Version classiqueVersion mobile

Les orphelins de la forêt

 | 
Stéphanie Carrière

Prologue

Texte intégral

1En 1995, Nkongmeyos incarnait un village typique de forêt tropicale dont la population vivait d’une économie diversifiée, avec une agriculture sur brûlis intacte ou pas loin de l’être, traditionnelle dans ses stratégies, ses pratiques et représentative des peuples d’agriculteurs en forêt d’Afrique centrale, Ce petit village perdu dans la brousse du Sud du Cameroun fut choisi par le programme « Avenir des peuples des forêts tropicales », plus connu sous le nom d’APFT, pour être l’un des Sites intensifs pluridisciplinaires (SIP) où plusieurs investigations seraient entreprises. J’ai habité dans ce village pendant plus de dix-huit mois, entre 1996 et 1999 et en mon absence, d’autres chercheurs y ont effectué de courtes missions. Cette organisation a permis de ne pas trop perturber les activités des villageois et plus particulièrement notre informateur-traducteur privilégié, Nicolas Alo’o Eyéné, que je remercie tout particulièrement.

2Nkongmeyos est un village de la « boucle du Ntem », région comprise entre la courbe de ce fleuve et la frontière entre le Cameroun et la Guinée-Équatoriale (fig. 1). Cette région faisait l’objet de peu de projets de développement ou de conservation de la nature et les infrastructures routières ou hydroélectriques étaient rares. La piste qui menait dans le Sud du Cameroun et celle qui longeait d’est en ouest la boucle du Ntem étaient dans un tel état qu’elles ne permettaient pas un passage fréquent de véhicules. Malgré l’augmentation, depuis quelques années, des migrations temporaires ou de longue durée vers les villes, l’état des pistes n’encourageait ni le déplacement des personnes ni le transport des produits vivriers. Les seuls camions qui circulaient alors étaient affrétés par les sociétés d’achat des fèves de cacao lors des campagnes cacaoyères qui se déroulaient de septembre à décembre. De 1995 à 1998, les deux blocs forestiers qui entourent la boucle du Ntem au sud et au nord n’étaient pas encore exploités.

Fig. 1 – Localisation de la boucle du Ntem

Fig. 1 – Localisation de la boucle du Ntem

3Les populations souffraient selon leurs dires, « du mal du piéton » : il leur fallait parcourir de longues distances pour accéder à des services publics. L’enclavement de la région entraînait des répercussions sur la qualité de l’encadrement sanitaire, social et scolaire. L’amélioration de la piste de la boucle du Ntem constituait alors, pour les villageois ntumu et mvae, une priorité. Pendant mon séjour, cet espoir revenait sans cesse dans la conversation à propos des changements à venir. Les populations avaient le sentiment que les choses pourraient rapidement changer grâce à l’existence de bonnes voies de circulation. De fait, une nette amélioration est survenue à partir de 1997, quand le ressortissant d’un village situé au bout de la boucle du Ntem fut nommé ministre de la Défense. Dès lors, d’importants travaux de réfection de la piste furent entrepris : élargissement des passages les plus difficiles et reconstruction des ponts. Ils ont sans aucun doute facilité pendant un certain temps la circulation des biens et des personnes et favorisé le tourisme grâce à l’attrait des célèbres chutes de Memvé’élé. Les populations ont manifesté un regain d’intérêt commercial pour les produits vivriers et ont fait des efforts conséquents pour cultiver davantage afin de gagner un peu d’argent. Après les travaux effectués sur la piste, de nombreux véhicules militaires circulaient, tandis que le passage des camions de marchandises n’augmentait pas. Cette situation a entraîné la déception des populations locales.

4La route restait une priorité pour la majorité des villageois mais certains commençaient à douter de ses bienfaits : des accidents survenaient, les conditions de vie et le pouvoir de négociation avec les commerçants ne changeaient pas. Peu à peu, l’engouement du début retomba pour laisser place au doute lorsque le ministre de la Défense quitta ses fonctions. Entre temps, quelques projets de micro-crédit (orientés vers la valorisation de l’agriculture et de la pêche) furent mis en place, mais ils échouèrent à cause de leurs objectifs irréalistes et du manque d’honnêteté vis-à-vis des populations.

5C’est dans ce contexte de lassitude que de nombreux changements eurent lieu dans la région de la boucle du Ntem entre 1999 et 2001 :

  • création du Parc national de Campo, évolution de la législation concernant la chasse et l’agriculture, interdiction du braconnage et de la chasse dans certaines parties du parc, circulation d’« écogardes » pour la sensibilisation des populations ;
  • création du tronçon de route reliant la boucle du Ntem à la côte atlantique (Campo), augmentation des échanges et accentuation des départs des jeunes vers les villes. Aujourd’hui, le « goudron » relie Yaoundé à Meyo-Centre, il ne reste plus que 50 km environ pour rejoindre Nkongmeyos, qui semblait autrefois perdu dans la brousse. Dorénavant, les villageois de la vallée du Ntem peuvent se rendre à la capitale en quelques heures ;
  • attribution et vente des assiettes de coupe à des exploitants forestiers au nord et au sud de la piste de la boucle du Ntem, entraînant un passage quotidien, dans les villages, de camions grumiers. Les villageois protestent contre cette forme d’exploitation de « leur forêt » et contre les nombreux accidents provoqués par ces camions. Les Ntumu se sentent une fois de plus lésés ;
  • projet de barrage qui inonderait la région et obligerait au déplacement de certains villages.

6À l’image du tapis de bitume qui se déroule dans les forêts tropicales, le quotidien des Ntumu change très vite. Cette étude dresse un état des lieux, avant l’arrivée de grands changements. Elle tente de témoigner de la complexité et de la richesse des relations que les Ntumu ont tissées avec la forêt équatoriale, dont ils vivent.

7Le système agricole des Ntumu, les pratiques ancestrales ainsi que leur influence sur la dynamique écologique des forêts du Sud-Cameroun ont été étudiés à travers le prisme des ethnosciences et de l’écologie. Une approche résolument pluridisciplinaire vise à cerner les relations entre les pratiques agricoles ancestrales, le système de production et l’écosystème forestier. On a souvent dénoncé, sans vraiment les connaître avec précision, ces systèmes agricoles traditionnels et plus particulièrement l’agriculture itinérante sur brûlis comme facteurs de dégradation. Ce discrédit a conduit à prendre des décisions souvent inadaptées. En fait, l’agriculture traditionnelle comporte des pratiques qui favorisent la dynamique du couvert forestier. Une meilleure connaissance de ces pratiques pourrait orienter l’action des gestionnaires de l’environnement comme celle des responsables de projets de développement.

8L’état des lieux de l’agriculture et du milieu écologique a été dressé avec les populations ntumu dont les pratiques ancestrales sont particulièrement bien adaptées à la préservation des forêts.

9Comme je l’avais expliqué le jour de mon arrivée au cours d’une assemblée villageoise à Nkongmeyos, mon objectif était de raconter l’histoire des Ntumu et de la fixer par écrit afin qu’elle reste présente dans les mémoires. De fait, je souhaite restituer leur passé puisque c’est déjà du passé...

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de la boucle du Ntem
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search