Version classiqueVersion mobile

Le coton des paysans

 | 
Thomas J. Bassett

Introduction générale. Innovations et révolution agricole

Texte intégral

1Le coton est reconnu comme l’une des rares réussites de l’agriculture africaine contemporaine (World Bank, 1988). L’intensification de la production cotonnière, surtout en Afrique de l’Ouest francophone, a même été « spectaculaire » (Le Roy, 1999) dans un contexte agricole qualifié de morose au cours des années 1970 et 1980 (Berry, 1984). Comme pour la majorité des récits de développement, celui-ci a un début, un milieu et une fin (Roe, 1991). Il se résumerait de la façon suivante. Au début des années 1960, des agriculteurs pauvres et illettrés cultivaient des variétés de coton à faible rendement en association avec des cultures vivrières. Ce fut à cette époque que des agronomes français travaillant dans des stations expérimentales introduisirent un « paquet technique » comprenant une variété à haut rendement, des pesticides et des engrais qui permirent de porter la production cotonnière à des niveaux inespérés. En accord avec chaque nouvel État indépendant, la Compagnie française pour le développement des fibres textiles (CFDT) a mis en place un dispositif très efficace de transfert des innovations techniques vers un nombre de plus en plus grand de planteurs. La structure verticale recherche-production-commercialisation connue comme « système de la CFDT » fournissait des intrants, achetait le coton et payait aussitôt les producteurs, ce qui contrastait avec les mauvaises performances de la filière cotonnière en Afrique anglophone.

2En Afrique francophone, la croissance de la production cotonnière a résulté de l’augmentation des rendements à l’hectare, d’une extension de la surface cultivée par planteur et d’un nombre toujours plus grand de planteurs. Durant la période coloniale, les rendements étaient faibles et les cultivateurs hostiles au développement du coton. La période après l’indépendance a connu, au contraire, une révolution dans la culture cotonnière à laquelle des dizaines de milliers d’agriculteurs ont participé.

3Cependant, des thèmes récurrents et des silences émaillent ce récit conventionnel. Les explications mises en avant concernent des innovations techniques et institutionnelles, des soutiens apportés aux planteurs et des compétences étrangères qui ont permis la mise en œuvre de cette révolution. Le modèle de développement cotonnier de la CFDT basé sur de nouvelles techniques est affiché comme le facteur décisif de l’impressionnante croissance de la production cotonnière dans les années 1970 et 1980. Par contre, le rôle joué par les paysans est passé sous silence. Ces paysans ne formeraient qu’une masse passive et muette qui réagirait simplement aux stimulants extérieurs en changeant ses pratiques agricoles. La téléologie remplace l’histoire pour expliquer les transformations agricoles et sociales.

« Généralement, la CFDT est intervenue dans la recherche en amont et l’assistance commerciale en aval, ce qui a permis d’alléger la plupart des contraintes imposées aux secteurs cotonniers de ses pays bénéficiaires. » U. Lele et al, 1989.

4À l’inverse, cet ouvrage veut démontrer que la révolution cotonnière en Côte d’Ivoire a été essentiellement conduite par les paysans africains aux prises avec divers acteurs (administrateurs coloniaux, marchands), tout en étant eux-mêmes divisés. Ces paysans sont représentés tantôt en dupes se laissant entraîner dans des programmes de développement du coton (Sawadogo, 1977), tantôt en éléments passifs qui réagissent de façon prévisible à des pressions ou à des contraintes du marché (Bernstein, 1979 a). Au contraire, je souhaite donner une image plus dynamique des paysans, leurs actions passées et présentes constituant un cadre dont les développeurs doivent tenir compte. D’un point de vue théorique, il est impossible d’isoler les paysans des structures institutionnelles (« le système de la CFDT ») dont ils font partie. Les paysans n’ont pas seulement réagi aux mesures incitatives et aux innovations techniques introduites par la compagnie cotonnière et le gouvernement ivoirien. Au contraire, ils ont joué et continuent de jouer un rôle actif pour définir la forme et le contenu de ces institutions, des innovations et politiques de changement.

5L’instabilité des politiques et de la production cotonnières reflétait, pour une part, des contentieux entre administrateurs coloniaux, experts agricoles, marchands et représentants des compagnies textiles à propos de l’intensification du coton. Les administrateurs étaient souvent en désaccord quant aux moyens à mobiliser pour inciter les paysans à produire du coton pour l’exportation. Certains pensaient qu’il fallait recourir à la force, d’autres prétendaient qu’il suffisait de rendre les prix compétitifs. Alors que certains responsables persévéraient à prôner la culture du coton, d’autres encourageaient celles de l’igname et du riz. Des contradictions étaient étonnantes : la coexistence d’une culture forcée et d’une liberté du commerce permettait aux paysans de vendre leurs récoltes à des prix intéressants aux marchands dioula qui approvisionnaient en fibre de coton des tisserands locaux. Les administrateurs coloniaux critiquaient souvent les marchands européens qui refusaient d’offrir des prix plus élevés. En même temps, les experts agricoles étaient en désaccord avec l’administration qui avait décidé de pratiquer une monoculture du coton en grands champs car, selon eux, la production était meilleure en culture intercalaire dans les champs vivriers.

6Des désaccords et des tensions au sein des communautés rurales firent également partie du processus d’intensification agricole au cours des périodes coloniale et postcoloniale. Des conflits à propos du contrôle de la main-d’œuvre et des revenus tirés du coton ont éclaté entre les jeunes et leurs aînés comme entre les hommes et les femmes. Le démantèlement des grandes unités de production, l’affaiblissement de la société d’initiation poro chez les Sénoufo et le développement de la culture attelée ne sont que quelques-uns des principaux changements de l’économie rurale qui constituent cette histoire.

7En résumé, il s’agit de placer les paysans au centre de la révolution cotonnière contrairement au discours dominant qui en fait les destinataires passifs des nouvelles techniques et institutions, et qui pose les capitaux étrangers et l’État au centre du débat. L’objectif n’est cependant pas de présenter un autre discours du développement dans lequel le rôle des paysans serait dominant. Il s’agit plutôt de restituer les négociations à multiples enjeux, les tensions entre paysans et nombreux « intérêts cotonniers », de saisir la dynamique de l’intensification agricole et du changement agraire. Dans cette autre histoire, les paysans africains participent à la mise en place des institutions qui, elles-mêmes, influencent leurs activités. Ces interrelations illustrent comment des « caractéristiques structurelles de systèmes sociaux sont à la fois moyen et résultat des pratiques qui constituent ces systèmes » (Giddens, 1979).

8Pour montrer « comment le passé se manifeste dans le présent », il faut remonter loin dans le temps (Giddens, 1979). Par conséquent, cet ouvrage ne commence pas à l’indépendance comme c’est généralement le cas des écrits consacrés au développement, mais à la fin de la période précoloniale dans laquelle les politiques cotonnières sont ancrées. Assez courte, la période coloniale n’en fut pas moins importante par l’incapacité des politiques cotonnières à faire produire les quantités de coton demandées par les maisons de commerce et les compagnies textiles de la métropole. Enfin, à la période contemporaine se succèdent une intensification de la culture du coton dans un contexte économique favorable (1970-1984) puis une extensification après le milieu des années 1980 lorsque la situation s’est dégradée.

Le coton et le « développement »

9Les discours sur le développement apportent peu d’informations à propos des contextes sociaux et historiques dans lesquels ils sont conçus, ni sur la prévalence de certains thèmes par rapport à d’autres (Watts, 1993). En analysant des textes sur le développement, des chercheurs contemporains tels que James Ferguson, Timothy Mitchell et Arturo Escobar montrent comment les institutions du développement élaborent des images et des discours qui réduisent la dynamique sociale et économique à des « problèmes » techniques relevant du domaine de la planification. La politique, les préjugés de classe et les différences sociales entre ruraux, tous éléments qui interviennent dans les projets de développement, sont exclus des textes. Élaborer un objet du développement qui soit de la compétence des « développeurs » passe inévitablement sous silence des acteurs comme les migrants du Lesotho, les ouvriers agricoles sans terre de l’Égypte rurale et les producteurs de coton de Côte d’Ivoire.

« Les textes sur le développement ont toujours été franchement stratégiques et tactiques, promotion et justification de certaines interventions et pratiques, exclusion d’autres... Que ne disent pas les textes sur le développement ? Que suppriment-ils ? Qui réduisent-ils au silence et pourquoi ? » J. Crush, 1995.

10Pour James Ferguson (1990), les rapports des agences du développement au Lesotho, en particulier les documents de la Banque mondiale, construisent l’image d’une économie nationale autonome basée sur une agriculture de subsistance qui serait « en attente de se développer ». En réalité, 70 % du revenu des ménages ruraux proviennent de la migration de la main-d’œuvre en Afrique du Sud. « Reconnaître que le Lesotho est un réservoir de main-d’œuvre pour les mines et l’industrie de l’Afrique du Sud plutôt qu’une “économie nationale” à part entière, reviendrait à souligner ce qui est inaccessible pour un planificateur du “développement” au Lesotho » (Ferguson, 1994). C’est pourquoi les agences de développement « arrangent la réalité » en présentant le Lesotho comme une nation d’agriculteurs et non de travailleurs migrants, car les projets de développement agricole relèvent de leurs attributions. De même, l’État est présenté comme une entité neutre dont le seul objectif est d’assurer des services sociaux et de favoriser la croissance économique.

11En étudiant comment des rapports des agences internationales présentent les enjeux du développement en Égypte, Timothy Mitchell (1995) montre que les paysans sont décrits comme des gens passifs, incapables d’apporter le moindre changement à leur existence. Les experts extérieurs jouent le rôle de catalyseurs dans les changements économiques et sociaux, en mettant en œuvre de nouvelles techniques, des institutions et des stratégies de développement. L’image que l’on donne de systèmes agricoles stagnants n’est qu’une des nombreuses métaphores du discours sur le développement.

12D’autres images font état de chaos, de crise, de violence, d’insécurité, d’une instabilité et d’une dégradation de l’environnement. Comme l’explique Jonathan Crush (1995), « Les termes de crise et de désagrégation créent un besoin logique d’intervention et de gestion extérieures... Le développement anime l’immobile et met de l’ordre dans le chaos. »

13Contrairement à cette conception immobiliste des paysans et des systèmes agricoles, l’État et les capitaux étrangers sont présentés comme des acteurs tout-puissants capables de définir « l’espace du développement... dans lequel seules certaines choses pouvaient être exprimées ou même imaginées » (Escobar, 1995 a). Arturo Escobar estime que cet espace ou « domaine perçu » est un « vaste réseau institutionnel » englobant les organisations internationales, les instituts de recherche, les universités et les agences locales de développement. Comme Ferguson, Escobar présente le discours sur le développement comme hégémonique. Il « construit le Tiers Monde actuel, en silence, sans qu’on le remarque » (Escobar, 1995 b).

« La clé du succès cotonnier en Afrique francophone a tenu à la capacité de l’industrie à maintenir une véritable coordination entre les différents participants... » U. Lele et al, 1989

14Le grand paradoxe de cette conception tient au peu de place laissée aux acteurs locaux et aux processus socio-économiques susceptibles d’influencer la forme et la nature des interventions du développement. Elle ne tient pas compte non plus des désaccords et des tensions entre bureaucrates, détenteurs de capitaux et experts du développement à propos de la politique de développement rural. Pour Escobar, l’appareil du développement est un instrument de domination. Son pouvoir est hégémonique, avec une capacité d’imposer ce qui peut être pensé et dit dans les domaines qu’il est le seul à pouvoir définir. Le pouvoir du développement réside dans sa capacité à « intégrer, gérer et contrôler des pays et des populations de façon de plus en plus précise et sophistiquée » (Escobar, 1995 a). Comme l’affirme Jonathan Crush (1995), « le pouvoir en ce qui concerne le développement est un pouvoir exercé, un pouvoir sur ».

15En soulignant l’hégémonie des idées occidentales et des institutions ainsi que la façon dont les discours sur le développement vont tous dans le même sens, Escobar, Ferguson et Mitchell n’accordent pas suffisamment d’attention au rôle des processus locaux dans les programmes et les politiques de développement. Ils passent également sous silence les conflits et les débats entre les hommes politiques à propos des actions de développement rural. Au contraire, je souhaite montrer que les soi-disant sujets du développement ont été des acteurs importants. Leurs actions de résistance ou leurs innovations ont souvent modifié la configuration de l’« espace du développement » et contribué de façon significative au changement agricole. L’implication des paysans continue d’être inextricablement liée aux interventions multiples et souvent contradictoires des bureaucrates, des capitalistes et des experts. C’est souvent entre ces interventions que les paysans ont adapté et influencé avec succès les politiques agricoles. La révolution cotonnière a donc été le résultat de longues négociations entre les paysans, les responsables gouvernementaux et un groupe hétérogène de promoteurs du coton. Les paysans se sont d’abord opposés à la culture du coton, puis ils l’ont acceptée après maintes contestations et négociations. En concentrant l’étude sur la contestation, l’innovation et les changements sociaux et économiques, le changement agricole apparaît comme l’aboutissement d’un processus dynamique et négocié.

16Contrairement à la conception instrumentalisée et a-historique du « développement » défini par des intérêts « extérieurs », cette histoire montre comment les politiques cotonnières furent considérablement influencées par des échecs antérieurs de transformation des systèmes agricoles. Dans la ligne de l’ouvrage de Sara Berry (1993) sur la dynamique du changement agraire en Afrique, je suggère que l’intervention de l’État dans les économies rurales a été « intrusive » plutôt qu’hégémonique. Les gouvernements, les bailleurs de fonds internationaux et plusieurs développeurs cotonniers ont introduit des changements dans les conditions d’accès des paysans aux ressources productives, mais ils n’ont pas déterminé l’utilisation de ces ressources. La dynamique de croissance agricole est affectée par ces changements, mais de façon non prévisible. Comme Sara Berry le montre bien, les documents historiques révèlent une grande diversité dans le processus d’intensification agricole, « qui n’a été ni inéluctable ni continue dans les systèmes agricoles africains. Dans certaines régions, l’intensification a été stoppée ou inversée par des changements environnementaux, politiques ou économiques ; dans d’autres, elle ne s’est pas produite en réponse à la croissance de la population ou à la commercialisation, mais comme solution à une pénurie aggravée de main-d’œuvre et au déclin de l’activité commerciale. Ces exemples soulignent la nécessité d’étudier l’agriculture comme un processus social dynamique » (Berry, 1993).

17Une comparaison avec l’histoire du coton dans d’autres régions d’Afrique donne à penser que le cas de la Côte d’Ivoire n’est pas unique. Des études récentes d’histoire sociale sur le coton et le colonialisme en Afrique soulignent l’importance des facteurs socio-économiques locaux dans la politique coloniale du coton (Isaacman et Roberts, 1995). Par exemple, des études au Mali (Roberts, 1997 ; van Beusekom, 1997), au Togo (Maier, 1995), au Nigeria (Hogendorn, 1995) et au Congo (ex-Zaïre) (Likaka, 1997) montrent comment la rationalité économique paysanne et l’artisanat local ont fait échouer des projets souvent grandioses d’augmentation de la production à des fins d’exportation. Cette opposition entre les processus régionaux et locaux et l’économie mondiale a entraîné toute une série de conflits et de changements agraires dont la dynamique a varié dans le temps et l’espace. L’étude menée par Richard Roberts sur les politiques cotonnières au Soudan colonial (le Mali) explique les tensions et les contradictions entre les planificateurs coloniaux, les administrateurs et les experts agricoles au sujet du développement du coton. Hésitant entre un soutien au coton cultivé par les paysans et des projets d’irrigation à grande échelle gérés par des Européens, les responsables adoptaient des politiques changeantes et contradictoires qui avaient des répercussions considérables sur la production. Selon Roberts, l’État colonial disposait d’un pouvoir limité d’intervention dans les économies rurales africaines, ce qui l’obligeait à concentrer son action sur les prix du coton, la qualité et le travail afin d’augmenter les exportations. Son histoire sociale révèle que ces politiques étaient autant influencées par les Africains et les Africaines que par les administrateurs coloniaux, les agents agricoles et les groupes textiles français.

18Dans cette étude sur la Côte d’Ivoire, j’explique comment les paysans ont limité le pouvoir de l’État (et des étrangers) sur la production et la commercialisation des produits agricoles. Je montre également comment des pratiques paysannes ont influencé les politiques agricoles et les innovations qui sont présentées comme les outils de la révolution cotonnière. Ceci ne veut pas dire que l’ingéniosité et la résistance des paysans aient été les seuls moteurs de l’histoire agraire, ou que cette histoire puisse être ramenée au travail de sape qu’ils ont mis en œuvre contre un État oppressif et des capitalistes étrangers. D’abord, l’accent mis sur les différenciations sociales au sein des familles et des communautés ne permet pas de parler des « paysans » comme d’une entité unique et harmonieuse aux intérêts identiques. Le texte est une chronique des luttes entre générations, entre hommes et femmes, entre paysans riches et pauvres, en particulier dans la période de l’après-guerre. En second lieu, bien que les paysans aient joué un rôle significatif dans les politiques et les pratiques agricoles, ils l’ont fait dans des conditions qu’ils n’ont pas complètement maîtrisées. Les États coloniaux et postcoloniaux et leurs représentants, les experts du développement et les compagnies cotonnières et textiles s’efforçaient d’orienter les paysans vers l’intensification agricole à des fins d’exportation. Mais les changements et les contradictions dans les politiques suivies par ces divers agents limitaient la capacité de l’État à contrôler la production et la commercialisation des produits agricoles. En définitive, si les paysans ont joué un rôle décisif dans la réussite ou les revers agricoles en Afrique de l’Ouest, ils n’en ont pas été les seuls acteurs.

19Cet ouvrage complète des études récentes sur l’histoire sociale du coton en analysant la dynamique de cette culture au cours des périodes coloniales et postcoloniales. Les études mentionnées ci-dessus concernent surtout les politiques cotonnières avant la Seconde Guerre mondiale, période durant laquelle la production était souvent liée à une coercition. Lorsque la culture forcée se relâchait, la production cotonnière baissait. Après la Seconde Guerre mondiale et surtout au cours de la période postcoloniale, elle a pourtant atteint des niveaux sans précédent dans des contextes sociaux, politiques et économiques nouveaux. Cette étude sur la Côte d’Ivoire permet d’analyser les conditions dans lesquelles les paysans ont contribué au façonnement d’un nouveau paysage agricole.

20La mise en évidence de l’implication historique des paysans dans une transformation agraire vise un double objectif. Le premier consiste à présenter une autre approche de l’intensification agricole en Afrique qui souligne ce que Jean-Pierre Chauveau (1999) décrit comme « les effets cumulatifs d’innovations incrémentales ». Au cours des dernières décennies, des changements de techniques agricoles et de nouveaux modes d’organisation sociale ont joué un rôle tout aussi décisif dans la croissance agricole que l’introduction brutale de nouvelles techniques mises au point par un centre de recherche et diffusées par des agents de vulgarisation. Cette approche socio-historique permet d’expliquer non seulement comment et pourquoi le développement a suivi une certaine trajectoire, mais aussi pourquoi il a changé d’orientation à différentes périodes (Chauveau, 1999). Ceci oblige à prendre en compte les dimensions temporelles et sociales de l’innovation autant que ses formes techniques et institutionnelles.

21Le second objectif consiste à souligner combien cet exemple d’intensification agricole en Afrique de l’Ouest est original, en montrant à quel point il résulte de négociations continuelles. La conception héroïque du changement agricole, pensé comme « modernisation dramatique » (Richards, 1985), met l’accent sur le rôle de forces exogènes (agronomes, agents de vulgarisation, État) comme agents du changement tandis que les paysans ne feraient que recevoir des innovations techniques et institutionnelles. Au contraire, cette étude démontre que la réussite du coton est le produit d’interactions entre les innovations dirigées et induites dans le cadre des changements sociaux, culturels, agro-économiques et politiques qui ont à la fois uni et divisé les différentes communautés depuis le début du XXe siècle. Les composantes de cette transformation agraire sont exposés plus loin, de même que l’incapacité des théories habituelles de l’intensification agricole à donner une explication satisfaisante de sa dynamique.

Les révolutions agricoles, définition et explication

22ILa révolution agricole en Côte d’Ivoire étant le thème central de l’ouvrage, il convient d’en définir les termes fondamentaux : révolution agricole, « révolution cotonnière ». Quels sont les indicateurs utilisés pour mesurer les degrés du changement agricole et quelle confiance accorder à ces mesures ? Une fois éclaircies ces questions fondamentales, d’autres questions concernent l’explication du modèle de croissance révolutionnaire. Par exemple, quels sont les moteurs de la croissance ? Dans des contextes institutionnels, économiques et politiques, donnés quels facteurs de production au sein de l’exploitation agricole influencent les statégies paysannes ?

23Pour définir une révolution agricole, une méthode consiste à mesurer la croissance de la production agricole. Une période caractérisée par une très forte augmentation de la production moyenne annuelle correspondrait à une révolution agricole. Une seconde méthode parfois utilisée par les historiens ruralistes consiste à comparer les taux de croissance de la production agricole à ceux de la croissance démographique. Dès lors, une révolution agricole serait une période au cours de laquelle les taux de croissance de la production dépasseraient considérablement ceux de la population (Grigg, 1982). Cependant la référence à la production agricole totale pour mesurer la croissance pose des problèmes. D’abord, les augmentations de production peuvent provenir autant d’une extensification de l’agriculture que d’une intensification. L’extensification correspond généralement à une augmentation de la surface cultivée. Elle peut également correspondre à un travail moins intense et à une diminution des intrants sur une surface qui peut être aussi bien plus grande ou plus petite. L’intensification implique très souvent des changements techniques qui nécessitent de recourir à plus de travail ou à de nouveaux intrants par unité de surface (Brush et Turner, 1987).

L’augmentation spectaculaire de la production de café et de cacao en Côte d’Ivoire entre 1950 et 1990 est un exemple d’extensification agricole. Les rendements des deux cultures étaient faibles (300 à 450 kg/ha) selon les normes internationales (Sawadogo, 1977 ; Fauré, 1982). L’accroissement de la production totale de ces deux piliers de l’économie ivoirienne est due aux nouvelles plantations effectuées par des pionniers dans des régions peu habitées de la forêt tropicale (Gastellu, 1989 ; RUF, 1995). La croissance de la production a été proportionnelle à celle des nouvelles surfaces cultivées. Comme les terres disponibles ont diminué et que le front pionnier s’est stabilisé, les rendements ont baissé et la production totale a chuté.

24Contrairement au café et au cacao, la croissance de la production cotonnière est un exemple d’intensification agricole. La tendance à la hausse de la production provient d’augmentations régulières de la productivité des terres mesurée par les rendements cotonniers à l’hectare. Cet exemple nous amène à une troisième définition de la révolution agricole ; c’est une période caractérisée par des augmentations considérables de la productivité en termes de rendements des cultures. La révolution cotonnière en Côte d’Ivoire correspond alors à la période d’augmentation régulière des rendements à l’hectare. Combinés à une augmentation des surfaces cultivées, ils furent à l’origine d’une croissance rapide de la production. Les indicateurs économiques concernant les années 1965-1984 témoignent de ce que j’appelle une « révolution cotonnière ». Les rendements cotonniers ont augmenté en moyenne de plus de 4 % par an au cours de ces deux décennies. La surface cultivée en coton a progressé encore plus rapidement, 17 % par an (fig. 1). En effet, le nombre de planteurs a triplé et la surface cultivée par planteur a presque doublé, en passant de 0,77 à 1,40 ha entre 1968 et 1984 (CIDT, 1990 : 12). L’augmentation des rendements a participé pour 15 % à celle de la production pendant cette période de vingt ans. L’amélioration des rendements s’expliquait autant par des changements sociaux et institutionnels que par l’utilisation intense d’engrais, de pesticides et d’herbicides. 80 % de l’augmentation de la production étaient dus à l’extension des surfaces cultivées, elle-même rendue possible par la diffusion rapide de la culture attelée dans les années 1970 et 1980. La surface moyenne cultivée en culture attelée en 1984 (2,69 ha) dépassait de plus de 50 % celle cultivée manuellement (1, 17 ha). La culture attelée permet, en effet, de labourer et de semer plus rapidement après les premières pluies. Bien que le coton représentait moins de 10 % des surfaces en cultures commerciales, il contribuait à 60 % des apports d’intrants en Côte d’Ivoire à la fin des années 1990 (Amprou et al., 1998).

25Mais ces données sont-elles fiables ? Je démontre au chapitre 6 que les chiffres sont généralement dignes de confiance tant que la CFDT/CIDT a contrôlé un secteur cotonnier intégré verticalement. Les agents de vulgarisation de la compagnie résidaient dans les villages et enregistraient systématiquement le nombre de planteurs, la surface cultivée, la distribution des intrants et la production totale. Le contrôle exercé par la CIDT (Compagnie ivoirienne pour le développement des fibres textiles) sur les marchés cotonniers, la fourniture d’intrants et le crédit avaient permis depuis longtemps à la compagnie cotonnière de gérer ces indicateurs fondamentaux. Cependant, la qualité des données a baissé après 1984 lorsque la CIDT a modifié son système de vulgarisation et que les subventions aux intrants ont été supprimées sous la pression de la Banque mondiale. Après cette date, il s’est produit une véritable extensification de la culture cotonnière : les paysans ont appliqué les intrants qui leur revenaient plus cher sur une surface plus grande tout en sous-déclarant les surfaces cultivées en coton aux agents de vulgarisation de la CIDT. Un nombre croissant de femmes se sont lancées également dans la culture du coton, sans que la CIDT le sache. Par conséquent, il existe un écart entre les chiffres de la compagnie cotonnière et mes propres données sur le nombre de planteurs et la surface cultivée en coton. La CFDT/CIDT sous-évalue ces chiffres, ce qui signifie que les rendements par surfaces supposées cultivées sont artificiellement gonflés. Comme la compagnie veut démontrer que son modèle de développement et ses interventions sont une réussite, il n’est pas surprenant qu’elle ait exagéré les rendements après 1984.

Source : CIDT.
Fig. 1 - Évolution de la production cotonnière en Côte d’Ivoire de 1965 à 1984.

26Comment expliquer la révolution cotonnière ? Autrement dit, quelles sont les causes de la croissance de la productivité (Grigg, 1982) ? On a beaucoup écrit sur l’intensification agricole en l’expliquant de plusieurs manières. Brush et Turner (1987) passent en revue les principales théories sur le changement agricole qu’ils regroupent par thèmes : la technologie (théories néo-malthusiennes et de diffusion des techniques), la demande (théories de Boserup et de Tchayanov) et l’économie politique (théories sur la dépendance et les modes de production). Ils en arrivent à la conclusion que pour expliquer ce changement, il faut tenir compte « d’un ensemble de variables matérielles (outils, cultivars, travail, capital, sol et climat), de variables structurelles (économie nationale et internationale, institutions locales, organisations sociales et responsabilités) et du comportement individuel (objectifs et choix) ». Je propose ce genre d’explication globale de la révolution cotonnière en montrant les différentes interactions dans le temps des trois variables : matérielles, structurelles et comportementales.

Interactions entre les innovations induites et dirigées

27Vernon Ruttan (1984) récapitule les modèles de développement agricole qui ont le plus influencé les conceptions pendant la période de l’après-guerre jusqu’aux années 1970. Il insiste en particulier sur l’échec de la plupart d’entre eux (modèles de diffusion et d’inflation des intrants) à « expliquer comment des conditions économiques induisent le développement et l’adaptation d’un paquet technique efficace dans une société donnée. » Le modèle d’innovation induite de Ruttan et Hayami (1995) postule que les innovations et la croissance de l’agriculture résultent de la pression paysanne exercée sur les instituts de recherche publics et privés pour qu’ils mettent au point de nouvelles techniques permettant de surmonter des pénuries relatives dans les facteurs de production. Cette théorie de l’innovation agricole impulsée par la base a été sévèrement critiquée car elle ne précise pas dans quels contextes sociaux, économiques et politiques la demande intervient (Koppel, 1995 ; Grabowski, 1995 ; De Janvry et al., 1995). En réponse à ces critiques, Ruttan et HAYAMI (1995) reconnaissent qu’il manque à leur modèle une « théorie de l’action », c’est-à-dire une prise en compte des relations entre paysans et institutions de recherche. Bruce Koppel (1995) suggère qu’il existe une « dimension politico-économique complexe » derrière ces relations.

28L’étude des théories du développement agricole par John Staatz et Carl Eicher (1990) couvre à peu près le même terrain que la synthèse de Ruttan, mais elle prolonge le débat dans les années 1980. Ils remarquent que les économistes du développement continuent à centrer leur attention sur les aspects économiques et technocratiques du développement, tout en ignorant le pouvoir et la politique qui, très souvent, commandent le processus de changement agricole. Le modèle de « développement dirigé » de Larry Burmeister (1987 et 1995) aborde explicitement les liens entre le pouvoir social, la recherche et la vulgarisation agricoles. C’est ce modèle qui aide à décrire la dynamique du changement technique et de la croissance agricole en Côte d’Ivoire.

Contrairement au modèle d’innovation induite, celui du développement dirigé montre que les changements techniques et institutionnels pendant la Révolution verte en Corée du Sud étaient conduits par l’État dans le but d’atteindre une autosuffisance en riz. Les objectifs de rendements maximums affichés par l’« agro-bureaucratie » l’emportèrent sur les inquiétudes paysannes à propos de deux problèmes : l’insertion de la nouvelle variété à haut rendement dans les systèmes agricoles locaux et la tolérance de cette variété au froid et aux ravageurs. En bref, la participation paysanne à la recherche et à la vulgarisation agricoles fut négligeable en Corée du Sud pendant la Révolution verte.

29Bien que la critique par l’économie politique de l’innovation induite prenne mieux en compte les conditions politico-économiques des programmes gouvernementaux de développement et de recherche, elle laisse peu de place à l’initiative paysanne ou aux conflits qui surviennent entre services étatiques, professionnels du développement et responsables politiques. Par exemple, la capacité des paysans à influencer la recherche et la vulgarisation agricoles est très peu mise en évidence dans le modèle de développement dirigé.

30En renversant la théorie de l’innovation induite, Burmeister estime que les paysans sont amenés par l’État à utiliser les ressources conformément à sa politique. Leur autonomie est faible en matière d’invention et de diffusion de nouvelles technologies. Les services étatiques imposent ou manipulent les conditions dans lesquelles les paysans sont forcés d’adopter de nouvelles techniques. Les décisions au niveau local sont en effet orientées pour correspondre aux plans de développement nationaux des gestionnaires de l’État (Burmeister, 1995).

31Burmeister (1987) admet que la grande autonomie de l’État en Corée du Sud est probablement un cas extrême dans toute une gamme de relations entre l’État et la société. L’auteur laisse ainsi ouverte la possibilité que le changement agricole puisse être impulsé à la fois par des forces endogènes et exogènes, c’est-à-dire selon une dynamique qui rendrait assez bien compte du développement du coton en Côte d’Ivoire. On peut y distinguer une série d’innovations institutionnelles et techniques de type descendant (« top down ») et externe telles que le paquet technique du coton à haut rendement et le système de la CFDT à intégration verticale. Par ailleurs, il existe une série d’innovations induites de type ascendant (« bottom-up ») telles que les changements dans les pratiques agricoles et l’organisation sociale de la production qui ont facilité l’adoption de techniques à haut rendement dans le système agricole.

32Cependant, du fait de leurs origines socio-historiques, les innovations ne s’inscrivent pas parfaitement dans ce schéma idéal. Selon Jean-Pierre Olivier de Sardan (1996), les innovations sont généralement des constructions hybrides qui émergent des interactions entre différents groupes sociaux à des périodes et en des lieux déterminés. Les innovations à l’origine de la révolution cotonnière en Côte d’Ivoire ont fait l’objet de nombreuses négociations et ont soulevé des conflits entre plusieurs agents à propos de la culture cotonnière pour l’exportation. Elles sont apparues, puis elles ont été modifiées au cours de ces confrontations au point de disparaître. Cette interprétation des origines sociales du programme cotonnier de la CFDT/CIDT diffère de celle de Xavier Le Roy (1999) pour qui ces origines sont exogènes.

33En bref, pour rendre compte des dimensions socio-historiques des innovations techniques et des changements institutionnels et pour comprendre les raisons de l’essor cotonnier au milieu des années 1960, les concepts de forces exogènes et endogènes sont insuffisants malgré leur vertu heuristique. Il convient plutôt de prendre en compte les multiples changements incrémentaux de la société et de l’économie à partir desquels la révolution cotonnière s’est amorcée.

34Jean-Pierre Chauveau (1999) parvient à une conclusion similaire dans sa réflexion sur l’importance relative des notions d’innovations « induites » et « dirigées » dans les études agraires. Pour souligner que les innovations agricoles ne sont pas seulement externes ou internes aux divers groupes sociaux, mais qu’elles marquent l’aboutissement de dynamiques sociales et agro-écologiques en interdépendance structurelle, je ferai référence aux interactions ou effets interactifs entre les forces exogènes et endogènes.

35La conception de l’innovation par J.-P Olivier de Sardan (1996) comme processus d’hybridation, de réinterprétation et de réorganisation est comparable. Cependant, son concept d’innovation en tant que « greffe inédite, entre deux ensembles flous, dans une arène, via des passeurs » ne souligne pas suffisamment la capacité de remodelage des innovations externes par les acteurs locaux.

36Ceux-ci sont présentés comme dynamiques en tant qu’ils « réagissent » aux innovations exogènes, mais ils ne sembleraient pas en mesure d’influencer la nature de la technique introduite. Olivier de Sardan s’intéresse surtout à la façon dont les paysans interprètent, manipulent et déforment des innovations imposées de l’extérieur. Il prête moins d’attention au rôle qu’ils peuvent jouer sur la forme et le contenu même de ces innovations.

Développement agricole et politiques agraires

37Cette conceptualisation de l’initiative paysanne dans la révolution cotonnière en Afrique de l’Ouest s’oppose à la conception populiste de Paul Richards (1985). Dans son livre, « Indigenous Agricultural Révolution », il montre que la plupart des projets de développement agricole en Afrique de l’Ouest ont échoué parce que les paysans n’étaient pas impliqués dans l’identification du problème et dans la conception du projet. Comme Burmeister, Richards considère que l’innovation technique est provoquée de l’extérieur et qu’elle est conçue par des planificateurs du développement rural et des agronomes travaillant dans des stations de recherche expérimentale. Ces experts cherchent à remplacer des pratiques locales plutôt qu’à reconstruire celles-ci. Richards souligne également que les paysans expérimentent sans cesse de nouvelles cultures et techniques pour résoudre des problèmes « spécifiques au lieu et au contexte écologique », mais que les agents de vulgarisation ne tiennent pas compte de ces initiatives locales. Ces deux efforts de recherche-action, l’un formel et l’autre informel, sont pour lui « deux systèmes (qui) se croisent comme des bateaux dans la nuit. » Toujours selon Richards, l’un des grands défis de la planification agricole aujourd’hui consiste à combler le fossé qui sépare les paysans des agents de vulgarisation en procédant par des approches décentralisées et « ascendantes » du développement rural. Celles-ci impliquent les paysans dès l’identification d’un problème et la conception d’un projet, les experts agricoles devenant alors des collaborateurs et des conseillers.

38En matière de développement agricole, Richards pense que le développement dirigé mène à une impasse. Même lorsque des projets conduits de l’extérieur sont destinés à de petits exploitants, Richards reste sceptique en raison d’une faible participation paysanne, de forts pourcentages d’échec et de techniques inappropriées. Les paysans sont hostiles aux grandes modifications de leur système agricole telles que la substitution de la monoculture à la culture intercalaire, parce qu’ils craignent un accroissement des besoins en travail, des rendements incertains et une plus grande vulnérabilité aux ravageurs, aux mauvaises herbes et aux maladies (Richards, 1985). Leur conservatisme est paradoxal compte tenu de l’accent mis par Richards sur les expérimentations et les innovations des paysans. Cette rigidité est renforcée par l’emploi de termes opposés pour qualifier les paysans et les agences de développement : ascendant/descendant ; autochtone/externe ; informel/formel ; particulier/général. Peu de place est laissée ici aux rapports dialectiques, aux formes hybrides, aux catégories intermédiaires et aux acteurs socialement différenciés qui surmontent et transforment ces soi-disant contraires. On n’envisage pas non plus que des innovations « exogènes » (par exemple, des variétés de coton résistantes à la sécheresse, des prix à la production garantis, un accès au crédit) puissent offrir une certaine sécurité aux paysans ni que ceux-ci puissent les souhaiter. Il est vrai que pour Richards, la combinaison de techniques agricoles « modernes » et « traditionnelles » - par exemple, l’apport d’engrais chimiques à des cultures intercalaires - est une voie prometteuse vers l’intensification agricole. Cependant, en opposant les paysans aux agences de développement agricole, les catégories établies par richards (1985) l’ont conduit à la conclusion paradoxale que « l’invention et l’adaptation à l’environnement en Afrique sont les plus efficaces là où les agents extérieurs sont le moins intervenus ».

39Ce portrait ambigu des paysans dressé par Richards tient à son populisme agraire qui renonce à considérer l’action politique, l’organisation sociale et l’économie rurale. Dès lors, sa conception ne permet pas de rendre compte de l’une des réussites agricoles les plus significatives de la fin du XXe siècle en Afrique de l’Ouest. Par exemple, en dépit de la pertinence agro-écologique d’associer le coton à des cultures vivrières, cette pratique fut abandonnée par les paysans sénoufo lors de changements sociaux et agronomiques au cours des années 1960. En fait, les cultures associées ne furent plus pratiquées lorsque les paysans eurent adopté de nouvelles techniques agricoles (culture attelée, herbicides) et des variétés à haut rendement. Si l’on s’en tient à l’analyse de Richards, cet abandon de pratiques agro-écologiques sûres et adaptées à l’environnement pour des techniques uniformes et à plus haut risque aurait dû être impossible. Or, ces changements se sont bien produits. Pour en comprendre les raisons et les modalités, il convient de les replacer dans le contexte plus large du changement agraire par lequel la culture cotonnière a transformé le paysage agricole.

40Comme je le montre dans cet ouvrage, les petits paysans ont influencé les politiques agricoles en Afrique et cette capacité intéresse également les politologues. L’étude de Robert Bates (1981) sur le fondement des politiques agricoles souligne que les conditions politico-économiques nationales interviennent dans la fixation des prix aux producteurs pour l’importation et l’exportation. Il estime que les petits exploitants sont particulièrement désavantagés lorsqu’il s’agit de faire pression sur les politiques agricoles par une action collective. Bates affirme par exemple, que « lorsque les producteurs sont nombreux et disséminés, les coûts d’organisation sont plus élevés ». Il considère que les gros agriculteurs ont une influence plus grande, car ils peuvent constituer plus facelement des groupes de pression et le risque de comportement opportuniste (« free riding ») est moindre.

41Selon Bates, le « comportement opportuniste » consiste à profiter de prix plus élevés sans avoir consacré de temps ni de ressources pour les obtenir alors que d’autres producteurs l’ont fait, dans le cadre de groupes de pression. Cette définition suppose l’existence d’un marché libre dans lequel les producteurs peuvent vendre à des prix plus faibles et augmenter les quantités vendues. Un tel concept a peu d’intérêt dans des économies où les prix sont fixés par des services d’État (par exemple des organismes de commercialisation) ou des sociétés d’économie mixte. Les monopsones (monopoles d’achat d’un produit), qui caractérisent le secteur cotonnier en Afrique de l’Ouest et beaucoup de cas mentionnés par Bates, ne relèvent pas de cette logique.

42Les paysans craignent également les représailles du gouvernement lorsqu’ils s’organisent pour défendre leurs intérêts. Au lieu de constituer des partis politiques ou de protester ouvertement contre des politiques défavorables de prix, Bates estime que les paysans « utilisent le marché contre l’État ». Il fait allusion aux paysans qui, pour éviter les tendances défavorables du marché agricole, réduisent les surfaces de cultures économiquement peu intéressantes, investissent leurs maigres ressources dans des cultures plus rentables, vendent leurs produits sur des marchés parallèles et émigrent vers d’autres régions pour augmenter leurs revenus. De fait, la culture commerciale du coton en Côte d’Ivoire atteste ce genre de décisions rationnelles mais, historiquement, les paysans se sont également servis du marché pour se protéger d’une façon ou d’une autre de l’évolution défavorable des prix à l’importation et à l’exportation. Ceci a contribué de façon intentionnelle ou non à leur offrir des conditions plus avantageuses.

43Les planteurs de coton ont également utilisé ce que James Scott (1985) appelle « les formes quotidiennes de résistance » pour se défendre contre les conditions désavantageuses du marché et les exactions de l’État (par exemple, impôts excessifs, travail forcé). Plutôt que d’entreprendre des actions collectives et de risquer des représailles, les paysans adoptent généralement une résistance cachée et individuelle ; ils traînent les pieds, font semblant d’obéir et se livrent à des actes de sabotage. L’analyse d’Allen Isaacman (1996) sur la culture du coton au Mozambique pendant la période coloniale révèle un grand répertoire de tactiques utilisées par les paysans pour résister à la politique cotonnière du régime portugais. En Côte d’Ivoire, l’opposition des paysans à la culture forcée s’est souvent manifestée par des négligences (semis et sarclage tardifs), des actes de sabotage (par exemple, en se débarrassant des engrais) et le non-respect des normes de culture (emplacement des champs, temps de récolte). Ces dernières années avec le système de la CFDT, les agriculteurs ont limité les effets négatifs des faibles prix sur le marché en n’honorant pas leurs dettes, en soudoyant les employés pour qu’ils classent leur coton de faible qualité dans la qualité supérieure et en vendant les intrants subventionnés (graines, engrais, pesticides). Ces actions, menées individuellement par des paysans, demandent peu d’organisation.

44L’exemple de la Côte d’Ivoire permet de penser que Bates (1981) et Scott sous-estiment la capacité de nombreux petits paysans à s’organiser collectivement afin de revendiquer ce qu’ils estiment leur juste part des revenus. Face aux réquisitions de l’État et aux pressions de l’agro-industrie étrangère, les agriculteurs ne se contentent pas de « simples dérobades et manœuvres ». L’étude de Bates (1989) sur les origines sociales, politiques et institutionnelles de la révolte des Mau Mau au Kenya montre que de nombreuses familles rurales peuvent s’organiser afin d’entreprendre des actions collectives. En Côte d’Ivoire, les planteurs de coton se sont également engagés dans l’action politique. La « grève » du marché cotonnier déclenchée en 1991 par les organisations de producteurs (chapitre 6) prouve bien que les petits paysans peuvent défendre leurs intérêts collectivement. Leur capacité de mobilisation autour de cette grève fut facilitée par le multipartisme et le développement des GVC (Groupements à vocation coopérative). Ces organisations contribuèrent à coordonner les actions des paysans pour qu’ils retirent leur coton de la CIDT, ce qui aboutit à des prix d’achat plus intéressants dont tous les planteurs profitèrent. L’analyse de Bates n’avait pas prévu ce cas de figure. Le cas ivoirien met en évidence les conditions dans lesquelles des petits planteurs de coton ont formé un groupe de pression de plus en plus puissant qui a influencé la politique agricole dans les années 1990.

45En résumé, la politique agraire et les conceptions populistes de Bates, Scott et Richards aident à comprendre les innombrables façons dont les agriculteurs manipulent les processus sociaux, écologiques et (ou) institutionnels à leur avantage. Confrontés aux conditions parfois draconiennes qui leur sont imposées par les marchés et aux ponctions effectuées par un ensemble d’agents sur leurs maigres ressources, les paysans sont présentés comme de grands conservateurs qui tendent à garder leurs distances par rapport à ce qu’ils perçoivent comme des situations à risques. Selon l’expression de Richards (1985), « de nombreux petits exploitants préfèrent minimiser les risques au lieu de maximiser la production ». Bien que Richards ait raison de dire que les paysans, confrontés à des sols pauvres et à des précipitations irrégulières, répugnent à prendre des risques, il n’en est pas moins vrai qu’ils ont abandonné des pratiques agricoles « traditionnelles », par exemple les associations de cultures pour s’adonner à une monoculture commerciale exigeante en travail et en intrants. Ce fut le cas de dizaines de milliers de planteurs de coton en Côte d’Ivoire. Les paysans ont également fait preuve d’une remarquable capacité à s’engager dans l’action politique, ce que ni Bates ni Scott n’avaient envisagé.

46À vrai dire, Bates (1983) pense que de nombreux petits paysans pourraient influencer les politiques agricoles en participant à une « lutte constructive entre les partis » où des leaders politiques défendraient les intérêts des paysans dans le but d’obtenir leur soutien lors d’élections multipartites. Ce point, abordé dans son essai intitulé « The nature and origins of agricultural policies » (1983), complète et nuance l’évaluation par ailleurs pessimiste qu’il fait de l’action politique des petits paysans.

47L’histoire du coton en Côte d’Ivoire est intéressante en ce sens que ses acteurs principaux, les paysans, y jouent des rôles que les études agraires africanistes n’ont pas suffisamment pris en compte.

Argument général et organisation de l’ouvrage

48Les politiques cotonnières durant la période coloniale furent dès le début influencées par l’organisation locale de la production et du commerce (chapitre 1). Le coton était une culture commerciale importante dans l’économie précoloniale car il alimentait un artisanat textile prospère dans la région. Des témoignages fragmentaires attestent la place du coton dans les économies rurales des communautés sénoufo et dioula de la haute vallée du fleuve Bandama. Les activités traditionnelles de cultures, filage et tissage du coton, intéressaient beaucoup les administrateurs qui, pendant la première décennie de la période coloniale, ont cherché à augmenter la production au profit de l’industrie textile française. La permanence de cet artisanat au cours de la période coloniale devait avoir des répercussions importantes sur l’organisation du commerce, les prix du coton et les politiques coloniales.

49Les variétés de coton ont joué un rôle central dans cette histoire économique, sociale et agricole. Les administrateurs coloniaux, les agronomes, les marchands et l’industrie textile française se préoccupaient essentiellement du rendement et de la qualité des fibres de cotons locaux (couleur, rendement à l’égrenage, longueur et résistance). Un rappel des types de coton cultivés, de leurs origines et des méthodes de culture du coton pérenne démontre que les cotons « exogènes » privilégiés par les Européens provenaient en fait d’une variété de coton sauvage africain. III est prouvé aussi que les planteurs africains eux-mêmes ont constamment expérimenté de nouvelles variétés et des hybrides dont certains ont influencé les programmes de développement cotonnier pendant la période coloniale.

50Le chapitre 2 restitue la très grande instabilité politique, économique et sociale qui caractérisa le dernier quart du XIXe siècle. Les conflits engendrés par les politiques expansionnistes d’empires à la fois africains et européens ont entraîné des souffrances, des bouleversements sociopolitiques et ont provoqué une nouvelle répartition du peuplement à la veille de la période coloniale. Louis Gustave Binger, explorateur et officier français, fait allusion aux conséquences démographiques de ces temps troublés. Il signale que la densité de population dans la région de Niellé a diminué de 40 à 15 hab/km2 pendant cette période.

51Dans le chapitre 3, j’explique pourquoi l’État colonial n’a pas réussi à s’emparer d’une grande partie de la production cotonnière locale. Outre de multiples problèmes techniques, agronomiques et de main-d’œuvre, l’État colonial et les firmes commerciales se heurtaient à une dure concurrence sur les marchés locaux. Les marchands dioula qui approvisionnaient l’artisanat indigène offraient aux planteurs des prix toujours plus élevés que ceux des maisons de commerce européennes. De plus, lorsque les marchés des produits vivriers leur étaient favorables, les paysans donnaient la priorité à des cultures vivrières comme le riz, l’igname et le maïs. Les records de production cotonnière correspondaient à une coercition administrative plus forte et à des privations. Les désaccords entre responsables coloniaux quant à la meilleure manière d’encourager la production cotonnière en fonction des critères de qualité de l’industrie textile française ainsi que les réactions des paysans face aux réquisitions entraînèrent de grands changements dans les politiques agricoles et économiques. L’histoire du coton au cours de la période 1912-1946 montre que le marché parallèle a joué un rôle important dans l’élaboration d’un nouveau programme cotonnier au cours des décennies suivantes.

52Les administrateurs coloniaux et les représentants de l’industrie textile reconnurent que la meilleure attitude vis-à-vis du marché parallèle consistait à augmenter la production (chapitre 4). Ils admirent qu’offrir des prix plus élevés aux producteurs et accroître la production bénéficieraient à la fois aux marchés locaux et à ceux d’exportation. Les politiques cotonnières de l’après-guerre furent alors orientées vers un coton à haut rendement grâce à l’introduction de nouvelles variétés hybrides et à l’utilisation de pesticides comme le DDT. Le nouveau programme cotonnier comportait également des réformes institutionnelles comme la structure verticale adoptée par la compagnie cotonnière française, la CFDT Celle-ci assura l’approvisionnement des planteurs et obtint un monopole d’achat de la nouvelle variété Allen. Ce monopsone élimina les marchands dioula des marchés cotonniers. Ainsi le « système de la CFDT » est issu, en partie, du débat politique à la fin de la période coloniale à propos de la concurrence du marché parallèle et, en même temps, de la nécessité de produire une fibre de qualité convenant à l’exportation. La résistance manifestée par les paysans à l’égard du nouveau programme cotonnier a conduit au retour de la coercition au cours des dix premières années de l’« indépendance ». Obliger les paysans à cultiver la nouvelle variété confirme le caractère dirigiste du processus d’innovation technique.

53Les chapitres 5 et 6 sont issus d’une recherche approfondie au niveau villageois qui permet une analyse plus fine des dynamiques d’intensification et d’extensification agricoles. L’intensification cotonnière fut le résultat d’une combinaison d’innovations dirigées et induites. La compagnie cotonnière orientait la recherche et le développement vers un objectif (économiser en terres cultivées par l’augmentation des rendements), alors que les innovations locales avaient un autre but (économiser en travail par l’accroissement de la productivité). Une série d’innovations induites localement visèrent à réduire les goulets d’étranglement en travail et à augmenter les revenus des ménages. Les nouvelles techniques, les modèles agricoles et les nouvelles dispositions sociales et institutionnelles au niveau villageois ont joué un rôle décisif dans la révolution cotonnière. Ces innovations ont effectivement modifié la structure économique et sociale du nord de la Côte d’Ivoire. Le développement du crédit lié à la production et à la commercialisation du coton, l’essor de la culture attelée et l’expansion des surfaces cultivées ont soulevé de nouveaux problèmes économiques et des insuffisances en capacité de travail. Pour y remédier, il s’avérait nécessaire d’établir de nouveaux rapports sociaux entre les aînés et les jeunes, les hommes et les femmes ainsi qu’entre les ménages relativement riches et ceux restés pauvres.

54Le modèle d’intensification agricole caractéristique des années 1970 et du début des années 1980 s’est transformé en extensification et diversification au cours de la période 1985-1995. L’aggravation du contexte économique par suite de la suppression des subventions aux engrais et pesticides, de la chute des prix à la production, de l’introduction d’une variété de coton plus exigeante et de la dévaluation de la monnaie a obligé les paysans à répartir autrement leurs maigres moyens. C’est ce que montre l’exemple du village de Katiali. L’extensification de la culture cotonnière, le non-remboursement de prêts, la diversification des cultures, l’organisation de « grèves », la création de coopératives pour diffuser de nouveaux intrants et assurer les ventes furent les solutions les plus fréquemment adoptées pour s’en sortir. Ces modèles d’utilisation des ressources ont abouti à une chute brutale des rendements et de la production totale en coton. Pour inverser cette tendance, la compagnie cotonnière a abandonné sa variété sans gossypol (substance toxique dans les graines de coton), elle a augmenté les prix à la production et offert d’autres subventions aux planteurs. Pour la première fois, les responsables de la compagnie à Bouaké et à Paris ont reconnu le pouvoir des producteurs paysans dans l’élaboration des politiques cotonnières. Néanmoins, les discours à propos du développement cotonnier à la fin des années 1990 continuaient à présenter les planteurs comme des sujets passifs.

Table des illustrations

Légende Source : CIDT.Fig. 1 - Évolution de la production cotonnière en Côte d’Ivoire de 1965 à 1984.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search