Version classiqueVersion mobile

Les deux visages du Sertão

 | 
Marianne Cohen
, 
Ghislaine Duqué

Partie 1. Choix méthodologique et cadre géographique

Une région semi-aride : le Carirí de la Paraíba

Texte intégral

Fig. 2 – Principales régions de l’État de la Paraíba

Tableau 3 – Principaux caractères des régions de la Paraíba

1L’État de la Paraíba est divisé en grandes zones écologiques, regroupant plusieurs régions, dont le Carirí (fig. 2 et tabl. 3). Depuis la côte, on observe, en direction de l’ouest, un gradient décroissant de précipitations. Le domaine semi-aride recouvre le Sertão, le Seridό et le Carirí, ainsi que l’ouest de l’Agreste. Domaine de la caatinga, il est principalement consacré à l’élevage extensif. L’Agreste et le Brejo jouissent d’un climat plus humide, en particulier le Brejo, qui forme une barrière orographique ; l’élevage et l’agriculture y sont largement développés dans de petites et moyennes exploitations, et les densités démographiques rurales les plus élevées de l’État y sont observées. Enfin le Litoral, où se situe la capitale João Pessoa, est le domaine des grandes propriétés de canne à sucre, culture qui a largement remplacé la forêt atlantique humide (Ceget et al., 1980 ; Gonçalves Egler et al., 1985 ; IBGE, 1998 a).

2Le Carirí de la Paraíba est une dépression située aux alentours de 500 m d’altitude. De forme allongée, elle est encastrée dans le plateau de la Borborema et bordée de serras (reliefs entre 500 et 1 000 m). Elle est localisée sur le haut et moyen cours du Paraíba du Nord. Ses paysages sont dominés par la caatinga, la « forêt blanche » du domaine semi-aride, que viennent interrompre les cultures pluviales dans les bas-fonds. C’est la région des plus faibles densités démographiques de la Paraíba, dont l’habitat rural est assez dispersé (ex. Cabaceiras : densité de 5,3 hab./km2).

Contraintes naturelles et potentialités : un bilan

Un climat semi-aride prononcé

3La situation géographique du Carirí explique la semi-aridité de son climat. Aux températures toujours chaudes des basses latitudes (23-24 °C de moyenne annuelle) sont associées de faibles pluies, concentrées sur quelques mois, ensemble de facteurs entraînant un important déficit hydrique (Aguiar et Grabois, 1980). Le Carirí, qui fait partie de la « Diagonale sèche » (fig. 3), ne reçoit qu’affaiblis les deux flux humides à l’origine des pluies régionales, le premier en provenance du nord-ouest et le second du sud-est. De mars à mai, la migration de la convergence intertropicale, de direction NO-SE, est porteuse des plus grosses pluies carirenses ; de juin à juillet, la pénétration des alizés de SE provoque d’abondantes pluies sur le littoral et sur le contrefort oriental du plateau de la Borborema, le Brejo, où le flux humide se décharge en grande partie, n’atteignant que peu le Carirí. En effet, les reliefs délimitant la dépression du Carirí sont perpendiculaires à la direction des flux humides : à l’effet de localisation en « bout de course » des flux, s’ajoute donc celui d’une position sous le vent, expliquant la diminution des précipitations qui n’atteignent que 304 mm à Cabaceiras (Varejão Silva et al., 1984).

Source : MOLINIER, CADIER et GUSMÄO, 1989
Fig. 3 - Le Carirí dans le domaine semi-aride nordestin (isohyètes 1912-1983)

4La situation par rapport aux flux humides ainsi que la dénivellation plus ou moins marquée des reliefs bordiers induisent des nuances intra-régionales. La partie occidentale est plus arrosée (613 mm à Monteiro, 561 mm à Sumé) que la partie orientale (304 mm à Cabaceiras, 386 mm à São João do Carirí). De ce fait, on observe un gradient climatique entre un climat qualifié de semi-aride accentué ou xérique selon les auteurs à l’ouest et un climat subdésertique à l’est (classification de Hargreaves et classification de Köppen, cf. Varejão Silva et al., 1984). La période favorable à la végétation se réduit également d’ouest en est, avec la diminution des pluies et l’augmentation de l’évapotranspiration (fig. 4).

5La semi-aridité est encore aggravée par l’irrégularité interannuelle et intra-annuelle des pluies, dont les conséquences sur la production primaire (crû annuel de la végétation), en particulier sur la céréaliculture et sur l’herbe de certains parcours, sont catastrophiques. Cette irrégularité se manifeste par la réitération de grandes sécheresses, tous les neuf à dix ans, liées à des anomalies de la température de surface de l’océan Atlantique (Servain, 1989), mais aussi par une distribution capricieuse des chutes de pluies lors des saisons pluvieuses.

Source statistique : VAREJÄO SILVA et al., 1984
Fig. 4 - Précipitations, évapotranspiration et période de végétation active d’ouest en est dans le Carirí

6La figure 5 détaille les pluies enregistrées au poste pluviométrique de Ligeiro au cours de sa période de fonctionnement (installation en 1983 jusqu’à aujourd’hui, grâce au Dr Antonino). On y observe nettement la variabilité des hivernages (maxima : 1985, minima : 1983 et 1993). Au niveau de chaque hivernage, l’allure bimodale (deux pics inégaux) de la courbe est liée à la dynamique atmosphérique régionale (succession de deux flux humides générant des pluies).

Fig. 5 - Pluies mensuelles - Poste de Ligeiro - Période 1983-1996

7La figure 6 met en rapport, mois par mois, le coefficient de variation des pluies (CV % = 100 x écart-type/moyenne des précipitations), le maxima pluviométrique absolu et la probabilité en % pour qu’un mois soit totalement sec, dans les mêmes stations que la figure 4. On remarque que la plus forte incertitude concerne la fin de la saison sèche (novembre à janvier), époque à partir de laquelle peut se déclencher l’hivernage. L’apogée de ce dernier est néanmoins plus tardive (mars-avril). La différenciation régionale esquissée plus haut est confirmée, notamment l’augmentation de la variabilité des pluies d’hivernage (de février à juin) et du risque de mois sec ainsi que la diminution des maxima absolus d’ouest en est.

Source : VAREJÄO SILVA et al., 1984
Fig. 6 - Variabilité des pluies d’ouest en est dans le Carirí : coefficient de variation (%), probabilité des pluies nulles (%), pluies maximales (mm)

Fig. 7 - Répartition des types d’hivernage (São João do Carirí, 1931-1983)

8La figure 7 montre, pour la station de São João do Carirí, voisine du Ligeíro, la diversité des hivernages pendant un demi-siècle. Plusieurs types ont été distingués, allant de l’année pluvieuse jusqu’à l’année très sèche (variabilité interannuelle), en passant par la sêca verde, caractérisée par une interruption des pluies pendant l’hivernage, fatale à la fructification des cultures (variabilité intra-annuelle). L’analyse en termes de fréquence montre la relative rareté (1 année sur 5) des bonnes années (pluies abondantes > 100 mm/mois et réparties sur trois mois au moins). Concernant la périodicité des grandes sécheresses, l’analyse des données indiquerait neuf à dix ans en moyenne entre chaque année très sèche. À l’intérieur de ces périodes de dix ans, on observe des alternances entre deux années médiocres et une bonne année. Le tableau 4 détaille les conséquences agronomiques et écologiques des types d’hivernage, d’après nos observations et mesures de terrain (date indiquée entre parenthèses) et nos enquêtes auprès des populations.

Sols et végétation : des ressources limitées, mais de qualité

9Les climats actuel et ancien permettent de comprendre les caractères géomorphologiques et pédologiques de la région. La dépression, à une altitude moyenne de 500 m, correspondrait à un niveau inférieur de la surface d’aplanissement sud-américaine. Sa formation résulte selon Ab’saber (1969, 1977) et Mabesoone (1972, 1975) d’oscillations plus sèches du paléoclimat. Le relief présente des ondulations peu marquées sur gneiss et micaschistes, les intrusions granitiques et quartziques sous-tendant des reliefs résiduels, isolés ou alignés. La partie occidentale du Carirí a une topographie légèrement plus mouvementée, avec un réseau hydrographique plus dense que la partie orientale.

Types d’hivernage

Répartition des pluies

Conséquences agro-écologiques

Année très sèche

Pm < 60mm et discontinues

Aucune récolte ni fourrage possible (1993)

Année sèche

30 > Pm < 100 mm pendant 3 mois minimum

Pas de récolte, un peu de fourrage arboré

Sēca verde

1 mois de pluies > 100 mm

Pas de récolte. Un peu d’herbe et de feuilles

Sēca verde bímodale

1 mois sec entre 2 mois pluvieux (Pm > 100 mm)

Récolte médiocre, mais pousse de l’herbe (1987)

Hivernage écourté

Début ou fin de saison médiocre (30 > Pm < 100 mm), 1 mois pluvieux (Pm > 100 mm)

Récolte assez mauvaise, mais pousse de l’herbe (1991)

Hivernage moyen

Au moins 2 mois bien pluvieux (Pm > 100 mm)

Meilleurs résultats agricoles (1989)

Bonne année

Au moins 3 mois de suite où Pm > 100 mm, encadrés par des mois assez pluvieux

Bonne année pour le fourrage, risque d’engorgement des terres basses (1988)

Année pluvieuse

3 mois ou plus pluvieux (100-200 mm) à très pluvieux (Pm > 200 mm)

Beaucoup de fourrage, pertes de cultures par excès d’eau (1986), érosion (1985)

Tableau 4 – Types d’hivernages et leurs conséquences agro-écologiques

Paysage du Carirí : les reliefs résiduels granitiques émergent des plateaux gneissiques

10Les types de sols rencontrés varient selon la roche mère. Peu évolués et sableux sur granite, ils sont superficiels sur les plateaux (lithosols < 50 cm), mais sur les reliefs résiduels, ils forment de grandes poches entre les boules granitiques et retiennent bien l’eau. Sur les roches métamorphiques, les sols deviennent sablo-argileux ou argilo-sableux (sols bruns non calciques < 70 cm).

11Les caractères physiques et chimiques de ces sols présentent avantages et inconvénients. Ainsi, sur les roches métamorphiques, les sols sont riches en éléments minéraux (Jacomine et al., 1972 ; Ceget et al., 1980). Mais si la roche est plus alcaline et l’argile gonflante (montmorillonite), ces sols, surtout en profondeur, là où les argiles s’accumulent, tendent à s’indurer et à se fendre en saison sèche. Leur structure prismatique indique la tendance au vertisme, conséquence des forts contrastes entre saison sèche et saison des pluies sur ces matériaux argileux gonflants. En revanche, en surface, la structure du sol offre une bonne résistance à l’érosion, à condition que la couverture végétale soit conservée (Leprun, 1989) et sauf circonstances climatiques exceptionnelles (ex. 1985). Lorsque les disponibilités en eau augmentent, comme sur les berges du lac collinaire de Boqueirão, les sels mis en solution remonteront en période sèche et les sols auront tendance à la salinisation.

12Enfin, la semi-aridité du climat ralentit l’évolution des sols, freine la décomposition et l’intégration de la litière qui se dépose en début de saison sèche, ce qui explique leur faible teneur en matière organique, mais aussi leur faible lessivage.

13La végétation du Nordeste semi-aride est la caatinga. Au-delà de son étymologie, ce terme désigne des formations végétales de physionomie assez variée, plus ou moins arbustives et ouvertes selon les cas. Cette formation est caractérisée par la présence d’espèces caducifoliées, souvent spinescentes, associées à des cactacées, des broméliacées et diverses xérophytes (Lima, 1954 ; Emperaire, 1987). Elle se présente sous une forme moins appauvrie dans le Carirí que dans d’autres régions semi-arides de l’État de la Paraíba (Gonçalvez Egler et al., 1985). Sous sa forme forestière, elle est bien mieux développée que les formations végétales d’autres régions semi-arides, comme le Sahel, car elle atteint une production végétale de l’ordre de 5 tonnes/ha, pour une pluviométrie de 800 mm (Unesco, 1981). Outre la récurrence d’années plus humides que la pluviométrie normale, les nombreuses formes d’adaptation de ces espèces forestières doivent probablement jouer un rôle favorable.

14Le caractère adaptatif le plus marqué est la chute des feuilles durant la saison sèche.

15— Cette caducité est un mécanisme de résistance à la sécheresse, certains végétaux développant des « stratégies compensatoires » diverses durant la saison des pluies. Selon les espèces, la chute des feuilles est plus ou moins précoce.

16— La caducité n’est pas, pour certaines espèces ligneuses, un rythme endogène, ce qui donne à penser qu’elles ne sont pas strictement xérophiles.

17— Lorsqu’elles sont en feuilles, les plantes de la caatinga ont, semble-t-il, la faculté de limiter leur transpiration plus rapidement que les plantes du cerrado (Emperaire, 1987).

Le facheiro barbudo, une des cactacées les plus typiques du Carirí

Des plantes épiphytes (ici un Tillandsia) s’installent sur les branches des arbres. Elles sont bien visibles en saison sèche lorsque les feuilles de leur hôte sont tombées

18Rappelons les principales autres formes d’adaptation de cette végétation à la sécheresse :

  • La présence de réserves d’eau dans les tissus des plantes, comme les broméliacées et les cactacées (Lima, 1972 ; Koechlin, 1980). Cette eau peut être localisée dans les organes souterrains, comme dans le cas de la racine de l’umbuzeiro ou encore dans les branches et les troncs du pinhão bravo, toutes ces plantes étant fréquentes dans le Carirí de la Paraíba ;
  • la réduction de la taille des feuilles, certaines espèces, comme la catingueira présentant un polymorphisme lié aux conditions édapho-climatiques (Luetzelburg, 1923 ; Koechlin, 1980 ; Aguiar et Cohen, 1987) ; la réduction des entre-nœuds (ex : la quixabeira) ; la présence d’épines, caractère peu répandu dans la flore régionale, mais très marquant dans la végétation, en raison de la dominance, notamment, des mimosacées ;
  • l’abondance des plantes annuelles dans la strate herbacée, comme les capim panasco, est une forme d’adaptation radicale à la sécheresse, la plante ne possédant pas d’adaptation morphologique, mais passant la saison sèche sous forme de semences. Cette espèce appartient au genre Aristida, graminées adaptées aux écosystèmes à bilan hydrique défavorable (Unesco, 1981) ;
  • certaines plantes mettent à profit l’humidité de l’air qui reste non négligeable même en saison sèche (Koechlin, 1980). Citons ainsi les cactacées dont l’abondance est liée à l’humidité de l’air (Unesco 1981) et surtout les épiphytes, bien représentées par des Tillandsia.

19Dans le Carirí, la formation végétale dominante est une caatinga arbustive caducifoliée avec de nombreuses cactacées et broméliacées. Elle est considérée par Duqué (1980 a) comme la plus xérophile des caatingas nordestines. Certaines nuances intrarégionales sont discernables, de la même manière que pour les sols, en raison des gradients topographique et climatique.

20Dans la partie occidentale, de topographie plus disséquée et de pluviométrie plus abondante, prédominent des sols superficiels sableux sur les reliefs résiduels et des sols sablo-argileux plus profonds sur les plateaux. La caatinga prend un aspect moins xérophile, les cactacées et notamment le xique-xique, étant moins fréquentes (Aguiar et Cohen, 1987) et les arbres plus hauts (Lira, 1979). On se rapproche d’un type forestier (Gomes, 1980 c) ou des caatingas arborées définies par Luetzelburg (1923), lorsque les conditions écologiques sont favorables et la pression anthropique peu accentuée, comme nous l’avons observé dans le bois de Desterro, à proximité de Monteiro, en défens depuis cinquante ans (Aguiar et Cohen, 1987).

21Dans la partie orientale, la topographie est plus plane, le réseau hydrographique moins dense. Les bas-fonds, où les effets de la sécheresse sont « tamponnés », sont donc moins étendus et fréquents, ce qui aggrave l’incidence de la faible pluviométrie. Aux sols superficiels sur roche intrusive sont souvent associés, sur les plateaux, des sols ayant tendance au vertisme, dans l’ensemble assez peu profonds (40-70 cm). Lors de notre reconnaissance régionale en 1985, année exceptionnellement pluvieuse, on a remarqué de nombreuses marques d’érosion, voire des ravineaux d’un demi-mètre de profondeur. Dans ces conditions écologiques sévères, la caatinga est de faible hauteur, peu dense, de type essentiellement arbustif. Les formations plus hautes et plus riches en espèces sont reléguées sur les reliefs résiduels, sorte de petits châteaux d’eau avec leurs grandes poches de sols entre les blocs de granit, historiquement moins exploités par l’homme. L’étude menée dans la commune de Serra Branca précise la composition botanique et l’ambiance écologique de ces différents types de paysage.

Les systèmes agraires

22La colonisation portugaise du Sertão brésilien, et notamment du Carirí, a commencé aux XVIIIe et XIXe siècles. Elle visait à couvrir les besoins en viande des villes côtières, qui ne pouvaient être satisfaits sur le littoral, spécialisé dans la culture de la canne à sucre (Andrade, 1980). Les ressources naturelles de la caatinga ont donc d’abord été utilisées par les colons pour l’élevage extensif.

23De vastes domaines furent octroyés par la Couronne, dont les bénéficiaires, les coroneis, avaient pouvoir de lever une armée et de faire régner l’ordre sur leurs terres, cette tradition de fort pouvoir local étant aujourd’hui encore prégnante dans les rapports sociaux et dans la structure foncière, très inégalitaires. Mais le peuplement proprement dit du Sertão a été le fait, outre des Indiens — les groupes Karirí et Choco étaient encore présents dans la région au XVIIIe siècle —, des colons — hommes libres fuyant l’esclavage de la canne à sucre — et de quelques esclaves.

24L’ensemble du Carirí et les marges orientales de l’Agreste faisaient partie à l’origine d’un même domaine (sesmaria), concédé en 1665 à la famille Oliveira Ledo, dont l’un des descendants fondera la fazenda de Cabaceiras au XVIIe siècle (Marques, 1994). Puis ce domaine fut partagé en datas (concessions impériales), elles-mêmes partiellement morcelées au fur et à mesure de la colonisation et de la croissance démographique, au cours des XVIIIe et XIXe siècles. À partir de la fin du XIXe siècle, avec la guerre de Sécession, la région se spécialise dans la production de coton. Dans le système de production traditionnel, les plateaux couverts de caatinga sont consacrés au pâturage, les terres agricoles bien drainées à la cotoniculture et les terres de bas-fonds aux cultures de subsistance (maïs associé au haricot), les résidus de cultures étant mis à profit pour l’alimentation animale durant la saison sèche (Andrade, 1980).

25La surface moyenne des exploitations n’est plus aujourd’hui que d’une soixantaine d’hectares, le morcellement se poursuivant à chaque génération, tous les enfants d’une famille en héritant une part allant de la rivière au tabuleiro. La partie ouest du Carirí est mieux mise en valeur par l’agriculture de subsistance que la partie orientale, en raison du réseau hydrographique plus dense et de la profondeur accrue des sols. D’autres facteurs interviennent encore dans cette différenciation régionale, comme la concentration foncière plus marquée à l’est (Grabois et al., 1985) : la taille moyenne des exploitations, 54 ha, est sensiblement inférieure à l’ouest, par rapport à l’est, 86 ha (IBGE, 1998 a).

26Ces chiffres moyens recouvrent en fait une structure foncière fortement inégalitaire (fig. 8), phénomène plus accentué dans le Carirí que dans l’ensemble du Brésil, et dont les conséquences sont particulièrement tragiques dans un contexte semi-aride. Plus de 65 % des exploitations ont en effet accès à moins de 10 ha alors que, compte tenu des potentialités agricoles des terres, nous évaluons de 30 à 50 ha la surface nécessaire à une exploitation familiale viable (Duqué et al., 1983 ; Duqué, 1986), l’Incra allant jusqu’à 100 ha pour sa part.

27Deux facteurs aggravent cette situation foncière : d’une part, les meilleures terres de bas-fonds sont souvent accaparées par les grands propriétaires qui font pression sur les petits paysans étranglés par la sécheresse pour en acheter toujours davantage ; d’autre part, les petits producteurs ne disposent pas de capital pour doter leurs exploitations de l’infrastructure nécessaire et n’ont pas accès au crédit bancaire, faute de garanties foncières suffisantes.

Source : IBGE. 1998
Fig. 8 - Structure foncière dans le Carirí

28De plus, le processus de modernisation, impulsé par l’État et amorcé depuis une vingtaine d’années, a préférentiellement bénéficié aux grands éleveurs, dans la logique d’un système politique marqué par le clientélisme. Ceci explique, à l’est, la fréquence plus marquée des cultures fourragères et des reboisements d’algaroba, une légumineuse arborée importée du Chili, et l’abandon plus précoce de la culture du coton arbustif, ce secteur étant en crise depuis plusieurs années (Duqué et al., 1983). Depuis 1986, cet abandon se généralise du fait de la contamination des plantations par le bicudo. L’intensification de l’élevage s’est traduite également par une augmentation du cheptel et un mouvement d’enclosure qui a commencé autour des années 1973-1975 (Duqué et al., 1983). De grands secteurs de caatinga, autrefois accessibles au cheptel des petits et moyens producteurs, sont actuellement exclusivement réservés à leurs propriétaires.

29Ces mutations n’ont pas été sans conséquences sur les formes de travail, le système traditionnel du morador (sorte de tenancier) au service du grand propriétaire étant peu à peu remplacé par d’autres formes de relations de travail : location de terre, rétribution au pourcentage de la récolte, salariat occasionnel... (Brumer et al., 1991). Ces formes correspondent à des statuts fonciers précaires : fermiers, parceiros, occupants sans titre, catégories représentant 24 % des exploitations (IBGE, 1998 a). La main-d’œuvre, familiale à 82 % (IBGE, 1998 a), représente moins de 5 personnes dans 77 % des exploitations (FIBGE, 1989). Le Nordeste regroupe d’ailleurs à lui seul plus de la moitié des exploitations familiales du Brésil, soit 4 millions (FAO/Incra, 1996).

30La situation des petits producteurs est devenue de plus en plus précaire durant la période récente, comme l’ont illustré spectaculairement les migrations et les souffrances provoquées par la grande sécheresse de 1979-1984, mais aussi la recherche de stratégies substitutives de subsistance, comme la coupe de bois de chauffe et la production de charbon de bois, également favorisées par le gonflement de la demande urbaine. Certes, après la sécheresse, ces prélèvements ont diminué, mais leur niveau encore assez élevé laisse penser que ces stratégies font désormais partie intégrante du système de production de certains agriculteurs. Or, cette dimension « extractiviste » des systèmes de production pose problème en raison de la fragilité du milieu naturel.

Sacs de charbon de bois déposés sur la chaussée dans l’attente du chargement sur un camion (village du Carirí, 1986)

31Enfin, à coté de ce double mouvement, intensification de l’élevage bénéficiant aux catégories supérieures de propriétaires fonciers et marginalisation économique des autres, le secteur agricole a amorcé une timide modernisation par le développement, encore limité, des cultures maraîchères irriguées. L’irrigation est développée soit dans le cadre des périmètres irrigués du DNOCS, comme à Sumé, soit par des petits propriétaires regroupés en association, comme à Ribeira, soit encore par de petits producteurs isolés, comme ceux qui louent des terres au bord de la retenue de Boqueirão. Ces modèles de développement sont toutefois assez vulnérables face aux fluctuations des marchés et aux étiages d’un réseau hydrographique défaillant.

32La grande sécheresse de 1979-1984 a joué un rôle d’accélérateur des processus de mutation. Avec ses conséquences écologiques et agronomiques sévères, elle a mis en lumière les contradictions latentes du système de production traditionnel. De nombreux agriculteurs, dont la marge de manœuvre était réduite — en termes de disponibilité en terres, en main-d’œuvre, mais aussi en termes d’organisation familiale, d’accès aux projets officiels dans le système clientéliste —, durent vendre leurs terres, ce qui n’a fait qu’accélérer le processus de concentration foncière, fragilisant encore plus les petits producteurs ayant pu se maintenir à la terre. Ainsi, dans la commune de Serra Branca, un grand propriétaire, arrivé dans les années cinquante, possédait environ 3 500 ha avant la sécheresse, 12 000 ha en 1983 et 17 000 ha en 1987.

33Les programmes gouvernementaux de solidarité n’ont pas rétabli l’équilibre, car chaque catégorie de la population rurale a bénéficié d’une aide spécifique. Ainsi, les grands propriétaires ont pu valoriser leurs terres grâce aux subventions pour le reboisement en algaroba ou aux financements de projets de développement de l’élevage. De plus, les travaux réalisés dans le cadre des programmes d’urgence (Frente de emergēncia) par les victimes de la sécheresse (améliorations diverses, construction de clôtures, de retenues d’eau, etc.) ont souvent été effectués sur leurs propriétés, grâce à leur influence politique. Seule une minorité de petits et moyens producteurs eut accès à des programmes de développement rural, comme le Sertanejo, la grande masse des sinistrés bénéficiant seulement du programme d’urgence.

34Ces mutations sociales et économiques ont eu pour effet une certaine intensification de l’exploitation des ressources naturelles ce qui, dans les conditions écologiques particulièrement sévères du Carirí, et compte tenu de l’irrégularité climatique, n’est pas sans créer de sérieux problèmes : déboisements abusifs pour la production de charbon ou la coupe de bois ou pour replanter de l’algaroba, plantations à leur tour infestées de sauterelles, surpâturage sur les plateaux, risque de salinisation des sols en raison d’une irrigation mal conduite, etc. Rappelons que Vasconcelos (1986) allait jusqu’à parler d’un processus de désertification dans le Nordeste. Ce diagnostic est probablement exagéré, mais les problèmes n’en sont pas moins réels.

35Malgré tout, dès la fin de la sécheresse, on a assisté à un mouvement de retour à la terre des petits propriétaires, poussés à la migration lors du fléau. Cette augmentation des minifundios (0-10 ha) s’inscrit dans une tendance nationale de repli sur l’agriculture de subsistance en période de crise économique (Martine, 1989), qui s’est tassée dans les années quatre-vingt-dix (IBGE, 1998 a). Le problème de la survie de ces exploitations, toujours plus petites (moins de 3 ha en moyenne !), possédant des troupeaux de plus en plus symboliques, se pose ainsi de façon accentuée, quels que soient les aléas de la conjoncture...

Représentations sociales de la sécheresse

36Les représentations sociales de la sécheresse constituent un élément important pour comprendre les stratégies paysannes. La sécheresse est en effet la plus forte contrainte naturelle que les paysans affrontent et que leurs stratégies tentent de surmonter ou, plus modestement, de contourner

« [C’est à partir des] systèmes de représentations... que les membres d’une société se font de leur environnement... qu’ils agissent sur [lui]” (Godelier, 1984).

37L’analyse des discours des producteurs sur la sécheresse et la pluie révèle la complexité des représentations sociales sur le climat. Il ne s’agit pas d’une opposition manichéenne entre un phénomène négatif (la sécheresse) et un autre positif (la pluie), car chaque « catégorie » comporte une hiérarchie. Nous proposons, en contrepoint, des interprétations de ces catégories, en faisant appel à nos recherches d’ordre naturaliste.

38Ainsi, les gens distinguent les pluies qui permettent ou non de planter, qui font germer l’herbe ou débourrer le marmeleiro, un arbuste précoce. À l’opposé, la sécheresse peut signifier la saison sèche, l’estiagem, c’est-à-dire l’interruption habituelle des pluies pendant la période que les gens appellent l’été (verão). Les catégories inverno (hiver) et estiagem (été) sont employées par les paysans. D’un point de vue climatique, on ne peut pas parler d’hiver et d’été au vu des faibles amplitudes thermiques annuelles dues à la latitude.

39Le mot de sēca (sécheresse) semble plutôt utilisé lorsque le phénomène est plus prononcé, et divers adjectifs en préciseront le sens. On parle de sēca verde (sécheresse verte) si les pluies s’arrêtent après que la végétation ait reverdi, mais avant qu’elle n’ait eu le temps de pousser et de fructifier (par exemple en 1987) ; la Sēca, la majuscule voulant rappeler l’emphase du ton, signifie que les pluies ont été insuffisantes, cela pouvant se reproduire plusieurs années d’affilée, comme ce fut le cas pendant la Grande Sēca de 1979 à 1984.

40Le climat est vécu comme une alternance de deux catégories bien définies : les années bonnes et les années mauvaises. « L’année bonne, c’est quand il pleut assez... tout le monde y gagne, on est en bonne santé... le bétail augmente... on n’a pas besoin de vendre... On a du mal à trouver un travailleur ». La définition de l’année mauvaise est plus complexe. La typologie populaire distingue « l’année faible, mauvaise pour l’agriculture, l’année sèche, mais où on s’est tout de même tiré d’affaire, de l’année qui a été zéro, où on n’a rien eu ». Cette hiérarchie des années mauvaises se réfère à l’étendue du déficit de la production primaire : cultures et végétation spontanée.

41— L’« année faible » est celle où la production agricole, hypersensible aux aléas climatiques (cultures exigeantes en eau, pas de possibilités d’irrigation) est affectée.

42— 1987 est un exemple d’« année mauvaise pour l’agriculture » : avec la sēca verde, presque toutes les cultures ont été perdues, mais on a cependant eu un peu de pâturage naturel. Ces hivernages interrompus se sont produits dix-huit fois au cours de la période de soixante-six années étudiée (1931-1997).

43— « L’année sèche, mais où on s’est tout de même tiré d’affaire » pourrait correspondre aux hivernages « écourtés » ou « moyens », caractérisés par un début ou une fin d’hivernage peu pluvieux.

44— « L’année qui a été zéro, où on n’a rien eu » correspond à des années très sèches (pluies très faibles, pluies non continues, comme en 1993), et éventuellement à des années sèches (fig. 7).

45Les années mauvaises sont donc celles où non seulement l’agriculture n’a rien donné, mais où l’herbe n’a pas poussé dans les pâturages naturels. Dans les cas les plus extrêmes, seules les cactacées (spontanées ou cultivées) résistent au déficit hydrique. Les stocks de mais, tombés au plus bas, suffisent alors à peine à l’alimentation humaine et il faut acheter presque toute l’alimentation du bétail. L’année vraiment mauvaise signifie donc « vendre les animaux pour faire le marché et pour acheter la ration pour les animaux, ne plus avoir de lait » ; et dans ce cas, « on ne manque pas de travailleur, mais on n’a pas d’argent » ; c’est encore l’année où « on n’a rien, on n’a pas la santé ».

46Ceux qui pratiquent l’irrigation, de leur côté, affirment s’affranchir de ces alternances. La sécheresse ne leur semble pas un handicap, puisqu’ils la compensent par l’irrigation. Elle peut même constituer un avantage, car elle limitera le développement des maladies cryptogamiques dans les cultures maraîchères, qui y sont très sensibles. Les pluies entraînent généralement une baisse des températures, qui peut être préjudiciable aux cultures. Toutefois, les mauvaises années existent aussi, du fait de la salinisation des eaux et des terres pouvant survenir suite à ces sécheresses. Mais ces conséquences ne sont pas immédiates, elles peuvent se produire après un certain délai, ce qui trouble la catégorisation de l’irrégularité climatique par les planteurs.

47L’alternance des années bonnes et mauvaises est irrégulière, mais chacun essaie de retrouver des règles dans ces caprices de la nature : « C’est toujours comme ça, jamais plus de deux, trois bonnes années... avec de belles récoltes, 84, 85, 86, la quatrième année, ça change. C’est comme ça dans le Carirí, on n’a jamais tout » (cette dernière remarque se réfère à la qualité des sols, jugée excellente par les producteurs). « Ça change, ça fait des cycles tous les vingt-cinq ans, ou même quarante, quarante-cinq ans ».

48On tente même de lire dans les signes de la nature, indiquant si l’année sera pluvieuse : certains coups de tonnerre, la lune tournée vers le sud, l’abondance et l’extension géographique de la première pluie (la « pluie générale ») et la barre nuageuse (barra de metal) à l’horizon le soir de Noël...

49— Sont de bon augure les coups de tonnerre venant du sud en janvier. Notre interprétation est que si les pluies venant du nord-ouest ont atteint les reliefs séparant le Carirí du Pernambouc, on peut espérer que le Carirí sera bien arrosé. En revanche, sont de mauvais augure les coups de tonnerre venant du nord (les orages ont éclaté avant d’arriver jusqu’au Carirí) ou s’ils résonnent en septembre ou en novembre. Le tonnerre en octobre indiquerait une année intermédiaire (nous n’avons pas d’interprétation à proposer pour expliquer ces jugements).

50— La « pluie générale » : par opposition à la pluie localisée, elle est un bon signe, car elle indique une perturbation atmosphérique bien formée.

51— La barra de metal : à l’ouest, elle permet de vérifier la vigueur des perturbations induites par le déplacement de la zone de convergence intertropicale depuis le nord-ouest en direction du sud-est.

52Mais tout le monde ne croit pas à ces présages. En revanche, les signes annonciateurs de la fin des pluies, généralement la maturation des fruits ou la perte des feuilles de certaines espèces sont considérés unanimement comme fiables (ex. capim de mouro, une graminée, umbuzeiro, un arbre). Mais les dés sont déjà jetés à cette époque, du moins en ce qui concerne les semis. Cette observation met toutefois en garde le paysan contre l’utilisation trop large de ses stocks, ou la tentation de planter une dernière parcelle de maïs... Reste toujours la prière, qui est pratiquée par certaines personnes ayant été initiées (ex. la guérisseuse de Mares, apparentée par alliance aux Antoninos, de la communauté du Ligeiro). Mais là encore, le découragement, voire le doute, percent dans les discours : « Des fois, on mériterait qu’il pleuve, on prie tant !... Cette année, si on récoltait, on aurait eu 80 sacs. Alors, on se dit que ce n’est pas Dieu qui commande. En fait, si, c’est lui... C’est le Carirí qui est comme ça ».

53Il est clair que la sécheresse cristallise les angoisses des petits producteurs. Dans les entrevues percent l’émotion, la mémoire de la souffrance individuelle et collective. La sécheresse s’associe à la faim, à la maladie, à la mort : « C’est quand les gens de tout le Sertão sont devenus fous. Car il avait plu en Pernambuco, mais ici en Paraíba, il ne pleuvait pas : tout ce Sertão, jusqu’au Ceará, sans pluie.

54Alors les gens se sont mis à mourir de faim, et les animaux aussi mouraient de faim, sans avoir à manger... » (à propos de la sécheresse de 1932).

55La sécheresse est un événement vécu avec une intensité telle qu’elle sert de référence dans l’histoire orale. On dira : c’est « avant la sécheresse de 1932, au moment de la sécheresse de 1949 »... De même, les sécheresses ont représenté autant de jalons dans l’histoire des familles : à la fois épreuve à surmonter et occasion de se lancer dans de grands travaux pour améliorer les infrastructures d’approvisionnement en eau. Ces constructions ont été réalisées de manière autonome jusqu’aux années soixante, puis avec l’aide d’organismes d’État (Emater par exemple).

56La sécheresse est ainsi l’occasion de révisions, de remises en cause des anciennes stratégies qui, en ces occasions, peuvent montrer leurs limites. Ainsi, suite à la sécheresse de 1932, un de nos informateurs opta pour l’intensification agricole et creusa un puits ; ses petits-enfants et petits-neveux, après la sécheresse de 1993, modifièrent le modèle des anciens, renonçant à l’autoconsommation du maïs, pour augmenter les surfaces plantées en cactus fourrager (palma). La spécialisation de ces familles dans l’élevage s’en trouva ainsi plus marquée. Parallèlement, un aménagement domestique, longtemps différé, a été réalisé par plusieurs familles (sans aide financière) suite à cette sécheresse : il s’agit de citernes permettant le stockage de l’eau de pluie et l’alimentation des foyers durant la saison sèche.

57Peut-être tout cela explique-t-il une certaine personnification de la sécheresse, présentée comme une bête, un être vivant particulièrement cruel, ou encore comme une espèce de « pouvoir séparé commandant de l’extérieur les actions humaines » (Chaui, 1996) : « Je suis contre la sécheresse !... J’ai peur de la sécheresse... C’est comme quand on dit : là, un serpent ! C’est une bête très dangereuse, car si elle mord, c’est difficile de s’en tirer, hein ! Eh bien, c’est la même peur que j’ai de la sécheresse. La sécheresse, cette misérable, c’est ce qu’il y a de pire au monde ! ».

« Supporter une sécheresse, si on n’a pas un coup de main de l’extérieur, c’est impossible. Parce que la sécheresse, elle dévore tout » (E.).

58Les anciens se souviennent encore des récits de leurs parents, relatant les sécheresses du début du siècle (1912), quand les gens se jetaient sur les routes, leurs pièces d’or en poche, mourant de faim avant d’avoir atteint un commerce pour acheter de la nourriture. Le contexte est bien différent aujourd’hui, car c’est l’argent qui manque et pas les commerces. Le recours à l’achat d’aliment est vécu comme un pis-aller. La sécheresse est l’époque où « tout (surtout la nourriture) est acheté » et où il faut vendre le bétail. Il ne s’agit pas seulement, dans ce cas, de vendre les veaux, mais les bœufs et même les vaches allaitantes, c’est-à-dire le capital. La vente de ce cheptel et plus encore de la terre est associée, dans les récits, à la déchéance : « Alors les gens ont vendu le bétail bon marché, et ils sont tombés dans la misère, mourant de faim » (sécheresse de 1932).

59La sécheresse est également vécue comme une période de surcharge de travail (qualifiée de « lutte ») - ce qui vaut pour chaque saison sèche, mais spécialement pour les grandes sécheresses, lorsque l’alimentation du bétail constitue une tâche écrasante.

60Les représentations sociales de la sécheresse donnent, finalement, un écho assez révélateur de ce que représente la contrainte hydrique dans le semi-aride et ce, de façon peut-être plus parlante encore que les graphiques qui précisent son ampleur. À travers sa catégorisation, sa fonction de marqueur de l’histoire collective et individuelle, elle joue un grand rôle dans la construction de l’identité des paysans du Carirí. Mais ces représentations interagissent avec des pratiques sociales sur la nature, pratiques s’inscrivant dans des stratégies paysannes. Ces stratégies et leurs conséquences écologiques sont présentées dans le cadre de quelques communes.

Le centre-est du Carirí

61Les difficultés rencontrées par la petite paysannerie à l’échelle régionale mettent en évidence à la fois sa fragilité et son adaptation face à la sécheresse. Il nous a semblé intéressant d’approfondir cette question en nous centrant sur quelques communes du centre-est du Carirí : Serra Branca, Boqueirão et Cabaceiras, aux conditions naturelles particulièrement hostiles rendant plus aigu le problème de la sécheresse. Cette reconnaissance nous a fait découvrir la diversité et la dynamique des paysages de caatinga. Elle a aussi permis d’identifier les stratégies paysannes face aux mutations socio-économiques et aux dynamiques écologiques, qui seront abordées plus loin.

Caatinga arborée : sur les reliefs résiduels, de grands sujets, tel l’umburana, émergent de la strate arborée à catingueira pereiro et facheiro barbudo

Une typologie des caatingas

62Au premier coup d’œil, les paysages carirenses se présentent comme des plateaux doucement ondulés, recouverts d’une caatinga arbustive et monotone, pour ne pas dire d’aspect désolé. C’est là une apparence trompeuse et un examen plus attentif permet de distinguer différents types de paysages. Le contexte morpho-structural joue un rôle prépondérant, ainsi que l’intensité de la transformation du milieu par l’homme, dans la répartition spatiale de ces paysages.

63S’appuyant sur une approche cartographique et la précisant, quarante-sept relevés botaniques exhaustifs ont été réalisés dans différents milieux de la commune de Serra Branca, puis soumis à l’analyse factorielle des correspondances (AFC). Le premier facteur de variation des paysages est celui de la transformation du milieu par l’homme, opposant :

  • les forêts d’altitude (ex. Serra do Anjico, 695 m) où on observe une flore originale et riche (45 espèces), sur sol sableux profond (150 cm), dans des milieux apparemment peu exploités par l’homme ;
  • les plantations d’algaroba qui se présentent en peuplements pauvres en espèces (8 en moyenne), et où le déboisement a laissé le sol largement à nu.

64Dans une deuxième AFC, où ces relevés originaux sont relégués en position supplémentaire, les axes factoriels opposent les caatingas arbustives aux caatingas arborées, de type forestier.

65Pour expliquer ces contrastes, le rôle du relief et de la position topographique est déterminant, ainsi que celui de la profondeur du sol. Sur les reliefs résiduels, les conditions de milieu sont plus favorables lorsque l’altitude croît, et avec elle l’effet de captage des flux humides et de château d’eau, l’eau étant stockée dans les arènes interstitielles des chaos granitiques. C’est l’inverse pour les plateaux : les conditions favorables sont rencontrées en bas de versant, à basse altitude, là où les sols sont plus épais et humides.

66Les traces des pratiques sylvo-pastorales sont aussi un facteur intervenant dans la différenciation des caatingas. Mais, contrairement à ce qu’indique Hayashi (1981), l’action de l’homme n’est pas toujours synonyme de dégradation du couvert végétal. Des faciès appauvris en espèces et arbustifs ne montrent pas de traces de l’action de l’homme, alors qu’elles sont notables dans certaines caatingas forestières de belle venue. Toutefois, dans certains cas, la contrainte édapho-climatique varie dans le même sens que l’importance des traces de l’action de l’homme, laissant penser à une interaction entre ces deux facteurs. Quant à la biodiversité, elle est remarquable sur les reliefs résiduels les plus élevés (altitude > 585 m) et décroît avec l’altitude. En revanche, elle ne dépend pas de l’intensité de l’action de l’homme (sauf le cas extrême des plantations), ni du caractère forestier des caatingas. Une étude relativement précise permet donc de relativiser les premières impressions visuelles et de nuancer les diagnostics catastrophistes sur le rôle de l’homme dans la dégradation des caatingas... (Cohen, 2000)

Cette étude permet aussi de cerner les préférences écologiques des différentes espèces végétales de la caatinga. Les espèces forestières sont caractéristiques de milieux variablement exploités par l’homme, mais toujours plus favorables d’un point de vue morpho-édaphique, sur les plateaux (anjico, jurema preta) ou sur les reliefs résiduels (umburana, maniçoba, pau serrote. pinhão manso, jurema branca, mororó) ou ubiquistes (baraúna). Sur ces reliefs résiduels, où affleure la roche, s’installent aussi des espèces adaptées (rupicoles) : macambira de pedra, caruà. D’autres arbres sont en revanche associés à des milieux de plateau, moins favorables, comme le pereiro ou l’imbú. C’est également le cas de la malva branca, un arbuste et du xique-xique, une cactacée. Quant à la catingueira ou la jurema de embira, présentes dans presque tous les relevés, elles ne caractérisent aucun milieu en particulier

67Le rôle marquant des arbustes, des lianes et des herbacées dans la définition des groupements végétaux justifie leur prise en compte dans une étude écologique, ce qui n’est pas le cas de toutes les recherches antérieures, où la prospection botanique se limite bien souvent aux arbres et arbustes (Lira, 1979 ; Gomes, 1980 c). Les études fondées sur des relevés floristiques (Nogueira, 1984) présentent d’ailleurs certains résultats analogues aux nôtres, bien qu’elles aient été réalisées dans d’autres régions (ex. importance des unités morpho-structurales comme premier discriminant de la végétation des caatingas, rôle de certaines espèces indicatrices, comme la malva branca pour les plateaux faiblement ondulés).

Des reliefs résiduels sont constitués par des affleurements granitiques et abritent une flore originale et variée

Sur les lajedos, vastes affleurements granitiques, la végétation est éparse et constituée d’espèces ripicoles : macambira de pedra, carúa (Serra de Jabobá, Serra Branca)

Quelques changements récents dans les paysages

68L’introduction d’une dimension historique replace les résultats des relevés de terrain dans une évolution à moyen terme et met en évidence des dynamiques, progressives ou régressives, du milieu naturel et de sa mise en valeur. Pour cela, différentes sources ont été utilisées : les photographies aériennes (1967 et 1984) et la comparaison d’enquêtes espacées d’une dizaine d’années.

69Dans cette approche historique des paysages, la comparaison des photographies aériennes de 1967 et 1984 de la commune de Serra Branca a permis d’évaluer les évolutions de la couverture végétale. Trois types de dynamiques ont été différenciées : la régression, la stabilité et la progression du volume végétal, perceptibles par la densité des arbres et le niveau de gris sur les photographies.

70On peut aussi repérer des évolutions dans la répartition des végétaux dans les plans horizontal et vertical. Ainsi, la régression de la végétation peut se concrétiser de deux manières : l’ouverture diffuse de la couverture végétale ou au contraire, son homogénéisation, notamment par l’élimination des arbres émergents. La progression de la végétation se manifeste par une cicatrisation, due à la colonisation végétale des espaces antérieurement dénudés.

Fig. 9 – Dynamique des paysages de la commune de Serra Branca entre 1967 et 1984

71Le rôle des pratiques agricoles (zones cultivées, abandonnées ou nouvellement cultivées) et forestières (défrichements massifs, plantations) a pu être identifié dans ces évolutions (fig. 9 a).

72L’examen de la carte montre que la moitié du territoire de la commune a été touchée par le processus de dégradation de la caatinga, en rapport avec la grande sécheresse et les pratiques agro-sylvo-pastorales. Ces altérations ne semblent pas liées à des facteurs de localisation (par exemple, la proximité d’une rivière ou d’une agglomération ne joue pas). En revanche, nous avons pu, dans de nombreux cas, repérer des pratiques de défrichement dans la régression de la couverture végétale, ce qui montre le rôle du facteur anthropique dans la dégradation de certains secteurs de caatinga. Celui des pratiques pastorales ne peut être directement mis en évidence ; toutefois, la régression du volume végétal ou son ouverture diffuse peuvent en partie être liées à l’exploitation des caatingas pour l’élevage. Les données statistiques dont nous disposons montrent d’ailleurs que cette activité a connu une certaine intensification dans la commune.

73Néanmoins, là aussi, il convient de ne pas généraliser. Certains secteurs, limités aux alentours des reliefs résiduels, montrent encore une végétation forestière bien conservée, de belle hauteur, riche et originale floristiquement, profitant des réserves hydriques profondes des arènes interstitielles et relativement préservée de l’action humaine. D’autres zones, moins favorables, n’ont pas enregistré d’évolution défavorable entre 1967 et 1984. Ce diagnostic nuancé confirmerait nos observations de terrain.

Stratégies paysannes et dynamique des paysages

74La reconnaissance régionale a montré la diversité de la dynamique des paysages selon l’utilisation du sol. Cette dernière dépend des diverses stratégies des petits producteurs, déjà précisées lors de recherches antérieures (Duqué et al., 1983). Deux types de dynamiques, liées à deux stratégies, se sont peu à peu dessinés et individualisés lors de cette phase de reconnaissance interdisciplinaire :

  • les dynamiques diffuses, concernant de vastes espaces, et liées au système de production agro-pastoral traditionnel dominant,
  • les dynamiques concentrées, affectant des zones de faible dimension, mais de grande valeur car localisées près des retenues, des rivières, dues à l’intensification de l’agriculture.

Le système agro-pastoral traditionnel

Les conséquences des activités agro-pastorales

75Les dynamiques diffuses induites par le système agro-pastoral dominant, les plus répandues, sont liées au rôle de l’agriculture. Le cycle pluriannuel des cultures pérennes, la variabilité du climat et, dans certains cas, la baisse de fertilité des sols, obligent à une rotation des cultures. Par exemple, le coton est cultivé pendant cinq ans environ, associé avec le maïs et le haricot les deux premières années ; le figuier de barbarie (var. inerme) a une durée de vie plus longue (dix ans au maximum). Cela a pour conséquence le défrichement périodique de parcelles, abandonnées dix ans après, ou plus. C’est là que se reconstitue la capoeira, puis la jachère forestière, dominées par des espèces pionnières de faible valeur, tant agronomique (bois-fourrage) qu’écologique (faible richesse floristique) comme la jurema preta et le marmeleiro.

76L’abandon quasi total de la culture du coton, qui occupait autrefois d’assez grandes surfaces, explique en partie la fréquence de ces formations secondaires. Le délaissement de certains pâturages, que ce soit dans le Carirí ou dans les confins occidentaux de l’Agreste a les mêmes conséquences. Or, ce qui devrait être une étape dans la reconstitution de la caatinga tend à se prolonger en raison des conditions naturelles contraignantes et du dynamisme des espèces pionnières, concurrençant les autres espèces végétales et parfois favorisées, bien qu’involontairement, par les pratiques forestières.

77Les jachères forestières sont en effet entretenues par l’exploitation du bois : bois d’œuvre, bois de chauffe ou pour la fabrication de charbon de bois. Cette dernière pratique, véritable alternative pour assurer la survie des plus démunis pendant la grande sécheresse (1979-1984), se maintient à un niveau élevé dans deux des trois communes étudiées. La coupe périodique pour le bois de chauffe tend à réduire la taille des arbres, qui se présentent sous forme de taillis. Certes, cet aspect de « fourré » n’a pas seulement une origine anthropique, comme semble l’indiquer Hayashi et al (1976), mais il est probable que l’exploitation du bois accentue cette tendance. Les espèces dominantes des caatingas arbustives, comme la catingueira, la jurema de embira et le marmeleiro, ont aussi un port pluricaule (plusieurs pieds partant d’une même souche). Les espèces végétales plus nobles, comme la baraúna, l’aroeira, une fois défrichées, repoussent difficilement, ce qui joue bien entendu en faveur des espèces plus dynamiques dans la compétition interspécifique.

78L’exploitation du bois a également des conséquences sur les sols. Outre l’appauvrissement en matière organique (déjà peu abondante), elle entraîne une exagération des contrastes entre saison sèche et saison des pluies, ce qui explique à la fois l’érosion superficielle et l’aggravation des contrastes hydriques dans le profil, préjudiciable aux plantes. Ce phénomène est notable dans le cas de défrichements complets, comme ceux qui précèdent les plantations d’algaroba.

79Un autre facteur important de ces processus dynamiques est le pâturage. De fait, même si les charges animales ne sont pas très fortes, il faut rappeler que la tendance à long terme est à l’augmentation du cheptel, nonobstant les fluctuations conjoncturelles liées à la grande sécheresse, fluctuations apparues dans nos enquêtes, mais qui ne se traduisent pas au niveau des statistiques globales. Cette charge animale n’est pas distribuée de manière égale sur le territoire et dépend de la configuration foncière et de l’avancée des clôtures. De plus, elle n’a pas la même signification en termes de prélèvement de ressources naturelles selon le degré de complémentarité entre l’agriculture et l’élevage, association qui peut contribuer à atténuer les problèmes de surpâturage dans les petites propriétés.

80Le mode de pâturage dominant est le parcours libre ce qui tend à privilégier, dans la compétition interspécifique, les espèces peu appréciées du bétail. Celles-ci sont souvent les moins exigeantes écologiquement, comme le capim panasco. De la même façon, la jurema et le marmeleiro étaient favorisées par les pratiques forestières. Ces problèmes ont été étudiés en détail sur le territoire du groupe familial de Ligeiro, où l’on a reconstitué la dégradation historique de la caatinga.

Le cas des plantations d’algaroba

81Les dynamiques diffuses prennent une dimension particulière dans la grande propriété, qu’il convient ici d’évoquer pour mémoire. C’est le cas dans des plantations d’algaroba de la commune de Serra Branca, liées à une stratégie de valorisation foncière. Malgré les avantages indéniables de la plante (plante améliorante, résistante à la sécheresse, grosse productrice de gousses et de feuillage fourragers), les plantations n’ont pas été sans effets pervers, touchant de vastes espaces. Nous avons observé des phénomènes d’érosion consécutifs au défrichement total précédant la plantation, ce qui laisse présager des effets qu’auront les coupes à blanc qui interviendront dans quelques années.

82De plus, l’élimination de la flore native et son remplacement par une seule espèce créent, outre la perte de biodiversité, une certaine vulnérabilité aux problèmes phytosanitaires, les maladies pouvant alors se propager aux secteurs agricoles voisins. Du point de vue du pastoraliste, l’élimination de toutes les autres plantes fourragères, et notamment des graminées, limite la période productive de ces plantations, il est vrai prolixe, aux deux mois de fructification de l’année. Outre ces conséquences écologiques directes, les plantations participent du mouvement d’enclosure et de réduction des terres en libre accès, ce qui augmente la pression sur les terres des petits producteurs.

L’algaroba, une légumineuse introduite en vue du reboisement, concurrence l’herbe sous son ombre mais produit en abondance des gousses fourragères

Les stratégies d’intensification agricole

83Les problèmes engendrés par l’intensification de l’agriculture sont très différents et concernent de petites superficies, situées néanmoins stratégiquement au voisinage des points d’eau. Plusieurs conséquences directes ont été identifiées :

  • salinisation des sols et de l’eau, affectant les planteurs d’ail de Ribeira, autour du Rio Taperoá,
  • pollution par les intrants (fertilisants, antifongiques) qui vont s’accumuler dans les retenues d’eau,
  • propagation mal contrôlée par les eaux bordant les terres agricoles, et de parcelle à parcelle, de diverses maladies touchant les cultures, et qui tendent à devenir résistantes aux produits phytosanitaires.

84Ces deux derniers phénomènes ont été observés autour de la retenue de Boqueirão en 1986. Notons également que l’intensification de l’agriculture entraîne un relatif ou total abandon des autres activités traditionnelles, notamment l’élevage, avec pour conséquence une reconquête végétale des terres trop éloignées des sources d’eau. Ce phénomène a été observé aux alentours du Rio Sucurú dans la commune de Serra Branca entre 1967 et 1984 (fig. 9 a et b).

85L’impuissance à contrôler les conséquences écologiques de la monoculture irriguée, conjuguée avec l’instabilité très marquée des prix sur le marché, conduit bien souvent à l’abandon, parfois temporaire, de ces terres agricoles après quelques années d’exploitation, comme ce fut le cas autour de Boqueirão. Selon les cas, les producteurs se replient sur les cultures vivrières traditionnelles ou, attirés par les subventions, migrent vers d’autres terres comme la région du São Francisco, en abandonnant les terres à la capoeira. Ce caractère « itinérant » est encore plus accentué si le producteur loue la terre.

86Cette gestion de type « extractif » évoque les cycles successifs qui ont marqué l’exploitation des ressources au Brésil. Par analogie, nous avons discerné dans les communes de Boqueirão-Cabaceiras un cycle de la tomate (1976-1986), auquel a succédé un cycle de l’ail dont on ne saurait affirmer s’il est déjà achevé. Le rapprochement entre ces cycles et le cas du charbon de bois laisse penser que cette évolution vers des prélèvements sans aucune restitution, une exploitation temporaire des ressources jusqu’à leur épuisement ou leur contamination, est une tendance qui concerne plusieurs couches de la petite paysannerie du Carirí. Cette tendance est bien évidemment symptomatique de la situation socio-économique de cette région, mais elle n’est pas sans conséquences à terme sur la dynamique d’un milieu naturel déjà fragilisé...

Les deux visages du Sertão : Ligeiro et Ribeira

87Face à cette dualité, à ces contrastes dans les modes de gestion et leurs conséquences, notre démarche a consisté à regarder de plus près ces deux visages du Sertão.

88— D’un côté, certains paysans continuent à développer le système agro-pastoral traditionnel. Mais ils doivent s’adapter à des difficultés toujours plus nombreuses (crise du coton, morcellement et enclosure des terres), qui rendent les sécheresses plus dures à supporter C’est le cas de la communauté de Ligeiro.

89— De l’autre, des petits paysans font le grand saut de la modernisation, en intensifiant leur production grâce à l’irrigation, une technique qui n’est pas traditionnelle dans le Sertão. C’est un défi technologique, mais aussi un immense espoir pour les petits propriétaires, dont la survie dans l’agriculture pluviale est très précaire. Le village de Ribeira et ses planteurs d’ail constituent un bon exemple de cette seconde option.

90Dans chaque cas, notre souci a été d’articuler les approches sociale et écologique, en appréhendant de concert des questions transversales :

  • quelle est la rationalité écologique et la logique sociale du système agro-pastoral traditionnel ? quelles en sont les contradictions et les limites, à la fois écologiques et sociales ?
  • quelles sont les caractéristiques et les implications écologiques et sociales de l’intensification par l’irrigation dans une telle région semi-aride ? Peut-on parler d’une option viable à long terme ?

91Les chapitres suivants présentent les résultats obtenus par cette recherche interdisciplinaire dans les deux communautés choisies, Ligeiro et Ribeira. Pour chacune d’entre elles, sera discutée la question de la durabilité sociale et écologique de ces choix de production et de leur insertion dans les écosystèmes et dans les circuits économiques. Cette étude s’appuie sur des investigations de terrain, ainsi que sur un suivi mené auprès de deux communautés d’agriculteurs, associant enquêtes sociologiques et mesures écologiques. Celles-ci permettront d’établir un diagnostic sur les dynamiques en cours ainsi que sur leur signification en terme de développement durable, tant du point de vue de la conservation des ressources renouvelables et de la biodiversité, que de la reproduction des groupes sociaux dans leur originalité culturelle.

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search