Version classiqueVersion mobile

Le coton des paysans

 | 
Thomas J. Bassett

Chapitre 3 : Le régime des réquisitions, 1912-1946

Texte intégral

Photo : « Le marché de Koroko (Korhogo) au début du XXe siècle. » Carte postale, collection M. B.

Carte de l’A.O.-F. Joos Van Vollenhoven en fut le gouverneur général de 1917 à 1918. Carte postale, éditeur anonyme

1Pendant la période coloniale, les cultivateurs ne produisaient pas assez de coton fibre pour les besoins de l’industrie textile française : c’est un thème récurrent de l’histoire cotonnière en Côte d’Ivoire. Les nombreuses tentatives des administrateurs coloniaux pour intensifier la culture du coton n’ont jamais donné de résultats satisfaisants. Les colonies africaines n’ont fourni que 1 à 3 % des fibres de coton nécessaires à la métropole pendant presque trois décennies et demi (Revue internationale..., 1951). Selon l’époque, les autorités mentionnaient un certain nombre de facteurs pour expliquer ces résultats décevants : variétés à faible rendement, ravageurs du coton, prix bas, concurrence des cultures vivrières, résistance des paysans à la culture forcée. L’existence d’un marché parallèle du coton qui alimentait un artisanat local de tissage était particulièrement frustrante pour les administrateurs. Ce marché parallèle était un obstacle direct à la fourniture de matières premières pour l’industrie textile de la métropole et pour l’exportation de cotonnades vers les colonies. Cette utilisation locale de coton était un « problème » âprement discuté au sein des autorités coloniales. Certains cherchaient à supprimer l’artisanat local, alors que d’autres le défendaient, mais tous s’accordaient à dire que pour augmenter les exportations de coton, il fallait satisfaire d’abord les besoins locaux. Le maintien du libre-échange impliquait que la production de coton devait être augmentée substantiellement pour satisfaire à la fois les besoins des marchés locaux et ceux d’exportation. Par conséquent, les politiques cotonnières visaient à encourager les planteurs à produire plus de coton que les besoins locaux. Les archives montrent que cet objectif a été atteint, mais rarement à des niveaux jugés satisfaisants. Les administrateurs coloniaux ont à plusieurs reprises eu recours à la force pour obtenir plus de coton. Cependant, des contentieux entre administrateurs à propos du caractère approprié, moral et légal de la culture forcée du coton ont abouti à une application inégale et à des politiques changeantes. La production de coton a connu des périodes d’essor et de crise (fig. 10) traduisant des revirements dans les contraintes administratives, des réformes politiques et une résistance paysanne aux politiques cotonnières. Les trois années records dans les exportations de coton (1930, 1938, 1942) correspondent à des périodes de contraintes et de souffrances accrues dans les régions productrices de coton (fig. 11). En fait, le marché parallèle du coton n’offrait pas seulement un autre débouché aux producteurs de coton, il jouait aussi un rôle dans les politiques agricoles coloniales.

Source : ANCRI.
Fig. 10 - La production cotonnière en Côte d’Ivoire de 1912 à 1946

Source : ANRCI
Fig. 11 - Les exportations de la Côte d’Ivoire en coton fibre de 1913 à 1947

2La persistance du marché parallèle du coton et son influence sur les politiques coloniales révèlent un certain nombre de problèmes dans l’histoire agraire de l’Afrique. D’abord, son existence même va à rencontre de l’idée que les importations de textiles bon marché sonnaient le glas de l’artisanat local en Côte d’Ivoire (Launay, 1982). Les importations de tissus français étaient rarement bon marché ; leur prix élevé stimulait souvent le tissage local. En second lieu, la liberté relative dont jouissaient les producteurs ruraux sur les marchés cotonniers empêchait la France de capter le coton produit par les paysans. L’adhésion de l’État colonial au libre-échange a permis aux commerçants locaux dioula de concurrencer les marchands français auprès des producteurs de coton. Les marchands locaux payaient plus cher et offraient des conditions de commercialisation plus souples que les maisons de commerce européennes. Les producteurs de coton tiraient profit de ce marché parallèle lorsqu’il favorisait leurs intérêts. À la grande déception des autorités coloniales, des agents de vulgarisation et de l’industrie textile, le commerce des produits vivriers fournissait également aux producteurs un autre débouché. Cette deuxième possibilité offerte par le marché amenait les paysans à négliger le coton pour l’igname ou le riz lorsque les prix de ces denrées étaient plus intéressants que celui du coton. En fin de compte, la relative autonomie dont jouissaient les paysans pour tirer parti des opportunités du marché contrariait les autorités coloniales dans leur tentative de développer les exportations de coton.

Débats politiques autour du coton

3La liberté des paysans de vendre leurs récoltes à n’importe qui dépendait de l’interprétation et de la mise en application par les administrateurs locaux de la politique du libre-échange. Leur interprétation était influencée en partie par l’ambition d’avancer dans leur carrière en atteignant les objectifs de production et d’exportation fixés par leurs supérieurs hiérarchiques. La mise en œuvre de la politique était également inspirée par les débats au sein des corps administratifs à propos des meilleures méthodes pour approvisionner l’industrie textile française en matières premières. Le coton devait-il être cultivé en monoculture dans des champs collectifs ou en culture associée dans des champs individuels ? Les paiements devaient-ils être effectués aux chefs de villages ou aux personnes qui le cultivaient ? Les paysans devaient-ils être forcés à cultiver et commercialiser le coton pour répondre à d’autres besoins que les besoins locaux ? Le tissage local devait-il être supprimé pour stimuler les importations de tissus français, ou devait-il être encouragé pour stimuler la production cotonnière ? Les habitants des savanes devaient-ils être encouragés à migrer vers la zone forestière pour travailler dans des plantations européennes ou autorisés à rester chez eux pour cultiver le coton ? Comme le montrent Isaacman et Roberts (1995) dans leurs études de cas sur le colonialisme cotonnier au Soudan français (Mali actuel) et au Mozambique, ces dilemmes centrés sur le coton étalent aussi des interrogations à propos du rôle et des fonctions de l’État colonial, des rapports entre les autorités coloniales et leurs sujets, et des limites du colonialisme en tant que stratégie politico-économique des puissances impérialistes européennes. Ces débats sur les politiques économiques et agricoles appropriées entraînaient des conséquences quant à la liberté des paysans de vendre leurs surplus de coton sur les marchés locaux. Le principe du libre-échange et son application étaient décisifs pour l’autonomie du paysan.

4En fait, l’interprétation et la mise en œuvre du libre-échange furent influencées par diverses conjonctures (guerres mondiales, récessions économiques), les ambitions des administrateurs, les pratiques commerciales des marchands africains et européens, les critiques des autorités coloniales basées en métropole et la résistance des populations locales. La résistance paysanne à la culture forcée contribua à faire échouer les projets parfois grandioses des planificateurs coloniaux. Les paysans défendaient leurs intérêts en adoptant des formes de résistance sans danger : ils travaillaient lentement et ils négligeaient les champs. Bien que la collaboration des chefs et la brutalité des gardes de cercle chargés d’appliquer les politiques cotonnières limitaient la portée et l’efficacité de ces actes de « résistance quotidienne », des communautés paysannes adoptaient une attitude agressive envers l’État colonial qui entraînait la répression. Ces luttes ouvertes et surtout clandestines contre la corvée du coton servent de fil conducteur à cette histoire.

5En général, les administrateurs s’étaient rendus compte que pour augmenter la production et répondre aux besoins de l’industrie textile de la métropole, trois conditions devaient être remplies : (i) les prix à l’exportation devaient être compétitifs avec ceux du marché local ; (ii) la surface cultivée en coton et les rendements devaient augmenter et les paysans devaient consacrer une plus grande partie de leur travail au coton ; (iii) la qualité du coton local devait être intéressante pour les filateurs et les tisserands français par sa couleur, sa longueur, sa résistance et son prix. Comme Roberts (1997) le montre à propos du Soudan voisin, les administrateurs coloniaux français, les conseillers en agriculture et les représentants des compagnies textiles considéraient que l’augmentation des exportations de coton était un problème technique qui pouvait se résoudre de différentes manières. Il adopte l’image d’une trousse à outils avec trois compartiments (production cotonnière, main-d’œuvre, commercialisation et qualité) sur lesquels les responsables politiques sont intervenus pour encourager l’exportation de coton. Penser que le développement du coton pouvait se limiter à une série d’interventions techniques masquait la politique du développement et surtout les désaccords entre les administrateurs, les agronomes et les marchands sur l’éventail des politiques à mettre en œuvre. Les observations de Roberts sur la politique cotonnière coloniale et le discours sur le développement au Soudan font écho à la situation de la Côte d’Ivoire pendant cette période.

« Les débats entre les autorités coloniales, les entrepreneurs et les Africains ne portaient pas simplement sur les méthodes les plus efficaces pour encourager la production cotonnière et contrôler la récolte au Soudan. Ces débats doivent être replacés dans le cadre d’un discours sur le développement colonial. En tant que tel, le colonialisme cotonnier produisait également des représentations culturelles des Africains, de leurs sociétés et économies, de leurs capacités à se conformer aux catégories européennes d’ouvriers et de paysans, et aux fonctions du colonialisme » (Roberts, 1997 : 287).

6En réalité, le discours sur le développement colonial n’était pas hégémonique et il n’a pas réussi à atteindre les objectifs qu’il s’était fixé. Les désaccords entre les administrateurs, les marchands et les agronomes quant aux meilleures stimulations à apporter aux agriculteurs pour qu’ils augmentent la production ont abouti à des discours et des politiques contradictoires. Une lecture minutieuse des archives révèle au moins trois discours différents :

  • Le discours de développement par des paysans rationnels était basé sur l’idée que les paysans produiraient du coton pour l’exportation si les incitations économiques étaient acceptables. Il considérait les agriculteurs comme des agents économiques rationnels et bien informés qui augmenteraient la production cotonnière si les prix d’achat étaient suffisamment intéressants et si on leur permettait de cultiver le coton avec les méthodes traditionnelles. Il mettait l’accent sur des marchés compétitifs, des paiements aux producteurs eux-mêmes, la prise en compte des pratiques agricoles indigènes telles que l’association du coton aux cultures vivrières, le respect des savoirs locaux, et une approche évolutive de changement technologique. L’État colonial avait comme rôle de garantir le libre fonctionnement des marchés, des prix compétitifs et de soutenir le développement et la vulgarisation des variétés de coton à haut rendement.
  • Le discours de développement forcé considérait que les Africains étaient peu disposés à produire pour l’exportation à moins d’y être forcés par l’État colonial. Cette représentation généralement raciste faisait des Africains des êtres apathiques et paresseux de nature, peu enclins à produire au-delà des besoins locaux. Ils répugnaient à travailler dur pour gagner plus d’argent, à moins d’y être contraints. Ce discours mettait l’accent sur les quotas de production, les champs collectifs, la monoculture, les livraisons forcées, les actions rapides et les punitions en cas de non-respect des directives imposées par des administrateurs persévérants. Le rôle principal de l’État colonial consistait à surveiller, à s’assurer que les paysans se conformaient aux ordres et à punir ceux qui ne fournissaient pas les livraisons.
  • Un discours intermédiaire de développement paternaliste combinait des éléments des deux précédents. Selon les circonstances, il encourageait à la fois les champs collectifs et les champs individuels ; les paiements aux producteurs, et associait culture forcée et vente libre. L’État colonial avait la charge d’imposer la culture cotonnière mais, pour encourager la concurrence commerciale, il devait également promouvoir la recherche et le développement, défendre les populations locales contre les excès de certains administrateurs et marchands et, d’une façon générale, surveiller.

7La coexistence de ces différentes conceptions du développement aboutissait à une grande diversité de situations économiques dans lesquelles les agriculteurs sénoufo et les marchands dioula jouaient un rôle actif. Les contentieux entre les divers agents de l’État colonial, le secteur privé et les populations locales à propos des interventions dans l’économie rurale laissaient aux paysans africains et aux marchands une certaine liberté. La meilleure expression de cette relative autonomie est donnée par la remarquable résistance de l’artisanat face aux pillages coloniaux. Le marché local fournissait un débouché aux paysans et aux marchands que les administrateurs coloniaux ne parvenaient pas à contrôler.

8En même temps, l’intrusion de l’État et des firmes étrangères dans la vie économique et sociale des communautés sénoufo et dioula modifiait la structure de l’économie rurale et la dynamique des institutions sociales. Les réquisitions entraînaient des tensions dans les communautés rurales qui, à leur tour, influençaient les politiques futures. Des conflits éclataient entre les chefs de canton et ceux de lignage à propos des compensations à accorder à la culture forcée, au recrutement de travailleurs et de tirailleurs, et à propos des impôts. Des clivages apparaissaient également au sein des lignages, car les unités de production avaient de plus en plus de difficultés à subvenir aux besoins de leurs membres, compte tenu des réquisitions alimentaires et de main-d’œuvre. Ces tensions sur les plans économique et social ont atteint leur paroxysme après la Seconde Guerre mondiale, mais elles existaient déjà dans l’entre-deux-guerres et elles ont finalement accompagné l’expansion cotonnière après l’indépendance.

La « corvée déguisée »

9Pendant les premières années de la colonisation dans le nord de la Côte d’Ivoire (1898-1912), le caoutchouc de cueillette (Landolphia heudelotti) constituait le principal produit d’exportation. Devant l’effondrement du commerce du caoutchouc en Afrique de l’Ouest en 1913, les autorités coloniales voulurent encourager une autre production de rente. Dès 1898, le ministre des Colonies manifestait un certain optimisme envers l’avenir du coton dans les nouvelles colonies françaises en Afrique de l’Ouest. Dans une lettre au gouverneur général de l’A.-O.F, il déclarait que le caoutchouc et le coton « devraient être les principales sources de richesse » dans la région qui englobait le nord de la Côte d’Ivoire (Ansom, S.G. Soudan 1-9, 1898). Le gouverneur Gabriel Angoulvant avait déjà décidé en 1908, première année de son séjour de huit ans, que le coton pourrait remplacer le caoutchouc. Son optimisme se fondait en partie sur les rapports des botanistes et des administrateurs coloniaux à propos de la culture du coton par les paysans (Chevalier, 1904). Par exemple, Maurice Delafosse, le premier administrateur civil de la région de Korhogo, avait fait état « de plantations de coton relativement étendues » lors d’une tournée dans la région de Guiembé en 1907 (Rapport de tournée, 1re partie, Korhogo à Mankono, 1-13 mars 1907). Quelques-unes des premières photographies de la région de Korhogo montrent également la présence remarquable du coton sur les marchés locaux.

Marché local de Niellé (environ 1910). Le coton est apporté dans des paniers et présenté à part des autres produits. (Extrait d’une carte postale, collection M.B.)

10Le gouverneur Angoulvant avait été contacté par des agents de l’Association cotonnière coloniale (ACC) dont la mission était d’encourager le développement du coton dans les colonies françaises pour que l’industrie textile soit moins dépendante des importations de coton américain. L’ACC fut créée en 1902 par des entreprises textiles françaises (filateurs, tisserands) pour encourager le développement du coton dans les colonies outre-mer et principalement en Afrique de l’Ouest (ANRCI, 812, 1902). Après avoir rencontré les représentants de l’ACC, le gouverneur Angoulvant ordonna au service de l’Agriculture de chaque cercle d’étudier la culture du coton indigène et sa commercialisation. Il donna à ses administrateurs et agents les instructions suivantes : « sélectionner les meilleures espèces indigènes, démontrer aux indigènes la supériorité des rendements pour l’égrenage de l’outillage européen, développer les cultures au-delà des besoins locaux, de façon à faire baisser les prix restés jusqu’alors trop élevés pour l’exportation » (Ansom, Aff Pol 3047 bis, 1918).

Le coton dans les systèmes de culture

11De nouvelles variétés hybrides prometteuses furent sélectionnées et échangées d’une station expérimentale coloniale à l’autre. Par exemple, la variété hirsutum connue sous le nom de Allen était d’origine américaine et fut acclimatée d’abord en Ouganda puis au Nigeria. Elle fut introduite au Soudan (Mali) en 1925 et en Côte d’Ivoire en 1927 où elle fut largement testée sur le terrain et finit par être sélectionnée pour le nouveau programme cotonnier lancé dans les années 1960. Dès le début, les graines de ce cotonnier furent sélectionnées parce qu’elles convenaient aux machines européennes. Les machines à filer étaient généralement calibrées sur la longueur moyenne de la fibre américaine (Isaacman et Roberts, 1995). Pour les agronomes, les rendements à l’égreneuse étaient également un critère important de sélection. Le pourcentage de fibre obtenu à partir d’un kilo de coton graine était intéressant pour les acheteurs. Le chef du service de l’Agriculture notait, en résumant le travail de recherche sur le coton effectué au cours des cinq premières années, que ces deux points avaient guidé la recherche agronomique coloniale : « Il faut remarquer que jusqu’à présent on a eu plutôt tendance à faire un type de coton adapté à un genre de machine et donnant le rendement le plus avantageux pour l’acheteur, que de se préoccuper de savoir si la plante productrice était celle qui donnait les résultats les plus économiques pour le cultivateur » (Isaacman et Roberts, 1995 : 26).

Filage du coton (environ 1902). Une activité réservée aux femmes, surtout aux plus âgées. (Extrait de carte postale, photographe inconnu.)

12À l’époque précoloniale, le coton était cultivé comme culture pérenne intercalée avec l’igname, le riz, le sorgho, ou le maïs, à la fois dans des champs individuels ou appartenant à des familles étendues (kagon) et dans des champs relevant de lignages (segbo). Dans ces associations, le coton était une culture secondaire qui n’exigeait pas beaucoup de temps de travail. Dans les champs d’igname, par exemple, les paysans plantaient du coton toutes les quatre buttes. Les variétés pérennes de cotonniers étaient recépées chaque année et produisaient des fibres pendant dix ans. Les rendements en coton atteignaient en moyenne 40 kg par hectare en culture intercalaire (ANRCI, 897 b, 1932). Au moment de la récolte, le coton graine était vendu à des Sénoufo âgés, à des commerçants dioula et à des femmes également dioula. Ces dernières extrayaient les graines, cardaient, puis filaient la fibre. Les techniques décrites par M. Delafosse en 1908 sont encore utilisées aujourd’hui. Le fil était vendu à des tisserands dioula qui troquaient la toile avec les Sénoufo contre des denrées alimentaires et s’engageaient dans un commerce à longue distance. Localement, la toile était utilisée principalement pour les linceuls lors des funérailles sénoufo. Selon leur rang, les morts sont enveloppés dans des douzaines de linceuls avant d’être enterrés. Les gens et surtout les chefs de lignage accumulent les toiles et les stockent dans ce but. L’artisanat se trouvait stimulé par le fait que seules des toiles tissées localement étaient utilisées pour ces cérémonies (Launay, 1982).

13Les longs temps de transport du coton vers les ports constituaient le principal obstacle à l’augmentation de sa production. Maurice Delafosse, le commandant de la région de Korhogo, pensait que : « Lorsqu’une voie ferrée arrivera à proximité du cercle de Korhogo, on pourra songer à faire mettre en valeur, par les agriculteurs Siéna, les vastes terrains inoccupés qui s’étendent entre le Bandama et le Nzi et qui conviendraient parfaitement à la culture du riz et du coton... Pour le moment, les progrès à tenter se réduisent à bien peu de choses, seuls les produits de grande valeur intrinsèque comme le caoutchouc, pouvant supporter les frais de transport de Korhogo à la Côte » (ANRCI, 1 EE79 (2), 1908).

14Lorsque le chemin de fer atteignit Bouaké en mai 1912, le coton et d’autres cultures furent rapidement imposées aux populations de la savane. Suivant les instructions du gouverneur de la colonie et du commandant du cercle de Korhogo, les gardes de cercle obligèrent les paysans à doubler la taille de leurs champs de riz et à planter 500 ha de coton.

15En 1913, certaines autorités pensaient que les paysans pourraient augmenter leur production de coton en intensifiant cette culture intercalée avec des cultures de subsistance. La culture intercalaire présentait plusieurs avantages : (1) les variétés locales résistaient mieux aux maladies parasitaires lorsqu’elles étaient associées à d’autres plantes ; (2) la couverture végétale dense des buttes semées en cultures associées gardait l’humidité du sol ; (3) des denrées alimentaires étaient produites en même temps que du coton et (4) pour augmenter la production de coton, on se servait des techniques culturales indigènes. Ainsi, dans une lettre au gouverneur Angoulvant en septembre 1913, le chef du service de l’Agriculture suggéra de « conseiller » aux paysans de réserver les deux tiers de chaque butte d’igname aux cotonniers (ANRCI, 1 RR 63 d, 1917). Cette densité de cotonniers était bien plus grande que celle du coton cultivé toutes les quatre buttes à l’époque précoloniale.

De la corvée « déguisée » à la culture forcée

16Célèbre pour son mépris des « coutumes indigènes », Angoulvant pensait que des méthodes de culture « scientifiques » devaient être imposées en Côte d’Ivoire (ANRCI, MiFm 5G 67, 1908). Il avait comme objectif une monoculture du coton en lignes qui permettait aussi aux gardes de cercle de délimiter plus facilement les champs de coton et de mieux surveiller le travail. Les champs collectifs et les paiements effectués aux chefs de village facilitaient également la tâche des commandants de cercle qui consistait à vérifier que la quantité de coton demandée à chaque village était bien commercialisée (ANSOM, Aff Pol 3047 bis, d.39). La culture forcée du coton était donc pratiquée en monoculture dans des champs dont la taille dépendait du nombre d’imposables dans chaque village. Le champ où se pratiquait la culture forcée fut connu comme le « champ du commandant ». Ce n’était pas un seul grand champ, mais un certain nombre de champs cultivés dans le même secteur, chacun étant entretenu par les membres de plusieurs lignages. Un « garde » relevant du quartier général de Korhogo venait à Katiali pour délimiter le champ du commandant. Il revenait périodiquement pour surveiller le désherbage et la récolte.

Bêh Tuo, un informateur Sénoufo âgé, a raconté comment des châtiments étaient infligés aux villageois qui n’effectuaient pas les travaux agricoles à la satisfaction des gardes de cercle. Les gardes repéraient les chefs de lignage des unités de production, les forçaient à s’allonger sur le sol, et les fouettaient tandis que des joueurs de balafon et de tambour interprétaient de la musique que l’on entendait généralement lors des concours de billonnage/buttage. Certains chefs de lignage étaient forcés de parcourir le village en portant de lourdes pierres sur la tête (entretien avec Bêh Tuo, Katiali, 3 juillet 1981).

Comme le montrent Isaacman (1996) et Likaka (1997) dans leurs études sur la culture forcée du coton au Mozambique et au Congo pendant la période coloniale, de tels actes de brutalité étaient courants lorsque les États étaient faibles et incapables de surveiller efficacement le travail. Ils visaient essentiellement à intimider les populations rurales pour qu’elles obéissent aux ordres, au risque d’en supporter les conséquences.

17Contrairement à l’opinion selon laquelle l’augmentation de la production de coton nécessiterait peu d’efforts, la culture forcée du coton impliquait davantage de travail et de terres consacrées à cette production pendant la saison des pluies, c’est-à-dire pendant la période de production des denrées alimentaires. En l’absence de toute amélioration des méthodes ou des techniques agricoles, la culture forcée signifiait une réduction immédiate des ressources disponibles pour la production vivrière. Étant donné le faible niveau de productivité et les demandes formulées auprès des familles pour fournir des manœuvres aux projets de travaux publics, un administrateur s’est interrogé sur la pertinence d’une politique d’encouragement de la production du coton : « Cette culture [le coton] n’est encore que relativement développée dans le cercle et il y aura un très gros effort à demander aux indigènes pour qu’elle prenne l’importance qu’elle doit avoir. Les cultures vivrières prenant un temps considérable vu les procédés primitifs employés et d’autre part, le grand nombre d’adultes employés en dehors du cercle privant l’agriculture d’autant de bras solides, [en conséquence] il sera absolument nécessaire d’améliorer [ces méthodes], ainsi que je l’ai déjà écrit, les moyens de transport ; ce qui rendra disponible une grosse part de main-d’œuvre et les moyens de culture : ce qui permettra de mettre en valeur des espaces plus considérables avec une main-d’œuvre égale » (ANRCI, 1 QQ 81 b, 1912).

18Dans l’esprit des administrateurs coloniaux, il existait une différence entre la production cotonnière imposée et surveillée et la culture forcée proprement dite. Le riz, le maïs, le mil, l’igname et les noix de karité étaient les « cultures forcées » officiellement reconnues, alors que le coton était considéré comme une « corvée déguisée » (ANRS, 1 R 108 a, 1931). Au niveau villageois, les chefs de quartiers étaient obligés de remplir un certain nombre de sacs de riz, de maïs, de mil et d’arachide. Le nombre de sacs était déterminé proportionnellement au chiffre d’imposables dans le village. Le coton n’était pas soumis au même type de contrainte. Contrairement au Soudan français voisin où les paysans sénoufo de la région de Sikasso devaient cultiver 10 kg de coton par imposable au milieu des années 1920 (Rondeau, 1980), les administrateurs en Côte d’Ivoire ne spécifiaient pas le nombre de balles ou de kilos de coton à produire. Ils ne déterminaient que la superficie à cultiver en coton. En 1916, chaque contribuable devait cultiver 0,08 ha ; en 1918, on atteignait les 0,10 ha (ANRCI, 1 RR 63 c, 1917-18).

19Au début, on laissait les paysans choisir le site et défricher, faire des buttes et y planter le coton. Cependant, une fois les graines semées, il s’ensuivait un contrôle régulier des techniques culturales. Les gardes de cercle et les agents de vulgarisation du service de l’Agriculture se rendaient dans les villages pour apprendre aux paysans à démarier, étêter, désherber et, après la récolte, à brûler les tiges de cotonniers {idem). Au cours de leurs tournées, les gardes de cercle inspectaient les champs pour vérifier si les paysans respectaient les ordres. Si la qualité du travail ne leur plaisait pas, ils obligeaient les habitants de tout un quartier à retourner au champ du commandant jusqu’à ce que le travail soit convenablement effectué. Ceux qui refusaient d’obéir aux ordres étaient fouettés en public. Un informateur âgé, Gniofolotien Silué, a rappelé que des chefs de lignage étaient souvent les victimes de ces actes de brutalité pour l’exemple. Pour éviter de voir les anciens humiliés en public, les membres du lignage et leurs familles travaillaient dans les champs du commandant et amenaient les produits jusqu’aux points de vente (entretien avec Gniofolotien Silué, Katiali, 3 mars 1992). Les chefs de village et de canton contrôlaient l’argent gagné grâce à la vente du coton et des autres cultures forcées. Cet argent, lorsqu’il était suffisant, permettait aux chefs à payer directement les impôts des villageois.

20En 1916, la population du cercle de Korhogo cultivait 9600 ha de coton en monoculture (ANRCI, 1 QQ 81 d, 1916) et 600 hommes travaillaient en zone forestière (Ouattara, 1977). Cette population était également forcée de participer à la campagne d’augmentation des productions agricoles menée dans les colonies françaises pour ravitailler les soldats sur le front européen. Cette « prestation en nature » demandée par le ministre des Colonies a abouti à l’exportation de 300 t de maïs, 150 t de mil, 150 t de riz, 100 t d’arachide, et 30 t de noix de karité par le cercle de Korhogo en 1917. Dans le cadre des réquisitions et des charges supplémentaires constituées par la conscription et le portage à longue distance des productions exigées pour l’effort de guerre, ces demandes opéraient des ponctions sévères sur les ressources locales.

Marché du coton à Tiébissou (environ 1915). Longue file d’attente, pesée, enregistrement : tout un ordre et une bureaucratie différents des marchés locaux... mais des prix dérisoires. (Avec l’aimable autorisation des Archives nationales de France, section d’outre-mer-Ansom.)

Résistance paysanne et coercition

21L’intensification des réquisitions de l’État sous forme de denrées, de coton, de tirailleurs et de main-d’œuvre n’allait pas sans une certaine résistance de la part de la population locale. Dans le rapport politique et économique du Poste de Korhogo en novembre 1915, le commandant du cercle écrivait que « certains chefs ont opposé la force d’inertie » à ses ordres (ANRCI, 1 EE 79 (5)b, 1915). Il constatait que la résistance venait des chefs qui croyaient « posséder » les gens que le gouvernement colonial leur permettait d’administrer. De plus, « les chefs de famille, avec plus de raisons cette fois, pensent que nous diminuons leur force de production en leur enlevant des instruments de travail » (ibid.).

22Pour vaincre la résistance des paysans face à la culture forcée, l’État prit trois mesures. La première consistait à offrir des prix intéressants aux producteurs de façon à les inciter à augmenter leur production pour le marché. Le gouverneur général Joost Van Vollenhoven exprima ce raisonnement dans une lettre aux gouverneurs de l’A.-O. F : « L’indigène de l’A.-O. F n’est pas autrement fait que le reste de l’humanité. Il est venu offrir son travail et ses produits chaque fois qu’on lui a offert des prix rémunérateurs. Par contre, il s’est refusé à travailler chaque fois qu’il estimait son salaire insuffisant. On a pu dire, sans exagération, que le rendement des récoltes était en A.-O. F. fonction, non du climat, mais des prix payés à la récolte précédente » (ANRCI, 1 RR 14, 1917).

23Contrairement à cet exemple de discours valorisant la rationalité paysanne, les producteurs de coton étaient rarement rémunérés pour leur travail. L’argent obtenu par la vente du coton allait habituellement aux chefs de village et de canton. Si des prix plus élevés devaient inciter à augmenter la production, on aurait dû payer les producteurs individuellement. Mais, l’utilisation par l’État des chefs comme intermédiaires et les avantages de la monoculture perpétuaient la pratique des champs collectifs et des paiements aux chefs de canton et de village. Ainsi les relations de production en vigueur exigeaient que les marchands et l’État suivent une deuxième voie qui avait fait ses preuves : inciter les chefs à intensifier la production agricole en leur offrant crédit, primes et commissions.

24Une troisième manière d’augmenter les rendements consistait à accentuer la coercition. Exiger que les producteurs augmentent la surface cultivée devint une pratique courante. Mais l’extension de la surface cultivée en coton ne garantissait pas une augmentation de la production. Une fois ensemencés, les champs étaient facilement négligés. Dès lors, l’État devait renforcer ses contrôles de l’agriculture paysanne. Un rapport de 1918 sur la culture du coton en Côte d’Ivoire révèle le degré de contrôle exercé par l’État sur l’organisation de la culture forcée : « c’est un travail continuel que font les administrateurs car non seulement il faut obliger les indigènes à défricher, semer, mais il faut tenir la main de l’entretien des champs à la récolte et enfin former les convois pour les lieux de vente » (ANRM, IR-123, 1918). C’était la tâche des gardes de cercle et des agents de vulgarisation du service de l’Agriculture « de suivre la culture et de la contrôler » (ibid.).

25Les autorités coloniales furent satisfaites des résultats de leurs efforts. Le chef du service de l’Agriculture, H. Leroide, se plaisait à résumer ce qu’il considérait être à l’origine de l’augmentation des exportations de coton : « Nulle en 1912, la production est passée à 94 tonnes en 1915, 357 tonnes en 1916 et 540 en 1917... Ce résultat est entièrement l’œuvre de l’Administration locale. C’est elle qui, en obligeant les indigènes à étendre leur culture, en organisant l’achat du coton, son pressage et son égrenage, a provoqué les récoltes suffisantes et leur mise sous une forme convenable, pour faire de ce textile un article d’exportation » (Ansom, Aff Pol 3047 bis, 1918).

L’idée d’un « cercle vicieux » du coton

26Les administrateurs de haut rang estimaient jouer un rôle important pour briser ce qu’ils considéraient comme un « cercle vicieux », l’industrie cotonnière hésitant à investir dans l’égrenage et le transport à moins d’être sûre d’avoir des quantités suffisantes de coton à des prix assez bas pour faire des bénéfices. Ils pensaient que « seul un organe puissant et désintéressé » tel que l’État colonial pouvait briser ce cercle vicieux en permettant la « création de ressources nouvelles dans des régions manquant de produits exportables » (ibid. : 13, 29) et la commercialisation d’une matière première dont l’industrie textile de la métropole avait grand besoin. Dans la préface au rapport de Leroide, le lieutenant gouverneur Angoulvant soutenait le point de vue du chef du service de l’Agriculture selon lequel il fallait avoir recours à la force pour que les gens produisent du coton en quantités suffisantes pour l’exportation : « Je veux seulement dégager cette conclusion que, dans un pays neuf, aux populations primitives et peu laborieuses, il ne faut pas escompter un succès rapide et que le succès n’est que le fruit d’un long et patient effort. C’est une guerre d’usure qui se poursuit contre l’ignorance et l’inertie des hommes, contre les forces mauvaises de la nature, et la victoire appartient finalement à celui qui a pu durer » (ibid. : ii).

27Les principaux éléments du discours sur le développement cotonnier forcé sont discernables dans ces textes coloniaux. Cela commence par des données sur la tendance à la hausse des exportations de coton qui s’explique par des interventions extérieures. Les cultivateurs sont décrits comme pauvres (sans ressources), ignorants, et manquant de savoirs techniques pour améliorer la production. Ils ont besoin de conseils techniques que les services de l’État sont prêts à leur donner, de force si besoin est. Le service de l’Agriculture se considère comme un agent neutre de l’État dont le but est de créer les conditions de développement du coton pour l’exportation. En brisant le soi-disant « cercle vicieux » de la faible production du coton, le service de l’Agriculture est ainsi au service du développement. Mais développement pour qui ? Ce qui distingue cette première expression d’un discours sur le développement de variantes plus tardives, c’est la transparence de ses méthodes et objectifs coloniaux. Il est clair que les principaux bénéficiaires du développement du coton ne sont pas les paysans qui sont contraints à le cultiver. C’est l’industrie textile française et l’État métropolitain qui doivent en bénéficier. La première espère disposer d’une matière première bon marché, alors que le second cherche à se libérer des importations de coton coûteuses et fluctuantes des États-Unis. Comme l’a précisé le chef du service de l’Agriculture, l’objectif premier du développement cotonnier est « d’aider efficacement la métropole » en approvisionnant en matière première son industrie textile (Leroide, 1918 ; Monnoyer, 1922).

28En 1918, de nouvelles contraintes furent appliquées lorsque la surface cultivée en coton passa à 0,1 ha (10 ares) par contribuable. Une forte baisse des ventes de coton en 1917 (fig. 11) en fut la cause. Les administrateurs attribuèrent cette baisse à plusieurs facteurs. D’abord, la monoculture a rendu les cotonniers plus vulnérables aux invasions parasitaires. Ensuite, la demande formulée par la métropole d’un approvisionnement illimité en denrées alimentaires à des prix plus rémunérateurs que le coton a abouti à négliger les champs de coton. Le recrutement de main-d’œuvre forcée pour des projets de travaux publics a provoqué l’abandon de certains champs de coton. Enfin, en raison des prix plus élevés des tissus importés pendant la guerre, les tisserands locaux ont augmenté leur production. Les producteurs de coton ont vendu de préférence leur coton aux marchands dioula qui leur offraient des prix plus avantageux (ANRCI, 1 RR 63 c, 1917-18).

Une égreneuse de coton manuelle en activité (Bouaké, environ 1915). Première mécanisation de la filière du coton. (Avec l’aimable autorisation des Archives nationales de France, section d’outre-mer - Ansom.)

Le marché parallèle du coton

29La concurrence entre les commerçants indigènes et les maisons de commerce européennes dans l’achat du coton local était une préoccupation continuelle des administrateurs et des représentants de l’industrie textile de la métropole. Les autorités ont reconnu l’importance des marchés cotonniers locaux en 1913 lorsque le prix officiel du coton graine a été aligné sur les prix régionaux (ANRCI, 1 RR 63 a, 1913). Pour détourner le coton qui approvisionnait les tisserands dioula et baoulé, l’État s’est efforcé, mais en vain, de supprimer l’artisanat textile indigène. Pour ce faire, il a essayé de limiter l’utilisation des égreneuses manuelles de coton par les commerçants dioula. En 1915, le chef du service de l’Agriculture donnait sans ambiguïté la position officielle : « Si nous cherchons à développer la culture du coton, c’est en vue d’alimenter un commerce d’exportation d’une matière première tout en facilitant l’importation des tissus d’Europe. D’où la nécessité d’habituer dès maintentant l’Indigène à porter son coton au commerce, afin d’aboutir à une suppression graduelle du tissage local. Le but des appareils portatifs est précisément de permettre la préparation sur place du coton brut, sous une forme qui rend le transport économique. Il ne faudrait donc pas que les Indigènes s’habituent à les utiliser uniquement pour préparer du coton qu’ils revendent aux tisserands. Les égreneuses pourront, au contraire, être mises à la disposition des exportateurs européens ou indigènes sur les centres d’achats de la voie ferrée » (ANRCI, 1 RR 63 m, 1915).

30Les archives ne disent pas si le service de l’Agriculture a mis en œuvre cette politique ni comment les planteurs locaux et les marchands ont réagi. Par contre, la demande en coton par des marchands locaux a considérablement augmenté pendant la Première Guerre mondiale. Une reprise du tissage local intervint en 1917 parce que les prix des tissus importés avaient triplé. La toile européenne qui se vendait généralement deux francs était alors vendue six francs. La demande de toile fabriquée localement était si importante que les tisserands payaient un franc par kilo la fibre de coton dans les villages, alors que les maisons de commerce offraient 0,35 F par kilo à de grandes distances du point de production. Ces prix élevés et des distances plus courtes rendaient les marchés locaux plus avantageux pour les producteurs de coton (ANRS, 1 R 48 a).

31Dans un rapport spécial sur les raisons de la forte baisse des ventes de coton aux maisons de commerce entre 1916 et 1917, le gouverneur Raphaël Antonetti observait que le renouveau de l’artisanat semblait logique dans ces circonstances : « La défense faite aux producteurs de conserver tant soit peu de leur récolte fut surtout néfaste ; elle équivalait à tuer complètement une industrie locale particulièrement prospère et qu’il aurait fallu, au contraire, encourager » (ANRS, 1 R 48, 1918 a).

32En réponse au rapport du gouverneur Antonetti, le gouverneur général Angoulvant a réitéré son désir de supprimer l’artisanat indigène : « Je ne partage pas votre avis au sujet des encouragements à donner à la confection des pagnes par les tisserands indigènes, bien au contraire. Ces petits artisans passent un temps considérable pour confectionner une quantité d’étoffes insignifiantes et les femmes emploient la totalité de leurs journées à filer. Ils emploieraient les uns et les autres beaucoup plus utilement ce temps à leur cultures, à augmenter par exemple, leurs champs de coton. Tout le monde y trouverait son avantage aussi bien eux que le commerce européen » (ANRS, 1 R 48, 1918 b).

33Angoulvant n’avait aucune idée du temps qu’il fallait pour augmenter la production de coton lorsqu’il écrivait à Antonetti « si vous aviez été prévenu... que les résultats ont été et resteront soumis à la pression administrative, vous auriez pu obtenir quelques tonnes de plus » (ANRS, 1 R 48, 1918 c). Au contraire, Antonetti savait parfaitement ce qu’il fallait pour augmenter la production de coton. Ses priorités, cependant, étaient ailleurs. Sa principale préoccupation consistait à maintenir un flux régulier de main-d’œuvre de la savane vers les chantiers européens de bois et les plantations en zone forestière. Selon le président de l’ACC, Antonetti ne voulait pas exercer trop de pression dans les régions cotonnières, de peur d’entraîner une réduction de main-d’œuvre dans les régions forestières (ANRCI, 1 RR 63, 1924).

34Ces contentieux entre administrateurs de haut rang révèlent que les autorités coloniales percevaient différemment leur mission et la place des Africains dans cette mission. Ils mettent également en lumière les dilemmes des autorités coloniales dans leur tentative de concilier les intérêts opposés de l’industrie textile de la métropole et des expatriés avec ceux de la population africaine. Le gouverneur de la Côte d’Ivoire, Antonetti, cherchait un équilibre entre les besoins en main-d’œuvre des investisseurs expatriés en zone forestière et ceux des familles productrices de coton dans la savane. Il se heurtait à un autre dilemme : supprimer ou encourager l’artisanat local et quels seraient les effets de ces politiques sur la production de coton ? Face à de telles interrogations, il n’est pas étonnant que les administrateurs coloniaux aient adopté des politiques contradictoires. Les paysans africains et les marchands y ont parfois trouvé une certaine marge de manœuvre.

Livraison obligatoire de coton (Bouaké, environ 1928). « Alors commence la cérémonie de réception... » (A. Londres, 1928). (Carte postale, photo Lauroy.)

35La liberté dont jouissaient les producteurs pour vendre leurs récoltes était un élément décisif pour ce marché parallèle. Les paysans pouvaient vendre du coton à qui ils voulaient. L’État n’intervenait dans le commerce qu’en « situation de carence ou insuffisance du commerce libre » (ANRCI, 1 RR 67 a, 1925). Son rôle était de mettre le producteur indigène en contact avec le commerce « ...afin qu’il n’éprouve pas de difficultés insurmontables pour écouler son coton et qu’il ne soit pas obligé de transporter à de trop longues distances son produit pour le vendre » (ANRCI, 1 RR 67 b, 1925). Le problème de la distance du lieu de production au marché était encore réel en 1922 pour certains villages de la région de Korhogo dont les porteurs devaient acheminer du coton sur la tête pendant 200 km (ANRS, 1 R 48 a). En outre, les prix de cotonnades importées continuaient à être très élevés, car l’économie française sombrait alors dans une profonde récession. Une toile qui se vendait neuf francs en 1918 atteignait quatre-vingts francs en 1920. Les prix du coton à l’exportation diminuaient et le tissage local était en plein essor (ibid.).

36La situation resta inchangée au début des années 1920. Au cours d’une tournée dans les régions cotonnières de l’Afrique-Occidentale française en 1924, Arthur Waddington, président de l’ACC, observa que l’artisanat textile absorbait une bonne partie du coton produit dans les colonies. Pour augmenter l’exportation de coton, il suggéra que l’État colonial instaure un impôt payable en coton graine. Il estimait que l’administration n’aurait aucun problème à vendre ce coton et qu’elle obtiendrait un prix d’achat raisonnable (ANRCI, 1 RR 63,1924). L’impôt en coton de Waddington ne fut jamais appliqué. Le gouverneur Antonetti considérait que l’existence du marché parallèle du coton tenait essentiellement à une question de prix. En 1925, il y eut une reprise vigoureuse du marché à l’exportation lorsque les maisons de commerce offrirent 1,75 F par kilo de coton graine, soit dix fois le prix pratiqué pendant la guerre. Néanmoins, les producteurs vendaient encore plus d’un tiers de leur coton aux commerçants locaux qui offraient 3,60 F par kilo. Cet écart de prix devait être réduit pour que les exportations de coton augmentent (ANRCI, 1 RR 64 b, 1925-27).

37La figure 12 montre que le marché parallèle du coton s’est développé en Côte d’Ivoire pendant une bonne partie des années 1920 et 1930, comme il l’a fait ailleurs en Afrique-Occidentale française (ROBERTS, 1997). Les données de l’ACC concernant les exportations de coton étaient fiables, mais les administrateurs ne pouvaient qu’estimer les quantités de coton vendues sur les marchés locaux. En se basant sur les densités de population et les niveaux de consommation supposés, les chiffres de ventes locales constituent les meilleures estimations (ANRCI, 598, 1938 ; 813, 1935-36). D’après ces données, on évalue à 37 % du total la production cotonnière écoulée localement. Ces pourcentages étaient plus élevés lorsque le prix des cotonnades européennes augmentait et quand la demande en cotonnades indigènes stimulait les ventes locales.

38En 1928, pour combler la différence de prix, l’État colonial fixa un prix d’achat minimum du coton au-dessous duquel il fut conseillé aux producteurs de ne pas vendre. Certains administrateurs accusaient les acheteurs européens de coton d’être sans scrupules, car leurs prix d’achat étaient bien en dessous du marché mondial. En raison de ces prix bas (par exemple, 0,60 F/kg en 1927), les autorités avaient des difficultés à encourager les paysans à cultiver le coton pour l’exportation. Elles soutenaient que les prix devaient être déterminés par les cours en vigueur au Havre moins les frais d’égrenage et de transport. Malgré des protestations de la Chambre de commerce et de l’ACC qui réclamaient la « liberté du commerce », le prix du coton fut fixé à 1,75 F en 1928 (ANRCI, 3442, 1928).

Fig. 12 - Les ventes coton graine sur marchés locaux et à l’exportation de 1924 à 1932 de 1936 à 1938

La pression en faveur des exportations de coton

« II semble paradoxal que nos filatures du Nord, de la Normandie et d’Alsace puissent manquer de matières premières alors que les cotonniers poussent spontanément dans de nombreuses régions de notre empire colonial.. » La Dépêche, 14 novembre 1928.

39Alors que le débat sur les prix d’achat du coton se poursuivait, les contraintes administratives furent renforcées pour augmenter la production. À partir de 1925, de nouvelles mesures modifièrent profondément la production et les échanges dans les régions cotonnières. Sur l’initiative du gouverneur général Carde à Dakar et du gouverneur Lapalud en Côte d’Ivoire, et sous le contrôle du nouveau service des Textiles, des quotas de production furent fixés pour chaque cercle. Par conséquent, on demanda aux villageois de doubler la surface de leurs champs de coton (ANRCI, 1 RR67 a, 1925 et 64 b, 1925-27). Les chefs reçurent également des primes pour augmenter la qualité et la quantité du coton. Le montant de la capitation passa à 7,50 F par imposable, soit plus du double des prélèvements de 1913. Le gouverneur Lapalud intensifia également le recrutement d’hommes dans le nord pour travailler dans la région forestière. Un petit nombre de femmes furent également recrutées comme cuisinières pour les équipes de manœuvres. Selon un informateur de Katiali, ce fut la pire expérience de travail forcé vécue par les femmes (entretien avec Namwa Koné, Katiali, le 12 mars 1992).

Les foires à coton

40D’autres mesures furent prises dans le cercle de Korhogo par le commandant Lalande qui, en 1927, intervint directement dans la commercialisation de la production. L’administration, en accord avec les maisons de commerce du cercle, créa des « foires » où l’on demanda aux paysans de vendre leurs produits. De telles « foires » furent organisées dans toute la colonie et dans une bonne partie de l’Afrique de l’Ouest à l’initiative du gouverneur général Carde, pour raccourcir les distances entre le lieu de production et le lieu de vente et pour garantir aux producteurs un juste prix. Richard Roberts (1997) décrit en détail l’organisation et les aspects contraignants de ces « foires » au Soudan français pendant cette période. Carde estimait que les foires étaient un moyen d’imposer des normes de qualité en sanctionnant les planteurs qui ne triaient pas le coton en qualités supérieure et inférieure. Bien que l’organisation des foires variait à l’intérieur de la colonie et entre les colonies, elles avaient en commun un aspect coercitif sous le couvert d’une liberté du commerce.

« Aujourd’hui, les porteurs de coton se hâtent vers Bouaké... » (A. LONDRES, 1928). (Photo A. Londres, avec l’aimable autorisation d’Arléa.)

Cette contradiction n’a pas échappé au célèbre journaliste français Albert Londres qui voyagea en Afrique francophone pendant quatre mois en 1928. Il s’arrêta à Bouaké, dans le centre de la Côte d’Ivoire où il rapporta avec beaucoup d’ironie la scène suivante.
« Aujourd’hui, les porteurs de coton se hâtent vers Bouaké. Ils vont d’un pas consentant. Écrasés sous la charge, ils vous sourient. Le tirailleur fait le chien de berger. L’homme, la mousso, l’enfant, tout le monde est de corvée. Ils ne reverront plus leur case de quatre jours, mais ils vont contempler la face du commandant ! Ceux qui apporteront du mauvais coton attraperont, comme de juste, quelques jours de boîte. Ils se dépêchent !
La ville est atteinte. Ils s’engouffrent dans la cour de la résidence, déposent leurs sacs, les ouvrent et se rangent. Le tirailleur admire son œuvre et, d’un pas officiel, gagne le bureau du dieu de la brousse. Il se fige dans le cadre de la porte et, la main à la chéchia, lance d’une voix de tonnerre :
– Commandante ! le coton il est aboulé !
Alors commence la cérémonie de la réception. Le commandant sort ; il fouille chaque sac.
Atakouré ! dit-il. Atakouré ! C’est bien ! C’est bien ! Va peser.
Les heureux se dirigent vers la bascule contrôlée.
– Va trier ! dit-il à celui-là sur un ton courroucé.
L’homme se retire, vide son sac et sépare le bon du mauvais.
À la boîte s’écrie soudain le commandant. À la boîte ! dit-il aussi au suivant.
Le coton de ces deux-là n’est pas joli ; ils s’en vont à la boîte tout seuls.
Comprennent-ils que cela leur est dû ?
À la bascule, on fait les comptes. Aujourd’hui, le coton se vendra deux francs quarante. L’écrivain trace sur un petit papier : vingt-six kilos à deux francs quarante = soixante-deux francs quarante. C’est la somme que devra leur verser l’acheteur. La confiance règne !
Le tirailleur se tient au milieu de la cour, semblant attendre quelque chose.
– Sanna, lui dit le commandant, tu as bien travaillé ; tu auras cinquante francs de gratification.
Les cinquante francs doivent lui faire plaisir, mais c’est surtout l’honneur qui transporte subitement Sanna. Son cœur lui monte au visage et ses deux joues battent !
– Merci, commandante ! hurle-t-il. Merci ! Merci ! Merci ! »
Le livre de Londres (1929) a provoqué tant de remous que le gouverneur général d’Afrique de l’Ouest a convoqué la presse pour rassurer l’opinion publique à propos des conditions scandaleuses dénoncées par Londres. Les photos prises par Albert Londres au cours de sa visite en Afrique en 1928 furent découvertes par Didier Folléas (1998) dans un marché aux puces de Casablanca et ensuite publiées par Arléa.

41Les marchands sous-estimaient souvent le poids des produits et trompaient les paysans. Ceux-ci n’avaient pas le choix ; ils devaient vendre leur production. S’ils n’avaient pas assez de coton à vendre, ils étaient forcés d’en acheter à d’autres cultivateurs souvent à des prix élevés. Une fois ce coton revendu dans les « foires », les familles déficitaires recevaient généralement juste un tiers du prix qu’elles venaient de payer (ANRCI, 2990, 1931). Les commandants de cercle étaient au courant de ces pratiques, mais ils préféraient fermer les yeux. Dans une lettre au chef du service des Textiles, le commandant du cercle de Baoulé déclarait : « J’ai décidé qu’à moins d’instructions contraires de votre part, je fermerais les yeux sur ce trafic parce que je me suis assuré que si certains indigènes sont dans l’obligation d’acheter du coton à leurs congénères ce n’est pas par suite de circonstances malheureuses indépendantes de leur volonté, telles que des inondations ou des invasions de parasites, mais bien par suite de leur paresse encouragée par l’espoir que l’Administration ne s’en apercevrait pas. J’estime que l’amende qu’ils s’infligent ainsi spontanément constitue la meilleure sanction et que l’an prochain elle portera ses fruits » (ANRCI, 1115, 1928-1937).

42Les mesures de rigueur furent efficaces. La production totale de coton graine dans la colonie a presque quintuplé entre 1924 (1 256 tonnes) et 1928 (6005 tonnes).

L’accentuation de la pression coloniale

43Les conditions de production et d’échange ont continué à empirer vers la fin de la décennie. En avril 1928, le service des Textiles a donné des instructions aux commandants de cercle pour que les paysans pratiquent non seulement la monoculture du coton dans le « champ du commandant », mais également qu’ils associent la culture du coton dans tous les champs vivriers « sans exception » (ANRCI, 1 RR 65,1928). Les problèmes de main-d’œuvre rurale furent aggravés par l’arrivée du chemin de fer à Ferkéssédougou en 1928. Un certain nombre d’Européens, découragés d’investir dans le cacao dont le prix était faible, ont laissé de côté la région forestière pour créer des plantations productrices de sisal, de kapok, d’huile de ricin et de sésame dans les régions de Ferkéssédougou et de Korhogo. Ces planteurs du nord qui, dès 1932, s’étaient vu attribuer des concessions sur 12000 ha, ont bénéficié de subventions de l’État sous forme de primes à la production et surtout, d’une main-d’œuvre bon marché recrutée dans le cercle de Korhogo (Aubertin, 1980). En 1930, plus d’un millier de manœuvres effectuaient un travail forcé sur ces plantations (Ansom, AP 3066, 1931). De plus, en 1929, les commandants des cercles du nord, poussés par le gouverneur Lapalud, forcèrent la population locale à produire des arachides pour alimenter une huilerie récemment construite dans la région de Ferkéssédougou. À l’instigation de Lapalud, les commandants « poussèrent » les paysans à produire 4000 tonnes d’arachides pour l’usine (ANRCI, 840 a, 1929). Le taux de capitation augmenta encore à 12 F en 1930. La même année, les prix officiels du coton baissèrent et chutèrent à 0,65 F par kilo en 1931.

44En 1930, la pression extraordinaire sur les ressources familiales dans la région de Korhogo tranchait fortement avec les conditions relativement favorables qui prévalaient au début des années 1920. Au cours de cette décennie, le recrutement de la main-d’œuvre forcée a été multiplié par 13, la capitation est passée de 6 à 12 francs, la surface cotonnière a doublé, la culture de l’arachide est devenue obligatoire dans les régions de Boundiali et de Korhogo. En revanche, les prix du coton et de l’arachide restaient bas et les marchés étaient monopolisés par les marchands européens qui fixaient leurs propres normes.

Travail forcé sur le chemin de fer en Côte d’Ivoire. Des grands travaux presque entièrement manuels mobilisaient des armées de manœuvres. (Avec l’aimable autorisation des Archives nationales de France, section d’outre-mer - Ansom.)

Sacs d’arachide prêts à l’embarquement sur le quai de Grand-Bassam. L’aboutissement d’une production paysanne largement orientée vers l’exportation. (Avec l’aimable autorisation des Archives nationales de France, section d’outre-mer-Ansom.)

Travailleurs forcés chargeant des billes de bois sur un wagon près d’Azaguié, Côte d’Ivoire. Des besoins énormes de manœuvres dans les chantiers et les plantations européennes en Basse-Côte. (Avec l’aimable autorisation de l’Ifan, Dakar.)

La crise alimentaire de 1930

45Un régime de réquisitions sans précédent mettait en grand danger la sécurité vivrière des ménages. Or, une grande sécheresse frappa le nord en août 1930. Une invasion de sauterelles accompagna la sécheresse, diminuant encore plus les rendements des cultures à cycle long : riz, mil et coton. La sécheresse et les invasions de sauterelles, s’ajoutant à la culture forcée du coton et des arachides et à la faiblesse des prix sur le marché, aggravèrent une situation déjà alarmante. De graves disettes frappèrent tout le cercle, mais surtout les subdivisions de Boundiali et de Korhogo. Une assiette de riz se vendait 2 francs en juin 1931 à Kouto, au nord de Boundiali, et on disait que des gens se résignaient à devenir esclaves domestiques pour 100 francs (ANRCI, 2896, 1931). Le chef de canton de Boundiali aggrava la situation en promettant en 1930, la vente à la maison de commerce de Tessière, d’une grande partie du mil et du riz, avant même que les semis ne soient effectués.

46Un rapport d’inspection du ministère des Colonies en 1931 critiquait sévèrement les administrateurs du cercle de Korhogo pour « leur interventionnisme extravagant et leur ignorance des possibilités économiques locales ». Ils étaient également réprimandés pour « avoir supprimé le libre-échange » et « forcé la population indigène à cultiver du coton et des arachides sans jamais se demander si ces cultures étaient réellement adaptées au cercle de Kong ». L’inspecteur Haranger écrivait : « Si l’on voulait entrer dans le détail de toutes les irrégularités et de tous les abus commis dans le cercle de Kong, un simple rapport ne suffirait pas ; il faudrait un volume... Il suffit pour le moment de signaler que l’on a vidé parfois avec effraction tous les greniers de réserves, jusqu’à ce qu’il ne restât plus aux gens que leurs yeux pour pleurer... Ces méthodes, dignes des hordes impitoyables des anciens conquérants noirs... ont entraîné la famine dans tout le pays » (ANRCI, AP 3066, 1931).

47L’inspecteur Haranger a fourni une quantité de témoignages corroborant ses accusations de « terreur administrative » dans la région (ibid. : 38). Il a effectué des enquêtes auprès de plus de quinze communautés dans les subdivisions de Korhogo et de Boundiali dont Katiali.

« Katiali (chef-lieu de canton). Les habitants ont souffert de la faim en 1930. Les sauterelles avaient dévasté les cultures. Le village a dû fournir tout ce qui lui restait. Il a porté aux foires un camion de riz rempli du contenu, vidé de force par les gardes, des greniers de réserve. Le chef de canton [Ténéna Silué] et le nommé Béma Koné ont été frappés, à coups de poings, par le garde Zié Koné. Béma Koné a même été attaché à un arbre pendant qu’on vidait son grenier. Le canton a dû acheter du riz pour se nourrir.
Il a fourni à M. de Chanaud [propriétaire de l’huilerie à Badikaha] 41 sacs d’arachides. Il a reçu, longtemps après, 395 francs. Il a livré aux réquisitions 30 poulets et 80 pintades remis à Malimadou Coulibaly, fils du chef Gbon Coulibaly et lui-même, chef des représentants [jasakuntigi]] de Korhogo. Ni les poulets ni les pintades n’ont été payés » (ibid. : 40-41).

48La population des villages de Niéné-Nord dans la subdivision de Boundiali avait livré beaucoup de vivres : « Elle n’a jamais été payée, mais elle a été beaucoup battue » (ibid. : 49-51). Puis elle résista aux réquisitions. La célèbre « révolte de Tengréla » eut lieu lors de la famine de juillet-août 1930. Un détachement de gardes de cercle et de goumiers fut envoyé le 21 août 1930 pour réprimer cette « manifestation de mauvaise humeur » à l’égard de l’État colonial. Au milieu de la crise politique et sociale, le commandant Lalande fut relevé de ses fonctions et le chef de canton de Boundiali fut publiquement réprimandé ; les deux furent fortement critiqués pour « ne pas s’être intéressés aux gens qu’ils administraient » (ANRCI, 2990, 1931).

49Après la crise alimentaire de 1930, il n’y eut pas de campagne cotonnière « à proprement parler » dans le cercle de Kong, ni en 1931 ni en 1932 (ANRS, 1 R 108 c, 1932). Néanmoins, 125 tonnes de coton furent exportées en 1931 et 75 tonnes vendues sur place. Le tonnage en 1932 fut légèrement plus élevé : 162 tonnes pour l’exportation et 75 tonnes pour les marchés locaux (ANRCI, 1 RR 67 c, 1912-1931). La totalité de la production s’élevait à 1/4 du tonnage vendu en 1927 et 1928. Les prix officiels du marché étaient très bas avec un kilo de coton vendu à 0,65 R Comme l’exprimait avec indignation le gouverneur Reste, dans une lettre au gouverneur général Brevie en août 1932, « les prix de vente actuels sont de véritables prix de famine » (ANRS, 1 R 108 d, 1932).

50En fait, le tonnage vendu sur les marchés locaux est très vraisemblablement sous-estimé. Le service des Textiles pouvait calculer le tonnage exporté à partir des relevés effectués par des personnes intervenant dans l’égrenage pratiqué dans plusieurs cercles. Cependant, comme la plupart du coton vendu localement était égrené manuellement dans les villages, il était difficile de connaître exactement la quantité de coton vendue sur les marchés indigènes. Un rapport de l’ingénieur des Étages, chargé des essais de coton dans le cercle de Kong au début des années 1930, relevait que les deux tiers du coton cultivé par le fils du chef du canton de Korhogo étaient vendus localement à un prix beaucoup plus élevé que le cours officiel (ANRCI, 840 b, 1935). En tant que directeur de la « Ferme modèle indigène » de Korhogo où était cultivé du coton, des Étages a suivi de près la production et la vente des produits de la ferme. Cependant, en dehors de cette ferme, les administrateurs ne connaissaient pas la quantité de coton produite et vendue localement. Ils estimaient simplement que 1 à 1,5 kg de coton « par habitant » était vendu localement (ANRCI, 861, 1935).

51Dans les fermes cotonnières expérimentales de Ferkéssédougou et de Bouaké, des essais au champ furent entrepris avec une nouvelle variété de coton connue sous le nom de Ishan (Gossypium vitifolium) et importée du Nigeria en 1928. En 1933, les moniteurs de coton employés par le service de l’Agriculture commencèrent à remplacer les variétés indigènes par la variété Ishan dans les cercles de Bouaké, de Dabakala et de Séguela. Alors que Michel Perron (1933), commandant du cercle de Korhogo, attendait la variété améliorée, il déclarait que « pour le moment, nous devons nous contenter d’empêcher les indigènes de se désintéresser du coton ». En fait, derrière l’attentisme et la prudence de cet administrateur, une politique volontariste en faveur du coton se mettait en place.

Relances de la culture cotonnière

52Entre 1933 et 1935, la production cotonnière augmenta considérablement sous la pression de l’administration dans le cercle de Korhogo. Le tonnage de fibre brute produite en 1935 égalait celui de 1929. L’extension et la culture obligatoires de la variété Ishan à plus fort rendement expliquaient une grande partie de l’augmentation de la production. Des disettes furent à nouveau signalées dans la région de Boundiali en 1933 par M. Bordarier, commandant du cercle de Korhogo. Bordarier manifestait peu de compassion pour les problèmes de subsistance qui frappaient la population locale lorsqu’il écrivait : « J’ouvre ici une parenthèse sur la particulière apathie des indigènes de la subdivision de Boundiali qui “se défendent moins” devant les demandes qui leur sont faites [que] les indigènes des autres subdivisions qui mettent de côté soigneusement les quantités de vivres nécessaires pour la soudure, les dérobant soigneusement à toute investigation administrative » (Aubertin, 1980 : 14).

53En 1936, après une ambitieuse campagne visant à étendre les nouvelles variétés dans les régions cotonnières, de lourdes pertes furent enregistrées à cause des insectes nuisibles et des parasites. Cette année-là, plus de 16 tonnes de graines Budi améliorées furent distribuées dans les régions de Korhogo, de Boundiali et de Ferkéssédougou et seulement 20 tonnes de coton furent récoltées, soit 13 % des rendements prévus (ANRCI, 840 b, 1935).

La variété Budi était un croisement entre Gossypium hirsutum et Gossypium arboreum connu localement sous le nom de Garrah et Karangani. En provenance des Indes, elle fut développée à la station expérimentale de M’Pesoba dans le Soudan français par l’agronome Budichowsky qui travaillait pour l’Office du Niger au Soudan. La variété Budi fut cultivée dans la région au sud de Bamako et surtout dans le cercle de Bougouni (Clerin, 1949 ; Roberts, 1997).

54Après une inspection des zones de culture de la variété Ishan au sud du cercle de Korhogo, l’ingénieur des Étages recommanda que la culture du coton soit intercalée avec des cultures vivrières pour lutter contre les parasites. Il avait remarqué que l’essentiel du coton produit cette année-là provenait de champs de cultures intercalées. Tout aussi important, il recommandait les champs de cultures associées car « Elles (les cultures associées) demandent beaucoup moins de labeur aux indigènes en leur donnant ressources vivrières et produits de vente » (ANRCI, 1 RR 67 d, 1936).

55Les économies réalisées en temps de travail consacré à la culture du coton étaient l’un des avantages mentionnés par Marcel de Coppet, le gouverneur général de l’Afrique-Occidentale française à l’époque du Front populaire, lorsqu’il recommandait un retour à la variété cotonnière pérenne : « Il n’est pas douteux que le coton arbustif peut être cultivé sur de plus grandes surfaces, parce que le cultivateur se trouve en grande partie libéré, pendant plusieurs années, des travaux importants de préparation du sol pour les semailles » (ANRS, 1 R 108 e, 1938).

56Le gouverneur de Coppet, dont la conception du développement admettait une rationalité paysanne, soutenait que pour augmenter la production cotonnière il fallait que le coton devienne autant si ce n’est plus rémunérateur que des cultures comme le riz et le mil. Il préconisait également que les écarts considérables de prix entre les marchés locaux et ceux à l’exportation soient supprimés. Sinon, les paysans commercialiseraient les cultures plus rémunératrices et vendraient le coton sur les marchés locaux. « Avant donc de pouvoir exporter (le coton) », un administrateur soulignait que, « il faut arriver à saturer le marché local » (ANRS, 1 R 108 f, 1938).

57Frederick Cooper (1996) laisse entendre que la position du gouvernement du Front populaire en faveur des paysans en 1936-39 ne faisait pas l’unanimité chez les lieutenants gouverneurs et les commandants de cercle qui continuaient à fermer les yeux sur le recrutement forcé de manœuvres pour les plantations des colons français. Ces désaccords entre les administrateurs coloniaux de haut rang à propos du travail semblent avoir donné encore une fois aux producteurs une certaine liberté pour commercialiser leurs récoltes, au moins pendant une courte période. La reprise de la culture forcée sous le gouvernement de Vichy pendant les premières années deg uerre a rapidement effacé ce peu de liberté accordée aux paysans sur les marchés ruraux.

Le déclin du coton

58La période 1938-1946 a marqué à la fois l’apogée et le creux des exportations cotonnières de la Côte d’Ivoire à l’époque coloniale (fig. 11). La variété Ishan est désormais introduite dans la plus grande partie des régions de savane du centre et du nord. Pour maintenir ses rendements relativement élevés et sa qualité et empêcher son hybridation avec des variétés indigènes, les stations d’égrenage et les champs des cultivateurs étaient étroitement contrôlés. Les résultats furent impressionnants. En 1938, 6640 tonnes de coton graine furent récoltées dans les seuls cercles de Bouaké, de Dabakala et de Séguela ; 11219 tonnes dans l’ensemble de la colonie. Les exportations de fibre de coton atteignaient un record (2535 tonnes). Les résultats étaient jugés « très encourageants » ; il semblait qu’un bond en avant avait été affectué (ACCCI, 24, 1951 a). Mais ce ne fut pas le cas.

59Les mesures prises pour contrôler la qualité des graines d’Ishan se relâchèrent lorsque le directeur du service des Textiles, M. Jacquier, partit à la retraite en 1938. La variété dégéréra et la production chuta rapidement les années suivantes pour atteindre son niveau le plus bas en 1946. Plus d’un administrateur fut déçu par cette évolution. J. Lebeuf, ancien directeur de la ferme cotonnière de Ferkéssédougou et chef du service de l’Agriculture, déclara en 1941 que les politiques cotonnières de la Côte d’Ivoire avaient lamentablement échoué. « Il semble en effet qu’une lourde erreur fut commise environ dans les années 1920-1925 qui pèse encore aujourd’hui sur l’orientation de l’économie agricole des régions soudanaises et voltaïques. Du fait que le coton s’y trouvait cultivé partout, on a conclu qu’il pouvait constituer un élément particulièrement important de la production de ces régions. Hypothèse d’autant plus séduisante que ce textile est une des matières premières pour lesquelles la Métropole dépendait presque exclusivement de l’étranger et payait un lourd tribut. La réalité apparaît, hélas, tout autre » (ANRS, 1 R 125, 1941).

La politique vichyste du coton

60Malgré l’opposition de certains administrateurs et du service de l’Agriculture, une conférence sur le coton s’est tenue à Bouaké en 1940 pour remédier à l’effondrement du coton (ACCCI, 24, 1951 a). La réunion fut organisée par le gouverneur vichyste Horace Croccichia, à la demande d’intérêts français dans le textile et de la Chambre de commerce. Le gouverneur exprima son engagement envers le secteur cotonnier et ordonna un nouvel effort en sa faveur. Malgré son désaccord, le directeur du service de l’Agriculture fut envoyé au Nigeria pour obtenir des graines de coton Ishan qui remplaceraient la variété dégénérée pour la campagne de 1941.

61Les initiatives du gouverneur Croccichia furent complétées par la réorganisation, du fait de temps de guerre, du secteur cotonnier dans toute l’Afrique-Occidentale française. En 1941, Pierre Boisson, haut-commissaire de l’Afrique de l’Ouest sous le régime de Vichy, promulgua une série de lois visant à améliorer la qualité et la quantité du coton en Afrique de l’Ouest (ANRS, 1 R 208, Vers. 158, 1942). Sa « Convention cotonnière coloniale » octroya aux administrations locales de nouveaux pouvoirs de réglementation dans le secteur cotonnier. La convention définit deux objectifs fondamentaux : offrir aux planteurs de coton un prix de vente intéressant et créer un service de vulgarisation qui interviendrait dans la production, l’égrenage et la commercialisation du coton. Pour faire du coton une culture plus rémunératrice, Boisson recommanda de fixer les prix à un niveau compétitif avec d’autres cultures de rente telles que l’arachide. Le Comité d’organisation de l’industrie textile récemment créé consentit à acheter tout le coton livré sur les marchés pour l’exportation.

62L’Union cotonnière de l’Empire français (Ucef) nouvellement créée pour remplacer l’ACC, se vit confier le rôle de diriger les stations expérimentales cotonnières, de sélectionner et de distribuer les semences, d’égrener et de trier le coton. Ses agents devaient servir de conseillers techniques auprès des administrateurs de cercle et des moniteurs formés par le service de l’Agriculture. La Convention décréta que tout le coton destiné à l’exportation devait être vendu et trié sur des marchés spéciaux où un directeur appliquerait les normes de qualité. Elle permettait la vente de coton « entre indigènes » pour l’artisanat local. Tout le coton vendu et égrené dans les marchés officiels devait être exporté. Par conséquent, on refusait aux commerçants dioula l’accès aux égreneuses gérées par l’Ucef s’ils envisageaient de vendre la fibre sur les marchés locaux. Les sociétés de prévoyance de chaque cercle devaient embaucher des moniteurs pour surveiller pratiquement chaque étape du processus de production : sélectionner et mesurer les lieux de culture, surveiller le défrichage et le sarclage des champs, et enfin veiller à ce que la récolte soit effectuée en temps voulu.

63À Katiali, les anciens racontent qu’un garde de cercle se rendait au village pour surveiller ces tâches à la place du moniteur de culture. Il délimitait les champs et surveillait leur préparation. Il revenait plus tard au moment du désherbage et de la récolte. Chaque quartier du village avait son propre champ à cultiver. Tout le monde y travaillait : hommes, femmes, personnes âgées et enfants, généralement, les hommes défrichaient et labouraient les champs. Les femmes et les enfants le plus souvent semaient et désherbaient. Tous participaient à la récolte. Les lundis et vendredis, jours habituels de repos, étaient consacrés aux champs du commandant. Si le garde décidait que ces champs devaient être mieux entretenus, les gens étaient obligés d’y travailler n’importe quel jour de la semaine.

Gniofolotien Silué se rappelle : « s’il y avait trop de mauvaises herbes, le garde de cercle nous forçait à désherber le champ. Si quelqu’un refusait de désherber, il était fouetté par le garde avec une branche. Je fus battu une fois... Le nom du garde était Tiéba » (entretien avec Gniofolotien Silué, Katiali, le 3 mars 1992).

Nouvelle crise alimentaire

64Le nouvel effort de l’administration pour développer le coton entraîna une augmentation momentanée des exportations avec une pointe en 1942 (fig. 11). L’année suivante, de graves disettes furent signalées dans la subdivision de Boundiali qui relevait du cercle de Korhogo. Un rapport des Affaires administratives en 1943 par l’inspecteur de Gentile donne un aperçu des privations subies par les familles de la région dans le cadre des réquisitions de guerre. Entre 1938 et 1943, les impôts individuels ont quadruplé. Des impôts de guerre spéciaux furent également prélevés en 1943 ; ils s’élevaient à 100 F supplémentaires par contribuable. Plus de 1 800 hommes furent enrôlés, et tous les six mois 6000 jeunes étaient recrutés de force pour travailler dans les plantations européennes de la région forestière. Face à l’arrêt des importations de riz indochinois, la population du cercle de Korhogo dut fournir du riz (3200 tonnes), mais aussi du mil (790 tonnes), du maïs (505 tonnes) et 60 tonnes de caoutchouc de cueillette. 800 hectares de culture de coton furent également imposés dans le cercle. Selon l’inspecteur de Gentile, les surfaces cultivées en riz dans la subdivision de Boundiali n’étaient pas suffisantes pour répondre aux quotas exigés. Certaines familles furent obligées d’échanger une partie de leurs réserves de mil contre du riz du Soudan français pour livrer les quantités demandées. En 1943, la famine était signalée dans tous les cantons de la subdivision (ANRCI 3039, 1943 a). L’État colonial distribua plus de 14 tonnes de mil et de maïs, 37 tonnes de riz, et 40 tonnes d’arachide en aide alimentaire d’urgence (ANRCI, 3039, 1943 b).

65Les commandants de cercle signalaient qu’il devenait de plus en plus difficile de donner des ordres à une population de plus en plus accablée (Ansom, 14 Mi 2696, 1943). Si le rapport de la visite du commandant du cercle de Korhogo à Katiali en mai 1942 est tant soit peu significatif, le mécontentement était extrême.

En arrivant à Katiali, il découvrit que le campement administratif était en mauvais état. Il convoqua immédiatement tout le village à une réunion, mais il dut attendre deux heures avant que le chef dioula et les notables n’arrivent. Le commandant apprit par son interprète que Katiali était en « quasi-insubordination » depuis la fin des années 1920 à la suite de son rattachement au canton de M’Bengué, son ennemi pendant la période précoloniale (jusqu’en 1929, Katiali fut le chef-lieu du canton). Depuis lors, le chef de Katiali ne tenait pas compte des ordres du chef de canton. Le commandant réagit en ordonnant à toute la population de Katiali de remettre son campement en état. Ensuite il ordonna à 30 jeunes de refaire la route reliant Katiali à Korhogo. En dernière punition, il ordonna au chef du village, l’almani dioula, et à deux chefs de quartier, de rentrer avec lui à Korhogo pour un « stage de réimprégnation administrative » (ANRCI, 426, 1942).

L’effondrement du coton exporté

66Après 1942, la production et les exportations de coton chutèrent rapidement. De 6134 tonnes en 1941-42, la production de coton tomba à 56 tonnes en 1946-47. Comme la guerre en Europe coupait la France occupée des territoires africains, les importations et les exportations étaient presque nulles. Le représentant de la Chambre de commerce à Bouaké énumérait d’autres raisons à la chute de la production : la baisse des prix du coton, les prix toujours élevés des denrées alimentaires de base, les ponctions de main-d’œuvre agricole s’ajoutant à l’augmentation du recrutement de travailleurs et aux réquisitions de céréales, et les problèmes parasitaires (ACCCI, 24, 1944). On a estimé alors qu’un hectare d’igname était 40 à 50 fois plus rentable qu’un hectare de coton dans la région de Bouaké. Dans ce contexte de concurrence entre les cultures vivrières et le coton, « il est très improbable – même avec une augmentation maximum de rendement en poids – que la culture du coton puisse devenir un jour une culture faite autrement que sous la contrainte administrative, à laquelle beaucoup d’administrateurs répugnent au fond d’eux-mêmes » (ibid.).

67La « répugnance » des nouveaux administrateurs de cercle à imposer le coton contribua également en grande partie à la récession. Les partisans de la France libre conduits par Charles de Gaulle considéraient la culture forcée comme incompatible avec leur conception de plus grande démocratie et d’assimilation des colonies africaines.

La reprise du travail forcé en Côte d’Ivoire sous le règne de Pierre Boisson, le gouverneur général vichyste de l’Afrique-Occidentale française, contraste avec le jugement de Patrick Manning (1988) pour qui « les impôts étaient faibles et les demandes en travail forcé rares » pendant les premières années de la guerre. Frederick Cooper (1996) démontre qu’à la différence du discours ambigu du Front populaire sur le travail forcé, le gouvernement de Vichy en a débattu ouvertement, mais sans lui trouver d’alternative. Au contraire, le chef du service de l’Agriculture et le gouverneur de la France libre en Côte d’Ivoire en août 1943, André Latrille, étaient opposés à la culture forcée du coton. La conférence de Brazzaville qui réunit les gouverneurs des colonies en janvier 1944 à l’initiative de Charles de Gaulle et de Félix Eboué, le gouverneur général de l’Afrique-Équatoriale française, recommanda de mettre un terme au travail forcé et d’étendre les droits syndicaux dans les colonies. En l’absence de contraintes administratives, la production de coton baissa. Les appels lancés par la Chambre de commerce au milieu des années 1940 pour ressusciter le service des Textiles n’ont pas été entendus par les gouverneurs qui se sont succédé (ACCCI, 24, 1951 a).

68Enfin, la chute rapide des exportations de coton fut également la conséquence d’une reprise pendant la guerre du tissage artisanal. Les difficultés du transport maritime entraînèrent une pénurie dans la colonie de tissus importés. Par conséquent, la toile locale devint très demandée et les commerçants dioula payèrent un kilo de coton le double et même le triple du prix pratiqué à l’exportation (Ansom, 14 Mi 1848, 1943). Dans le rapport du service de l’Agriculture pour l’année 1944, les prix du marché local étaient quatre fois plus élevés que celui à l’exportation. Moins de la moitié du coton produit dans le cercle de Bouaké était vendu sur les marchés officiels (Ansom, 14 Mi 1856, 1944). Le pouvoir des gardes de cercle avait considérablement diminué. Ils pouvaient seulement fournir aux planteurs des paniers, en espérant que cela les inciterait à livrer leur coton aux marchés pour l’exportation. Dès la campagne 1946-47, le travail forcé fut officiellement aboli. Dans le rapport du service de l’Agriculture pour l’année 1946, la description de la commercialisation du coton dans la région de Korhogo montrait que l’artisanat indigène dominait le secteur cotonnier : « La quantité de coton passée par les marchés a été très faible cette année. L’usine de Korhogo a traité 13 tonnes de coton fibre. Cependant les surfaces cultivées sont toujours assez importantes, les indigènes commercent par divers exutoires une partie importante de la récolte qui est filée par les femmes et dont les artisans locaux fabriquent des bandes utilisées pour la confection de vêtements » (Ansom, 14 Mi 1878, 1946).

Logiques locales de la production cotonnière

69Ce tableau d’un coton cultivé partout et cependant aléatoirement exporté clôt une phase de l’histoire cotonnière en Côte d’Ivoire pendant la période coloniale. Non seulement il illustre un artisanat florissant et la persistance d’un marché parallèle du coton qu’il approvisionnait depuis la période précoloniale, mais il confirme également le point de vue important de Roberts (1997 : 30) : « les Français pouvaient exhorter, flatter, contraindre et punir, mais ils ne pouvaient pas contrôler les Africains qui, paysans ou travailleurs, décidaient de la réussite de la politique coloniale ». L’État colonial n’a pas réussi à accaparer une grande partie de la production cotonnière locale pour les industries de la métropole, par suite de contradictions dans les politiques coloniales qui permirent à l’artisanat local et au marché parallèle du coton de se maintenir. Les planteurs de coton n’ont produit pour l’exportation que lorsqu’ils y étaient forcés par l’administration. Quand les contraintes diminuaient, la production chutait brutalement. La différence de prix entre les marchés locaux et les marchés à l’exportation était décisive. Il était évident pour la plupart des observateurs que l’écart de prix devait diminuer pour que l’exportation augmente. Cependant, les prix à l’exportation dépendaient en partie de l’offre et de la demande sur le marché mondial que les administrateurs coloniaux ne contrôlaient pas. Ils étaient également influencés par les commerçants expatriés et africains qui bénéficiaient largement de faibles prix d’achat. Les grandes différences de prix entre les denrées alimentaires de base et le coton diminuaient encore l’intérêt des paysans pour la culture du coton. Les tensions entre les chefs de village, les chefs de lignage et les familles étendues à propos de la répartition des revenus du coton intervenaient également sur la production et les politiques agricoles. Avant l’existence du « champ du commandant », le coton était cultivé dans les champs des familles étendues (kagon) et des chefs de lignage (segbo) qui tiraient profit de sa vente sur les marchés locaux. Les rémunérations provenant de la culture forcée du coton allaient directement au chef de village ou de canton après être passées entre les mains du représentant du canton à Korhogo. Les représentants jasa avaient la réputation de prélever une partie des maigres profits tirés de la culture forcée. Les administrateurs reconnaissaient que les gens étaient peu enclins à s’adonner aux cultures de rente faute de rémunérations. Cependant, certains administrateurs préconisaient la monoculture du coton dans les champs collectifs en raison des difficultés à surveiller la culture dans des champs dispersés. Les partisans d’une rationalité paysanne souhaitaient plutôt que la culture du coton soit effectuée par des familles et que les paiements soient individuels. Les tensions entre les planteurs et les autorités coloniales qui s’ajoutaient aux prix non compétitifs et à une multitude de problèmes agronomiques (précipitations irrégulières, sols pauvres, parasites, variétés cotonnières à faible rendement) expliquent les aléas des politiques coloniales et de la production à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

70La réticence des planteurs de coton à consacrer leur production à l’exportation contraignit finalement les autorités à reconnaître la rationalité économique des paysans. Au début des années 1940, on essaya de fixer des prix du coton qui soient compétitifs avec ceux de l’arachide, ce qui montre comment l’autonomie relative des paysans dans la vente du coton influençait les politiques agricoles. L’histoire agraire du coton au cours de la période 1912-1946 montre que le marché parallèle du coton a joué un rôle important dans l’élaboration de ces politiques. Avec la fin du travail forcé en 1946, l’État et l’industrie textile de la métropole durent concevoir de nouvelles stratégies cotonnières qui comportaient des augmentations considérables de prix.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search