Version classiqueVersion mobile

Jardins au désert

 | 
Vincent Battesti

Partie 2. Les révolutions permanentes des jardins

L’ordre des palmeraies

Texte intégral

1L’échec du jardin ? Il faut bien nous rendre à cette évidence : la typologie des exploitations oasiennes du Jérid témoignait que le jardin, ce domaine du restreint, recèle les possibilités de pratiques individuelles les plus fortes. C’est à ce niveau que doivent être pris en compte les trajectoires individuelles, les choix, les ruptures, les compétences, la richesse des comportements. Mais si ce niveau explique par certains caractères les états des jardins, il ne peut le faire entièrement. Les jardins sont intégrés à des palmeraies qui sont des constructions aussi pleinement sociales : l’ordre des palmeraies est l’approche aussi nécessaire et complémentaire pour saisir les socioécologies oasiennes. Autrement, comment pourrait-on expliquer la conduite (quelque peu hétérodoxe) du jardin de Tayeb si on ne sait pas qu’il se situe à Dghoumes ?

Le zonage ou l’échec partiel du jardin

2Le zonage peut être une réponse au constat de l’échec (forcément partiel) de saisir les socioécologies oasiennes uniquement à travers le niveau des jardins. Le zonage révèle un assemblage de palmeraies (fig. 39) où le milieu offre des contraintes et des opportunités, sociales et écologiques. Les conditions pédoclimatiques représentent des contributions écologiques évidentes comme l’est, du point de vue social, l’origine bédouine ou sédentaire des populations. Mais encore une fois, de quel milieu parlons-nous ? Ici, au niveau du zonage, ce sera le milieu oasien (y compris l’habitat ou son absence), un environnement socio-économique propre à chaque oasis (ou, disons, propre à chaque zone) du fait notamment de son histoire. Mais le milieu plus large, le désert ou la steppe — c’est-à-dire un environnement aride, sans ou presque sans végétation —, possède sa propre influence qui ne s’exprime pas dans le zonage, sinon partiellement (certaines conditions pédoclimatiques singulières), car les faits anthropiques les masquent encore. Sa révélation se fait sur un plan encore plus large, celui de « oasis en général » (la région). C’est alors que l’on découvre le milieu de la façon la plus marquée, même si ce milieu agissant est tout aussi présent dans chaque geste des jardiniers. Tout s’intègre naturellement, mais c’est au niveau large que la lecture du milieu est rendue possible.

3Un découpage de la région en sept zones regroupe entre elles des palmeraies dispersées géographiquement (tabl. 10). Les trois variables synthétiques à l’origine du zonage sont les suivantes. D’abord, l’héritage foncier : cette variable dépend de la taille des propriétés, de la taille des parcelles et de l’importance du cultivar degla. La prise en compte des caractéristiques pédoclimatiques et hydriques n’est pas nécessaire pour une discrimination de premier niveau. Ensuite, les capacités d’investissement : cette variable dépend de l’origine sociale des propriétaires, des modes de faire-valoir, de l’absentéisme des propriétaires, de la proportion de degla, des rendements. Enfin, l’efficience des systèmes de mobilisation de la force de travail : cette variable dépend des modes de faire-valoir, du travail des femmes, de l’éloignement entre parcelles et lieu d’habitation, du niveau général d’entretien des jardins, de l’importance des sous-cultures, de l’absentéisme des propriétaires.

Tabl. 10 – Critères de discrimination des différentes zones

Tabl. 10 – Critères de discrimination des différentes zones

Fig. 39 – Carte de la région du Jérid selon le zonage

4Il ne s’agit pas de définir ces sept zones (nombre trop faible d’individus dans l’échantillon), mais simplement de les illustrer (pour le détail des critères d’identification des zones de palmeraies, se reporter à Conforti, Ben Mahmoud et Tonneau, s. d. [1995]). Les sept zones illustrées peuvent être ainsi répertoriée :

5La zone 1 : des palmeraies qui ont su valoriser des conditions de départ favorables (avec l’exemple de Castilia),

6La zone 2 : des palmeraies récentes n’ayant pas pleinement profité d’une situation foncière et financière favorable (avec l’exemple de Nefleyet),

7La zone 3 : des palmeraies récentes, éloignées des centres urbains : un système paysan (avec l’exemple de Dghoumes),

8La zone 4 : des palmeraies récentes, encore peu productives (avec l’exemple d’Ibn Chabbat),

9La zone 5 : une palmeraie riche et bien intégrée au marché (avec l’exemple de Degache),

10La zone 6 : des palmeraies anciennes, riches, mais en déclin (avec l’exemple de Nefta),

11La zone 7 : une palmeraie ancienne défavorisée ; la difficulté d’investir (avec l’exemple d’El-Hamma).

12Le tableau 11 synthétise la répartition de l’échantillon de jardins soumis au suivi technico-socio-économique entre les différentes zones. Ce tableau permet par ailleurs de souligner la fréquence d’un état de jardin dans la palmeraie (et la zone) concernée (et non pas la distribution des états dans les différentes zones). Ainsi, les entreprises rurales sont partout très mal représentées : elles sont un système d’exploitation peu fréquent au Jérid. Ces fréquences ne sont fournies ici qu’à titre (très) indicatif.

La zone 1 - Des palmeraies qui ont su valoriser des conditions de départ favorables : exemple de Castilia

Échantillons concernés : « TAHER » et « BRAHIM »

13Les palmeraies de cette zone ont été créées vers l’Indépendance (cas de Castilia) ou dans les années 1970 à 1980 pour les sociétés civiles.

Tabl. 11 – Croisement entre zonage des oasis et typologie des états d’exploitations

Tabl. 11 – Croisement entre zonage des oasis et typologie des états d’exploitations

14Résultant d’un effort d’investissement que rendait possible l’origine aisée des exploitants, les rendements sont très bons et de loin les meilleurs de l’échantillon. Le palmier est la culture de rente par excellence pour ces exploitations (87 % de la valeur de production chez Taher et 94 % chez Brahim). La trame originelle des palmiers était alignée et composée uniquement de deglet en-nûr. Pour Taher et Brahim, les rendements sont respectivement de 71 et 85 kg/palmier productif et de 32 et 64 dt/palmier productif. Le mauvais rendement de valeur de Taher s’explique par la dépréciation exceptionnellement forte de sa production de dattes dont les deux tiers n’étaient pas commercialisables l’année du suivi ; ce rendement est potentiellement très fort en année « normale ».

15Quand on ramène la valeur totale annuelle de la production de l’exploitation à l’hectare (le rendement de l’exploitation), elle est d’environ 5 000 dinars. Les revenus dans cette zone peuvent être très bons : plus de 17 000 dt (en retranchant la part des khammêsa) pour 4 500 dt de dépenses effectives sur 4 ha chez Brahim.

16Cette zone se caractérise aussi par une volonté (et les capacités) des propriétaires de valoriser l’héritage et l’investissement en argent et en temps, ce qui se traduit souvent aujourd’hui par une volonté de diversification des productions. Ces deux exploitations possèdent un petit élevage bovin aux revenus laitiers confortables. De plus, Taher diversifie sa production fruitière grâce à des citronniers qui entrent en production (300 dt/an).

17L’investissement reste fort dans les deux propriétés, mais les stratégies diffèrent. L’une, de l’état « entreprise rurale », possède un gérant (waggâf) et emploie des salariés. L’autre fonctionne avec deux khammêsa sur ses quatre hectares. Dans le premier cas, ont été mis en œuvre le labour profond presque complet de la parcelle à l’aide d’un mini-tracteur ainsi que la construction du réseau secondaire de seguias en ciment amenant l’eau directement aux planches de cultures afin de diminuer la quantité de travail de l’irrigation et les pertes d’eau. Cependant, l’emploi de la main-d’œuvre grève les coûts de revient, à concurrence du double du coût estimé d’une seguia en ciment (2 500 dt en tout pour 160 m de conduite).

18Ces exploitations d’une palmeraie proche du centre urbain de Tozeur ne connaissent pas de problème de commercialisation, pour les dattes comme pour les cultures maraîchères dans le cas du jardin en khammêsa. D’ailleurs, dans cette exploitation, 99 % de la valeur de production est vendue, et chez Taher, 79 % (les mauvaises dattes ont été consommées par le troupeau).

19À noter la forte mobilisation du travail et l’importance de masse horaire absorbée par l’exploitation peut-être dues aussi à la proximité du centre urbain : 5 100 heures de travail chez Brahim (soit, avec l’élevage bovin intégré à la parcelle, 1 450 h/ha) et 2 750 heures dans l’hectare de Taher.

La zone 2 – Des palmeraies récentes qui n’ont pas profité d’une situation favorable : exemple de Nefleyet

Échantillons concernés : « HOUCINE » et « MAHMOUD »

20Les palmeraies de cette zone n’ont pas pleinement profité d’une sitation pourtant a priori favorable. Elles ont été créées vers l’Indépendance (cas de Nefleyet) ou dans les années 1970-1980 pour les sociétés civiles. Les revenus des exploitations de cette zone restent bons malgré un manque d’investissement. Le revenu des cultures de l’exploitation Houcine est de 4 200 dt, moins la part du khammês, il reste 3 200 dt ; le coût en dépenses est de 890 dt. Sur la même surface (1,5 ha), Mahmoud a un revenu de 3 350 dt pour un coût de 2 700 dt (avec un ouvrier permanent).

21L’investissement en travail est sans doute moins important que dans la zone 1 ; la palmeraie est à mi-chemin de centres urbains (Tozeur et El-Hamma) et ne comporte pas d’habitat attenant. En exceptant les élevages qui appartiennent au khammês ou au salarié et qui d’ailleurs ne sont pas dans l’enceinte du jardin, la quantité annuelle de travail est de 1 600 h/ha chez Mahmoud et 800 h/ha chez Houcine. De plus, il convient de noter qu’il s’agit de deux jardiniers qui se déplacent presque tous les jours, ce qui n’est pas le cas de tous les exploitants de cette palmeraie. La raison principale en est la distance qui sépare la palmeraie du plus proche village (et la qualité de la pistes, par ailleurs).

22Pour des raisons d’itinéraires techniques ou de conditions pédoclimatiques, les rendements des parcelles sont moins bons qu’en zone 1, alors que, dans les deux cas, les zones sont plantées à 100 % en deglet en-nûr (auxquelles s’ajoutent des variétés communes surnuméraires). Chez Mahmoud, les rendements du palmier dattier sont de seulement 18 kg et 18 DT par pied productif et le rendement de la parcelle, toutes productions végétales confondues, est de 2 300 dt/ha. Chez Houcine, les rendements sont de 26 kg par pied productif (23 dt) et de près de 2 800 dt/ha, soit deux fois moins qu’en zone 1.

23Les propriétaires, plus éloignés de leur parcelle à tout point de vue, investissent moins. Dans ces deux exemples, il n’y a pas d’élevage intégré.

Vue d’une partie de jardin. Printemps 1995, palmeraie de Nefleyet (Tunisie). Le jardin est bien nettoyé et attend des cultures. Le jardinier laisse pousser les mauvaises herbes dans certaines planches pour le fourrage

La zone 3 – Des palmeraies récentes, éloignées des centres urbains : exemple de Dghoumes

Échantillons concernés : « HABIB » et « TAYEB »

24Ces palmeraies ont toutes été créées après l’Indépendance, des années 1960 à la fin des années 1970 (Dghoumes, 1978) ou au début des années 1980. Elles ont en commun d’avoir été installées par l’État afin de sédentariser (ou d’accompagner une sédentarisation) — en leur livrant les parcelles « clef en main » — les populations de Bédouins nomadisant dans ou autour du Jérid. Elles restent ainsi très marquées par cette origine sociale. L’oasis de Dghoumes au nord-est du Jérid a été établie au profit des Bédouins Awlâd Bu Yahi (Awlâd Yahya). La finalité du projet est partiellement à caractère social : fournir à des familles bédouines pauvres des moyens de subsistance, tout en augmentant la production nationale de degla.

25Ces palmeraies forment un système à part du système commun du Jérid bien que les fonctionnaires ingénieurs ne les aient pas conçues différentes (sinon la surface des lots qui tire leçon des difficultés d’Ibn Chabbat). Si elles empruntent au Jérid, elles ont su aussi concilier ces apports avec leurs intérêts propres : « Il a vu le blé des autres et il a éparpillé son orge » est ce qu’on tente d’éviter (maxime enregistrée à Dghoumes : à vouloir copier, imiter, être intéressé par ce qui se fait à côté, on risque de perdre son bien et n’avoir finalement ni l’un ni l’autre, le blé ayant plus de valeur que l’orge).

26Ainsi, ces populations conservent encore des troupeaux nombreux. Bien qu’une partie de ces troupeaux soit au saharâ’ avec des parents, l’autre partie au village est un élevage intégré qui consomme une grande partie de la biomasse du jardin : c’est une donnée socioécologique fondamentale pour comprendre cette zone. Sur ces petites parcelles d’un demi-hectare, une grande place est faite aux fourrages, principalement la luzerne, tant en surface qu’en terme de travail. Ainsi, chez Habib, 450 heures de travail sont annuellement consacrées à cette culture contre 190 heures au palmier, représentant de la sorte 63 % des 720 heures totales de travaux culturaux. Chez Tayeb, la luzerne représente 480 heures contre environ 260 pour le palmier, soit 50 % d’un total de 950 heures.

27Dans les deux cas, la valeur de production de la luzerne est juste deux fois moins élevée que celle du palmier dattier. En terme de biomasse récoltée, elle est deux et demie à trois fois plus importante, au point que l’on peut se demander si ces palmeraies produisent des dattes ou de la luzerne (des luzernières à palmiers ?) et si elles n’ont pas été détournées, par leurs exploitants néo-agriculteurs, d’un des objectifs initiaux que l’État avait fixé : participer à l’augmentation de la production nationale de dattes. Pour ce qui est des dattes, les parcelles ont été plantées uniquement en deglet en-nûr. Les rendements sont contrastés : les uns très bons comme pour le jardin installé de Tayeb (70 kg et 44 dt par pied productif), d’autres médiocres comme pour le jardin en légère progression de Habib (32 kg et 15 dt par pied productif). Outre la médiocre qualité des dattes, et par conséquent une commercialisation difficile qu’aggrave la situation excentrée de la palmeraie, loin des circuits des collecteurs de dattes, les ghallêla, une tentative de vente directe à la capitale en association avec un voisin s’est soldée par un résultat mitigé (voir aussi le cas de Bechir).

28Toutefois, les rendements des cultures au niveau de l’exploitation sont très corrects : 2 200 dt/ha chez Habib, 5 800 dt/ha chez Tayeb, c’est-à-dire dans le meilleur des cas très comparables à ceux de la zone 1 (mais sur de plus petites surfaces), sans pour autant que les techniques oasiennes soient bien maîtrisées (comme en témoigne le grand nombre de cultures « mortes » en cours de production). On peut se demander dans quelle mesure la luzerne (une légumineuse) contribue à bien fertiliser la terre de ces jardins (azote fixé par les racines), en sus du fumier largement disponible.

29Le régime original de la zone 3 fonctionne grâce à une forte disponibilité de la main-d’œuvre (liée à l’absence d’activités concurrentes), à laquelle se combinent la possibilité de travail fourni par les enfants et l’investissement essentiel des femmes (le village est attenant à la palmeraie). Ce sont ces dernières, dans nos deux exemples, qui s’occupent seules de la coupe de la luzerne (qui représente plus de 95 % du temps consacré à cette culture) et du désherbage/nettoyage, ce qui permet de dire que ces jardins sont bien entretenus, le désherbage répondant à un souci de nettoyage, mais surtout à une nécessité de nourrir un cheptel important. Ainsi, le travail féminin, hors élevage, représente au moins 56 et 58 % du travail agricole. De fait, globalement, l’exploitation d’Habib compte 2 000 heures de travail, soit 4 000 h/ha, et l’exploitation de Tayeb, 1 850 heures de travail, soit 3 700 h/ha. De fait, les Bédouins sédentarisés fournissent clairement les plus grosses quantités de travail à l’hectare rencontrés dans les zones oasiennes étudiées.

30Les faibles surfaces relatives des jardins à Dghoumes (un demi-hectare) font que ceux-ci sont pleinement exploités et de manière intensive. Seule la rotation avec une légumineuse comme la luzerne évite que la terre ne s’épuise, en plus des amendements faciles en fumier. Dans le meilleur des deux cas, les données de l’hiver 1996 montrent une occupation du sol par les cultures de 22,16 ares (8,23 ares pour les maraîchères et 13,93 ares pour les fourragères) pour une surface totale disponible dans les planches de cultures de 23,25 ares, soit un taux de recouvrement de 95 % ! le taux le plus fort de nos exemples jéridis (la surface totale disponible peut sembler faible pour une parcelle de 0,5 ha à qui ne connaît pas l’organisation oasienne, mais le système des planches de cultures en fait un chiffre tout à fait normal).

31Finalement, la main-d’œuvre abondante rend ce système peu dépendant d’investissement financier. De toute manière, les capacités financières des cultivateurs de Dghoumes semblent limitées. L’eau représente le principal poste de dépense avec 40 % des dépenses effectives de Tayeb et 47 % (avec l’investissement dans une seguia en ciment) de Habib. Cette économie peu monétarisée est attestée aussi par la faible vente des produits au profit de l’autoconsommation. Y compris les dattes, la vente représente 36 % de la valeur de production chez Habib et 56 % chez Tayeb ; si l’on excepte les dattes, seulement 10 % de la production (en valeur) est vendue chez ce dernier et absolument rien chez Habib. Ce peut être le reflet de l’éloignement de cette palmeraie des centres urbains et d’une économie paysanne autocentrée.

La zone 4 – Des palmeraies récentes, encore peu productives : exemple d’Ibn Chabbat

Échantillons concernés : « HASSAN », « AMARA » et « BECHIR »

32Toutes les palmeraies de cette zone ont vu le jour dans les années 1980 dans le cadre de projets sociaux destinés à aider des jeunes sortant des écoles agricoles, des fils d’éleveurs et des chômeurs (proches du pouvoir...). Ce sont des palmeraies récentes encore peu productives dont les bénéficiaires sont confrontés à la difficulté d’investir et de mobiliser le travail.

33Issu de l’enthousiasme du pdes (Plan directeur des eaux du Sud), Ibn Chabbat est la palmeraie qui décourage le plus les cultivateurs qui y travaillent (voire les cadres administratifs de l’Agriculture) : les conditions pédoclimatiques et hydriques y sont les plus défavorables. Les lots d’Ibn Chabbat, dont l’établissement s’est déroulé en trois phases distinctes, sont tous identiques, deux hectares plantés de palmiers en ligne, uniquement le cultivar deglet en-nûr, et d’une densité réglementaire de cent pieds à l’hectare. Même si ces palmeraies sont jeunes, on s’accorde néanmoins à dire qu’elles enregistrent un grand retard d’entrée en production. Exposées en plein saharâ’ (Ibn Chabbat est aussi éloigné de Tozeur que de Nefta) et créées ex-nihilo, le microclimat oasien (« effet oasis ») n’y prend pas, la densité de palmiers étant sans doute trop faible. L’augmenter pourrait être une solution, mais ce projet agricole souffre déjà d’un manque d’eau d’irrigation (en partie à cause de la nature très sableuse du sol ; l’État a entrepris en début d’année 1996 d’autres forages). De fait, la production des palmiers demeure très faible... quand les rejets ont survécu.

34Hassan fait partie de la troisième tranche du projet, la plus récente. Sa production est nulle cette année, le propriétaire est vieux et réclame en vain un crédit afin de remplacer ses palmiers, morts dans la très grande majorité. L’exploitation d’Hassan, en situation de quasi-abandon et sans recette, est automatiquement en déficit. Le seul poste de dépense est la main-d’œuvre extérieure, qui assure l’irrigation sur la fin du suivi (ses fils présents dans la région ne sont pas toujours disponibles pour le remplacer).

35Dans la seconde tranche, la parcelle d’Amara affiche des rendements en datte de 10 kg et 5 dt par pied productif. En fait, de deux hectares plantés, seuls 1 500 kg de deglet en-nûr de mauvaise qualité ont pu être vendus pour 800 dt. Le rendement de son exploitation, toutes cultures confondues, est de 630 dt/ha.

36Dans la première tranche où les palmiers sont les plus avancés, la production totale de Bechir est de 2 800 kg, soit 14 kg et de 9 dt par pied productif. À noter que cette année est plus mauvaise que d’habitude, les dattes ayant beaucoup souffert de dessèchement. Si la production est double de celle de l’exemple de la tranche ii d’Ibn Chabbat, elle n’en demeure pas moins des plus mauvaises du Jérid : le rendement de son exploitation est légèrement supérieur à 900 dt/ha. Le propriétaire pratique la phœniciculture exclusive, pensant disposer ni d’eau suffisante ni de temps (éloignement), pour des cultures basses ou l’arboriculture.

37Au total à Ibn Chabbat, la production est faiblement diversifiée (et il n’a pas été conçu originellement qu’elle le soit). Amara est le seul de nos exemples à assurer un maraîchage avec une biodiversité relativement élevée. Son exploitation dégage pour l’ensemble de la production un peu moins de 1 100 dt en vente effective, soit 85 % de la valeur totale de production : c’est tout juste de quoi couvrir les frais des intrants. L’emploi d’une main-d’œuvre salariée (aide au labour) grève son budget si bien que le total des dépenses excède celui des recettes : l’exploitation est fortement déficitaire alors que son exploitant est d’origine modeste (statut préféré par l’Administration lors de l’allocation des parcelles) ; il survit en travaillant parallèlement dans la maçonnerie. Ce rapide calcul ne tient compte ni de la valorisation de ses 1 380 heures de travail sur le jardin ni de la facture d’eau (que d’ailleurs aucune des exploitations d’Ibn Chabbat ne paye faute de moyens évidents, malgré les requêtes coercitives des services de l’Agriculture).

38Quant à la plus productive des trois exploitations, celle de Bechir, la recette du jardin ne couvre que 40 % des 2 800 dt de dépenses, sans compter la valorisation du travail. Le résultat est le même en incluant le gain de production de son élevage, par ailleurs peu alimenté par le jardin, car trop éloigné de Nefta et le propriétaire/exploitant ne possède qu’un cyclomoteur ; en conséquence, le coût en alimentation (achetée) des animaux est élevé. Ce relatif investissement dans le jardin est assuré par le transfert de fonds provenant de son échoppe au marché de Nefta.

39Les problèmes soulevés par l’éloignement de la zone agricole des centres d’habitations et des marchés ou par l’origine modeste des agriculteurs ne sont pas propres à Hassan, Amara et Bechir. La distribution des lots d’Ibn Chabbat ayant ciblé des catégories sociales pauvres, celles-ci ne peuvent investir plus qu’elles ne font déjà, c’est-à-dire assez faiblement en général. Les exploitants ont bénéficié pour leur installation dans ces lots de crédits et sont aujourd’hui lourdement endettés. Ces difficultés sociales et financières n’en sont que plus criantes quand elles s’ajoutent à des conditions naturelles particulièrement défavorables et à la localisation géographique qui entrave les possibilités de complémentarité (agriculture intégrée).

40Les exploitations d’Amara et de Bechir présentent respectivement une masse horaire pour l’année de 800 heures (dont un huitième en main d’œuvre extérieure) et 1 000 h/ha (dont les trois quarts en main-d’œuvre extérieure), ce qui en fait des surfaces faiblement exploitées et comparables à Nefleyet de la zone 2. Le cas de Hassan en tranche I, en situation de quasi-abandon avec à peine plus de 450 h/ha/an, n’est pas un cas isolé : cette tendance à la sous-exploitation est imputable en fait autant à l’éloignement des lieux d’habitations qu’au découragement des cultivateurs qui ne tirent aucun revenu de leur exploitation et de leur travail. L’État avait construit un « village » à proximité des lots et proposé les habitations aux agriculteurs de la tranche I, village aujourd’hui utilisé en grande partie comme caserne par l’armée. Une des nombreuses raisons de cet échec patent est la configuration même des maisons qui ne tenait pas compte de celle de l’habitat régional (l’absence de cour notamment).

La zone 5 – Une palmeraie riche et bien intégrée au marché : exemple de Degache

Échantillons concernés : « MASOUD » et « ABDEL RAZZAK »

41Degache est une oasis ancienne, à tel point qu’on ne sait plus depuis quand elle existe. On la dit le fleuron de l’agriculture oasienne jéridi, sans être sous les projecteurs touristiques. Et de fait, elle connaît moins de problèmes structurels que les autres palmeraies anciennes de la région (Tozeur ou Nefta en particulier qui subissent par ailleurs la concurrence de l’offre d’emploi du secteur touristique) ; elle bénéficie de bonnes conditions pédoclimatiques et hydriques. Mais comme les autres vieilles palmeraies du gouvernorat, son parcellaire est particulièrement complexe et la taille des exploitations est souvent inférieure au demi-hectare. La densité des pieds de palmiers dattiers est élevée, souvent plus de trois cents pieds à l’hectare.

42Degache jouit d’une réputation de richesse, mais aussi d’un savoir-faire reconnu de ses cultivateurs. Son taux en cultivar deglet en-nûr est le plus élevé des anciennes oasis (plus de 60 %), mais cette conversion s’est souvent faite aux dépens de l’olivier très présent autrefois dans la palmeraie et dont le reliquat en fait encore sa spécificité. Ces oliviers produisaient notamment de l’huile (zeît) et, il y a encore quelques décennies, les quartiers de Degache comptaient plusieurs huileries, ma°âsr, pluriel de ma°sra.

43La palmeraie de Degache est en fait une partie d’un ensemble plus vaste appelé la palmeraie d’el-Wedian (ou El-Ouediane). Cette oasis est à la porte du Jérid, région devenue un cul-de-sac depuis la fin du commerce transsaharien. (Regim Martoug est un ambitieux projet oasien — sédentarisation de Bédouins — construit au sud du chott el-Jérid ; pour l’instant, on s’y rend surtout par l’autre région, le Nefzaoua, mais une vraie route reliant les deux régions est en projet qui désenclavera la nouvelle création et rouvrira le Jérid vers le Sud.) L’argent extérieur du commerce et de l’émigration a pu s’investir dans les jardins, tout proches du village comme c’est le cas dans les oasis anciennes. Cette proximité, l’absence de concurrence réelle avec d’autres secteurs d’activité et le lien affectif liant les Degachi à leurs terres peuvent expliquer un investissement important en temps de travail et en présence dans le jardin. Bien qu’Abdel Razzak ait développé une activité parallèle de commerce de dattes, l’exploitation absorbe plus de 2 150 heures par an pour moins d’un hectare (2 850 h/ha). L’exploitation de Masoud s’est vue consacrer 3 370 heures de travail pour un hectare, soit une valeur relative très proche de celles qu’on rencontre à Dghoumes (mais sans l’investissement féminin). Dans ces deux jardins degachi, respectivement 25 et 50 % de ces heures sont assurées par une main-d’œuvre extérieure salariée et temporaire. La disponibilité en main-d’œuvre agricole qualifiée, plus importante qu’à Tozeur semble-t-il, permet un bon état général des parcelles.

Des jardins plus ou moins intensivement cultivés. Octobre 1995, Degache (Tunisie). Ce jardin est bien entretenu, mais le sol est dégagé de cultures maraîchères. Les priorités des propriétaires varient avec le nombre de leurs parcelles ou de leurs autres activités

44Cet investissement en travail s’explique aussi par le caractère spécial de ces deux parcelles : elles sont en bordure d’oasis et plus ou moins en phase d’installation. D’ailleurs, le rendement des palmiers n’est pas à son optimum (seulement 17 kg et 9 dt par palmier productif de douze ans d’âge chez Masoud et 21 kg et 12 dt par palmier productif chez Abdel Razzak). On peut espérer à Degache des rendements plus proches des 30 ou 40 kg par pied. De fait, la diversification en maraîchage (et en fourrage chez Masoud ou en fruitiers chez Abdel Razzak) permet d’accroître les rendements respectivement à 1 250 dt/ha et 2 900 dt/ha.

45Les débouchés des cultures maraîchères ou fruitières sont assurés et facilités par la proximité du souk. Ainsi, chez Masoud, 80 % de la production en valeur est vendue (40 % en exceptant les dattes). Chez Abdel Razzak, ces proportions sont de 90 % et 77 %. La diversification se constate également au niveau de l’élevage : en sus du classique élevage caprin ou ovin (important chez Masoud), les deux exploitations ont essayé l’élevage bovin. L’investissement est important aussi dans les infrastructures : les deux parcelles possèdent une pièce en dur (magasin) et une étable/bergerie (construites dans l’année de suivi chez Masoud), un puits avec motopompe, un bassin/réservoir et des seguias cimentées.

La zone 6 – Des palmeraies anciennes, riches, mais en déclin : exemple de Nefta

Échantillons concernés : « RIDHA » et « ALI »

46Les deux palmeraies de cette zone sont attachées aux deux grands centres urbains du Jérid, Tozeur et Nefta. Même si l’agriculture s’est étendue sur de grands périmètres irrigués (presque le millier d’hectares pour chacune d’elles), elle n’est pas la seule activité qui fit la renommée de ces deux centres. Outre l’aspect religieux et intellectuel, le commerce a sans doute été leur grande raison d’être du temps des routes transsahariennes. Ce temps révolu, ces deux villes tentent une percée touristique aux résultats encore mitigés (plus réussie à Tozeur) et font partie des plans de développement nationaux prioritaires de ce secteur (le « tourisme saharien »), les villes côtières atteignant la saturation. Tozeur bénéficie par ailleurs de sa nouvelle situation politique (depuis 1981) de capitale régionale, siège du gouvernorat (le Jérid était partie auparavant du gouvernorat de Gafsa). L’ensemble de ces facteurs peut expliquer une certaine désaffection vis-à-vis de l’agriculture, en particulier de la part des plus jeunes. Le renouvellement de la main-d’œuvre agricole risque d’être difficile si ce secteur d’activité ne devient pas plus attrayant.

47Ces oasis jouissent de conditions pédoclimatiques plutôt favorables, mais Nefta a souffert récemment de pénuries d’eau lors de longues restructurations. La proportion du cultivar deglet en-nûr est faible (environ la moitié des pieds à Tozeur et un peu moins d’un quart à Nefta). Ces palmeraies présentent les faciès les plus divers en termes de systèmes de production et l’héritage foncier est plutôt négatif du point de vue de la productivité (comme déjà à Degache) : forte densité des palmiers, parcellaire complexe et exploitations de petites tailles. Le taux de jardins à l’abandon ou en quasi abandon à Nefta est particulièrement élevé (cas de Ali) : les responsables de la cellule locale de vulgarisation considèrent même sa fréquence à près de 40 % des exploitations... À l’opposé, le cas de Ridha est intéressant en ce qu’il représente localement le jardin oasien idéal.

48En effet, en terme de variété de faciès, l’exploitation de Ridha, gérée et surtout travaillée en famille (jardin installé en mode de faire-valoir direct), totalise une masse horaire de travail de plus de 4 400 heures pour 1,3 hectare (3 400 h/ha), tandis que l’exploitation d’Ali (jardin en quasi abandon) totalise 420 heures pour 1,45 hectare (290 h/ha) ! Si les coûts de production sont quasi nuls chez ce dernier (excepté la facture d’eau représentant 80 % des dépenses), le dynamisme de Ridha rénovant une partie du jardin durant l’année de suivi se traduit par une dépense bien plus importante de 3 000 dt où le coût en eau (marche de la motopompe comprise) ne représente plus que 15 %.

49Le revenu tiré des dattes à Nefta en général est évidemment très variable. Nous avons là par ailleurs deux cas opposés : chez Ali, le rendement est de 5 kg et 1,5 dt par palmier productif (270 dt pour l’exploitation) et chez Ridha, ces rendements atteignent presque 30 kg et 22 dt par pied productif, ce qui au demeurant reste relativement faible malgré une production de plus de 8,5 t/ha (inclues les récoltes des dattes immatures belah du mois de juillet). Cela peut s’expliquer par la forte densité, ainsi que la timide présence de deglet en-nûr (un tiers sur le total productif). C’est un cas très performant (6 750 dt/ha de dattes), mais qui atteint ses limites tant que la proportion de deglet ennûr n’est pas augmentée, ou tant que les variétés dites « communes » ne sont pas mieux valorisées, aussi bien par le producteur que par les circuits de commercialisation.

50Une diversification significative existe en maraîchage ou en fruitiers. Chez Ridha, elle représente à peine 10 % (face à l’importante production de dattes) et est commercialisée à 60 %. Curieusement, la part autoconsommée reste forte malgré la proximité du marché.

51Le bilan d’Ali en abandon est prévisible : les 300 dt de récolte ne couvrent pas même la facture d’eau, et 80 dt (avec la récolte d’un peu d’oignon et de salade en fin de suivi) vont de droit au khammês qui assure les travaux minimums d’irrigation et à peine de pollinisation. Quant à Ridha, le rendement de la parcelle atteint 7 540 dt/ha : avec un total de dépenses d’un montant de 3 000 dt et un ensemble de recettes de 8 800 dt (vente effective), le bilan est positif même en valorisant le coût du travail, ce qui monterait le total des coûts de production à plus de 6 100 dt. Autre calcul possible : la bonne marche de ce jardin de Nefta permet de valoriser le travail des propriétaires-exploitants à 1,860 dt/h (au lieu de la moyenne régionale de 1 dt/h).

Jardin de rente, exploitation d’agrément. Juillet 1995, Nefta (Tunisie). Ce jardin de palmeraie ancienne a des allures de jardin d’agrément ; il s’agit pourtant de piment en culture de rente

La zone 7 – Une palmeraie ancienne défavorisée ; la difficulté d’investir : exemple d’El-Hamma

Échantillons concernés : « ABDEL MAJID » et « SADIK »

52Des vieilles oasis, il s’agit de la plus excentrée, politiquement, économiquement et aussi des circuits touristiques. Si on confère à Degache une réputation de richesse, ce serait plutôt la pauvreté qui serait associée à El-Hamma. Le travail est fortement tourné vers l’agriculture, à défaut, mais les conditions pédoclimatiques sont moins bonnes que dans les palmeraies de la zone 6 (Nefta et Tozeur) et de la zone 5 (Degache) notamment pour des raisons de salinité de l’eau d’irrigation. Comme Nefta, cette palmeraie est caractérisée par un taux de deglet en-nûr faible (environ 35 %) et elle a également souffert de pénuries importantes en eau.

53Le rendement des palmiers dattiers est faible. Chez Abdel Majid, le rendement par pied productif est de 32 kg et 12,5 DT et chez Sadik de 28 kg et 8 DT. Pour la parcelle de Sadik, la forte densité des dattiers compense en partie ce faible rendement de manière à présenter une valeur de production de 1 400 dt pour un hectare de superficie. Chez Abdel Majid, plutôt en phase d’installation sur une ancienne ard beyda (« terre blanche » à l’intérieur de l’oasis), la densité est inférieure, mais la maturité des palmiers aussi et la parcelle produit pour un peu plus de 870 dt/ha.

54Le faible revenu des dattes influe significativement sur le rendement de la parcelle. Ainsi, le jardin de Sadik présente le rendement global de 1 800 dt/ha en valeur de production en incluant les cultures maraîchères. Plus intéressant est le cas d’Abdel Majid dont le revenu en valeur de production des cultures se monte à 2 300 dt pour l’hectare malgré une plus petite production encore de dattes. Cela s’explique par la forte diversification en fourrage opérée par l’exploitant, principalement en luzerne (qui n’est pas destinée à la vente, mais à son élevage bovin). Sa production laitière constitue en fait le principal revenu. Si en vente effective les cultures représentent 1 000 dt, la vente effective de lait atteint près de 2 600 dt pour l’année.

55Cette oasis ne propose pas beaucoup d’autres secteurs de travail que l’agriculture. Les deux parcelles se distinguent par leur mode de faire-valoir. Sadik est en khammêsa partiel (le khammês a une activité salariée plus importante dans l’exploitation de la sodad et le propriétaire tient un petit magasin) ; Abdel Majid fonctionne en mode de faire-valoir direct. Dans ce dernier cas, l’investissement en temps de travail est très élevé : près de 4 000 heures sur l’année pour un hectare, réparties en 30 % de travaux culturaux, 25 % de travaux généraux et 45 % d’élevage (bovin), et cela, sans l’intervention de main-d’œuvre extérieure. Chez Sadik, la pluriactivité induit une masse horaire plus faible : près de 1 500 h/an pour un hectare (47 % en cultures, 46 % en travaux généraux et 7 % en élevage).

Les planches de cultures dans un jardin d’une ancienne palmeraie. Février 1996, El-Hamma (Tunisie). Les palmiers ombragent le sol nettoyé des mauvaises herbes. La terre a été amendée en fumier et irriguée. Ordre et sérénité

L’épilogue de cette diversité des palmeraies

56Ces illustrations offrent un aperçu général de la diversité, mais aussi des handicaps comme des avantages des sept différentes zones de palmeraies du Jérid pour les jardins qui s’y rattachent au niveau spatial. À ce niveau d’observation, ce sont des facteurs géographiques qui encadrent leur système d’exploitation ; facteurs géographiques, pas uniquement environnementaux, mais aussi de géographie humaine. Après la diversité individuelle des stratégies, nous savons que des groupes sociaux — par exemple les Bédouins de Dghoumes — peuvent se démarquer de la gestion classique (et ses variantes) du jardin d’oasis. L’idéologie même qui accompagna la fondation d’oasis comme Ibn Chabbat conditionna aussi en partie leur échec : éloignement pour faire table rase des terroirs anciens, mais peu de débouchés sur les marchés et une main-d’œuvre peu mobilisable ; accès à la propriété d’agriculteurs d’origine modeste, mais qui n’ont pas les moyens d’assumer le coût d’installation de la parcelle. Dans les vieilles palmeraies, comme Nefta, le taux d’abandon ou plutôt le taux de jardins demeurant à l’état d’abandon peut partiellement et paradoxalement s’expliquer par l’attachement des sédentaires jéridis à la terre : même si l’on ne cultive plus sa parcelle, on ne peut se résoudre à s’en séparer, à revendre son patrimoine à un agriculteur plus entreprenant. Cependant, les savoirs locaux en agriculture oasienne dans des palmeraies comme Nefta sont importants et potentiellement mobilisables. En passant d’un niveau d’observation (et de mesure) à l’autre, des jardins aux palmeraies, nous avons donc la démonstration que l’état d’exploitation en jardin oasien n’est pas la pure adéquation à un environnement physique, et pour reprendre le modèle bédouin (qui n’est pas revendiqué pourtant comme tel), que le système traditionnel jéridi n’est pas « la » réponse adaptative qu’il « fallait » mettre en œuvre, mais qu’il existe des options, des choix — Marcel Mauss parlerait de « modalités » — de société.

La forme que prend l’agriculture oasienne à l’échelle d’une palmeraie se dessine dans la conjonction de facteurs pédoclimatiques et écologiques certes, mais aussi de géographie humaine.

57Il y a des cohérences internes aux zones. Elles sont de deux ordres, écologique et sociologique. Il y a des cohérences internes aux états d’exploitation. Elles sont de deux ordres, un état du jardin et une stratégie globale. La socioécologie des pratiques oasiennes est à chercher à cette intersection : l’intégration de choix et de contraintes, de devoirs et d’opportunités, du restreint au large.

La hiérarchie oasienne

58Si c’est l’intersection entre le « large » de l’ordre des palmeraies et le « restreint » des jardins qui est intéressante, comment relier ces niveaux d’observation (et d’organisation) dont les facteurs explicatifs semblent différer ? D’un point de vue de sciences sociales, la question n’est pas tout à fait nouvelle, mais reste partiellement irrésolue. On sait depuis Durkheim et son énoncé de l’irréductibilité du social, que l’enjeu de la sociologie et de l’anthropologie est d’user d’une méthodologie consistant en l’étude à une échelle inférieure de répercussions ou de correspondants de phénomènes d’échelle supérieure. Le problème que soulève constamment cette voie méthodologique est le raccordement entre ces différentes échelles : est-ce que l’observation au niveau du sous-système des jardins vaut par extrapolation inductive pour l’ensemble du terroir oasien ? En effet, cela n’a rien de sûr : quand des objets à un niveau donné se combinent pour former des ensembles de niveaux supérieurs (jardin, parcellaire, palmeraie), apparaissent certains phénomènes nouveaux que l’on peut dire « émergents », dans le sens qu’ils sont à jamais irréductibles à des causes touchant les phénomènes au niveau des parties.

59Ainsi, selon J. Baudry (1992 : 110), les vitesses apparentes d’évolution de l’utilisation des terres agricoles varient selon les échelles temporelles et spatiales considérées. En accord avec la théorie hiérarchique, plus les échelles temporelles sont grandes (un pas de temps court) et plus les échelles spatiales sont fines et plus les vitesses moyennes d’évolution sont élevées. Il découle de cela un point extrêmement important : la vitesse d’évolution d’un ensemble spatial est inférieure à la vitesse moyenne d’évolution des ensembles qui le composent. Une approche statistique basée sur des taux moyens de changements extrapolés linéairement est clairement inadéquate. Les trajectoires sont des fractales. Au Jérid, pour un même praticien du développement, sont à sa disposition d’un côté des statistiques régionales des services de l’Administration agricole se penchant sur la production, la taille moyenne des parcelles, etc., et de l’autre un terrain réel sur lequel il va tenter de saisir des dynamiques à travers des objets à sa dimension, c’est-à-dire les jardins (comme le jardin est la dimension de l’agriculteur). (Cela vaut pour le praticien de sciences sociales, quand bien même son ambition est un niveau de généralité supérieur.)

60Ainsi, la dynamique observée au sein des exploitations est a priori plus rapide que celle de la palmeraie, et plus encore que celle de la région du Jérid. Une hypothèse peut être posée en accord avec Baudry : au niveau de l’ordre des jardins, ce sont les caractéristiques des cultivateurs et de leurs exploitations (telles que nous les avons définies) qui vont déterminer les évolutions, alors qu’au niveau régional, ces variables auront peu d’importance du fait de l’organisation hiérarchique de l’espace qui donne une certaine autonomie aux différents niveaux. Au plan régional, les variables déterminantes sont vraisemblablement les évolutions des techniques, des ressources naturelles, du marché, des activités entrant en concurrence avec l’agriculture. Au niveau des palmeraies, nous venons de le voir, les variables déterminantes seront l’origine sociale des propriétaires (bédouins ou sédentaires, pauvres ou aisés), les caractères pédoclimatiques des zones (conditionnant en partie la productivité), et leur insertion sur les circuits commerciaux. Les causes des changements à intégrer dans les modèles des dynamiques des exploitations sont, entre autres, la composition du jardin, la capacité d’investissement, le mode de faire-valoir et la prépondérance d’usage de tel ou tel registre de pratique du milieu (sujet que nous allons aborder dans la partie suivante). Les facteurs pertinents explicatifs des dynamiques varient selon l’échelle considérée ; il y a certes corrélation, mais ils n’appartiennent pas au même niveau d’organisation.

La théorie hiérarchique pose qu’un niveau d’organisation ne possède pas les mêmes dynamiques d’évolution (ni les mêmes variables déterminantes) que le niveau qui l’englobe, tout en subissant son contrôle.

61En terme de prédiction, l’observation de la dynamique d’un hectare de terre au sein de la palmeraie ne peut pas permettre d’extrapoler et de s’avancer sur la dynamique de la palmeraie. En d’autres termes, l’hypothèse de l’existence d’une organisation hiérarchique est posée : il existe des niveaux d’organisation, entités spatio-temporelles (région, zone, oasis, quartier d’oasis, groupe de jardins, jardin) ayant une certaine autonomie au sein d’une hiérarchie. Une « certaine » autonomie, car l’existence hiérarchique implique aussi que les niveaux supérieurs exercent un contrôle sur les niveaux englobés. De fait, pour le Jérid, s’il est possible d’examiner les statistiques régionales donnant, par exemple, l’évolution de la production de dattes ou celle d’un mode de faire-valoir, la région est si diverse quant aux « états » rencontrés au niveau des exploitations qu’il est impossible de prédire les évolutions à ce niveau d’organisation. Il y a une sorte de révolution permanente à l’intérieur des oasis du Jérid : pour une exploitation donnée, à la fois toutes les trajectoires peuvent être prises (caractère imprévisible) et ne peuvent l’être qu’en réponse à un contrôle de niveaux englobants.

62Les seuls facteurs influents pour l’avenir dont nous pouvons faire état se situent au niveau de la palmeraie, sinon de la région. Ce sont, entre autres facteurs, le développement (ou le re-développement) d’activités en concurrence avec l’agriculture (autrefois le commerce et le religieux, aujourd’hui le tourisme et la mobilité interrégionale) et la reconsidération du rapport à cette nature domestiquée de la population par ses différentes composantes (notamment avec l’apport transformant d’une vision « moderne » d’une terre qui produit).

63Ces agricultures oasiennes se comprendront mieux quand seront abordés les regards qui se posent et les pratiques qui se donnent sur le jardin comme globalement sur l’oasis : comment pratique-t-on le jardin, comment parcourt-on la palmeraie, quelles idées traversent aujourd’hui l’oasis, quels sont les enjeux des notions de progrès et de moderne, et quels sont les conflits de représentations sur la scène oasienne ? Et enfin, doit-on forcément parler d’agriculture quand on évoque les palmeraies ? Au risque de s’éloigner d’une agriculture définie étroitement, il convient d’entrer de manière plus intime dans la vie des palmeraies, ces natures oasiennes.

Jardin à Zagora (Maroc). Septembre 1996. Dans les anciennes oasis, la polyculture et une organisation de la végétation en strates sont des constantes

Table des illustrations

Titre Tabl. 10 – Critères de discrimination des différentes zones
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 39 – Carte de la région du Jérid selon le zonage
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10174/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tabl. 11 – Croisement entre zonage des oasis et typologie des états d’exploitations
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10174/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Vue d’une partie de jardin. Printemps 1995, palmeraie de Nefleyet (Tunisie). Le jardin est bien nettoyé et attend des cultures. Le jardinier laisse pousser les mauvaises herbes dans certaines planches pour le fourrage
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10174/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Des jardins plus ou moins intensivement cultivés. Octobre 1995, Degache (Tunisie). Ce jardin est bien entretenu, mais le sol est dégagé de cultures maraîchères. Les priorités des propriétaires varient avec le nombre de leurs parcelles ou de leurs autres activités
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10174/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Jardin de rente, exploitation d’agrément. Juillet 1995, Nefta (Tunisie). Ce jardin de palmeraie ancienne a des allures de jardin d’agrément ; il s’agit pourtant de piment en culture de rente
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10174/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Les planches de cultures dans un jardin d’une ancienne palmeraie. Février 1996, El-Hamma (Tunisie). Les palmiers ombragent le sol nettoyé des mauvaises herbes. La terre a été amendée en fumier et irriguée. Ordre et sérénité
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10174/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Jardin à Zagora (Maroc). Septembre 1996. Dans les anciennes oasis, la polyculture et une organisation de la végétation en strates sont des constantes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10174/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search