Version classiqueVersion mobile

Jardins au désert

 | 
Vincent Battesti

Partie 1. La description de l'oasis, une norme

Des espaces des palmeraies

Texte intégral

1L’étude des spatialités oasiennes porte ici en particulier sur les palmeraies du Jérid (fig. 5) et essentiellement sur les anciennes, c’est-à-dire celles des centres d’habitation de Tozeur, Degache, Nefta et El-Hamma, plusieurs fois millénaires. Je relègue à plus tard, sans les oublier, les palmeraies récentes. Cette mise à l’écart relative tient à ce qu’elles incarnent soit des conceptions récentes de l’agriculture, soit des états transitoires (par processus d’appropriations et d’innovations), même si les palmeraies installées depuis un demi-siècle constituent aujourd’hui 58 % des périmètres irrigués du gouvernorat. Les anciennes oasis couvrent 3 300 ha sur un total de périmètres irrigués au Jérid de 7 819 ha, le reste est donc formé de palmeraies installées sous le protectorat français ou de créations de l’État tunisien (données chiffrées du crda Tozeur, 1996). Les oasis nouvelles sont toutefois moins « visibles », elles ne sont pas visitées par les touristes, elles sont fréquemment placées à l’écart des routes, ne sont pas incorporées aux bourgades comme les anciennes et enfin elles sont rarement revendiquées comme partie de « l’identité jéridie ».

2En se concentrant sur les espaces de cultures, on dégagera une logique d’emboîtement de différents niveaux d’organisations : le terroir oasien, le parcellaire, le jardin avec ses planches de cultures. Les cadres spatiaux et aussi temporels de la pratique oasienne se modifient à chacun de ces niveaux.

Fig. 5 – Carte habituelle de la région du Jérid (palmeraies anciennes et récentes)

La structure du terroir

Un terroir holiste ?

3Selon l’origine de l’eau d’irrigation, parfois les oasis s’étirent jusqu’à former des lignes de terroir en continu, parfois elles sont plutôt des îles dans l’océan minéral. L’imagerie maritime est assez fréquente pour parler du désert. Les oasis seraient des îles ou des ports, le désert, une mer de sable et les dromadaires, des vaisseaux du désert (une métaphore particulièrement marquante pour l’imaginaire européen : en pratique, nombre de touristes sont déçus de ne pas toujours trouver du sable autour des oasis, bien que ces zones sableuses ne représentent qu’un septième du Sahara). Les oasis du Jérid sont ainsi, facilement isolables, abordables. Ce sont des espaces agricoles que l’on peut cerner et qui sont conçus comme clos. C’est en cela qu’elles appellent sans doute des descriptions holistiques, c’est-à-dire des descriptions les prenant comme des totalités. La dualité entre l’oasis et le désert est renforcée par les effets de contrastes : agricole et inculte, le travail et la friche, l’irrigué et le sec, le fécond et le stérile, l’anthropique et la désolation, le domestique et le sauvage... L’intégration homogène de l’oasis est encore facilitée, quand on l’aborde à travers l’eau, par une métaphore morphologique ou « organiciste » facile : la conception en arborescence du réseau amenant l’eau d’irrigation dans la palmeraie (le système afférent) et du réseau emportant les eaux usées de la palmeraie (le système efférent) rappelle les systèmes anatomiques nerveux ou sanguins (fig. 6). Respectivement, il s’agit des canaux d’adduction, l’oued (wêd, plur. widyên) puis les swâgî (pluriel de sêgya, les seguias), qui amènent l’eau des sources à la terre des jardins, et des drains, les khanâdeg (pluriel de khandeg), qui évacuent l’eau usagée de la terre des jardins en dehors de la palmeraie (au Jérid vers le chott el-Jérid ou le chott el-Gharsa). Ces eaux agricoles usées (le nezz) emportent le sel des eaux d’irrigation, mais aussi le sel du sol qui remonte à la faveur des évaporations.

Fig. 6 – Le système « organique » de l’oasis

4Aussi, cette intégration homogène d’un terroir semblerait pertinente. Pourtant, même à s’en tenir à la région du Jérid, les oasis s’animent de fluctuations des espaces, des lieux, et recèlent une diversité des pratiques et des discours. On reconnaît ainsi une étonnante variété de parler l’oasis, beaucoup de termes désignant des espaces diffèrent dans le dialecte arabe local d’un village à l’autre (voir tabl. 2 p. 60). Si ces espaces mouvants sont le produit de la rencontre de facteurs socio-historiques et de conditions écologiques, ces facteurs et conditions n’en sont pas moins d’une homogénéité très incertaine au sein de cette région, et cela est rendu évident avec l’usage des outils de typologie et de zonage. En fait, l’irrespect du caractère holiste de l’espace oasien permet de révéler sa fausse apparence monolithique : l’oasis n’est pas seulement entière, elle est addition infinie de parties et les frontières qui la limitent sont floues.

L’oasis n’est pas seulement entière, elle est addition infinie de parties et les frontières qui la limitent sont floues.

5L’oasis, entité géographique, se subdivise en sous-parties, qui elles-mêmes se partagent encore et qui elles-mêmes... : nous avons comme un jeu de poupées russes. L’ensemble intègre une logique d’emboîtements, de l’oasis à la planche de cultures. L’espace de la palmeraie se structure d’abord suivant l’axe de l’oued (pour les oasis comme Tozeur ou Nefta) et les grandes divisions en quartiers. Le mot jar (coll. inv.) désigne deux choses : le tout et ses premières parties, la palmeraie dans son ensemble et chaque quartier de la palmeraie.

L’usage local (en parler jéridi) du terme jar est réservé aux anciennes palmeraies (pour les récentes, on donnera directement leur nom). On dira par exemple jar Tozeur, ou seulement jar s’il est question de la catégorie spatiale (« win el-ghâba ? fil jar » — « où est le jardin ? dans l’oasis »). Le terme courant de ha (qui correspond au mot français d’origine grecque oasis, et sans doute, comme lui, tire son étymologie de l’égyptien) est plus vague (il est aussi employé à Zagora), tandis que jar concerne, pour les populations jrîdî, le terroir agricole, distinct du bâti. On accole par contre le nom du « quartier » de la palmeraie quand jar est employé pour désigner cette subdivision. On dira par exemple jar abbâs, jar el-wasat, jar el-rebât pour les quartiers de la palmeraie de Tozeur (Abbas est un prénom arabe, el-was(a)t signifie « le milieu », « le centre », rebât désigne une place forte ; à Tozeur, on compte un quatrième quartier composé de El-Hafir, Gernaz, Es-Suanî, Ed-Dejaja) (fig. 7). Le découpage en quartiers superpose la rotation de la distribution d’eau. Les oueds du Jérid ne sont pas les mêmes que les oueds marocains. Ces derniers (Draa, Ziz) sont de véritables cours d’eau, prenant leurs sources dans les montagnes de l’Atlas marocain, tandis que ceux du Jérid ne sont que la collection des eaux des sources artésiennes (°ayûn, pluriel de °aîn) — ou aujourd’hui des forages qui s’y déversent — et n’ont d’existence que sur quelques milliers de mètres avant de n’être plus que les divisions ramifiées des seguias vers les jardins. L’oued de Djanet au tassili n’Ajjer, appelé edjeriu, est un véritable cours d’eau, mais à la condition que les pluies soient suffisantes, c’est-à-dire qu’en fait il ne coule quasiment jamais (cela est vrai pour toute la région sauf exception de la petite oasis des plateaux, Ihérir). En tamahâq de Djanet, l’ighezer est un oued un peu étroit, le taghzit (plur. tighza) est large.

Paysage oasien à Nefta (Tunisie) décembre 1994. La palmeraie est, à cet endroit, relativement ouverte ; les palmiers sont de « variétés communes ». L’alignement des planches de cultures suggère un travail sur le tafsîl profond et récent

Fig. 7 – La palmeraie de Tozeur, réseau des seguias et des drains principaux

Les frontières floues

6L’oasis n’est donc pas monolithique, mais est-elle tout au moins limitée ? En fait, les contours de la palmeraie bougent aussi. C’est même sur ces bordures que la marge de mouvement est la plus aisée : l’extension empiète sur du désert qui est perçu comme n’appartenant à personne, puisque pas mis en valeur. L’usage local (mais officieux) tend à accorder comme la propriété d’un individu la terre prise au désert (hors les terres collectives de parcours des pasteurs), le sol n’a de valeur pour les jardiniers que s’il est potentiellement productif, c’est-à-dire irrigué. Hors l’agriculture, c’est aussi selon cette logique qu’on marque le sol de tas de pierres sur les marges du village. Ce sont les pierres dont on se servira pour monter les murs ; de fait, elles peuvent rester des années ainsi. Au-delà du matériau, ces amas sont surtout les signes intelligibles que ce périmètre a aujourd’hui un propriétaire, qu’il a été approprié. Néanmoins, le sol est aujourd’hui la propriété de l’État tunisien (et a donc un prix), mais c’est une chose que l’on « oublie » facilement, que ce soit pour l’habitat ou les cultures. En outre, ces extensions non autorisées des marges de la palmeraie sont illicites : la superficie du terroir oasien a été gelée par l’État (en dehors des créations de l’État lui-même !) afin que ne se multiplient pas à l’infini les ayants droit aux tours d’eau, une eau dont le débit est fixe (sinon en déclin). Il arrive que la police vienne combler cet oubli et expulse des cultivateurs hors de nouvelles terres qu’ils se sont appropriées sur les bords de la palmeraie « officielle » et qu’elle procède à l’arrachage des rejets de dattiers (à Nefta en 1995, par exemple).

À Djanet en Algérie, la palmeraie est plus réduite, et la structure plus souple et moins fermée : certaines zones sont abandonnées faute d’eau, d’autres s’étendent ou sont créées. Par exemple (25 juillet 1994, à Djanet), des agriculteurs ont agrandi leur grand jardin en annexant un petit morceau de terre (approximativement dix mètres sur vingt) qui le jouxte du côté de l’oued. Ils l’ont préparé en délimitant rapidement l’endroit puis en creusant à la houe un petit fossé (trente centimètres de profondeur) dans lequel ils plantaient dressées des palmes au fur et à mesure. Il ne s’agissait pas pour eux forcément d’accroître la surface cultivée : ce n’était pas directement parce que l’eau était plus abondante cette année (rares précipitations) qu’ils annexaient cette portion de terrain, mais c’était surtout que là, il n’y avait pas d’herbes adventices à défricher.

Le débouché au désert d’un oued de montagne (Atlas). Octobre 1996, Gorges de Todgha (Maroc). Le contraste est ici saisissant entre le milieu oasien et l’aridité du désert environnant

7Les jardins d’oasis sont des propriétés privées clairement affirmées, mais cela n’empêche pas les contours de leur ensemble de pouvoir bouger. Ces extensions agricoles sont appelées au Jérid (tout au moins à Tozeur) mazyûd, ou sênya (plur. swânî, cf. « Le jardin au pluriel »). Elles sont plus aisées à créer sur les limites de la palmeraie et sont le fait soit de propriétaires (mâlek) désirant créer ex nihilo un jardin ou une zone de jardin souvent à vocation productive (on préfère en général repartir de rien plutôt que de rénover l’ancien jardin), soit de métayers (au cinquième, khammêsa, voir pour ce terme « Les jardiniers des oasis et l’organisation du travail » p. 163) pour qui c’est un moyen facile d’accéder au statut de propriétaire. Dans tous les cas, elles se présentent de manière similaire : souvent équipées d’un puits dit bîr (elles n’ont normalement pas droit à une main d’eau), ces parcelles sont conçues différemment de celles situées au cœur des vieilles palmeraies. À travers des jardins neufs qui ne proviennent pas des circuits du patrimoine, qui ne sont pas chargés de l’histoire du Jérid, l’objectif des cultivateurs est clairement la rente phœnicicole. Les parcelles sont organisées comme le sont celles de type colonial ou, après l’Indépendance, constituées par l’État. Ces mâlek s’approprient un type d’agencement de l’exploitation perçu comme rationnel et moderne : les palmiers sont alignés, leur densité de plantation est faible (100 à 150 pieds/ha) et la proportion du cultivar deglet en-nûr, roi sur le marché de la datte d’exportation, est élevée. De plus, étant récents, ces jardins affichent une formation végétale ouverte et ne comptent pas (encore ?) les trois étages caractéristiques. Sans avoir l’ampleur du phénomène régional du Nefzaoua (Brochier-Puig, 2000), ces extensions au Jérid, bien que sur les marges de la palmeraie, n’en sont pas moins importantes (ou si on veut, peu marginales en nombre). Selon les données officielles du service Statistique du crda de Tozeur (en mai 1996), le Jérid compte un total de 7 750 ha de périmètres irrigués en palmiers dattiers, dont 3 303 ha en oasis anciennes et chaque oasis comporte des extentions inégales (tabl. 1).

Tabl. 1 – Proportion des extensions dans les vieilles palmeraies du Jérid

Palmeraie

Superficie totale

Superficie en extension

% en extension

Nefta

852 ha

45 ha

5,3 %

Degache

895 ha

87 ha

9,7 %

Tozeur

973 ha

171 ha

17,6 %

(Superficies totales tirées de : CONFORTI, BEN MAHMOUD, TONNEAU, s. d. [1995])

8Ces extensions de l’oasis peuvent s’affirmer délibérément comme tendant vers un seul dessein : le profit (sans pour autant le garantir). Ces mazyûd s’affranchissent du regard que le jardinier jéridi porte habituellement sur le terroir oasien. Cette coupure radicale à la référence du jar explique en partie le fait que l’on préfère presque toujours fonder une parcelle ex nihilo plutôt que de rénover une ancienne tenue par héritage et par l’histoire.

Le temps inaccessible

9L’Histoire, construite et reconstruite, s’exprime peut-être à travers le lignage. Des lignages, sans doute autrefois plus significatifs, sont aujourd’hui sans expression forte chez les sédentaires du Jérid. G. Bédoucha (1987), à propos d’oasis du Nefzaoua, pense que la dissolution du lignage a amené la destruction du système de distribution ancien de l’eau. Un peu à l’identique, Mondher Kilani (1992) voit le langage du lignage s’inscrire directement dans l’espace cultivé de l’oasis à El-Ksar (près de Gafsa, un peu plus au nord) puisque ce lignage présidait au fonctionnement du système hydraulique. On pourrait présumer que cela a pu être vrai au Jérid, mais il m’est difficile d’abonder dans ce sens ou non. Les discours locaux (des sédentaires jrîdî) réfutent même quelquefois l’existence actuelle des lignages, les °arûsh (pluriel de °arsh).

Cela se vérifie pour les populations locales de vieille sédentarité. Pour les bédouines ou plutôt d’origine bédouine, le lignage °arsh reste une institution structurant encore la collectivité (on se réfère davantage à la qabîla). Une des démonstrations de cette prégnance chez les anciens nomades a été établie par Nicolas Puig calculant par exemple que le mariage arabe préférentiel (avec la fille de l’oncle paternel) et le mariage entre cousins en général sont deux fois plus nombreux que chez les Jéridis (sédentaires de vieille souche) : 37,8 % contre 17,4 % des mariages totaux entre l’Indépendance et 1997. (Puig, 1998).

10Si le terme °arsh est usité parfois, ce serait plutôt dans un sens restrictif de « famille » et on le ferait correspondre à °â’ila (plur. °a’ilt, la famille élémentaire). Ce qui est visible aujourd’hui l’est au niveau du bâti, du village (en fait aujourd’hui des bourgades, voire des villes). Dans Tozeur, Nefta ou Degache, à chaque quartier d’habitations correspond un lignage, ou correspondait puisque cette homogénéité par quartier se perdrait de nos jours. À Degache, malgré la tenue d’un discours niant souvent l’°arsh en général, chacun des quartiers se rattache à un des quatre fondateurs éponymes de l’oasis (on pourrait arguer que cette négation est contradictoire avec les récits de fondation, (voir « Les histoires larges des oasis » p. 79), et chacun se dit de tel ou tel lignage. Nier leur existence se constitue peut-être comme une façon de nier leur efficacité à ce jour, c’est également un discours compatible avec l’édification d’une nation moderne, image officielle présentée par la Tunisie. Ces partitions des lignages se reflètent plus ou moins dans le jar aujourd’hui. L’espace oasien demeure structuré par l’histoire que les lignages y ont inscrite, mais la relative autonomisation actuelle des individus vis-à-vis de leur groupe agnatique suffit sans doute pour que les regroupements par lignages soient introuvables dans la palmeraie proprement dite.

11En revanche, à certaines oasis récentes correspond un peuplement spécifique de groupes agnatiques. Cet investissement résulte d’une politique d’État dans le cadre des programmes de sédentarisation des pasteurs-éleveurs.

Par exemple à Dghoumes, ce sont les Awlâd Yahya et à l’autre extrémité du Jérid, à l’ouest, les Ghrib à Hazoua, ou encore des Awlâd Sîdî Abîd (principalement des Rkerka) à Chekmou. Dans la palmeraie de Nefleyet, elle aussi récente (fin des années cinquante), à mi-chemin entre les centres de Tozeur et El-Hamma, est connue une zone dite « shig shebbiya », c’est-à-dire « partie [côté] des Shebbya » (les Shebbya sont un groupe nomade occupant tardivement le nord de Tozeur). L’autre partie de la palmeraie est dite shig al-blêd, c’est-à-dire la partie des habitants du [centre-] ville. Le terme de « shig » peut couvrir un sens politique signifiant ligue, fraction ou partie. (Battesti et Puig, 1999)
La démonstration la plus probante de la marque du lignage dans le terroir oasien, je l’ai trouvée à Djanet en Algérie : les Touareg Kel Ajjer de Djanet ne savent pas très bien si les jardins ont toujours existé ou non, toutefois ils pensent que ces terres étaient cultivées avant que les différents villages (aujourd’hui des quartiers de Djanet) n’apparaissent. De ces ancêtres planteurs de palmiers, il y aurait en fait deux tribus fondatrices de l’oasis (villages et palmeraie) de Djanet, les Kel Aminder (habitant le quartier d’Azélouaze) et les Kel Taghofit (habitant le village d’El-Mihane) selon mes informateurs qui appartenaient à une de ces deux tribus (les Kel Aminder), et ils semblaient fiers de faire partie de ces pionniers. Le bâti est pensé comme des territoires tribaux distincts. On affirme que les serrures ne servent qu’à éviter les intrusions des animaux dans les maisons : puisque tout le monde se connaît, on ne craint pas les voleurs. Aujourd’hui encore, il est bien rare qu’un étranger au village (donc à la tribu) ose s’y aventurer non accompagné, même s’il vient du village voisin.
Cette séparation des deux tribus est réelle et persiste. Ainsi, elle l’est au niveau géographique entre les deux villages, mais aussi pour les jardins : il y a une zone de jardins Kel Aminder (au nord de la palmeraie) et une zone des jardins Kel Taghofit (au sud de la palmeraie), deux zones dont la frontière se matérialise par un chemin. Cette démarcation divisant l’espace des terres cultivées traverse la zone inculte du centre de l’oued sec et, chose importante, c’est à cet emplacement précis qu’a lieu la fête de la Sebiba (premier mois inaugurant l’année du calendrier targi de douze mois lunaires ; c’est aussi la grande fête qui a lieu dix jours après le début du mois et qui célèbre Musa, Moïse dans le Coran, fuyant Pharaon). Pendant la fête, les participants assis respectent cette ligne fictive et demeurent séparés de part et d’autre des zones de jardins, les danseurs tournent autour de l’assistance. Cette représentation réifie la séparation des lignages et souligne l’importance des jardins dans la vision globale de l’oasis (la palmeraie peut se dire tisdayen, un pluriel de palmier dattier, tasdet). La sédentarité à Djanet implique avant tout le désir de posséder un jardin, quitte à ne loger que dans celui-ci, c’est-à-dire dans les zéribas (habitations de semi-sédentaires construites en chaumes de graminées : ekadiuan quand elles sont petites et tekabart quand elles sont de grandes dimensions).

L’oasis dans son ensemble et ses quartiers changent dans un temps long et leurs contours sont modifiées par de lentes fluctuations.

12L’oasis dans son ensemble et ses premières subdivisions (les jar au Jérid) sont les niveaux d’emboîtement les plus englobants. Ces niveaux larges sont donnés, c’est-à-dire que la mémoire ne se souvient pas que cet univers ait pu changer, autrement dit que l’homme puisse agir sur ces niveaux (et la naissance des oasis est évoquée comme une apparition soudaine). Ces niveaux larges s’inscrivent dans un cycle long de mouvements, la fluctuation est possible, mais apparemment sur des siècles (ou tout au moins, c’est ainsi que cela est perceptible). C’est à cette échelle la rencontre d’une histoire mythique, celle de la création, et d’un espace dont les contours connaissent un rythme lent de fluctuations : à l’imprécision des temps correspond l’indétermination des contours.

Le parcellaire

13Alors que l’oasis représente une unité géographique nette et distincte, séparée au Jérid d’une autre oasis par le désert ou la steppe, le foncier intérieur des anciennes palmeraies forme plutôt un puzzle. Le jardin d’oasis — el-ghâba — est une unité de propriété délimitée physiquement. Exception faite de quelques rares « terres blanches » (ard beyda), c’est-à-dire sans cultures, l’espace de l’oasis est un ensemble contigu de jardins. Les jardins se touchent, les formes irrégulières de leur contour sont des frontières (hudd, plur. hodûd) avec le jardin du voisin ou un chemin d’accès. Ces limites de jardins sont matérialisées généralement au Jérid par une haie de palmes ou une butée de terre ou encore un drain (voir tabl. 2). Ces haies de palmes sont la norme à Djanet. À Zagora au Maroc, les jardins ont la particularité d’être cernés d’un mur (het) d’au moins deux rangées de grosses briques de terre crue (mêlée à de la paille) qui rappellent les proportions des pierres de taille romaines (environ deux mètres de long pour un en hauteur). Dans une telle structure du terroir oasien, les chemins ramifiés souvent étroits sont les liens entre les jardins ; ils représentent un espace longiligne public (voir « Parcours, représentations dans la palmeraie » p. 281). À Zagora, ils possèdent un nom spécifique : trek.

Pont de palme et borne d’irrigation. Novembre 1995, Tozeur (Tunisie). L’entrée de jardin est bordée d’un drain, que longe un réseau de distribution d’eau récent souterrain

« Ruelle » de la palmeraie. Septembre 1996, Zagora (Maroc). La plupart des jardins de cette région sont enclos d’un mur imposant (het) dont les tracés dessinent de véritables ruelles

14Cette constitution en puzzle où les petites pièces (superficie moyenne des parcelles en ancienne palmeraie de 0,7 ha) s’insèrent étroitement l’une dans l’autre s’explique, en partie, par les contraintes écologiques qui poussent à la culture intensive à l’échelle de l’oasis. Il est connu que cette structuration dense induit un microclimat favorable aux cultures (réduction du vent, ombrage, diminution de l’évapotranspiration...). Cet effet très local qui tempère la sévérité désertique est ce que l’on appelle d’ordinaire « l’effet oasis ». Une telle structuration de l’espace des palmeraies permet également d’optimiser l’usage de l’eau, ressource rare. Quand l’eau est acheminée d’une source ou d’un oued vers les jardins, son parcours est diminué et ombragé, réduisant infiltration et évaporation.

Un puzzle qui bouge

Le parcellaire oasien connaît un double mouvement contradictoire : indivision et morcellement.

15La structure agrégée du parcellaire n’implique pas toutefois une absence de mouvement. Malgré la rigidité apparente de cette imbrication de jardins, le parcellaire se recompose, se modifie au gré des morts et des naissances des membres de la communauté oasienne, des stratégies et des revers de fortune des uns et des autres. À travers les générations, existe une mobilité des propriétés. Nous assistons au cours de ces années, semble-t-il, à la fin d’une gestion de l’oasis par le lignage et du patrimoine par la famille élargie. Il est difficile de s’avancer sur ce qu’était la gestion des terres autrefois au-delà de la « tradition idéale », mais aujourd’hui s’identifie un double mouvement : l’indivision et le morcellement (au Jérid, cette « tradition idéale » est une gestion de l’héritage dans la palmeraie par le fils aîné, tandis que la situation « idéale » à Djanet voudrait que les jardins appartiennent uniquement aux femmes, trait matriarcal des sociétés touaregs, mais de fait, cela est loin d’être systématique).

16L’indivision résulte soit d’un non-accord sur la répartition de l’héritage, soit d’une volonté des enfants de respecter l’intégrité du patrimoine légué par le père (cas le plus dynamique). Si un accord sur la gestion du patrimoine n’intervient pas entre héritiers, au mieux seul un minimum d’investissement est pratiqué, sinon le défaut d’entretien déprécie à terme la valeur du jardin et sa productivité. Le morcellement, en revanche, décompose le jardin en autant d’unités que d’héritiers, y diminuant la rentabilité et la possibilité d’investissement.

17On mentionne que, « autrefois » (bikrî), se manifestait une réticence à la vente d’une terre héritée. Ce n’est globalement pas le cas aujourd’hui. Dans l’oasis, il n’existe pas d’unité minimale de transaction. L’anecdote du palmier appartenant à plusieurs personnes se retrouve dans beaucoup d’oasis sahariennes. Les biens indivisibles ont pris fin avec la dissolution des habûs (habous ou terre de mainmorte) par la loi du 18 juillet 1957 en Tunisie. Ces biens habûs « prévoient que les biens d’une famille seraient dévolus à une fondation pieuse en cas d’extinction de la descendance mâle » (Bédoucha, 1987 : 87) lorsqu’ils sont du type dit alhî. On distingue trois types de biens habous : alhî, le bien reste dans la famille jusqu’à extinction puis revient alors à une fondation pieuse ; khayrî, il est attribué à une œuvre de bienfaisance ; et zâwiya, il est dévolu à l’entretien d’une zâwiya (fondation religieuse). Les terres habûs sont frappées d’une rétention perpétuelle contre toute éventuelle aliénation dès leur constitution par un écrit notarié. Dans les oasis du Jérid, leur dissolution par l’État a été à l’origine d’un mouvement foncier facilitant l’entrée de nouveaux propriétaires dont des khammêsa (cas par exemple de l’exploitation de « Abdel Majid » à El-Hamma, cf. Partie II) et certains éleveurs de souche nomade. Dans les oasis marocaines, par exemple à Zagora, ces terres continuent d’être gérées par l’administration des habous du ministère des Affaires islamiques (qui, comme pour les palmeraies d’État en Tunisie, vend la production en lots sur pieds).

Fig. 8 – Exemple du jardin Sânyat Rahîl à Nefta

18Le remaniement constant du parcellaire tient également à la disparité des vues sur l’oasis des propriétaires eux-mêmes, qui implique une diversité des stratégies. Certaines stratégies foncières tendent à la reconstitution de grandes parcelles, telles qu’on les présentait autrefois, d’un seul tenant. Ainsi, on divise, on rachète des parts, on revend, on cède, on échange : la structure foncière se présente comme un puzzle mouvant au sein de l’oasis. Le parcellaire peut paraître a priori statique (il a découragé plusieurs partisans du remembrement), mais un minimum de perspective diachronique nous rend les formes floues, bougées. Le schéma (fig. 8 : la forme du jardin est schématisée au lieu des contours tourmentés caractéristiques en oasis ancienne) et le commentaire correspondant illustrent un exemple de ces mouvements.

L’ensemble de ce jardin a appartenu à un juif du nom de Rahîl, il y a quatre-vingts ans, dit-on (d’où le nom de Sânyat Rahîl que porte la parcelle). Rahîl l’aurait vendu en son entier au grand-père d’un des propriétaires actuels qui y possède aujourd’hui 0,7 ha et qu’il travaille lui-même (a). Deux khammêsa (métayers au cinquième) exploitent le reste du jardin, l’un pour le compte d’un propriétaire (b) et l’autre sur une surface sensiblement identique, mais propriété de cinq personnes distinctes (c).
(Cet exemple a été recueilli à l’automne 1995 à Nefta par Nicolas Puig et est tiré de l’article auquel ce chapitre fait implicitement référence : Battesti et Puig, 1999.) Un autre aperçu de trajet de jardin est donné en détail chez Y Jusserand (1994).

Le jardin au pluriel

19Le terme « jardin », dans son acception générique, recouvre un ensemble hétérogène. Les pièces de puzzle s’assemblent, mais ne se ressemblent pas toujours. Cette hétérogénéité est soulignée par le vocabulaire local.

Les différents noms du jardin au Jérid renvoient à des conceptions variées de l’agriculture et du jardinage.

Jardin ou jarden, dérivé du français « jardin », est parfois employé, mais désigne alors le jardin potager devant ou dans la maison (hûsh), c’est-à-dire dans la cour. Quelques légumes courants y sont cultivés en petites quantités pour les besoins de la cuisine familiale (menthe, blette, persil...). Au Jérid, le mot en arabe classique « jenna » et sa forme diminutive « jnîna » ne sont pas en usage, tandis qu’ils le sont dans d’autres régions d’oasis au Sahara ou même à Tunis. Ce terme se retrouve par exemple au Maroc dans les vallées du Draa (Zagora) et du Ziz (Er-Rissani) : jnan (au pluriel, jnanat) y désigne de façon générique le jardin de la palmeraie. Au sens propre, jenna désigne le paradis et par extension un jardin de fleurs ou un jardin public.
Le terme générique de jardin de palmeraie se traduit au Jérid par « ghâba » (plur. ghâbat ou ghîb). Quoi qu’en disent un certain nombre d’auteurs, ce mot qui se comprend hors de cette région toujours dans le sens de « forêt » désigne localement et dans le jar toujours le jardin. Il est utile d’insister sur cette nuance tant on peut lire que « dans les représentations locales, l’oasis est considérée comme une forêt de palmiers. Ghabba : forêt ». En effet, même à Zagora, si l’on parle à des agriculteurs de ghâba, cela ne leur évoquera que la forêt (d’eucalyptus par exemple). Dans l’oasis jrîdî, par « ghâba » c’est invariablement le jardin que l’on désigne (et non « une forêt de palmiers ») : « nemshi-l-ghâba », je vais au jardin ; « yikhdem fil-ghâba », il travaille au jardin. Au tassili n’Ajjer, le dialecte local targui ne réserve qu’un terme semble-t-il pour parler du jardin : afaghadj, et son pluriel ifaradjan.
Au Jérid toujours, dans la palmeraie, un petit jardin se dit drîjât, c’est-à-dire jardin de la dimension de quelques darja (planches d’irrigation, cf. infra « La structure des jardins »). On trouve jusqu’au XIXe siècle dans les actes notariés la mention de jidar, qui désignait dans le parler local un petit mur en terre servant à retenir l’eau. Ce terme correspondait alors à la propriété totale d’une parcelle dans la palmeraie (terre, palmier et eau) (Hénia, 1980). « Bustân » (parfois prononcé bestên, plur. besâtin) est le beau jardin, de petite taille, qui a eu beaucoup d’eau (donc luxuriant). Ce terme est peu utilisé comme nom commun, mais comme composant d’un nom de jardin. On le retrouve aussi dans al-basâtîn (un pluriel de bustân), toponyme d’une partie de Nefta.
Sênya (ou sânya, plur. swânî), comme bustân, est plus souvent fixé dans un toponyme (cf. supra « Sanyat Rahîl ») qu’utilisé comme substantif. Le champ sémantique de sênya diffère cependant de bustên. En arabe standard, le terme sânya correspond plutôt à « champ » en français. Il désigne au Jérid le jardin en extension, aux palmiers jeunes et situé en bord de palmeraie. L’emploi de sênya permet peut-être de se démarquer du caractère vieilli et moins performant du ghâba. Le nom précédent (Sanyat Rahîl) désigne pourtant un vieux jardin : soit qu’il était jeune au moment de la fixation du toponyme, soit que le sens du terme ait changé. Les extensions dénotent un esprit d’entreprise comparable aux stratégies des agriculteurs du Nefzaoua (la seconde grande région dattière de Tunisie) qui ont développé pour plus de 4 000 ha des périmètres en extensions illicites. (De nombreux éléments peuvent venir expliquer ce phénomène au Nefzaoua, un des plus prosaïques étant que le forage est abordable techniquement aux personnes privées, car la nappe du Complexe terminal (une nappe relativement profonde) dans la région est beaucoup plus proche de la surface qu’au Jérid.)
Un autre mot du vocabulaire local dérive du français : nûmro (auquel s’est fixé un pluriel depuis son adoption : nwâmâr). Ce sont les jardins des palmeraies nouvelles organisées en lots numérotés (d’où le nom) et plus grands que les swânî. Conçus par les autorités coloniales ou les colons eux-mêmes (palmeraies de Castilia, Nefleyet), puis par l’État tunisien indépendant, les lots ont été alloués sur la période récente aux anciens combattants (ou assimilés, liés au parti unique destourien) (palmeraie d’Ibn Chabbat) et à d’anciens nomades dans le cadre des programmes de sédentarisation (palmeraies de Chemsa, Hazoua, Dghoumes). Le terme « nûmro » éclaire lui-même sur la destination de ces jardins. Ils sont voués, par la structure parfaite de leur alignement, à une production en masse, aux hauts rendements (espérés). Toutefois, les jardins « nwâmâr » d’anciens nomades ont une vocation paysanne plus marquée ; leurs processus de socialisation, différents des anciennes palmeraies oasiennes, ne sont pas non plus ceux des nwâmâr, « sans âme » est-on tenté d’écrire. À Dghoumes, les villageois vont se laver dans les « regâra » (sans doute de « regard » en français) des canalisations d’adduction d’eau de la palmeraie, ce qui ne se conçoit pas à Castilia, Ibn Chabbat ou Nefleyet.

20La palmeraie se compose comme un puzzle de milliers de jardins. Par le biais des transactions foncières individuelles, les cultivateurs ont collectivement une emprise sur la palmeraie, lui donnent son visage et des noms pour la décrire. Les différentes dénominations du jardin renvoient à des champs sémantiques divers et souvent à des conceptions variées de l’agriculture et du jardinage. Mais cette action pratique se limite au niveau du parcellaire. À ce niveau d’organisation de l’oasis, de maîtrise de la terre correspond le temps moyen des décennies, des générations : c’est le pas (l’unité) de mouvement à ce niveau d’observation.

La structure des jardins

21Les milliers de jardins des palmeraies sont autant de propriétés privées. La propriété est la règle ; seuls les chemins des palmeraies peuvent prétendre être du domaine public. Contrairement aux terres collectives de parcours des tribus de pasteurs dans les steppes avoisinantes, la propriété privée s’applique strictement à la terre comme à ce qui pousse dessus dans les palmeraies d’oasis. Aujourd’hui, terre et eau sont indissociables (ce qui ne l’était pas il y a quelques décennies), de même que terre et palmiers, mais cela est plus théorique (il existe des cas, comme à El-Hamma, où trois palmiers dans un coin du jardin n’appartiennent pas au jardinier bien que la terre à cet endroit soit sa propriété). À un jardin correspondent un ou plusieurs propriétaires (en cas d’indivision, par exemple) et chaque propriété peut posséder sa propre logique d’exploitation, sa propre stratégie donc. Mais celle-ci n’est jamais tout à fait indépendante de celle du voisin compte tenu de l’environnement socioécologique local.

22Les logiques d’exploitations et l’organisation des parcelles intègrent les contraintes sociales et écologiques assez fortes dans les zones arides. L’association des cultures basses et des cultures fruitières permet d’assurer l’ombrage contre le fort ensoleillement ; l’ombrage et l’humidité constante (oueds, irrigation par immersion, densité du couvert végétal) permettent de pallier les trop fortes chaleurs ; le vent et en particulier le shehîlî (sirocco) est amenuisé par les coupe-vent de palmiers de variétés dites communes ou de ligneux comme les filaos (Casuarina equisetifolia, ou safsâf au Jérid) ou les eucalyptus (Eucalyptus globulus ou kalatûs au Jérid), et de manière générale par la densité du couvert en palmeraie ; le système d’irrigation supplée à l’aridité et l’irrigation par inondation à la faible hygrométrie ; la salinité des sols et des eaux se résorbe par le système déférent de drains (khanâdeg) et afférent des seguias et les irrigations d’hiver, ainsi que par l’ombrage du sol par les végétaux (le sel remonte ainsi moins par capillarité). Si ces contraintes pèsent sur l’agriculture, on s’en affranchit cependant toujours partiellement : il existe toujours une marge de manœuvre, sociale, sur l’espace, le temps, le travail, les techniques. Les différences entre jardins et également entre oasis en sont la preuve. Quant à savoir s’il y a un fondement écologique des pratiques sociales ou un fondement social des pratiques écologiques (BARRAU, 1982), il semble bien difficile, ici comme ailleurs, de trancher.

23Avant tout, le jardin est une entité définie, isolée par les oasiens. Dans la perception de leur environnement géographique naturel, el-ghâba a une réalité profonde pour les gens vivant de la palmeraie. Comme on le verra par la suite, un niveau pertinent d’enquête a semblé être le jardin, bien qu’il ne soit ni l’unité essentielle de décision stratégique, ni l’unité minimale de transaction (tout peut être divisé pour la vente ou en parts d’héritage, hossa), ni même de production (un propriétaire ou un khammês agissant sur plusieurs parcelles peut répartir sa stratégie de production). De même, comme le jardin fonctionne en cultures associées (polyculture intensive), une partie du jardin peut être réservée à une culture (on va dire au Jérid par exemple shig felfel, « partie piment »). En fait, il n’existe pas d’unité minimale de production spécifique (stricto sensu) puisque plusieurs cultures peuvent coexister dans le plus petit sous-ensemble (hôdh ou meskba). On peut trouver dans une même hôdh, observée à Nefleyet (mais le cas est ordinaire), piment surtout, mais aussi salade, fève et blette poussant mélangés.

L’organisation interne générale

24Dans la région du Jérid, la répartition des palmiers dattiers à l’intérieur du jardin est homogène. Dans les palmeraies de Gabès (littoral tunisien oriental) au contraire, les palmiers ont plus une vocation de coupe-vent que de production (mauvaise fructification due au climat maritime) et sont disposés en haie autour de grandes planches de cultures. La disposition homogène au Jérid explique pour une part la forte densité des pieds. Ce rapport atteint parfois 400 palmiers par hectare dans les vieilles oasis, les pieds étant disposés alors en désordre, contre 100 à l’hectare et des palmiers en ordre aligné dans les nouvelles plantations. La structuration verticale classique des palmeraies oasiennes en trois strates est connue et elle confère à ce type d’exploitation la qualification de « jardin-verger ». Sous les palmiers (la première strate), poussent les arbres fruitiers (la seconde strate), et le dernier étage, à l’ombre, se compose des cultures maraîchères et fourragères. Il arrive que certains jardins de vieilles oasis, à défaut d’entretien, se referment sur eux-mêmes et aient des zones complètement arbustives, une fermeture condamnant l’exploitation de planches sous-jacentes. Les cultures basses sont contenues dans les planches de cultures. Ces planches répondent d’une logique géométrique d’imbrication et d’emboîtement de quadrilatères. Cela est la structuration classique de la norme oasienne.

La structuration classique des jardins est la superposition verticale et l’emboîtement horizontal.

25Dans l’aménagement des jardins d’oasis, deux pôles (catégories idéelles soumises à la critique un peu plus loin) semblent s’opposer : le « moderne » (palmiers alignés, espacés, parcelle rangée, productiviste) et le « classique » (ou « traditionnel », sans ordre apparent, dense, riche biodiversité). À l’exception d’une rénovation totale (rare) ou de légères tendances par contraintes (comme le démariage des palmiers décidé par l’Administration), il y a peu d’itinéraires de jardins allant du « classique » vers le « moderne ».

Le démariage, takhfîf, se pratique pour les arbres comme pour les légumes (de khafîf ou khfaîf, léger). Ce démariage des palmiers, organisé par l’administration, imposait aux agriculteurs la coupe de dattiers afin de diminuer la densité. Elle a eu lieu à Degache par exemple, dans les années 1962-1965, « pour faire entrer le soleil au sol, pour qu’il prenne le soleil » (l’organisateur de ces travaux à Degache, le 27 février 1996). Voir le sens de « soleil » dans « Du travail horizontal... » p. 135.

26L’inverse plutôt se produirait, lorsque des cultivateurs se réapproprient leur parcelle (on peut parler de détournement de projets étatiques) en rajoutant des palmiers surnuméraires au « cent pieds à l’hectare » de leur jardin d’oasis récente, détruisant la « belle architecture » (mais en respectant une autre).

Fig. 9 – Plan d’un jardin immergé au sein d’une palmeraie ancienne (Sadik à El-Hamma)

27En général, le jardin se structure selon deux plans, vertical et horizontal. Sur le plan vertical, l’organisation en trois strates a été objet d’incompréhension pour certains Européens habitués à distinguer l’ager du sylva (en latin, ager correspond aux espaces cultivés, labourés, semés et récoltés en masse et sylva aux espaces arborés ; hortus correspond aux espaces jardinés). D’ailleurs, ne conseille-t-on pas en jardinage français que, « aussi souvent qu’il sera possible, il y aura avantage à cultiver séparément légumes et fruits [arbres fruitiers], car les arbres fruitiers par leur ombrage et leurs racines, gênent les légumes, et d’autre part, les légumes nuisent aux arbres fruitiers en puisant dans le sol une quantité importante de matières nutritives » ? (Truffaut et Hampe, 1957 : 176). Évidemment les conditions écologiques sont différentes en oasis. Pourtant certains agronomes, aux « avis plus autorisés », reprennent globalement ce constat : « il est hors de doute qu’en palmeraie la coexistence des trois strates principales de végétation est un non-sens technique [...]. En effet, les besoins et les rythmes des irrigations sont différents selon les plantes associées. Les travaux du sol pour les cultures herbacées, comme les labours, déterminent des blessures sur les racines des arbres fruitiers. Le traitement sanitaire éventuel sur arbres fruitiers provoque parfois des accidents sur les cultures sous-jacentes. L’association végétale trop dense nuit à une bonne production (ombre, photosynthèse diminuée, étiolement, concurrence...). » (Toutain, 1979 : 186). En d’autres termes, à chaque culture sa terre. Cette organisation de la palmeraie a été au contraire pour d’autres objet d’enthousiasme considérant l’hortus oasien comme un modèle d’adaptation écologique qui « maximise » la production. Aucune étude multifactorielle ne permettant de comparer les différents systèmes, nous resterons prudents. A priori, rien ne permet d’affirmer qu’il s’agit de la meilleure ou de la pire manière de valoriser le litre d’eau d’irrigation, ni que l’ombrage des strates arborées est ou n’est pas préjudiciable aux cultures basses. Le système oasien est très complexe. Il est difficile, en fait impossible, de manipuler en même temps tous les facteurs qui interviennent dans cet écosystème, cet ethnoécosystème si l’on y intègre l’homme (Pujol, 1975). Certaines palmeraies du Jérid et du Sahara en général ne répondent pas au schéma des trois strates, la deuxième ou la troisième strate n’existant pas. C’est plus particulièrement le cas de créations récentes dont les objectifs de production sont différents de ceux des palmeraies plus anciennes.

28Horizontalement, deux zones se distinguent dans le jardin jéridi : celle de la production agricole et celle de la dukkana (Nefta), torbi°a (El-Hamma) ou nuwâla (Tozeur), l’espace non cultivé où se trouve la cabane. Cet abri est grîsha quand il est un parallélépipède ou °arish quand il était autrefois un coin (forme de tente). Une fois passée la porte (bêb) marquant l’entrée du jardin (medkhel), l’allée principale (er-riba ou er-riba el-asâsiya) y conduit directement. Les braises du feu y sont toujours actives. La cabane contient des outils de jardinage et parfois un lit qui permet la présence du jardinier pendant les siestes et la nuit lors des irrigations. Dans quelques jardins existe un abri en dur, appelé beyt, c’est-à-dire « chambre », terme utilisé pour la maison d’habitation en général. Un autre abri se rencontre parfois pour les animaux d’élevage. Cet abri se dit kûrî du mot « écurie » en français bien qu’il corresponde fonctionnellement à l’étable ou la bergerie. Toutefois, les animaux qui ne sont pas dans les pâturages (des bergers sârah de la ville emmènent les troupeaux pour la journée) sont plus fréquemment proches de la maison, c’est-à-dire au village ou dans le quartier (élevage urbain).

29La zone de production agricole occupe la plus grande surface. Elle s’ordonne avec précision quand le non-initié ne verrait que confusion. Les agencements des planches de cultures sont compliqués et varient entre palmeraies et également entre agriculteurs (voir les plans de jardins dans « Les états des jardins » p. 189).

Les planches de cultures

30Le système de disposition des cultures en planches d’irrigation est très commun aux oasis sahariennes. Dans les jardins, la surface que l’on cultive et que l’on irrigue est délimitée en planches. L’unique technique d’irrigation est l’épandage de l’eau, l’inondation, à partir de l’eau d’un puits (motorisé ou non) ou d’une eau passante. Cette disposition en planches est un caractère marquant de l’agriculture en oasis. Le dessin 10 a été effectué par une fillette de 9 ans (Yamina, aidée de deux amies du même âge, le 30 juillet 1994 à Djanet).

31Sur ce dessin, on reconnaît un garçon (qui porte une grappe et un panier plein de raisins) et une fille, des fleurs (qui n’existent pas beaucoup en réalité dans les jardins de cette oasis), une voiture, le soleil, des pommiers et autres arbres fruitiers, et en haut à droite un palmier. Initialement, j’avais demandé à cette enfant de me dessiner un jardin : le jardin est ce quadrillage qui occupe toute la place et qui a été tracé en premier lieu, avant tous ces détails. C’est l’élément récurrent d’autres dessins que j’ai demandés. C’est parfois même le seul élément dessiné. C’est le maillage en planches de cultures de l’espace du jardin qui est le caractère fort et représentatif. En réalité, il n’est pas si régulier bien sûr, mais on perçoit là idéalement ce qu’il devrait être. Le « réalisme intellectuel » de ce dessin fait émerger à travers même son exécution par un enfant sa structure cachée mais constitutive.

Fig. 10 – Dessin d’un jardin par une enfant (Djanet)

L’organisation interne des jardins classiques. Mars 1995, Nefta (Tunisie). En palmeraie ancienne, la très forte concentration des cultures et leur diversité dans les jardins exigent un art minutieux de l’assemblage des planches

Le tafsîl est l’art de dessiner au sol ses planches de cultures.

32Au Jérid, l’opération du tracé des planches au sol est appelée tafsîl, substantif du verbe fassala, « détailler ». Ce travail fonde le dessin et celui-ci est restauré pour ainsi dire chaque jour pendant les travaux du jardin : avec le pied pour raffermir les bords des planches et des seguias, en arrachant les mauvaises herbes dans les rigoles (surtout au printemps), pendant l’irrigation avec l’ouverture et fermeture des portes des planches. Les ensembles de planches sont séparés le plus souvent par des allées, dites riba ou plus spécifiquement memsha au Jérid, hashia (plur. hashiet) à Zagora (Maroc), par lesquelles le jardinier se déplace. Dans ces formes du tafsîl, vient s’imbriquer le réseau d’irrigation qui lui est intimement lié. Il convient au moins d’apporter l’eau aux palmiers dattiers et le cas échéant aux cultures basses. Il en résulte un dessin complexe au sol de swâgî (pluriel de sêgya) et de planches. Sêgya et swâgî sont les termes en usage au Jérid, mais également à Zagora (Maroc) où s’utilisent aussi leurs équivalents en berbère, targa pour le réseau entre les jardins, imself (plur. imsaalf) à l’intérieur du jardin. En tamahâq de Djanet (Algérie), la seguia se dit atindjer. Le système de division de la surface cultivée en planches et celui des canaux d’irrigation rendent possible une irrigation différentielle de la terre du jardin selon la présence ou non de cultures et selon le type de cultures. Par exemple, un jardinier à Nefleyet qui estime que le volume d’eau (c’est-à-dire le temps) qui lui est alloué est Insuffisant pour irriguer toute sa parcelle à chaque tour, répartit la surface d’inondation sur différents tours d’eau, tout en assurant l’eau à chaque fois pour les fèves et les oignons en pleine production (au mois de mars).

L’emboîtement de plusieurs « ordres » spatiaux

33S’il fallait encore considérer qu’une telle organisation des planches de cultures était la réponse obligée aux contraintes écologiques, il demeure néanmoins une marge de manœuvre sur les formes adoptées et une variabilité lexicale. Si la logique de ces emboîtements reste invariable au Jérid, les termes en usages et leurs combinaisons varient d’une palmeraie à une autre. L’unité de variabilité est ici la palmeraie.

34Le tableau 2 regroupe les diverses dénominations de l’espace dans les jardins selon les palmeraies. Pour les planches de culture, le niveau d’ordre 1 est la plus petite unité, une cuvette irriguée d’un seul tenant, délimitée d’ados de terre, de forme plus ou moins carrée (1a) ou de forme allongée (1b). Le niveau d’ordre 2 est l’unité supérieure qui contient celles d’ordre 1. On distingue parfois un niveau intermédiaire, d’ordre 1 bis, sous-structure occasionnelle de l’ordre 2 ; il s’agit à l’intérieur du niveau 2 d’un ensemble de structures d’ordre 1. L’ordre 2 bis est une superstructure occasionnelle du niveau 2, ensemble de structures de ce niveau, soit un ensemble d’ensembles. La figure 11 schématise les quatre niveaux d’emboîtement à Nefta : le niveau 1 (a : hôdh et b : sotr) ; le niveau 1 bis (jurah, ensemble de trois hôdh dans la figure) ; le niveau 2 (mêyda) ; le niveau 2 bis (sherkha, ensemble de quatre mêyda dans la figure).

Fig. 11 – Plan d’une partie d’un jardin de Nefta et sa terminologie

35Ces termes sont d’un usage quotidien dans le jardin et sont connus de tous les jardiniers à l’intérieur d’une palmeraie. La variation de vocabulaire entre les palmeraies, surtout à l’intérieur d’une même région, encouragerait à appréhender l’oasis comme un isolat où les mots auraient évolué séparément. Mais ces mots se partagent aussi entre les sites, on retrouve les signifiants avec parfois des signifiés différents, brisant l’idée de l’isolement. La variabilité des lexiques du jardin témoigne plutôt de l’identité très individualisée (par l’histoire) de terroirs pourtant proches géographiquement, ou, parce que proches géographiquement. Castilia est une palmeraie créée dans les années cinquante, attenante et inféodée à Tozeur. Son vocabulaire est celui, appauvri, de Tozeur. Nefleyet, créée à la même époque, est travaillée par des cultivateurs de Tozeur et d’El-Hamma. La terminologie utilisée par exemple pour désigner le niveau d’ordre 2 est à la fois de Tozeur (sherkha) et d’El-Hamma (darja), il arrive qu’une même personne use des deux termes, ce qui n’arrive pas à Tozeur ou El-Hamma (tabl. 2).

Tabl.2 – Exemples du lexique spatial de jardins oasiens

Tabl.2 – Exemples du lexique spatial de jardins oasiens

NOTES SUR L’ÉTYMOLOGIE DES TERMES DU TABLEAU 2
darja : marche, palier ou degré. Dozy (1967) signale le sens de « petit espace de temps », instant. Le terme peut donc renvoyer aussi à une unité de temps nécessaire au remplissage des cuvettes ;
fum : bouche ;
hadd : frontière, limite ;
hammala : porteur ;
hôdh ou hûd : bassin ;
jabûn : long, terme local dont il n’est fait mention dans aucun dictionnaire ;
jiser : pont, digue ;
jurah ou jorah : blessure, plaie. Dans les jardins récents, une planche hors norme, située en bordure de jardin. Le lien entre le sens classique et l’emploi vernaculaire désignant un ensemble de cuvettes en vieilles palmeraies est plus énigmatique ;
khît : fil, de coudre ;
meskba : lieu où l’on verse, de sakaba, verser, irriguer.
mêyda ou mîda : table, au Maghreb, petite table ronde. Dans une acception technique, mêyda maiya signifie nappe phréatique (utilisé à Nefta et à Hazoua, peut-être avec emprunt au langage technique des forages) ;
miftâh : clef ;
sedd : barrage ;
sêgya al-hâmmala : seguia porteuse ;
sherkha : coupure, séparation. Au Jérid, sharakha : couper en deux quelque chose d’important comme un tronc de palmier ;
smât : au Jérid, outre (sans poils) ; rang, rangée ;
sotr : ligne ;
umm (el) : mère (la).

36Dans la palmeraie d’Ibn Chabbat, le cas est différent. Cette palmeraie est une création très récente, une dizaine d’années, et elle est située entre Tozeur et Nefta. Le vocable est pauvre et pourtant y travaillent des agriculteurs de Nefta et Tozeur. A priori, ces jardiniers possèdent une bonne culture technique oasienne. Mais parce que jeune, la palmeraie est encore très ouverte (les arbres sont de petite taille et leur densité est faible) et sans une réelle structure d’oasis. Seul est en place le niveau d’ordre 1 (hôdh), les cuvettes régulières entourent chaque palmier (fig. 12), et seul ce niveau-ci est évoqué. On peut émettre l’hypothèse qu’avec la fermeture de la palmeraie se produira une complexification à la fois des formes et du lexique.

Fig. 12 - Plan d’un jardin d’une palmeraie récente (Bechir à Ibn Chabbat).

37La terminologie est la plus riche dans les quatre vieilles oasis de la région (les premières du tableau) : une richesse lexicale dans un système complexe. Le cultivateur décide seul de l’organisation de ses planches de culture. Il possède « le dessin dans la tête » (disent-ils) puis l’applique et le confronte à la réalité, l’adapte à la forme du jardin (limites du jardin, emplacements des drains, des palmiers, etc.), d’où peut-être aussi la diversité plus grande des formes et des noms en anciennes oasis sur un terrain accidenté et travaillé par l’histoire.

L’ordre d’une parcelle conçue comme une entreprise rurale. Juillet 1995, Castilia (Tunisie). Dans ce type de jardin, l’alignement des arbres est parfait, et un effort est porté à la modernisation des infrastructures, comme ces seguias cimentées à l’intérieur de la parcelle

38En fait, la diversité du lexique et des formes ne renvoie pas à des pratiques différentes de l’irrigation. Le procédé de base demeure le même. La manière d’effectuer l’irrigation fait partie du bagage minimum du savoir en agriculture oasienne (voir « Le savoir » p. 151). Cependant la compétence en matière d’irrigation et d’aménagement du jardin est une acquisition. Comme nous l’avons vu, l’influence de Tozeur est visible à Castilia ; Hazoua fait partie des oasis les plus occidentales de la région et s’y rendre demande de traverser d’abord la vieille oasis de Nefta : la terminologie de Hazoua est celle de Nefta. C’est la proximité spatiale ici qui constitue le facteur décisif en matière de circulation des savoirs. Nous pouvons sans doute emprunter aux linguistes la notion de « chaînes linguistiques » telles que les parlers géographiques entretiennent surtout des relations avec les voisins (très bien illustrée par la situation de l’archipel du Vanuatu dans le Pacifique, Bonnemaison, 1996). C’est une intelligibilité de proche en proche. La population de Hazoua est en relation de travail avec celle de Nefta : des éleveurs Ghrib ont pu travailler dans l’oasis de Nefta et des propriétaires de Hazoua employer des khammêsa de Nefta. À Dghoumes encore, elle aussi récente oasis de sédentarisation, le vocabulaire des espaces du jardin est celui de Degache, la vieille oasis proche. Des cultivateurs disent l’avoir appris, avec les techniques agricoles, dans la palmeraie d’État voisine (sodad) où certains travaillent et côtoient d’autres jardiniers d’El-Ouediane (notamment Degache).

39Pourquoi cet éclatement linguistique et technique en agriculture dans une si petite région ? Par manque de communication ? Si de jeunes agriculteurs (adolescents) et quelques rares plus vieux, qui n’ont pas « voyagé » (comme ils le disent), ne connaissent pas les termes techniques des autres palmeraies, ce n’est globalement pas la règle. C’est sans doute qu’il faut lire une volonté de se différencier, voire un esprit de rivalité parfois entre oasis : chacune a son histoire propre qui voudrait ignorer celle des voisines. De plus, il est à peu près certain que ce corpus de vocabulaire (en se limitant toujours à celui des espaces du jardin) se remanie dans le temps : ainsi, aujourd’hui à El-Hamma dit-on surtout jurah, tandis qu’avant les « vieux » disaient jabûn comme actuellement à Degache.

40Cette agriculture de long terme, fondée sur la trame du palmier dattier (Phœnix dactylifera), espèce qui, si elle ne franchit pas le siècle, peut vivre de nombreuses décennies (il n’y a pas consensus sur la longévité du palmier dattier ; cependant plusieurs auteurs affirment qu’il peut vivre au-delà du siècle et certains même plusieurs siècles), possède une inertie relative. Les mouvements peuvent être lents. Les agriculteurs, quand ils ont des objectifs productivistes, adoptent souvent le modèle « moderne », mais ne passent pas par la rénovation. Ils préfèrent une nouvelle plantation ex nihilo, une extension avec son propre système d’exhaure de l’eau, en sous-estimant trop souvent l’investissement et le coût d’une nouvelle zone dévolue à la phœniciculture. Mais, malgré cette relative inertie des palmiers, le jardin et son organisation interne sont le niveau de l’emprise sur la terre non de la génération mais cette fois de l’individu. C’est là le niveau du travail sur le sol, de la détermination des formes du tafsîl, là que le jardinier peut agir de manière directe sur les choses. C’est l’espace restreint mais révisable, le niveau du temps court où l’action est la plus immédiate. Il y a maîtrise complète de l’historicité de l’espace.

41Ce que j’appelle le niveau du parcellaire (les jardins en général, les groupes de jardins) correspond à une échelle spatiale moyenne et appartient aux temps moyens, intermédiaires, de l’ordre de deux ou trois générations (au-delà, le temps est indéfini). La palmeraie, jar, appartient à la petite échelle de temps et d’espace, le niveau du temps long, le millénaire qui prend sa source dans les récits de fondation. Là, l’emprise (ou la prétention d’emprise) sur l’histoire et sur l’espace est minimum pour l’individu.

Le travail de l’irrigation dans un jardin. Février 1996, Degache (Tunisie). Le jardinier referme une « porte » d’une planche de piment. Le déplacement du sable provoque l’inondation de la planche adjacente. L’irrigation du jardin est conduite à la main nue et avec l’aide de la mes-ha, une sape qui sert également aux travaux du sol (retournement et préparation des planches)

42Ainsi, les espaces oasiens anthropisés artificiels sont des espaces fortement maillés selon une logique d’emboîtement. À chaque échelle spatiale (petite, moyenne, grande) correspond une temporalité propre. Ce sont des espaces vécus et dits : on remarquera que plus on s’attache à de grandes échelles, vers les dimensions humaines de l’intérieur du jardin, plus l’espace et le lexique sont précis, différenciés et comportent de subdivisions. Il existe des échelles de temps différentes entre le large et le particulier (de la région au jardin). Le pas de changement (les mouvements), la possibilité de transformation et la main mise sur l’espace augmentent quand on passe aux niveaux de sous-structures, aux niveaux d’organisation inférieurs. Dans la perception jéridi, le temps associé au « large » est toujours plus confus que celui associé au « particulier » (ou au « restreint »). On connaît mieux, ou plutôt, l’accord est plus facile sur l’histoire de son propre jardin que sur l’histoire bien plus collective de l’oasis. Mais aussi s’agit-il d’histoire plus immédiate.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search