Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Partie 1. Un milieu, des hommes et un mode de subsistance diversifié

Introduction de la partie 1

Texte intégral

« J’aimerais que les sociétés d’exploitation forestière étrangères qui viennent s’approvisionner au Cameroun soient sensibles au fait que ce qu’elles font ici, elles ne le feraient pas chez elles » s’indignait le ministre de l’Environnement et des Forêts, à propos de la déforestation sauvage de son pays. Depuis peu, l’État camerounais dénonce et sanctionne ce type de déforestation mais les mesures prises ne suffisent pas à enrayer le drame écologique.
En 2001, la FAO estimait la déforestation dans les pays en voie de développement à 13,7 millions d’hectares par an. La surexploitation industrielle du bois représente actuellement l’un des principaux facteurs de raréfaction des forêts. Malheureusement, le poids de cette filière dans l’économie mondiale est de plus en plus fort.
Réputée pour sa biodiversité, la forêt du bassin du Congo, abrite des populations qui dépendent directement de cet écosystème pour vivre, se nourrir et se soigner. Aujourd’hui, l’exploitation illégale menace gravement ces écosystèmes. En raison des liens étroits qu’elle entretient avec certains pays africains, la France joue un rôle prépondérant dans cette surexploitation. Au Cameroun, des sociétés françaises contrôlent de façon directe ou indirecte la majorité des forêts. Les dégâts causés par l’exploitation forestière au sud du Cameroun ne se limitent pas à la disparition de la faune et de la flore. En effet, les effets pervers induits par l’ouverture de pistes de débardages, les techniques de coupes et les fausses promesses faites aux villageois, sont innombrables. À court terme, l’alcoolisme et la prostitution se développent ainsi qu’une dépendance monétaire accrue. À plus long terme, certaines maladies comme le Sida font des ravages tandis que les populations fragiles comme les Pygmées se paupérisent.
La boucle du Ntem (Sud-Cameroun) était, il y a peu, exempte d’exploitation forestière. Au milieu des années 1990, l’enclavement dont souffraient les Ntumu leur assurait pourtant une protection dont ils n’avaient pas conscience. La création d’axes routiers leur facilitera l’accès à la ville mais, inversement, elle transformera leur forêt en zone d’exploitation. Or, l’équilibre est fragile entre le système de subsistance des Ntumu et leur milieu. Il ne résistera pas aux perturbations sociales et écologiques d’une exploitation industrielle pratiquée, au mépris des hommes et de leur forêt.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 457k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search