Version classiqueVersion mobile

Jardins au désert

 | 
Vincent Battesti

Partie 1. La description de l'oasis, une norme

Hommes et plantes, l’agriculture

Texte intégral

« La plante utile, comme l’animal domestique, n’est pas entre les mains de l’Homme un outil rigide dont il peut se servir à sa guise. Pour utiliser l’une et l’autre, il lui faut se soumettre à leurs lois propres, qui sont celles de tous les êtres vivants » (Haudricourt et Hédin, 1987).

1L’espace oasien peut s’interpréter en termes d’emboîtements et imbrications d’espaces-temps, d’échelles allant du large au restreint. Ce n’est pas uniquement une conception d’esprit de l’anthropologue puisque le vocabulaire local signifie lui aussi ces organisations. La lexicographie concernant en particulier les planches de cultures est riche. Nul doute cependant que le plaisir géométrique ne préside pas uniquement au tafsîl. Les planches de cultures sont destinées, ceci est sans doute une évidence, à accueillir les cultures. Reste à savoir quel inventaire peut-on faire de ces plantes, comment le jardinier s’en sert-il, quelle importance leur accorde-t-il ? Une palmeraie d’oasis est un espace d’agricultures irriguées et intensives en polyculture. Cette agriculture est la conjonction d’une société oasienne à sa nature oasienne — je suis tenté de parler de conjonction de coordination, emprunté à la grammaire et désignant ce mot invariable qui sert à joindre entre eux deux mots ou deux propositions de même nature. Ces végétaux mis en œuvre à travers l’agriculture locale sont autant d’outils d’une socialisation directe du milieu, un outillage vivant. En tout début d’ouvrage, Haudricourt et Hédin (1987 : 21) insistent déjà sur ce que « la plante utile, comme l’animal domestique, n’est pas entre les mains de l’Homme un outil rigide dont il peut se servir à sa guise ».

Les plantes des jardins : le palmier dominant

2Les entraves à l’agriculture ne sont pas minces. « Les difficultés énormes que le Sahara dresse contre la volonté humaine sont doubles : les conditions atmosphériques et hydrologiques. La plus grande partie des végétaux qui pourrait être cultivée sur la surface désertique ne sera jamais en état de résister à sa sécheresse si élevée, aux vents brûlants qui déplacent des montagnes de sable à des vitesses quelquefois bien supérieures à 100 km/h, aux rayons foudroyants du soleil et aux froids nocturnes qui provoquent un brusque décalage de température atteignant 30 degrés [...] » (Gaudio, 1960 : 127). Cataclysmique... L’homme doit affronter cet environnement hostile et récalcitrant, l’homme est maître de la Création et doit jouer avec elle pour la dominer : c’est ce qui ressort de cet extrait classique qui oublie (est-ce un hasard ?) de dresser les avantages tout aussi indéniables des régions sahariennes tels qu’une chaleur propice à de nombreuses cultures (et même de primeurs), un climat permettant de mener à leur terme quasiment toutes les cultures méditerranéennes. Paradoxalement, au regard de cette vision apocalyptique, la liste des plantes cultivées inventoriées dans les oasis de Jérid (novembre 1994 à mai 1996) ou dans la région de Djanet, au tassili n’Ajjer (avril 1993) est longue.

3L’essence cultivée prédominante est le très emblématique palmier dattier (Phœnix dactylifera, L. de la famille des Arecaceae). Les rapports agronomiques et botanistes se limitent à une description formelle de l’objet « palmier dattier ». Cette description ne sera qu’ébauchée ici, de nombreux ouvrages font très bien cela et ce n’est guère le dessein de ce travail de s’y engager davantage. La figure de description des parties du palmier dattier (fig. 13) est un classique : elle est reprise dans presque tous les travaux qui s’attachent à l’oasis et est tirée d’un ouvrage incontournable, Le palmier-dattier de R Munier (1973). Je transforme cette image en ce qu’elle pourrait être si un jardinier du Jérid puis de Djanet jouait ce jeu.

4Le dattier, avec les autres espèces de palmiers (cocotier, palmier à huile, rônier, etc.), est classé par Francis Hallé (Hallé, Oldeman et Tomlinson, 1978) dans le modèle d’architecture végétal « Tomlinson », car développant des rejets (et gourmands) dits « réitérations ». Les palmiers sont à floraison axillaire et un seul bourgeon (bourgeon terminal) assure l’essentiel de la croissance, les ramifications sont inexistantes. C’est une plante dioïque (qui possède deux formes sexuées, des pieds mâles et d’autre part des pieds femelles) à fécondation croisée, et normalement anémogame (dont le transport du pollen pour la fécondation est normalement assuré par le vecteur du vent). D’un point de vue botanique, les palmiers ne sont pas des arbres (même si j’use de cet abus de langage simplificateur, car la distinction n’est pas faite en français courant). Un arbre au sens botanique (selon le système classificatoire en usage chez les scientifiques) possède des tissus secondaires issus de méristèmes secondaires ; le plus visible de ces tissus secondaires est la matière ligneuse (ou bois). Le dattier, et plus généralement les palmiers, ne développe pas ces tissus malgré leur port arborescent (assuré par des tissus fibreux) et leur tronc n’en est pas un et est désigné comme stipe (ou pseudo-tronc) par les botanistes.

Parmi les grandes plantes des oasis, on isole très clairement le palmier dattier ; ce prince du monde végétal pour Linné.

5Dans les régions de Jérid, de Djanet ou Zagora, il n’existe pas d’oasis sans palmier (celles-ci sont très minoritaires au Sahara), il n’est que des palmeraies. Une littérature abondante montre combien les Oasiens ont su trouver à cette plante des emplois utiles, la plaçant au centre de l’univers végétal. Ainsi au Jérid, la superficie d’un jardin importe peu directement, le critère qui sert à fixer la valeur d’une parcelle lors d’une vente est le nombre de palmiers, ou plus précisément, le prix est un multiple — dix, quinze ou vingt — de la valeur de la production de dattes de la parcelle. Parmi les grandes plantes des oasis, on isole très clairement le palmier dattier, ce prince du monde végétal pour Linné. En langue arabe, en particulier au Jérid, le palmier se dit nakhla (plur. nakhîl), un terme qui serait à rapprocher, selon Nacib (1986 : 406), de nakhil, chef, et nakhala, trier, choisir (et de là, l’élu). Le dattier possède son propre statut, emblématique de l’oasis.

L’origine géographique de ce palmier demeure encore sujette à caution. Il semblerait que le lieu de sa domestication fut le golfe Persique. Le dattier n’est pas connu à l’état spontané (sauvage). Le genre Phœnix représente douze espèces répandues à l’état spontané en Afrique subtropicale et tropicale à l’est jusqu’à l’Indus. L’espèce sauvage la plus proche du dattier est Phœnix sylvestris (Roxb.), spontané en Afrique du Nord et aux Indes ; le faux-palmier Ph. reclinata (Jacq.) en est assez proche également (Evreinoff, 1956 : 328). Ce dernier parent sauvage du dattier de la zone sub-saharienne laisse certains auteurs penser que le palmier aurait pu aussi être domestiqué au Sahara (Bounaga et Brac de la Perrière, 1988).

6C’est un arbre à très forte symbolique, et d’une grande ancienneté en Asie et en Afrique comme en témoigne l’incroyable multiplicité des noms qu’il porte (voir Bois, 1928) ; son aire géographique fut très tôt et encore à l’heure actuelle étendue à toute la zone désertique du sud du bassin méditerranéen jusqu’au bassin de l’Indus et selon Paul Ozenda (1985 : 92), cet arbre constitue la principale espèce cultivée au Sahara, ce qui bouscule un peu l’entendement lorsque l’on sait ses impératifs écologiques. En effet, de tous les arbres fruitiers, le dattier est le plus exigeant sous le rapport du climat. Il réclame deux conditions qui se trouvent rarement réunies sans la contribution de l’homme : « La tête dans le feu et les pieds dans l’eau. » (Rebour, 1968). Cette une formule est à relativiser (sans en connaître l’origine précise, c’est une phrase que l’on trouve citée partout dans la littérature), mais il s’agit bien de l’arbre des zones torrides qui disposent de moyens d’irrigation. Il réclame une isotherme annuelle d’au moins 18 °C. Le dattier de cultivar « degla » ou « deglet en-nûr », dont les dattes sont quasiment les seules disponibles sur le marché européen (parfois commercialisée sous le nom de datte muscade), a des exigences encore plus impérieuses. Il lui faut surtout un automne et un début d’hiver présentant une sécheresse rigoureuse afin de mener sa fructification conformément aux critères de commercialisation. En fait, cette variété n’est cultivée pour le commerce pour ainsi dire que dans le Sud-Est constantinois (Algérie) et en Tunisie au Jérid et au Nefzaoua. Elle est donc absente de la région du tassili n’Ajjer, du Ahaggar (Hoggar) ou des oasis marocaines. Dans tout le Sahara central, où se situe Djanet, la production de dattes est à peine suffisante pour la consommation locale. Les cultures de dattes n’y sont donc pas destinées à l’exportation, même nationale.

7À son avantage tout de même, le dattier se contente de sols médiocres, pourvu qu’ils soient perméables, mais il a besoin de disposer de quantités d’eau très importantes, non pas tant pour l’arbre lui-même, que pour empêcher les sels nocifs (chlorures de sodium) d’atteindre une trop grande concentration dans le sol. L’irrigation se transforme en lessivage. C’est ce qui explique sa précarité de survie dans les oasis où la ponction d’eau dans les nappes souterraines a été telle qu’elle a trop fortement diminué le niveau hydrostatique.

8Si l’on ignore avec exactitude d’où provient le Phœnix dactylifera, ce qui ne fait pas de doute est qu’il ait voyagé de palmeraie en palmeraie. On retrouve dans différentes oasis les mêmes cultivars qui ont dû faire partie des échanges. Ces échanges au Jérid se poursuivent aujourd’hui entre cultivateurs qui sont aussi de véritables collectionneurs. Le palmier dattier possède une riche variété génétique. On distingue les palmiers selon des critères morphologiques (l’aspect), physiologiques (ses critères de sols, d’humidité...) et pomologiques (qualité de ses fruits). Les jardiniers nomment des populations génétiques de palmiers clones dont les caractères les ont intéressés et maintiennent ces caractères par une reproduction asexuée (végétative, par rejets). Ils reconnaissent avec aisance beaucoup de cultivars à partir de l’aspect du palmier (son port), l’aspect des palmes, des épines, du régime (jaune : degla, rougeâtre : allig, épillet court : bisr halû), encore que je formalise beaucoup un savoir intime qui est indicible : les jardiniers affirment souvent qu’ils sont incapables de dire comment se reconnaît un cultivar : « j’ai grandi ici en les connaissant » (El-Hamma, août 1995). Mais certains agriculteurs affirment pouvoir les identifier au seul toucher, même de nuit. Plusieurs centaines de cultivars sélectionnés par les agriculteurs jéridis ont été recensés (Rhouma, 1994). Parmi les plus communs, on peut noter, outre la deglet en-nûr, les cultivars allig, khwat allig, kentishî, bisr halû, etc. La deglet en-nûr est le cultivar de très loin le plus exporté, et donc le plus intéressant pour son prix de vente (environ 1,200 dt/kg contre environ 0,400 ou 0,600 dt/kg pour les autres cultivars). Toutefois, de façon quasi informelle et discrètement, la menakher par exemple, cultivar rare, détrône le cultivar-roi (une centaine de pieds, surtout à Degache) : son prix peut côtoyer les 3,000 dt/kg. La rareté de ce cultivar tient au très faible nombre de rejets (ghars plur gharsa) qu’il produit au cours de sa vie, rendant malaisé sa reproduction. Du point vue de l’administration agricole, on ne compte que deux catégories de dattiers : la deglet en-nûr, exportée, et les « variétés communes » qui rassemblent tous les autres cultivars et qui représentent 94 % de l’effectif dans les palmeraies anciennes.

Les jardiniers dans les anciennes oasis procèdent à de véritables collections de palmiers dattiers.

À Djanet (en Algérie), les cultivars les plus courants sont tanghiman (grosses dattes brunes, peu sucrées), tetmelet (petites dattes brunes et sucrées) et intakus (grosses dattes blondes et très sucrées), mais aussi telghusa, enestanef, etc. À Zagora (au Maroc), les cultivars les plus représentés sont bu-sthammi (dattes rouges), très répandu aujourd’hui car le plus résistant au bayoud, sair fagus et sair jihel (sair désigne les dattes jaunes, de très bonne qualité mais peu résistantes au bayoud).
Le « bayoud » est une maladie cryptogamique dont le vecteur est le champignon Fusarium oxysporum, affection à terme mortelle pour le palmier. Se propageant d’ouest en est, atteignant les principales palmeraies du Maroc et aujourd’hui une grande partie de celles d’Algérie (mais pour l’instant n’ayant pas franchi la frontière tunisienne), le bayoud a probablement son origine justement dans la vallée du Draa (celle de Zagora) où cette maladie est identifiée depuis 1870. On estime qu’en un siècle, cette maladie a détruit les deux tiers des pieds de dattiers marocains. Le cmv de Zagora donne une progression annuelle des palmiers malades de 4 à 5 %. De nombreux programmes de recherche (notamment sous l’égide de la fao) travaillent sur ce sujet, et à défaut d’avoir trouvé une solution curative, les voies de remplacement par cultivars résistants (et leur multiplication in vitro) sont explorées et recommandées, (voir par exemple : Djerbi, s. d. [>1990])

9Cette description du palmier dattier comme Phœnix dactylifera L. est une présentation telle que la ferait un botaniste ou un agronome, un exemple de « purification » du palmier en objet. Ce n’est même pas tout à fait une transformation de la plante en outil, car l’outil médiatise davantage une relation homme-objet. Cette « purification en objet » (à produire des dattes) est tellement vraie qu’on a pu oublier que la plante en culture faisait au moins partie d’un système agroécologique. Sa « décontextualisation » en laboratoire, ou en station expérimentale, qui était logiquement mise en œuvre à fin de compréhension analytique, a fait perdre de vue justement sa vraie nature d’outil. Il en a résulté des définitions simplifiées du palmier : critères rationnels de sa culture (une plantation selon un maillage de dix mètres sur dix), quantité nécessaire d’eau d’irrigation, d’éléments nutritifs. Certes, avec des approches écologiques plus systémiques, les agronomes ont, depuis, replacé le palmier davantage dans la palmeraie. Cette description scientifique du palmier correspond plus largement à une vue qui élague sa dimension humaine. Tandis que le discours touristique (des touristes in situ) admet que le palmier peut être autrement, et en quelque sorte y pressent l’hybride d’humain et de naturel, les descriptions des ethnologues tendent souvent à entériner cette confusion des genres entre choses et gens, entre nature et société.

« L’agronome s’arrête devant un jardinet encombré de vieux palmiers agglutinés les uns contre les autres.
« Il faudra tout arracher. Ça coûtera moins cher de refaire une palmeraie que de rajeunir celle-là.
« Je suis d’accord avec vous [répond le Chérif, notable local]. Mais on dit ici que le palmier est notre tante paternelle, car Dieu l’a façonné avec la terre qui lui restait après qu’il eût créé Adam, notre père à tous. » (Caratini, 1994 : 119)

10Peut-être est-ce vraiment différent au Touat et au Jérid. Car je n’ai pas eu l’impression qu’au Jérid le palmier est avant tout intégré à la parenté humaine. Non, il s’agit d’un outil, un outil qui travaille. Certes, il convient de distinguer l’outil dans le domaine naturel (pilier de l’agrosystème oasien) et dans le domaine humain (il entre dans les transactions — dot, vente, usages — et les représentations), il n’en reste pas moins que c’est un outil et non un homologue de l’homme. La distinction est nette pour les Oasiens jéridis comme pour ceux de Djanet ou de Zagora.

Le choix et l’usage des autres plantes

L’inventaire des plantes

11Le palmier dattier est certes l’arbre dominant des palmeraies, mais il n’est qu’une des plantes cultivées. Faut-il croire Auguste Chevalier lorsqu’il avance que « si l’on excepte le Dattier qui est le joyau du désert, le Sahara n’a pas à proprement parler d’arbres fruitiers ». Difficile d’abonder dans son sens lorsqu’il affirme que « les arbres de la région méditerranéenne : Figuier, Abricotier, Pêcher, Vigne, Caroubier, Olivier, à de rares exceptions s’y sont mal acclimatés ou n’y sont représentés que par des variétés inférieures. Cette infériorité tient non seulement au climat défavorable, mais peut-être aussi à l’instabilité de l’homme dans les oasis. [...] Les arbres à fruits qui existaient dans les oasis avant la pénétration des Européens étaient insignifiants comme nombre et comme qualité » (Chevalier, 1932 : 760-761). La biodiversité relevée dans les oasis sahariennes est élevée, de façon peut-être surprenante. Corti (cité par Ozenda, 1985 : 92) aurait donné une liste des végétaux cultivés au Fezzan, dans laquelle il cite 93 espèces où l’on relève 14 arbres fruitiers, 5 autres arbres, 7 ombellifères utilisées comme condiment, 9 céréales, une dizaine de légumineuses (pois, lentilles et vesces), 6 courges et concombres, 4 cotonniers. René Maire (cité par Ozenda, 1985 : 92), de son côté, cite 36 espèces seulement pour le Sahara central, mais leur nature est sensiblement la même que sur la liste précédente. Pour l’oasis de Djanet, j’ai comptabilisé 46 espèces cultivées : 11 arbres fruitiers, 9 autres arbres, 4 céréales, 19 potagères, et 3 autres. Il est fort probable qu’un certain nombre d’espèces n’ont été introduites que récemment, comme cela semble être le cas du chou, observé qu’une seule fois à Djanet, chez un jardinier voulant « l’essayer ». Des voyageurs européens laissent parfois des graines en cadeau à leur hôte, on a ainsi une entrée de graines issues de laboratoires européens dans les potagers. Cette biodiversité, pour les oasis du Jérid (qui, entre elles, n’ont pas de différences notables à ce niveau), est de 63 espèces : 18 arbres fruitiers, 7 autres arbres, 33 potagères, et 5 (voir annexe 1 « L’inventaire des plantes cultivées »).

« Les oasis du Jérid proprement dit sont [...] des serres naturelles, à ciel ouvert, irriguées avec de l’eau tiède [...] aussi nulle part trouve-t-on rien de comparable aux superbes et délicieuses variétés de dattes du Djérid. » (Duveyrier, 1881 : 102-103)

12Outre le contraste que les voyageurs éprouvent entre une traversée du désert et cette tache verte qu’est une oasis, l’abondance toujours notée de la verdure fonde le renom des oasis, et en particulier de celles du Jérid : l’abondance, la prolifération et la diversité des plantes cultivées. Car « si la flore spontanée, si les plantes sauvages, végètent misérablement dans les terres de parcours de cette contrée, les oasis s’y montrent dans l’idéal de leur splendeur. Elles y trouvent toute la chaleur de la région tropicale. L’eau non plus ne leur manque pas [...]. Les oasis du Djérid proprement dit sont donc des serres naturelles, à ciel ouvert, irriguées avec de l’eau tiède [...] » (Duveyrier, 1881 : 102-103). L’énumération des plantes, si elle donne une idée de la diversité, ne rend pas l’ambiance et le paysage des jardins, en particulier des palmeraies anciennes où se manifestent au maximum cette accumulation, la collection et cet art de la coexistence d’essences cultivées sur un même espace réduit. Certes ce sont des « bocages de palmiers dattiers, d’oliviers, d’amandier et de figuiers » (à Degache, ibid. : 110), mais c’est « sans compter les orangers, les citronniers, les limoniers, les figuiers, les pêchers, les jujubiers, etc. qui ajoutent au charme de ses jardins » (à Nefta, ibid. : 103).

Les noms des parties de la plante sont donnés :
- en caractères gras pour les mots en français ;
- en caractères italiques pour les mots du Jérid (arabe local) ;
- en caractères ordinaires pour les mots de Djanet (tamahâq local).
Noter que kabûl (c’est-à-dire « bâtard ») se dit à Nefta et rebîb (c’est-à-dire enfant né d’un premier lit) à Tozeur.
Fig. 13 – Description des parties du palmier dattier, (d’après MUNIER, 1973 modifié)

Tabl. 3 – Arbres fruitiers au Jérid

Espèces

Nombre de pieds

Grenadiers

95 000

Figuiers

90 000

Vignes de table

50 000

Oliviers

45 000

Abricotiers

33 000

Pommiers-poiriers

18 000

Pêchers

10 000

Agrumes

6 000

Autres

3 000

Total fruitiers

350 000

Service statistique du CRDA Tozeur, 1996

13Sous les palmiers, ce sont d’abord les abricotiers (bargûg, ou moins souvent meshmêsh) que l’on repère. Leur taille particulièrement haute les rend remarquables et les met presque en concurrence avec les dattiers. Le figuier (karma), lui, étale plus volontiers en largeur et à mi-hauteur ses grosses branches biscornues et ses larges feuilles, condamnant plutôt les planches sous-jacentes à la jachère, mais les fruits de ses nombreuses variétés sont très appréciés. Le grenadier (rommâna) est peut-être le plus présent (tabl. 3) : très rustique, on le plante partout (même en brise-vent pour une variété acide, gârs), et semble bien accepter d’être directement sous le feu du soleil. Les larges feuilles vert clair des bananiers (mûza, ou moins souvent banân) se concentrent le long des seguias, et plus encore près des entrées de l’eau dans les jardins (là où elle se perd davantage). La vigne (°ineb), elle, ajoute à l’aspect de jungle, croissant en longues guirlandes reliant les palmiers, s’entortillant autour des stipes, parfois loin du cep.

Tabl. 4 – Cultures basses en superficie au Jérid

Occupation du champ

Superficie (ha)

Autres cultures maraîchères

118,00

Légumes à feuilles

90,00

Piment

86,00

Oignon vert

80,00

Melon et pastèque

80,00

Fève verte

70,00

Légumes à racines

40,00

Tomate

30,0

Tomate de primeur

5,20

Piment de primeur

3,60

Autres primeurs

3,10

Melon et pastèque de primeur

2,60

Total cultures maraîchères

608,50

Luzerne annuelle

140,00

Luzerne pluriannuelle

120,00

Orge en vert

13,00

Autre fourrage

2,00

Total cultures fourragères

275,00

Service statistique du CRDA Tozeur, 1996

14Les arbres fruitiers ne sont là que pour s’insérer dans le maillage étroit des dattiers, même dans les palmeraies récentes. Il n’y a guère que dans la palmeraie d’Al-Ouediane (dont fait partie Degache) où parfois des parties de jardins sont exclusivement réservées à un fruitier, l’olivier (zeîtûn) et dans des palmeraies récentes (comme à Castilia) où un fruitier, souvent le citronnier (shemmên qârs, ou qârs), peut être systématiquement planté en quinconce avec les dattiers. Les pruniers (°awîna), pêchers (khûkh), amandiers (lôza), cerisiers (habb melûk), mandariniers (bordgên), orangers (shemêm), poiriers (enzâs), pommiers (tuffâh), mûriers blancs (tût) et autres jujubiers (nabga) sont à l’échelle du Jérid en plus faible nombre, mais cela dépend largement des goûts des jardiniers, de leurs préférences personnelles. Ainsi l’un pourra par plaisir collectionner les pruniers, un autre tenter divers Citrus sur sa parcelle, ou encore essayer de restituer l’ensemble des possibilités fruitières de la région dans son demi-hectare de jardin.

15« Non compris dans l’énumération qui précède, on voit épars, dans les oasis, comme un jardin d’essai, des arbres d’essences divers, rassemblés là comme par les soins d’un collectionneur intelligent ; c’est encore un des restes mourants de la grandeur des Arabes, qui avaient transporté au Djérid, dans ces jardins malheureux que nous voyons encore, toutes les essences d’arbres qu’ils avaient rencontrés dans leurs courses vagabondes, les uns productifs, dont nous venons de parler, les autres d’agrément, de luxe en quelque sorte : des acacias d’espèces variées, des jujubiers de Jéricho, des arbres de Judée et une foule d’autres qu’il serait trop long d’énumérer. » (Extraits d’un travail sur le Djérid dû à M. de Fleurac, lieutenant du bureau arabe à Touzer, cité par Baraban, 1887 : 107.)

16« À l’ombre de ces arbres si divers, dont le feuillage forme une voûte presque impénétrable aux rayons du soleil, on pourrait cultiver et l’on cultive en effet, dans quelques seniat malheureusement trop rares, des plantes potagères de toute nature. » (ibid.). Aujourd’hui, une des cultures qui vient se placer en premier en termes de surfaces occupées, après la luzerne fassa toutefois (mais qui est souvent une culture d’attente dans les nouvelles palmeraies), est le piment (felfel ou hârr), dont une partie est cultivée ici en primeur. La tomate (tomâtom) occupe aussi une superficie non négligeable ainsi que les carottes (sfennêria) et les courgettes (bushoka à Tozeur, bûtozîna à Nefta et Degache)... Des palmeraies se sont spécialisées dans une production et sont reconnues pour cela, ainsi en est-il des oignons (basal) d’el-Hamma. Ces cinq cultures sont de bon rapport, et les chiffres avancés par le CRDA (tabl. 4), même si la méthodologie statistique est obscure, semblent partiellement confirmer ce classement. Ce qui est aussi intéressant dans ce tableau c’est la place prise par les « autres cultures maraîchères » que n’ont pas su réduire des catégories pourtant déjà larges comme « autres primeurs », « légumes à racines » ou « légumes à feuilles » : cela laisse au moins imaginer la diversité des cultures oasiennes, 38 espèces herbacées maraîchères, céréalières ou fourragères dans mon décompte.

Le choix

17Cette biodiversité culturale est donc très élevée, et cela d’autant que beaucoup des plantes cultivées dans l’ensemble d’une région se retrouvent dans l’enceinte d’un même jardin. Les jardins ne sont pas spécialisés mais en polyculture, il existe toutefois une variabilité des plantes selon les régions d’oasis. Par exemple, ni au Jérid ni au tassili n’Ajjer n’est cultivé le safran, un crocus à très haute valeur commerciale qui est une culture de rente dans certaines oasis marocaines.

18L’inventaire des plantes d’oasis fait apparaître qu’elles couvrent les besoins des communautés locales : les besoins en combustibles, en matériaux de construction (autrefois surtout) et bien sûr alimentaires, tant en plantes potagères, qu’en fruits, fourrages et céréales.

Au Jérid, toutefois, les céréales pour l’alimentation humaine proviennent du nord, mais elles étaient cultivées auparavant, comme aujourd’hui encore dans la très isolée oasis de Djanet. On y pratique d’ailleurs un mode spécifique au Sahara de confection de céréales précuites : dans le jardin même, une partie de l’orge (timzen) est brûlée rapidement avec les chaumes et devient tizalfawen. On en fait notamment une soupe de timzen dite aliwa tizalfawen, mangée le matin au jardin à Djanet.

19Bien sûr les plantes inventoriées dans les oasis (terroirs anthropiques) ont fatalement été importées. Comment s’effectue le choix des plantes cultivées ? Il s’agit là d’une problématique plus générale discutée encore aujourd’hui en biogéographie et en ethnobotanique. Pour utiliser ces outils que peuvent être partiellement les plantes, « il faut se soumettre à leurs lois propres » nous rappellent Haudricourt et Hédin (1987 : 21). Toutes les plantes, en effet, ne sont pas transposables au contexte écologique des oasis. La pomme de terre par exemple ne produit pas dans les palmeraies, sinon faiblement pour les plus septentrionales d’entre elles. Cependant, la palmeraie est en partie une parenthèse locale (et volontaire) sur l’environnement désertique. Chaleur, humidité, ombrage, fumure assurent un contexte viable pour beaucoup de plantes communes des zones non désertiques. De plus, les ressources génétiques des plantes cultivées admettent une certaine souplesse et un affranchissement partiel des strictes conditions écologiques de croissance et de fructification. Par exemple, l’espèce pommier est aussi bien présente dans les campagnes normandes qu’en plein cœur du Sahara. L’un des plus forts déterminants de la présence ou de l’absence de plantes cultivées spécifiques ne serait pas les conditions écologiques, mais l’histoire.

20Depuis la création des oasis, de nombreuses espèces ont été introduites du Moyen-Orient (souvent après un passage par l’Égypte), région avec laquelle elles ont eu longtemps des contacts privilégiés : le palmier dattier, les blés, orges, millets, l’oignon, les pois, les lentilles, les luzernes et trèfles, les cotons, le carthame, la garance et le safran, la chicorée, le fenouil, la menthe et le basilic, les courges, sésames, ricin, lin et chanvre, ainsi que les poiriers, figuiers, abricotiers, amandiers et les cognassiers. À partir des zones soudanaises situées sur les axes de communication, le patrimoine génétique de l’oasis et son complexe végétal s’enrichissent progressivement de certains riz, sorghos, mils, hennés et diverses cucurbitacées. Ce sont là les contacts (notamment commerciaux) avec les populations noires.

Ces contacts sont très clairs à Djanet. Ainsi, le jujubier Ziziphus spinachristi (l’épine du Christ, une Rhamnaceae) se dit korna à Djanet et de façon similaire kourna en Haoussa parlé par les populations noires haoussa du nord du Niger (Brouin, 1950). De même, au Jérid, Cucurbita maxima, la citrouille, se dit kabûya contre gra° dans le reste de la Tunisie et curieusement à Djanet elle est kabiua et au Niger (Haoussa) kabewa (SAADOU, 1993 : 17).

21À l’époque de création des oasis sahariennes, la plupart des animaux d’élevage étaient déjà sur place depuis l’époque bovidienne, sauf le dromadaire. Pendant l’Empire romain, les légumes européens sont introduits, tels les navets, carottes, céleris, choux, etc., et la diffusion des fèves, orges à deux rangs, oliviers et vignes est favorisée. À partir du XVe siècle, la découverte des grandes routes commerciales océaniques et l’implantation sur les côtes de comptoirs européens permettent d’introduire dans les oasis de nouvelles espèces originaires des Indes et d’Amérique comme la patate douce, haricot, tomate, maïs, piment, aubergine, tabac, etc. (Toutain, Dollé et Ferry, 1990 : 12)

22La contrainte écologique n’est donc pas si déterminante. Le choix, pour les sociétés oasiennes, d’adopter ou non certaines plantes que des contextes historiques mettent à leur disposition semble tout aussi décisif.

L’usage des plantes

23Il semble logique de penser que les plantes introduites, c’est-à-dire choisies, sont utilisées. Cependant, cette utilisation des plantes varie entre communautés oasiennes. Toutes n’actualisent pas les potentialités offertes, ou plutôt, dans l’ensemble (indéfini) des potentialités offertes par une plante, les communautés oasiennes n’en extraient que quelques-unes, et pas toujours les mêmes. Prenons un exemple simple. Les dattes sont toujours mangées, et ce, quelle que soit l’oasis concernée (je parle des dattes qui parviennent à maturité, car le contre-exemple serait la palmeraie d’Elche en Espagne où seules les palmes sont exploitées, la culture du dattier est trop septentrionale pour que les fruits parviennent à maturité). Les techniques de conservation et leurs préparations culinaires sont déjà multiples. Un alcool tiré de la fermentation de la sève, le qâshem, est fabriqué au Jérid. Le lêgmî (la sève sucrée) est produit par décapitation du bourgeon terminal du palmier dattier, sève qui est ensuite mise à fermenter. Souvent, les propriétaires de jardin sacrifient ou donnent à sacrifier à leur khammês un palmier par an (de préférence un vieux, un malade ou faiblement productif). On estime qu’en moyenne un palmier peut donner cinq litres par jour pendant trois mois (voir l’importance de l’alcool dans « Le collectif dans le jardin » p. 275). Cet alcool n’est pas fabriqué actuellement à Djanet. Probablement, l’a-t-il été il y a quelques décennies et selon des modalités techniques encore différentes d’après la mémoire locale. La distillation des dattes, en revanche, ne se fait aujourd’hui ni à Djanet ni au Jérid, mais elle se pratique au Maroc (et en Égypte, le fameux °araq ou °aragî à Siwa). Cet alcool est bien plus fort (un alcool blanc) que le qâshem. Sa fabrication, qui semble plutôt dévolue aux Juifs dans les oasis de l’oued Ziz, nécessite la connaissance de la technique de l’alambic. En fait, un chargé de mission par le ministère français de l’Agriculture en 1887 témoigne qu’en Tunisie « les Juifs du Djérid fabriquent avec les dattes fermentées puis distillées une sorte d’anisette très riche en alcool et très parfumée » (Baraban, 1887 : 102). Ainsi, au Maroc comme en Tunisie, les Oasiens se confectionnent des alcools à partir du dattier.

Dans l’oasis algérienne de Djanet, un resserrement de la morale orthodoxe évite d’actualiser cette potentialité et a conduit à l’abandonner au point où cette sève — qui est consommée fraîche et même vendue aux souks du Jérid — n’est plus récoltée (elle aurait « tôt fait » de se fermenter). Il se boit à Djanet en revanche un jus de datte ignoré ailleurs. Ce jus de datte se dit erale. Les dattes sont broyées au tende (mortier), on élimine le noyau et le périanthe. On broie le fromage aulis (fromage de chèvre que l’on vend au marché, et non le fromage à pâte dure des pâturages des Touareg qui viennent du Niger, le takamarlt) jusqu’à former une farine que l’on tamise et que l’on mélange à de l’eau. Le tout est rajouté aux dattes dans le tende.

24Nombre d’exemples pourraient venir étayer la diversité d’une oasis à une autre des potentialités extraites d’une plante, en particulier sur dattier. La confection d’éventails (tewatwat) ou de nombreux récipients de cuisines en sparterie (avec les folioles des palmes) à Djanet n’a guère son équivalent au Jérid (la vannerie se dit dhfîra, ce qui veut dire aussi tresses de cheveux des femmes ; pour les plats, la poterie y est utilisée en revanche). Au Jérid, le palmier accompagne l’Oasien de la naissance (berceau en épillets des inflorescences, il y a peu de temps du moins, et encore les poupées en palme, voir fig. 14) jusqu’à la mort (le corps est enterré entre des planches du stipe de palmier). L’ensemble des usages tirés des plantes ne sera pas exposé ici, la place manquerait. Et encore nous cantonnons-nous au seul palmier dattier.

Fig. 14 – Poupée en palme de dattier (Jérid tunisien)

25Nous pourrions faire de même avec les cucurbitacées par exemple : à Djanet, assez proche de la zone soudanaise, le tetakalt (Lagenaria siceraria) sert de gourde végétale pour le lait de chèvre par exemple (de moins en moins aujourd’hui, les bidons en plastique sont plus pratiques) et quand le fruit est mûr, sa chair (tetakalt aussi) est utilisée pour la préparation du couscous ; et le Luffa aegyptiaca (kayasa à Djanet) possède un fruit dont la masse fibreuse sert d’éponge végétale. Ces usages n’existent pas au Jérid où en revanche la courge ou potiron (kabû ou kabûya), dont la chair entre comme ingrédient surtout dans le couscous, a ses graines utilisées (courge rouge : gra° ahmar) comme graines aperitives très salées (notamment consommées avec le qâshem).

26Ce n’est pas non plus toujours par la différence que se distingue l’usage des plantes dans les oasis. À Djanet, les abricots (el-mishmesh) sont mis à sécher (même encore verts) par moitié au soleil ; il en est de même des tomates (at-tomatom) quand la récolte est bonne. Au Jérid, cette technique de conservation par séchage est aussi utilisée pour les abricots (bargûg ou meshmêsh), qui sont appelés alors fermes (et consommés entre autres pour la soupe shorba), et pour les raisins (on distingue trois variétés de raisins : le ghâmrî, couleur grenade, le meskî, « le bon raisin » de table, le ghumur, pour le vin — qui n’est pas élaboré dans la région) qui, de °ineb se nomment alors zebîb (dont dérive le nom donné à la vigne en tamahâq).

Le cas du ricin (Ricinus communis, Euphorbiaceae) constitue une curiosité. Originaire d’Abyssinie, il est connu pour l’huile tirée de ses graines aux effets purgatifs. Que cette plante ait été introduite en oasis fait peu de doute, mais qu’elle soit identifiée comme « feni » à Djanet ou comme « kharwa° » au Jérid, elle y est aujourd’hui spontanée et sans usage. C’est, semble-t-il, le cas dans l’ensemble du Sahara : personne n’exploite cette potentialité.

Même si les conditions pédoclimatiqnes écartent certaines cultures, le choix des plantes demeure et leurs usages ne sont pas figés.

27Si certaines contraintes écologiques écartent quelques cultures, les choix demeurent vastes pour les Oasiens, tant dans l’inventaire de ces plantes que dans les usages qui en sont tirés. Choix des plantes et usages ne sont pas non plus figés. Certaines cultures continuent d’être introduites comme le chou et le bananier dont j’ai pu observer les premiers plants lors de mon dernier passage à Djanet et d’autres sont abandonnés comme les céréales de consommation humaine au Jérid grâce aux communications terrestres rendues aisées avec le Nord céréalier. Mais il est possible également que les céréales n’aient jamais été intensément cultivées au Jérid. Le géographe Al-Idrîsî au XIIe siècle notait ceci de Tozeur : « Le prix des céréales est ordinairement haut, attendu qu’on est obligé de les faire venir de loin, le pays produisant fort peu de blé et d’orge » (Al-Idrîsî, 1866, cité par Puig, 1998) et confirmé par Léopold Barabant durant sa mission (1887).

Remarques sur les animaux

28Ce travail fait l’impasse sur le monde animal, ce qui ne lui dénie aucunement son importance. Au Jérid (gouvernorat de Tozeur), d’après le chef de l’arrondissement Production animale du crda, il y aurait au total 900 bovins femelles (sur un effectif total de 1 300), principalement à Nefta, Tozeur et Degache et surtout au sein des agglomérations et des palmeraies. L’effectif est donc assez faible. En général, si un jardinier possède des vaches, ce n’est guère plus d’une ou deux. Sur le total, dix pour cent sont de la race locale, le reste de la race pie noir et des hybrides.

Jeunes Touareg d’une caravane arrivant à Djanet (Algérie). Avril 1993.
Cette oasis a pour particularité d’être beaucoup plus articulée que les autres avec son environnement désertique. Les plus vieux des dromadaires finiront ici à la boucherie

29Les ovins et caprins sont surtout élevés à l’extérieur de l’oasis, c’est-à-dire sur les pâturages (saharâ) à 70 ou 80 %. Il y a 52 000 ovins (dont 40 000 femelles) de race queue fine et 28 000 caprins (dont 20 000 femelles). À partir des années 1990 se déroule l’introduction de la race alpine sous le contrôle de l’oep (Office des élevages et des pâturages). Le problème majeur concernant l’élevage ovin et caprin est la sécheresse. Le dromadaire est à 95 % au saharâ’ (3 500 têtes), surtout à Hazoua, Dhafria, Dghoumes, oasis d’anciens pasteurs.

À Djanet en Algérie, le fourrage (des dromadaires, ânes, chèvres) est amad et amad wan tenere (« fourrage du désert ») dans les pâturages. Ce dernier, notamment Aristida pugens (Poaceae) dite tulult, est estimé très nettement supérieur à celui du jardin. « Les chèvres sont plus fortes, donnent plus de lait et de meilleure qualité ». Et le fromage takamarlt issu de ces chèvres est également perçu comme meilleur, et il est séché sur des herbes du désert qui lui donnent son parfum.

30En ce qui concerne la volaille, on trouve 5 000 pondeuses sur Nefta et 2 000 sur Degache. Le crda dénombre sur la région 450 ruches dont 300 « de type moderne ». Les ruches qui ne sont pas de type moderne sont des caisses en bois ou des troncs de palmier coupés en deux et évidés, puis cerclés de fer. Le prix du miel à 20 dt/kg est intéressant et le produit très apprécié (en relation avec la douceur du sucré, comme pour les dattes), mais peu de Jéridis pratiquent l’apiculture.

31L’intégration à l’oasis de l’élevage mené par les nomades, élevage qui représente 80 % du cheptel régional, n’est pas forcément réalisée. Ils ne vendent pas le lait mais le fumier quand les troupeaux (zwâîlêt, en fait « animaux ») se stabilisent un peu. Mais il est difficile pour les jardiniers de se procurer ce fumier qui reste souvent non valorisé. En annexe un petit lexique jéridi et tamahâq fournit des termes courants servant à désigner les animaux d’élevage des oasis du Jérid et de Djanet.

La problématique unité classificatoire

32Que ce soit au tassili n’Ajjer ou au Jérid, relever une véritable taxinomie locale, telle que cela se fait en ethnosciences (voir, par exemple, Friedberg, 1991, et lire la récapitulation de Berlin, 1992), a été un échec partiel. Je ne suis pas parvenu à dégager un système taxinomique cohérent (comme des plantes chaudes et des plantes froides, etc.), ni pour les oasis en général ni pour une région en particulier, sinon rien de spectaculaire (voir le cas du Jérid un peu plus loin). Cela n’exclut ni qu’une autre recherche puisse y parvenir ni son intérêt : il s’agit de saisir l’idée plus intime que les sociétés se font de leur environnement, c’est-à-dire qu’à la pratique physique on ajoute l’ambition d’appréhender une dimension de la pratique cognitive. Un « classement » est cependant proposé : une première manière de voir le monde vivant est d’en dire l’origine.

L’origine des plantes d’oasis

33Au Jérid, on dit que le palmier dattier, plante emblématique de l’oasis, provient essentiellement d’Irak. Il s’agit certainement là du « tropisme oriental », qui s’explique en partie par l’islam : c’est vers l’Est que l’on se tourne pour prier, c’est à l’Est qu’a vécu le Prophète, est née la religion et que s’est manifestée la bénédiction de Dieu, c’est de l’Est que nombre de populations du Maghreb disent se rattacher ; mais c’est également de cette région que les botanistes pensent que cette plante est originaire, car c’est vers le golfe Persique que l’on a retrouvé les plus anciennes traces de palmeraies, c’est dans la région du golfe Persique qu’est née la « révolution néolithique » (pour cette partie du globe).

34On dit au Jérid que « des pèlerins revenant de La Mecque faisaient provisions de dattes (d’Irak) pour le voyage. Ils jetaient leurs noyaux bien sûr et dans le Jérid, ils ont vu que des palmiers (degla) poussaient. On n’avait pas pensé faire une oasis au départ, mais on a vu que le site était favorable » (Tozeur, le 15 mars 1995). Ce récit, sur la fondation des palmeraies du Jérid (à rapprocher de celui de Djanet), donne des renseignements non pas réellement « historiques », mais sur ce qu’Alain Romey (1992) appelle (« faute de mieux »), la vérité authentique (qu’il distingue de la vérité historique), c’est-à-dire « l’idée que le groupe se fait de l’histoire et comment encore il la maintient de cette façon ». La mémoire orale est le statut local de l’histoire.

À Djanet (tassili n’Ajjer), on donne au contraire au palmier dattier une origine biogéographique plus locale. Il existe une histoire du tasdet (le palmier dattier) nous renseignant sur son origine. À l’époque où se déroule cette histoire, on ne cultivait pas encore le palmier. Deux jeunes filles jouaient ensemble, sans doute au jeu d’isaran (se joue avec des nervures de palmes), près d’un palmier. Un petit garçon, trop jeune pour comprendre le jeu, et qui s’ennuyait, jouait seul dans l’ombre du palmier. Il mangea alors une datte qui venait de tomber. Les deux jeunes filles, ayant vu la scène, s’attendaient à le voir mourir. Comme il ne mourut point, on commença à cultiver le palmier dattier (Djanet, le 14 avril 1993).

35Il paraît assez clair qu’à Djanet, au Tassili n’Ajjer, le palmier est considéré comme une plante sauvage à l’origine, puis qui a été domestiquée. Une plante qui vivait en pays touareg puisque les jeunes filles sont censées jouer à un jeu targui, et tout au moins ce sont les Touareg qui s’approprient la paternité de cette « domestication ».

L’utilisation du terme « domestication » ici n’est pas neutre. Sur le terrain (en 1993 et 1994), un fait a fini par attirer mon attention à force de se répéter. Dans la plupart des jardins, de très nombreux ligneux fruitiers portent un bouquet de quelques branches d’une spontanée très répandue dans cette région, l’armoise (Artemisia judaica ssp. sahariensis et A. herba-alba, Asteraceae), appelée « teharadjeli ». Les jardiniers affirment que sans armoise dessus, la vigne (az-zebib) ne donnera pas de raisin. Il en est de même pour les figuiers (tazert), les orangers (tshina) et autres fruitiers... qui ne fructifieraient pas sans cette plante. Dans la cour d’une maison où se trouve un pommier (et-tuffâh), les propriétaires expliquent la présence d’un bouquet d’armoise dans ses branches par un « sans ça, les fleurs tombent » (Djanet, le 13 avril 1993).
En poussant plus loin l’investigation, on apprend l’importance de cette plante aromatique : certains arbres n’aimeraient pas « l’odeur de l’homme » et donc ne fructifient pas. Un moyen existe pour parer à cette indisposition des ligneux vis-à-vis du genre humain : camoufler notre odeur en plaçant un bouquet d’une plante aromatique, l’armoise en l’occurrence. « Teharadjeli, ça sent comme le parfum, ça ne sent pas une mauvaise odeur [comme les hommes] et les fleurs ne tombent pas, [on a de] belles feuilles, [des] fruits gros » (Djanet, le 22 avril 1993). Le palmier dattier serait lui aussi sensible à l’homme quand il est petit (on y met alors de l’armoise), mais quand sa taille s’est développée, les feuilles ou la tête ne sont plus exposées à cette odeur et l’armoise devient alors inutile (Battesti, 2004 a).

Le dattier de Djanet n’aime pas l’odeur sui generis de l’homme : il est domestiqué par subterfuge.

Domestication

36Il peut sembler alors opportun de généraliser ce concept de « plantes sauvages puis domestiquées » à certains arbres fruitiers (ou plus exactement aux ligneux fruitiers puisque l’on compte parmi eux la vigne) auxquels on applique ces fameux bouquets d’armoise afin de camoufler l’odeur, donc la présence, de l’homme. Le mot « domestiquer » est sans doute peu adéquat à décrire la présente situation. Ce mot réfère classiquement à « apprivoiser » soit « rendre un animal moins sauvage » (Petit Larousse illustré, 1978), tandis qu’ici la plante est « trompée » et non pas rendue plus docile. Sauvage originellement et intolérante à la présence de l’homme (réagissant par non-fructification), on lui « cache » la présence de l’homme. La définition académique (du dictionnaire) sous-tend une vision très « civilisation du mouton » pourrait dire Haudricourt (cf. « Un jardin d’agriculture ou une exploitation horticole ? » p. 158). La docilité est-elle nécessaire à la domestication ? Une autre définition plus fine de la domestication consiste à d’abord se souvenir qu’un organisme vivant doit remplir trois conditions primordiales : se nourrir, se protéger et se reproduire. Pour Jacques Barrau (1978, avec le commentaire de Guille-Escuret, 1989), la forme et l’intensité de la domestication se définissent par le degré d’intervention de l’homme sur ces trois fonctions premières. Le contrôle spatial et le contrôle temporel de la fonction doivent aussi caractériser cette domestication.

On pourrait objecter que les plantes sont enracinées, contrairement aux animaux qui se déplacent, donc que le contrôle spatial et temporel est aisé. Pourtant cela n’a rien encore d’évident : il existerait à Djanet des tamaris migrateurs nommés « azawa » (Tamarix sp., certainement Tamarix pauciovulata, Tamaricaceae) ; leurs bosquets disparaissent d’un lieu (on ne retrouverait pas même les racines) pour réapparaître un ou deux ans après en un autre endroit, tout en conservant exactement la même disposition des pieds entre eux. On m’a d’ailleurs mis au défi de prendre des mesures dans l’oued afin de vérifier ces dires dans quelques années (je ne l’ai pas fait). L’explication locale est qu’il s’agit d’une « espèce sauvage migratrice ».

37Les modalités de cette domestication appliquées à Djanet seraient les suivantes.

38Se nourrir : à Djanet, l’homme assure l’alimentation du dattier en eau et en minéraux à partir des puits de surface et d’engrais organique. Le contrôle spatial est total, hormis les quelques pieds spontanés (issus de graine) que le cultivateur peut parfois laisser pousser (bien qu’on suppose qu’on en obtient surtout des mâles, moins intéressants) ; puisque c’est le jardinier qui décide de l’emplacement où grandiront les rejets (ilkemen, pluriel de elkem) qu’il plante, il décide de l’espace de nutrition. Le contrôle temporel est lui tout aussi net : la terre est amendée au bon vouloir du jardinier, l’irrigation s’effectue comme il l’entend d’autant plus qu’à Djanet chaque jardin est indépendant à ce niveau (exceptées les nouvelles parcelles allouées par l’État). La liberté du jardinier jéridi est moindre puisqu’il doit se plier aux règles des tours d’eau, mais le résultat est le même pour le palmier : il dépend de l’homme, pris individuellement ou collectivement. Cependant, l’histoire touarègue du palmier reconnaît implicitement que cette plante peut se nourrir sans l’homme (elle se nourrissait avant sa domestication par l’homme). Soit l’homme ne lui donne alors qu’un complément pour « l’amadouer », soit, déraciné pour être implanté dans l’oasis, le palmier ne peut plus pourvoir à ses besoins. La seconde hypothèse est la plus probable, car les Kel Djanet savent que les palmiers meurent s’ils cessent l’irrigation.

39Se protéger : la protection contre les prédateurs est faible. On s’avoue impuissant à maîtriser les insectes qui nuisent aux palmiers. On tente de tuer les oiseaux (tourterelles) qui mangent les dattes, mais la pression de l’homme n’est pas assez forte pour espérer les éliminer. Les mauvaises herbes sont enlevées, mais pas toujours systématiquement. Le mauvais ceil (tujut, cf. annexe 7 « Le mauvais œil ») est un risque pour le palmier, l’homme essaye de l’en protéger, mais les mesures ne sont pas infaillibles. Ce danger est anthropogène : si l’homme ne cultivait pas le dattier, il n’y aurait pas de risque de tujut. La protection en général du palmier est donc pratiquée, mais cette aide n’est pas essentielle.

40Se reproduire : l’espèce a développé deux stratégies de reproduction, sexuée et végétative. La première permet la recombinaison du patrimoine génétique des individus (par production de dattes), tandis que la seconde fabrique des clones (par rejet). Sans l’intervention de l’homme, une reproduction strictement végétative tend à dégénérer la population concernée et, en dehors des mutations, à figer la biodiversité intraspécifique. C’est, toutefois, précisément cette option qui est choisie (au Sahara en général), car l’homme peut rectifier, et rectifie, les compositions génotypiques par sélection et constitution volontaire de collections. La reproduction végétative par replantation de rejets par le jardinier permet de contrôler de manière sûre outre le sexe (espèce dioïque), les caractères génétiques de l’arbre à venir (les palmiers issus de graine — d’une reproduction sexuée — produisent rarement des dattes de bonne qualité), de sorte qu’il convient mieux de parler de cultivar (clone) que de variété pour le palmier dattier (ce terme est tellement ancré en français pour le palmier que je l’utilise ici, notamment quand on parle de variétés communes qui sont pourtant des clones — ils ont le même génotype). Le jardinier, hors exceptions, interdit au palmier la multiplication sexuée : il arrache la plupart des pousses accidentelles. Il exerce un contrôle puissant sur la reproduction en choisissant quelles combinaisons génétiques valent d’être maintenues : il décide de la composition en cultivars de son jardin, où et quand ils seront installés (contrôle spatial et temporel). Mais le « hors exceptions » et « la plupart » sont essentiels. Ce sont les failles d’une censure sévère qui permettent l’apparition de nouveaux cultivars et l’enrichissement de la collection. Si le pied poussant spontanément possède quelques caractères intéressants, on le laissera croître et on lui attribuera un nom : il sera accepté. En dehors de cela, l’homme n’intervient pas sur la forme de l’individu : la greffe, la taille et autres techniques applicables aux ligneux sont impossibles sur cette grande herbe.

41Pour résumer, le palmier habitait le pays des Touareg avant sa domestication. Parce que l’homme s’intéressa à ses dattes (et non à son « bois », déjà exploité comme le montre le jeu des jeunes filles), il cultiva cette plante. Le palmier est réticent à la présence humaine, on le trompe (armoise), on le nourrit (eau, fumier), mais on en censure fortement la reproduction sexuée pour l’amener à produire comme on l’entend. Le défendre est difficile lorsque celui-ci est réticent à la présence de son protecteur et en fait à sa domestication. Le palmier demeure « sauvage » (il peut encore assumer les trois fonctions de lui-même), la domestication par tromperie doit toujours se poursuivre.

Répartition par origines

42Le cas des arbres fruitiers diffère quelque peu puisqu’on identifie de nombreuses espèces. En cherchant à établir les critères de la taxinomie de Djanet, un premier informateur me rangea spontanément les arbres selon un critère biogéographique. D’autres personnes interrogées classaient facilement les plantes selon les régions d’origine supposées, sans pour autant que ce fut tout à fait un critère taxinomique séduisant. On me dit que tous les petits ligneux (grenadiers, vignes, abricotiers, pommiers...) sont originaires de Djanet, ajoutant à ce groupe génétique les tabarakat (Tamarix aphylla, Tamaricaceae). Certaines plantes, comme le safsaf (Eucalyptus globulus, Myrtaceae), viennent d’Algérie, c’est-à-dire du Nord, du monde « arabe », et d’autres encore du Sud, c’est-à-dire de la zone des Touareg de l’Air. Mais la répartition des végétaux qui se fait en général sur les oppositions des trois classes Nord (arabe)/Djanet/Sud (Niger) varie d’un jardinier à un autre. Selon certains, tous les mots en « el » (l’article défini en arabe al) sont des mots arabes, désignant ainsi leur origine géographique (le Nord), les autres noms de plantes (et donc les plantes elles-mêmes) par déduction sont alors touaregs. Cette classification fait de l’abricotier (el-mishmesh) non plus une plante de Djanet mais arabe. Pour d’autres, c’est au coup par coup que s’opère la classification : par exemple, l’oranger (tshina) serait ainsi d’origine arabe, de même que l’abricotier. Si, au cas par cas, la distribution varie d’une personne interrogée à l’autre, la disposition tripartite semble être une constante (fig. 15). Ainsi, on distingue pour les chèvres (Capra hircus) également trois types d’après leur origine présumée : du Niger (les cornes sont bien dressées sur le crâne), de Djanet (les cornes sont plus à l’horizontale et dirigées vers l’arrière), du Nord (idem, mais les cornes tournent vers le bas pour pointer vers l’avant).

Fig. 15 – Tripartition des origines à Djanet

43Cette possibilité de classification par série d’opposition entre plantes locales et plantes étrangères, arabes ou nigériennes, n’est valable que dans ce cadre oasien particulier : cette taxinomie participe à une construction identitaire en même temps qu’elle la réifie. Cette construction identitaire des Kel Ajjer s’élabore elle-même dans deux cadres sociopolitiques : d’abord celui de l’Algérie où l’État a une gestion politique fortement jacobine niant les particularismes régionaux, un État-Nation qui se définit dès son projet, avant même son indépendance, avec une identité nationale arabo-musulmane. L’identité des Kel Ajjer ne s’inscrit pas uniquement comme un particularisme national, mais aussi dans le cadre plus large de la (mythique) confédération touarègue.

Targui au milieu de son troupeau de moutons. Avril 1993, Djanet (Algérie).
Les moutons, dans cet enclos découvert comme ceux qui sont en pâturage dans le désert, sont de l’espèce particulièrement adaptée à cet environnement, des Ovis longipes

44En général, dire qu’une plante provient du Niger est une référence positive : ce sont des plantes que l’on considère toujours plus fortes, dans la croissance (le mil), dans le goût (piment). Le même mécanisme est à l’œuvre pour le mouton : le mouton tel que nous le connaissons en Europe, c’est-à-dire à laine (Ovis aries) connu sous le nom de tagelbit (tijilbiwen au pluriel), n’est pas le plus répandu au tassili n’Ajjer. Un autre mouton bien plus courant est l’Ovis longipes, ou tikarwaten, aux pattes plus longues (d’où le nom latin), sans laine et à poils ras. On dit le premier venir du Nord (Ouargla, Ghardaïa, etc.) et le second, plus résistant au climat saharien, plus à même d’utiliser les parcours régionaux, on l’estime venir du Niger. À travers cette constante référence positive au Niger (sont visés évidemment les Touareg de l’Air et non les Noirs haoussa), les Oasiens de Djanet lisent une dégénérescence de leur identité, peut-être une acculturation à l’arabité proclamée de l’Algérie. Ils pensent par exemple que les Touareg du Niger parlent un tamasheq plus « pur » (si on donne un mot tamahâq, on rajoute parfois « mais ce que disent les vrais Touareg est... », comme au Jérid par ailleurs, où les locuteurs se justifient par rapport à l’arabe tunisien a fortiori classique).

45Une petite curiosité réside dans le chevauchement des systèmes d’explication de la domestication par subterfuge et des origines Nord arabe/Djanet/Sud. On peut bien imaginer que la culture de la vigne, dite originaire de Djanet, requiert le subterfuge de l’armoise selon une logique identique au palmier, mais que penser de fruitiers tel l’abricotier (el-mishmesh), dit parfois originaire du monde arabe, et pourtant flanqué aussi d’un bouquet d’armoise ? C’est d’autant plus dérangeant que certains informateurs attribuent des origines non locales au palmier, non pour l’espèce certes, mais pour ses cultivars présents à Djanet : si le tanghiman, le tetmelet, le tazgheft sont explicitement de Djanet, par contre el-khaghs, el-lulu sont d’origine arabe. Les deux hypothèses possibles sont soit que les Touareg de Djanet pensent que les Arabes ont obligatoirement procédé de la même manière qu’eux (domestication universelle par subterfuge), soit que les deux systèmes sont assez peu cohérents et se laissent penser séparément.

Le classement des plantes

À Djanet

46Une chose m’avait étonné dans les entretiens menés sur l’univers végétal et animal de Djanet. Associer, mettre en groupe mentalement des objets vivants, faire dire un nom d’ensemble comme « animaux » représentait une extrême difficulté pour les personnes interrogées. Je n’ai pu avoir certains noms génériques en tamahâq sans doute parce qu’ils n’existent pas. On peut en être à peu près certain pour le mot « arbre » (alors qu’au Jérid c’est clairement shejâr) : les jardiniers touaregs ne proposent comme équivalent que des noms spécifiques d’arbres ; par exemple tabarakat (l’éthel, Tamarix aphylla = T. articulata) ou safsaf (Eucalyptus globulus). Au mieux, à force d’appeler une réponse, se voit-on proposer ashik makaran, c’est-à-dire « grande plante », mais qui n’a pas valeur d’une catégorie locale, mais d’une construction répondant à l’attente de l’enquêteur !

Il ne s’agit pas d’un cas unique. Dans beaucoup de langues des termes manquent pour exprimer certains concepts comme arbres ou animaux : Lévi-Strauss introduit « La pensée sauvage » (1962) précisément sur ce thème pour réfuter, dès le premier paragraphe, l’invocation d’une prétendue inaptitude à la pensée abstraite des « primitifs ».

47Comme je l’annonçais en préambule de ce sous-chapitre, point de système taxinomique convainquant découvert. On classe bien les plantes en mâle et femelle : il s’agit en fait de masculin et féminin (la grammaire tamahâq distingue les genres), le féminin étant marqué surtout par la présence en initiale du « t » (et souvent aussi en terminale).

48L’absence d’« arbre » n’interdit pas d’autres concepts. Ainsi, à Djanet, une « plante » se désigne par le mot tamahâq « ashk » (ou ashik). Le mot « ishkan », soit « plantes » au pluriel, représente la « végétation ». Ce qui est intéressant est que le terme « ashk » employé seul dans une conversation réfère inévitablement à une plante de jardin, poussant dans l’oasis. Le mot « tenere » en tamahâq correspond au « désert » et plus précisément aux espaces « hors oasis ». « Ashk n’tenere » représente donc « une plante hors oasis ». Une autre traduction curieuse m’a été donnée : pour « mauvaises herbes » (plantes sauvages, non cultivées), on peut dire « ishkan n’tenere », c’est-à-dire les « plantes (poussant) hors oasis ». La dualité sauvage/domestique serait-elle superposable à celle de l’espace non cultivé/espace cultivé, autrement dit à désert/oasis ? Le désert est le lieu d’où l’on a arraché par subterfuge la plante reine, le dattier (et par extension probablement quelques arbres fruitiers, cf. supra) pour les conduire dans la palmeraie. Il vient alors à l’esprit d’autres extrapolations possibles : ce sont des arbres du désert potentiellement dangereux que l’on satisfait de « réparations » : le sacrifice d’animaux domestiques de l’oasis (ces plantes peuvent être habitées des esprits kel isuf, et un dicton targui ne dit-il pas : « Il ne faut jamais aimer une fille si tu ne la connais pas. Il ne faut jamais aimer un arbre dans l’oued si tu ne le connais pas. »). Les plantes de l’oasis ne sont pas dangereuses, et ont à souffrir au contraire du risque du mauvais œil. Le désert est le domaine du kel isuf (actif dans le désert au niveau des plantes) et l’oasis le domaine de l’humain (source du danger par le mauvais œil dans l’oasis). Pour clarifier les choses, le tableau 5 récapitule cette dualité désert/oasis.

Travailleur immigré au milieu des céréales. Avril 1993, Djanet (Algérie). Si les Touareg de Djanet regardent les Touareg de l’Aïr comme de « vrais » Touareg, ceux-là viennent parfois trouver ici du travail comme jardiniers

Tabl. 5 – Hypothèse de classification à Djanet

Espace désert

Espace oasis

Plantes non cultivées

Plantes cultivées

Plantes sauvages

Plantes domestiques

Végétaux (et animaux) potentiellement dangereux (kel isuf)

Végétaux (et animaux) potentiellement en danger (mauvais œil) + animaux potentiellement réparateurs

Domaine kel isuf

Domaine homme (mauvais œil)

49Ces termes d’opposition ne sont valables à Djanet que parce que la présence du désert est d’une actualité quotidienne. Cette puissante présence du désert s’exerce par sa proximité (les quelque 8 000 habitants de Djanet sont dispersés dans les quatre quartiers/villages, où que l’on soit, le désert est visible) ; par sa dimension (aux quatre points cardinaux, ce sont des milliers de kilomètres de désert) ; par la fréquentation du désert (que pratiquent encore beaucoup d’Oasiens). Le Jérid, quant à lui, méconnaît complètement le désert, ignore les pasteurs bédouins qui y vivent. Le désert ou la steppe se résume à ce qui est entre les oasis ou entre les oasis et le Nord, traversé par les routes. Le désert y est interstitiel. Corrélativement à leur connaissance respective du désert, les Jrîdî n’aiment pas les Bédouins, les déconsidèrent énormément (tandis que les nomades sont très valorisés chez les Touareg de Djanet). Ces (anciens) nomades sont pour les Jéridis des étrangers : s’il y a des vols aujourd’hui à Tozeur, que l’ordre public est troublé, la confiance décroissante, c’est en ces « étrangers » qu’il faut voir les fauteurs. Par exemple, mais sans nommément les désigner : « Le Jérid, [ce n’est] plus comme avant, khalt, beaucoup de mélanges.

50- « C’est un problème ? je demande.

51- « Un problème de confiance. [Il n’y a] plus de confiance comme avant. » (Jardiniers à Nefta, le 6 mars 1996)

52Établir une classification plus précise de plantes à Djanet devient hasardeux. Toutefois, l’observation des pratiques agraires des jardins permet de relever quelques assemblages : dans la rotation des cultures, les plantes « à grosses racines » (les betteraves, les oignons, les arachides [sic]...), et les autres plantes (le blé, l’orge, les haricots...) ; dans la technique de semis par rapport à la taille de la graine (tadagh, plur. tidaghen), les plantes à grosses graines semées deux à deux (comme le potiron, les haricots, les fèves, les petits pois), et les petites graines semées par paquets (comme le mil, le blé, l’orge).

53Si le milieu désert/oasis induisait une conception et perception uniques du rapport à la nature, les taxinomies, médiatisant ces catégories de pensées, devraient se retrouver similaires, sinon identiques. Au Jérid les choses sont pourtant différentes.

Au Jérid

54Au Jérid, les termes génériques exprimant les concepts d’arbre et d’animal existent : « animaux » se dit hayawânêt : hayawânêt ehlîya (de ahal, « gens ») pour les animaux domestiques et hayawânêt wahshiya pour les sauvages. Le terme « arbre » se dit shejâr (plur. shejera). Ghalla est l’arbre fruitier (ghilêl au pluriel). Les plantes maraîchères (les légumes au sens large) se disent khudhâr (pluriel de khudhra) ; on en distingue deux sous-catégories. Cependant, si ces deux sous-catégories se pratiquent, elles ne s’imposent pas toujours comme une évidence.

Exemple tiré d’un entretien avec un agriculteur de Nefleyet (habitant El-Hamma, Abdel Majid, le 8 mai 1995) ; la question était directe : « Quels sont les différents groupes qu’on peut faire des plantes qui poussent dans l’oasis ? » Le khammês interrogé décide d’abord de regrouper les plantes qu’on fait pousser ensemble, dans les planches de cultures : « normalement, on doit planter chaque plante toute seule, mais on économise de l’eau ainsi. Des plantes sont plantées ensemble, car elles possèdent la même période de semis. Par exemple, le gombo avec le melon ; la tomate (semée en septembre) avec la courgette (sur le pourtour des planches) ; le piment avec le maïs ou le tournesol (les deux en bordure) ou encore avec le chou (mélangé dans les planches avec le piment) ; l’oignon avec la blette (mais les blettes vont avec tout) ; la corette toute seule ou avec le tournesol », etc. [La corette potagère, ou mauve des Juifs, le kablû au Jérid, est une plante annuelle, dont les feuilles lancéolées sont séchées et donnent une poudre verte, la mlôkhîya, semblable au henné, et qui sert aux sauces.]. À la fin de cette énumération, il remarque que toutes ces plantes sont d’été et il glisse naturellement vers une nouvelle classification : les plantes d’été et les plantes d’hiver (suivant la récolte). Par exemple, pour celles d’hiver, les navets blancs, les carottes, les fèves, les blettes (mais toute l’année), les épinards, le persil, le céleri, etc., puis pour celles d’été, les courgettes, les oignons (mais planté en hiver), etc. Quelques plantes font exception, comme la luzerne qui est semée d’octobre à mars mais qui pousse et qui est récoltée toute l’année.

55Des entretiens sur ce thème donnent le même schéma de partition entre les légumes d’hiver (oignon, carottes, fèves, salade, persil, céleri, radis, navet blanc, navet rouge, blette) et les légumes d’été (gombo, melon, pastèque, piment, concombre, courgette, courge : les pommes de terre font aussi exception en se plaçant dans les deux catégories puisqu’on les plante en février et on les récolte en juin ou on les plante en octobre et on les récolte en avril ou mai). L’été et l’hiver se sont avérés être les deux saisons de repères du calendrier agricole de l’oasis jéridi. (Les Kel Ajjer de Djanet distinguent quant à eux clairement quatre saisons dans l’année : l’hiver, tagrest, le printemps, tapsit, l’été, awilen, et l’automne, amoen). Cette catégorisation en légumes d’hiver et légumes d’été est bien partagée et des mots sont là pour les dire : sayfîya pour les légumes d’été (de « été », sayf), shetûya pour les légumes d’hiver (de « hiver », shtâ). Les herbacées spontanées (non cultivées, l’herbe) sont désignées par hashîsh. On peut dire spécifiquement mauvaises herbes par hashîsh râyb ou ashâb tfêlîya (herbe intruse).

Le cas du palmier

56La datte a constitué longtemps une grande partie de l’alimentation des oasis sahariennes et sa base nutritive. Ce statut explique que le palmier soit particulièrement choyé (pour cause ou par conséquence). Ce qui en fait aussi un fruit « recherché » (si l’on peut dire, malgré son abondance), c’est que la datte est douce, sucrée, halû : plus qu’un goût, c’est une sensation, un sentiment apprécié, qui s’accorde bien avec un idéal de vie faite de douceur, voire avec une représentation de la vie après la mort comme l’eschatologie musulmane la promet aux croyants (les jardiniers utilisent parfois cette référence).

57Au Jérid, pour dénommer le palmier, c’est le mot arabe nakhla (plur. nakhîl) qui est employé (avec une tendance à adoucir vers naghla). En fait, ce sont les pieds femelles que l’on désigne de façon générique. Le palmier mâle est le dhokar (qui veut dire mâle, mais prend aussi l’acception de pollen et fécondation). La datte est dite tamra ou tamar au pluriel (qui a le sens de « fruit » en arabe littéraire, donc le fruit par excellence). La datte est-elle un fruit ? Les fruits du jardin en général (ou les arbres fruitiers) se disent ghalla et ghilêl au pluriel. On peut dire ghalla pour la récolte des arbres fruitiers, mais gattâ°a pour celle des palmiers dattiers (de gatta°, couper, c’est-à-dire couper les hampes des régimes) ou encore en général, sâba. Cependant, la personne qui organise les récoltes sur les palmiers dattiers (qui ne lui appartiennent pas, dattes qu’il revend ensuite avec bénéfice voire spéculation) s’appelle un ghallêl (même origine étymologique que ghalla). La datte peut être probablement incluse dans la catégorie des fruits (et des fruitiers) bien qu’on l’en distingue aussi nettement. Mais le matériau bois, hatab, comprend aussi les palmes (djerîd) du dattier.

58Parmi les dattiers, les jardiniers jéridi différencient globalement deux grands ensembles : les dattiers issus d’un rejet planté, c’est-à-dire choisi par l’homme, et les dattiers issus de graines, c’est-à-dire non contrôlés par l’homme. Sont distingués aussi les dattiers précoces des tardifs. Cette diversité du moment de maturation, qui étale la récolte sur une durée effective assez longue, est même recherchée par les cultivateurs pour leur jardin. La possibilité de consommer des dattes de l’été à l’hiver est un des arguments forts pour expliquer que la composition variétale de la strate du dattier est hétérogène. À Djanet, on fait également cette distinction entre précoces et tardifs. Il y existe deux périodes majeures de récolte de dattes selon les cultivars : l’été (awilen) avec enestanef, intakus, tetmelet, el-lulu, etc., et l’hiver (tagrest, en fait surtout décembre) avec tanghiman, telrusa...

59En Tunisie jrîdî, c’est chacun des deux grands ensembles (issu de plant/issu de graine) qui se décompose en catégories précoce et tardif. Mais les catégories de dattes qui spécifient le caractère tardif recoupent la catégorisation par qualité. Commençons par l’ensemble des dattiers non contrôlés ou spontanés (issus de graines). On qualifie les palmiers de cet ensemble nebêt rôhha, c’est-à-dire « poussé [de] lui-même » (à Degache, nebêt (coll.) désigne un végétal), ou hashen (au moins à El-Hamma, Dghoumes). Ces deux expressions se disent d’un palmier issu d’une graine, avant sa production, avant de connaître la qualité des fruits. Ensuite, on les appelle sheken ou khalt ; sheken si les dattes mûrissent tôt et (ou) sont molles, trî ; khalt (khalt ou khalat veut dire « mélangé », c’est-à-dire bâtard si les dattes mûrissent tardivement et (ou) sont dures ou demi-molles et sèches (gêsî) ; ou encore dhokar s’il n’a pas de fruits (le palmier est mâle). Des jardiniers disent qu’on laissait avant davantage croître les plants sauvages. Aujourd’hui, on fait parfois des semis délibérés pour les clôtures (et coupe-vent), pour obtenir des mâles, des sheken ou des khalt qui donnent quelquefois de bonnes dattes. Si le palmier qui a poussé de cette façon donne de bons fruits, on le « baptise » (un nom en rapport avec ses qualités, le lieu ou son « inventeur », sheken Habîb par exemple, si le jardinier se nomme Habîb).

60Ensuite, vient le second ensemble des palmiers socialisés par une sélection, multipliés par rejets : les palmiers dattiers des collections. Nous avons, du fait de cette sélection, des lignées de palmiers au même patrimoine génétique que les botanistes appellent cultivar (dit couramment, mais improprement, variété). Pour les Jéridis, cette unité « cultivar » ne se dit pas, elle n’existe pas, sinon exprimée par le nom même des cultivars. Il n’y a pas des cultivars, mais il y a le degla, le legû, le gres matig, le khwat allig, le kentishî... Ces cultivars se répartissent entre les rotob qui sont des dattes précoces, et généralement molles — rotob ou rtob signifie mou ou doux —, et les dattes tardives et demi-molles, dites tamar moa’khkhar (datte différée). Certains jardiniers les dispersent entre rtob (comme tozor zeyd, tamar abîdh) ou « dattes blanches » (comme kentishî, gasbî, gundî), et tamar ahmar ou « dattes rouges » (comme allig, khwat). On notera que pour cet ensemble, les catégories réfèrent non aux qualités du palmier mais de ses fruits.

Tabl. 6 – Récapitulatif du classement du palmier au Jérid

Tabl. 6 – Récapitulatif du classement du palmier au Jérid

61Le mûrissement de ces fruits s’étale sur une longue période et il n’y a guère que pendant une partie de l’hiver que les palmiers ne portent pas de fruits du tout. Les Jéridis surveillent la croissance des dattes et reconnaissent différents stades de développement du fruit. Les belah sont les dattes immatures, restées vertes et tombées au sol (en Égypte, ce mot désigne les dattes en général et l’on dit nakhîl belah pour les palmiers dattiers) que l’on ramasse pour les animaux au mois de juillet ; ce sont des deglet en-nûr plus quelques autres cultivars, mais leur astringence les rend inconsommables. Beser est le stade suivant de maturation : les dattes sont jaunes ou rouges et prennent leur forme définitive. Il n’y a qu’une variété dont les fruits sont consommables et se mangent à ce stade : les beser halû, dits bisr halû (les beser douces). On ne garde jamais les fruits de ce cultivar jusqu’au stade tamra. La datte mûre est tamra (tamar au pluriel). Les dattes parthénocarpiques, c’est-à-dire les fruits qui ne sont pas issus d’une réelle fécondation (chez le dattier, ils sont rabougris et peu intéressants), se disent sîsh (plur. invariable). Une classification des dattes intervient pendant la récolte, car le phœniciculteur doit effectuer un tri à ce moment : les différentes classes n’ont ni les mêmes prix de vente ni les mêmes circuits de commercialisation. Pour le cultivar khwat allig par exemple, on donne deux classes de tri : semha (belle) et freza (ce mot est utilisé pour les fruits déclassés en général) ; pour le cultivar deglet en-nûr : shamlokh (dattes branchées, les plus chères car elles ont une bonne présentation et offrent aussi une assez bonne garantie qu’elles ne soient pas infestées de la pyrale des dattes, Ectomyelois ceratoniae), beth (vrac, non branchées), jêff (sèches) et maghmâgh (déchets).

62Il nous reste le palmier mâle. Dans les dhokar, certains jardiniers ne trouvent pas plusieurs catégories tandis que d’autres en distinguent deux selon la taille des épillets. Le dhokar peut être parfois multiplié par rejet. Quelquefois, s’il ressemble à un cultivar femelle par des caractères végétatifs (sinon les épillets), pour le degla par exemple, on dira dhokar degla : il peut devenir alors un cultivar mâle sélectionné. D’autres agriculteurs vont plus loin : ils affirment qu’il faut polliniser le palmier avec un palmier de « même variété », par exemple deglet en-nûr avec dhokar degla. Il existerait deux sortes de dhokar : dhokar primeur, badrî (en janvier), et le dhokar tardif, mazuzî (en mars). Pour chaque variété, il existe une variété de dhokar ; ils se ressemblent et la couleur de leurs djerîd est identique. Mais ce n’est pas un avis partagé de tous.

Inflorescences de palmier dattier pollinisées. Avril 1995, Degache (Tunisie). Une fois la spathe de l’inflorescence femelle entrouverte, le jardinier achève de l’ouvrir et introduit lui-même des brins de pollen d’un palmier mâle. L’ensemble est maintenu par un nœud qui se défera seul

Tri des dattes dans le jardin pendant la récolte. Automne 1995, palmeraie de Nefta (Tunisie). Les jardiniers (propriétaires, amis et saisonniers) préparent le tri des dattes dans les caisses en plastique, dattes conditionnées au Jérid

63Il apparaît que les définitions du monde végétal en particulier ne sont guère un savoir reconnu, partagé, et ayant valeur de repère. Les définitions sont floues, plus encore peut-être que ne le laisse voir leur retranscription littéraire ici. Éclaircir le rangement des palmiers par exemple a été un exercice difficile, et je m’y suis pourtant attelé avec l’aide bienveillante et répétée des jardiniers, les premiers concernés par ce type de savoirs. Qu’en déduire ? — que l’agriculture est une activité secondaire dans les oasis et qui ne mérite pas de meilleures définitions ? En terme de population active, ce secteur est pourtant bien le premier employeur. Nul Jéridi sans un pied dans la palmeraie. La question des savoirs se repose avec évidence quand on aborde le travail non plus seulement discursif mais pratique sur ce matériel végétal, les pratiques agraires.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search