Version classiqueVersion mobile

Les deux visages du Sertão

 | 
Marianne Cohen
, 
Ghislaine Duqué

Glossaire

Texte intégral

1Açude : lac collinaire formé par une retenue sur le cours d’une (ou plusieurs) rivière(s).

2Agio : marge spéculative liée au marché noir ; plus généralement intérêt prélevé sur une opération financière.

3Baixio : hors du lit de la rivière, le fond de la vallée est appelée baixio, qui indique la position topographique basse.

4Balcão : talus bordant le lit mineur de la rivière.

5Barreiros : espaces où l’eau s’accumule en amont de levées de terre.

6Barro : sols de type brun non calcique sans marque d’hydromorphie (littéralement argile).

7Bicudo : Anthonomus grandis est un parasite affectant les cultures de coton.

8Bigu : se dit familièrement de l’usage gratuit d’un moyen de transport mis à disposition par une tierce personne. Par extension, s’utilise pour l’usage d’une pompe en échange d’une participation aux travaux des champs.

9Braças : unité de mesure correspondant approximativement à 2,20 m, soit l’envergure des bras en croix.

10Caatinga : « forêt blanche » en langue tupi. Cette formation végétale est caractérisée « par la présence d’espèces caducifoliées, souvent épineuses, associées à des cactacées, des broméliacées et diverses xérophytes » (Lima, 1954).

11Cacimba : simple trou creusé dans le lit de la rivière, pour capter l’eau de la nappe phréatique.

12Campo solto : parcours non clôturés, accessibles à des éleveurs, même non propriétaires ou fermiers.

13Canjica : flan de maïs.

14Canteiros : planches en sol pour les cultures maraîchères ou bacs surélevés à environ 1,20 m de hauteur destinés à recevoir de petits potagers.

15Capim : herbe.

16Capoeira : friche. Localement, la capoeira à marmeleiro évolue vers une forme de jachère forestière, dominée par des espèces pionnières (marmeleiro et jurema).

17Carirense : originaire du Carirí.

18Cerca : clôture.

19Cerrado : savane arborée du centre du Brésil.

20Cooperar : coopérer. Ce terme désigne aussi un projet de développement implanté au milieu des années quatre-vingt-dix dans la Paraíba.

21Coronel (plur. : coroneis) : l’usage de donner aux grands propriétaires ce titre remonte à l’époque où ils obtenaient la patente de colonel de la Garde nationale, ce qui les autorisait à lever des troupes et à faire régner l’ordre sur leurs terres.

22Cortar a terra : expression imagée signifiant travailler la terre et en casser les mottes argileuses pour planter.

23Cruzeiro (Cz) : monnaie brésilienne en vigueur en 1985 jusqu’en mars 1986. La réforme monétaire Instaure alors le cruzado (1 Cz$ = 1 000 Cz), puis, en 1989, le cruzado novo (1 NCz$ = 1 000 Cz$), remplacé en juin 1990 par le cruzeiro (1 Cz = 1 NCZ$). Ce dernier est divisé par 1 000 en juillet 1993 (sans changer de nom). En juillet 1994, est instauré le réal (1 R$ = 2 750 Cz, à parité avec le dollar ; en juin 2001, 1 $ = 2,4 R$).

24Cural (plur. : curais) : enclos pour le bétail, corral.

25Data : concession impériale de terres.

26Donos de engenhos : patrons du sucre, grands propriétaires terriens qui transformaient le sucre dans des moulins.

27Doutor : dans la langue populaire, ce titre est accordé aux diplômés (le doctorat n’est pas nécessaire !) et s’étend aux personnes se posant en experts.

28Enjeitado : nourrisson abandonné à la porte d’une maison avec l’espoir qu’il sera recueilli et élevé par la famille.

29Enxada : houe utilisée dans les travaux agricoles.

30Espinhos : nom populaire donné aux cactacées de la caatinga.

31Estiagem : étiage, saison sèche, c’est-à-dire l’interruption habituelle des pluies pendant l’« été » (cf. verão).

32Favela : bidonville.

33Fazenda : grande propriété agricole.

34Fazendeiro : grand propriétaire terrien.

35Feijão : le haricot (noir ou rouge), associé au riz ou au maïs, constitue la base de l’alimentation des Brésiliens.

36Frente de emergência : programme gouvernemental d’aide aux sinistrés de la sécheresse.

37Inverno : saison des pluies avec rafraîchissement des températures.

38Irrigante : agriculteur pratiquant l’irrigation.

39Lagartas : chenilles.

40Lagoa : étang.

41Limpas : binage et arrachage des mauvaises herbes entre les jeunes plantes.

42Mato : endroit boisé, touffu.

43Minifundio : très petite exploitation (moins de 10 ha).

44Morador : tenancier.

45Mutirão : forme traditionnelle d’organisation collective du travail, développée occasionnellement (ex. participation à la construction de la maison de nouveaux mariés par l’ensemble des voisins).

46Palma : figuier de barbarie inerme, cactus fourrager, également mesure équivalent à une paume de main ouverte.

47Pamonha : gâteau de maïs enveloppé dans les spathes de l’épi et cuit à la vapeur.

48Parceiro : métayer.

49Pé duro : race animale rustique (littéralement : pied dur).

50Pinha : arbre fruitier de la famille des Anonacées (corossolier).

51Quarteação : rémunération du vaqueiro en bétail (1/4 des jeunes) qui lui permettait de constituer un troupeau, voire de s’enrichir assez pour acheter des terres, comme ce fut le cas d’Antonino, le fondateur d’une des communautés étudiées.

52Raquettes : tiges aplaties du figuier de Barbarie.

53Roçadinho : petit champ cultivé par un individu et dont le produit lui est exclusivement réservé (comme « argent de poche »), par opposition au roçado qui est cultivé et utilisé en famille.

54Roçado : champ de cultures vivrières. Son étymologie est intéressante, le mot venant du verbe roçar.

55Roçar : tout arracher, tout râper (Dictionnaire Buarque de Hollanda).

56Sêca : sévère sécheresse parfois précisée par divers adjectifs (ex. Grande Sêca de 1979 à 1984).

57Sêca verde (sécheresse verte) : hivernage écourté : les pluies s’arrêtent après que la végétation ait reverdi (plantes pérennes) ou germé (plantes annuelles), mais avant qu’elle n’ait eu le temps de fructifier (par exemple en 1987).

58Serra : reliefs résiduels constitués de roches granitiques et dominant les plateaux doucement ondulés du Carirí.

59Sertão : vastes domaines de l’intérieur du pays et, en particulier, la région semiaride du Nordeste.

60Sertanejo : habitant du Sertão. Ce terme désigne aussi un projet de développement.

61Sesmaria : grand domaine colonial.

62Tabuleiro : terres bien drainées localisées sur les plateaux.

63Tatu : tatou, mammifère américain de la famille des Édentés. Ex. tatu-peba : Euphractus sexcintus.

64Teimoso : entêté, volontaire jusqu’à la témérité.

65Vaqueiro : responsable du troupeau et souvent gérant des fazendas d’élevage en l’absence du propriétaire. La traduction française de vacher donne donc une très mauvaise idée du prestige lié à cette fonction. Le vaqueiro suivait immédiatement l’lnspector dans la hiérarchie de la fazenda impérial( Andrade, 1968). C’était un homme libre qui se distinguait des esclaves.

66Vaquejada : joute sportive où les vaqueiros démontraient leur adresse à dominer le bétail à cheval en renversant un taureau en l’attrapant par la queue. Désigne par extension de grandes concentrations de bétail dans des parcours ouverts.

67Vargem ou varzea : espace situé en fond de vallée ou au bord de retenues, inondé en cas de grosses pluies et bénéficiant des dépôts de matières organiques quand l’eau se retire.

68Varge : espace situé en aval de retenues et bénéficiant de l’humidité par infiltration.

69Venenos (poisons) : désigne en langage populaire les produits phytosanitaires.

70Verão (été) : se dit de la saison sèche.

71La rubrique placée en fin d’ouvage « Pour en savoir plus » comporte un lexique ethnobotanique, donnant l’équivalent entre les noms populaires des plantes cités dans le texte et leurs noms scientifiques, ainsi que leurs usages.

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search