Version classiqueVersion mobile

Les deux visages du Sertão

 | 
Marianne Cohen
, 
Ghislaine Duqué

Résumé

Texte intégral

1Une expérience de recherche interdisciplinaire, menée en coopération avec des laboratoires brésiliens, traitant la question de la fragilité des petits agriculteurs face aux sécheresses, a été conduite dans une des régions les plus sèches du Nordeste du Brésil, le Carirí de la Paraíba. Le terme de sécheresse est ici compris au sens large, comme un phénomène non seulement climatique mais global, incluant des conséquences sur les écosystèmes, l’utilisation des ressources, la concentration foncière, la différenciation sociale... Cette définition de notre objet convoque l’interdisciplinarité, en rupture avec le cloisonnement prévalant alors entre d’une part, des recherches en sciences sociales insistant sur les déterminants sociaux, économiques et politiques de la situation de la petite paysannerie, et d’autre part, des recherches naturalistes et (ou) techniques, axées sur la contrainte « naturelle » de la sécheresse et les « solutions » proposées pour la dépasser. Notre hypothèse de départ a été que les causes naturelles et sociales de la vulnérabilité des petits agriculteurs jouaient de concert, voire se renforçaient et interagissaient, et que séparer les deux approches conduisait à une appréhension tronquée de la réalité de la situation. Ce choix était, à l’époque où il a été fait, novateur dans le champ scientifique au Brésil, alors que des expériences d’une appréhension conjointe, par les sciences sociales, les sciences techniques et les sciences de la nature, des « milieux fragiles » existaient déjà en France (programme PIREN du CNRS).

2Cette démarche interdisciplinaire fait l’objet d’une réflexion rétrospective, retraçant les difficultés de l’entreprise, liées pour partie à la confrontation des disciplines, sociologie, anthropologie, agronomie, biogéographie, pour partie à la diversité des contextes scientifiques en France et au Brésil. La progression de l’articulation interdisciplinaire est montrée comme un processus alliant la construction d’une problématique, la formulation de questions transversales et d’hypothèses communes, qui se sont affinées au cours des diverses phases de la recherche. Celle-ci s’est déroulée sur un temps inhabituellement long (douze ans !), et a été menée à différentes échelles spatiales. Elle a associé une phase de reconnaissance écologique et sociale à l’échelle régionale, relativement courte, et une phase longue de suivi et de comparaison de deux groupes de petits agriculteurs.

3Les études de terrain à l’échelle régionale ont permis de caractériser le contexte de semi-aridité et ses conséquences sur les sols et la végétation. L’histoire agraire de cette région, très tôt liée à l’histoire du Brésil, est retracée ainsi que les tendances évolutives récentes de l’agriculture régionale. Une analyse des représentations sociales liées aux sécheresses donne un autre éclairage des conséquences écologiques et sociales de la semi-aridité.

4En nous concentrant sur trois communes de cette région, nous nous sommes employés à définir conjointement des unités spatiales caractérisées par des descripteurs écologiques (végétation, sols, formes d’érosion), des types d’utilisation du sol et les systèmes de production qui leur sont associés. Des inventaires floristiques et une étude diachronique de photographies aériennes ont précisé les différents types de caatingas, leur biodiversité et le rôle des conditions de milieu et des activités humaines dans cette diversité et dans cette évolution. Au cours de cette reconnaissance régionale, une opposition majeure s’est dessinée entre un système agro-pastoral traditionnel, conduisant à une dégradation de la caatinga, et un système « modernisé », fondé sur l’irrigation de cultures de rente, avec pour conséquence principale la salinisation des eaux et des sols, dualité qui explique le titre de cet ouvrage.

5Afin d’approfondir notre compréhension de ces relations entre systèmes écologiques et systèmes sociaux, nous avons réalisé un suivi associant enquêtes sociologiques et mesures écologiques, pendant douze ans, dans deux groupes contrastés d’agriculteurs familiaux, représentant ces « deux visages du Sertão » :

  • dans le hameau du Ligeiro des petits éleveurs, ancrés sur le système agropastoral traditionnel,
  • dans le village de Ribeira des planteurs d’ail irrigué, exemplaires de la modernisation de l’agriculture nordestine, via l’irrigation.

6Notre première hypothèse était qu’il existait des interactions entre ces deux stratégies paysannes, leurs conséquences écologiques, et les représentations de la nature dans ces deux groupes.

7Ces groupes présentaient de plus la particularité d’être organisés en « Communauté » ou en « Association », regroupant les différents habitants des deux lieux-dits et leurs parents. Notre deuxième hypothèse était que cette organisation sociale représentait un atout pour renforcer la « résistance » de ces petits agriculteurs face aux sécheresses.

8Notre objectif était d’arriver à un diagnostic sur les dynamiques sociales et écologiques à l’œuvre ainsi que sur leur signification à plus long terme quant à la conservation des ressources renouvelables et de la biodiversité, et la reproduction des groupes sociaux.

9Ainsi, la communauté de Ligeiro réunit un groupe de petits éleveurs, descendants d’un ancêtre commun. Le mouvement de concentration foncière, accompagné de l’enclosure de la caatinga, auparavant libre d’accès pour tous, a conduit ces dix familles à des stratégies évolutives dans le temps, ayant comme point commun le maintien de l’activité d’élevage, symbole d’un certain statut social, et associée à la polyculture.

10Ce choix a eu comme conséquence une forte mobilisation des terres collectives pour l’alimentation des troupeaux et la fourniture de bois, conduisant à une dégradation de la caatinga. Malgré cette tendance historique, le territoire exploité par ces familles offre des ressources intéressantes, que nous avons cherché à inventorier et dont nous avons cerné les usages. Le suivi des ressources pastorales a montré la forte vulnérabilité de l’activité d’élevage à l’irrégularité climatique ; les expérimentations, menées hélas sur un pas de temps trop court, ont indiqué les potentialités d’évolution de la caatinga en défens. Il a en outre mis en évidence l’existence d’une régulation sociale du surpâturage : les éleveurs les plus favorisés retirent leurs bovins, lors des mauvaises années, vers d’autres terres (en propriété ou en location), pérennisant ainsi la cohésion du groupe face aux pressions extérieures (les grands propriétaires voisins profitent des sécheresses pour acquérir les terres des paysans les plus fragiles). Ce suivi a également concerné les activités agricoles, complémentaires de l’élevage, elles-mêmes évolutives (choix de cultures, pratiques) en fonction du contexte climatique et (ou) socio-économique.

11L’existence d’une structure communautaire, favorisée au départ par un organisme de développement, renforce les liens de solidarité au sein du groupe de dix familles. L’élargissement récent de cette communauté aux voisins et collatéraux permet au groupe d’être identifié comme un interlocuteur vis-à-vis du pouvoir local et d’envisager des liens de solidarité dans le cadre d’un groupe social plus large. Toutefois, malgré la capacité d’adaptation et la cohésion de ce groupe, un bilan à long terme montre que seuls quelques enfants de chaque génération se maintiennent à la terre, la situation étant encore incertaine pour les jeunes d’aujourd’hui.

12Le groupe des planteurs d’ail de Ribeira illustre quant à lui une stratégie de modernisation et d’intensification via l’irrigation, encouragée par les politiques de développement rural depuis plusieurs années. La présence d’une rivière semi-pérenne a permis aux paysans de s’orienter vers la production d’ail irrigué, dès le début du XXe siècle, stratégie qui a pallié le morcellement foncier. Cette « tradition » leur a valu d’être choisis par les organismes de développement et de coopération, qui ont implanté un programme d’intensification de la culture à la fin des années 1970.

13Toutefois, assez rapidement, se posèrent des problèmes de salinisation des eaux et des sols, dont les causes sont complexes et enchevêtrées : surexploitation locale de la ressource, sensibilité de certains sols, diminution des ressources hydriques à l’échelle du bassin hydrographique en raison de la multiplication des barrages. À long terme, la poursuite de la culture conduit à un appauvrissement chimique des terres stratégiques situées à proximité de la rivière, comme le montre notre suivi.

14Ces problèmes d’ordre écologique sont rendus plus aigus du fait des limites de rentabilité de la culture, assurée par une sous-rémunération des travailleurs familiaux, ainsi que par les contrats léonins de fermage que sont contraints d’accepter ceux dont les terres familiales sont salinisées. Ces crises à répétition sont amorties par la migration vers les villes, la pluri-activité, et par l’Association Ribeirine des Planteurs d’Ail (Arpa), qui après avoir activement participé à l’intensification de la culture, recherche aujourd’hui des alternatives à l’ail.

15Cette analyse sur le long terme, menée en interdisciplinarité dans ces deux cas contrastés, permet de mesurer les conséquences sociales et écologiques des stratégies paysannes, et notamment de relativiser la pertinence de notre hypothèse de départ, à savoir une opposition entre une gestion conservatoire (chez les éleveurs) et une gestion prédatrice des ressources (chez les planteurs d’ail). Au-delà des différences de stratégies paysannes, ces deux groupes sont confrontés à un même problème, lié aux fortes inégalités sociales imprégnant la société brésilienne, et particulièrement la région Nordeste, la plus déshéritée. Les représentations de la Nature recèlent, dans chaque groupe, leur part d’ambiguïté entre une vision dominatrice de l’action de l’homme sur la nature, doublée au Brésil d’une confiance dans l’infinité des ressources naturelles, et une vision d’un bon usage, modéré, de la nature. Il n’en reste pas moins que certaines solidarités entre les membres des communautés disparaissent avec l’orientation vers les cultures de rente, et que ce durcissement des relations sociales a des conséquences sur l’exploitation des ressources naturelles, dont la dimension patrimoniale est dès lors un peu oubliée. Le statut foncier de ces ressources et son rôle dans l’identité des groupes sociaux jouent un rôle très important dans ce processus. Certaines évolutions des ressources interviennent toutefois à des échelles échappant totalement à leur contrôle, ce qui est notamment le cas des ressources hydriques.

16L’organisation en communauté ou association constitue un atout en terme de visibilité sociale, mais n’est pas exempte d’ambiguïtés (alliance avec le pouvoir local, émergence de « familles-leaders » plus ou moins légitimes...). Cette organisation constitue un point d’appui pour la construction, l’achat ou l’obtention d’un certain nombre d’infrastructures et de matériel, auquel n’auraient accès individuellement aucun agriculteur, faute de garantie foncière suffisante.

17L’accès à certains programmes de développement s’en trouve facilité, même si leur cadre est souvent limité à la sphère technique. Les organismes de développement, lorsqu’ils s’intéressent aux couches de la petite paysannerie, proposent des « paquets technologiques » dont la durabilité économique, sociale et écologique n’est guère vérifiée. Ils sont également imprégnés de certains préjugés quant aux « contraintes naturelles » de la région, la nature semblant vue comme un obstacle au développement (ex. « résoudre » la sécheresse par la politique du tout-irrigation, ou par la canalisation du seul fleuve pérenne de la région, le São Francisco).

18Pourtant, l’accompagnement de ces communautés montre qu’au-delà des problèmes rencontrés, existent de réelles potentialités écologiques mais aussi humaines : les groupes sociaux sont dépositaires d’un savoir sur la Nature qui leur a permis de se maintenir à la terre, sans être opposés au progrès, comme le croient aisément les organismes de développement, à condition toutefois que celui-ci ne les fragilise pas encore plus...

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search