Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Introduction générale. L’agriculture itinérante sur brûlis

Une agriculture pantropicale souvent dénoncée

Texte intégral

1L’avènement de l’agriculture itinérante sur brûlis (swidden cultivation en anglais) s’est produit il y a environ deux mille ans dans toutes les forêts tropicales humides de chaque grand continent. C’est le système de gestion des terres le plus répandu et le plus adapté aux régions forestières intertropicales dans un contexte de faibles pressions démographiques et de libre accès à la terre. Ce mode de culture permet à 12 millions de personnes de se nourrir dans les seules forêts tropicales humides. Certes, l’agriculture itinérante n’est pas propre aux forêts tropicales humides puisque la population d’agriculteurs itinérants à travers le monde est estimée entre 250 et 300 millions (Myers, 1986 ; Bahuchet et De Maret, 1994), soit environ 5 % de la population mondiale. Quant à la zone forestière intertropicale, elle comprend 30 % des sols exploitables (Hauck, 1974 ; Sanchez, 1976). Ces chiffres mettent en évidence un double enjeu : la pertinence globale d’un type d’agriculture souvent condamné et le devenir souhaitable des forêts denses humides en zones tropicales.

L’agriculture des tropiques

2Les agriculteurs itinérants ont souvent été – et sont encore – incriminés dans le processus très alarmant de déforestation des forêts tropicales humides. Un grand nombre d’études récentes apportent une nouvelle version de l’origine de ce désastre qui, en réalité, correspond à certains types d’agricultures pionnières, hélas très dévastatrices, pratiquées par des migrants sur des fronts de colonisation (Bahuchet et al., 2000).

3Au contraire, sur tous les continents, les cultivateurs itinérants détiennent nombre de connaissances empiriques et mettent en œuvre des pratiques ancestrales qui leur ont permis, durant des millénaires, d’utiliser durablement l’écosystème forestier tropical pour leur production agricole (Bahuchet et De Maret, 1994 ; Warner, 1995).

4Avant la mise en culture, la forêt est abattue, souvent partiellement, puis brûlée pour les besoins des plantes cultivées (fig. 2). L’ouverture du couvert forestier apporte la lumière nécessaire aux plantes cultivées et l’incinération de la végétation abattue fournit les sels minéraux indispensables à la fertilisation des sols.

Fig. 2 – Le cycle cultural du système d’agriculture sur brûlis. À tout moment le retour à la culture est possible mais les niveaux de fertilité du sol varient d’un type de jachère à un autre

Fig. 2 – Le cycle cultural du système d’agriculture sur brûlis. À tout moment le retour à la culture est possible mais les niveaux de fertilité du sol varient d’un type de jachère à un autre

5Pour produire et donc subvenir à l’alimentation de sa famille, le cultivateur a indéniablement besoin de détruire la forêt, mais il doit aussi obligatoirement contribuer à sa régénération pour assurer la pérennité de sa production. Dans les systèmes agricoles itinérants, les phases de cultures alternent avec des périodes de déprise agricole (jachère). La mise en jachère, en restaurant la fertilité du sol, est une condition sine qua non au bon fonctionnement de l’agriculture itinérante. Simultanément, lorsque des terres sont défrichées, d’autres se régénèrent afin d’être utilisées ultérieurement. L’ensemble de ces terres – incluant les champs et les jachères – forme le terroir agricole dans lequel s’inscriront les futurs défrichements. Dès lors, l’agriculture itinérante sur brûlis est définie comme : « Tout système agraire dans lequel les champs sont dégagés par le feu et sont cultivés d’une manière discontinue, impliquant des périodes de friches plus longues que la durée de mise en culture » (Conklin, 1957).

6Dans une situation d’équilibre, le système fonctionne quasiment en vase clos, les cultures étant presque toutes localisées sur d’anciennes jachères. Ainsi, les superficies de forêts primaires défrichées chaque année sont extrêmement faibles, voire inexistantes. Par exemple au Cameroun, différentes études ont montré que le pourcentage de forêt primaire défrichée chaque année excédait rarement 5 % de la totalité des terres mises en culture (Dounias, 1993 ; De Wachter, 1997). De plus, certaines terres de jachère peuvent être définitivement libérées de l’emprise agricole et être ainsi « rendues » à la forêt. Aujourd’hui, l’agriculture itinérante sur brûlis est considérée, en conditions de faible densité de population, comme un système stable et durable d’un point de vue écologique (Whitmore, 1992 ; Chauvet et Olivier, 1993).

7L’agriculture itinérante sur brûlis s’inscrit la plupart du temps au sein d’économies de subsistance extrêmement diversifiées et partiellement monétarisées grâce aux cultures d’espèces pérennes, par exemple le café, l’hévéa ou le cacao en Afrique tropicale. De manière générale, l’agriculture couvre les besoins énergétiques de l’alimentation grâce à l’aliment de base – la part glucidique – alors que la part protéique, lipidique et vitaminée repose sur un mélange typique de produits forestiers issus de la chasse et du piégeage, de la pêche et de la collecte (Johnson, 1983).

L’agriculture itinérante sur brûlis en équilibre instable

Un point clé, le temps de jachère

8En termes d’alimentation, les situations ne sont malheureusement pas toujours aussi simples dans la zone intertropicale où un grand nombre de problèmes d’approvisionnement se posent. En effet, les sols tropicaux sont réputés pour être pauvres en nutriments (Uhl, 1983 ; Whitmore, 1990). Si l’agriculteur itinérant impose à ses terres un repos entre deux cultures, c’est avant tout parce qu’il perçoit comme primordiale la régénération forestière pour restaurer la fertilité du milieu et ses caractéristiques écologiques (diversité et structure). Les cultivateurs itinérants ont effectivement établi une relation entre l’état de croissance de la végétation ligneuse et la fertilité du milieu et des sols. Le recyclage d’éléments minéraux par la litière des arbres s’accompagne d’une amélioration relative du système sol-plante (Sébillote, 1993).

9Une forêt à maturité sera appréciée comme présentant des caractéristiques pédologiques et écologiques beaucoup plus favorables aux cultures qu’une forêt secondaire jeune. Le processus d’immobilisation de la biomasse pérenne et de sa restitution au sol par la litière est primordial pour l’agriculture itinérante sur brûlis en forêt tropicale humide où cet apport est plus crucial qu’ailleurs (Bernhard-Reversat, 1975). L’obligation de mise en jachère répond à de nombreux critères imbriqués, mais souvent indépendants, parfois très contraignants à mettre en œuvre et qui deviennent responsables de déséquilibres s’ils ne sont pas réunis.

10La mise en jachère des terres de culture pendant une période suffisamment longue est indispensable pour maintenir un équilibre entre la qualité de la production agricole et la demande en terre arable. Cet équilibre est conditionné par divers facteurs comme l’absence de pression sur les terres de cultures, elle-même dépendant de la disponibilité en terres arables et de l’absence de pression démographique ou économique. En effet, lorsque la demande en terres cultivables augmente, les terres disponibles se raréfient, voire même disparaissent, et obligent à un retour prématuré sur les jachères dont la fertilité n’est pas tout à fait recouvrée. Une production vivrière amoindrie s’ensuit, liée à la diminution du temps de jachère qui nuit à la restitution des nutriments (fig. 3).

11Si pour diverses raisons sociales ou économiques, le besoin en terres arables augmente avec le temps sans que les disponibilités en jachères fertiles ou terres forestières suivent, le système s’enferme alors inévitablement dans un cercle vicieux (fig. 4). Le point de départ de la plupart des déséquilibres tient bien souvent à une augmentation brutale de la demande en terres par rapport aux surfaces arables disponibles.

12Cependant, ces distorsions ne sont pas toujours négatives du point de vue de l’impact écologique de l’agriculture sur l’environnement forestier, surtout à long terme. Pour certains auteurs, l’intensification de l’agriculture itinérante sur brûlis dans certaines régions des tropiques humides, en réponse à l’augmentation des densités de populations, pourrait correspondre à une adaptation écologiquement viable (Vasey, 1979).

Fig. 3 – Evolution de la productivité des sols en fonction du temps de jachère dans un système d’agriculture itinérante sur brûlis

Fig. 3 – Evolution de la productivité des sols en fonction du temps de jachère dans un système d’agriculture itinérante sur brûlis

1) le temps de jachère est suffisamment long pour assurer la reconstitution de la fertilité du sol,
2) diminution de la productivité dans un contexte de temps de jachère réduit et insuffisant pour reconstituer le potentiel de départ

Fig. 4 – Exemples de facteurs sociaux et économiques responsables de la réduction du temps de jachère

Fig. 4 – Exemples de facteurs sociaux et économiques responsables de la réduction du temps de jachère

La diminution du temps de jachère : causes socio-économiques et culturelles

13Les causes sociales, culturelles et économiques de la diminution du temps de jachère, et donc de la productivité de l’agriculture itinérante sur brûlis peuvent être extrêmement variées.

Diverses situations sociales, politiques et économiques ont conduit les populations à migrer hors de leur aire d’origine. Les populations immigrantes peuvent être de petits paysans issus d’autres régions agricoles déjà en crise ou des ruraux sans terre, embauchés par de grandes entreprises (Bahuchet, 1997). Ces afflux de migrants dans les zones forestières à faible densité de population ont pour effet d’augmenter la demande en terres cultivables et donc de perturber l’équilibre écologique.
Il existe un seuil de densité de population au-dessus duquel le système d’agriculture itinérante sur brûlis évolue vers un déséquilibre. Ce seuil arbitraire (qui demeure un ordre de grandeur) est de plus ou moins 30 habitants par km2 (Bahuchet et De Maret, 1994), en fonction de nombreux paramètres dont la fertilité initiale du milieu. De plus, les populations allochtones ne sont culturellement pas toujours sensibilisées aux nécessités requises pour une agriculture durable et respectueuse du milieu forestier (De Rouw, 1991). Les migrants ignorent souvent les pratiques agricoles ancestrales favorables au maintien d’un système qui leur est étranger. Les pratiques des populations allochtones reposent en général sur des perspectives à court terme car ces migrants ne sont parfois que de passage. Les modes d’intrusion sur des terres indigènes sont nombreux (Bahuchet et De Maret, 1994) : par exemple, défrichements intenses non suivis de périodes de jachères et déboisements répétés selon un front pionnier (Whitmore, 1990). Le défrichement par le feu permet aux populations allogènes de s’installer de manière permanente sur des terres pauvres et fragiles. De plus, les superficies cultivées grâce à ce mode de défrichement sont de 20 à 50 fois plus grandes, selon les régions, que celles concernées par l’agriculture itinérante sur brûlis (Bahuchet et De Maret, 1994). Ces intrusions peuvent être liées, entre autres, à l’augmentation de la compétition sur les terres face à l’insécurité foncière accrue, comme c’est le cas en Afrique de l’Ouest (Serpantié, 1993). Par ailleurs, les populations allochtones recourent par exemple à des tactiques d’appropriation des terres comme la mise en place de plantations de cultures pérennes sur de très grandes superficies (Carrière et al., 1995).

14D’autres facteurs peuvent être déterminants pour le temps de jachère. En effet, l’agriculture itinérante avec mise en jachère sur des périodes de 15 à 30 ans implique une vision à long terme des bénéfices fournis par une parcelle de terre. Les populations en voie de migration, d’expulsion ou de déplacements forcés (ce qui peut être le cas aux abords des aires protégées) délaissent cette règle au profit de gains immédiats et au détriment des ressources naturelles.

« Les migrants ne pratiquent pas l’agriculture itinérante sur brûlis, mais le défrichage par le feu : leur but est la conquête définitive de l’espace pour la culture ou l’élevage. » (Bahuchet, 1997).

15La gestion ou l’absence de gestion de la période cruciale de mise en jachère dépend également des disponibilités en main-d’œuvre. En effet, la principale cause de mise en jachère d’une parcelle cultivée peut aussi bien être la diminution de la production agricole que l’enherbement d’une parcelle auquel la main-d’œuvre disponible est incapable de faire face. Dans certaines régions à forte densité de population, la division sexuelle des tâches ainsi que l’exode massif des hommes vers les villes font que paradoxalement la main-d’œuvre fait défaut à certains moments de l’année, en particulier lors du désherbage des champs (Carrière et al., 1995). Ce phénomène d’enherbement massif sur des terres peu productives entraîne l’abandon prématuré des parcelles, l’accélération des rotations, une pression accrue sur les terres et à terme une diminution du temps de jachère.

Agriculture itinérante et biodiversité

Conséquences écologiques de la diminution du temps de jachère

16Lorsque le temps de jachère n’est plus suffisant pour recréer la fertilité du milieu, on assiste à une diminution progressive de la biodiversité ainsi qu’à une homogénéisation de la végétation. Associé à une augmentation de la multiplication végétative, clonage ou bouturage naturel des plantes herbacées, ce processus ralentit la reconstitution de la strate arborée en compétition avec la strate herbeuse et induit un appauvrissement de la diversité des essences forestières. Par exemple, un défrichement fréquent entraîne ainsi une dominance d’adventices et de graminées annuelles puis un blocage de la succession, c’est-à-dire le passage d’une végétation post-culturale à une végétation mature. Le raccourcissement du temps de jachère, la fréquence des cycles culturaux, le pâturage excessif, ou encore la mécanisation conduisent inévitablement à une raréfaction des ligneux face aux herbacées et aux espèces à reproduction végétative.

17En revanche, dans des systèmes traditionnels d’agriculture itinérante et en équilibre avec le milieu (cas le plus fréquent au sein des forêts humides de la ceinture intertropicale), un temps minimum de jachère est respecté. De plus, des pratiques agricoles contribuent à améliorer la fertilité du milieu, la régénération forestière dans les jachères et donc la productivité des sols. Dans l’ensemble, ce mode de mise en valeur des terres et de prélèvement des ressources naturelles est en accord avec le maintien de la biodiversité des forêts denses et humides (Warner, 1995).

Richesse et diversité de l’agriculture itinérante traditionnelle

18Quand agriculture traditionnelle rime avec biodiversité, on est bien loin d’une agriculture intensive et monospécifique typique de la production agricole des pays industrialisés. En effet, de nombreuses monographies (Conklin, 1957 ; Geertz, 1963 ; Dove, 1985) d’agricultures itinérantes ont montré que ce système est diversifié de par la multitude d’activités de subsistance qui lui est associée (chasse, pêche et collecte).

19Cette diversité s’exprime au plan floristique (variété de plantes alimentaires, médicinales, d’utilisations diverses) et faunistique. Elle est également spatiale (diversité des espaces de prélèvement et de déprise agricole, de leur fonctionnalité et de leur organisation intrinsèque) et temporelle (diversité des itinéraires, des successions de cultures et des calendriers de prélèvement). Enfin, elle tient aux différentes techniques utilisées ou aux modes de prélèvement des différentes ressources naturelles.

« Il existe autant d’agricultures de forêt qu’il y a de populations vivant en forêt. » (Geertz, 1963).

20Aucun modèle d’agriculture itinérante sur brûlis n’existe car le « libre-arbitre culturel » contribue à façonner différemment des populations d’essarteurs évoluant dans un même environnement (Garine, 1990). Finalement, la diversité, maître mot de l’agriculture itinérante, s’applique aussi bien à chaque partie du système qu’au tout.

Perturbation naturelle et agriculture

21Dans certaines situations, les perturbations induites par les populations d’essarteurs traditionnels ne sont pas préjudiciables à la biodiversité de la forêt. À une échelle donnée, elles participent au contraire à cette biodiversité.

22En écologie, le concept de perturbation naturelle n’est pas toujours synonyme d’appauvrissement de la biodiversité. Le phénomène de perturbations cycliques représentées par les chablis – trouées dues à la chute des arbres – maintient la biodiversité dans les forêts tropicales tout en la faisant évoluer (Connell, 1978 ; Whitmore, 1990). Dans les chablis, la mort des individus âgés offre des opportunités à d’autres espèces pour se développer et se reproduire, faisant de la forêt une mosaïque de phases de jeunesse, de maturité et de vieillesse (Watt, 1947). La succession forestière dans les forêts est dite à « mosaïque changeante » ; la forêt est en équilibre dynamique, son renouvellement étant assuré par la modification successive de petites taches (Bormann et Likens, 1979). Le changement dans la composition spécifique des forêts s’expliquerait d’abord par ces perturbations fréquentes d’intensité moyenne, mais aussi par un changement graduel des conditions climatiques (Connell, 1978).

23Or, les perturbations induites par l’agriculture itinérante pratiquée en forêt dense humide, dans des conditions de faible densité démographique, présentent quelques caractéristiques semblables aux perturbations naturelles. Les défrichements provoquent des perturbations cycliques (temps de jachère de 20-30 ans). Ils se traduisent par des terroirs agricoles en mosaïque au sein d’une végétation forestière juxtaposant des phases de jeunesse (construction de la forêt, jeune jachère), de maturité (jachère âgée) et de vieillesse (destruction forestière par essartage, retour à la culture). Les perturbations agricoles ont une intensité variable : superficies défrichées faibles et parsemées dans le terroir, courte durée des cultures et rotations déclenchées avant la diminution de la fertilité des sols. Toutes ces perturbations anthropiques n’améliorent pas uniquement la forêt en tant que ressource utilisable pour l’homme, mais contribuent de manière significative à la structuration en taches de la forêt et donc au maintien de sa biodiversité à l’échelle locale (Ellen, 1996).

24Dans cette analogie du fonctionnement du terroir agricole avec la forêt, le maintien et surtout l’évolution de la biodiversité s’expliqueraient par des changements climatiques et écologiques (pénétration de nouvelles espèces) ainsi que par des facteurs historiques (sédentarisation des villages), sociaux (évolution des maîtrises foncières, agencement des cultures dans l’espace) et culturels (abattage ou non de certaines espèces d’arbres culturellement valorisées). Dans une perspective dynamique, l’action de l’agriculture itinérante peut être résumée comme une altération puis une reconstitution de la forêt, donc un maintien de la biodiversité et une évolution de celle-ci à travers l’histoire des populations et de leurs activités de subsistance.

Les savoirs traditionnels au service de la forêt

25Si l’impact des essarteurs était toujours négatif sur les forêts tropicales, ces dernières n’auraient pu se maintenir jusqu’à nos jours. En outre, de nombreux éléments prouvent l’influence bénéfique des essarteurs traditionnels sur le maintien et l’évolution de la biodiversité des forêts denses humides.

« L’agriculture itinérante sur brûlis fait partie de la dynamique de la forêt et son cycle fait partie de l’histoire des forêts. » (Bahuchet, 1997).

26L’influence des populations d’essarteurs sur la forêt et sa biodiversité prend diverses formes (délibérées ou involontaires) et agit à différentes échelles spatiales et temporelles. Une action délibérée peut consister, par exemple, en un désherbage sélectif en vue d’une mise en culture, pour favoriser les espèces qui formeront un recrû post-agricole de qualité, associé à une bonne et rapide restauration de la fertilité du milieu dans la jachère. Les Ntumu du Sud-Cameroun peuvent recourir à un abattage sélectif des arbres – ou leur non-dessouchage –, à la limitation des périodes de culture, à la plantation d’arbres et à la protection contre le feu (Vasey, 1979) afin de favoriser le recrû forestier lors de l’« abandon » du champ (Aweto, 1981). Ainsi, les Indiens Kayapó du Brésil préservent des corridors de forêt mature en tant que réserve de biodiversité forestière (Posey, 1985). Dans ce cas. les conséquences sur la forêt sont exactement celles choisies en connaissance de cause par les paysans : l’amélioration du temps de jachère et le maintien de noyaux de biodiversité qui seront utiles à la recolonisation des espaces défrichés et cultivés par la production de diaspores.

27En revanche, l’effet écologique d’une action involontaire n’est pas toujours bénéfique pour les cultivateurs. Par exemple, en Amérique latine, les mêmes Indiens Kayapó maintiennent des zones tampons entre les jardins et la forêt. Ces zones contiennent des plantes répulsives contre des fourmis très agressives mais elles abritent aussi des guêpes parasites des cultures (Posey, 1985). Le maintien de zones boisées dans le terroir agricole améliore la dispersion des graines dans les champs, ce qui favorise la régénération de la forêt (Cardoso Da Silva et al., 1996).

28Ces exemples soulignent le rôle crucial de l’arbre sur le milieu. Baptisés « les orphelins de la forêt » chez les Ntumu du Sud-Cameroun, les arbres épargnés dans les champs des paysans tropicaux créent au sein de l’agrosystème les conditions (biotiques et abiotiques) favorables à l’installation des essences ligneuses et facilitent la régénération du couvert forestier (Yarranton et Morrison, 1974 ; Carrière et Mckey, 2002). De plus, la mosaïque de champs, de jachères et de forêt induite par l’agencement spatial des cultures et par la gestion foncière des terres, est capable de soutenir une pression de chasse plus élevée que la forêt primaire, grâce à l’attraction exercée par cette mosaïque sur certains animaux (Wilkie et Finn, 1990 ; Lahm, 1993).

29L’impact écologique de l’action de l’homme se situe à différentes échelles de temps et d’espace, un décalage intervenant parfois entre le moment où une action est accomplie et celui où son influence se manifeste sur le milieu. La protection systématique d’espèces végétales valorisables à l’échelle d’un champ ou d’une agroforêt relève d’une forme de gestion forestière ou « rainforest management » (Ellen, 1998). La sélection d’espèces durant des dizaines d’années aura pour conséquence à long terme l’évolution de la composition spécifique des forêts dans toute la région où les cultures ont été pratiquées.

30De manière volontaire ou non, et à partir de leurs connaissances de la forêt tropicale, les essarteurs ont élaboré des pratiques ancestrales de prélèvement des ressources qui ont permis de respecter l’équilibre et la dynamique de la forêt.

Table des illustrations

Titre Fig. 2 – Le cycle cultural du système d’agriculture sur brûlis. À tout moment le retour à la culture est possible mais les niveaux de fertilité du sol varient d’un type de jachère à un autre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 3 – Evolution de la productivité des sols en fonction du temps de jachère dans un système d’agriculture itinérante sur brûlis
Légende 1) le temps de jachère est suffisamment long pour assurer la reconstitution de la fertilité du sol,2) diminution de la productivité dans un contexte de temps de jachère réduit et insuffisant pour reconstituer le potentiel de départ
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 4 – Exemples de facteurs sociaux et économiques responsables de la réduction du temps de jachère
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search