Version classiqueVersion mobile

Le coton des paysans

 | 
Thomas J. Bassett

Chapitre 2 : Le choc des empires, 1880-1911

Texte intégral

Photo : « Les prisonniers de Samori. »
Service historique de l’armée de Terre, A.O.-F, Soudan 2, 1898

Source : PERSON, 1990 cartes 33 et 41
Fig.7 Les empires de Tiéba (Kénédougou) et de Samori.

1La fin du XIXe siècle fut une période très violente dans l’histoire du nord de la Côte d’Ivoire. Entre 1880 et 1900, la région fut envahie successivement par des armées africaines et européennes qui s’efforcèrent de la rattacher à leurs propres zones d’influence. Dans les années 1890, la région de Korhogo fut occupée par les troupes de trois empires. Entre 1883 et 1894, la région formait la partie méridionale de l’Empire du Kénédougou dirigée par Tiéba jusqu’en 1890 dont la capitale était Sikasso. En 1894, Le grand conquérant Samori s’empara de la région et l’incorpora dans son nouvel empire de l’est (fig. 7). Après la défaite de Samori en 1898, les Français occupèrent la région et imposèrent un pouvoir colonial jusqu’à l’indépendance en 1960. Ces bouleversements politiques devaient avoir des répercussions sociales et économiques d’une portée incalculable pendant la période coloniale. À la veille de la domination coloniale, l’économie rurale de la région de Korhogo a déjà connu de grandes transformations. C’est ce qui ressort d’une présentation fragmentaire de l’économie cotonnière précoloniale et de l’artisanat indigène, d’après les témoignages des explorateurs européens qui traversèrent la région au début et à la fin du XIXe siècle.

La situation précoloniale du nord de la Cote d’Ivoire

2La rareté des documents écrits et des témoignages oraux rend difficile la reconstitution de l’économie rurale, et en particulier des systèmes agricoles dans le nord de la Côte d’Ivoire avant la domination coloniale. En 1981, date du début de ma recherche sur le terrain, seuls quelques aînés à Katiali pouvaient encore fournir des informations sur la fin de la période précoloniale. Les documents écrits datant de la période précoloniale sont également rares. Peu d’explorateurs européens s’étaient rendus dans la région avant sa colonisation en 1898. Pendant une bonne partie du XIXe siècle, les Européens ont cru qu’une chaîne de montagnes élevées connue sous le nom de montagnes de Kong barrait une grande partie de l’Afrique de l’Ouest. On croyait que-cette chaîne de montagnes impressionnante, mais imaginaire, était un obstacle majeur au commerce et aux voyages. Il fallut attendre l’exploration de la région par Binger en 1887-88 pour que les monts de Kong soient rayés des cartes et que la région s’ouvre aux Européens (Bassett et Porter, 1991).

3Le premier Européen à pénétrer dans la région, René Caillié (1830), partit de Sierra Leone en 1827 déguisé en Maure pour se rendre dans la légendaire cité de Tombouctou. Il traversa les régions malinké de Sambatiguila et Timé avant d’entrer chez les Sénoufo au sud de Tengréla. Voyageant avec des caravanes conduites par des marchands dioula, Caillié fut enclin à voir les régions qu’il traversait avec les yeux de ses informateurs dioula. Par exemple, il n’a pas distingué l’ethnie des Sénoufo ; il les appelle simplement des Bambara, mot dioula pour dire païen, et pour désigner généralement les groupes non musulmans. La « découverte » des Sénoufo (« Sien-ré ») est attribuée à Binger, bien que Louis Tautain les ait identifiés auparavant sous le nom de « Sénéfo » (Bulletin..., 1890 ; TAUTAIN, 1887).

4Les observations de Caillié sont néanmoins intéressantes et utiles car elles donnent un aperçu de la vie économique et politique au début du XIXe siècle. Il a remarqué que les Sénoufo étaient organisés en une multitude de petites chefferies dont certaines se faisaient la guerre. Caillié dépeint une vie rurale paisible à la différence de Binger qui, 60 ans plus tard, décrit les ruines causées par l’expansion des empires de Samori et Tiéba. La région était riche en cultures vivrières : l’igname, le maïs, le mil, l’arachide et le riz « poussent en abondance dans ce pays heureux » (CAILLIÉ, 1830). Les agriculteurs sénoufo cultivaient du coton qu’ils échangeaient à des hommes et femmes dioula contre du sel et des noix de cola (ibid. : 57-58, 63). Les femmes dioula filaient le coton et leurs maris tissaient des cotonnades. Au cours d’expéditions commerciales à longues distances, les femmes vendaient les noix de kola et achetaient du coton pour le filer. Lorsqu’elles atteignaient des endroits comme Djenné, les femmes vendaient leur fil contre des cauris, la monnaie locale, qu’elles utilisaient pour acheter du sel. Les hommes dioula échangeaient les cotonnades contre du sel, des noix de cola et des cauris le long des routes commerciales (ibid. : 69).

5Au-delà de ces descriptions des activités économiques rurales le long des principales routes commerciales, le lecteur sait peu de choses des systèmes agricoles dans les communautés visitées par Caillié qui n’indique pas, par exemple, les techniques agricoles ni l’organisation du travail agricole. Cependant, il remarque que les travaux sont surtout faits par des esclaves. Chez les Malinké en particulier, les ménages relativement prospères dépendaient du travail agricole des esclaves. Les ménages plus pauvres qui ne possédaient pas d’esclaves étaient obligés de cultiver leurs champs. Les esclaves servaient également de porteurs dans les caravanes qui parcouraient de longues distances. Lorsque la caravane s’arrêtait dans un village à la fin de la journée, les esclaves partaient immédiatement en brousse ramasser du bois afin de préparer le repas du soir.

6Tengréla était un centre commercial important lors du passage de Caillié en janvier 1828. C’était le point de rencontre de routes commerciales venant de la côte guinéenne et du fleuve Niger. Les marchands y échangeaient du sel contre des cotonnades et des noix de kola (ibid. : 87-88). Il comportait également un artisanat indigène florissant dont les textiles se vendaient aussi loin que Ségou et Djenné dans le nord (ibid. : 99). Des droits de douane étaient perçus le long des principales routes sur les quantités de marchandises transportées. Des agents des douanes portant des fouets et des vêtements à capuche noirs agrémentés de plumes d’autruche se tenaient aux abords des villages pour percevoir les droits (ibid. : 86). Ces recettes assuraient la richesse des chefs de villages bien situés.

Babemba Traoré et Tiéba Traoré. Sikasso (Mali), environ 1892. Derrière les personnages, les fameuses fortifications de Sikasso, battues en brèche par l’armée française en 1898. (Avec l’aimable autorisation des Archives nationales de la République du Sénégal.)

7Soixante ans plus tard, le capitaine Louis-Gustave Binger arriva dans les régions de Tengréla et de Niellé dans le nord de la Côte d’Ivoire actuelle au cours de sa célèbre mission d’exploration et de reconnaissance pour le gouvernement français. Il partit de Bamako en juin 1887 et traversa l’empire de Tiéba, à l’époque où les troupes de Samori assiégeaient en vain la capitale, Sikasso. Binger espérait se rendre à Tengréla pour montrer des marchandises françaises, conclure un traité et se renseigner davantage sur le sud du pays. Cependant, on lui en - interdit l’accès à cause des relations amicales qu’entretenait alors la France avec Samori. Ce dernier s’était emparé de Tengréla en 1885 pour en être chassé quelques mois plus tard. Tengréla était allié avec Tiéba et très hostile aux Français. En fait, BINGER (1892) dut fuir Tengréla au milieu de la nuit pour éviter d’être tué. Au cours de sa traversée de la chefferie de Niellé, il fait un certain nombre d’observations intéressantes sur la production agricole, le commerce et la répartition du peuplement.

Samori Touré prisonnier à Saint-Louis, après sa défaite en septembre 1898. (Carte postale, collection Fortier.)

8Comme Caillié, Binger voyagea dans le nord de la Côte d’Ivoire en janvier et février, en milieu de saison sèche. La plupart des activités agricoles sont alors finies et les observations de Binger se limitèrent aux récoltes tardives de coton et à la confection des buttes d’igname. Ses remarques sur les activités agricoles dans la chefferie de Niellé donnent un aperçu de l’organisation de la production. Par exemple, Binger remarqua que Pégué, le chef de Niellé, installait ses esclaves dans des campements comprenant jusqu’à 50 personnes. Ils cultivaient et stockaient des produits dans des greniers auxquels Pégué avait librement accès.

9S’arrêtant dans le village de Dioumanténé à environ 100 km au nord de Katiali, Binger y nota que « Les Mandé-Dioula qui sont fixés ici font tisser par leurs captifs de la cotonnade blanche rayée de bleu analogue à celle de Fourou ; dans le village où j’ai campé il y avait dix-sept métiers en activité. Le coton se récolte ici ; il y a des champs partout, mais je n’ai vu nulle part d’indigo ; le village cultive aussi du maïs et différentes variétés de mil et de sorgho, quelques arachides et beaucoup de riz » (Binger, 1892 : 68).

10En dehors de Niellé, Binger s’arrêta dans un campement où les esclaves surveillaient la nouvelle récolte. L’igname, le mil, le sorgho et le coton étaient les principales cultures. Il remarqua que les esclaves jouaient un rôle important dans la culture et le filage du coton. Le coton était récolté « chaque matin » par les femmes esclaves et filé la nuit (Binger, 1892). L’entrée à Niellé lui étant interdite par Pégué, Binger continua jusqu’à la frontière orientale de la chefferie. Dans le village de Léra, Binger rapporta qu’il avait vu sur le marché 600 kg de coton (« 31 foufous de 20 kg ») (ibid. : 264). Il raconta que les marchands dioula achetaient du coton brut pour le faire filer par les femmes, libres et esclaves. La toile tissée par les hommes dioula était échangée contre du sel « ou tout autre article » (ibid. : 269). L’organisation sociale de la production basée sur l’esclavage domestique, le commerce inter-régional des cotonnades et la prévalence des variétés de cotons pérennes associées à d’autres cultures devaient vite être bouleversés par la colonisation européenne. Les conflits militaires entre les fondateurs d’empires européen et africains au cours des deux dernières décennies du XIXe siècle ont mis en place les cadres territoriaux de la future transformation agraire.

La région de Korhogo à la veille de la colonisation

11Alors que Tiéba étendait son empire vers le sud et l’est, les forces de Samori pénétraient dans la vallée de la Bagoué à la frontière ouest du Kénédougou. Samori était repoussé vers le sud-est à mesure que les forces militaires françaises prenaient possession de la vallée du haut Niger au début des années 1880 (Kanya-Forstner, 1969). La lutte entre Samori et Tiéba aboutit au siège de Sikasso par Samori en 1887-88. Au cours de ce conflit qui dura seize mois, Korhogo et ses « vassaux » (y compris Katiali) fournirent des vivres à Sikasso (Person, 1968 : 1610). Il était plus difficile aux 10000 à 20 000 hommes de Samori de se ravitaille r. D’après Binger, 200 porteurs amenaient chaque jour sur le front environ deux tonnes de céréales pour les troupes affamées de Samori. Cette nourriture arrivait d’une région située à plus de 300 km du front. Depuis 1885, la région entre les rivières Baoulé et Bagoué était dévastée. Les vivres et les porteurs étaient réquisitionnés au-delà de cette zone dépeuplée.

12Les exactions perpétrées par Samori et Tiéba variaient d’une région à l’autre et d’un village à l’autre. Certains villages, partisans de longue date de Samori ou de Tiéba, ne subissaient pas les pillages et réquisitions de leurs soldats. Les villages d’esclaves semblent avoir payé un « tribut » plus lourd au faama. D’autres, conquis par la force, durent payer le plus lourd tribut (Person, 1968 : 876 ; ANRS, 1G146, 1890-91). Dans les deux empires, les réquisitions n’étaient pas seulement inégales, mais aussi irrégulières dans le temps. Lorsque Samori assiégea Sikasso à la fin des années 1880, le tribut semble avoir été assez élevé et régulier des deux côtés. À d’autres périodes, le montant et la date du tribut variaient avec l’éloignement de la région par rapport au front, l’histoire des relations politiques entre une région donnée avec Samori ou Tiéba, et les politiques des représentants de chaque empire dans chaque région (Rondeau, 1980 : 289-292). Que les réquisitions et les pillages furent fréquents ou épisodiques, les deux empires dépendaient largement de l’agriculture et des esclaves, ce qui ruinait l’économie régionale. Binger observa partout des ruines dans la région de Niellé (également connue sous le nom de « Follona » de Pégué) où les troupes du Kénédougou pillaient régulièrement les villages. En raison de l’esclavage, de la famine et de la mortalité liées à la guerre, BINGER (1892) estima que les densités de population dans la région de Niellé avaient baissé de 40 hab./km2 à 12-15 à la fin des années 1880.

« Les ruines sont trop nombreuses pour être toutes relevées. » Louis-Gustave Binger, 1892 : 71.

13En janvier-février 1894, Jean-Baptiste Marchand, explorateur et officier français, fit une mission de reconnaissance dans la région de Koroko (Korhogo). Son objectif consistait à reconnaître une rivière navigable entre le fleuve Niger et la côte de Guinée. Il décida que le meilleur trajet de ce qu’il appelait avec optimisme Le Transnigérien, relierait les rivières Bandama et Bagoué. Cependant, il faudrait construire une voie de chemin de fer de 95 km pour relier les deux rivières dont le tracé passerait juste au sud de Katiali (Ansom, AF 1142). Marchand passa une nuit à M’Bengué et traversa Katiali où il rattrapa « la piste des caravanes » reliant Tengréla et Kadioha. Son rapport officiel n’offre pas beaucoup de détails sur son expédition dans le pays sénoufo (Ansom, Mission 8, 1894). Cependant, il donne la mesure des dégâts causés par le Kénédougou sous Babemba succésseur de Tiéba en 1893, lors des pillages et des destructions d’une grande partie du pays sénoufo : « Le spectacle d’horreur qui se déroulait incessamment sous nos yeux pendant cette longue marche était d’ailleurs peu fait pour nous réconforter : champs ravagés, villages détruits et encore fumants d’où s’élevait une véritable odeur de charniers–aux abords, sous les rares arbres offrant quelque ombrage où l’on était tenté de chercher un abri contre les excès d’une chaleur torride empuantée, quelques varioleux, des vieillards presque toujours, achevant de mourir en geignant leur dernière plainte sur les corps de ceux qui étaient déjà morts » (Ibid.).

Ruines de Niellé. Une troupe de tirailleurs sénégalais progresse dans un paysage désolé. Les grands baobabs attestent l’importance et l’ancienneté du village. (Gravure de Riou, in Binger, 1891.)

14En résumé, les instantanés de la vie rurale décrits par Caillié, Binger et Marchand révèlent que le nord de la Côte d’Ivoire a subi des changements considérables entre le premier et le dernier quart du XIXe siècle. L’intégration politique et économique de petites chefferies dans les empires conquérants du Kénédougou et de Samori a entraîné une forte instabilité, une désorganisation et un dépeuplement. Les attaques incessantes et l’esclavage semblent également avoir transformé l’organisation de la production. Les travaux agricoles semblent reposer beaucoup plus sur les esclaves dans les années 1880 que dans la décennie 1820. De même, l’instauration des travaux forcés dans les champs du faama et de l’almani a permis l’essor de ces empires africains.

15En janvier 1894, au moment du passage de Marchand, Babemba s’était déjà retiré à Sikasso pour réprimer une révolte des Miniankala (Minyanka). Certaines de ses troupes étaient restées à l’arrière pour construire des avant-postes dans des villages récemment conquis, comme Tiémou et Tioroniaradougou. Cependant, elles évacuèrent rapidement la région lorsqu’elles apprirent que les troupes de Samori arrivaient du nord-ouest. Samori fut chassé du Ouassoulou (Wasulu) par les forces militaires françaises commandées par le lieutenant colonel Bonnier qui entrait dans la région de Bougouni (Méniaud, 1931 ; Kanya-Forstner, 1969). Comme Samori passa à l’est de la Bagoué, il s’empara de contrées auparavant fidèles au Kénédougou telles que Tengréla et Kaloa.

Gbon Coulibaly, chef historique des Sénoufo de Korhogo, réputé pour son habileté politique. Korhogo, 1943. (Avec l’aimable autorisation de l’Ifan, Dakar.)

16Samori s’installa dans le village de Diégbé à 5 km au nord de Korhogo, où il convoqua tous les chefs de la région. Gbon Coulibaly était à la tête de cette délégation (Coulibaly, 1990 : 126). Le chef du sous-groupe Kiembara se soumit à l’autorité de Samori en déclarant : « Je ne suis pas un guerrier mais un cultivateur. Je ne veux pas la guerre. Je m’en remets à vous » (op. cit. : 126). Samori accepta le serment d’allégeance de Gbon et se mit à faire main basse sur les céréales et les esclaves pour soutenir sa politique expansionniste. Le « pacte de Diégbé » devait avoir des conséquences d’une grande portée sur la répartition spatiale de la population dans la région. La région de Korhogo, épargnée par la machine de guerre de Samori, devint un refuge pour ceux qui fuyaient les dévastations des troupes de Babemba et de Samori. Par conséquent, la région fut de plus en plus peuplée alors que les communautés de l’arrière-pays soit perdaient leurs habitants, soit se regroupaient en agglomérations plus grandes pour se défendre (op. cit. : 126-129).

17Selon Yves Person (1968 : 1577), Samori espérait que le Kénédougou servirait de protection à son nouvel empire de l’est vis-à-vis des Français qui étaient concentrés le long du fleuve Niger. Pour éviter tout autre conflit avec le Kénédougou, Samori créa une zone tampon entre la limite sud du Kénédougou et le nord de la région de Korhogo. En janvier 1895, ses sofas forcèrent la population de la chefferie de M’Bengué à évacuer leurs terres pour se réinstaller à l’ouest de Korhogo dans le village actuel de M’Benguébougou (Person, 1968 : 1578). Les gens de Katiali se déplacèrent au sud de la rivière Bandama et créèrent le village de Dalourou (« Cinq Entrées ») qui est mentionné sur une carte de la fin du XIXe siècle sous le nom de Katiali-Koura (« Nouveau Katiali ») (fig. 8). Une garnison fut cantonnée à Kaola pour surveiller le secteur abandonné. Cette « paix tacite » fut officialisée en août 1896 lorsque Babemba et Samori se réconcilièrent en échangeant territoires et otages et en établissant des relations commerciales (op. cit. : 1739-40).

18L’amélioration des relations entre Babemba et Samori préoccupait énormément les militaires français qui craignaient un front uni contre leur avance dans les savanes du sud. Encore en juin 1897, les Français espéraient que le Kénédougou les aiderait à vaincre Samori (Kanya-Forstner, 1969). Le premier objectif des Français était de réunir leurs colonies le long du Niger moyen à celles situées le long de la côte de Guinée (Ansom, S.G. Soudan 9, 1898 a).

19Entre mai 1896 et mai 1898, Samori pressura la région de Korhogo. Un gouvernement militaire soutenu par une armée de 2000-3000 sofas dirigés par Bilali à Féhéré (Fègèrè) organisait l’envoi de denrées alimentaires vers les régions déficitaires de l’empire. Le contrat : livrer des produits alimentaires pour avoir la paix, imposa bientôt de terribles privations aux communautés sénoufo au cours de ces deux dernières années de domination par Samori. Les paysans sénoufo ressentirent durement des réquisitions massives et systématiques (PERSON, 1968 : 1758-59). La famine était habituelle. On rapporte que des chefs de villages partaient fouiller en brousse pour trouver de la nourriture et mouraient d’avoir mangé des ignames sauvages qui étaient toxiques (op. cit. : 1788).

Fig. 8 - Localisation de Katiali-Koura et Katiali. (Ansom AF 1 863, « Korhogo », Feuille n° 1, Service géographique des colonies, par A. Meunier, 1 :500 000, 1223.)

La construction d’une nouvelle carte

20Les archives françaises d’histoire militaire contiennent beaucoup de données à propos des victoires sur le Kénédougou et Samori (Méniaud, 1931 ; Kanya Forstner, 1969 ; Person, 1968). Après deux semaines de violents combats, la puissance de feu française battit en brèche les murailles de Sikasso qui avaient résisté à Samori. Babemba se suicida plutôt que de se rendre aux Français. Les chefs locaux importants qui s’étaient montrés hostiles aux Français avant la chute de Sikasso furent « sévèrement réprimés » (Ansom, S.G. Soudan 9, 1898 b). Lorsque les troupes françaises entrèrent dans la région de Korhogo en mai 1898, les forces de Samori fuirent rapidement vers le sud pour rejoindre l’almani au sud de Touba. Gbon Coulibaly, se rendant compte d’un renversement des rapports de force, prit les devants une fois de plus et regroupa des partisans derrière les Français. La famine sévissait dans la région après le pillage des greniers par les sofas de Samori en fuite. Les Français occupèrent rapidement la région désertée, en créant des postes à Tombougou, Tiémou et Boribana. La fuite de Samori se termina le 29 septembre 1898 lorsqu’il fut capturé par les troupes françaises près de la frontière du Libéria (ANRCI, Monographies, 1905).

21Après la chute du Kénédougou et de Samori, les Français ne tardèrent pas à occuper le nord de la Côte d’Ivoire. L’occupation militaire fut assurément facilitée par la désorganisation et l’insécurité qui régnaient dans la région. À la suite des massacres, des rafles d’esclaves et des pillages accomplis par les armées de Babemba et de Samori, les Français estimèrent que le moment était opportun d’occuper le nord. Comme l’écrivait le lieutenant gouverneur du Soudan (Mali) dans un télégramme à l’inspecteur général des Colonies en juillet 1898 : « Il serait urgent de profiter stupéfaction et terreur habitants pour occuper solidement tout pays au fur et à mesure conquêtes ; malheureusement, nous manquons de troupes... si nous n’occupons pas immédiatement, nous risquons d’être obligés de refaire conquête en détail à la campagne prochaine, quand terreur sera dissipée » (Ansom, S.G. Soudan 4, 1898).

Samori écoutant le discours du lieutenant gouverneur Trentinian après sa défaite. Le dénouement d’une longue confrontation. Kayes, 1898. (Service historique de l’armée de Terre, AOF, Soudan 2.)

« Des maisons brûlées, des cadavres et des mourants après le passage de Samori. » 27 septembre 1898. Cette légende accompagne la photo dans l’album dont elle est extraite. (Service historique de l’armée de Terre, AOF, Soudan 2.)

22La première étape consistait à créer une structure administrative et à imposer une taxe de capitation à la population locale, ce qui fut réalisé assez rapidement par les officiers. En 1898, la région de Korhogo faisait partie d’une région administrative appelée le cercle du Haut-Bandama, qui comprenait également les districts de Tombougou (Boundiali) et d’Odienné. Les cercles du Haut-Bandama, de Bouna et de Bouaké constituaient le Territoire militaire de Kong. Ce territoire dépendait de la Région de Volta et était rattaché au Soudan français. Il fallut attendre avril 1900 pour que la région de Korhogo soit rattachée à la colonie de la Côte d’Ivoire (ANRCI, Monographies, 1905). Cette nouvelle carte du Soudan français représente une réorganisation radicale des rapports de force dans la région. Une copie de la carte fut envoyée par le lieutenant gouverneur Trentinian du Soudan français au ministre des Colonies. Dans une lettre accompagnant la carte, le gouverneur Trentinian écrivait : « Au point de vue de l’organisation politique du territoire du Soudan, celui-ci est divisé en régions, diversement coloriées, subdivisées elles-mêmes en cercles, dont les limites sont indiquées sur la carte. Enfin, des signes conventionnels permettent de distinguer les territoires administrés directement de ceux placés sous notre protection immédiate et une légende indique la population de chaque cercle et la superficie de chaque région » (Ansom, S.G. Soudan 9, 1899).

23Les affirmations du gouverneur Trentinian et du cartographe concernant le contrôle des territoires étaient, cependant, farouchement contestées par les populations indigènes. Par exemple, la résistance des Gouro et des Baoulé à l’administration coloniale française dans les régions de Zuénoula et de Bouaké contredit les affirmations affichées sur ces cartes (Meillassoux, 1964 : 292-295 ; Weiskel, 1980).

24La taxe de capitation fut rapidement imposée à la population des territoires récemment occupés. Deux mois seulement après la capture de Samori, le ministre des Colonies demanda au lieutenant gouverneur du Soudan français « de profiter de la présence de nos troupes pour percevoir immédiatement une taxe de capitation comme celle qui existe déjà dans d’autres parties de la colonie ». Selon lui, il était important que la population prenne l’habitude de payer cet impôt pour qu’il soit déjà établi lorsqu’un administrateur civil prendra le contrôle de la région.

25Pour établir une nouvelle carte, il fallait également connaître avec précision la répartition de la population dans le territoire récemment conquis. Les razzias successives de la région de Korhogo par Babemba et Samori avaient considérablement modifié l’habitat. À l’habitat dispersé par petits villages qui caractérisait la chefferie de Katiali s’était substitué un regroupement de l’habitat soit en grands villages fortifiés, soit dans des secteurs protégés comme l’aire de plus en plus peuplée autour de Korhogo. Les cartes comme celle de la figure 8 montrent le village des réfugiés de Katiali-Koura et le village abandonné de Katiali. Des ruines d’anciens villages (indiquées sur la carte par « Res ») sont repérables au sud et au sud-est de Katiali. Au début de l’année 1900, avec l’autorisation du commandant militaire français, les habitants de Katiali-Koura retournèrent à Katiali (ANRM, 1N-174, 1890-1899). Quelques réfugiés d’anciens villages de la chefferie décidèrent également de s’installer à Katiali où ils créèrent de nouveaux quartiers, mais la plupart décidèrent de rester là où ils avaient trouvé refuge.

Par exemple, le quartier de Sedionkaha fut créé par les réfugiés de l’ancien village de Segbaran. Un certain nombre de forgerons de Diemé se réinstallèrent dans le quartier de Fononkaha, alors que les nouveaux quartiers de Zambédala et de Gborplédala furent créés par les habitants des anciens villages de Katialiplé et de Selio.

26Les recherches menées actuellement par le géographe Sinali Coulibaly montrent que les conséquences démographiques des troubles de la fin du XIXe siècle influençaient encore la répartition de la population recensée en 1975. Son analyse indique que la taille des habitats tend à être beaucoup plus importante dans les secteurs à l’est et à l’ouest de Korhogo où 60 à 80 % de la population vivent dans des villages de plus de 700 habitants. De vastes secteurs vides séparent souvent ces communautés. Par contre, les villages situés dans la sous-préfecture de Korhogo sont plus nombreux et dispersés, et beaucoup plus petits. La densité de la population (fig. 9) montre la répartition très inégale de la population de la région en 1975.

Fig.9-Les densités de population de la région de Korhogo aux environ de1975.

27Cet héritage démographique de la période précoloniale fut une source continuelle de frustrations pour les administrateurs coloniaux qui souhaitaient étendre leur autorité sur la région. Encore en 1958, le commandant du cercle de Korhogo s’exclamait que celui-ci était « impossible à administrer correctement » en raison de l’inégale répartition de la population. Le commandant D. Pinelli constatait que les 200 000 habitants de la subdivision de Korhogo étaient répartis en 14 cantons et 748 villages sur une surface de plus de 11 000 km2 (ANRCI, 2704, 1958). Les administrateurs visitaient rarement les villages situés en dehors de cette aire relativement dense. Lorsque le commandant du cercle de Korhogo se rendit à Katiali en 1942, il sembla que c’était la première visite de ce genre depuis des années (ANRCI, 426, 1942).

28Face à ces difficultés liées à la répartition géographique de la population, les autorités coloniales créèrent une structure administrative qui leur permit d’intervenir plus efficacement dans les affaires politiques et économiques locales. C’était une structure de commandement et de contrôle hiérarchique. Dans chaque cercle, les ordres provenaient du bureau du commandant de Cercle. Par exemple, si c’était le moment d’annoncer la surface à cultiver en coton, il en informait en premier les administrateurs français qui dirigeaient chaque subdivision du cercle. Au milieu des années 1920, le cercle de Korhogo comprenait les subdivisions de Korhogo, Boundiali et Ferkéssédougou. Chaque subdivision était ensuite divisée en cantons, chacun étant dirigé par un chef indigène qui transmettait les directives du responsable du cercle aux chefs des villages de son canton. Les chefs de village, à leur tour, informaient les chefs de lignage des quartiers de la surface cotonnière à cultiver pendant cette saison. Pour faciliter la transmission des informations et des ordres, chaque canton devait envoyer un représentant au centre administratif de la subdivision où il vivait dans un quartier appelé jasa (campement en dioula). Le représentant était connu sous le nom de jasatigi (représentant au jasa en dioula). Au milieu des années 1920, il y avait vingt-cinq jasatigi dans la subdivision de Korhogo (Coulibaly, 1990 : 178). C’était le jasatigi qui informait le chef du canton des ordres du commandant de cercle. Les commandants de cercle et les chefs de subdivision disposaient également d’un campement dans chaque canton pour leurs rares tournées en brousse. Les villageois étaient obligés d’entretenir ces campements sans quoi ils étaient punis.

Vue de Korhogo vers 1943. En arrière-plan, la résidence administrative à gauche et le quartier jasa à droite. Au loin, le mont Korhogo. Au premier plan, le quartier sénoufo avec greniers et cases d’habitation qui présentent des influences soudanaises (toit plat). (Avec l’aimable autorisation de l’Ifan, Dakar.)

29Le commandant de cercle ne s’adressait pas directement aux jasatigi. Il existait deux autres intermédiaires : l’interprète du commandant et le chef des jasatigi, connu sous le nom de jasakuntigi (chef des représentants au jasa en dioula) (ibid.). Le commandant de cercle et ses chefs de subdivision employaient un garde de police local pour veiller à ce que leurs directives soient bien appliquées. Ces « gardes », comme on les appelait dans les villages, étaient les représentants les plus présents et les plus brutaux de l’État colonial au village. En 1932, il y avait 38 gardes affectés dans la subdivision de Korhogo, 18 à Ferké et 18 à Boundiali (ANRCI, 3333, 1933). Lorsque les circonstances l’exigeaient, les gardes de cercle recrutaient d’autres Africains pour les aider. Ces irréguliers étaient connus localement sous le nom de « goumiers ».

Ce terme provient du mot arabe gaum signifiant « troupe ». Dans l’histoire coloniale française, un goum faisait allusion à un contingent militaire fourni par une tribu à l’armée française en Algérie. « Goumier » fait référence à un cavalier d’un goum (Dictionnaire Petit Robert, 1981 : 877).

30Des exemples du fonctionnement de ce type de commandement sont donnés dans le chapitre suivant. Mon propos consiste à rappeler l’origine de cette structure administrative coloniale dans le cadre des bouleversements politiques et de la nouvelle répartition de la population à la fin de la période précoloniale.

Appropriation, collaboration, résistance

31Au cours des deux dernières décennies du XIXe siècle, la région de Korhogo fut donc le théâtre de violences et de pillages au moment de la création d’empires par des puissances africaines et européennes. Les récits de Binger et de Marchand fournissent des informations de première main sur la géographie, l’expansion et les changements des empires africains à la veille de la domination coloniale française. Le fait qu’ils insistent sur les ravages, les déplacements et les massacres s’explique en partie par leurs propres missions idéologiques d’échanges pacifiques et de colonisation, connues sous le nom de « mission civilisatrice ». Néanmoins, le spectacle d’horreur qui émerge de ces récits de la fin de la période précoloniale nous renseigne sur les grands bouleversements sociaux et politiques dans la région à cette époque. Cette très grande instabilité contrastait avec la période relativement pacifique décrite par Caillié.

32La grande instabilité de cette fin de siècle a finalement facilité l’occupation de la région par les Français. La Pax Gallica sera un changement bien accueilli par les Sénoufo et les Dioula de la région. Cependant, les continuités avec le passé n’étaient pas aussi bien admises. Au cours de la première décennie de la colonisation, les Sénoufo devaient faire l’expérience des réquisitions de vivres par les Français et du travail forcé. À nouveau, la région était considérée comme un grenier et les Kiembara vus comme l’ethnie dominante. Gbon Coulibaly, le collaborateur de la première heure, augmenta son pouvoir pendant la période coloniale et bien après l’indépendance. Comme dans le passé, la résistance aux dirigeants étrangers et à leurs collaborateurs devait se poursuivre. En effet, les thèmes d’appropriation, de collaboration et de résistance se retrouvent dans l’histoire sociale de la région de Korhogo aux époques précoloniale et coloniale. Dans le chapitre suivant, je reprends le fil de la culture cotonnière et de l’artisanat pour analyser l’influence des processus sociaux et économiques locaux sur le changement agricole dans le nord de la Côte d’Ivoire jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search