touchent davantage deux sous-groupes : les jeunes garçons désœuvrés et démotivés par la vie au village et les personnes âgées des deux sexes. Les motivations à la base des conduites alcooliques sont multiples, les mécanismes qui les sous-tendent complexes et le phénomène se retrouve désormais un peu partout au Sud-Cameroun. À cela, on peut ajouter un sentiment de déception vis-à-vis de la représentation que se font les jeunes de la vie urbaine. Souvent, de retour au village, les jeunes sont déçus de n’avoir pu trouver en ville un travail digne de leurs espérances. Les jeunes font parfois l’objet de violentes disputes avec les anciens qui voudraient les voir travailler aux champs.

Une large utilisation des plantes dans la pharmacopée

48La pharmacognosie ancestrale est très étendue : une grande proportion de la population y compris les jeunes connaissent et utilisent les plantes susceptibles de soigner diverses maladies. Les adultes et surtout les personnes âgées peuvent identifier les arbres à usage médical, citer les vertus curatives de leur sève, de leurs feuilles, fruits ou de leur écorce (anti-paludique, anti-vomitif, fébrifuge, coagulant, vermifuge, etc.), et administrer les remèdes aux malades. Toutes les femmes d’un certain âge connaissent et utilisent les plantes susceptibles de soigner les petites maladies des enfants (diarrhées, vers intestinaux...), et bon nombre d’accouchements sont confiés aux matrones. Une sélection des espèces végétales à usage médicinal est pratiquée aussi bien dans les champs de cultures vivrières que dans les agroforêts cacaoyères afin d’en augmenter la densité et la disponibilité dans le terroir agricole à proximité du village. Les membres de certains lignages se transmettent la connaissance de remèdes spécifiques (anti-venins, soins des fractures) dont ils deviennent spécialistes et ils les administrent contre rémunération. Toute intervention contre des maladies plus complexes (ophtalmologique, psychiatrique, obstétrique...) – dont la cause pathologique est souvent attribuée à un acte de sorcellerie – est confiée à un guérisseur spécialisé, qui administrera au patient un « traitement indigène » souvent de longue haleine. Les médecines traditionnelle et occidentale sont jugées complémentaires par les villageois, le choix de l’une ou l’autre reposant sur des critères d’efficacité. Comme ailleurs, le recours à la médecine occidentale est fréquent mais l’accès aux soins est conditionné par les moyens financiers.

Le kolatier sauvage est couramment utilisé dans la pharmacopée traditionnelle

Des infrastructures en voie de dégradation

Un fort enclavement

« Nous souffrons du mal du piéton », disent les Ntumu de la région.

49Jusqu’en 1999, la boucle du Ntem est restée une région très enclavée puisque la piste est parcourue au mieux (en saison sèche) par un bus de transport mixte vivres-passagers qui relie Nyabessan à Ebolowa une fois par semaine.

Les Ntumu considèrent que leur seul moyen de locomotion demeure la tong qu’ils appellent la « sans confiance »

50Côté océan, un projet de route a été entrepris par les exploitants forestiers afin de relier Campo à Ma’an. Côté capitale, la piste qui reliait Ambam et Meyo-Centre à Ebolowa a été goudronnée, ce qui rend plus rapide le trajet entre la vallée du Ntem et la capitale Yaoundé. Cet isolement engendre un certain nombre de problèmes, qui persistent encore à l’heure actuelle et qui parfois même s’aggravent.

Un système éducatif en voie de dégradation

51Le système scolaire demeure extrêmement précaire à cause du manque d’infrastructures, de matériel pédagogique et d’enseignants : il existe quelques écoles communales et un collège à Ma’an où est dispensé un enseignement classique, technique et artisanal. Les élèves ont la possibilité de poursuivre leurs études à Ambam ou à Ebolowa, principalement dans les établissements publics d’enseignement technique. Les écoles sont refaites et les frais de fonctionnement assurés grâce au concours des parents. Ces derniers se plaignent du manque d’assiduité des enseignants qui, bien souvent, s’absentent pendant la campagne cacaoyère concomitante à la rentrée scolaire.

52Malgré tout, l’enseignement primaire étant obligatoire pour les enfants appartenant à la tranche d’âge 5-12 ans, le taux de fréquentation scolaire chez les jeunes de 6 à 8 ans reste élevé et, en 1995-1996, près de 9 enfants sur 10 étaient scolarisés. Cette observation concorde avec celles effectuées au plan national où la proportion d’enfants scolarisés dans le Sud apparaît la plus élevée du pays. Cette proportion semble aujourd’hui en voie de diminution (Pagezy, comm. pers.). Certaines familles rencontrent en effet des difficultés économiques à scolariser leurs enfants. Le revenu monétaire qui permet aux parents d’élèves de s’acquitter des droits d’inscription de leurs enfants (3 000 à 25 000 F CFA) est issu de la campagne cacaoyère, ce qui entraîne un retard de certains enfants au moment de la rentrée.

Un très faible encadrement sanitaire

53L’hôpital de Ma’an est pourvu de quelques lits et d’une salle de travail pour accueillir les femmes sur le point d’accoucher, mais il n’y a ni eau courante ni électricité, et le rare personnel ne dispose d’aucun médicament. Cette situation rend impossible toute intervention chirurgicale y compris une césarienne. Les malades graves sont évacués sur la léproserie d’Evindissi ou bien à l’hôpital d’Ebolowa (situé à 6 heures de route au minimum). Seul Nyabessan, village du bout de la piste, paraissait un peu mieux pourvu avec un dispensaire qui a rouvert en 1998 après la nomination d’un infirmier (Bley et al., 1999). En revanche, ce dispensaire est très souvent en rupture de stock et l’infirmier rarement présent. Dans certains villages, il y a de rares agents de santé qui disposent de quelques vaccins et médicaments.

Les problèmes socio-économiques du village de Nkongmeyos

Au cours d’une réunion de groupe au village de Nkongmeyos le dimanche 21 septembre 1997, une séance de travail avec les femmes du village (21 femmes présentes) a été organisée. Puis le dimanche 28 septembre 1997, une séance de travail avec les hommes (25 hommes présents) a été tenue dans les mêmes conditions. La répartition homogène au sein des classes d’âge a été autant que possible respectée.
Dans le but de tester les outils de MARPs (Méthodes actives de recherche et de planification participative par des entretiens de groupes semi-structurés), une identification et une hiérarchisation des problèmes sociaux et économiques dans la communauté de Nkongmeyos ont été réalisées en langue locale par les villageois eux-mêmes. Le processus incluait une brève présentation (qui devait faire office de rappel) de mon travail au village depuis un an et demi (étude de l’agriculture et de la régénération de la forêt), une explication du but de cette réunion de groupe (complément du travail précédent), une démonstration de la méthode et l’entretien proprement dit, lui-même divisé en deux parties égales, les problèmes agricoles (voir partie 2) et les problèmes sociaux et/ou économiques.
Chacune des deux réunions s’est déroulée en trois phases : d’abord, une énumération désordonnée des problèmes par les villageois, puis une hiérarchisation de ces problèmes et enfin une vérification de la hiérarchisation.

54Les villageois ont énuméré et classé par ordre de priorité les problèmes de la vie quotidienne qui leur semblaient les plus importants. Chaque problème est abordé ci-dessous, du problème le plus important à ceux qu’ils estimaient comme secondaires à cette époque.

Un besoin d’enseignant allogène

55Le manque d’infrastructures scolaires et d’enseignants compétents est apparu comme le problème le plus important.

« Nous, villageois, sommes obligés de tout faire nous-mêmes : construction des écoles, achat du matériel et enseignement. » (témoignage ntumu, Nkongmeyos).

56La situation de Nkongmeyos en 1997 explique clairement cette priorité. En effet, les deux points forts dans l’actualité villageoise furent d’une part, la construction d’une nouvelle école et d’autre part, le remplacement du maître. Grâce à la contribution de chaque villageois et à la participation importante d’un citadin fonctionnaire originaire du village, les fonds monétaires nécessaires ont été réunis pour bâtir une nouvelle école plus grande que la précédente. La destruction de l’ancienne école, juste avant la rentrée scolaire le 5 septembre 1997, avait soit-disant pour but de stimuler le travail et la réalisation de la nouvelle bâtisse. Le 4 octobre, elle n’était toujours pas terminée... Le deuxième sujet brûlant a été l’expulsion par tous les villageois de l’ancien maître d’école du village. Selon les villageois, son niveau de formation n’était plus suffisant pour assurer quatre classes de niveaux différents. Le fait de passer plus de temps au travail dans ses cacaoyères (culture de rente fondamentale pour son portefeuille puisqu’il possède l’une des plantations les plus vastes du village) qu’à l’école lui a très souvent été reproché. « Il voulait avoir le beurre et l’argent du beurre » nous ont dit les Ntumu. Pour éviter de mélanger les affaires scolaires et professionnelles avec les affaires familiales et villageoises, il a été remplacé par un maître allochtone. Ce gain de temps permettra un meilleur enseignement. De plus, les Ntumu du village désirent un maître ayant suivi toutes les formations officielles du corps enseignant (première ou deuxième classe). Les villageois manifestent un vif intérêt pour la qualité des enseignements dispensés à leurs enfants. Chacun d’eux voit en son fils un futur fonctionnaire ou technicien (comme cela a souvent été observé dans les sociétés béti).

Lors de la semaine du 21 septembre au 28 septembre, de nombreuses réunions villageoises (3), à fort taux de participation malgré le « rush » de la campagne cacaoyère, ont été organisées. La décision est ferme ; tout le monde veut changer d’instituteur, que ce dernier le veuille ou non. Une cotisation de 50 F CFA a été fixée pour que deux délégués volontaires du village se rendent à Ambam (chef-lieu de département) pour y introduire une demande urgente d’affectation d’un maître d’école au village.

Répercussion des problèmes de santé sur les activités quotidiennes

57La santé est une préoccupation collective primordiale. Les problèmes de santé se répercutent directement sur les activités d’autosubsistance à long terme et sur les activités de rente à plus court terme. En effet, chez les Ntumu la contribution de l’homme à la vie des familles consiste d’abord à leur procurer la ration protéique de l’alimentation (chasse, pêche), puis à défricher les futurs champs de courges qui deviendront les champs vivriers des femmes. Bien souvent, les femmes seules continuent à cultiver leurs champs vivriers. Lorsque toutes leurs réserves de terres arables faciles à défricher sont épuisées, elles ont alors recours à une main-d’œuvre familiale ou extérieure pour le défrichement de jachères anciennes. Une famille incapable de travailler au moment du défrichement du champ de courges n’aura pas de champ d’arachides si elle ne peut financer une main-d’œuvre extérieure (effet à court terme). Il en est de même pour les activités de défrichement, de traitement (pourriture brune du cacao), de récolte, de fermentation et de séchage du cacao qui, si elles ne sont pas assurées, compromettent fortement la récolte et les rentrées d’argent. Dans ces cas, la famille, enfants et personnes âgées, représente un précieux secours car elle demeure une main-d’œuvre ponctuellement mobilisable dans tous les villages.

« L’homme ntumu est un porteur de charges lourdes, sur le dos et sur la tête. » (Justin, cultivateur ntumu).

58Les problèmes de santé tels que les rhumatismes représentent également un sérieux handicap pour le transport de toutes sortes de charges.

59Les maladies dont les gens se plaignent le plus sont les crises de paludisme, les rhumatismes (chez les personnes âgées), les filarioses et les dysenteries. Ce sont effectivement les maladies les plus importantes et souvent celles qui ont le plus de répercussions sur la quantité et la qualité du travail quotidien.

Le contexte sanitaire et la qualité de l’eau

« La qualité de l’eau au village a une incidence importante sur notre santé. » (témoignage ntumu de Nkongmeyos).

60Les hommes et les femmes se plaignent dorénavant de la mauvaise qualité de l’eau, alors que le village est doté d’une source d’eau pure de bonne qualité (par rapport aux villages voisins) qui était il y a peu de temps encore (1996 et 1997) la fierté des habitants de Nkongmeyos. Des projets d’adduction d’eau existent dans la région depuis peu (été 1997 à Ma’an à 10 km ainsi que dans d’autres villages sur l’axe Ma’an-Meyo-Centre). Ils ont dû contribuer à sensibiliser les populations à l’importance de la qualité de l’eau potable. Ces projets de construction de châteaux d’eau inégalement répartis entre les villages ont certainement éveillé aussi quelques jalousies ; chacun voudrait son forage ou son puits devant sa maison.

Les femmes ntumu transportent quotidiennement l’eau nécessaire à la vie du ménage sur plusieurs centaines de mètres

« Le travail (lu paysan ntumu est dur et nous expose aux maladies (paludisme) ; la maladie le rend encore plus difficile. » (cultivateur ntumu).

61De plus, les Ntumu relient aisément les problèmes de santé au manque d’infrastructures sanitaires et médicales, à l’absence d’aides sociales accordées par le gouvernement aux agriculteurs, à l’éloignement, et enfin à la rareté des moyens de transports.

La pénibilité du travail en brousse

62La pénibilité du travail en brousse est souvent évoquée par les cultivateurs. En effet, chaque activité des Ntumu demande des efforts physiques importants. Ainsi, l’abattage des arbres est un travail extrêmement dur et dangereux pour les hommes et le transport des denrées alimentaires du champ vers le village est particulièrement fatigant pour les femmes. Celles-ci transportent quotidiennement des charges pouvant dépasser leur propre poids. Les villageois dénoncent (en particulier les hommes) un individualisme marqué qui s’applique aux activités de toutes sortes (agriculture vivrière et de rente, chasse, pêche...) et entraîne, selon eux, un retard technologique ainsi qu’un manque d’efficacité. Ils relient cet individualisme aux problèmes de gestion temporelle et pécuniaire des activités quotidiennes et à la multiplicité des travaux à assumer (agriculture vivrière et de rente, chasse, pêche, cueillette, construction, bricolage, santé, éducation...). « Comment un homme pourrait-il arriver à bien faire toutes ces choses correctement ? ». Le manque de spécialisation professionnelle au village conduit, selon ces hommes, à une perte de temps car chacun possède des points forts et des points faibles. Les hommes se plaignent également du manque d’efficacité des femmes. Ils évoquent en particulier le problème de la gestion du temps par les femmes dans les foyers. Ils font référence à la nourriture « qui peut parfois manquer alors que la nourriture abonde dans nos contrées ». De plus, ces derniers se plaignent de la mainmise des femmes sur le revenu monétaire des produits vivriers qui sont vendus à l’extérieur du village. Cet accaparement n’est pas le cas de l’ensemble des familles. Les femmes ne bénéficient parfois que de quelques revenus tirés de la culture de la courge (qu’elles assument du semis à la récolte en passant par le traitement) et ne perçoivent aucun revenu de la vente du cacao (indépendance financière totale de l’homme pour cette culture de rente).

Contradiction tradition-modernité

63Les Ntumu ont des difficultés à se positionner entre la modernité (dogmatique et récente) et les coutumes ancestrales qui sont en train de disparaître. Ils sont à cheval entre deux modes de pensée et sont confrontés à de nombreux problèmes et paradoxes car bien souvent, la modernité et le développement sont en totale opposition avec la tradition.

Les femmes ntumu transportent chaque jour plusieurs dizaines de kilos de bois de chauffe utilisés pour la préparation des repas

Selon les pères de famille, même les enfants le remarquent :
- le père : « mon fils, va te laver les mains avant de manger (idée moderne) » ;
- son fils : « mais papa, tu m’as toujours dit que l’homme africain ne peut pas mourir de saleté ! (mode de pensée ancien) ».

64Il existe également des contradictions entre leurs systèmes hiérarchique et politique traditionnels et « la démocratie que l’on tente d’imposer à tous ici ».

« Le mélange de la tradition et de la modernité a été néfaste pour nous et cela est vrai pour toutes les échelles de rapports entre les hommes (échelle du pays, démocratie ; échelle du village, chefferies villageoises ; échelle du foyer, chef de famille). La démocratie a donné l’envie à nos femmes ou à nos frères (plus jeunes) de ne plus nous obéir puisque avec la démocratie tout le monde a le droit de s’exprimer et de faire régner sa loi. » (témoignage ntumu, Nkongmeyos).

65On décèle une difficulté à comprendre les concepts politiques modernes et on remarque un amalgame entre la vie politique du pays et la vie sociale du village et de la famille. Dans les sociétés béti, le chef de famille avait un pouvoir très fort, tout comme les chefs de village et les anciens vis-à-vis des cadets. Selon eux, ces rapports entre les hommes ont complètement changé à cause des idées modernes d’égalité et de démocratie. D’ailleurs, les vieux du village en profitent pour évoquer « la tradition polygame qui était meilleure puisque beaucoup plus de garçons naissaient » (certainement vrai car ils avaient plus d’enfants au total). De plus, selon eux, lorsque cette tradition polygame a commencé à disparaître, la prostitution est apparue et a augmenté rapidement.

Table des illustrations

Titre Fig. 7 – La boucle du Ntem (département de la vallée du Ntem)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Les femmes sont les piliers de la société ntumu. Elles sont responsables des activités agricoles (du semis à la récolte), de la collecte des fruits sauvages et de certaines techniques de pêche (écope, nivrée) sans pour autant négliger leur rôle de mère
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Vue du village de Nkongmeyos. Au premier plan une cuisine aux murs et toitures très rustiques et en arrière-plan, une maison d’habitation beaucoup plus solide et confortable
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 8 Hameaux, pistes et cours d’eau du village de Nkongmeyos
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Vieil homme ntumu.Dans cette société, la vieillesse est associée à la sagesse, ce qui fait de ces hommes des notables
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Partage de nourriture avant la fête
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 9 – Taille des principaux villages de la boucle du Ntem
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 10 – Structure de la population des principaux villages de la boucle du Ntem en 1997
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende À tous âges, le port des charges sur la tête est pratiqué au détriment des problèmes de santé inhérents à la vieillesse
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Le kolatier sauvage est couramment utilisé dans la pharmacopée traditionnelle
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Les Ntumu considèrent que leur seul moyen de locomotion demeure la tong qu’ils appellent la « sans confiance »
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Les femmes ntumu transportent quotidiennement l’eau nécessaire à la vie du ménage sur plusieurs centaines de mètres
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Légende Les femmes ntumu transportent chaque jour plusieurs dizaines de kilos de bois de chauffe utilisés pour la préparation des repas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10252/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 406k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search